Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Face à face Pologne/Biélorussie : un seul coupable, l'Union Européenne !

12 Novembre 2021, 04:54am

Publié par Thomas Joly

La crise migratoire à la frontière polono-biélorusse aujourd’hui, demain peut-être, à celle de la Lituanie et de la Lettonie, est artificiellement provoquée par les autorités de Minsk, toutes les preuves  sont-là : visas généreusement accordés par les consulats de Biélorussie en Afghanistan, Syrie et Irak, facilités aériennes et logistiques pour amener tous ces candidats au droit d’asile européen, à côté du territoire polonais. Et devant les images qualifiées par la grosse presse occidentale « d’insupportables », on cherche à influencer les opinions publiques et à faire « pleurer Margot dans sa chaumière ». Or, il semble pour l’instant que l’héroïque Pologne - comme hier face aux Nazis et aux Bolchéviques - se « dépatouille » seule, Bruxelles la soutenant du bout des lèvres en rappelant, cyniquement, qu’elle ne respecterait pas le droit du « non refoulement ». De qui se moque-ton ? En urgence, l’État polonais a mobilisé 10.000 de ses soldats pour renforcer ses gardes-frontières chargés de surveiller pas moins de 400 km, et a déroulé dans l’urgence une barrière faite de fil de fer barbelé avant d’édifier un mur. Cela prend du temps et, surtout, coûte de l’argent.

L’inqualifiable hypocrisie de la Commission européenne

Or, l’Union européenne parle plutôt de rétorsion  à l’encontre de Varsovie, en prétextant que ce gouvernement ne remplirait pas les conditions du droit, notamment à l’égard des minorités LGBT. De qui se moque-ton ? La Pologne garde les frontières extérieures de l’espace Schengen,*elle fait avec son droit régalien ce que les jeunes de Génération identitaire ont voulu faire, d’une façon symbolique, dans deux cols alpins et pyrénéens. Macron, avec un culot monstre, avait annoncé que la France allait renforcer la surveillance, justement, de ces points de passage montagnards. J’ai pu vérifier de mes yeux, au col du Somport par exemple, qu’il n’en était RIEN ! Que nenni, pas un képi, pas une casquette de douanier, de gendarme, de CRS ou de guardia-civil, des deux côtés de la frontière ! Dans les Alpes, Il s’est même trouvé la Sous-préfète de Briançon pour dénoncer, justement, un certain laxisme dans les contrôles. (Probable qu’elle va être mutée en Terre Adélie !) Comble de l’hypocrisie, Bruxelles, pour se défausser, accuse Vladimir Poutine d’être à la manœuvre derrière son protégé Loukachenko, le président biélorusse, qui n’a rien à lui refuser. Oui, la Biélorussie se venge des sanctions édictées par l’UE - comme quoi, entre parenthèses, si on voulait les appliquer aux pays qui nous refusent les laisser-passer consulaires pour rapatrier les OQTF, ça marcherait ! - pour punir Minsk de violations supposées des droits de l’homme dans ce pays, et condamner la fraude électorale qui a accompagné l’élection de Loukachenko. Mais en quoi la politique intérieure d’un État - certes, aussi déplorable soit-elle - nous concernerait-elle ? C’est de l’ingérence pure et simple. En revanche, condamner et punir la Biélorussie pour le rapt - en plein ciel ! - d’un avion de ligne, se conçoit tout à fait, mais dans un cadre diplomatique. Aller au-delà d’avertissements et punir par des sanctions commerciales tout un pays, relève de la mauvaise foi. Maintenant, face aux morsures frigorifiques de l’hiver qui arrive, on nous parle d’un « corridor humanitaire ». Il faut dire « non », - No Way ! -, lancer un message fort à tous les candidats à l’exil : « Vous n’avez pas d’avenir chez nous ! ». Et, dans un second temps, oui, rassembler à la frontière polonaise les moyens matériels de faire face à une crise sanitaire, mais en territoire Biélorusse et non polonais. En cas de refus, hélas, disons à tous ces « réfugiés », et bien… « à la grâce de Dieu ». Vive la Pologne !

Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France

* L’agence européenne FRONTEX est, en principe, chargée d’assurer la surveillance et la sécurité  des frontières extérieures de l’espace Schengen. Pour moi, c’est plutôt « l’agence Spontex », qui absorbe plus qu’elle ne refoule !

Voir les commentaires

11 novembre 2021 : hommage à nos combattants

11 Novembre 2021, 13:41pm

Publié par Thomas Joly

11 novembre 2021 : hommage à nos combattants

Hommage à tous les fils d'Europe tombés pour leur patrie au cours de ce conflit fratricide qu'a été la 1ère Guerre mondiale.

Sachons nous inspirer de leur courage exceptionnel pour, à notre tour, défendre notre héritage avec la même fougue.

« Il était difficile d'être lâche sous le regard d'autrui » Ernst Jünger

Voir les commentaires

Saint Martin, Foch et le 11 Novembre

11 Novembre 2021, 10:09am

Publié par Thomas Joly

Hasard du calendrier ? Main du destin ou de la providence ? En tout cas, c’est un fait : l’armistice fut signé le 11 novembre, jour de la Saint-Martin.

Le maréchal Ferdinand Foch, polytechnicien, artilleur – ce qu’on appelait, alors, une arme savante -, était un « grand cartésien » qui « avait foi dans la raison humaine », comme l’écrivit André Tardieu (1876-1945), son collaborateur pendant la guerre et futur président du Conseil. Raymond Recouly (1876-1950), un autre de ses biographes d’avant-guerre, rapportait les propos de Foch au sujet d’un homme politique que l’on disait appelé à un bel avenir : « C’est un sceptique. Il ne croit à rien. Ainsi, n’arrivera-t-il à rien. » Foch était donc aussi un homme de foi : « Une foi de simple, de charbonnier » qui lui donnait « une assiette fixe, inébranlable, pour y bâtir et y organiser son existence toute entière », poursuivait Recouly. Toujours dans son Mémorial de Foch, Recouly raconte que le maréchal évoquait souvent ce légionnaire romain prévoyant qui emportait toujours avec lui un pieu pour étayer sa tente lorsqu’il arrivait le soir à l’étape. Foi et raison.

Et c’est donc à un officier romain que Foch, signataire de l’armistice, généralissime des armées alliées en France, marqua sa reconnaissance en faisant apposer, la guerre terminée, un ex-voto dans la crypte de la basilique Saint-Martin à Tours : « À saint Martin – 11 novembre 1918 – Foch – Maréchal de France »

Car Martin, l’apôtre de la Gaule, né en 316 dans l’actuelle Hongrie, fut d’abord un soldat. Comme son père. Il combat les Alamans en Rhénanie. Puis il se fait baptiser et quitte l’armée pour rejoindre à Poitiers saint Hilaire. Averti en songes qu’il devait convertir ses parents, il traverse de nouveau l’Europe pour se rendre en Illyrie – l’actuelle Albanie. De retour à Poitiers, Martin se voit confier par Hilaire la mission de fonder un ermitage à Ligugé. Ce sera le premier monastère de Gaule. En 371, les habitants de Tours demandent à Martin de devenir leur évêque. Réticent, il se soumet cependant à la vox populi. Martin, homme de terrain, refuse de s’enfermer dans son palais épiscopal, vit comme un moine, fonde des monastères, dont celui de Marmoutier près de Tours, et sillonne les campagnes pour évangéliser la Gaule. En 397, le vieil évêque se rend à Candes, village situé au confluent de la Loire et de la Vienne, pour régler un litige entre ecclésiastiques. Il y meurt le 11 novembre. Poitevins et Tourangeaux se disputent alors sa dépouille, mais ces derniers sont plus rusés et réussissent à la rapatrier par voie fluviale. C’est là que la légende et l’Histoire se mêlent puisque les fleurs se seraient mises à éclore au passage de la barque funéraire : l’été de la Saint-Martin !

La popularité de saint Martin fut très grande au cours du Moyen Âge et il ne faut d’ailleurs pas s’étonner si près de cinq cents localités en France portent son nom. Et le patronyme Martin est l’un des plus répandus, aujourd’hui encore, chez les « Français de souche ». La Saint-Martin restera pendant des siècles une fête très populaire en France. C’était le jour où étaient renouvelés les baux dans nos campagnes, où les valets de ferme se cherchaient aussi un nouveau maître. En somme, une fête enracinée au plus profond de la terre gauloise.

Une terre à laquelle la famille de Foch était attachée. Fils de fonctionnaire, petit-fils d’un officier, chevalier de l’Empire, il « sortait d’une forte race de tisseurs et de drapiers du Comminges ; d’une race commerçante, mais qui tenait au sol par ses racines et qui avait toujours vécu dans sa maison », écrivait Tardieu. Le 11 novembre 1918, le vieux pays gaulois combat depuis plus de quatre ans pour recouvrer ses provinces perdues et sa frontière sur le Rhin, face, non pas aux Alamans, mais aux Allemands.

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

11 novembre : que la nation française soit de nouveau à la hauteur des héros qui sont morts pour elle

11 Novembre 2021, 08:30am

Publié par Thomas Joly

Ce 11 novembre est l'occasion de rappeler que les monuments aux morts qui recouvrent jusqu'à la moindre de nos communes sont remplis des noms typiques des Français morts pour la France.

Il s'agit d'un peuple dont la bien-pensance refuse aujourd'hui qu'il ait réellement existé, ni même, s'il existe, qu'il puisse avoir ne serait-ce qu'une qualité.

Je souhaite, ainsi qu'au nom du Parti de la France, que la nation soit de nouveau à la hauteur des héros qui sont morts pour elle, et que les agents de l'anti-France dégagent ou périssent.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Plus de cent agressions chaque jour contre les forces de l’ordre : le chaos, jusqu’où ?

10 Novembre 2021, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Plus de cent agressions par jour ont lieu contre les représentants de l’autorité, policiers, gendarmes, pompiers ou militaires, soit « plus de 28.500 en neuf mois », rapporte le Figaro. Et le rythme des agressions, effréné, ne faiblit pas. Jusqu’au 8 novembre dernier, où un algérien arrivé en Europe via l’Italie en 2008 et en France en 2016 a poignardé un policier devant le commissariat principal de la ville de Cannes.

Les violences contre les forces de l’ordre ne sont pas anodines : elles ont évidemment, au-delà de l’agression elle-même, une charge éminemment symbolique. Attaquer les détenteurs de la force publique légitime, c’est attaquer l’État, c’est, en quelque sorte, cracher sur lui. Et pour les racailles qui agressent, la délinquance et le jihad du quotidien sont étroitement mêlés, puisque s’en prendre à l’État c’est attaquer l’autorité, la légalité, le droit mais c’est aussi, surtout, vouloir blesser la France.

Cette escalade de la violence, de quelle crise est-elle le symptôme ?

Tout au long de son quinquennat, Emmanuel Macron n’a eu de cesse de souffler le chaud et le froid, flattant et dénigrant tour à tour les forces de l’ordre. L’interview au média Brut en décembre 2020 où il reprenait le terme « violences policières » à forte connotation anti-flics a fait mal : avec la même perversité évoquée plus haut, il alimentait ainsi la haine anti-flics qui traverse « les quartiers », où la loi en vigueur n’est pas exactement celle de la France. Une autorité brouillonne, un « en même temps » illisible, une volonté de flatter l’électorat d’origine étrangère, un déni de la partition en actes sur le territoire français : autant de preuves de la faiblesse de l’État et de celui qui le dirige dont se nourrissent les délinquants.

À cela, bien sûr, s’ajoute un sentiment d’impunité totale – et ce n’est plus vraiment un sentiment, mais une réalité – dont tout le monde, semble-t-il, fait le constat mais que l’on peine à aborder sous le bon angle et plus encore à résoudre. Car, pour cela, il faudrait une volonté politique.

On peut indéfiniment protester contre les juges, souvent à juste titre car, comme le disait au Figaro Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance, nous sommes dans «une situation où l’impunité est grandissante et l’insécurité omniprésente. Aujourd’hui, avec les aménagements de peines, des individus condamnés à de la prison ne vont pas en détention. Alors qu’ils ont cinquante faits à leur actif, certains sont remis dehors après leur garde à vue. Certains magistrats considèrent que la prison doit rester une exception». 

Cela reprend les travaux du docteur Maurice Berger, psychiatre spécialiste de la violence, pour qui le sentiment d’impunité  qui anime les délinquants, dont certains n’ont plus aucune notion du bien, du mal, ou même des simples exigences de la vie sociale en France, serait un peu combattu s’il y avait de simples peines, effectives et effectuées de contention, c’est-à-dire de prison. Impunité réelle et haine de la France, un cocktail explosif qui mènera, si on ne fait rien, à une guérilla permanente sur le sol français.

Il faut remonter la chaine pénale jusqu’au bout.

Il serait bon de rappeler aux français qui, au mois de juin prochain, éliront leurs députés que les juges, même s’ils ont tendance, idéologiquement, à considérer avec plus d’attention les victimes que les coupables, appliquent des lois…votées au Parlement. Comme le rappelle Éric Mathais, procureur de Dijon et président de la Conférence nationale des procureurs, «les lois votées dernièrement interdisent les petites peines et incitent à l’aménagement ab initio. Nous sommes par ailleurs dans l’obligation fine, imposée par le code pénal et le code de procédure pénale, de prendre non seulement en compte la gravité des faits mais aussi la personnalité des intéressés» (Le Figaro).

Ce sera bientôt l’heure du choix dont tout porte à croire qu’il sera irréversible : combien de temps laisserons-nous ceux qui haïssent la France imposer le chaos ?

Marie d'Armagnac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Président-candidat fait son propre bilan quinquennal sur fond d'angoisse covidiste

10 Novembre 2021, 04:48am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron n'a pas pu s'empêcher hier soir de démarrer son allocution avec la reprise du sketch éculé de l'énième reprise fantasmée de la pseudo-épidémie de Covid. Se grimant une fois de plus en petit VRP des laboratoires pharmaceutiques, il a annoncé sans surprise la 3e dose obligatoire pour les seniors si ceux-ci veulent conserver leur pass sanitaire. Pour les autres, ce sera sans doute pour bientôt, nous pouvons lui faire confiance.

Nous avons ensuite appris que, grâce à ses efforts, notre système hospitalier ne s'est jamais aussi bien porté. Les soignants à bout et les Français qui subissent la tiers-mondisation de la santé publique apprécieront...

Côté économie et emploi, tout va bien aussi, sachez-le. Grâce aux milliards d'argent public injectés et les mesures gouvernementales que le monde entier nous envie, nous sommes là aussi de sacrés veinards d'après notre Président de la République.

L'insécurité est en baisse, oui oui ; toujours grâce à son action déterminante que les Français peuvent constater chaque jour.

Enfin, avec un culot monstre, après avoir fait fermer la centrale de Fessenheim pour plaire au lobby Vert, Emmanuel Macron a annoncé la construction de nouvelles centrales nucléaires, alors que nous n'avons même plus le savoir-faire !

Cette allocution a consisté en un panégyrique bilan d'un candidat-Président bouffi d'autosatisfaction, promettant monts et merveilles, avec encore plus de dépenses publiques, pour - tenez-vous bien - l'horizon 2030 !

Merci à Emmanuel Macron d'avoir éclairé les Français les plus lucides sur la nécessité de le mettre hors d'État de nuire le plus rapidement possible, c'est ce à quoi nous devons nous atteler dans les mois à venir !

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires

Réindustrialiser la France : avec qui ? Avec quoi ?

9 Novembre 2021, 13:13pm

Publié par Thomas Joly

Nos excellentissimes gouvernants ont découvert, à l’occasion de la crise du Covid, que la France est désormais dépendante du monde entier et que son industrie a quasiment disparu. Alors, campagne présidentielle oblige, ceux-là mêmes qui l’ont méthodiquement dépecé, tous, veulent réindustrialiser le pays. Ces grandes envolées seraient comiques si elles n’étaient tragiques.

Pour réindustrialiser le pays se posent deux questions simples :

Avec qui ? En ingénierie, les compétences de pans entiers de l’industrie ont disparu ; on pense naturellement au nucléaire avec les exploits d’Anne Lauvergeon. Sur la main-d’œuvre de production, même constat ; je me souviens de ce dirigeant d’une grande marque de vêtements de sport français qui, souhaitant rapatrier une partie de sa production, haut de gamme notamment, se heurtait avant tout à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée qu’il devait former lui-même. C’est que l’industrie n’a plus la cote.

Dans ma commune de 800 habitants, le travail acharné de l’ancienne municipalité s’est traduit par l’installation d’une scierie (d’un groupe luxembourgeois) et, à proximité immédiate, d’une usine de granulés de bois, allemande cette fois-ci, totalisant près de 200 emplois ; l’une comme l’autre ont eu d’énormes difficultés pour recruter, ayant même retardé le démarrage nominal des activités. Pourtant, chômeurs et titulaires du RSA ne manquaient pas. C’est qu’en quarante ans, la France a laissé « filer le travail » ; le pays ne s’est jamais remis des 35 heures, et pas seulement l’industrie (on pense notamment à l’hôpital), la productivité n’est pas toujours à la hauteur.

Comment et avec quoi ? On ne peut être qu’admiratif devant ces patrons qui se lancent ou reprennent des activités, tant les tracasseries qui les attendent sont pléthore : droit du travail et son corollaire, inspection du travail, URSSAF, syndicats, délire normatif, contraintes environnementales devenues ubuesques, et on en oublie.

Risquons-nous sur un terrain en vogue, celui des métaux rares dont la demande explose avec, entre autres, les voitures électriques. Le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) a établi, il y a plusieurs décennies déjà, une carte de France des sites (voir l’ouvrage La Guerre des métaux rares, de Guillaume Pitron) ; huit d’entre eux disposent d’un fort potentiel minier. Alors, allons-y, ouvrons des mines et… bon courage ! Entre la multiplication des recours, les inévitables ZAD, voire le désintérêt de tout un chacun, pas un coup de pioche ne sera donné avant vingt ans, si tant est qu’il le soit un jour : en caricaturant un peu, l’industrie, c’est moche, l’industrie, c’est sale, l’industrie, ça sent mauvais.

Et pourtant, certains y arrivent, comme nous venons de le voir, mais trop souvent avec des capitaux étrangers, avec cet autre exemple emblématique qu’est celui de la firme japonaise Toyota, qui fabrique à Onnaing, dans le nord de la France, son modèle Yaris (voiture la plus fabriquée en France, un comble).

Enfin, l’offre n’est rien sans la demande. Le patriotisme économique est bien peu présent et le « carnet d’excuses » des achats de produits étrangers est infini ; à commencer chez nos administrations. Petite lueur d’optimisme : la gendarmerie, après s’être égarée chez l’espagnol Cupra (Seat) pour sa flotte de voitures d’intervention rapide sur autoroute, a rompu le contrat pour commander 26 Alpine A110. Beau symbole.

Guy Chalochet

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Overdose de gaullisme en ce 9 novembre

9 Novembre 2021, 10:32am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Changement de sexe : ces allers sans retours

9 Novembre 2021, 05:21am

Publié par Thomas Joly

Dans les contrats de fourniture de logiciel ou d’hébergement informatique, il y a un aspect essentiel qui est la réversibilité. C’est un peu comme de négocier les conditions du divorce dans le contrat de mariage, mais cela évite qu’un fournisseur prenne en otage son client en verrouillant du point de vue contractuel les obligations auxquelles il sera tenu pour que le client puisse poursuivre sa vie avec toutes ses données après la séparation. C’est un exemple de principe de précaution qui n’est que l’anticipation d’un événement possible/probable dont les conséquences pourraient être défavorables.

Sauf que ça ne fonctionne pas partout comme dans le monde de l’informatique. Prenez une personne atteinte de dysphorie de genre qui se ferait opérer : mastectomie, hystérectomie et phalloplastie dans le sens femme vers homme ; ou pénectomie et vaginoplastie, pose d’implants mammaires et rabotage de la pomme d’Adam dans le sens homme vers femme : ce sont des opérations lourdes dont la réversibilité semble compliquée ou impossible. C’est un aller sans retour et, en plus, vous rajoutez un bon cocktail d’hormones.

Il y a des personnes qui regrettent les modifications qu’elles ont infligées à leur propre corps. The Economist raconte l’histoire de Carol, en Californie, qui a subi des effets secondaires graves du fait de sa transition : douleurs, cholestérol, palpitations, anxiété, dépression. Elle a fini par arrêter la testostérone mais, bien sûr, tout ne redevient pas comme avant : si elle a retrouvé un niveau de cholestérol normal, elle garde sa pilosité faciale et ne retrouvera pas sa poitrine.

Le Dr Lisa Littman, qui a pour thème principal de recherche la dysphorie de genre, a récemment publié une étude portant sur une centaine de personnes ayant effectué une détransition de genre. Elle avait déjà encouru les foudres du lobby LGBT-YUIOP en évoquant la possibilité d’un effet de mode ou de contagion dans la dysphorie de genre soudaine en recrudescence chez les adolescents. Trois pourcentages de cette nouvelle étude méritent d’être mis en lumière.

49 % des personnes de la cohorte ont invoqué les complications médicales avérées ou craintes. C’est beaucoup.

Un chiffre stupéfiant : 55 % pensent ne pas avoir eu de diagnostic/d’évaluation adéquate par un médecin ou un spécialiste de la santé mentale. Est-ce à dire qu’aux États-Unis d’Amérique, la médecine est devenue une simple prestation de service à titre onéreux où se donner les moyens d’un diagnostic fiable importe peu quand se présentent des occasions de dollars générés par un traitement lourd ?

La logique se réinvite : seulement 24 % de ceux qui ont détransitionné dans cette population ont prévenu leurs thérapeutes. Cette perte de confiance est sans doute légitime, compte tenu des deux premiers chiffres.

Ces signaux devraient inciter à la prudence, mais il n’en est rien. Un père de Vancouver qui refusait le changement de prénom de sa fille et continuait à clamer que sa fragilité psychologique aurait dû lui interdire une transition s’est vu condamner à six mois de prison. Voilà.

Si les médecins et les juges sont complices, comment préserver les enfants ? Et quelqu’un peut-il m’expliquer le principe de précaution appliqué aux transitions de genre ?

Rémy Mahoudeaux

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Si Cassandre Fristot avait milité à gauche, elle enseignerait toujours

9 Novembre 2021, 05:09am

Publié par Thomas Joly

Alors que l’enseignante Cassandre Fristot est toujours suspendue par l'Éducation nationale, et a été condamnée à 6 mois de prison avec sursis et près de 10.000 euros d’amende et de dommages et intérêts, pour une simple pancarte où elle dénonçait ceux qu’elle pensait responsables de la pandémie, dont quelques Juifs, un autre éminent professeur, le dénommé Olivier Tonneau, se permet d’insulter notre pays, sa population, notre histoire, et d’inciter au terrorisme contre CNews, en toute impunité.

Olivier Tonneau (LFI) sur le Grand Remplacement : « Je l’espère de tout mon cœur. Il faut basaner les rues, blasphémer le roman national, chanter Nique la France, faire sauter CNews » (MàJ : Il supprime son billet)

Il est vrai qu’Olivier Tonneau, c’est son nom, milite chez les Insoumis, et crache sur la France. Chez Macron-Blanquer, cela ne mérite aucune sanction.

Si Cassandre avait milité chez les Insoumis, elle serait toujours en fonction. Mais elle est de droite nationale et catholique. Deux graves erreurs.

Pierre Cassen

Source : https://ripostelaique.com/si-cassandre-fristot-avait-milite-chez-les-insoumis-elle-enseignerait-toujours.html

Voir les commentaires

La fermeture de nos frontières ou la guerre

8 Novembre 2021, 15:07pm

Publié par Thomas Joly

La fermeture de nos frontières ou la guerre

Voir les commentaires

La Pologne démontre que c'est possible de sécuriser une frontière face à un afflux de migrants

8 Novembre 2021, 14:07pm

Publié par Thomas Joly

Les autorités polonaises ont averti ce lundi que des centaines de migrants se dirigeaient vers la frontière polonaise, limite orientale de l’Union européenne, en provenance de Biélorussie. « Informations très inquiétantes de la frontière. Un groupe important de migrants s’est rassemblé en Biélorussie, près de la frontière avec la Pologne. Ils viennent de se diriger vers la frontière de la République de Pologne. Ils essaieront d’entrer en Pologne en masse », a tweeté Stanislaw Zaryn, porte-parole du ministre coordinateur des services spéciaux, en postant des vidéos montrant des centaines de migrants en Biélorussie.

Les Polonais tiennent bon et refusent de les laisser passer.

Voir les commentaires

Sortie du nouveau numéro de Synthèse nationale

8 Novembre 2021, 05:37am

Publié par Thomas Joly

Sortie du nouveau numéro de Synthèse nationale

Sortie du numéro d'automne 2021 de Synthèse nationale. Pour le commander, c'est ici : https://synthese-editions.com/produit/synthese-nationale-n58-automne-2021/

Voir les commentaires

Quand Ikea fait de la discrimination anti-française à l'embauche au profit de pseudo-réfugiés

8 Novembre 2021, 05:21am

Publié par Thomas Joly

KEA recherche quinze personnes pour une formation rémunérée afin devenir préparateur(rice) (sic) ou cariste en CDD ou CDI dans un dépôt de l’enseigne scandinave situé à Châtres, en Seine-et-Marne. Conditions requises ?

Primo : être inscrit à Pôle emploi. Rien à dire jusque-là.

Secundo : être réfugié ou bénéficiaire de la protection subsidiaire (statut accordé à un étranger qui ne peut recevoir celui de réfugié mais qui, en revanche, peut prouver qu’il est exposé dans son pays à certains risques : peine de mort, par exemple). Donc, logiquement, si vous êtes un Français lambda qui aspirerait à devenir cariste après des années de galère à faire des petits boulots ou de chômage, ce n’est pas la peine d’envoyer votre CV. Idem si vous habitez en plein milieu de la Brie et que vous avez assez de faire des heures de bagnole chaque jour pour aller bosser de l’autre côté de Paris. Mais on imagine qu’il ne faut surtout pas appeler cela de la discrimination. Donc, ce twittos n’a rien compris : « Donner la chance à des réfugiés de trouver une formation, c’est très bien, par contre, empêcher les Français de postuler c’est vraiment honteux. »

Tertio : avoir un niveau de français A2 minimum. Le minimum que l’on puisse attendre de quelqu’un qui travaille en France. Le niveau A2, c’est, comme l’explique le site gouvernemental, « pouvoir communiquer lors de tâches simples et habituelles ne demandant qu’un échange d’informations simple et direct sur des sujets familiers et habituels ». Le b.a.-ba. Ce niveau de français est-il suffisant pour appréhender les questions de sécurité dans un métier non sans risque et soumis à des règles de sécurité draconiennes ? La question est posée, quand on voit que pour passer un permis CACES (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité), on exige la maîtrise de la langue française. Mais passons.

Revenons à l’offre d’embauche d’IKEA. On découvre sur cette fiche que l’offre est faite en partenariat avec Pôle emploi et each One. D’ailleurs, pour toute question, il faut s’adresser à cet organisme. Qu’est-ce que each One ? Comme l’explique son site, « each One est une solution clé en main de recrutement et de formation, dédiée aux personnes réfugiées et nouveaux arrivants, qui fait de l’inclusion une expérience incroyable pour les entreprises et leurs équipes ». On y conçoit « des solutions RH qui révèlent tout le potentiel de la multiculturalité » et l’on explique aux entreprises qui seraient tentées de recruter des réfugiés tout le bénéfice que cela représente (une entreprise n’est pas une œuvre de charité) : « Selon une étude récente, les employés réfugiés ont un taux de rétention de 15 % plus élevé que leurs homologues non réfugiés. Augmentez votre productivité et votre capacité à innover ! Encourager les employés à la création d’un environnement inclusif permet de stimuler la performance et la collaboration au sein des équipes. Lorsqu’elles sont inclusives, elles augmentent de 20 % leur potentiel d’innovation et de 87 % leur pertinence commerciale dans leurs décisions. Renforcez votre marque employeur ! » La France étant une grande entreprise, on se demande pourquoi on ne pousse pas l’extrapolation de ces constats managériaux au plan national.

La démarche de each One, pour le compte d’IKEA, est soutenue par le gouvernement et un certain nombre de préfets comme celui des Bouches-du-Rhône ou de la région Île-de-France. Donc, faut-il en déduire que l’État soutient indirectement une démarche aux allures discriminatoires ? Car, comment qualifier autrement cette recherche, pour le même dépôt, qui ne doit pas compter des milliers de collaborateurs, de quinze personnes exclusivement réfugiées ? Exclure au nom de l’inclusion : très fort !

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Situation tendue dans les hôpitaux, EHPAD, centres pour handicapés : la faute au Covid, vraiment ?

8 Novembre 2021, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron va donc parler mardi soir. Avec un taux d’incidence en hausse, il lui sera facile de justifier la prolongation du passe sanitaire. Le fera-t-il ? En tous cas, la seule annonce de son allocution a déjà fait bondir les inscriptions pour la troisième dose. Pourtant, alors qu’il n’y a nul embouteillage aux urgences ou en réanimation, ce qui frappe, c’est la situation tendue, voire parfois franchement inquiétante, dans certains services hospitaliers ou paramédicaux, du fait du manque de personnel. Dans un reportage choc de BFM, il y a quinze jours, Pierre Amarenco, chef du service neurologie à l’hôpital Bichat, ouvrait les portes de chambres vides et d’une salle pleine de matériel, mais sans patient. Le personnel manquait pour faire tourner le service. Depuis, les informations alarmantes se multiplient.

Ainsi, samedi, la presse a relayé la fermeture des urgences, la nuit, à Draguignan (Var), faute de médecins en nombre suffisant, ce qui oblige la population – 100.000 habitants concernés – à faire plusieurs dizaines de kilomètres supplémentaires. Un médecin urgentiste cité par 20minutes a expliqué les raisons de la fermeture : « Nous travaillons 100 heures par semaine depuis plus de six mois. Déjà, quand il y avait des intérimaires, on était au taquet, mais maintenant qu’il n’y en a plus, c’est un taquet qui est dépassé car on ne peut pas faire plus, physiquement et même légalement. » Le journal précise que « le service d’urgences, qui accueillait entre 100 et 150 personnes avant sa fermeture la nuit, tourne actuellement avec 6 médecins alors qu’une vingtaine seraient nécessaires ». La direction incrimine « une démographie médicale particulièrement défavorable ». En effet, on sait bien qu’il y a de moins en moins de médecins pour une population âgée en augmentation*. Mais qui est responsable des nécessaires ajustements de recrutement rendus indispensables par ces données démographiques connues ?

En cette fin de semaine, on apprenait aussi que l’hôpital Saint-André, à Bordeaux, connaissait une certaine désorganisation à cause d’un cluster interne de cas de Covid impliquant 16 soignants et 9 patients. Tous étaient pourtant vaccinés… La direction du CHU était obligée de reconnaître que cela l’amenait « à des fermetures de lits qui font cruellement défaut dans un contexte où nos girondins sont très sollicités avec les pathologies hivernales qui commencent, le Covid qui continue et qui reprend (84 hospitalisations en Gironde plus 28 en réanimation) », rapporte France 3 Nouvelle-Aquitaine. Elle ajoutait que d’autres lits étaient fermés « parce qu’on est en vacances scolaires, parce qu’on a des postes vacants ». « En général, poursuit-elle, au mois de septembre, on reconstitue les équipes et là, nous n’avons pas pu le faire en Gironde […] Mais c’est un phénomène national. On a près de 300 lits hospitaliers fermés en Gironde, aujourd’hui. » Ce dimanche, dans Sud-Ouest, le directeur de l’ARS de Nouvelle-Aquitaine parlait de « situation crispée » et reconnaissait qu’« il existe de la tension sur les lits, dans toute la région ».

Un cercle vicieux s’est engagé dans les recrutements à l’hôpital. Il était évidemment prévisible. Était-il donc nécessaire et judicieux de se priver, en plus, des soignants non vaccinés qui ont été écartés d’autorité par le gouvernement ? À l’heure où il est avéré que des clusters peuvent surgir chez les soignants vaccinés, comme celui de Saint-André, ne serait-il pas salutaire de revenir sur cette décision et d’arrêter de se priver ainsi de compétences indispensables ?

Mais il y a pire : à tous ces services hospitaliers désorganisés par des impérities de gouvernance et de recrutement s’ajoute la situation inquiétante de bien des foyers d’accueil médicalisés pour personnes handicapées. Le Monde a eu la bonne idée de se rendre dans l’un d’eux, à Lormont, en banlieue bordelaise. Le constat est dramatique, partagé par la direction, les personnels épuisés et les familles, très inquiètes : « hémorragie de personnel », « manque d’effectif alarmant », personnels « à bout de souffle ». Les chiffres du reportage sont éloquents : « L’effondrement est palpable : l’équipe soignante et d’éducateurs est passée, en moins d’un an, de 10 à 2 titulaires chargés des résidents. » Avec des conséquences dramatiques pour les pensionnaires, et des situations qui frôlent la maltraitance : « Quelques-uns de nos résidents n’ont pas pu être nourris pendant plus d’une journée. Ils avaient besoin d’une sonde et on n’avait pas d’infirmière pour s’en occuper. » Cela se passe en France, en 2021, sous Emmanuel Macron.

La faute à qui ? Le directeur de la structure n’hésite pas : le Ségur de la santé, dont Olivier Véran et nous vantent les mérites soir et matin, a été mal pensé et produit des effets pervers. « En attribuant 183 euros d’augmentation aux seuls employés des EHPAD et des , explique-t-il au Monde, on a créé de la concurrence. Nos infirmières, nos aides-soignantes qui touchent à peine le SMIC préfèrent les rejoindre, et c’est bien normal. »

Des réalités, des chiffres et des paroles à garder à l’esprit. Mardi soir, par exemple.

Frédéric Sirgant

Source : http://bvoltaire.fr

* « Alors que la population augmente et vieillit, l’Atlas de la démographie médicale française 2011 (5e édition) du CNOM (Conseil national de l’ordre des médecins) confirme un écart croissant entre le taux de médecins nouvellement inscrits (+2,5 % en un an, soit 5.392 médecins/an) et le taux de départ (+11,2 % en un an, soit 4.310 médecins) » (sources : Wikipédia).

Voir les commentaires