Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Gauloises ou Gitanes ? Peut-on encore fumer français ?

22 Juillet 2016, 09:50am

Publié par Thomas Joly

On le sait, la France est en état d’urgence. Logique, donc, que Marisol Touraine, madame « le » ministre de la Santé, participe à l’effort de guerre ; après tout, dans les heures les plus graves de notre histoire, les femmes ont aussi accompli des miracles, que ce soit pour le soin du guerrier ou le repos du soldat.

Là, en ligne de mire, la cigarette. À défaut d’en découdre avec les maux, il est toujours possible de supprimer les mots. « Gold », « Light », « Slim » et autres noms d’oiseaux seraient donc en voie d’interdiction, tandis que l’avènement du paquet neutre et anonyme serait, lui aussi, au programme.

Pourtant, il faut bien qu’il y ait une bonne nouvelle de temps à autre, surtout en période estivale. Les Français pourront finalement continuer à fumer des Gauloises et des Gitanes, même si ces deux marques emblématiques n’ont pas été loin d’être prohibées.

Les Gauloises ? Était-ce un sournois racisme anti-français ? Pourtant, le paquet dessiné par le graphiste Jacno fait encore partie du patrimoine national. À ce titre, nous ne saurions que vous recommander la lecture d’un autre Jacno, fumeur invétéré des cigarettes du même nom – d’où son surnom –, Itinéraire du dandy pop. Là où l’on apprend qu’illustre descendant du membre éminent d’un certain quarteron de généraux à la retraite, il se servit parfois de cette digne filiation pour faciliter quelques contrats discographiques avec des compagnies pas toujours bien disposées à son égard. On notera que le Jacno en question fut le producteur, entre autres artistes, d’Elli Medeiros, Lio, Étienne Daho ou Françoise Hardy. Et que ses mémoires sont à se plier de rire en quatre. Petit exemple : son grand-père, vieux militant d’Action française, refusait d’affranchir son courrier pour ne pas avoir à lécher le cul de Marianne. Toute une époque…

Plus nauséabonde encore, après la tentative d’interdiction des Gauloises, celle des Gitanes. Manouchophobie ou stigmatisation des gens du voyage ? Là encore, un autre sublime paquet, signé d’un autre graphiste faisant lui aussi partie de notre héritage national : Max Ponty. Trop glamour, la Gitane ? Entre jupons froufroutants et voleuse de poules ? C’était quand même la marque préférée de David Bowie ; alors, s’il vous plaît, respect.

Aux dernières nouvelles, cette énième dinguerie serait finalement partie dans les poubelles de l’Assemblée nationale. En attendant la prochaine tentative, les crétins de l’espèce persistante étant généralement des plus nuisibles pour la santé mentale de nos contemporains.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Attentat de Nice : le parquet de Paris demande à la mairie de détruire 24 heures d'images

21 Juillet 2016, 17:54pm

Publié par Thomas Joly

Une réquisition judiciaire urgente a été envoyée au centre de supervision urbain de Nice mercredi 20 juillet. Le parquet de Paris évoque un souci « d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images ».

Panique et incompréhension à la mairie de Nice. Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville une réquisition citant les articles 53 et L706-24 du code de procédure pénale et de l'article R642-1 du Code pénal leur demandant l'effacement «complet» de 24 heures d'images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l'attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet.

De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice. «C'est la première fois que l'on nous demande de détruire des preuves, précise une source proche du dossier. Le centre de vidéosurveillance et la ville de Nice pourraient être poursuivis pour cela et d'ailleurs les agents en charge du dispositif n'ont pas compétence pour se livrer à de telles opérations».

La demande paraît d'autant plus étonnante que la SDAT a envoyé depuis vendredi dernier des serveurs afin de récupérer les 30.000 heures de vidéosurveillance liées aux événements. Une opération de sauvegarde qui va s'étendre encore sur plusieurs jours. «Nous ne savons pas si donner un ordre de destruction alors que nous sommes en pleine sauvegarde ne va pas mettre en rideau tout le système», s'inquiète-t-on dans l'entourage du dossier.

Lire la suite : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/21/01016-20160721ARTFIG00225-attentat-de-nice-quand-la-justice-demande-a-la-mairie-de-detruire-24-heures-d-images.php

Voir les commentaires

Quand la sécurité routière « assassine » le portefeuille des automobilistes

21 Juillet 2016, 08:42am

Publié par Thomas Joly

En cette période estivale, le sujet est cruellement d'actualité : les radars guettent l'automobiliste inattentif, source inépuisable de subsides pour un Etat toujours plus gourmand, au nom de notre "sécurité" . Une nouvelle enquête d'Armel Joubert des Ouches pour Réinformation TV.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Vers l’ubérisation du terrorisme ?

21 Juillet 2016, 08:36am

Publié par Thomas Joly

L’actuelle période troublée que nous traversons est propice à toutes les inflations langagières et autres surenchères sémantiques. En ce domaine, Manuel Valls n’a pas son pareil. « Guerre civile », « guerre » tout court, « état d’urgence », en attendant « l’état de siège » et le vote des pleins pouvoirs au maréchal Hollande ?

Au cœur de ce débat qui n’en est d’ailleurs pas un : le « terrorisme », auquel il faut « faire la guerre », une « guerre totale », dixit l’énervé de Matignon. Traditionnellement, la violence légitime – peine de mort incluse – est monopole d’État. Idem pour la violence illégitime – le terrorisme d’État, donc. Ce dernier peut être franc et direct (opérations de déstabilisation conjointes entre CIA et KGB, opposant blocs de l’Est et de l’Ouest) ou de manière détournée : le Mossad israélien était prompt à aider l’OAS, tandis que la CIA américaine ne fut jamais la dernière à filer quelques discrets coups de main au FLN.

Ce terrorisme institutionnel, l’Europe l’a longtemps affronté. Il y eut l’OLP palestinienne, les Brigades rouges italiennes, l’IRA irlandaise, la Fraction armée rouge d’Andreas Baader, la plus française Action directe et même Carlos – pas le chanteur, mais l’énervé argentin. Le dernier de cette lignée de « princes » du terrorisme ? Oussama ben Laden qui, lui au moins, avait des revendications claires : obliger l’armée américaine à quitter ses bases installées dans le sanctuaire mecquois. Et une organisation digne de ce nom, Al-Qaïda, laquelle n’existe plus depuis 2006, sachant qu’aucune officine de ce type ne peut tenir longtemps si elle a tous les services secrets de la planète sur le râble.

De la même façon, la campagne d’attentats ayant frappé la France dans les années 80 du siècle dernier était parfaitement identifiable et identifiée. L’Iran était à la manœuvre tandis que l’État syrien assurait la sous-traitance. Paris avait arnaqué Téhéran sur le dossier nucléaire – déjà ! –, empiétait sur le pré carré syro-iranien du Liban. Mais, à l’époque, il était encore possible de temporiser la situation, de faire libérer nos otages beyrouthins, d’arranger le tout à l’amiable, malgré quelques victimes collatérales, dans les deux camps, précisons ; ce, grâce aux services secrets français, forts de la bonne connaissance du terrain.

Mais aujourd’hui ? À l’instar d’une économie globalisée, le terrorisme lui aussi se mondialise. Al-Qaïda avait franchisé la chose, façon Benetton ; d’où ses épigones maliens et maghrébins. Avec l’État islamique, c’est l’ubérisation de la profession. Chacun peut être son propre terroriste. Tout près au coin de la rue, comme ces supérettes tentant de coloniser nos centres-villes.

Mais là, il n’y a plus personne au bout du fil ; un peu comme chez Orange, lorsque vous pleurez pour avoir un être humain dans le turlu, naviguant entre touches étoile et dièse. Ainsi le moindre dingue peut-il sortir de l’anonymat, histoire de se faire une célébrité planétaire. Tenez, celui de Nice… En Amérique, il se serait contenté de buter quelques dizaines d’étudiants sur un campus ou de faire un carton lors de la première du dernier Batman, film certes mauvais – la peine de mort n’aurait pas été de trop pour son réalisateur et son scénariste –, mais de là à démastiquer l’assistance entière… Qui sait leurs noms ?

Celui de Nice, se proclamant d’un État islamique ne revendiquant ce triste bazar que de loin, aura donc le sien gravé sur le trottoir, façon Hollywood Boulevard.

Ce monde est définitivement le sien. Fortuitement, il est aussi le nôtre.

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Où commence et où finit la « sûreté de l’État » ?

20 Juillet 2016, 14:09pm

Publié par Thomas Joly

Surenchère électoraliste oblige, on entend depuis le 14 juillet et l’attentat qui a terrassé la ville de Nice un déferlement d’inepties sécuritaires. La palme d’or revient sans conteste à Henri Guaino, qui souhaite armer les policiers de lance-roquettes, « une arme légère qui se porte à l’épaule ». Ben oui, et pourquoi pas, aussi, poser des mines autour des lieux de rassemblement ?

Dans ce contexte, les « fichés S » (pour « sûreté de l’État ») sont aussi l’objet de tous les fantasmes. Passons sur le fait que les fiches en question ne concernent pas seulement (loin s’en faut) des personnes en lien ou supposées en lien avec la mouvance islamiste (seulement 10.500 individus sur les 20.000 fichés en France) ; passons également sur le fait que le dénommé Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était pas fiché ; passons enfin sur le fait que des individus entrant dans toutes les cases sont passés à travers les mailles lâches du filet et regardons ce qui, en l’état actuel de notre déconfiture, est faisable ou ne l’est pas.

Nicolas Sarkozy, qui se rêve en « sauveur de la France – le retour », suggère ainsi que les fichés S « qui présentent des risques de radicalisation devraient porter un bracelet électronique, être assignés à résidence ou mis en centre de rétention ». Question : c’est quoi, « présenter des risques de radicalisation » ? Et à quel titre, sur quel fondement juridique, arrêterait-on ces personnes-là ? Mais peut-être M. Sarkozy a-t-il trop rêvé de Minority Report, peut-être se prend-il pour le chef de la « Précrime », ce service qui combat le crime grâce aux extra-lucides qui le prévoient avant qu’il n’arrive ?

Je ne sais pas, vous, mais imaginer que Nicolas Sarkozy revenu à la tête du pays envisage de s’affranchir de l’arsenal juridique existant n’est pas de nature à me rassurer. D’autant que le fichage en question, comme le soulignait Manuel Valls au lendemain des attentats de novembre, concerne, au-delà des apparentés à la mouvance islamiste, « le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), la ligue liée à des mouvements tamouls, la branche militaire du Hezbollah, des militants violents liés à l’ultra-droite ou à l’ultra-gauche, des hooligans, etc. » Ça fait du monde, et éventuellement du monde qui, politiquement, dérange.

Un incident survenu début juin sur l’île de La Réunion donne un aperçu de ce qui pourrait nous arriver. Un vol Corsair en partance pour Paris a été retardé de deux heures après que deux individus en eurent été débarqués. « L’un, ressortissant algérien habitant dans l’ouest de l’île, devait se rendre dans son pays pour raison familiale et le second, originaire du Moyen-Orient, voulait aller en métropole », rapporte Le Figaro. Coïncidence fâcheuse, bien que ces deux personnes n’aient aucun lien entre elles, et bien que leur niveau de signalement dans le fichier S « n’implique pas une interdiction de voyager ou de sortir du territoire », le commandant de bord, seul maître à bord justement, leur a interdit l’accès de son avion. Confirmation d’un avocat spécialiste du droit aérien : le commandant de bord « a tous les droits en matière de débarquement. Étant en charge de la sécurité dans son appareil, il décide de débarquer avant ou pendant le vol les personnes qu’il juge dangereuses selon le principe de précaution. »

Qu’avaient-ils fait ? Pourquoi étaient-ils fichés ? Mystère. Reste la remarque du juriste : « La grande question est désormais de savoir comment le commandant de bord a été tenu au courant de leurs fiches S, et si cela peut constituer un précédent. »

D’aucuns en seront rassurés… ou bien se demanderont si leurs idées assez peu « conformistes » ne risquent pas de leur valoir, un jour, pareille mésaventure.

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le terrorisme raconté aux enfants

20 Juillet 2016, 13:17pm

Publié par Thomas Joly

Qu’est-ce qu’un terroriste ? Après l’attentat islamiste de Nice, si vos enfants ou petits-enfants vous posent la question, allez donc voir sur le site education.francetv.fr/, cette plate-forme Internet éducative, dépendant du groupe France Télévisions. Visionnez sa vidéo datant de mars 2016 et mise en première page du site depuis deux jours. Vous ne serez pas déçu du voyage.

Un terroriste, c’est tout simplement un franchouillard à moustache, portant béret basque, fusil de chasse en bandoulière et qui se bat pour la libération du cassoulet ! En 14, on représentait l’ennemi sous l’uniforme d’un uhlan – souvenir de 70 -, mangeur d’enfants et horrible barbare teuton. En 14, on haïssait l’ennemi et on gagna la guerre en 1918. En 2016, on cultive la haine de soi, de la France. Et on n’a pas encore gagné la guerre, c’est le moins que l’on puisse dire…

La vidéo dure trois minutes une seconde. Tout d’abord, une définition du terrorisme et de ses méthodes. Jusque-là, pas grand-chose à dire sur le fond. Les choses commencent à se gâter lorsqu’il s’agit d’illustrer le propos : le terroriste « béretbasqué » est représenté sous les traits d’une sorte de voleur de poules tout droit sorti d’un film en noir et blanc des années 50.

Puis vient un petit historique. Attachez votre ceinture. On remonte alors à la Révolution. Après avoir expliqué que le terrorisme vient du mot terreur, on se dit qu’on va évoquer cette terreur que l’on affuble d’une majuscule de sang dans notre Histoire de France. Même pas ! Le terrorisme commence avec l’attentat royaliste de la rue Saint-Nicaise en 1800 contre Bonaparte qui, pour le coup, devient républicano-compatible. Ensuite, on enjambe les siècles pour arriver à la guerre d’Algérie et évoquer, évidemment, le terrorisme de « l’extrême droite », le « groupe OAS, par exemple, qui défendait l’Algérie française ». Les attentats du FLN en Algérie sont curieusement passés sous silence (faute de place, sans doute)… Le terrorisme d’extrême gauche des années 70 est tout de même cité, ainsi que celui des nationalismes basque et corse. Mais, histoire de dédramatiser ce qui se passe en France depuis janvier 2015, le commentateur explique bien que, selon Europol – la caution experte, incontestable par définition -, « la majorité des actes terroristes en Europe sont conduits par des groupes de ce type ».

Vient ensuite, car on ne peut faire autrement, l’évocation du terrorisme islamiste. Là encore, relativisons : « Près de 60 % des attaques terroristes ont lieu dans cinq pays » – Pakistan, Irak, Inde, Nigeria, Afghanistan -, comme quoi, au fond, la France ne s’en tire pas si mal dans tout ça… Évidemment, les djhadistes de Daech « rêvent d’imposer au monde leur vision radicale de l’islam qui n’est pas celle de L’IMMENSE majorité des musulmans », précision obligatoire, ça va sans dire.

« Alors, qui sont ces individus qui ont rejoint ce groupe (Daesh) ? », poursuit notre pédagogue de education.francetv.fr. « Existe-t-il un profil type ? » Apparaissent alors à l’écran deux gugusses, un rouquin boutonneux et un basané, parité oblige, j’imagine. « 16-30 ans, tous les milieux touchés, favorisés ou défavorisés, urbains ou ruraux, centres-villes comme banlieues. » En clair, des Français moyens, quoi.

Apothéose : on termine en énumérant les mesures du gouvernement français (précision qui paraît donc nécessaire par les temps qui courent !) « pour éviter cela » : plate-forme Stop-djihadisme, lutte contre la radicalisation, construction de centres de déradicalisation (en prévision), sans oublier les mesures éducatives. « Car, comme dit l’adage, mieux vaut prévenir que guérir », conclut le commentateur.

Qui disait que les contes pour enfants sont faits pour les rassurer avant qu’ils ne s’endorment ?

Georges Michel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Terroristes à mort, immigrés dehors », les nationalistes s'invitent sur la rocade de Dijon

20 Juillet 2016, 13:04pm

Publié par Thomas Joly

« Terroristes à mort, immigrés dehors ». C'est l'inscription que l'on pouvait lire, ce mardi soir, sur une banderole accrochée sur l'Avenue du Mont-Blanc, au niveau du pont enjambant la rocade, à Dijon. Le message est celui du Parti de France et de son responsable départemental de Saône-et-Loire, Benjamin Lematte. Les automobilistes ont pu l'apercevoir durant près d'une heure trente, de 18h à 19h30 environ. La police, prévenue par les usagers de la rocade est intervenue et a fait décrocher la banderole. Les quatre individus sont repartis sans être inquiétés.

Source : http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2016/07/19/dijon-terroristes-a-mort-immigres-dehors-les-identitaires-s-invitent-sur-la-rocade

Voir les commentaires

Un islamiste marocain poignarde une mère et ses trois filles parce qu'elles sont trop court-vêtues

19 Juillet 2016, 13:24pm

Publié par Thomas Joly

C’est dans un centre de vacances des Hautes-Alpes que les faits se sont produits. Une mère de famille et ses trois filles, âgées de 9, 12 et 14 ans, ont été violemment attaquées à coups de couteau ce mardi matin vers 10h, situé à Garde-Colombe. Le pronostic vital de la plus jeune, âgé de 9 ans, est engagé, selon TF1. Le suspect a pris la fuite en voiture et a été interpellé quelques minutes plus tard par les gendarmes.

Il s'agit d'un Marocain bien connu des services de police pour violences et actes de délinquance divers, islamisé comme la plupart des afro-maghrébins occupant la France (sa femme est complétement voilée).

Le fanatique musulman, âgé de 37 ans, reprochait à ses voisines de bungalow leur tenue trop légère.

La maman et la fille aînée sont très grièvement blessées.

Voir les commentaires

Northmen Impakt en concert à côté de Saint-Quentin vendredi 5 août

19 Juillet 2016, 09:22am

Publié par Thomas Joly

Northmen Impakt en concert à côté de Saint-Quentin vendredi 5 août

Vendredi 5 août, à proximité de Saint-Quentin (02), se déroulera un concert du groupe nationaliste Northmen Impakt. Pour découvrir leurs chansons, voici leur chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC4rv5JAJwqhPFm3VLX8TJiQ

L'entrée est gratuite mais le service d'ordre se réserve le droit de refuser l'entrée à toute personne au comportement non-approprié, et il est demandé aux participants de consommer dans l'établissement qui accueuille l'événement. Un service de restauration rapide sera également assuré sur place.

La soirée débutera à partir de 19h et le concert commencera vers 21h.

Réservation obligatoire à cette adresse mail : thomasjoly60@yahoo.fr ou 06.09.96.44.37

Voir les commentaires

Allemagne occupée : un islamiste Afghan attaque les passagers d'un train à coups de hache

19 Juillet 2016, 09:06am

Publié par Thomas Joly

Un homme, armé d'une hache et d'un couteau, a attaqué des passagers d'un train lundi soir près de Würzburg, en Allemagne du Sud. L'auteur de l'attaque a été abattu alors qu'il prenait la fuite.

Dès lundi, le ministre de l'Intérieur de Bavière indiquait que cette attaque est "probablement" un "attentat islamiste". L'annonce mardi de la découverte d'un drapeau islamique au domicile du présumé terroriste va dans ce sens. Les faits ont été commis par un demandeur d'asile afghan de 17 ans.

L'attaque s'est produite vers 21h15 à bord d'un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Würzburg, en Bavière. Un riverain, qui a pu pénétrer dans le convoi, a décrit une "scène de boucherie" à l'intérieur du train.

Source : http://www.bfmtv.com/international/allemagne-attaque-a-la-hache-dans-un-train-au-moins-21-blesses-1007807.html

Voir les commentaires

États-Unis : Trois nouveaux policiers tués par un extrémiste noir converti à l’islam

18 Juillet 2016, 15:54pm

Publié par Thomas Joly

Suite à l’appel à “purger” la police de l’État de la Louisiane aux États-Unis par des organisations extrémistes noires il y a une semaine (voir ici), un militant du groupe noir Nation of Islam a abattu trois policiers et en a blessé sept autres dans la ville de Bâton Rouge.

Le terroriste s’appelle Gavin Long, un noir âgé de 29 ans. Le Pentagone a confirmé qu’il s’agissait d’un vétéran du corps des marines, passé par l’Irak pendant huit mois en 2008. Il était originaire de Kansas City dans le Missouri, une ville située à 1.150 kilomètres du lieu de la fusillade. Il était inconnu des services de police du Missouri.

Dans une vidéo de sa chaîne Youtube, Gavin Long expliquait appartenir au groupe radical noir Nation of Islam, de confession islamique (source). Dans une autre vidéo, Gavin Long qui se faisait appeler “Cosmo Ausar Setepenra”, narrait sa présence à Dallas le jour de l’attaque contre la police par un autre militant extrémiste noir qui avait fait sept morts au sein des forces de l’ordre.

Le terroriste de Dallas, Micah X. Johnson, était également un noir converti à l’islam et partisan du déclenchement de la guerre raciale et religieuse contre les Blancs (voir ici).

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Valls et les élus conspués par la foule lors de l'hommage aux victimes à Nice

18 Juillet 2016, 11:59am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Un dangereux terroriste arrêté à Nice

18 Juillet 2016, 11:49am

Publié par Thomas Joly

Samedi 16 juillet, un militant nationaliste a été arrêté Promenade des Anglais à Nice. Le dangereux individu avez osé clamé « la France aux Français ! » devant les caméras de BFMTV. Rassurez-vous chers compatriotes, le gouvernement socialiste et les forces de l'ordre veillent et assurent votre sécurité...

Voir les commentaires

14 juillet 2016 : le terrorisme islamiste et le terrorisme du quotidien

18 Juillet 2016, 09:30am

Publié par Thomas Joly

Les terribles événements de Nice ont occupé tous les esprits lors de ce long week-end du 14 juillet 2016, habituellement dévolu aux joies simples de l’été. Il serait pourtant dommageable de passer sous silence le terrorisme du quotidien qui empoisonne aussi la vie des Français depuis de très nombreuses années.

Au commencement étaient les Minguettes, première zone de non-France à déclencher des émeutes de grande ampleur. Dès 1981, le quartier dit « populaire », d’où les Français européens furent rapidement chassés, explosait. Pour la première fois, des voitures étaient brûlées par des jeunes. Le ministre de l’Intérieur d’alors, le Marseillais Gaston Defferre, connu pour avoir participé au dernier duel à l’arme blanche de l’Histoire de France, préconise une réponse ferme articulée autour de la répression policière. Bien entendu, il avait raison, mais Defferre n’était plus dans l’air du temps. Personne n’a voulu appliquer exactement ce que ce socialiste sécuritaire avait en tête. Cruelle erreur…

Depuis, brûler des voitures est devenu une tradition bien « française », notamment lors des nuits du réveillon et du 14 Juillet. Le 14 juillet 2016 n’a pas échappé à cette règle. Fidèle à ses habitudes, le site Fdesouche a rassemblé les articles de la presse quotidienne régionale relatifs à ces violences urbaines. C’est édifiant. Des dizaines de villes ont été touchées par des actes qui s’apparentent à du terrorisme de basse intensité, ou du para-terrorisme.

Retenons les cas les plus significatifs. À Évreux (Eure), des « jeunes » ont visé le commissariat avec des engins explosifs, faisant plusieurs blessés. Aux Sables-d’Olonne (Vendée), des « jeunes » du Val-de-Marne, certainement en vacances payées par nos impôts, se sont livrés à une véritable guérilla urbaine selon les syndicats policiers. Dans la ville de Meaux (Seine-et-Marne), administrée par Jean-François Copé, la police a été attaquée par des tirs de mortier. Dans le même département, deux voitures de police ont été frappées par des pierres à Mitry-Mory. Aux Ulis (Essonne), le poste de police municipale a été ciblé par des émeutiers… La liste complète donne le vertige.

Ce terrorisme du quotidien est le terreau sur lequel pousse l’État islamique en France. Il sévit depuis des années, toujours causé par les mêmes « jeunes », issus de l’immigration extra-européenne, sans que jamais l’État ne se soit décidé à agir concrètement pour y mettre un terme. Ces violences impunies prouvent que l’État est laxiste, peu concerné par le bien-être de ses forces de police ou la protection des biens matériels des Français.

Pour lutter contre le terrorisme aveugle, qui tue des dizaines de personnes par attentat, il faudra combattre toutes les incivilités. En matière de sécurité intérieure, la « tolérance zéro » est aujourd’hui le seul principe qui pourrait nous permettre de nous en sortir. On constate que l’état d’urgence est inefficace quand il ne s’accompagne pas d’une volonté politique ferme couplée à des moyens importants. La police, pourquoi pas l’armée, doivent pouvoir rentrer dans les cités pour fouiller les caves et les appartements. C’est là que se trouvent les armes et l’argent de la drogue. Comment peut-on espérer vaincre l’islamisme en France si nos forces de l’ordre n’ont pas accès à des pans entiers du territoire, administrativement en France mais qui n’ont plus rien de français ?

Gabriel Robin

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Action des militants provençaux du Parti de la France suite au carnage islamiste de Nice

17 Juillet 2016, 20:29pm

Publié par Thomas Joly

Suite à l'attentat de Nice, les militants provençaux du PdF se sont mobilisés pour montrer que les Français non-reniés ne sont pas seuls et qu'il existe encore des résistants politiques qui refusent l'immigration-invasion ainsi que l'islamisation de notre continent.

Voir les commentaires