Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Beauvais 2 : Thomas Joly et Monique Thierry remercient leurs électeurs

23 Mars 2015, 08:02am

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly et Monique Thierry, candidats du Parti de la France sur le canton de Beauvais 2, remercient les 379 patriotes (2,49 %) qui ont fait le choix de la véritable droite nationale. Tout le travail militant effectué sur le canton portera ses fruits un jour ou l'autre.

Dans un contexte où la gauche est éliminée dès le 1er tour, le Parti de la France ne donne aucune consigne de vote, refusant de choisir entre le représentant de la droite euro-mondialiste et un candidat FN favorable au mariage homosexuel et à la construction de la grande mosquée de Beauvais.

 

Voir les commentaires

Les résultats des candidats du Parti de la France aux élections départementales

23 Mars 2015, 07:42am

Publié par Thomas Joly

Candidats du Parti de la France :

Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise - 2,49 %
Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais - 3,30 %
Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord - 1,72 %
Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente - 16,31 %
Dominique Chalard et J-C Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme - 4,17 %
Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme - 2,45 %

Candidats soutenus par le Parti de la France :

Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var - 1,62 %
Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse - 5,87 %
Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère - 0,84 %

 

Voir les commentaires

Beauvais 2 : vous avez le choix entre les défenseurs de la France française et les islamo-collabos

20 Mars 2015, 22:40pm

Publié par Thomas Joly

Tous mes adversaires se pressaient le 14 septembre 2014 lors de la pose de la première pierre de la grande mosquée de Beauvais et/ou ont voté en 2010 (à l'unanimité) au Conseil municipal la vente du terrain pour sa construction (le militant homosexualiste du néo-FN Sébastien Chenu compris).

Ne vous trompez pas dimanche, les seuls candidats qui veulent rendre la France aux Français et désislamiser notre pays, ce sont les candidats du Parti de la France !

Voir les commentaires

#JeSuisCupide : l’équipe de Charlie hebdo s’étripe autour du magot

20 Mars 2015, 18:19pm

Publié par Thomas Joly

Patrick Pelloux et dix autres rapaces de Charlie Hebdo, dont Laurent Léger, journaliste, et Luz, dessinateur, exigent de la direction du journal d’être associés au capital du torchon antifrançais. Certains, présents depuis de nombreuses années au sein de la rédaction, n’avaient jamais fait une telle demande. Ils ont engagé deux avocats pour faire aboutir cette demande qui apparaît très peu désintéressée, et créé un collectif pour obtenir une « répartition égalitaire du capital ». Les onze rescapés exigent de leur direction d’être élevés au statut d’« actionnaires salariés à parts égales ».

Durant toutes ces années, ils n’ont jamais souhaité être associés financièrement à un journal que personne ne lisait et qui était chroniquement déficitaire, survivant grâce aux subventions et aux appels au don. C’était avant l’éradication de la rédaction en janvier dernier… et surtout avant les environ 30 millions d’euros récoltés par le torchon depuis auprès des pouvoirs publics – donc volés aux contribuables –, d’institutions publiques – également volés aux contribuables –, des entreprises – volés aux consommateurs et aux actionnaires –, et de particuliers.

L’annonce en a été faite durant la conférence de rédaction – celle-là même qui avait été interrompue en janvier par les frères Kouachi – mercredi. Elle a provoqué une fracture au sein de la rédaction et un sentiment très désagréable chez tous les pigeons.

« La direction l’a appris mercredi. Nous prenons acte des souhaits des salariés d’être associés à la vie du journal. Mais nous sommes très loin de la réflexion sur l’actionnariat. […] Riss est encore à l’hôpital, les parts de Charb sont gelées par la succession. Tout cet argent fait plus de mal que de bien. Cela fait penser à ces enterrements où on se bat déjà en revenant du cimetière pour les bijoux de la grand-mère » a précisé un avocat des propriétaires attaqués du torchon. Ces derniers seraient « navrés » et opposés à cette demande.

Le torchon est actuellement détenu à 40 % par l’un des membres de rédaction, Riss, nouveau directeur de la publication ; les parents de son prédécesseur, Charb, doivent hériter d’autant ; le reste appartient au directeur général Éric Portheault.

« Pour le moment, on n’est pas associé aux choix. Il n’y a rien contre la direction actuelle, aucun conflit avec qui que ce soit, mais par rapport à ce qui s’est passé les salariés veulent être davantage acteurs de l’entreprise. […] À partir du moment où une entreprise est décimée, vous vous sentez complètement liés à elle. Il ne s’agit pas de se partager le gâteau. L’argent ne nous intéresse pas » a tenté de se justifier Patrick Pelloux en réclamant sa part des 30 millions.

Source

Voir les commentaires

Canton de Beauvais 2 : Monique Thierry et Thomas Joly seuls candidats signataires de la Charte de La Manif Pour Tous

20 Mars 2015, 07:17am

Publié par Thomas Joly

Canton de Beauvais 2 : Monique Thierry et Thomas Joly seuls candidats signataires de la Charte de La Manif Pour Tous

Voir les commentaires

Persécution politico-judiciaire : Alexandre Gabriac condamné à deux mois de prison ferme et une lourde amende

20 Mars 2015, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Le fondateur des Jeunesses nationalistes (JN) a été condamné ce jeudi à deux mois de prison et 4.000 euros d’amende pour une prétendue « manifestation interdite » le 29 septembre 2012 à Paris. Alors que tous les rassemblements du mouvement nationaliste s’étaient jusque-là déroulés dans le calme le plus parfait, le préfet antifrançais de Lyon Jean-François Carenco avait commencé à interdire arbitrairement les manifestations des Français, rapidement suivi par son congénère de Paris, sur les ordres directs de Manuel Valls et de lobbies étrangers.

La répression et les actes dictatoriaux ne faisaient que commencer : moins d’un an plus tard, prenant le prétexte d’une agression d’un gang antifasciste contre des patriotes, dont aucun n’était membre des Jeunesses nationalistes, Manuel Valls avait fait interdire le mouvement ainsi que l’Œuvre française.

Le jour et à l’heure dits de la manifestation interdite, Alexandre Gabriac se trouvait dans un bar éloigné du lieu de rassemblement prévu avant l’interdiction. C’est alors que d’importantes forces de leur police politique avaient surgi et avaient violemment agressé le chef des Jeunesses nationalistes. Interpellé, il avait été placé durant de longues heures en garde à vue.

À travers la capitale, la tchéka avait raflé tout ce qui ressemblait à des patriotes, soit 57 personnes en tout, sans raison, et aucune n’avait été poursuivie.

La manifestation interdite avait pour but de dénoncer les zones de non-droit et le racisme anti-blanc. Les nationalistes savent aujourd’hui qu’à la longue liste des cités occupées il faut ajouter les tribunaux qui devront eux aussi être délivrés d’une présence antifrançaise particulièrement nocive et désastreuse pour notre pays. Rappelons que ce sont des juges parisiens qui, il y a quelques jours, ont fait relâcher deux islamistes partis égorger des innocents en Syrie avec l’État islamique (ÉI).

Source

Voir les commentaires

A Issoire, le Parti de la France manifeste contre l'infâmie du 19 mars

19 Mars 2015, 22:04pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Thomas Joly (Parti de la France), candidat contre Sébastien Chenu et le « Rassemblement Rose Marine »

19 Mars 2015, 07:06am

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly est secrétaire général du Parti de la France et candidat aux élections départementales dans l’Oise dans le canton de Beauvais 2. Il a bien voulu répondre aux questions du Rouge & Le Noir.

R&N : Vous privilégiez une « organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral » ; ce qui a conduit le Parti de la France (PDF) à ne présenter ses candidats que dans un nombre restreint et ciblé de cantons. Comment ce choix s’est-il opéré ? Combien de candidats présentez-vous ?

Thomas Joly : En effet, le Parti de la France ne fait pas de ces élections départementales une priorité. La réforme territoriale créant des conseils départementaux et divisant par deux le nombre de cantons – tout en maintenant le même nombre d’élus – n’est comprise par personne et n’intéresse pas les Français. Nous avons toutefois décidé de tester quelques candidatures dans des cantons spécifiques où il semble possible de tirer notre épingle du jeu.

Le Parti de la France présente ainsi les candidats suivants :

  • Thomas Joly et Monique Thierry – Beauvais 2 – Oise
  • Monique Delevallet et Kévin Reche – Calais 2 – Pas-de-Calais
  • Katy Basseux et Dominique Slabolepszy – Marly – Nord
  • Pierre Deplanque et Dolorès Thomas – La Couronne – Charente
  • Dominique Chalard et Jean-Claude Perdreau – Pont-du-Château – Puy-de-Dôme
  • Patricia Goutay et Dominique Morel – Brassac-les-mines – Puy-de-Dôme

Et le Parti de la France soutient les candidats suivants :

  • Jean-Christophe Fiaschi et Valeria Vecchio – Draguignan – Var
  • Magali Martinez et Thierry Vermeille – Sorgues – Vaucluse
  • Christophe Chagnon et Marie-France Veyret – Échirolles – Isère

R&N : Vous êtes vous-même candidat sur le canton de Beauvais 2 avec Monique Thierry. Comment comptez-vous défendre les valeurs du PDF à l’échelle départementale ? Quelles sont les domaines de compétences qui relèvent des départements et sur lesquels il est possible d’influer ?

Thomas Joly : Outre le fait que nos candidatures servent de tribune politique pour le programme de reconquête nationale du Parti de la France, il est tout à fait possible d’appliquer le patriotisme social, par exemple, à l’échelle départementale. Nous prônons l’exclusivité nationale pour l’attribution des aides sociales (distribuées par le département) ainsi que pour les logements sociaux qui doivent bénéficier, selon nous, uniquement aux Français. Autre exemple : en matière de sécurité, nous nous engageons à aider les communes qui souhaitent s’équiper de matériel de vidéo-surveillance ou armer leur police municipale.

Nous avons choisi de nous présenter dans le canton de Beauvais 2, avec Monique Thierry (Conseillère municipale de Beauvais et Conseillère communautaire) pour nous opposer à l’UMPS mais aussi à la candidature de Sébastien Chenu qui portera les couleurs du Rassemblement Rose Marine. Symbole effrayant de la mutation du néo-FN, ce militant gay (co-fondateur de l’association GayLib, organisateur de l’Europride à Marseille en 2013) est une véritable girouette politique, islamo-compatible et européiste.

R&N : Vous incarnez une « droite nationale des valeurs ». Comment exister à coté du Front National dans un pays où toute l’attention médiatique se porte sur les gros partis politiques, en laissant peu de place aux formations plus modestes ?

Thomas Joly : Il est clair que le casting républicain est médiatiquement et électoralement verrouillé afin que les marionnettes du Système, trop heureuses de se partager mandats et prébendes, maintiennent un semblant d’illusion démocratique pour les Français. Il est évident que tous ces gens n’ont aucun intérêt à ce qu’émerge une nouvelle force de droite nationale prônant la décolonisation migratoire, la désislamisation ou encore l’arrêt de la dissolution des mœurs. Nous sommes les parias de la classe politique française. Néanmoins, il n’est pas question d’abandonner le terrain électoral à tous ces imposteurs qui trompent les Français. Nous devons demeurer un recours et une structure d’accueil pour les plus lucides. Les choses peuvent vite basculer en politique, l’Histoire nous l’a montré. A nous de nous tenir prêts et de savoir saisir notre chance quand elle se présentera. Les événements nous donnent hélas raison. Nos compatriotes n’auront bientôt plus d’autre choix que de collaborer avec les responsables de la destruction de la France et de ses valeurs de civilisation ou bien de rejoindre les véritables défenseurs de la France française. A force de se renier, de s’aplatir avec zèle devant les diktats des lobbies de la pensée unique, le Front National de Marine Le Pen n’est plus ce pôle anti-Système qu’il a pu incarner autrefois.

R&N : La gauche invoque à tout bout de champs les « valeurs de la république » et reprend en ce moment cette expression jusqu’à l’overdose. Mais y a-t-il vraiment des valeurs de la république ? Si oui, quelles sont-elles réellement ?

Thomas Joly : En effet, quelles sont-elles ? L’immigration-invasion ? Le socialisme ? Le mondialisme ? L’athéisme ? L’avortement ? Le fiscalisme ? L’islamophilie ? Le laxisme judicaire ? La falsification de l’Histoire ? La laïcité ? Le mariage homosexuel ? J’aimerais que l’on m’explique en quoi les prétendues « valeurs de la République » ont jusqu’alors protégé la France de quoi que ce soit et la protégeront des défis que nous devrons relever avec les autres peuples européens au cours du XXIe siècle. De Mélenchon à Marine Le Pen, ils se revendiquent tous des « valeurs de la République », pratiquant une surenchère sémantique digne des loges les plus hystériques. Au Parti de la France, nous ne souscrivons pas à cette vision maçonnique de la Nation française.

R&N : Le monde de la culture est profondément ancré à gauche. La droite nationale peut-elle seulement gagner la véritable bataille politique, et non uniquement la bataille électorale si le pouvoir culturel lui échappe entièrement ? Comment reprendre le contrôle de cette sphère culturelle et médiatique dans laquelle la droite dans son ensemble est généralement absente ?

Thomas Joly : Le milieu dit « culturel » est gangréné par la gauche parce que celle-ci se l’est octroyé comme une chasse gardée grâce au copinage et au clientélisme, l’arrosant de subventions avec l’argent des Français. Seulement, tous ces gens se sont tellement éloignés du beau, du bien, du vrai qu’ils se sont déconnectés du pays réel. Leur art n’est pas destiné au peuple français mais à une pseudo-élite qui s’autocongratule au sein de son propre microcosme. En guise de culture populaire, les Français subissent un matraquage idéologique à base d’antiracisme, de repentance, de culpabilisation, de métissage, de pornographie, d’homosexualisme, d’antichristianisme, etc.

Il suffira de couper les vivres à ces pseudo-artistes pour qu’ils retournent se terrer dans les égouts dont ils n’auraient jamais du sortir. En cas de basculement politique, le milieu culturel actuel sera balayé comme toutes les émanations de ce Système vermoulu qui s’écroulera dans son ensemble.

Néanmoins, en attendant ce jour béni, il est absolument nécessaire de proposer et de soutenir toutes les initiatives s’opposant à la culture d’État et s’inspirant des valeurs de la France éternelle.

R&N : L’Islam est désormais fortement implanté en France. Est-il possible de revenir en arrière, ou sa présence et sa croissance sur notre sol sont-elles désormais inéluctables ?

Thomas Joly : La France n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais une terre d’Islam, contrairement à ce que nos gouvernants lèche-babouches voudraient faire gober au peuple français. Si le problème de l’islamisation de notre pays se pose aujourd’hui c’est parce qu’elle est la conséquence parfaitement prévisible de l’immigration extra-européenne ininterrompue depuis maintenant plus de 30 ans. A la colonisation de peuplement s’ajoutent une colonisation culturelle et religieuse symbolisée par un Islam conquérant et revendicatif.

Et ce n’est pas en brandissant le bouclier en carton de la laïcité républicaine ou bien en faisant croire qu’il peut y avoir un Islam de France, que notre Nation pourra se défendre face à des immigrés afro-maghrébins - en pleine expansion démographique - qui considèrent notre pays comme une terre à conquérir où la Charia doit être appliquée. Car c’est de cela qu’il s’agit. Le Coran est un programme politique qui ne prévoit que la mort ou la dhimmitude pour les infidèles.

Face à la colonisation migratoire et à l’islamisation de notre pays, il faut opposer le droit du peuple français à rester lui-même et revendiquer l’âme chrétienne de la France. C’est sur ces valeurs que devront être menées la reconquête nationale, l’inversion massive des flux migratoires extra-européens et la renaissance de la fierté nationale. Alors les mosquées se videront, les quartiers abandonnés aux étrangers seront rendus aux Français qui, souhaitons-le, retrouveront la foi et l’espérance.

R&N : D’autres formations politiques souhaitent réduire le nombre d’avortements en France, mais aucune, y compris le Front National, ne propose de revenir sur la loi Veil. Quelles sont vos convictions sur ce sujet ? Comment mettre fin à ce génocide invisible ?

Thomas Joly : Le Parti de la France a, depuis sa création, toujours rappelé sa volonté d’abroger les lois Veil-Aubry-Roudy et de les remplacer par une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu’à la mort naturelle. Durant 40 ans, les fanatiques de l’IVG ont entrepris d’habituer les consciences à l’abominable, de changer les mots pour tromper les intelligences, d’asservir les volontés. A l’inverse, le Parti de la France s’engage à remplacer la législation sur l’avortement par une législation de protection de la mère de famille et de protection de l’enfant. Celle-ci permettrait de tourner définitivement le dos à cette véritable culture de mort au profit de l’accueil de la vie.

Source

Voir les commentaires

La campagne du Parti de la France à Beauvais 2 dans la presse locale

18 Mars 2015, 22:02pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Razzia de criminels étrangers contre un train : 20 pillards attaquent le RER D à Juvisy

18 Mars 2015, 19:01pm

Publié par Thomas Joly

Il y a bientôt deux siècles, la France lançait une attaque contre Alger, capitale d’une région sauvage, abandonnée de toute civilisation depuis le remplacement des Blancs par les envahisseurs arabes, devenue au fil des décennies un repaire de pirates pillant régulièrement les navires en Méditerranée, après avoir ravagé durant des siècles les côtes européennes, massacrant, violant, pillant et réduisant en esclavage des centaines de milliers de Blancs.

Après 70 ans de régime d’occupation, c’est désormais en France que les criminels étrangers pillent, violent et massacrent.

Dimanche, une vingtaine de pillards ont attaqué une rame du RER D qui se trouvait en gare de Juvisy-sur-Orge (vingt kilomètres au sud de Paris), peu après 5 heures du matin. Les personnes présentes dans la rame ont été agressées et dépouillées.

Plusieurs victimes se sont déjà signalées malgré les menaces des criminels. Une enquête – qui ne devrait pas bénéficier d’autant de moyens que ceux mis en branlent pour la fusillade de Marseille ayant gâché la journée de communication de Manuel Valls et blessé l’ego de l’occupant de Matignon – a été confiée à la brigade des réseaux ferrés (BRF). L’agent de ce dernier est d’ailleurs rapidement intervenu pour minimiser les faits : « Sous réserve des résultats de l’enquête placée sous la direction du procureur de la République, il serait hasardeux d’établir un parallèle entre cette affaire, certes grave, et les faits commis en gare de Grigny en mars 2013 » a précisé le préfet de l’Essonne.

Ces faits sont loin d’être isolés. Tout près de là, à Grigny, une autre cité envahie de la région parisienne, plusieurs raids ont été menés ces dernières années contre les populations françaises.

En juillet 2014, des coupeurs de route avaient bloqué une bretelle de sortie de l’A6, sur la D 445, à la sortie Viry-Châtillon-Grigny. Comme au fin fond du plus sous-développé des pays étrangers, plusieurs véhicules avaient été arrêtés et leurs conducteurs et passagers dépouillés. Au moins trois véhicules avaient été ciblés ; un motard avait été violemment frappé. Il n’y avait eu alors aucune interpellation.

Un an plus tôt, en mars 2013, des étrangers avaient commis trois attaques violentes contre des rames de RER D en gare de Grigny. Le 16 mars, ce sont une vingtaine de criminels cagoulés qui s’étaient introduits dans une rame, frappant et blessant plusieurs passagers ; tous étant dépouillés de leurs portefeuilles, sac à main, bijoux, téléphones, etc.

Quelques racailles afro-maghrébines avaient été retrouvées. Jugées en juin 2013, elles avaient écopé de peines d’une clémence rare, véritable encouragement à récidiver. Aucun n’avait eu de prison ferme ; les peines les plus « lourdes » ayant été de la prison avec sursis pour cinq d’entre eux, la plupart s’en tirant avec des « avertissements » (sic). Le parquet avait requis jusqu’à 24 mois de prison.

Deux ans plus tard, l’incompétence, l’inefficacité et l’impuissance du gouvernement apparaissent à nouveau au grand jour en matière de criminalité. Deux ans plus tard, les transports en commun de la région parisienne sont toujours aussi peu sûrs. Deux ans plus tard, les racailles étrangères font toujours autant la loi dans les cités occupées.

Pour toute réaction à l’époque, Manuel Valls, qui était à l’époque ministre de l’Intérieur, avait réclamé aux Français « arrêter d’exploiter et d’instrumentaliser ces sujets », justifiant les attaques inexcusables de la racaille en évoquant certes des « actes tout à fait intolérables » – des faits pourtant qu’il tolérait tout autant ministre de l’Intérieur hier que premier ministre aujourd’hui – mais évoquant surtout cette « partie de notre jeunesse, une partie de nos quartiers à l’abandon » : comme si le fait d’avoir dégradé les bâtiments mis à leur disposition sans le moindre retour justifiait de s’attaquer aux Français !

Quelques mois plus tard, c’était, dans un contexte différent, lors d’un « crime d’opportunité », que les occupants s’étaient livré aux pillages et agressions lors du déraillement d’un train en gare de Brétigny-sur-Orge, toujours dans le même secteur. Outre les insultes racistes antiblanches et les caillassages contre les secouristes, plusieurs individus avaient pillé les effets personnels des victimes et même volé le matériel des professionnels portant secours aux victimes.

Ne s’agissant que de simples Français, Manuel Valls ne devrait pas intervenir, ne trouvant probablement pas qu’il s’agit de faits « intolérables », contrairement à « l’agression » d’un député franc-maçon et PS souffleté.

Source

Voir les commentaires

La lutte contre le terrorisme, brise-glace de nos libertés (par Jean-Yves Le Gallou)

18 Mars 2015, 19:00pm

Publié par Thomas Joly

Le projet de loi contre le terrorisme ne réduira pas la menace de l’islam radical et ne ralentira pas l’islamisation de la France mais il restreindra singulièrement nos libertés.

En bons robespierristes qu’ils sont, Valls, Cazeneuve et Le Drian, la fine équipe du Grand Orient de France qui nous gouverne, veulent faire adopter une véritable « loi des suspects ».

Le projet présenté est clairement liberticide : les opérateurs Internet seront contraints de transmettre les données de connexion des « suspects » et même d’aider à détecter, par un traitement informatique, une « succession de connexions suspectes ».

Et la liste des « suspects » sera établie sur simple décision administrative par les services de renseignement. Eux-mêmes étroitement dépendants du pouvoir politique auquel ils rendent compte quotidiennement. De même, le gouvernement veut disposer des clés permettant de décrypter le secret des conversations protégées. Il s’agit d’une tentative d’avancée majeure vers une société de surveillance : “Big Brother is watching you!”

Bien sûr, on nous explique qu’il s’agit de lutter contre le « terrorisme »… Mais c’est aussi ce qu’on nous affirmait il y a vingt ans lorsque fut créée la garde à vue de 96 heures, aujourd’hui étendue à une infinité de cas sous couvert de « lutte contre la criminalité en bande organisée », c’est-à-dire à peu près n’importe quoi…

La prétendue lutte contre le terrorisme est un prétexte pour mettre le pied dans la porte qui protège nos libertés. De nos libertés de transactions et de nos libertés d’expression. Une fois la loi votée contre le « terrorisme », il sera facile de l’étendre aux « crimes contre la pensée » : le « révisionnisme », le « racisme », « l’homophobie » et, de manière plus générale, tout ce qui déplaira et sera qualifié de « discours de haine ».

Le philosophe et essayiste suisse Éric Werner avait diagnostiqué cette évolution : l’immigration de masse est génératrice de violences par rejet de la société d’accueil ; ce qui débouche sur une demande sécuritaire qui permet de réduire progressivement les libertés. C’est la stratégie du chaos au service de la société de surveillance. Il est clair que les sociétés multiculturelles étant multiconflictuelles, le prétexte est tout trouvé pour développer des législations liberticides. L’immigration de masse ne porte pas seulement atteinte à notre identité, elle débouche aussi sur une réduction de nos libertés ; libertés qui sont elles-mêmes la partie la plus précieuse de notre identité.

Ne tombons pas dans le piège de l’oligarchie mondialiste et des enfants de la terreur révolutionnaire qui se servent des menaces qu’ils font prospérer pour mieux nous assujettir. Défendons nos libertés et notre identité !

Source

Voir les commentaires

Le Parti de la France présent à la 3ème Fête des Patriotes à Lyon le 28 mars

17 Mars 2015, 19:55pm

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, prendra la parole au cours de la 3ème Fête des Patriotes qui se déroulera à Lyon le 28 mars.

Il y aura également un stand du Parti de la France où il sera possible d'adhérer et de se fournir en matériel de propagande.

Voir les commentaires

Carole Van Hullebusch (Gravelines) rejoint le Parti de la France

17 Mars 2015, 19:36pm

Publié par Thomas Joly

Carole Van Hullebusch, ex-tête de liste FN aux élections municipales de Gravelines, rejoint le PdF Flandre maritime. Auxiliaire de vie, 48 ans, mariée et mère de 4 enfants, fortement déçue par les instances du Front National, cette femme de convictions a démissionné de son poste de Conseillère municipale 9 mois après son élection.

Elle va militer aux côtés de Jean-François Vendeville et de sa dynamique équipe de Flandre Maritime.

Voir les commentaires

Roger Holeindre présente son nouveau livre « Ça suffit ! »

17 Mars 2015, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Discours de Carl Lang aux Assises de la liberté d'expression

16 Mars 2015, 07:48am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires