Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un monde de la culture doublement confiné

17 Novembre 2020, 11:18am

Publié par Thomas Joly

Depuis plusieurs mois, le monde dit « de la Culture », on le sait, subit confinement et reconfinement, et la plupart des théâtres et des opéras, publics ou privés, parisiens ou provinciaux, ont fermé leurs portes, privant le spectateur ou l’abonné d’un Falstaff en caleçons et supports-chaussettes, d’une adaptation indigéniste d’Antigone ou des « Mémoires d’une lesbienne musulmane ».

Mais ce monde dit, aujourd’hui, « de la culture » – depuis que ce mot de culture, désignant une sorte de bouillie insipide, ministérielle et bien-pensante, de prêt-à-représenter bien formaté, a remplacé le terme d’art, c’est-à-dire une création artistique vivante et libre, ce monde dont les porte-parole médiatiques se proclament artistes quand ils ne sont plus que des perroquets du système, narcisses frileux et soumis du théâtralement correct – n’est-il pas, depuis longtemps, et par essence, confiné ?

Monde confiné à gauche, d’abord et surtout : gauche caviar, gauche mondaine, gauche urbaine, écolo-bio-bobo et à bicyclette, gauche pétitionnaire, gauche maastrichtienne, comme dirait Onfray, gauche insoumise, gauche culturelle macrono-compatible, gauche des beaux quartiers, gauche Libération ou Télérama, gauche France Inter/France Info, intelligentsia de gauche, gauche opportuniste, toutes ces gauches identiques et variées se partagent le territoire de la culture, très loin, cependant, de la gauche cassoulet de Castelnaudary, ou de la gauche pâté du Gers ou du Tarn-et-Garonne qu’elles méprisent et dont elles flattent seulement en tournée la désolante naïveté, et sa fascination pour l’artiste médiatique venu de Paris, encore plus loin du peuple populiste qui les fait vomir à force d’être tellement nauséabond et lepéniste ! Dans ce monde-là, pas besoin d’Omar ou de fumer, être de droite, être soupçonné d’être de droite tue. Et si l’on se sent irrésistiblement porté vers la droite, il faut quand même dire qu’on est de gauche. Il en va de son avancement dans la fonction publique artistique.

Monde confiné dans l’entre-soi et l’endogamie, qu’il soit pédant, résistant ou iconoclaste subventionné pour le secteur ministériel, dit public, ou qu’il soit mondain, parisien, tout aussi conformiste et incapable de la moindre audace dans le secteur privé. Monde confiné qui a l’habitude de ces vases clos où l’on se coopte à l’abri des virus de l’insolence et de la liberté, et où l’on se reproduit de copains en chapelles, de père mère en fille ou fils, et de momies à bandelettes animées en responsables du festival des empaillés.

Monde confiné dans la production d’un art formaté, avec ses sempiternelles pétitions convenues qui agitent, quelques jours, le bocal de sa pensée avant de retourner au néant qui les a inspirées. Monde confiné dans sa suffisance et son rabâchage prétendument savant, ou ses déclarations éternelles pour la télévision d’État.

Monde confiné où un créateur n’est pas choisi pour ses œuvres mais pour ce qu’il est, ou ce qu’il est censé penser, et pour l’étiquette qu’on lui colle ; où le navet médiatique avec lequel on fera courir le Tout-Paris, ou la tarte subventionnée sur le racisme, le sexisme ou la richesse des migrations, ou bien la simple et pure couillonnade culturelle ont, depuis longtemps, remplacé l’œuvre d’art.

Alors, confinement, reconfinement, double confinement, qu’importe, et lorsqu’on ajoute à l’insignifiance d’un monde déjà confiné l’inexistence qui lui a été imposée, qui s’apercevra de la différence ?

Le confinement du monde de la culture : un non-événement, une vaste métaphore du néant !

Jean-Pierre Pélaez

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

55 % des Français favorables à la suppression du regroupement familial, 58 % pour le droit du sang

16 Novembre 2020, 19:35pm

Publié par Thomas Joly

Jérôme Fourquet : « Pour une majorité de Français, le pays ne peut plus accueillir de nouveaux arrivants. »

Les conclusions de l’enquête exclusive de l’Ifop, que commentent Jérôme Fourquet, sont nettes. Seuls 32 % des Français considèrent que les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine. Une large majorité d’entre eux sont favorables à des mesures vigoureuses pour limiter les flux ; 78 % pensent qu’il faut une immigration choisie et non pas subie ; 55 % sont favorables à la suppression du regroupement familial. Et 58 % souhaitent l’instauration du droit du sang.

37 % des Français pensent que l’immigration est une chance (49 % en 2007).

Les Français interrogés sont 64 % à penser qu’« on en fait plus pour les immigrés que pour les Français. »

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Covid-19 : un frémissement qui tombe bien à propos dans l’Absurdistan d’Emmanuel Macron

16 Novembre 2020, 10:06am

Publié par Thomas Joly

Quels chiffres Covid-19 le gouvernement va-t-il sortir du chapeau pour justifier sa politique ?

Depuis deux jours, il paraît qu’il y aurait un « frémissement », une amélioration de la situation épidémique de nature à redonner de l’espoir dans l’avenir. C’est Santé publique France qui l’affirme. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle n’a pas été accueillie dans le pays par un déchaînement de liesse et d’optimisme. Car qui croit encore aux annonces de ce gouvernement ? Qui croit encore à ces médias qui, majoritairement, ne font rien d’autre que de relayer les annonces officielles et réprimer les doutes et questionnements émis par les rares et courageux observateurs réfractaires autorisés à s’exprimer ?

Les gens n’écoutent même plus ce qu’on leur raconte, au grand dam du gouvernement qui souhaitait certainement, en révélant ces statistiques, redonner un semblant de légitimité à ce confinement rejeté en bloc par la population. Car les Français ont l’impression que les chiffres du gouvernement sont choisis parmi des milliers d’indicateurs, et sortis comme un lapin du chapeau au gré des circonstances. Il faut déconfiner ? Matraquons le chiffre des décès en baisse. Il faut reconfiner ? Allons-y à fond sur les entrées en réanimation. Les indicateurs ont été modifiés depuis plusieurs mois, tout le monde le sait, et on ne comprend pas pourquoi. Les tests massifs ne jouent pas leur rôle préventif, ils ne font qu’enfler le nombre des contaminés. Les mesures de confinement sont alambiquées et injustes, elles font peser sur les artisans et les commerçants l’essentiel du sacrifice, alors qu’ils ont toujours appliqué les consignes délivrées par le ministère de la Santé. Restaurants fermés, cantines ouvertes, allez donc y comprendre quelque chose, vous. Dès lors, l’optimisme des derniers chiffres a fait un flop dans une opinion à bout de nerfs, de force mais aussi d’argent.

On a l’impression qu’il faut regonfler le moral des Français, leur indiquer que les efforts qu’ils font ne sont pas vains, et on leur racontera n’importe quoi pour calmer leur colère. Ce que le gouvernement a déjà fait, et à plusieurs reprises, sur les masques, le confinement, les tests et tant d’autres choses essentielles. L’autoritarisme du gouvernement, que le journal allemand Die Zeit, classé au centre gauche, a qualifié de dérive monarchiste et d’Absurdistan, est méprisé par une partie de la population, qui refuse de se soumettre, et ça se voit dans les rues de nos villes.

En fait, le problème est simple : Macron et sa bande n’ont plus aucun crédit dans l’opinion. Leurs décisions ne seront pas ou mal suivies, leurs injonctions niées par une partie de la population. Si nous sommes vraiment en guerre contre le Covid-19, si la situation est à ce point dramatique, le Président et le gouvernement devraient tirer les conclusions qui s’imposent, se sacrifier à la survie du pays et passer la main d’urgence à des dirigeants plus crédibles.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des livreurs d'Uber Eats et Delivroo soupçonnés d'empoisonner les repas des clients militaires

15 Novembre 2020, 16:04pm

Publié par Thomas Joly

Une note du Ministère des armées, particulièrement inquiétante, fait état de livreurs Ubert Eats et Delivroo qui insultent les militaires lors de la livraison mais aussi de traces d’excréments et de bouts de verre dans la nourriture apportée.

Toutefois, quand on connait le profil de la grande majorité des employés de ces sociétés de portage de repas, on n'est guère étonné...

 

Voir les commentaires

« C'est mon avis... », recueil de chroniques de Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France

15 Novembre 2020, 15:18pm

Publié par Thomas Joly

Pour le commander, cliquez ici

Voir les commentaires

La sous-ministre Sarah El Haïry découvre l’état d’esprit de ses congénères des quartiers…

15 Novembre 2020, 14:39pm

Publié par Thomas Joly

Mme Sarah El Haïry, secrétaire d’État auprès de M. Blanquer, avait organisé une réunion avec 130 jeunes de 15 à 20 ans qui, depuis deux jours, débattaient des religions sous l’égide de la Fédération des centres sociaux et socio-culturels de France, comme le rapporte Le Figaro. Ils travaillaient sur ce thème depuis plusieurs mois et avaient préparé des propositions à présenter au jeune ministre. La réunion avait lieu dans un contexte tendu, le 22 octobre, quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty.

Mais le dialogue a tourné court, car certaines propositions émises ont paru inadmissibles à Mme El Haïry : un jeune a suggéré qu’une loi interdise le blasphème, un autre a prétendu que les journalistes étaient trop pro-israéliens et que l’État devait intervenir pour rétablir l’équilibre, des jeunes femmes ont trouvé dépassée la loi de 2004 sur le voile à l’école et voulaient qu’on autorise le hidjab dans les collèges et lycées. Elles ont reçu l’appui d’une élue qui a qualifié la loi de 2004 d’islamophobe. Mme El Haïry s’est efforcée de défendre cette dernière et, pour clore la réunion, a entamé « la Marseillaise ». Au début, elle a été la seule à chanter notre hymne et personne ne s’est levé pour l’accompagner ; par la suite, des jeunes filles voilées lui ont reproché d’avoir chanté des paroles guerrières alors que les religions prônent la paix.

Effarée par l’attitude de ces jeunes, la secrétaire d’État a téléphoné au Premier ministre pour l’informer de ce fiasco. Elle a fait diligenter une enquête administrative sur l’encadrement de la réunion afin de comprendre pourquoi certains propos extrémistes n’ont pas été repérés et bloqués lors des travaux préliminaires. Un représentant de la préfecture aurait fait retirer un panneau « La France laïque, mais pas trop… » sous-entendant que notre pays ostracise les musulmans. Mme El Haïry reproche à certaines organisations de mettre à mal le pacte républicain tout en touchant des subventions de la CAF.

L’organisateur principal, M. Tarik Touahria, a défendu ses collègues. Il a trouvé légitimes les questions posées ou les suggestions émises, même s’il n’était pas d’accord avec elles. Selon lui, les jeunes ont été pris par surprise pour « la Marseillaise » ratée, mais que leur non-participation ne traduisait pas un refus de l’hymne national.

Que conclure de ce colloque raté ? N’existerait-il pas, désormais, deux peuples en France qui n’ont pas grand-chose en commun ? D’un côté, un peuple autochtone déraciné que l'on force à ne privilégier aucun culte et à croire que la religion appartient à la sphère privée ; de l’autre, un peuple attaché à un islam politique, pour qui la charia doit être la loi suprême et qui n’est pas disposé à la moindre concession.

Christian de Moliner

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Joe Biden, pantin des banquiers et des voyous de Black Lives Matter

14 Novembre 2020, 15:40pm

Publié par Thomas Joly

Depuis le 3, on s’est aperçu à la lecture de certains jugements que peu de juges de districts ou de cours d’appel osent avouer leur certitude qu’une fraude sournoise et efficace a transféré la victoire de Trump à Biden. Tout est là. Les avocats du président auront beau étaler devant la justice des preuves irréfutables que les urnes ont été bourrées, que des morts ont voté par milliers, que des non-inscrits sont parvenus à glisser un bulletin dans l’urne, s’ils ne déclenchent pas dans les esprits le ferment du doute, leurs efforts seront anéantis. Ce qui a manqué à Trump, en raison de la complicité unanime des gros médias et de la censure inouïe des réseaux sociaux, c’est la psychose d’une fraude massive. On est resté dans le pointillisme, l’occasionnel, l’accessoire. Oui, on a peut-être fraudé en Pennsylvanie, au Michigan et en Arizona, mais pas plus que les autres années.

Car il y a eu un double piège. Le premier a enfermé Trump dans une spirale d’irrégularités qui l’ont empêché de riposter efficacement. Le second l’a condamné à l’attitude du mauvais perdant en ne réclamant qu’une chose : le compte des votes légaux. Ce simple bon sens a été perverti par la propagande ennemie. Biden, pantin jusqu’au bout de ses ficelles, en a profité le premier. Il poursuit, sous couvert de son prétendument officiel « bureau du président élu » (une invention d’Obama en 2008), le ficelage de sa transition vers une ère gaucho-globaliste. Mais déjà frappent à sa porte deux de ses anciens complices qui exigent des rôles actifs dans l’éventuelle perspective d’un nouveau régime : les banquiers de Wall Street – ils s’empressent de se réserver des places de choix dans les ministères clés de l'économie, du Commerce et du Trésor –, et les dirigeants déchaînés de Black Lives Matter. Eux n’hésitent pas à clamer que « l’éviction de Trump n’aurait jamais eu lieu » sans leur concours et qu’une bonne dose de leur programme devra être injectée dans l’administration démocrate. Biden flanqué du capitalisme vagabond et du radicalisme révolutionnaire : le spectre d’une 46e présidence.

Christian Daisug

Source : Présent via Le Salon Beige

Voir les commentaires

Pour plus de 600.000 Français, ce sera leur dernier Noël, le gouvernement va-t-il les en priver ?

14 Novembre 2020, 15:17pm

Publié par Thomas Joly

Non, MM. Macron et Castex, vous ne pouvez pas nous empêcher de préparer et fêter, en un mot de vivre, notre Noël traditionnel ! Car plus de 606.000* Français, des bébés aux centenaires, mourront d’ici Noël 2021, et même des bambins, ados, jeunes mamans et papas (même si ces classes d’âge sont très heureusement minoritaires)… Et de tatas, tontons, cousines, cousins, sans oublier les mamies et les papis ! Ils décéderont de toute cause : accidents, meurtres, maladies dont une infime minorité du Covid-19 ! Peut-être serai-je moi-même parmi ces disparus ? Ou/et… l’un de vous ou même vous deux ? Ce que point ne souhaite, tant pour vous que pour moi !

Et donc, pour ces 606.000 Français qui auront rendu l’âme, ce Noël 2020 sera le dernier noël qu’ils passeront. Et, pour la majorité, ce sera en famille… Et, du fait de cette disparition en 2021, ce sera le dernier Noël que vivront, avec ces futurs disparus :

– son ou ses enfants encore mineurs s’il s’agit d’une jeune maman ou d’un jeune papa qui « ne les câlinera plus » ;
– leurs petits-enfants encore très jeunes si c’est leur mamie ou leur papi qui « s’est envolé(e) au ciel » ;
– sa maman et son papa ; sa ou ses mamies et son ou ses papis voire plus « aïeux » encore ; sa ou ses tatas et son ou ses tontons ; sa marraine et/ou son parrain si ce disparu est un enfant en bas âge ou un(e) ado qu’ils « ne consoleront plus » ;
– sa ou ses sœurs ou son ou ses frères s’il vit actuellement au sein d’une fratrie.

Non ! Messieurs, vous qui tenez entre les mains notre cœur qu’est notre Noël 2020, ne faites pas que 600.000 à 700.000 familles, et donc que plusieurs millions de Français vivent leur Noël 2021 en vous reprochant ad vitam aeternam — donc, bien au-delà de votre ô combien éphémère passage à l’Élysée ou à Matignon — de leur avoir supprimé le dernier Noël qu’elles ou qu’ils auraient pu passer avec leur proche qui sera décédé depuis « votre Noël 2020 de solitude » : à savoir son proche désormais absent qu’était son enfant en bas âge ou ado, sa maman, son papa, sa nièce ou son neveu, son petit ou arrière-petit-enfant, sa mamie ou son papi…

Pensez à vos compagnes, vos enfants, vos petits-enfants, vos nièces, vos neveux si vous disparaissiez en 2021 alors que vous leur aurez imposé de ne point fêter ce Noël 2020 avec eux.
Je ne vous le souhaite pas !

Et, avec moi, des dizaines de millions de Français… Ne faites pas des 600.000 à 700.000 d’entre nous les « absents pour toujours » de ce Noël 2020…

*source INSEE-2020 : 606.000 est le nombre de Français de tout âge, du bébé au centenaire, décédés toutes causes confondues en l’année 2017, dernière statistique.

Jacques Martinez

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Il y a 5 ans, le Bataclan

13 Novembre 2020, 17:13pm

Publié par Thomas Joly

Cela fait aujourd’hui cinq ans que des fidèles de Mahomet ont massacré et tué des fils et des filles de France, lors de l’attaque du Bataclan et de plusieurs bars et restaurants parisiens.

Il y avait eu des attentats musulmans avant ces attaques et il y en a eu après. Malheureusement, le risque d’être confrontés à de nouveaux attentats existe toujours, et a même augmenté, car non seulement les gouvernants n’ont pris aucune mesure pour libérer les Français de la menace musulmane, mais ils ont continué à laisser entrer sur notre territoire des immigrés et des clandestins dont la culture et la religion sont musulmanes.

Il n’y a pourtant qu’une seule façon de respecter la mémoire des morts du 13 novembre et de protéger la vie des Français : envoyer Mahomet et les mahométans en dehors des frontières de notre pays.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

 

Voir les commentaires

Hausse massive de la pauvreté en France

13 Novembre 2020, 10:55am

Publié par Thomas Joly

Dans son rapport annuel, le Secours catholique indique que la France se prépare à franchir la barre des dix millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, soit un million de plus qu'en 2018.

Ce chiffre déjà dramatique ne mesure pas encore totalement les ravages économiques et sociaux que va inévitablement induire la gestion aberrante de la crise sanitaire, avec pour conséquences l'explosion des faillites dans les secteurs de la restauration, du tourisme et du commerce, la fermeture de milliers de petites et moyennes entreprises, la mise au chômage prochaine de centaines de milliers de nos compatriotes et la précarisation d'un nombre incalculable de familles. Elle ne prend pas non plus en compte la réduction drastique du pouvoir d'achat de ceux qui auront la chance de conserver leur travail ni des retraités lorsque viendra le temps de rembourser les dettes, ce qu'il faudra bien, quoiqu'en disent les « rassuristes » financiers, faire un jour.

Dans cette tragédie sociale qui vient, la responsabilité de Macron est pleinement engagée, lui qui n'a ni su ni voulu réduire les dépenses de l’État hors devoirs régaliens, en finir avec les coûts exorbitants des fraudes, du gaspillage et de l'immigration, autant de dépenses indues qui auraient pu être consacrées à la diminution des taxes, à la relance de l'emploi et à un vrai effort social en direction des plus défavorisés de nos compatriotes.

Mais le désigner comme seul coupable serait oublier les vraies causes de cet effondrement : la désindustrialisation de la France voulue par le système financier international, acceptée par les dirigeants français et mise en œuvre docilement par le régime ; les délocalisations massives exigées par le patronat ; l'ouverture totale de nos frontières dans une concurrence faussée et déloyale ; le coût ruineux pour nos finances publiques de l'immigration ; la soumission de tous nos gouvernements depuis quarante cinq ans à la doxa mondialiste et, depuis deux décennies, au globalisme absolu ; la logique mortifère du capitalisme mondial, spéculatif, vorace et cupide tel que nous venons de le voir à l'œuvre avec la fermeture de l'usine de pneus Bridgestone de Béthune dans le Pas-de-Calais et la destruction de 863 emplois dans l'indifférence gouvernementale.

Notre libéralisme à nous est national et européen. Il suppose la libre concurrence, mais dans la protection de nos marchés. Un libéralisme entrepreneurial tempéré par le rôle stratégique de l’État et le souci constant de l'équité pour tous les Français, des équilibres territoriaux et de la sauvegarde des services publics. Un libéralisme social, enfin, avec pour ligne de référence magnétique la recherche constante de l'intérêt général guidée par l'affirmation des principes de préférence et de priorité nationales.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Hold-Up » : le documentaire événement sur le Covid-19

13 Novembre 2020, 10:11am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Haut-Karabagh : un traité honteux et lourd de conséquences

12 Novembre 2020, 11:43am

Publié par Thomas Joly

Imposé par la Russie, l'accord de cessez-le feu au Haut-Karabagh signé lundi 9 novembre entérine une victoire de fait de l'Azerbaïdjan musulmane sur l'Arménie chrétienne, l'Azerbaïdjan pouvant conserver la plus grande partie de ses gains territoriaux acquis au cours de ces six semaines de combat.

Il est pour le courageux peuple arménien une trahison de ses élites, un abandon occidental et une humiliation nationale.

Il marque surtout le succès de l'engagement plein et entier de la Turquie - totalement mobilisée, moralement, matériellement et militairement par le biais de ses milices, aux côtés du régime de Bakou. La Turquie se voit reconnaître un rôle prédominant dans le contrôle de « la paix », renforce sa présence dans le Caucase et disposera désormais d'un corridor sécurisé conforme à la réalisation de ses desseins pantouraniens.

Il souligne également le soutien indéfectible des États-Unis à son allié turc au sein de l'OTAN, l'impuissance de l'UE, et son apathie absolue face aux crimes de guerre commis contre les Arméniens.

Il met enfin en évidence les choix de la Russie, partenaire énergétique d'Ankara, soucieuse de l'équilibre interne de ses territoires turcophones et islamiques, et attentive à ne pas laisser la Turquie dans le seul giron atlantique.

Une occasion de rappeler à ceux qui voient en Poutine l'homme du destin continental que Moscou ne se positionne - ce qui est certes légitime - qu'en fonction de la conception qui est la sienne de ses seuls intérêts nationaux, que l'Europe ne doit compter que sur elle-même, et que le partenariat civilisationnel euro-russe que nous appelons de nos vœux ne peut être que la résultante d'une renaissance préalable de notre Europe.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Yannick Jadot maillot jaune du vaccin obligatoire

11 Novembre 2020, 17:39pm

Publié par Thomas Joly

Jérôme Salomon dépassé d’une courte tête, Olivier Véran coiffé sur le poteau, Yannick Jadot s’échappe du peloton et souhaite, en avant-première, que le très attendu vaccin anti-Covid soit obligatoire. Prem’s ! Une hôtesse en maillot de bain lui remet un bouquet de fleurs. Vive le champion. Et à demain pour l’arrivée à Nantes.

Comme déroulant un tapis rouge aux futures injonctions macroniennes, face au journaliste qui l’interroge, l’écolo confirme son souhait latent de ne tenir aucun compte des quelque 45 % de Français réticents. Sanctions, empêchements, restrictions, le candidat EELV laisse au bon soin du gouvernement d’imaginer les mille et une manières de contraindre les population réfractaires. Un régal en perspective. L’interdit ravit l’écolo, l’obligation le transporte. Voitures prohibées, Tour de France refusé, masque imposé, le tout lui apporte une joie non dissimulée. La perspective d’un vaccin le séduit à condition que la moindre réserve soit suivie d’un bannissement de la société.

Cette obligation vaccinatoire obtenue, Yannick Jadot et ses ouailles exigeront tout naturellement que les Français se rendent au labo à vélo. Des couloirs avec pictogrammes de seringues pour les cyclistes déjà piqués… Anne Hidalgo trépigne. Et des salles de shoot pour les accros au vaccin et un Paris Plages avec des lancers de fléchettes imbibées de l’antidote miracle !

Le journaliste objecte à Yannick Jadot que des esprits chagrins au sein de son parti pourraient venir troubler cette espérance de nirvana sanitaire. Une certaine Michèle Rivasi, dossard numéro 2 après Dieu Jadot, s’était montrée vaccino-sceptique, il y a quelques années. « Les vaccins créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent », avait déclaré cette effrontée, en 2015. Le père la piquouse évacue la question. Elle a changé d’avis. Et quand bien même celle-ci persisterait dans l’erreur, « 99,99 % des autres » sont favorables, affirme le leader vert. Convaincre le 0,1 % fera l’objet d’une université de printemps suivie d’un congrès au cours duquel une commission votera l’exclusion des trouble-fête après concertation avec la base. Un accord en 2023 n’est pas exclu.

« Si le vaccin arrive, vous vous ferez vacciner ? » demande une journaliste. « J’espère que je pourrai me faire vacciner, mais je ne pense pas faire partie des populations les plus vulnérables. Il n’est pas question qu’il y ait des passe-droits liés à certaines catégories de population. » Halte-là, camarade ! Les vaccino-sceptiques exigent qu’un passe-droit vaccinal en faveur des membres de EELV soit décrété. Eux d’abord. Au fil des mois, la couleur du militant écolo serait, ainsi, un bon indicateur de la fiabilité du vaccin. Vert clair : tout va bien. Vert foncé : troubles divers. Orange : a viré trumpiste. Produit toxique. Abandon de l’expérience.

Conclusion morale : seul un test obligatoire au sein du parti de Yannick Jadot permettra de ne pas recourir à la contrainte vaccinale. Allez les verts !

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Hommage à nos héros de la Grande Guerre

11 Novembre 2020, 12:36pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le temps des catacombes

10 Novembre 2020, 09:24am

Publié par Thomas Joly

La confirmation par le Conseil d’État de la décision gouvernementale d'interdire, sous prétexte d'impératif sanitaire, la participation des fidèles aux sacrifices de la messe, de la prière en commun et de l'Eucharistie s'inscrit dans le cadre d'un élargissement du périmètre d'intervention d'un État totalitaire désormais décomplexé dans sa volonté d'accomplir les derniers actes de l'apostasie d'une France qui veut oublier son statut de « fille aînée de l'Église », et ne sait même plus la signification de ce qui fut plus qu'une devise : le « Gesta dei per Francos »(1) de Guibert de Nogent.

Elle s'inscrit aussi dans la recherche relativiste d'un modus operandi avec les communautés musulmanes présentes sur notre sol afin de tenter de leur acheter, pour un moment encore, la paix publique.

Elle est enfin l'expression la plus achevée de la dérive matérialiste de ce qui fut notre civilisation.

En 1880, la République radicale expulsait les congrégations.

En 2020, le régime progressiste nous interdit la messe .

Avec le néronisme sanitaire et laïcard de Macron, voici revenu, pour les catholiques français, le temps des catacombes.

(1) « L'action de Dieu passe par les Francs ».

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires