Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Castaner élu patron du groupe macroniste à l’Assemblée : le Titanic a un nouveau capitaine !

12 Septembre 2020, 08:25am

Publié par Thomas Joly

En 2017, ils étaient arrivés à plus de trois cents, à la fois dans l’Hémicycle et l’allégresse. En 2020, les effectifs ont dégringolé à 265 et le groupe LREM a perdu la majorité absolue.

Pour tout arranger, Gilles Le Gendre, ancien patron de ce groupe parlementaire, a été poussé à la démission à la mi-juillet dernière. La raison ? En plein remaniement ministériel, l’hebdomadaire Marianne a mis la main sur une note écrite et signée de sa main, enjoignant Emmanuel Macron de se passer des services d’Édouard Philippe à Matignon. Une chute sans gloire, donc ; doublée d’une gaffe, comme dirait Gaston.

Pour remplacer un homme d’un tel calibre, il fallait évidemment une personnalité d’envergure. Ça tombe bien, le mouvement présidentiel en a tant en réserve qu’il ne sait plus qu’en faire. D’où cette triangulaire opposant ces figures tutélaires que sont Christophe Castaner, Aurore Bergé et François de Rugy.

Au premier tour, Castaner recueille 97 voix, contre 81 et 59 pour Bergé et Rugy. Et c’est là qu’on sent le redoutable génie manœuvrier de l’ancien ministre de la Transition écologique. Logique : en tant que président de l’Assemblée nationale, il fut un temps le quatrième personnage de l’État. Dommage qu’il ait dû, lui aussi, démissionner pour de vilaines histoires de repas privés donnés à l’hôtel de Lassay, à grand frais et à ceux du contribuable, surtout.

Bref, François de Rugy indique qu’il votera « à titre personnel » pour Aurore Bergé, sachant « qu’au-delà des différences de parcours et de positions », il lui fait crédit « d’une constance dans la volonté de faire évoluer notre organisation ». Pour être plus précis, cette « constance » qu’ils ont de commun a souvent plus consisté à faire « évoluer » leurs plans de carrière respectifs.

Ainsi, en 2017, lors de la dernière élection présidentielle, François de Rugy, s’engage résolument derrière Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de la gauche, pour, dans la foulée, faire don de sa personne à Emmanuel Macron. De la même manière, Aurore Bergé aura lâché Valérie Pécresse pour François Fillon et finalement rejoint Emmanuel Macron après un détour chez Alain Juppé. Plus « constant », on ne fait pas.

Seulement voilà, il est fréquent que les plans les plus soigneusement goupillés puissent ne pas résister à l’épreuve de la réalité. Laquelle a poussé 145 macronistes à voter Christophe Castaner, passant outre les consignes de François de Rugy, mais laissant tout de même 120 de leurs collègues apporter leurs suffrages à celle qui comptait sur cette présidence du groupe pour se refaire la cerise, ayant été la grande oubliée du dernier remaniement ministériel.

Du coup, c’est l’ex-ministre de l’Intérieur qui retrouve quelques couleurs – pas celles que procure la vodka-pomme, on précise, histoire de couper l’herbe sous le pied aux mauvais esprits – et même de nouveaux amis. Laurent Saint-Martin, le député du Val-de-Marne, par exemple, qui loue « la maturité politique » et « l’autorité naturelle » de ce marcheur historique. Encore un qui doit avoir un truc à se faire pardonner ou un service à demander…

Sa « maturité politique », son « autorité naturelle », c’est effectivement ce qui vient illico à l’esprit quand on évoque la stature de l’homme. La première aura consisté à se faire poisser par les photographes de Voici, tel le premier rappeur venu, passablement éméché et en train de mettre le feu au dance floor d’une boîte de nuit. La seconde n’a pas tout à fait sauté aux yeux des policiers lors de son passage place Beauvau, semble-t-il.

Quoi qu’il en soit, le navire LREM s’est offert un nouveau capitaine. Bon choix : cet homme à l’incroyable talent devrait accomplir des merveilles sur ce Titanic présidentiel en forme de bateau ivre.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Marion Maréchal taille le RN mais ne propose rien de plus qu'un énième « think tank »

11 Septembre 2020, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Elle fait sa rentrée. Marion Maréchal va bientôt enchaîner les plateaux télé et interviews dans la presse. La fondatrice de l’école lyonnaise, l’Issep, s’est confiée dans une interview au Parisien ce vendredi 11 septembre. Elle y a présenté son think tank qui va prochainement être lancé. Il a pour but d’ « influencer immédiatement la politique avant l'enjeu électoral de la présidentielle ». Les sujets abordés seront : l'écologie, l'aménagement du territoire ou encore les relations internationales…

Marion Maréchal a par ailleurs glissé au quotidien que « certains au RN sont dans une croisade » contre elle alors qu’elle ne serait pas « contre le RN ». Elle n’a toutefois pas hésité à tacler en retour le parti de sa tante, Marine Le Pen. « Le drame du RN, c'est sa difficulté à parler aux orphelins de la droite. Les municipales ne nous ont pas prouvé le contraire », a-t-elle jugé. Elle a ajouté dans le Parisien : « Je déplore le fait que les courants dans le parti ne soient pas représentés, pas sûr que ces signaux soient positifs », regrettant une « tendance à la contraction ». Une situation qu’elle « déplore dans tous les partis ».

Mais l’ex-députée du Front National en a profité pour donner sa vision de l’actualité politique. Marion Maréchal a déploré que « les partis politiques ne produisent plus, n'impulsent plus », y compris le Rassemblement national et Les Républicains. « Christian Estrosi a donné le coup de grâce aux LR », a-t-elle trouvé, faisant référence à la proposition du maire de Nice de s’unir à Emmanuel Macron. Pour elle, il est certain qu’« avec une perspective de sondages entre 12 et 13 % », beaucoup de cadres LR suivront cette voie « pour sauver leur circonscription ou avoir un sous-secrétariat ». Marion Maréchal espère seulement que les élus locaux et l'électorat de droite ne feront pas le même choix. Pour elle, ils se seraient « largement réfugiés dans l'abstention ».

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Le 11 septembre, c'est aussi la commémoration de la libération du Chili par le Général Pinochet

11 Septembre 2020, 06:11am

Publié par Thomas Joly

La date du 11 septembre est bien sûr marquée par les évènements que l'on sait — dans les conditions que l'on ne sait pas — de 2001, suivis de l'engagement américain, voulu et coordonné par les néo-conservateurs, dans une offensive aberrante contre l'Irak, opération aux conséquences catastrophiques en termes de déstabilisation régionale, créant une onde de choc planétaire.

Mais c'est aussi l'occasion de nous souvenir de la libération du Chili par ses forces armées. Libération de la dictature marxiste dite d'Unité populaire de Salvador Allende, libération d'un régime qui menait le pays à la ruine et libération de la surenchère de l'activisme gauchiste.

Cet événement marqua toute une génération de militants nationaux français. Le fait que la CIA y fut pour quelque chose et que l'école ultra-libérale de Chicago s'empara dans la foulée des rênes économiques du pays nous importait peu. Heureux temps où tout était simple et où un golpe anticommuniste suffisait à notre bonheur.

Quoiqu'il en fût : honneur au général Pinochet.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Les Verts et le Tour de France : pourquoi tant de haine ?

11 Septembre 2020, 06:00am

Publié par Thomas Joly

Allez comprendre, ces élus verts qui mettent tout en œuvre pour rendre la bicyclette laïque, gratuite et surtout obligatoire déploient la même énergie à faire la guerre au Tour de France. Hormis celui qu’ils paraissent avoir dans la tête, il y aurait donc vélo et vélo.

Ainsi, Grégory Doucet, maire de Lyon, vient-il d’annoncer, à l’occasion d’un entretien accordé au Progrès, ce 9 septembre dernier : « Le Tour de France continue à véhiculer une image machiste du sport. […] Quand on défend les valeurs du sport, on défend l’égalité femmes-hommes. Il devrait y avoir un Tour de France féminin depuis longtemps. »

Fort bien. Mais comment faire ? Au tennis, les hommes jouent cinq sets, contre seulement trois pour les femmes, ce qui est tout de même très interpellant au niveau de la parité. Les coureuses devront-elles, alors, se contenter d’un Tour au rabais ? Un demi-Tour, par exemple ? Ou, piste à creuser pour les étapes de montagne, ne descendre que les côtes et se dispenser de les monter ?

En matière de petite reine, les forces de progrès ont déjà remporté une victoire significative avec la fin de ces jolies miss podium qui, à chaque étape, claquaient le bisou aux champions du jour tout en leur offrant un bouquet de fleurs. Ces temps obscurantistes sont heureusement derrière nous, chaque miss podium étant désormais flanquée d’un mister podium. Sûr que le cycliste ayant, la journée durant, sué sang et eau sur ses pédales sera ravi de se faire embrasser à l’arrivée par un grand moustachu brandissant une gerbe de roses.

À propos de femme, il y en a au moins une qui ne trouve pas la farce à son goût : Béatrice Houchard, ancienne rédactrice en chef adjointe du service politique du Figaro et auteur d’un ouvrage faisant autorité en la matière, Le Tour de France et la France du Tour. Dans une tribune publiée, le 16 août, dans le même quotidien, voilà en quels termes elle commente le refus de Nathalie Appéré, maire socialiste de Rennes, sous pression de ses alliés verts, d’accueillir le départ de la Grande Boucle : « Les élus écologistes ne connaissent rien au Tour de France ! »

L’argument économique, tout d’abord, brandi par Grégory Doucet qui prétend : « Le Tour coûte à la ville 600.000 euros, l’ardoise n’est pas anodine. » À ce détail près que, rappelle Béatrice Houchard, « la quasi-totalité des élus qui ont accueilli le Tour sont intarissables sur les retombées économiques et touristiques d’une épreuve retransmise dans 190 pays : entre 1,50 et 4 euros pour 1 euro investi. »

Puis l’argument écologique. Pour ce maire, lui aussi intarissable sur le sujet : « Combien de véhicules à moteur thermique circulent pour faire courir ces coureurs à vélo ? Combien de déchets engendrés ? » Là encore, le maire de Lyon a dû s’embrouiller dans ses fiches, à en croire notre spécialiste : « Cette année, 100.000 sacs-poubelle en matière 100 % recyclée seront distribués sur les routes ; au moins 50 % des déchets seront recyclés ; 63 zones de collecte de déchets réservés aux coureurs seront installées. […] Les 29 véhicules de l’organisations seront hybrides et des voitures 100 % électriques circuleront également. »

La raison d’une telle haine ? Pour Béatrice Houchard, les écologistes « gomment la dimension festive et rassembleuse de l’épreuve. Il suffit d’avoir suivi une seule étape pour le constater : le Tour donne du bonheur et de l’insouciance dans une époque qui en offre si peu. Il rassemble toutes les classes sociales. »

Et la même de poursuivre : « C’est du sport, bien sûr, de la compétition, de l’admiration, mais aussi de l’épopée, de l’histoire, de la géographie, des paysages et des souvenirs. Ce n’est pas pour rien que l’historien Pierre Nora l’a inclus dans ses Lieux de mémoire. »

Le Tour de France ? C’est une fille qui en parle encore le mieux. Qui l’eût cru ? Certainement pas Grégory Doucet et ses amis.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen - N°587

10 Septembre 2020, 19:10pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : son retour de vacances, le Liban, le rétablissement de la peine de mort, Dupont-Moretti, le discours de Marine Le Pen à Fréjus.

Voir les commentaires

« Des décisions difficiles » disent-ils...

10 Septembre 2020, 06:42am

Publié par Thomas Joly

La crise économique et sociale qui vient s'annonce majeure. Ses conséquences en termes de chômage, d'effondrement du pouvoir d'achat, de désintégration des services publiques et de dislocation nationale seront cruelles.

La gestion aberrante de la vague épidémique de l'hiver dernier qui fut celle de l'exécutif en est à la fois la cause et l'effet, l'arbre sanitaire servant à cacher la forêt de l'échec du Système.

Dans le même temps, la France toute entière est devenue un coupe-gorge où meurtres, agressions, viols, cambriolages, actes de barbarie et terrorisme islamique sont devenus le quotidien de nos compatriotes tandis que menace l'explosion générale de la poudrière des cités occupées par des populations venues d'ailleurs.

Le mal concerne toute l'Europe. La France est en première ligne, le maillon premier de la décomposition identitaire et morale du continent qui inventa jadis la civilisation.

Dès lors, le pouvoir, craignant pour sa survie sait que, face à ces menaces mais aussi face à la colère croissante des Français certes encore rentrée mais frémissante, il n'a d'autre choix que celui de la fuite en avant dans le totalitarisme de la radicalité régimiste redessinée à la mode sanitaire par l'encadrement sévère de la vie de chacun et l'exigence d'un alignement populaire par contrôle absolu de tous les actes du quotidien.

Les « décisions difficiles » dont il est désormais question pour enrayer la fantasmagorique montée en puissance d'un virus banal doivent se lire à cet éclairage.

Macron et les siens n'hésiteront pas, même au prix d'une aggravation de la situation économique — les grandes sociétés financiarisées choyées par le Système seront peu touchées contrairement aux commerces et aux petites entreprises dont le sort importe peu à ceux qui se croient puissants — à faire couler sur les libertés publiques une chape de plomb qui n'empêchera certes pas l'ensauvagement allogène mais la dissimulera un peu pour un temps, et surtout donnera au gouvernement les moyens d'étouffer dans l’œuf la colère des braves gens.

Qu'ils prennent garde cependant. Les Français sont lents dans leurs réactions. Leur capacité d'inertie, de passivité, de panurgisme et d'acceptation de ce qu'on leur impose est grande. Jusqu'au jour où... Les exemples sont multiples dans notre Histoire qui montrent que l'obéissance trouve un jour d'embrasement général ses limites temporelles.

Caevant Consules... Que les consuls craignent alors la colère du peuple.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Bruno Hirout, candidat aux élections sénatoriales dans le Calvados

10 Septembre 2020, 06:27am

Publié par Thomas Joly

Bruno Hirout, Secrétaire général du Parti de la France : « Je suis officiellement candidat à l'élection sénatoriale du 27 septembre dans le Calvados. Merci à mes colistiers pour la confiance qu'ils accordent à notre projet de redressement de la France avec le PdF, la vraie droite nationale ! »

Voir les commentaires

YouTube censure la dernière vidéo de Didier Raoult sur le Covid-19

10 Septembre 2020, 06:16am

Publié par Thomas Joly

La dernière vidéo de l’IHU Marseille a été censurée et supprimée par YouTube ! La France pays de la liberté d’expression ?

Après les vidéos de médecins américains comme Simone Gold, c’est au tour de la vidéo hebdomadaire de l’IHU du Professeur Raoult et de la Professeur Camoin qui vient d’être censurée.

Cette vidéo parlait de la mutation du virus ainsi que des études favorables à l’Hydroxychloroquine, mettant ainsi en avant une carte du monde avec les pays utilisant l’hydroxychloroquine ou la bithérapie en vert.

Le Salon Beige l'a remise sur Youtube. Nous verrons si elle repasse la censure...

Voir les commentaires

Le Kamasutra de l’ensauvagement selon Emmanuel Macron : combien de positions ?

10 Septembre 2020, 06:04am

Publié par Thomas Joly

« Avec les commentaires, vous avez fait le Kamasutra de l’ensauvagement depuis quinze jours, tous ensemble ! Donc, je vous laisse à votre Kamasutra. Ce qui m’importe, c’est le réel. Demandez aux gens, ils n’en ont rien à faire. Ils veulent qu’on règle leurs problèmes Et nous, on est là pour régler leurs problèmes. » Buzz assuré ! Pas sur les problèmes pour lesquels on est là mais qu’on n’a pas encore réglés depuis plus de trois ans qu’on est aux affaires, mais sur le Kamasutra.

En visite à Clermont-Ferrand pour parler d’égalité des chances, Emmanuel Macron a eu droit à sa question sur l’ensauvagement. L’ensauvagement : la réalité ou le mot ? On finit par se poser la question. En tout cas, visiblement, la question agace le Président. Cela dit, en ayant voulu faire du « en même temps », avec Darmanin à l’Intérieur et Dupond-Moretti à la Justice, il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Ce duo est d’ailleurs un grand classique : dans le casting, il faut toujours un méchant et un gentil. L’un qui vous met la lampe sous le nez, l’autre qui vous demande si vous voulez un café, voire un sandwich. Qui n’a pas vu un film policier ?

Emmanuel Macron en a donc assez de cette presse qui se fait du vent sous la queue, comme on dit dans les écuries, en alimentant la machine à polémique autour de ce mot d’« ensauvagement » et qui mettrait un coin dans la belle unité gouvernementale. Mais alors, quel est le rapport entre cette polémique et le Kamasutra ? L’inspiration émoustillée du moment ? Un été chaud dans les maillots du côté de Bormes-les-Mimosas ? Allez savoir ! C’est vrai qu’à chaque jour suffit sa peine et sa prise de position sur cette affaire d’ensauvagement. Des positions, le Kamasutra en compte soixante-quatre, nous dit-on dans l’oreillette. C’est là, sans doute, le rapport. La polémique peut donc encore durer un certain temps.

Autre hypothèse, toute personnelle : Emmanuel Macron, âme poète et vagabonde à ses heures, aurait imaginé le duel entre Darmanin et Dupond-Moretti – duel réel, surjoué ou fantasmé par les médias – comme une sorte de parade amoureuse fantastique, grandiose et allégorique. Du cheval à bascule au triangle lumineux en passant par la bête à deux têtes, cette dernière collant impeccablement à l’image de l’attelage improbable Darmanin-Dupond, il y a effectivement largement de quoi vagabonder.

En tout cas, il faut reconnaître que le « Kamasutra de l’ensauvagement », c’est tout de même autrement plus sexy que la « poudre de perlimpinpin ». Fin de mandat torride ?

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Délire sanitaire : les médecins fous de Macron veulent de nouveau séquestrer les Français

9 Septembre 2020, 18:50pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Psychose sanitaire : « Les autorités ferment une classe à chaque fois qu'un enfant tousse »

9 Septembre 2020, 06:39am

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires

Testostérone et Grand Remplacement

9 Septembre 2020, 06:35am

Publié par Thomas Joly

Le taux de testostérone baisse de 1 % par an chez les hommes occidentaux. Et ceci depuis une trentaine d’années. C’est devenu un problème de santé publique. Le manque de testostérone chez l’homme augmente le risque d’obésité, de maladie cardiovasculaire et de stérilité. Au rythme de cette baisse, certains scientifiques prédisent une stérilité de la population européenne dans une trentaine d’années. Bizarrement, on n’en entend pas parler.

 

Testostérone et virilité

 

La testostérone est l’hormone de la virilité. C’est l’hormone qui fait de l’homme, un homme. C’est elle, qui, in utero, provoque la différentiation sexuelle, puis, à l’adolescence, provoque la puberté. C’est, chez le vieux, la baisse de ce taux de testostérone qui provoque l’andropause, la retraite du mâle ! C’est l’hormone de la libido…

 

C’est aussi la testostérone qui détermine le comportement masculin : le tonus, la confiance en soi, la tendance au leadership, la compétitivité, et c’est l’excès de testostérone qui provoque la brutalité, l’agressivité, la rage, l’indifférence aux souffrances des autres et les comportements à risques.

 

Le taux de testostérone contribue aussi à la santé du mâle. Un manque de cette hormone augmente le risque de dépression, favorise un comportement apathique, indifférent, mou. Un faible taux augmente le risque d’obésité, et l’obésité entraîne une baisse de la testostérone. Un cercle vicieux. C’est le phénomène du chat castré, en général gros et somnolant. La testostérone est secrétée par les testicules, tout cela est cohérent.

 

 

Notre mode de vie en cause

 

Les scientifiques n’ont pas de certitude sur l’origine de ce désastre. Première cause incriminée : les pesticides. Il est vrai que leur utilisation a explosé ces 30 dernières années, et que ce sont des molécules dangereuses puisqu’elles tuent les ravageurs des cultures. On retrouve partout leurs résidus : dans l’eau potable, l’air, les aliments. Incriminés, également, certains plastiques. Mise en cause, aussi, notre mode de vie. Sédentaire, sans beaucoup d’activité physique. Entre la voiture, les ascenseurs, l’ordinateur et la télé, nous faisons beaucoup moins travailler nos muscles que ne faisaient nos parents. Les médecins ont prouvé que le sport fait remonter le taux de testostérone… 

 

L’alimentation serait également en cause. Trop riche, et surtout trop riche en sucre…

 

Concernant le traitement pour une personne qui souffre d’un manque de testostérone, les médecins préconisent l’exercice physique, une complémentation en vitamines, surtout D, et en zinc. Et, pour les cas graves, une administration directe de l’hormone.

 

Santé publique et sécurité publique

 

La baisse de la testostérone touche la totalité de la population masculine et de façon continue. Un phénomène aussi général ne peut qu’avoir des répercussions sociales, économiques, et politiques. La testostérone, hormone de l’agressivité, est aussi celle de l’attaque et de la défense. La survie d’un groupe est directement liée à sa capacité à se reproduire et à se défendre. Nous constatons, en France, comme dans le reste de l’Europe de l’Ouest, à la fois à une baisse de la natalité qui met en péril la survie de nos populations, et la disparition de la volonté de défense. Qui aurait imaginé que notre pays qui a bataillé sur tous les continents et sur toutes les mers serait envahi, colonisé comme il l’est aujourd’hui ? Nous avons déjà accueilli plus de 10 millions de colons en 30 ans et nous laissons entrer plus de 400.000 « migrants » par an. Alors qu’une large majorité y est opposée.

 

 

Nos grands-pères auraient-ils supporté, comme nous le faisons, tous ces meurtres dans nos rues ? Comment est-il possible que des couteaux frappent nos anciens, nos femmes, nos filles, que le sang coule quotidiennement dans nos rues ? Comment expliquer qu’il n’y ait aucune réaction ? 

 

Propagande ou manque de testostérone ?

 

Les Français sont, semble-t-il, indifférents face à leur disparition. Le Grand Remplacement n’est pas une théorie. C’est une réalité que nous vivons. Notre peuple vit un effondrement démographique (1,3 enfant par femme) et la population de notre patrie est remplacée par des colons, essentiellement africains. En même temps, cette population de remplacement se livre à des agressions physiques qui auraient été insupportables à nos anciens, mais que nous supportons. Pourquoi ? Pour ne pas être accusés de racisme ! La propagande gouvernementale nous répète, ad nauseam, depuis notre enfance que nous sommes coupables et racistes. Comment pouvons-nous nous laisser insulter de la sorte ? Comment se fait-il que les descendants des Francs acceptent une pareille soumission ? La propagande gauchiste qui est martelée à l’école, dans les médias, les universités est-elle assez puissante pour avoir obtenu ce résultat, ou notre stérilisation intellectuelle s’explique-t-elle, également, par ce problème de santé publique qu’est la baisse de la testostérone ? Poser la question du silence qui entoure ce problème majeur de santé publique ne contient-il pas la réponse ?

 

François Jay

 

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Heureux comme un squatteur en France

9 Septembre 2020, 06:12am

Publié par Thomas Joly

Nous vivons une époque vraiment formidable. Tantôt des ministres, les yeux grand fermés, débattent du sexe des anges par cameras interposées à propos d’une bataille sémantique liée à la hausse vertigineuse des crimes et délits qui « participe du sentiment d’insécurité » ; tantôt tout ce qui compte de bien-pensance défend, dans la même journée, tous les Charlie de la presse mais refuse à un hebdomadaire « qui pense mal » le droit de caricaturer une députée de la nation qui traite la France comme un paillasson.

Dans cet océan de réjouissances, un fait divers local fait la une tant il met en exergue l’inversion des valeurs qui caractérise notre pays qui, décidément, ne tourne pas rond. Dans la commune de Théoule-sur-Mer (06), un couple de retraités voit squatter sa résidence secondaire par une famille de délinquants. Mise devant le fait accompli du changement de serrures, et malgré l’occupation illégale des lieux, la gendarmerie ne peut qu’acter son impuissance à dégager manu militari ces indésirables au regard de la loi, car le délai de 48 heures de constatation est dépassé. L’intervention du maire de la commune, l’huissier dépêché sur les lieux, le dépôt de plainte auprès du procureur ne sont que les prémices d’une longue et hypothétique procédure judiciaire pour récupérer le fruit de leur labeur.

Passons l’hallucinante réaction du ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, qui souligne qu’il n’y a pas de « défaillance de la loi » (sic), oubliant que la loi est, par essence, faite pour les personnes qui la respectent, passons le dépêchement, sur place, de la force publique pour protéger nos squatteurs qui sont menacés sur les réseaux sociaux et passons le fait qu’ils ont un logement en région parisienne ! Force est de constater qu’à longueur de délits, le système pénal français, que le monde nous envie, fait preuve d’une intense mansuétude à l’égard des délinquants au mépris des victimes. Dans pareil cas d’atteinte au droit fondamental de propriété, le bon sens aurait prévalu si ces voyous avaient été expulsés dans la minute et condamnés à verser des dommages-intérêts aux retraités.

Interrogé en direct sur CNews, notre vaillant retraité qui veut en découdre pour récupérer son bien se fait gentiment conseiller par Pascal Praud de faire confiance à la Justice sans intenter une quelconque opération de force. C’était sans compter sur le dénouement de cette affaire qui voit la maison quasi libérée parce qu’une partie de la famille des squatteurs est relogée à la faveur de la garde à vue du père pour violences conjugales !

La morale de l’histoire est que, dans notre douce France, bien que propriétaire d’un logement, vous pouvez squatter en toute impunité la propriété d’autrui tout en vous faisant reloger par l’État quelques jours après !

Stanislas Lepic

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Quand Emmanuel Macron s'étouffe avec son masque et explose les gestes barrières

9 Septembre 2020, 06:03am

Publié par Thomas Joly

Magnifique vidéo du président Macron, micro en main, s'adressant à des jeunes sur le sujet de l'égalité des chances. Il porte un masque, bien entendu, comme tous les autres dans la pièce. Problème : il tousse, beaucoup, sa voix s'abîme, s'enraye, il tousse encore, à chaque mot ou presque. Il boit une gorgée d'eau qui ne règle pas le problème. Il ne peut presque plus du tout parler.

Il se décide finalement à retirer son masque, devant tout le monde, tout en continuant à tousser dans sa main (pas dans son coude, mais dans sa main, la main avec laquelle il tient son micro, micro qu'il va tendre à un assistant dans quelques secondes, le temps de reboire une gorgée d'eau). Enfin sa voix s'éclaircit, sa toux disparaît.

Il suffisait de retirer le masque. Il le dit, textuellement : « Je pense m'étouffer avec ça », précise-t-il en plaçant dans les mains de l'assistant le masque dans lequel il vient de tousser avec gourmandise.

Quelle leçon, quelle démonstration que cette scène où le président qui nous impose le masque est obligé de retirer le sien pour éviter l'étouffement. Terrible scène pour lui, terrible désaveu pour sa ligne politique et sanitaire, moment tragique où en quelques secondes ce sont des mois de propagande qui s'écroulent.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Le respect servile des conventions internationales pour ne pas expulser un violeur étranger

8 Septembre 2020, 19:46pm

Publié par Thomas Joly

Le violeur étranger, multirécidiviste, d'une étudiante de 20 ans à Angers, ne peut soi-disant pas être expulsé alors que deux interdictions de territoire français pendant cinq ans ont été prononcées à son encontre en 2018 et 2019.

Les régimes qui soumettent leurs peuples à la dictature du juridisme dans une interprétation ossifiée de l'État de droit et le respect servile des conventions internationales sont des systèmes criminels.

La pourriture de violeur dont il est question, venue d'on ne sait où, a été protégée par le totalitarisme de lois destructrices de l'ordre naturel des hommes civilisés — c'est a dire européens d'Occident — qui veut qu'un sauvage soit « réduit et éloigné » et qu'un assassin barbare soit éliminé.

La droite nationale au pouvoir devra d'emblée en finir avec ces carcans administratifs internationaux qui empêchent les expulsions, encadrent et anémient les éléments de répression, pèsent sur les décisions des tribunaux et interdisent le rétablissement de la peine de mort. Nos règles françaises, nos lois nationales seront à nouveau décidées par nous, chez nous, unilatéralement. Et suivies d'effets immédiats.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires