Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Caen : viol de deux étudiantes par sept migrants, omerta médiatique sur ce crime

12 Avril 2017, 09:19am

Publié par Thomas Joly

Jeudi dernier, en marge du carnaval étudiant dont le Parti de la France du Calvados demande régulièrement l'interdiction, deux étudiantes ont été violées par sept migrants venus de Ouistreham sur des bicyclettes généreusement fournies par les associations gaucho-crasseuses du département.

Prises en charge par les pompiers, les deux étudiantes n'auront peut-être jamais droit de réclamer justice. Pourquoi ? Parce que les forces de l'ordre ont demandé aux pompiers de ne pas révéler cette affaire.

Rendez-vous compte, cela ferait de la mauvaise publicité aux migrants, ce qui n'est jamais bon pour la république, et encore moins à quelques jours d'une élection capitale.

Le PdF14 condamne fermement l'attitude des forces de l'ordre, ainsi que la complicité des journalistes qui ont fait le choix de ne pas non plus diffuser cette information. Pourtant, si nous sommes au courant, c'est qu'ils le sont, et qu'ils l'ont même été bien avant nous !

Nous rappelons ici ce que nous avons toujours dit :

- Le carnaval étudiant n'est qu'une beuverie à ciel ouvert où les racailles des cités alentours viennent guetter leurs proies pour les dépouiller. Il convient donc de l'interdire définitivement.

- Les pseudo-réfugiés sont des porcs qui n'ont rien à foutre chez nous.

- La police politique et les médias préfèrent masquer la réalité plutôt que de décrire des faits qui vont à l'encontre de leur idéologie cosmopolite.

Le Parti de la France apporte son soutien moral aux étudiantes violées par les migrants et salies une deuxième fois par l'omerta qui règne autour de leur malheur.

Source : http://pdf14.over-blog.com

Voir les commentaires

Pierre-Nicolas Nups victime d'un procès politique : « Nul ne me fera taire ! »

12 Avril 2017, 08:57am

Publié par Thomas Joly

Vendredi 7 avril 2017, le Tribunal correctionnel de Nancy m’a condamné à 6 mois de prison avec sursis, 9.000 euros de frais de procédure assortie de 5 ans d’inéligibilité ainsi qu’une peine d’interdiction de représentation juridictionnelle. Ce n’était pas pour avoir tabassé un policier à son domicile, ni pour avoir séquestré et cambriolé un octogénaire comme le prévenu qui a été jugé avant moi. J’ai été condamné par un jugement illégal pour avoir relayé une vidéo de 5 secondes issu du dessin animé South Park.

Dans cette vidéo, nous voyons Madame Garrisson s’écrier dans une manifestation de manière maniérée : « trouvons des pédales et des matraques, on va leur faire comprendre, on va casser du pédé ! »

Herbert Garrison est un personnage particulièrement extrême et délirant qui collectionne les désordres psychiatriques, lubies et perversions en tous genres. Garrison a changé de sexe deux fois, et est une femme prénommée Janet de la neuvième à la douzième saison de South Park. Sa sexualité est aussi pour le moins fluide : il a été, au fil des épisodes, hétérosexuel, pédéraste, zoophile, homosexuel, hétérosexuelle, et lesbienne. Il est violemment homophobe pendant ses périodes hétérosexuelles.

A 19 ans, j’ai relayé cette vidéo sur une page Facebook à titre de dérision. Je n’aurais jamais imaginé que cela constituerait une occasion pour l’Etat confédéré LGBT de m’agresser judiciairement dans l’avenir. J’ai été accusé d’incitation à la haine et à la violence à l’encontre d’un groupe de personne en raison de son orientation sexuelle. Lors de ce procès, on se serait cru chez les bolchéviques.

ACCUSATIONS DÉLIRANTES

Alors que l’enquête diligentée par le ministère public a très clairement mis en évidence que je n’avais jamais publié quoi que ce soit ayant un rapport avec l’homophobie ; j’ai été attaqué par une volée d’accusations délirantes. Je ne suis pas homophobe. Les homosexuels ne me font pas peur. Ils provoquent chez-moi la plus totale indifférence la plupart du temps. Dans certains cas ils m’amusent, dans de rares cas ils me dégoûtent. Il n’y a aucune haine de ma part à leur encontre.

Le dossier comprenait plus d’une centaine de pages n’ayant rien à voir avec ce qui m’était reproché. On y retrouvait notamment une correspondance de Christine Boutin, où un homosexuel réclamait la réouverture des chambres à gaz pour lui et ses pareils. A la lecture du dossier, je n’ai pas très bien compris pourquoi cela y figurait. En réalité, pendant 2h, les avocats de l’Etat confédéré LGBT ont dressé un portrait psychologique totalement hystérique de ma personne.

Une avocate m’a demandé de répéter 15 fois que je n’avais aucune haine contre les homosexuels. Je lui ai répondu que deux fois suffirait et je lui fît observer que je ne suis pas une marionnette de ventriloque. Un autre, m’a comparé à Klaus Barbie et Paul Touvier. Puis enfin, l’un d’entre eux s’est écrié que mon comportement conduisait aux chambres à gaz. Je rappel les faits : j’ai relayé un dessin-animé.

Je leur ai rappelé que cette vidéo est une vidéo satirique, qui représente d’ailleurs un personnage homosexuel et que je ne suis pas l’auteur des propos incriminés. Malgré une absence totale d’ITER CRIMINIS, à savoir la démonstration de la part du ministère public de ma volonté d’inciter à la haine à l’encontre des homosexuels, j’ai été condamné à une peine excessivement disproportionnée par rapport à ce qui m’était reproché et qui plus est, par un jugement qui viole l’ordre public. Ce jugement n’est pas seulement délirant, il est absolument illégal.

JUGEMENT ILLÉGAL

Pour ces faits, j’étais poursuivi sur le fondement de l’alinéa 9 de l’article 24 de la loi de presse du 29 juillet 1881. Or, cette loi de presse a été modifiée antérieurement à la loi du 15 novembre 2014 et a vu son alinéa 6 – réprimant l’apologie du terrorisme – , être supprimé afin d’être transféré dans le droit pénal commun. Cela signifie que les alinéas suivants ont nécessairement changé de numérotation, le 8ème devenant le 7ème et le 9ème devenant le 8ème.

Que donc, visant l’article 24 alinéa 9ème pour l’incrimination des faits poursuivis, et 8ème pour leur répression, tant la plainte que le réquisitoire introductif et la citation visent un texte inapplicable aux faits, et que s’agissant de dispositions d’ordre public, le tribunal ne pouvait qu’annuler les poursuites comme le disposent les articles 50 et 53 de la loi de presse de 1881. Je cite l’article 53 : « toutes ces formalités seront observées à peine de nullité de la poursuite ». Le jugement est illégal, j’ai donc immédiatement interjeté appel.

Nos tribunaux sont gangrénés par le Syndicat de la Magistrature

Plus de 7 Français sur 10 n’ont pas confiance en la justice. Lorsque vous avez affaire à la justice, vous avez une chance sur 3 de tomber sur un magistrat membre du syndicat de la magistrature ; lequel a édité plusieurs brochures dans lesquelles nous pouvons y voir un cochon avec un képi de flic, et notamment y lire : « nous serons toujours du côté des truands contre les flics, du côté des piétons contre les automobilistes, etc ».

Afin de rejeter mes conclusions en nullité de citation, le président du tribunal s’est appuyé sur l’article 179 du Code de procédure pénal qui dispose qu’une fois que l’ordonnance de citation est devenue définitive, les nullités sont couvertes ( c’est à dire non invocables ). Cependant, il s’agit là du droit pénal commun. En matière de droit de la presse, les nullités sont invocables à tout moment de la procédure ( par ailleurs, je n’ai appris le jour de mon procès que par des journalistes, il ne m’a jamais été signifié ). La Cour de Cassation considère depuis 1980 que le tribunal peut, en matière de droit de la presse, apprécier la validité de l’acte initial de poursuite sans qu’il soit possible de lui opposer l’irrecevabilité tirée de l’article 179 du code de procédure pénale.

Il y a deux hypothèses pouvant expliquer cette condamnation totalement illégale

Première hypothèse : nous avons affaire à un juge qui n’était pas au courant de cette subtilité juridique, exorbitante du droit commun. Dont Acte.

Deuxième hypothèse : nous avons affaire à un juge rouge qui a sciemment jugé cette affaire de manière illégale afin de m’empêcher de mener à bien ma campagne des élections législatives. Il se trouve que mon inéligibilité a été assortie de l’exécution provisoire. Cela signifie que durant la période d’appel – qui peut durer 2 ou 3 ans – je reste inéligible jusqu’à l’annulation de cette décision par la Cour d’Appel qui n’y manquera pas, comme pour une autre affaire similaire dont les choses ont été remises dans l’ordre qui n’aurait jamais dû être quitté, en mars dernier.

Je demeure plus persuadé par une explication, que par une autre.

Face aux juges rouges et à l’Etat confédéré LGBT, je ne courberai pas l’échine et je l’annonce haut et fort : je continuerai à défendre le bien commun, à dire la vérité et NUL NE ME FERA TAIRE !

Pierre-Nicolas Nups

Source : http://pnnups.fr

Voir les commentaires

Grande-Synthe : le camp de migrants réduit en cendres après une rixe entre Afghans et Kurdes, 1 500 envahisseurs à reloger

11 Avril 2017, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Le camp de la Linière, à Grande-Synthe (périphérie de Dunkerque), était en flammes ce lundi soir vers 21h. Au moment de la relève des unités de CRS à l’entrée du camp, une rixe tribale entre Kurdes et Afghans a nécessité l’engagement des forces mobiles pour séparer les belligérants. Les policiers ont dû faire usage de 21 grenades lacrymogènes et d’une grenade de désencerclement. L’incident a fait au moins trois blessés par armes blanches.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Selon le Crif, Vichy c’est la France, mais Daech c’est pas l’islam !

11 Avril 2017, 06:37am

Publié par Thomas Joly

« Vichy c’est la France, mais Daech ce n’est pas l’islam » : c’est ainsi que l’on peut résumer les conceptions historico-politiques des bobos ethnomasochistes. Affirmant que « la vraie France était à Londres et non à Vichy », Marine Le Pen s’attire les foudres des associations mémorielles et de toute une classe politique repentante qui a intégré l’idée d’un « péché perpétuel » pour lequel la France devrait battre sa coulpe ad vitam aeternam.

La France a-t-elle une responsabilité dans l’Holocauste ? Qui, du régime de Vichy ou de la France libre a été la « vraie » France ? Laissons le fond du sujet à ceux qui ont la compétence et la neutralité suffisantes pour la traiter de manière dépassionnée : les historiens et les philosophes. Penchons-nous plutôt sur les anathèmes inévitables qu’a dû essuyer la candidate du FN.

Certains l’accusent en effet de « révisionnisme » (l’équivalent d’un crime de sorcellerie au XVIIe siècle), oubliant que le révisionnisme ne tombe pas sous le coup de la loi, à la différence du négationnisme, qui est passible d’emprisonnement (ce qui fait de la France et de l’Allemagne les seuls pays d’Europe à emprisonner pour des mots).

En effet, le révisionnisme est non seulement inattaquable judiciairement, mais c’est encore un procédé moralement et intellectuellement sain pour analyser des faits historiques sous un jour nouveau. Révisionnisme ne vient-il pas du verbe « revoir » ? Tout historien est révisionniste, dans le sens où il revoit, corrige dissèque et ré-agence des données considérées comme justes pour en dégager les limites et déboucher sur une analyse plus approfondie.

Ne plus faire de révisionnisme, c’est ne plus faire d’histoire et considérer que ce qui est admis est la stricte vérité inaliénable. C’est ce que faisaient les aèdes antiques, qui narraient les exploits des héros mythologiques qu’ils prenaient pour des personnages historiques. Heureusement qu’il y a eu des « révisionnistes » pour faire émerger la vérité et renvoyer Achille et Héraclès au monde des mythes. Toute recherche historique est une contestation, donc une forme de révisionnisme.

Sans « révisionnistes », nous croirions toujours que les Français descendent des Troyens et que les Huns étaient des hybrides mi-hommes, mi-démons. Sans compter les nombreuses hypothèses erronées sur la Première Guerre mondiale, le massacre de Katyn, la guerre d’Algérie et d’autres sujets épineux sur lesquels une mainmise d’historiens officiels empêchait toute évolution. Une omerta bravée par quelques chercheurs courageux qui, malgré les menaces et les anathèmes, ont réussi à faire émerger la vérité. L’on parle souvent d’indépendance de la justice ou des médias. Le travail d’historien n’en nécessite pas moins d’indépendance puisqu’un historien est, tel un juge d’instruction ou un journaliste, un enquêteur neutre dont la tâche est de rassembler toutes les preuves afin d’offrir une vision claire du sujet étudié.

Ce n’est pas la première fois qu’une déclaration d’un frontiste sur la Seconde Guerre mondiale déclenche les spasmes émétiques d’une bien-pensance prête à violer l’Histoire elle-même pour attaquer le FN. Jean-Marie Le Pen l’a découvert à ses dépens en 1987…

Là où le Menhir pouvait être accusé de négationnisme, sa fille ne fait que reprendre les propos du général de Gaulle, qui estimait que la « vraie France » avait été de son côté. Il n’en fallait pas plus pour que gauche et droite se déchaînent contre cette femme qui a osé dire que la France n’était pas un pays de salauds antisémites, délateurs et criminels de guerre.

Nicolas Kirkitadze

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Fillon le nouveau Vercingétorix : est-ce un bon présage ?

11 Avril 2017, 06:36am

Publié par Thomas Joly

François Fillon, à Clermont-Ferrand, se dépeignant en chef des Arvernes, le vainqueur de Gergovie qui écrasa les légions romaines, et lançant un ironique « Jules César pourtant le favori dans les sondages » : on aura tout entendu !

Quels points communs entre le sexagénaire distingué et glabre François Fillon, en politique depuis 34 ans, l’homme aux costumes de couturiers et montres luxueuses, et notre ancêtre à peine trentenaire, solide gaillard et valeureux guerrier, poilu et chevelu, Vercingétorix ?

Né en 1954, âgé de 63 ans, François Fillon s’est-il jamais battu, l’épée à la main ou le fusil à l’épaule ? À 20 ans, quand Vercingétorix maniait les armes parmi les légions romaines, Fillon usait ses fonds de pantalon sur les bancs de l’université.

Alors, qu’est-ce qui lui prend, au candidat embourbé jusqu’au cou dans les ennuis judiciaires, pour choisir de se référer à notre si lointain héros plutôt qu’à une figure historique plus récente ? Quel rapport entre la victoire de Gergovie et la sienne, qu’il espère prochaine ?

Franchement, en voilà, un raisonnement biscornu, pour espérer fédérer les Français autour de sa désormais insignifiante personne. Surtout qu’après Gergovie, il y eut Alésia ! Et, sur ce coup-là, les « sondages » n’auraient pas donné vainqueur le chef gaulois, ne croyez-vous pas, Monsieur Fillon ?

Pensez, quelle idée saugrenue que d’abandonner la tactique de la terre brûlée qui lui avait si bien réussi pour aller s’emprisonner lui-même dans un oppidum, sans prévoir la stratégie hors pair de César ! Car il n’y est pas allé par quatre chemins, le Romain : il a pratiqué le siège. Au bout de quelques semaines, enfermé bêtement dans sa citadelle, à court de ravitaillements, ses soldats affamés, Vercingétorix dut rendre les armes.

La Gaule était conquise. Conquise par un peuple qui, du point de vue civilisationnel, lui était supérieur.

Faut-il que François Fillon sache une partie du peuple français ignorant de leur Histoire pour vanter Gergovie sans parler de sa suite.

Surtout, si le « rebelle » François Fillon ne roulait pas que pour son élection mais souhaitait défendre la France – contre la submersion migratoire, juste un exemple -, il ne citerait pas une victoire suivie d’une défaite, mais une défaite suivie d’une victoire !

Car, en passant sous silence la reddition du chef des Arvernes à Alésia, prélude aux bienfaits de la romanisation de la Gaule, laquelle permit 300 ans de Pax Romana, on se demande, eu égard au contexte actuel, où veut en venir François Fillon ? Le sait-il, seulement ? Après tout, appeler à la rescousse notre mythique héros, ça fera toujours plaisir à ces balourds de Français qui se sentent – encore ! – une âme de Gaulois, a-t-on dû lui souffler. Mais il aurait dû réfléchir avant d’oser une aussi sotte comparaison.

Voies romaines, aqueducs, théâtres et amphithéâtres, arènes, langue latine, chiffres romains, grâce à la puissance intellectuelle de Rome, les Gaulois n’ont pas perdu au change. Napoléon, avec notre Code civil, s’en inspira.

Gangs de banlieues, voitures incendiées, vitrines cassées, actes criminels ascensionnels, 750 zones de non-droit, tirs de mortier ou de parpaings lancés des étages sur des policiers. Démographie extra-européenne galopante, immigration toujours plus massive, actes de terrorisme islamique de plus en plus rapprochés : c’est cela, la nouvelle colonisation ?

François Fillon se parant des vertus de Vercingétorix, le vaincu d’Alésia : un funeste présage ?

Caroline Artus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Après l’attentat au camion, la police caillassée lors d’une opération antiterroriste dans l’enclave musulmane de Stockholm

11 Avril 2017, 06:29am

Publié par Thomas Joly

Les agents de police suédois qui menaient une opération antiterroriste suite à l’attentat de Stockholm, vendredi dernier, ont été caillassés par des individus alors qu’ils opéraient à Rinkeby, l’enclave musulmane de la capitale suédoise.

La police était venue interpeller un mineur de 17 ans et sa mère en lien avec l’enquête sur l’islamiste de 39 ans à l’origine de l’attaque qui a fait 4 morts.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

L’OMS : une vieille dame malade, mais riche !

11 Avril 2017, 06:20am

Publié par Thomas Joly

Vénérable institution quasi septuagénaire, l’Organisation mondiale de la santé a pour objectif « d’amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible ». Elle devra choisir, sous peu, parmi trois derniers candidats son secrétaire général, appelé à gérer un budget de quatre milliards et demi ; non sans avoir déjà éliminé, dans un premier tour, le prétendant français Philippe Douste-Blazy…

Longtemps le financement de l’OMS a émané majoritairement des 193 États membres de l’ONU, mais aujourd’hui, 80 % proviennent de donateurs privés, au premier rang desquels Bill Gates. Cette admirable philanthropie pose tout de même un problème que n’éludait pas, dès 2012, celle qui s’apprête à quitter son mandat : « Les pratiques financières actuelles font de l’OMS une organisation fondée sur les ressources et non sur les résultats. L’argent dicte ce qui est accompli. » Eh oui, en général, c’est celui qui paye les violons qui choisit la musique… Et Corinne Lepage, ancien ministre de l’Environnement, de rajouter une couche : « Qui imaginerait le Conseil de sécurité financé par l’industrie de l’armement ? Pourtant, de grands laboratoires pharmaceutiques contribuent au financement de l’OMS. »

Outre cette influence des lobbies, la lourdeur de la bureaucratie de l’institution est souvent pointée du doigt, la rendant, selon le Pr Didier Raoult, « éloignée des problèmes de santé publique majeurs ».

Comme, peut-être, ce sérieux retard à l’allumage lors de l’épidémie à virus Ebola de 2014, qui a fait plus de 11.000 morts en Afrique et sérieusement ébranlé la crédibilité de l’OMS. De même pour l’apocalypse planétaire annoncée par la possible transmission à l’homme de la grippe aviaire, suivie du délire vaccinal ruineux lors la grippe A (H1N1).

En revanche, l’OMS n’hésite pas à monter dans le train si politiquement correct du « changement » climatique (on n’ose plus parler de réchauffement) et de supputer ses conséquences sanitaires comme dans les plus terribles toiles de Jérôme Bosch !

Bref, le prochain secrétaire général de l’OMS aura du pain sur la planche pour ramener ses troupes sur une route mieux balisée. On peut lui conseiller de s’inspirer de l’œuvre de grands anciens qui, avec des moyens bien modestes, ont enseigné de par le monde l’hygiène élémentaire et réduit ainsi la mortalité infantile, identifié le bacille de la peste, éradiqué les vecteurs du paludisme, guéri la lèpre, le trachome, la fièvre jaune, la tuberculose, etc. Je parle de nos médecins militaires, mais aussi civils, qui du milieu du XIXe jusqu’à la décolonisation, parfois au péril de leurs vies, ont apporté à des dizaines de millions d’hommes et de femmes une assistance majeure dans l’accomplissement des deux buts essentiels de la vie : survivre et se reproduire. Le genre d’hommes dont M. Macron nous explique aujourd’hui qu’ils furent des criminels contre l’humanité ! Décidément, comme le disait jadis une publicité pour des rillettes industrielles, « nous n’avons pas les mêmes valeurs »

Richard Hanlet

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Mélenchon au second tour de la Présidentielle : un fantasme de journalistes gauchistes

10 Avril 2017, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Depuis ce week-end, un sondage fantaisiste donne le candidat communiste et xénophile pas loin des Fillon, Le Pen et Macron. Il n'en fallait pas plus pour que les comités de rédaction s'enthousiasment au point d'envisager sa présence au 2nd tour de la Présidentielle, tant la presse française est gangréné par l'extrême-gauche

A chaque élection les médias nous font le coup du « 3e homme » qui pourrait créer la surprise : Chevénement en 2002, Bayrou en 2007, Mélenchon déjà en 2012. Et chaque fois ils se plantent dans les grandes largeurs.

Voir les commentaires

Les liens révélateurs des frères Philippot avec le Tout-Paris tout-pourri

10 Avril 2017, 06:42am

Publié par Thomas Joly

Nous l'écrivons, nous l'imprimons depuis des années : le néo-FN présidé par Marine Le Pen joue un rôle précis au sein de la république universelle, pour la république universelle. Les gens curieux qui aspirent à autre chose que suivre une marque vue à la télé l'auront peut-être d'eux-mêmes remarqué. Depuis le tournant républicain insufflé par Madame Le Pen au Front National (le tournant idéologique était évident lors de la présidentielle de 2007 au cours de laquelle la fille de Jean-Marie occupait déjà une place stratégique fort importante ; elle préparait en quelque sorte sa future présidence au sein du parti), les puissantes offensives de subversion sociétale opérées par la gauche, les libéraux et les media ne sont plus dénoncées, plus condamnées. Au contraire, oserions-nous dire, car quand elles ne sont pas tout simplement éludées comme s'il s'agissait de choses normales, elles sont soutenues en filigrane à travers le discours néo-frontiste. Nous avons explicité les mécanismes de cette fonction sociale dévolue au néo-FN à plusieurs reprises dans RIVAROL.

Florian l'éclaireur

Prochainement, dans Ecrits de Paris, notre revue mère, nous évoquerons une nouvelle fois cette crypto-subversion en étudiant de plus près le rôle joué par Florian Philippot, en analysant ses idées propres, sa vision du monde et en dévoilant certaines de ses amitiés parfois fort éloquentes quant à ses ambitions politiques et personnelles. Cependant, comme nous l'écrirons à la toute fin de l'article prochainement publié dans EdP, l'étude de l'entreprise Philippot doit être un exercice de longue haleine tant le travail de forage biographique est immense avec ce personnage fuligineux. Jusqu'à aujourd'hui nous nous étions focalisés sur le rôle joué par Marine Le Pen et son adjoint Philippot dans ce travail de trépanation du Front national et de la mouvance nationale qui s'assèche au fur et à mesure de leurs avancées progressistes. Mais cette évolution ne provoquant que peu de protestation en provenance des forces dites réactionnaires (souvent plus intéressées à l'image qu'elles renvoient d'elles plutôt qu'à œuvrer sans plier pour le Bien et la Vérité), ces imposteurs, ivres de réussite, ont poursuivi à toute vapeur l'épuration du néo-FN au profit des mignons progressistes, des maçons, des gens axiologiquement vides. Au profit des proches en premier lieu, au profit de ceux cultivant une même idéologie sociétale progressiste qui avance au trot derrière le petit bouclier patriotique en carton. Philippot a servi en première ligne, en trustant toutes les radios, toutes les télés ; il a débroussaillé le terrain ; il a donné l'exemple à ses jeunes recrues qui ont écouté les centaines d'interview du bonhomme. Il y a quelques mois sur Europe1, Monsieur Philippot avoua sur un ton malicieux son petit secret à une personnalité (Anne Roumanoff) peu informée sur la réalité politique : « Finalement, je fais pousser des idées, des idées plus positives que ce que vous ne semblez penser ». Traduction : ''Si vous saviez fille ingrate, ce que je fais véritablement, vous me laveriez les pieds après avoir ciré mes mocassins ''. Bavard incompressible, l'Enarque (attaché au Ministère de l'Intérieur mis en disponibilité pour faire de la politique) a certainement « en off » expliqué en langage symbolique sa fonction républicaine. En revanche, il ne faut pas compter sur les « catholiques » officiels de KTO, La Croix et de l'émission au nom trompeur « Face aux Chrétiens » pour dévoiler la fonction de Florian Philippot puisqu'ils sont les complices de cette subversion. Une preuve s'il en fallait une, l'émission justement de Face aux Chrétiens du 29 mars dernier qui eut pour invité Florian Philippot. En effet, au cours de cette interview de 50 minutes, nous n'avons entendu aucune question liée à la religion, aucune question liée aux principes, aucune question liée aux attaques sociétales orchestrées par l'engeance progressiste. L'avortement ? Pas un mot, même pas une allusion. Le suicide assisté ? Pas un mot ? La pornographie partout ? Pas un mot. L'homosexualisme et ses lois folles ? Pas un mot. Les affaires de pédomanie sadique et organisée ? Connais pas. Les questions de toxicomanie n'ont pas été abordées. Rien. Rien sur la « culture du bonsaï », mais toujours la même rengaine autorisée, car elle l'est, sur le retour du Franc (qui vaudra toujours un euro...) et sur la SNCF de Guillaume Pepy, une SNCF à sanctuariser comme l'avortement. Voilà où est tombé le néo-fn sous l'égide d'agents du Système comme Madame Le Pen et Florian Philippot. Et il faut le répéter inlassablement : cette indigence discursive n'est pas une tactique politique mais l'essence d'une subversion. Derrière lui, au néo-FN sont déjà prêts les réplicants de Florian Philippot, notamment son père Daniel et son frère au carnet d'adresses gros comme un annuaire, Damien.

L'ombre de Florian, Damien le copain

Nous ne vous cachions pas notre surprise lorsque nous avions appris il y a quelques années que le propre frère de Florian Philippot, alors numéro deux du néo-FN, occupait une place très importante (et déjà depuis quelques années quand nous avons pris connaissance de cette information) à un âge bien précoce au sein du célèbre et puissant organisme de sondages et de statistiques l'IFOP dirigé et détenu par la non moins célèbre Laurence Parisot. Nous avions appris cela par hasard alors que le media obèse prétendument toujours enclin à mettre des bâtons dans les roues de la révolution frontiste fermait étrangement sa bouche sur un point qui en disait long sur quelque complicité en haut et au centre du Système. Enfin ceci expliquant cela, nous avions fourni l'information aux lecteurs de RIVAROL. Certains l'ont pris à la légère. Tant pis, les choses ont évolué, et d'autres éléments biographiques de Damien Philippot, le frère noctambule, ont été révélés ici et là, d'une manière parcimonieuse (quand même) par les journaux mainstream. Damien Philippot, il faut le dire, est un rescapé. Il est sorti entier de l'école primaire de Bondues, l'école de tous les scandales, l'école Maxence Van der Meersch où travaillait sa défunte maman en tant qu'institutrice qui a du en baver dans les années 2000 avec le passé sombre de cet établissement scolaire qui abrita le fou furieux, Jacques Lohez, pédophile condamné en 2004-2005 à plus de 15 ans de prison ferme pour des viols commis sur de nombreux petits enfants. L'affaire débute avec les plaintes de fillettes souffrant d'handicaps dans l'école où il finit sa triste carrière à Lille. A la suite de la médiatisation de cette affaire lilloise, des victimes de l'école de Bondues ont également porté plainte et ont détaillé les atrocités qu'elles ont du endurées. Plusieurs enfants ont été là-aussi abusés, des fillettes et des garçonnets de 7-8 ans. Fin 1985-début 1986, la mère d'une élève avait déjà dénoncé des faits similaires alors que l'instituteur enseignait dans une école de Bondues (Nord).

Les non-dits de Bondues

La petite ville bourgeoise de Bondues tombait de haut ! D'autant plus qu'au cours du procès de Jacques Lohez, une victime reprochait à tout le personnel enseignant de l'école Maxence van der Meersch de ne pas l'avoir écoutée. Une terrible affaire qui a du perturber l'ensemble des maîtres et maîtresses de Bondues ainsi que ses habitants. Madame Philippot-Dondaine, la maman de Florian et de Damien, a du être éprouvée par ces abominations, d'autant plus que ses enfants ont fréquenté cette école marquée à tout jamais du sceau de l'infâmie, à l'époque où sévissait le prédateur pédomane. Dans un long papier étonnamment fourni du magazine en ligne Vanity Fair (mais qui n'est pas informé de l'histoire tragique de Bondues), nous apprenons que Marion Philippot-Dondaine, la mère de Florian et Damien Philippot étaient épuisée ces dernières années comme si elle supportait le poids de ces horreurs. On comprend mieux aujourd'hui l'infinie tristesse gravée sur les visage des « frères siamois ». Las, Elle succomba d'une longue maladie en 2009. Vanity Fair écrit : « La terre recouvre le cercueil, l’enfance disparaît, tout est possible. » C'est étrange. Pourquoi l'enfance disparaitrait-elle avec la disparition de la maman ? Philippot ne cachait plus (s'il l'avait cachée) sa proximité avec le néo-FN depuis des mois. Le 5 ou 6 octobre 2009, Florian parla de l'intervention remarquée de Marine Le Pen qui cita à la télévision, en direct, le 5 octobre, un extrait du livre ordurier de Frédéric Mitterrand écrit 4 ans plus tôt, « La Mauvaise vie ». Selon Florian qui se livre dans Vanity Fair, sa mère aurait répondu : « Ma mère n’était pas franchement enthousiaste, se remémore Florian Philippot, étrangement amusé de cette anecdote. Elle m’a dit : “Oh, quand même, c’était rude. Le pauvre, il m’a fait pitié.” On n’en a plus jamais reparlé. » Pourquoi Philippot a-t-il balancé une telle idiotie à la presse ? Pourquoi une institutrice de l'école primaire Maxence van der Meersh de Bondues qui fut il y peu l'objet d'un scandale sordide lâcherait-elle des propos empreints de commisération à l'endroit de l'azimuté Frédéric Mitterrand ? Ce n'est pas l'unique anomalie dans le story telling de la famille Philippot. Damien Philippot, le frère aîné, sorti de l'ESSEC, fut donc rapidement embauché, très jeune, par Laurence Parisot, membre du Siècle et du Bilderberg. C'est quand même délirant, non ?! Rappelons à nos lecteurs que Laurence Parisot entretient depuis de nombreuses années une amitié particulière avec l'animatrice-journaleuse Arlette Chabot. (Précisons également que Florian Philippot travailla plusieurs années à temps partiels dans différents instituts de sondages, et même pour l'IFOP où il interviewa son propre frère. Il travailla également pour l'hebdo Marianne pour lequel il écrivait plusieurs articles. Il connaît bien Jean-François Kahn et son frère Axel Kahn qu'il côtoie depuis le début des années 2000. ) C'est cette même Arlette Chabot qui décerna le Prix du meilleur élu local à... Steve Briois en 2015 ! Rappelons que le maire d'Hénin Beaumont est un proche de Florian Philippot et de Damien, le Frangin. Un petit mot sur Laurence Parisot qui couva la famille Philippot républicaine et ouverte sur le monde. Depuis 1987, Laurence Parisot fait partie du petit cercle organisé à Paris par le légendaire Richard Descoings (disparu au cours d'une orgie homosexuelle) et son prédecesseur à Science-Po Alain Lancelot ainsi que l'ancien amant de Descoings le patron de la SNCF Guillaume Pépy. Au début des années 80, Parisot est tout simplement la collaboratrice d'Alain Lancelot qui l'a fait entrer à l'institut de sondage Louis-Harris en 1985 ; l'année suivante, elle en devient directrice générale. En 1990 elle prend la direction de l'institut de sondages IFOP, dont elle détient 75% du capital. En 2007, après avoir placé Damien Philippot à un poste stratégique, elle laisse la direction pour la vice-présidence qu'elle conserve toujours aujourd'hui. Paradoxalement, Laurence Parisot cosigne en 2011 Un piège bleu Marine, ouvrage dans lequel elle critique le programme économique du FN rédigé en grande partie par les Philippot ; comme si Parisot et ses amis d'en-haut organisaient leur propre opposition pour la contrôler complètement. Ou une partie de billard à trois bandes ! Qui l'aurait cru ?

Les bons plans de Paul-Marie Coûteaux

C'est Paul-Marie Coûteaux, dans Vanity Fair qui par ses propos légers, donne des indications sur l'identité de Damien Philippot, le frère « génial ». Il faut vraiment lire ce passage de l'article surprenant de Vanity Fair pour mieux la saisir, cette identité : « Qu’est-ce qu’elle est belle ! confie-t-il à l’un de ses amis au printemps 2009. La télé grossit ; elle est beaucoup mieux en vrai. » Florian Philippot a eu, selon ses propres mots, un crush, pour Marine Le Pen alors qu’il vient de sortir de l’ENA. Faute d’avoir pu décrocher la direction du Trésor en raison de son médiocre classement (34e), il a intégré l’IGA (inspection générale de l’administration) place Beauvau, une bonne planque bien payée qui lui laisse du temps libre. La révélation a eu lieu chez le député européen Paul-Marie Coûteaux, un énarque vieille France (sic), gaulliste-souverainiste, fin lettré, ouvertement homosexuel, qu’il a approché près du jardin du Luxembourg lors d’une séance de dédicaces. « Florian était tout jeune énarque, se souvient le sexagénaire, mandibule taillée au scalpel. Il m’a dit qu’il avait lu tous mes ouvrages, qu’il m’admirait et qu’il était à prêt à s’engager, ce qu’il fit avec une grande efficacité, en m’aidant pour le site web du Rassemblement pour l’indépendance et la souveraineté de la France (RIF). Je connaissais déjà son frère, que j’avais rencontré dans le petit milieu gay, par l’intermédiaire d’un ami banquier. » Le dandy nationaliste, proche de Marine Le Pen qu’il fréquente au Parlement européen et emmène souvent festoyer à la frontière allemande, se prend d’amitié pour les frères Philippot. Il les invite au Flore, chez Lipp, dans sa maison de campagne. « Je les trouvais touchants ; ils étaient inséparables, avoue-t-il. Nous partagions les mêmes idées sur l’Europe et nous discutions de l’avenir du souverainisme. » Philippe de Villiers a alors disparu du paysage. Rallier l’UMP leur semble impensable. Mais Marine Le Pen, qui n’a pas encore succédé à son père, a de l’avenir d’autant plus qu’il n’y a plus grand monde autour d’elle, les mégrétistes étant partis. « Moi, je pensais qu’on pourrait l’amener dans notre giron et reconstruire avec elle la droite classique, poursuit Coûteaux. Damien, lui, prônait un rapprochement avec le Front national. Florian et lui voulaient à tout prix rencontrer Marine. » En mai 2009, Paul-Marie Coûteaux organise donc un dîner chez lui, rue du Vieux-Colombier, à Paris. Dans sa bonbonnière aux coloris chauds chargée d’antiquités, il a mijoté un veau aux olives. « Ah, encore un énarque ! On va se barber », l’avait taquiné Marine Le Pen. À table, elle est guillerette. La conversation coule avec les grands crus. Les Philippot évoquent leurs trajectoires : ils viennent de la gauche, abhorrent l’Europe, adulent la République. Ils sont soudés, avec une ambition farouche. Pour l’héritière du FN, ils sont un signe, celui du basculement du parti. Le lendemain, elle remercie son hôte : « Fumants, ces deux frères, on va travailler ensemble ! »

Fumeux étaient-ils surtout aux yeux des gens honnêtes qui se posaient quelques questions à leur sujet. Aujourd'hui, il faudrait indéniablement faire preuve de mauvaise foi pour dire que cette famille est « patriote », « nationale » alors qu'elle fait partie du personnel des Bilderberg par le truchement des Laurence Parisot, des gros media, et de la Maçonnerie à laquelle appartiennent indubitablement plusieurs membres importants du Rassemblement Bleu Marine. Le père Philippot, Daniel, lui, se réfère à de drôles de personnalités sur son blog et cite, éhonté, au Conseil régional et sur son blog, Caroline Fourest, l'aficionado des Femen... Ce n'est plus De Gaulle le héros de cette famille, c'est Mitterrand l'ésotérique, Mitterrand l'interlope.

François-Xavier Rochette

Source : http://www.rivarol.com

Voir les commentaires

Pays-Bas envahis : les grandes villes déjà à minorité blanche

10 Avril 2017, 06:39am

Publié par Thomas Joly

Les grandes villes néerlandaises sont déjà minorité blanche, le remplacement de population y ayant déjà déployé tous ses effets. Une étude revient sur cette « nouvelle réalité » qu’est la formation d’une vaste poudrière balkanique au coeur des Pays-Bas.

Dans cette logique, la « multiculturalité » est un concept déjà dépassé. La nouvelle tendance est à la « superdiversité » où la question des racines devient peu à peu sans objet, note ainsi un article intitulé « Rotterdam en 2037 ». Aujourd’hui, souligne Eeva Liukku, diplômée en philosophie, la ville compte officiellement 50 % d’habitants immigrés ou issus de l’immigration, c’est-à-dire, ayant au moins un parent né à l’étranger (on ne parle donc même pas de ceux qui ont des grands-parents turcs ou marocains) : « Nous sommes une ville majoritairement composée de minorités ».

Et d’ajouter : « A Amsterdam nous y sommes : ce groupe y est déjà une minorité. Il n’y a plus qu’un jeune de moins de 15 ans sur trois qui soit d’origine néerlandaise ».

Le processus est également très avancé en France où les plupart des grandes métropoles sont en voie de tiers-mondisation avancée.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Un rappeur tourne un clip sur une autoroute … ni amende ni condamnation !

10 Avril 2017, 06:37am

Publié par Thomas Joly

« Garçon, un café ! » Ces mots, nous les prononçons ou nous les entendons tous les jours dans ce qui est une spécificité française : le bistro ! Sofiane Zermani, rappeur français d’origine algérienne né à Saint-Denis, les a prononcés, lui, non sur une terrasse ombragée mais au milieu d’une autoroute.

En effet, cette star montante du rap hexagonal, pour son dernier clip, publié vendredi 7 avril sur YouTube, a bloqué la circulation de l’autoroute A3, au niveau de la sortie Blanc-Mesnil/Aulnay. Dans cette vidéo, on le voit clairement avec son équipe interrompre le trafic en stationnant des voitures sur toute la largeur de la chaussée, stoppant ainsi une multitude d’automobilistes. Puis il installe une table sur l’asphalte pour y boire un café. Une interruption qui n’a duré que « quelques minutes », signale Le Parisien, comme pour s’excuser de cette révélation. Les quatre minutes de la scène semblent effectivement avoir été filmées en une seule prise, et se terminent sur le départ de ses auteurs.

