Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°660

29 Avril 2022, 06:21am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la réélection d'Emmanuel Macron, la nécessité de la proportionnelle intégrale à l'Assemblée, l'union des patriotes aux Législatives, le pardon politique, le rassemblement de la gauche autour de Mélenchon, le prochain Premier Ministre, le conflit russo-ukrainiens, l'inflation, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Comment l’Union populaire de Mélenchon tente de réinventer le Front populaire

29 Avril 2022, 06:10am

Publié par Thomas Joly

On se souvient de la tactique de drague conseillée par Jean-Claude, le skieur des Bronzés incarné par Michel Blanc : « Vas-y, fonce ! On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher. » C’est peut-être aussi la tactique de Jean-Luc pour séduire les électeurs. En tout cas, Mélenchon fonce et s’affiche déjà Premier ministre. Il peut compter sur ses qualités de tribun unanimement reconnues pour bien distiller le malentendu.

Petit remplacement : la « France insoumise », slogan à consonance ultranationaliste, devient l’« Union populaire ». Cela s’imposait. M. Mélenchon a pratiquement appelé à voter Macron au deuxième tour et il est entendu qu’il incarne la République plutôt que la France. Preuve en est son tonitruant « La République, c’est moi » et son soutien à l'islam en France. Pour être aussi clair que Zemmour, il pourrait même terminer ses discours par « Vive la France et surtout, surtout, vive la République », tout étant dans le « surtout ». Il peut profiter encore un peu de l’ambiguïté entre France et République. Mais, réaliste, il a suivi les bons conseils du cardinal de Retz sur les vertus de l'ambiguïté, et n’a pas retenu le label « La république ouverte » : trop net !

Vive, donc, l’Union populaire, bien plus inclusive. Elle accueille les électeurs soumis, majoritaires, et ceux au nombre croissant qui, droit du sol et immigration inassimilée obligent, ne se sentent pas avant tout Français. L’ajout aisé de l’adjectif « républicain » aurait donné du chic. Mais le tribun serait alors apparu sous la bannière de l’Union populaire républicaine, qui est déjà celle de M. Asselineau, couramment situé à l’extrême droite. Mauvais genre, mauvaise idée donc, les deux hommes ne semblant pas si proches de la fusion. Mais qui sait, bientôt, dans une danse électorale éperdue ?

En plein « front républicain » anti-Le Pen, l’éclosion de l’Union populaire fleure bon le Front populaire de 1936, summum de la gauche, à l'origine des premiers congés payés. Rien à voir avec l’extrême droite, systématiquement associée aux sombres heures du régime de Vichy et au mal. Dès l’enfance, on apprend que la gauche, c’est la générosité, le partage, les vacances, et la droite le contraire : le travail et la possible accumulation de ses fruits. Si l’extrême droite est le mal absolu, la gauche est, de fait, le camp du bien, et la droite est un moindre mal. Dans cette logique, l'extrême gauche est le mieux. Si elle ne parvient pas au pouvoir, c'est probablement parce que la sagesse populaire sait que le mieux est l’ennemi du bien.

À l’opposé, Éric Zemmour s’est présenté comme le candidat de « la droite nationale », se distinguant de la droite internationale ou mondialiste qui soutient Macron. Il se voulait le trait d’union rassemblant la droite et l'extrême droite, mais il a été rapidement mis à une autre place : celle du pire extrémiste de droite, le candidat le plus loin de la gauche et donc du bien. Le travail étant une valeur reconnue de droite, il a préconisé, comme Macron, un report de l'âge de la retraite. Allongement contesté par Marine Le Pen, qui a pris soin de ne faire aucune surenchère de mesures visant à défendre la patrie, autre valeur de droite, et lui a laissé ainsi aisément la place d’extrême droite, synonyme d’élimination. Dès l'éjection de Zemmour, elle a retrouvé son statut d'extrême droite.

L’étiquette, néanmoins, lui collait moins bien. Concernant l’âge de la retraite, elle était à des années-lumière de Macron et Zemmour, très proche de Mélenchon. Un réel « extrémiste de droite » ne devrait-il pas porter au plus haut la valeur travail et, donc, contrairement à Le Pen, encourager le recul à la dernière extrémité du départ en retraite?

Ne serait-il pas plus juste de présenter Mme Le Pen comme candidate de la « gauche nationale » plutôt que d’extrême droite ? Sous ce label, n'aurait-elle pas été élue ?

M. Mélenchon n’a probablement pas tort de penser que la droite n’est pas si majoritaire qu’on le dit. Il a tout à gagner à prolonger le malentendu de l’extrême droite et à coller dès que possible cette étiquette à notre Président.

Le camp national reste empêtré dans le clivage droite/gauche que Macron a surmonté. Zemmour a sûrement compris, maintenant, que ce n’est pas « la droite » qu’il importe de rassembler pour sauver la France, mais les patriotes. Un travail encore plus herculéen.

Emmanuel Jalladeau

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La mondialisation causera notre perte

28 Avril 2022, 15:17pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Jean Messiha quitte Reconquête

28 Avril 2022, 11:58am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Twitter & Musk : l’argent n’a pas d’odeur, mais il a le pouvoir

28 Avril 2022, 11:29am

Publié par Thomas Joly

Même pas peur ! 24 heures après l’officialisation du rachat de Twitter par Elon Musk, Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, n’a-t-il pas rappelé que la plate-forme de micro-messages devrait se conformer aux nouvelles règles européennes en matière de liberté d’expression ? On attend avec délectation le tweet de réaction d’Elon Musk. Sachant que l’absence de tweet est presque plus humiliante encore que la réponse cinglante.

Si Elon Musk a racheté Twitter, en faisant au passage plier le conseil d’administration de l’entreprise qui, il y a une semaine encore, avait commencé à charger les tubes lance-torpilles, ce n’est pas pour se soumettre, le lendemain, au diktat du wokisme bruxellois. Son projet est à l’opposé complet du politiquement correct. Le serial entrepreneur à succès veut faire de Twitter un forum au sens premier du terme, c’est-à-dire une place publique sur laquelle tout un chacun peut dire ce qu’il veut, sans être inquiété en aucune manière.

Pour y parvenir, Musk va d’abord sortir Twitter de la Bourse. Cela ne signifie pas seulement « avoir les mains plus libres », comme le répètent en boucle les médias mainstream. C’est surtout la possibilité, pour le nouveau patron de l’entreprise, de revoir totalement le modèle économique de Twitter, qui perd de l’argent quasiment depuis ses débuts ! Or, si Twitter perd de l’argent, c’est d’abord parce que l’entreprise est devenue un mastodonte : elle a même embauché 2.000 employés supplémentaires, l’an dernier (+35 % de masse salariale !), employés dont le rôle principal est dévolu… au contrôle du contenu des messages et au bannissement des utilisateurs indésirables, selon les standards de la plate-forme. Des standards highly politically correct, cela va sans dire.

Elon Musk : « La liberté d’expression est le fondement d’une démocratie fonctionnelle »

En recentrant Twitter sur son rôle, sa mission historique, à savoir permettre tout un chacun de s’exprimer sans avoir à craindre d’être censuré ou banni, Elon Musk va lui redonner du sens, ce que Twitter n’avait plus depuis le bannissement du 45e président des États-Unis, Donald J. Trump. Un bannissement incompréhensible, quand on sait que de nombreux islamistes, dont les tweets débordent littéralement de haine, n’ont jamais été vraiment inquiétés. On pourrait aussi ajouter Vladimir Poutine, pour faire bonne mesure.

Demain, sur Twitter version Musk, si un message franchit la ligne rouge, ceux qui auront « intérêt à agir » pourront saisir les tribunaux et demander à un juge d’estimer si l’auteur du message doit être sanctionné, et la plate-forme avec. Exactement comme en matière de délit de presse. Il est absolument inconcevable de confier à une police administrative, qui n’a rien à envier à la police de la pensée d’Orwell, la mission de décider ce qui peut être posté et ce qui ne doit pas l’être.

Par ailleurs, sur Twitter version Musk, on saura aussi comment l’algorithme sélectionne tel message plutôt qu’un autre, afin de le suggérer aux autres utilisateurs et de le rendre populaire, pour faire « le buzz ». Musk promet également de chasser les bots, alias les robots, qui postent et retweetent les messages artificiellement, toujours dans le but de faire le buzz.

Dernière révolution, de taille, que Musk garde dans sa manche : la possibilité de... pouvoir corriger un tweet une fois posté ! Bien évidemment, il n’y avait aucun obstacle technique à l’ajout de cette fonction plébiscitée par les usagers. C’était encore une de ces idées saugrenues des équipes actuelles de Twitter.

On a beau jeu de dénoncer l’emprise de Vladimir Poutine ou de Xi Jinping sur les médias et les réseaux sociaux de leurs pays respectifs, qui sont revenus aux heures les plus sombres du soviétisme. En Occident, même si la restriction de la liberté d’expression est sans commune mesure avec ce qui se passe à l’Est et en Chine, elle est réelle, et désormais quasiment unanimement dénoncée. Il n’y a guère que les sourds, les aveugles et les sots pour ne pas en être conscients (avec tout le respect et l’empathie que j’ai pour les sourds et les aveugles).

Réjouissons-nous donc que des patrons puissants mettent leur argent et leur savoir-faire au service de la liberté d’expression, mais aussi de la création de contre-pouvoirs au cœur du 4e pouvoir, dont les dérives sectaires de ces dernières années ont créé, tant aux États-Unis qu’en Europe, des situations totalement ubuesques et choquantes, pour ne pas dire révoltantes. Et maintenant, qui pour s’attaquer à Facebook ?

Jean-Baptiste Giraud

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

In memoriam Pierre Pinatel

28 Avril 2022, 08:49am

Publié par Thomas Joly

In memoriam Pierre Pinatel

Hommage à Pierre Pinatel, célèbre caricaturiste du camp national, rappelé à dieu ce 27 avril 2022, à l'âge vénérable de 92 ans.

Toutes nos pensées à ses proches et en particulier à Colette, son épouse.

Voir les commentaires

Scandaleuse mise en examen du policier du Pont-Neuf pour « homicide volontaire »

28 Avril 2022, 08:11am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Après la présidentielle : l'union nationale plus que jamais ! - Synthèse - TV Libertés

27 Avril 2022, 18:52pm

Publié par Thomas Joly

Dimanche dernier, la France a réélu Emmanuel Macron à la présidence de la République. Elle a préféré s'illusionner sur le prix de son caddy en supermarché plutôt que défendre son identité. Pourtant, tout au long de la campagne présidentielle, une grande espérance a vu le jour "à droite de la droite". Mais les résultats sont là, celle-ci ne s'est pas (encore) réalisée... La droite de conviction doit-elle pour autant baisser les bras ? C'est pour en parler que Roland Hélie, Philippe Randa et Pierre de Laubier reçoivent dans cette nouvelle émission "Synthèse" Thomas Joly, président du Parti de la France, qui a soutenu Eric Zemmour au premier tour de la présidentielle. Pour limiter les dégâts, celui-ci défend l'union des forces nationales aux législatives de juin prochain.

Voir les commentaires

La palme du sale gauchiste antidémocrate est attribuée au maire de Técou dans le Tarn

27 Avril 2022, 13:44pm

Publié par Thomas Joly

« J’ai honte. » Par ces mots, Jean-François Baulès, le maire de la commune de Técou, dans le Tarn, a expliqué la raison qui le pousse à ne plus représenter publiquement sa commune. Il a pris cette décision radicale lundi 25 avril, au lendemain du second tour de l’élection présidentielle qui a vu Emmanuel Macron être réélu en battant Marine Le Pen, rapporte La Dépêche. Sauf qu’à Técou, c’est bien Marine Le Pen qui est arrivée en tête des suffrages exprimés, avec 52,42% des voix. Insupportable pour le maire.

Le maire explique : « On a eu moins d’abstentions et de bulletins blancs qu’en 2017 mais le vote Mélenchon s’est fondu avec celui du RN. Ils utilisent les mêmes leviers du populisme, la peur, la haine de l’autre, la jalousie de ceux qui ont plus que soi. Ce ne sont pas mes valeurs, je ne me reconnais pas dans ce vote. » Jean-François Baulès l’affirme : il est de gauche, même s’il a rallié Emmanuel Macron, précisant tout de même : « J’ai une fidélité totale pour Christophe Ramond au Département et Carole Delga à la Région ». Avant d’asséner : « Je ne représente plus la population de ma commune. » Après avoir songé à démissionner avec son Conseil municipal, Jean-François Baulès a décidé de ne plus représenter publiquement la commune lors d’événements, à l’exception des cérémonies patriotiques. Il ne briguera pas non plus de quatrième mandat en 2026.

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Emmanuel Macron au service de la climatologie

27 Avril 2022, 08:52am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Macron 2 : la victoire des puissants contre les faibles

27 Avril 2022, 06:03am

Publié par Thomas Joly

C'était un choix de civilisation. Les électeurs ont tranché. À 38,52 % des inscrits (soit moins d'un électeur sur quatre), les Français ont donc élu le candidat des riches, celui des gagnants de la mondialisation. Ceux qui ne sont rien, les Gaulois réfractaires, les gilets jaunes, les soignants non vaccinés flanqués à la porte, les oubliés de la France profonde, les économiquement trop faibles pour se payer le luxe d’habiter loin des foyers d’insécurité et les victimes de l’islamisation de la France ont perdu la bataille. Mais pas la guerre. Ils ne sont pas les seuls : il y aura d'autres perdants parmi les plus jeunes et les plus âgés. Sans peut-être avoir pris toute la mesure du choix, les électeurs d'Emmanuel Macron ont signé pour cinq ans de plus d'effacement d'une de ces valeurs cardinales qui ont fait la grandeur de notre civilisation : la défense des faibles.

Macron 1, bilan : la loi de bioéthique de 2021 autorise la création des embryons transgéniques et des chimères animal-homme et supprime la semaine de réflexion avant une IMG et l’accord parental pour une mineure. Des embryons conçus avec des gamètes étrangers et anonymes sont réimplantés dans des ventres de femmes sans hommes sans considération ni principe de prudence pour le devenir de l'enfant (loi PMA). Les familles sont privées de leurs droits les plus élémentaires à instruire leurs propres enfants chez elles (loi sur le séparatisme) alors que les plus petits sont obligés d'aller à l'école dès l'âge de 3 ans.

Macron 2, perspective : les plus vieux d'entre nous, inutiles, non productifs, encombrants et trop coûteux pour le corps social, seront prématurément supprimés. Le scandale des maisons de retraite (Macron 1) aura révélé la cruauté de notre modèle social qui empêche les actifs de prendre soin de leurs parents par manque de disponibilité, par éloignement géographique forcé, nomadisme obligatoire et manque de place dans les logements exigus des métropoles pourvoyeuses d'emplois. Le suicide assisté, promis « grande réforme sociétale » selon le ministrable Richard Ferrand, tombera à point nommé. On désencombrera. Les hôpitaux et les bras des travailleurs. Ironie de l'histoire : ceux qui, en majorité, auront soutenu Emmanuel Macron (71 % pour les plus de 70 ans) risquent bien d'être les premières victimes sur la liste.

Toutes les possibilités d'avorter (IMG, IVG allongées à la 14e semaine) ayant été amplement fortifiées, garanties et consolidées se verront inscrites dans le droit européen. Une ambition à la mesure d'un Emmanuel Macron Président d'une France trop rabougrie, trop petite.

Et parce que les promesses n'engagent que ceux qui les tiennent, la GPA, ou abandon programmé d'enfants à la naissance au profit de riches clients et location de ventres de femmes économiquement faibles, sera, n'en doutons pas, légalisée. On nous dit déjà que 7 Français sur 10 y sont favorables (sondage IFOP pour Femme actuelle, janvier 2022) et que le principe d'égalité nous y oblige, car comment refuser à des couples d'hommes ce qu'on accorde à des couples de femmes ?

Les associations LGBT militantes bien implantées dans les écoles se verront renforcées. Au détriment des enfants masqués, enfermés, privés d'école et soumis aux caprices idéologiques et aux délires d'un Jean-Michel Blanquer leur enseignant, sous Macron 1, la possibilité de changer de sexe à coups d'hormones et d'opérations chirurgicales. Olivier Véran a déjà préparé le terrain sous prétexte d'une « égalité d'accès aux soins des personnes trangenres ». Un groupe de travail est à l'œuvre.

Et, bien sûr, le contribuable français qui a brutalement découvert l'état déplorable de son système de soin lors de la crise du Covid-19 sera tenu de financer encore un peu plus les nouvelles « avancées sociétales » en vue. À moins d'un miracle, d'un sursaut, d'une prise de conscience et de la construction d'un mur de résistance étanche, solide, uni à l'Assemblée nationale : « Faire barrage ! »

Sabine de Villeroché

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Forum du PdF - Jeudi 28 avril à 21h

26 Avril 2022, 16:22pm

Publié par Thomas Joly

Le Forum du PdF - Jeudi 28 avril à 21h

Dans le nouveau Forum du PdF, Alexandre Hinger reçoit Pierre-Nicolas Nups, Maxime Morlon et Iannis Moriaud. C'est jeudi à 21h et c'est sur Telegram : https://t.me/partidelafrance

Les thèmes abordés seront : la victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, les boomers pro-Macron, la nouvelle défaite de Marine Le Pen, le refus de Marine Le Pen de s'allier avec Reconquête aux Législatives, l'avenir de Marine Le Pen.

Voir les commentaires

Le retour de la liberté d'expression sur Twitter grâce à Elon Musk ?

26 Avril 2022, 11:12am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

RN : pas touche au grisbi des Législatives !

26 Avril 2022, 10:25am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires