Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Carl Lang : « Bruno Gollnisch fera partie de la prochaine fournée »

13 Mai 2015, 05:40am

Publié par Thomas Joly

Pour Carl Lang, Bruno Gollnisch « fera partie de la prochaine "fournée", puisqu’il s’agit d’un terme à la mode après la mise à mort politique et électorale de Jean-Marie Le Pen. Marine Le Pen se débarrassera de tous les cadres historiques qui entouraient son père. C’est dans l’ordre des choses et ça correspond à sa stratégie. Quoi qu’il en soit, Bruno Gollnisch n’a plus aucun avenir politique au sein du FN de Marine Le Pen qui est dans une stratégie d’élimination et de purge. Le temps de la réconciliation est depuis longtemps dépassé. »

Source : http://www.lesinrocks.com/2015/05/12/actualite/bruno-gollnisch-sera-t-il-la-prochaine-cible-de-marine-le-pen-11747398/

Voir les commentaires

La Grande-Bretagne refuse ses « quotas » de clandestins

13 Mai 2015, 05:38am

Publié par Thomas Joly

Alors que le gouvernement français s’est non seulement aplati devant la demande des autorités européistes, mais a encore revendiqué la mise en place de « quotas » de prétendus « demandeurs d’asile » pour tous les pays d’Europe, le gouvernement britannique s’est opposé frontalement à cette idée.

« Le Royaume-Uni est fier d’avoir toujours accordé l’asile à ceux qui en ont le plus besoin, mais nous ne pensons pas qu’un système contraignant de relocalisation est la solution » déclarent les autorités dans un communiqué.

Les pays restants devront donc subir une plus lourde part de ces prétendus « quotas », véritable armée d’étrangers partis à l’assaut de l’Europe. Pour leur très grande majorité, ces gens n’ont rien de « réfugiés » mais refusent de travailler pour bâtir un avenir prospère chez eux afin de goûter aux derniers fruits de ce que le génie européen a pu produire avant que l’invasion ne déstabilise mortellement ses institutions. Leurs demandes sont majoritairement rejetées, ce qui leur importe peu puisqu’ils ne sont pas expulsés.

Source : http://www.jeune-nation.com/actualite/jdj/19666-journal-du-13-mai-2015.html

Voir les commentaires

Hollande, ou le vertige de la repentance (par Marie Delarue)

13 Mai 2015, 05:34am

Publié par Thomas Joly

Ah, qu’il est bon de se faire acclamer aux antipodes quand on n’est pas aimé chez soi ! Et qu’il est doux à notre Président d’aller quérir chez les déshérités le pardon des offenses ! Et que je t’inaugure le Mémorial ACTe pour « porter l’apaisement et le pardon » – valeur 83 millions d’euros – là où l’on n’a pas été foutu d’installer l’eau courante ; et que je jette des promesses à tout va pour voir renaître des sourires d’émail blanc sur les faces sombres.

Hollande et la repentance… pente vertigineuse s’il en est. Emporté par son discours inaugural devant le mémorial de l’esclavage, le Président s’est laissé aller pour nous : « Quand je viendrai en Haïti, j’acquitterai à mon tour la dette que nous avons. » Et de rappeler que « la monarchie de Charles X […] réclama à la jeune République d’Haïti une indemnisation d’État de 150 millions de francs-or afin d’indemniser les colons qui le réclameraient. » Il oublie de dire que l’affaire avait surtout profité aux banques américaines et qu’elle servit de prétexte à l’occupation de 1915 à 1934. Mais les Américains n’ont pas le même goût que nous pour la repentance.

Rembourser, donc ? C’est dit, c’est entendu, c’est enregistré. Applaudissements de la foule et mine réjouie du Président qui salue à tout va comme un cabot sur une scène de kermesse. C’est donc « acté », pensent les Haïtiens. Sauf que l’entourage du Président s’avise qu’il a sorti une énorme ânerie, et c’est parti pour le rétropédalage. À peine le discours fini, Hollande l’assure : rembourser les 17 milliards d’euros qu’ils réclament, « ça, c’est impossible ». Et d’ajouter : « Les Haïtiens ne veulent pas la charité. Ils ne veulent pas de cette forme d’assistance, ils veulent des moyens de réussir. »

Rembourser, c’est nouer des « partenariats », renforcer des « échanges commerciaux et éducatifs ». Echange, en bon français, ça veut dire donnant-donnant : et ils nous donnent quoi, les Haïtiens ? Leur misère ? Ah oui, j’oubliais : des bananes bio. Après que la France a laissé polluer les bananeraies des Antilles par des tonnes de pesticides (interdits ailleurs depuis bientôt vingt ans !), et devant l’impossibilité de dépolluer ses îles, elle va acheter des bananes aux Haïtiens. Et peut-être aussi leur faire un prêt pour acheter des Rafale, qui sait ?

François Hollande dit qu’on ne l’a pas compris. Au contraire, on ne l’a que trop bien compris. Ainsi l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot, qui écrit dans Le Point : « La France nous a fait violence. Il lui faudra, déjà sur le passé colonial, reconnaître pour crime ce qui ne fut qu’un crime. Ne plus adopter l’oubli comme stratégie d’autodéfense. Ne plus chercher de justification à la barbarie coloniale. La reconnaître comme telle. »

Jacques Chirac, très porté lui aussi sur la repentance et qui a fait du 10 mai la journée officielle de la commémoration de la traite et de l’esclavage, avait pourtant, en 2003, répondu au président Aristide : « Avant d’évoquer des contentieux de cette nature, je ne saurais trop conseiller aux autorités haïtiennes d’être très vigilantes sur, je dirais, la nature criminelle et antidémocratique de leurs actions et de leur régime. » Car celui d’Aristide, comme pratiquement tous ceux qui l’avaient précédé depuis l’indépendance de l’île, était des plus corrompus qui soient.

Et nous en savons quelque chose, nous, Français, qui avons hébergé sur notre sol Jean-Claude Duvalier, alias Bébé Doc, fils de Papa Doc, devenu lui aussi « président à vie » à l’âge de 19 ans, expert en assassinats et tortures en tout genre, trafiquant de corps (il vendait des cadavres à des écoles de médecine étrangères), d’organes et de drogue. Bien que son épouse Véronique Roy et lui-même n’aient jamais obtenu officiellement l’asile politique, nous les avons néanmoins couvés du 7 février 1986 au 16 janvier 2011. Sous la présidence de MM. François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Monsieur Hollande, qui connaît désormais tous les secrets de l’État, peut-il nous dire pourquoi ?

Source : www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Nicolas Vidal et Bernard Brion, Conseillers municipaux de Sarrebourg (57), rejoignent le Parti de la France

13 Mai 2015, 05:16am

Publié par Thomas Joly

Après les dérives du Front National et l'orientation gaucho-gaulliste voulue par le vice-président de ce mouvement, nous venons de démissionner de ce parti et de rejoindre le Parti de la France, seul véritable défenseur de la France française. Les adhérents et élus frontistes ont désormais une structure d'accueil alternative à un FN qui a déjà un pied dans le Système... La réconciliation nationale est possible autour de Carl Lang et du Parti de la France qui accueillent tous les militants de la véritable droite nationale. Continuons le combat ensemble !

Nicolas Vidal & Bernard Brion, Conseillers municipaux de Sarrebourg

Voir les commentaires

Les interventions des patriotes le 10 mai 2015 pour l'hommage à Jeanne d'Arc

13 Mai 2015, 05:09am

Publié par Thomas Joly

MPI TV  vous propose un reportage d’ambiance tourné ce dimanche 10 mai, ainsi que des interventions de Jany Le Pen, Marie d’Herbais, Marion Sigaut, Stéphanie Bignon, Roger Holeindre, Pierre Sidos, Carl Lang (à 10m15s), Elie Hatem et Thibaut de Chassey.

L’hommage populaire à Sainte Jeanne d’Arc organisé par Civitas s’est déroulé dans des conditions optimales. Il a réuni près de 5.000 participants, à la fête médiévale puis au défilé qui a suivi.
Toutes les tendances nationales, patriotes et catholiques s’étaient réunies pour cette fête, dans l’optique d’un regroupement nécessaire des forces vives.

Source : www.medias-presse.info

Voir les commentaires

Rémy Boursot réagit à la crise familiale au Front National

13 Mai 2015, 05:05am

Publié par Thomas Joly

Rémy Boursot, qui estime avoir été « évincé » sans raison du FN en 2013, a aujourd’hui rejoint les rangs du Parti de la France du très controversé Carl Lang. Parti dont il est le responsable en Bourgogne et qu’il représente en tant que conseiller régional. « Pour être honnête, si je n’avais pas été écarté, j’aurais moi-même démissionné. Car je ne me retrouvais plus du tout dans la ligne politique du parti dirigé par Marine Le Pen et ses acolytes du lobby homosexuel qui ne fonctionnent pas comme nous », explique l’élu, qui ne s’estime pas « d’accord avec tout ce que dit Jean-Marie Le Pen », mais qui se sent clairement plus proche des idées du fondateur du FN.

« Oui, il a parfois dérapé. Mais qui n’a jamais dérapé dans la vie ? Aujourd’hui, Marine Le Pen est complètement sous influence et n’est attirée que par une chose : le pouvoir. Je pense au contraire que Jean-Marie Le Pen n’a jamais été attiré par le pouvoir, mais simplement par le fait de véhiculer ses idées. Suite à mon éviction il y a deux ans, alors que nous comptions plus de 750 adhérents en Côte-d’Or, des dizaines avaient rendu leur carte. Aujourd’hui, la situation s’est encore dégradée et j’entends de nombreux militants et cadres historiques qui ne se reconnaissent plus dans ce discours politiquement correct. Si Jean-Marie Le Pen venait à s’associer à Carl Lang, la donne pourrait d’ailleurs être complètement différente, à mon avis. »

Si Rémy Boursot n’imagine aucune réconciliation entre les deux clans, il ne voit pas davantage une quelconque tête d’affiche à même de cimenter l’extrême droite à moyen terme. « Marion Maréchal-Le Pen abuse de sa beauté et de sa jeunesse. Elle se positionne entre sa tante et son grand-père, en fonction du vent. Mais elle ne dupe personne et tout le monde sait qu’elle joue son propre jeu. Le seul qui, à mon sens, aurait pu jouer ce rôle, c’est Bruno Gollnisch. Mais il a préféré rester au parti pour conserver ses mandats. »

Source : http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2015/05/13/entre-marine-et-jean-marie-la-cote-d-or-balance

Voir les commentaires

Réaction de Carl Lang à la nouvelle « formation » de Jean-Marie Le Pen

12 Mai 2015, 05:32am

Publié par Thomas Joly

 
« Il fait la seule chose habile à ce stade : créer une association des amis de Jean-Marie Le Pen » décrypte Carl Lang, président du Parti de la France qui réunit les historiques du Front. « C'est sa seule façon de peser encore en interne, de compter ses troupes et de former un réseau. »
 
Signes tangibles de sa volonté de recréer un réseau : Jean-Marie Le Pen s'est rendu samedi à la dédicace du livre de Roger Holeindre, Ca suffit ! Il n'avait pas recroisé le co-fondateur du FN depuis que celui-ci a claqué la porte, le jour même de la prise de pouvoir du FN par Marine Le Pen en janvier 2011. Les deux dirigeants, fâchés jusqu'alors, se sont fait la bise publiquement. 
 
Lors du traditionnel défilé de Jeanne d'Arc des catholiques non-reniés dimanche dernier, Jany Le Pen représentait son mari. Une première que Carl Lang ne manque pas d'interpréter comme autant de « signes » de la volonté du président d'honneur suspendu du FN de renouer avec les anciens. Comme le dit d'ailleurs Jean-Marie Le Pen sur Radio Courtoisie, « le passé fut si beau en somme qu'il ne faut blâmer le destin », citant l'écrivain Robert Brasillach. 
 

Voir les commentaires

Dominique Biry, nouveau Chargé de mission du Parti de la France en Moselle

12 Mai 2015, 05:30am

Publié par Thomas Joly

Dominique Biry (marié, 4 enfants), 46 ans, est le nouveau Chargé de mission du Parti de la France pour le département de la Moselle. Ancien cadre du Front National, il n'a pas supporté l'allégeance au Système et les reniements politiques sans fin de sa direction ; il a donc décidé de rejoindre la véritable droite nationale.

Cet ancien maître-chien aura pour mission de structurer et d'organiser les activités militantes du Parti de la France en Moselle.

Pour le contacter : 07.50.40.33.92 ou pdfmoselle@yahoo.fr

Voir les commentaires

Disparus du Népal : ils voulaient « l’aventure extrême », mais pas les risques ! (par Marie Delarue)

12 Mai 2015, 05:04am

Publié par Thomas Joly

Le 27 avril, un séisme terrible secouait le Népal. Trois semaines après, le bilan s’établit à plus de 7.500 morts recensés, sans doute en réalité plus de 8.000. Huit millions de personnes sont touchées, parmi elles 1,4 million n’ont plus ni abri, ni eau, ni nourriture.

Au moment du séisme, 800 personnes se trouvaient dans le massif de l’Everest. Cinquante personnes au seul camp de base, à 5.500 mètres d’altitude, emportées par une monstrueuse avalanche. D’autres plus haut encore, prises au piège de leur ascension du « toit du monde ». Ce sont près de 700 Français qui passaient alors leurs vacances dans l’Himalaya. Des gens « à la recherche d’aventure », comme disent les agences de voyages qui organisent ces treks au bout du monde. Et même « d’aventure extrême ». Et le propre de l’aventure, c’est qu’elle peut être aventureuse, mais cela, tout le monde veut l’ignorer.

Par miracle, sur ces 700 touristes français, on ne dénombre que 4 morts et 9 disparus. Ceux-là randonnaient dans le parc national de Langtang, proche de l’épicentre. Le village où ils faisaient halte a été rasé par un immense éboulement. Il n’en reste rien. Par endroits, les habitations sont enfouies sous des dizaines de mètres de gravats et de roche.

Ce sont des équipes de sauveteurs espagnols qui étaient chargées des recherches dans ce secteur. Les familles françaises des disparus disent qu’elles n’ont pas fait leur travail avec assez d’insistance, qu’on n’a pas creusé assez profondément pour retrouver leurs proches. Surtout, elles dénoncent « l’immobilisme des autorités ». « Au moins, qu’on essaye, que la France essaye de les retrouver », dit le frère d’un disparu. La région n’est accessible qu’en hélicoptère, à 50.000 euros la rotation, avec les risques qu’on peut imaginer. Alors, déplacer la montagne à la pelleteuse…

Les Népalais, eux, qui n’ont ni assurance ni Sécu et encore moins d’État nounou, acceptent la fatalité. Ils connaissent la montagne, ils respectent la nature dont ils connaissent la toute-puissance. Ils brûlent leurs morts quand ils les retrouvent, et puis ils prient et la vie reprend. Les touristes, parce qu’ils ont payé (cher) leur voyage, veulent le frisson sans risque. Pouvoir dire qu’ils ont affronté les dangers de la montagne tout en étant sûrs qu’ils ne craignent rien. Il a régné, dit-on, une indescriptible pagaille sur le petit aéroport de Katmandou car il fallait gérer les avions qui apportaient équipes et matériel de secours, bien sûr, mais aussi ceux, prioritaires, qui repartaient avec les blessés rapatriés par leur assurance vers les hôpitaux occidentaux. Business et peur des procès sont les deux mamelles de l’urgence.

Ira-t-on jusqu’à dire que le tourisme de masse est une plaie ? C’est aussi ce qui fait vivre une grande partie du monde. Mais à quel prix ? Le « plus haut sommet de la terre » est devenu une décharge à ciel ouvert. Les pentes de l’Everest sont jonchées de déchets laissés par les expéditions qui s’y succèdent depuis des décennies, de plus en plus nombreuses : bouteilles d’oxygène, tentes, détritus divers… et même les corps des alpinistes qui ont, pour des raisons diverses, laissé leur vie dans l’ascension. Des corps qui ne se décomposent pas à cause du froid extrême.

En mars dernier, le ministre du Tourisme népalais annonçait : « Afin de nettoyer le mont Everest, le gouvernement a décidé que chaque membre d’une expédition doit ramener au moins huit kilos de déchets, en plus de ses propres déchets. » La mesure, devenue effective en avril, contraint les expéditions à déposer une caution de 4.000 dollars qui leur est « rendue une fois qu’elles ont prouvé, à leur retour, qu’elles ont rapporté matériel et détritus ». Qui s’entasseront dans les vallées…

Source : www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Affaire Ménard » : le spectacle est terminé ! (par Gabrielle Cluzel)

12 Mai 2015, 05:02am

Publié par Thomas Joly

Bon, ben, vous pouvez remballer, les gars. Démontez l’estrade, débranchez les spots. La représentation est terminée. Un très joli concert, les claquettes indignées de Manuel Valls, la grosse caisse de François Hollande, le piano pathétique de Christiane Taubira, le violon appliqué de Najat Vallaud-Belkacem, le chœur des médias parfaitement à l’unisson et, chaque jour, un nouveau quidam qui venait se joindre à l’orchestre, comme dans le boléro de Ravel… non, c’était chouette. Mais le tribunal administratif de Montpellier vient d’un coup de doucher leur joie : il a statué sur l’affaire Ménard. Et alors ? Et alors, rien. La requête de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) a été rejetée. Il n’y a pas plus de « fiches » à la mairie de Béziers que de poux sur la tête d’un chauve.

Le juge des référés a constaté qu’il n’existait pas de « fichiers spécifiques, dématérialisés ou non, fondés sur l’appartenance religieuse, réelle ou supposée, des élèves inscrits » dans les écoles de la ville, et confirmation a été donnée que l’accès aux listes des élèves par le maire est légal.

La vérité est que Robert Ménard s’est contenté, en maire responsable, de faire au début de l’année un rapide calcul empirique, au vu des prénoms, le même calcul empirique que font les directeurs d’école responsables au mois de juin quand ils constituent leurs classes, les professeurs responsables au mois de septembre quand ils accueillent leurs élèves, parce qu’évidemment, les apprentissages ne se font pas de la même façon et au même rythme dans une classe où tous les enfants parlent la langue de Molière depuis qu’ils sont au berceau, et dans une classe où les trois quarts des élèves ont une autre langue maternelle. Que refuser de le prendre en compte serait une faute professionnelle grave, un aveuglement coupable dont les premières victimes seraient d’ailleurs ceux que l’on aurait fait mine de ne pas voir, condamnés à l’échec scolaire.

Oui, la représentation est terminée, mais ce n’est qu’un au revoir, hein ? Les intermittents du scandale ressortiront leur matériel à la première occase. Avec la même impudence et surtout la même imprudence.

D’abord parce que le parterre des amateurs devient aussi élitiste que celui de la salle Pleyel, que dans la France de M. Tout-le-Monde, cela ressemble bien à un bide et que cela finit par se voir : selon deux sondages, 54 % des Français sont « choqués par les méthodes de Robert Ménard », donc 46 % ne le sont pas, ce qui, eu égard au martèlement médiatique, est assez inattendu, et 55 % des Français sont « favorables aux statistiques ethniques ». Passons sur le fait que 9 % des Français sont à la fois en accord et en désaccord avec Robert Ménard… que ceux que la pression du politiquement correct n’a jamais rendus schizophrènes leur jettent la première pierre.

Ensuite parce que cette montée en mayonnaise est un acte pyromane. Selon la CRI, « l’affaire aurait provoqué un émoi considérable dans le pays et chez les personnes de confession musulmane ». Un émoi qui ne repose sur rien puisque, comme le précise le juge des référés, « aucun “fichier d’élèves musulmans” [n’existe] au sein de la ville de Béziers, de sorte qu’aucune liberté fondamentale n’a été méconnue », sur rien, donc, sinon les cris d’orfraie et le mot « fichage », sorti du chapeau et agité comme un chiffon rouge. Mais si émoi il y a, il est double. Émoi ouvert des musulmans, dont on attise les rancœurs, émoi rentré des « petites gens », comme dit Manuel Valls, ulcérés que l’on ne puisse pas « dire les choses ». Pour un vivre ensemble apaisé, c’est nickel.

Source : www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015

11 Mai 2015, 13:12pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015
Le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc dimanche 10 mai 2015

Dimanche 10 mai 2015, les militants du Parti de la France étaient présents en nombre pour honorer l'héroine de la Nation. Que ce soit au défilé nationaliste du matin ou bien lors de celui de l'après-midi organisé par Civitas, les militants du PdF ont donné de la voix lors de cette commémoration pleine d'espoir pour la reconquête nationale.

Voir les commentaires

Oscars du terrorisme 2015

11 Mai 2015, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Le ministère des Affaires étrangères américain a dévoilé sa liste 2015 des terroristes les plus recherchés avec récompense. En tête de liste des Rewards for Justice, le chef de La Base (el-Qaïda) Ayman el-Zawahiri conserve la première place avec une récompense de 25 millions de dollars. Il distance nettement ses principaux concurrents, notamment le mollah Omar, ancien chef des talibans et maître de l’Afghanistan jusqu’au début du XXIe siècle, comme le chef de l’État islamique (ÉI) Abou Bakr el-Baghadi a seulement 10 millions.

C’est pourtant l’organisation de ce dernier qui emporte les catégories espoir du terrorisme avec quatre entrées dont une directement à 7 millions pour Abd el-Rahman Mustafa el-Qaduli. Suivent ensuite, à cinq millions, Abu Mohammed el-Adnani, le porte-parole du groupe, ainsi que le seul individu ressemblant à un Européen de la liste, le métis tchétchéno-géorgien Tarkhan Tayumurazovich Batirachvili (dit Abu Omar el-Shishani [le Tchétchène]) qui dirige l’armée de l’État islamique. Tariq bin-el-Tahar Bin el Falih el-’Awni el-Harzi se contente lui de 3 millions.

Grosse déception pour les islamistes “européens” et particulièrement “français” : malgré Charlie, malgré Toulouse, malgré les vidéos avec des enfants tuant des hommes entravés, malgré leur implication sur tous les terrains, du Mali à l’Afghanistan, de l’Europe à la Syrie et l’Irak, malgré les égorgements, les massacres, les immigrés déconsidérés en France le sont aussi au Levant.

Autre zone d’ombre : si la liste ne compte qu’un seul demi-Blanc et quelques rares Asiates, elle ne compte que deux femmes sur 71 terroristes, loin des objectifs de parité et d’égalité mondialistes. Les Africains doivent se contenter eux d’une demi-douzaine de représentants ; seul le gérant du Groupe sunnite pour la prédication et la lutte (Jama’atu Ahlis Sunna Lidda’Awati Wal-Jihad, dit Boko Haram) Abubakar Shekau dépasse les 5 millions, les autres, notamment les dirigeants du Mouvement de la jeunesse en lutte (HSM, Ḥarakat ash-Shabāb al-Mujāhidīn, dit al-Shebab) se contenant de trois millions de dollars de récompense. Sans doute le symptôme Michael Brown, une autre marque de ce racisme américain que les médias ne tarderont pas à dénoncer.

Source : http://www.jeune-nation.com/actualite/actu-internationale/19526-oscars-du-terrorisme-2015.html

Voir les commentaires

La France sans Histoire ne sera pas une France sans histoires (par Jean-Charles Mignard)

11 Mai 2015, 05:01am

Publié par Thomas Joly

Nous avons tous nos connaissances et nos opinions. Et c’est bien. Mais je ne saurais dire le droit comme un magistrat ou apprendre à un maçon comment monter un mur. Je n’aurais jamais la prétention d’apprendre à un boulanger comment pétrir sa pâte ou à un médecin comment mener son diagnostic.

J’ai consacré cinq années de ma vie à temps plein à l’histoire, à la géographie et à l’économie de la France, de l’Europe et du monde. Et j’ai bien des lacunes !

Mais nos commentateurs-maîtres à penser en vogue, tout comme nos vertueux politiques, ne cessent de « dire » l’Histoire sans la moindre formation pour la plupart. Ils ont l’Histoire infuse, comme toutes les autres sciences d’ailleurs. Alors, chère vieille discipline, que de sottises j’entends proférées en ton nom.

Il faut dire que « l’américanolâtrie » ambiante dans l’Union européenne favorise bien les choses. Les Américains ne comprennent guère l’Histoire. Ils en ont si peu – quatre siècles au plus.
De même, l’Europe « unie », dont le drapeau si laid et si banal défigure les frontons de nos mairies, ne semble guère s’embarrasser des histoires nationales. Foin de toutes ces vieilleries, trop souvent sanglantes, je le concède !

Mais, ne leur en déplaise, de Bernard Palissy à Pasteur, de Pascal à Hugo, de Denis Papin à Marie Curie, l’Histoire de France, ce n’est pas que du sang, de la graine de repentance et du colonialisme. M. Hollande, toujours si sûr de lui qu’il en est pathologiquement ridicule, nous assène que la France est un vieux pays d’immigration (allusion à son patronyme ?). Certains de ses partisans soutiennent même que nous sommes tous des descendants d’immigrés. Formidable révisionnisme doublé d’une grosse ficelle politique !

Oui, c’est vrai, même moi, je descends d’immigrés, mais précisons que cela remonte à quelques millénaires. Ces ignorants ont-ils réalisé que nous descendions aussi tous d’anthropophages ? Je songe sérieusement à une expiation publique retentissante ! Alors, comme il y avait en URSS la biologie de Lyssenko, il y a, dans la France de Hollande, l’Histoire revisitée par la Grande Repentance, la Haine de soi officielle, avec imprimatur de la sainte Église antiraciste.

Mais, voyez-vous, mes maîtres, l’Histoire enseigne aussi que les faits sont têtus, que la vérité ressort toujours du puits où on l’a jetée.

Notre Histoire gêne ceux qui ne la partagent pas. Elle est un socle commun auquel on doit adhérer pour se sentir français. Elle n’est pas partagée par ceux qui ne veulent pas s’assimiler.

La France ne se résume pas dans la République, l’Histoire ne se réduit sûrement pas au « vivrensemble ».

Sans la lumière de l’Histoire, une nation chemine à l’aveugle. Alors, malheureusement, la France sans Histoire ne sera pas une France sans histoires.

Source : www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Pierrefitte (93) : le maire socialiste dénonce un site « raciste » qui évoque la colonisation de sa ville

9 Mai 2015, 17:28pm

Publié par Thomas Joly

Mercredi, Michel Fourcade, maire PS de Pierrefitte, a fait des bonds dans son fauteuil en découvrant sur le moteur de recherche Google que le nom de sa ville était associé à un site Internet au contenu qu'il estime « raciste ».

Il vient de déposer plainte pour « provocation à la discrimination et à la haine à l’égard d’un territoire et de ses habitants ».

Il suffit de taper « Pierrefitte-sur-Seine » dans le moteur de recherche, et une photo apparaît. Si l’on clique dessus, elle se surimpose alors à la page d’accueil d’un blog baptisé Euro-Jihad. L’image montre des jeunes encapuchonnés au pied d’une barre d’immeuble. En arrière-plan le dessin d’un casque médiéval. La présentation est sans équivoque. Le site parle d’une « islamisation de l’Europe en direct ». On y trouve aussi des onglets aux intitulés sulfureux : « Le coin des collabos », « La liste (provisoire) des élus PS traînés en justice »

Il y a enfin ce texte au titre tout aussi provocateur : « Pierrefitte : Ici les enfants sont à 95 % d’origine africaine ». Il s’agit en fait d’une citation exhumée des archives du quotidien La Croix et soi-disant sortie de son contexte.

Le maire n’est pas le seul à s’être ému de voir l’image de sa ville ainsi dévoyée. Au standard de l’hôtel de ville, une employée a réceptionné l’appel d’une interlocutrice déconcertée. « Cette étudiante qui souhaitait déménager à Pierrefitte s’était renseignée via Google. Elle était tellement choquée en voyant ce site qu’elle a pris la peine de nous alerter. C’est sûr que ce n’est pas une super pub ».

Michel Fourcade ne décolère pas : « On stigmatise la ville et, à travers elle, tous les quartiers populaires et la Seine-Saint-Denis. C’est inacceptable ». Il y voit même « une attaque contre les valeurs de la République ». L’élu a donc saisi le procureur de la République de Bobigny, dénonçant une « provocation à la discrimination et à la haine à l’égard d’un territoire et de ses habitants ». À ce jour, le parquet n’a pas encore déterminé s’il y avait ou non matière à poursuivre. Mais il se penche sur la question : « Il faut que le groupe discriminé soit suffisamment identifié », précise-t-on. Michel Fourcade a aussi exhorté Google à « utiliser son pouvoir de contrôle ». Le message n’a pas encore produit son effet, puisque jeudi soir, le site était toujours bien actif sur Internet. L’élu pierrefittois s’interroge enfin sur la coïncidence avec les propos polémiques tenus en début de semaine par Robert Ménard, maire de Béziers (Hérault).

Source

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen va-t-il s'associer à un parti existant ?

8 Mai 2015, 21:07pm

Publié par Thomas Joly

Si la direction du FN ne croit pas une seule seconde à la possibilité de le voir repartir de zéro, Jean-Marie Le Pen a une autre carte à jouer : s'associer à un mouvement déjà existant. "Je dois m'interroger sur les possibilités qu'a le courant national de s'exprimer à temps pour sauver notre pays", assurait-il, sur France 2, énigmatique.

Si un rapprochement avec la Ligue du Sud de la famille Bompart est exclu – les deux camps se détestent depuis des années – un autre ancien banni du FN pourrait lui ouvrir ses portes : Carl Lang, président du Parti de la France (PDF), un mouvement nationaliste. Député européen du Front national de 1994 à 2009, il est suspendu - lui aussi - en 2009 pour s'être présenté contre… Marine Le Pen, qu'il accusait d'avoir été parachutée dans sa région du Nord. Contacté, Carl Lang laisse la porte (grande) ouverte : "le PDF n'a aucun problème idéologique avec Jean-Marie Le Pen. S'il souhaite participer à l'émergence d'une nouvelle droite nationale, alors nous pourrons travailler ensemble".

"Cela rendrait service aux deux hommes, mais ce serait, à mon sens, un coup ponctuel. Pour se lancer aux régionales en Paca, par exemple, il ne faut pas moins de 200 candidats, sans compter toute la logistique derrière ! C'est beaucoup de contraintes", tempère Jérôme Fourquet. Réplique de Carl Lang : "j'ai des troupes, mais peu de moyens." Jean-Marie Le Pen, lui, n'a plus de troupes, mais a des moyens, lui. Carl Lang rit franchement, puis glisse : "s'il décide de se présenter aux régionales, il disposerait d'un fort courant de sympathie. Je n'exclus aucune hypothèse". Les entourages des deux hommes auraient déjà pris langue.

Source

Voir les commentaires