Le lendemain de sa publication, le clip a été vu 1,4 million de fois sur YouTube.

Un tournage effectué jeudi, à l’insu – comme le précise le quotidien – de la préfecture de police de Paris : « Nous n’avions pas donné d’autorisation », explique celle-ci.

Mais qu’a attendu la police pour les intercepter, me direz-vous ? Eh bien, informée « d’une gêne jeudi en fin d’après-midi à la hauteur d’Aulnay », elle a tenté d’intervenir, mais comme l’embouteillage était déjà conséquent, le rappeur et son clan ont eu tout loisir de boire leurs « petits noirs », de filmer les images et de repartir sans encombre.

L’entrave à la circulation étant manifeste et, de plus, matérialisée par le clip, on peut penser qu’un procès-verbal a été dressé à l’encontre du chanteur. Eh bien, aux dernières nouvelles, c’est non ! Sofiane n’a pas été poursuivi pour ce délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 4.500 euros d’amende.

Pourtant, cet acte aurait pu occasionner carambolages en série, blessés et morts, mais cela n’a pas choqué les autorités, notre benêt de ministre « mensuel » de l’Intérieur n’a rien trouvé à redire.

J-P Fabre Bernadac

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le catho-collabo Bergoglio s’offusque du mot « clandestin »

9 Avril 2017, 09:20am

Publié par Thomas Joly

Le pape François s’est offusqué de l’emploi du mot « clandestin » comme synonyme de « migrant » ou de « réfugié », estimant qu’un juste choix de vocabulaire « peut abattre les murs de la peur et de l’indifférence ».

« Souvent, ce sont les médias eux-mêmes qui utilisent des stéréotypes négatifs en parlant des migrants et des réfugiés. Il suffit de penser à l’emploi incorrect des termes par lesquels ils qualifient les migrants et les réfugiés. Combien de fois entend-on parler de ‘clandestin' », a relevé le pape. Selon lui, l’expression « incite l’opinion publique à élaborer un jugement négatif ».

Le pseudo-pape xénophile a par ailleurs jugé qu’on parle « davantage de certains cas de délinquance concernant des migrants, plutôt que de raconter les nombreux cas d’intégration ».

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Selon les services de renseignement, l’islam radical progresse de manière fulgurante dans les enclaves ethniques urbaines

9 Avril 2017, 09:03am

Publié par Thomas Joly

Les grands centres urbains connaissent une accélération de l’islamisation, principalement menée par les salafistes. D’après une note de la Direction centrale de la sécurité publique publiée récemment, il se développe de manière très inquiétante dans certains quartiers français.

La situation est visiblement catastrophique. Dans une note que Le Figaro a pu se procurer, « l’emprise religieuse dans les quartiers sensibles » de Paris et de la petite couronne d’Ile-de-France est très préoccupante. « De véritables méthodes et stratégies locales » seraient utilisées par les salafistes.

Une stratégie patiente d’expansion prend corps, d’après cette note. Pour se protéger de la surveillance policière, certaines familles radicalisées commenceraient même à quitter leur logement pour s’installer dans les cités, « pour y vivre leur religion en toute tranquillité ». Plus alarmant, le salafisme ne se développerait plus seulement à travers l’action de certaines mosquées, plus faciles à surveiller. Le mouvement s’insérerait dorénavant dans la vie économique et sociale et ce, même dans certaines villes à la réputation plutôt tranquille comme à Montluçon, dans l’Allier.

« Je ne sais pas si c’est du salafisme, mais je constate depuis peu que le communautarisme gagne du terrain en ville. Les commerces sont rachetés un à un, et une ambiance délétère s’installe, qui pousse les riverains à partir et à céder leurs biens, rachetés à vil prix. C’est un vrai système qui s’est mis en place », déplore Daniel Dugléry, le maire LR de la ville au Figaro. Encore plus inquiétant, le travail de la police n’est plus aussi efficace : « Les policiers sont dépassés, car ils ne vivent plus dans les quartiers et ne savent plus bien ce qui s’y passe », avoue-t-il.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Montreuil (93) : une touriste américaine poignardée à mort par un migrant Gambien

8 Avril 2017, 09:58am

Publié par Thomas Joly

Une touriste américaine d’une cinquantaine d’années a été poignardée à mort par un SDF africain à Montreuil, à proximité du Palais des Congrès, aux alentours de 17h ce jeudi. L’auteur des coups de couteau, un SDF qui se dit né en 1963 en Gambie, a été arrêté quelques minutes plus tard. Les policiers l’ont trouvé « dans un renfoncement à côté de la scène de crime, un couteau ensanglanté à la main. »

Le meurtrier n’aurait pas apprécié que la victime prenne des photos de graffitis sur les murs.

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Les deux musulmans qui avaient lynché devant chez lui le policier anti-islamiste Jallamion écopent de peines dérisoires

8 Avril 2017, 09:43am

Publié par Thomas Joly

Nous avions relaté dans nos colonnes l’histoire du policier Sébastien Jallamion, ciblé par le gouvernement pour avoir dénoncé l’islam radical et la menace que représentait l’État Islamique (voir ici).

Exclu de la police depuis (source), il avait été entretemps lynché près de son domicile par deux musulmans, probablement lors d’une opération d’intimidation.

Ils ont été jugé mais n’ont écopé que de peines symboliques : 3 et 6 mois de prison ferme. Des peines qui ne seront pas, en l’état de la législation, appliquées.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires