Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Castex remplacé par Ferrand après les Régionales ?

29 Avril 2021, 14:01pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Lecointre : un paillasson

29 Avril 2021, 13:58pm

Publié par Thomas Joly

Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France : « Chef d’état-major des armées, le général Lecointre considère la tribune des généraux et officiers comme une "manipulation inacceptable", et annonce des sanctions par un tribunal militaire. Lecointre est bien du même type de paillasson que son lointain prédécesseur Ailleret, massacreur des patriotes de la rue d'Isly, exécutant docile de la politique d'abandon, et responsable de la répression anti Algérie française dans l'armée. »

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

28 Avril 2021, 17:41pm

Publié par Thomas Joly

Jean-Marie Le Pen, soutien de Thomas Joly pour la législative partielle

Thomas Joly, Président du Parti de la France : « Pour l'élection législative partielle de la 1ère circonscription de l'Oise qui se déroulera le 30 mai, j'ai l'honneur de recevoir le soutien de celui grâce à qui je suis entré en politique, un visionnaire qui a consacré sa vie à la défense de la France et des Français. »

Voir les commentaires

De Florence Parly à Jean-Luc Mélenchon, le nouveau front anti-national

28 Avril 2021, 15:54pm

Publié par Thomas Joly

Le fait que la ministre technocrate-macroniste Parly réclame des sanctions contre les militaires signataires de cette lettre ouverte, exactement comme en réclame aussi l'histrion islamo-gauchiste Jean-Luc Mélenchon, permet de préciser les contours d'un nouveau front qui est un front anti-national et anti-français.

Les ennemis de la France ne sont pas tous dans le même parti, ne brandissent pas tous les mêmes banderoles apparemment, mais dès qu'une occasion se présente qui leur permet à tous de témoigner de leur volonté profonde de nuire à la France, ils se retrouvent sous le même étendard. Et nous voyons s'organiser des convergences amusantes, comme celle qui en ce moment fait parler d'une même voix Parly et Mélenchon, la Macronie et l'islamo-gauchisme en cravate rouge.

Hélas ils ne le feront pas mais maintenant il faudrait que les signataires de cette lettre déposent une plainte contre la ministre Parly et contre Mélenchon qui depuis des jours les traînent dans la boue en les faisant passer pour des factieux qui appellent à la guerre civile. Car ce sont des accusations extrêmement graves, par ailleurs infondées, qui attentent à leur honneur. Et il y a des lois qui punissent ce genre de faits. Il ne faut pas qu'ils se laissent faire.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

« Haro sur Zemmour ! » Les vieux coups bas usés qui ne marchent plus...

28 Avril 2021, 13:40pm

Publié par Thomas Joly

Alors qu'il n'a pas encore fait part de ses intentions pour la prochaine présidentielle, Eric Zemmour est déjà la cible des attaques insidieuses des thuriféraires du Système. Il faut dire que pour le célèbre chroniqueur, que beaucoup espère voir jouer un rôle politique de premier plan, les accusations coquines émanant d'une obscure militante socialiste d'Aix-en-Provence devraient être considérées comme la preuve de la crainte qu'il inspire à l'ensemble de la classe politico-médiatique aux affaires.

En effet, la présence d'Eric Zemmour à cette élection, au moment où l'on assiste à une « droitisation » (employons le mot pour faire simple) de notre peuple, serait de nature à révolutionner profondément et sans doute durablement le paysage politique français. Zemmour, qui a des idées claires et profondes, tranche singulièrement dans le fade climat actuel. Chaque soir, avec talent et persuasion, il s'adresse à des centaines de milliers de téléspectateurs (plus d'un million, dit-on) qui, grâce à lui, retrouvent l'espoir de voir enfin revivre la France française.

Dès lors, pour les morpions du politiquement correct qui s'accrochent à leurs prébendes, en bons petits domestiques serviles des tenants du mondialisme, une seule priorité : haro sur Zemmour (tout comme hier, ils criaient : « haro sur Jean-Marie Le Pen ») ! Et pour cela, tous les moyens sont bons.

Que s'est-il donc passé ? Faute d'être capables de discuter avec lui (on a vu comment les quelques ministres ou anciens ministres qui ont tenté de l'affronter se sont fait rétamer), les donneurs de leçons ont décidé d'utiliser la vile calomnie en se disant qu'il en restera toujours quelque chose.

Revenons aux faits : une dame Lenfant, dont la notoriété jusqu'à présent ne dépassait pas le banc des élus socialistes d'Aix-en-Provence, s'est subitement rappelée, en voyant fleurir dans sa ville des affiches géantes appelant à la candidature d'Éric Zemmour, que celui-ci aurait été assez audacieux, en 2004 (ou en 2006, elle ne s'en souvient pas précisément), pour la complimenter sur sa robe et lui faire « un bisou » on ne sait pas très bien où. Quel scandale ! Non seulement Zemmour est talentueux, mais en plus il serait charmeur (ce que, généralement, les femmes « normales » apprécient plutôt). Venant d'une groupie du parti de Strauss Khan et de Duhamel, ces révélations, aussi tardives (près d'une vingtaine d'années après) que floues, tombent dans le parfait ridicule. S'ils espèrent faire taire celui qui incarne l'espérance pour un nombre croissant de Français, je crains qu'ils se trompent lourdement... De plus, autre hic à leurs allégations : personne, à part l'accusatrice, ne se souvient de cette odieuse agression traumatisante. À commencer par l’accusé...

Mais le plus grave dans cette affaire (si tant est qu’on puisse parler d’ « affaire »…), c'est qu'elle révèle le niveau bien bas (au ras des caniveaux, comme dirait notre confrère Breizh-info) du personnel politique aux ordres. Incapables de justifier les désastreuses orientations des gouvernements (de gauche, du centre ou d'En marche) dont ils se réclament, ils sont persuadés, en utilisant ces vieilles ficèles usées que sont la délation et la diabolisation, d'avoir trouvé la parade face au vaste mouvement de résurgence nationale et populaire qui, bientôt, balaiera définitivement ces perroquets arrogants et ces perruches malsaines qui forment le parti de la soumission et de la collaboration au pouvoir.

L'élection présidentielle est prévue pour dans un an, mais, dans le registre « coups bas minables », visiblement, ça commence déjà...

Roland Hélie - Directeur de Synthèse nationale

Voir les commentaires

Les 20 ans du Loft : on en est là, à fêter la télé-réalité, cette extraordinaire machine à décérébrer !

28 Avril 2021, 08:43am

Publié par Thomas Joly

Bimbos, blondasses, bombes, kékés gominés, bodybuildés, ultra-tatoués, rien dans la tête et forts en gueule. Bêtise, vulgarité, vide intersidéral…

Voilà, en quelques mots, les qualificatifs qui me viennent pour avoir regardé – jamais plus de dix minutes, après, c’est au-dessus de mes forces – l’une des émissions phares de la télé-poubelle : Les Marseillais à…

C’est un ami qui m’y a incitée ; il a insisté : il faut que tu voies ça, tu comprendras mieux. Comprendre quoi ? Comprendre tous ces pauvres mômes que l’on croise ici, des jeunes qui s’efforcent de leur ressembler : les filles moulées dans leur caleçon trop petit, le ventre à l’air et les seins aussi, qui ponctuent chaque phrase d’un sonore « j’m’en bats les couilles » ; les garçons gonflés aux stéroïdes, des durs qui parlent « chiffon ». Pas question de rater la dernière paire de Nike™.

Ce sont les enfants de la télé-poubelle, celle qu’on fête ces jours-ci avec « les vingt ans du Loft ». Eh oui, parce qu’on en est là, à fêter l’avènement de la plus belle machine à décérébrer inventée depuis l’aube de l’humanité : la télé-réalité.

Une sociologue le dit benoîtement dans Le Monde : la télé-réalité est devenue « un genre à part entière, regardé par des millions de téléspectateurs ». « En 2001 [naissance du Loft], cela choquait que des gens deviennent célèbres après avoir été exposés dans une émission où ils se contentaient d’être oisifs. […] Aujourd’hui, des gens deviennent connus car ils se racontent sur les réseaux sociaux, c’est devenu une profession à part entière. »

Toutefois, comme on est dans la presse de gauche financée par le « grand kapital », on évite de dire que tout cela a fabriqué, pour son malheur, la société la plus consumériste qui soit en vidant les cerveaux pour y caser du temps d’antenne. En revanche, on fustige le « retour de la société de cour du XVIIIe siècle, où un individu peut tomber en disgrâce à tout moment ».

Le Haut Conseil pour l’égalité s’est ému, nous dit-on, de ces émissions pourvoyeuses « de et de stéréotypes ». De fait, dit la sociologue, « il y a une hypervirilité des hommes, qui sont très grands, très musclés, très tatoués. Quand ils se présentent, ils mettent toujours en avant leur force et leur envie de se battre. Les femmes sont présentées par leur capacité à séduire et leurs formes. Le couple, lui, est forcément hétérosexuel. »

Comme il faut se mettre dans l’air du temps – il est à la plainte –, les médias mettent l’accent là-dessus. Tournent donc en boucle les héroïnes du jour : Angèle, Rawell, Rania et Nathanya, héroïnes des « Anges » qui se plaignent, aujourd’hui, de mauvais traitements. Humiliations, insultes, harcèlement de la part des autres candidats et obligation, par la production, de « se mettre en couple contre leur gré avec des participants ». Ainsi Nathanya qui rapporte ces mots de la productrice : « Tu veux sortir avec personne ? Pourtant, t’as passé un casting de salope. »

Il faut croire que ce qui semble une évidence pour toute personne sensée ne l’est pas pour les candidates. Jamais, en effet, n’est abordée dans ces articles critiques la question du volontariat, comme si tous ces pauvres pantins décérébrés se rendaient aux castings la baïonnette dans le dos.

Ce qui n’est pas dit, c’est que la télé-réalité est un business qui rapporte beaucoup d’argent, à la production comme aux « acteurs ». Le salaire des Marseillais, par exemple, va de 7.000 à 13.000 euros, avec une prime à l’ancienneté, à quoi s’ajoutent les posts Instagram facturés entre 500 et 2.000 euros par des marques de vêtements, de baskets ou de produits blanchissants pour les dents, indique Gala.

Dans une société où le savoir est totalement dévalorisé, montrer son cul sur les écrans est devenu le rêve de millions d’adolescents.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les militaires sortent de leur réserve, le gouvernement les méprise

27 Avril 2021, 15:21pm

Publié par Thomas Joly

 

Pour lire l'appel au patriotisme signé par 20 généraux et des centaines de militaires, cliquez ici : https://www.valeursactuelles.com/politique/pour-un-retour-de-lhonneur-de-nos-gouvernants-20-generaux-appellent-macron-a-defendre-le-patriotisme/

Voir les commentaires

« Il faut arrêter de parler de violences urbaines, c’est une guérilla contre l'État central »

27 Avril 2021, 10:27am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Patrick Baudry : « Assez de demi-mesures et de vols pour se faire plaisir »

27 Avril 2021, 09:34am

Publié par Thomas Joly

Patrick Baudry, spationaute français qui a volé sur la navette américaine Discovery, s'exprime sur la nouvelle mission confiée à Thomas Pesquet et ne participe pas à la liesse générale.

Votre sentiment ?

Je suis très heureux qu’un spationaute français puisse à nouveau participer à cette nouvelle mission de six mois dans l’espace, à 400 kilomètres en orbite autour de la Terre, mais j’aurais surtout été très heureux qu’un véritable objectif, ambitieux et conquérant, soit enfin défini. Je rêve d’un Thomas Pesquet allant bien au-delà de la frontière de la Station spatiale internationale.

C’est-à-dire ?

Assez des demi-mesures, des vols pour se faire plaisir ! Nous, astronautes, nous voulons poser le pied sur Mars, nous installer sur la Lune que nous avons abandonnée, elle qui attend de sentir à nouveau sur son sol son prochain visiteur… Elle qui passe son temps à contempler cette Terre si peuplée qui n’envoie plus personne lui rendre visite…

On remarchera sur la Lune, demain, dans cinq ou… quinze ans ?

Des dates ? Peu importe que ce soit 2024, 2025 ou plus tard. L’élan est donné et Donald Trump avait su le comprendre en donnant, lors de son mandat, un nouvel élan à la NASA, lui demandant de se dépoussiérer un peu. La poussière lunaire, sans doute, l’avait un peu engourdie, ces dernières années… N’oublions pas que les générations futures nous jugeront autant sur la manière dont nous aurons apprivoisé notre planète que sur celle dont nous aurons osé et su explorer l’Univers à travers lequel nous voyageons. La Lune, bien sûr, nous attend depuis cinquante ans, et Mars s’étonne d’être encore seule.

Et l’Europe, dans tout cela, après l’abandon de l’avion spatial européen Hermès, dont vous étiez l’un des initiateurs ?

Les grandes idées ne naissent que de la volonté des hommes, et leur abandon de leur pusillanimité… Que retiendront de nous les générations futures, les enfants que je rencontre tous les jours ? We had a dream… Nous avons besoin de RÊVE et, en période de crise, comme celle que nous vivons aujourd’hui, intense et sans précédent, le rêve demeure aussi indispensable que le pain…

Et quand vous accrochez ce rêve… aux étoiles, vous rêvez de quoi ?

Je rêve d’une femme ou d’un homme qui rendra la France capable de mener, en Europe, un projet réellement ambitieux qui reprendrait les objectifs d’Hermès afin de donner à notre continent toutes les clefs de l’espace. Je rêve, en fait, tout simplement que l’Europe elle-même provoque un élan vers de nouvelles conquêtes et ne se contente pas de suivre les décisions des superpuissances en ce qui concerne la présence humaine dans l’espace. Ces missions sont un peu fades et sans audace. Alors, OSONS conquérir à nouveau la voie laissée à l’abandon quelques décennies plus tôt et poursuivons la route, sans plus jamais nous arrêter en cours de route. « Les fous ouvrent des voies qu’empruntent ensuite les sages », disait, je crois, Carlo Dossi avec conviction. Les premiers explorateurs de l’espace ont été ces fous et ces sages et, souvent, ils ont été les deux à la fois !

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Drôles de funérailles » de Romain Guérin

26 Avril 2021, 17:56pm

Publié par Thomas Joly

Je viens enfin de trouver le temps de lire le roman de l'ami Romain Guérin. Ces « Drôles de funérailles » sont tout à fait savoureuses. Les personnages sont truculents et si le ton est léger, l'auteur dresse, au détour de cette farce funèbre, un portrait au vitriol de notre société avec une lucidité salutaire.

Beaucoup plus politique qu'il n'y paraît, ce livre est aussi une introspection du peuple français, de gauche comme de droite.

N'hésitez pas un seul instant à vous procurer cet ouvrage où vous retrouverez le style ciselé de Romain Guérin que l'on avait déjà pu apprécier dans le splendide « Journal d'Anne France ».

Pour le commander, c'est ici : https://romain-guerin.com/index.php/product/droles-de-funerailles/

Thomas Joly

Voir les commentaires

Macron-Le Pen, des colosses aux pieds d’argile pour 2022 ? Les dessous des sondages dévoilés

26 Avril 2021, 15:18pm

Publié par Thomas Joly

À un an du premier tour, les sondeurs prédisent invariablement la même affiche pour le second : Emmanuel Macron face à Marine Le Pen. Tous les deux tout aussi invariablement crédités d’un score allant de 25 à 28 % au premier. La seule interrogation – il faut tout de même laisser un peu d’incertitude – réside dans le niveau atteint par Marine Le Pen au second tour et sa capacité à l’emporter, face à la gauche mais aussi au Président sortant, qui pourrait être menacé.

Mais Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont-ils vraiment plié le match ?

Certes, les sondages ont un certain pouvoir autoréalisateur. Mais nous avons tous en mémoire les effondrements des grands favoris de l’an A-1 : Giscard en 1981, Barre en 1988, Balladur en 1995, Jospin en 2002 et, enfin, Juppé et Fillon en 2017. Or, il se trouve que la situation actuelle est encore plus opaque qu’alors, durant ces décennies qui n’ont pas connu la crise majeure que nous vivons et où la vie politique était encore structurée entre la gauche et la droite et des partis représentatifs. Mais aujourd’hui, c’est la crise du Covid-19 qui écrase tout, laissant en arrière-fond sonore la crise sécuritaire et migratoire et la crise économique qui, par ailleurs, ne font qu’empirer.

Et il se pourrait bien que les deux favoris n’aient nullement plié le match pour la simple et bonne raison que les Français ne sont pas entrés dans le match. C’est la première remarque de bon sens de Jérôme Jaffré, directeur du Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (CECOP) et chercheur associé au CEVIPOF, dans une interview au Figaro. À la question « La campagne pour 2022 est-elle déjà engagée ? », la réponse est nette : « Pas chez les Français, qui ont la tête dans le Covid. »

Mais le politologue remarque aussi que la crise, si elle renforce temporairement les deux têtes d’affiche dans leurs rôles, révèle aussi des faiblesses nouvelles.

Pour Emmanuel Macron, la stratégie du « en même temps » de gauche et de droite a déjà trouvé ses limites : « Emmanuel Macron doit conserver sa double face, qui lui permet de garder des soutiens de gauche tout en s’appuyant en fait sur la droite. […] Mais ce qui était jadis un projet de dépassement est maintenant davantage perçu comme un jeu d’équilibre, avec un jour un propos vers la droite et le lendemain un mot doux vers la gauche… Tout cela est de plus en plus vu comme une tactique, ce que les électeurs n’aiment pas quand ils le comprennent ainsi. » Si Jérôme Jaffré le dit… D’ailleurs, un sondage britannique réalisé par Redfield & Wilton Strategies, publié samedi, et qui tient compte, lui, des indécis (21 %) donne le tiercé de tête suivant : Le Pen à 18 %, Macron à 16 % et Jean-Luc Mélenchon à 13 %. Une position inquiétante pour le président de la République, à la fois distancé et rattrapé.

Mais, du côté de Marine Le Pen aussi, la position de leader est loin d’être acquise. Jérôme Jaffré a raison de douter de sondages flatteurs : « Elle est sans doute surévaluée dans les sondages de second tour face à Macron. » Quant au premier, n’oublions pas qu’elle était aussi donnée à 28 % en 2016 et qu’elle finit à 21,3 %. Pour le second tour, il a également raison de douter de l’abstention massive de la gauche : « Beaucoup d’électeurs de gauche se réfugient aujourd’hui dans l’abstention et le vote blanc. Mais, placés devant un tel choix entre les deux tours, la question cesserait d’être “Peut-on battre Macron ?” et deviendrait “A-t-on vraiment envie d’élire Marine Le Pen ?”. »

Mais, surtout, cette position de leader apparemment incontestée, sans outsider, et sans qu’on connaisse encore le candidat LR, représente pour elle un risque majeur : celui « d’oublier le premier tour et le travail de mobilisation des catégories populaires. L’abstention, qui serait son alliée au second tour, pourrait devenir un handicap au premier. » Or, tous les derniers rendez-vous électoraux depuis 2017, avant même la crise du Covid-19 et son impact fortement démobilisateur sur la participation (élections municipales et européennes), ont montré que l’abstention est une tendance de fond.

Une chose est certaine : l’incertitude. Bien plus forte que ne le laissent penser les sondages actuels, surtout si des candidatures alternatives venaient à gêner les deux leaders du moment ou si Emmanuel Macron ne se représentait pas en s’effaçant devant Édouard Philippe. Jérôme Jaffré remarque que « l’équation est devenue plus compliquée pour Emmanuel Macron ». Mais elle l’est, du coup, aussi, pour Marine Le Pen. Car c’est une équation à plusieurs inconnues, autant sur le plan des candidatures que de la situation. Sans compter les impromptus de campagne.

Frédéric Sirgant

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Merluche la balance

26 Avril 2021, 09:23am

Publié par Thomas Joly

Jean-Luc Mélenchon est un indicateur de police, un pion et une balance.

Rappelons les faits et surtout leur chronologie : depuis des années, il prend des positions ouvertement islamo-gauchistes, décolonialistes, indigénistes, sans doute pas par conviction profonde car j'imagine qu'il n'y comprend rien mais parce que l'appareil du parti a été infiltré jusqu'à l'os par ces tendances et que deux ou trois conseillers ont dû lui dire que c'était un terreau électoral prometteur. Du coup, tout ce que ce pays contient de chasseurs de Blancs, de canailles gauchistes, de conquérants islamiques, vient s'abreuver à la fontaine fielleuse de frère Jean-Luc.

Parmi ces gens, certains sont encore plus zélés et égorgent des flics. C'est le cas de Jamel Gorchene de Rambouillet. Avant d'égorger, il s'abreuvait, se repaissait des diatribes de Mélenchon contre la France, contre les fachos, contre les islamophobes. On sait en effet que le criminel suivait sur les réseaux sociaux tout le gratin islamo-gauchiste de France, notamment Mélenchon justement.

Par chance, 20 généraux publient une tribune dans VA pour se plaindre du délitement de la France, permettant à Mélenchon d'allumer un contre-feu. Sur Twitter, l'Infiltré en chef va jusqu'à citer les articles de loi au nom desquels, dit-il, les autorités devraient pouvoir sanctionner cette assemblée de 20 officiers généraux que la gauche essaie de faire passer pour une nouvelle OAS. D'ailleurs toute la gauche, sur Twitter notamment, tente de faire de cette lettre ouverte des généraux une polémique nationale et une déclaration de guerre contre la République, et on sait parfaitement qu'elle fait cela pour détourner l'attention de Rambouillet.

Moi je veux que l'on mette Mélenchon en situation de rendre des comptes sur le fait qu'il a contribué à bourrer le mou d'un serviteur du Califat égorgeur de flics français. Ces pourris ont sur les mains le sang des victimes de leurs protégés.

Jonathan Sturel

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - N°06 - Invité : Alain de Peretti (25/04/21)

25 Avril 2021, 17:42pm

Publié par Thomas Joly

6e volet des « Entretiens du PdF », Epona reçoit Alain de Peretti, Président de « Vigilance Halal ».

Sujets abordés : l'association « Vigilance Halal », l'abattage rituel halal et casher, l'islamisation galopante de la France, l'islamophilie de Marine Le Pen et de la classe politique française, la remigration comme solution, le ramadan et ses débordements, l'espoir d'un réveil de nos compatriotes.

Voir les commentaires

Darmanin annonce sa terrible « riposte » au terrorisme : un « suivi » des islamistes sortant de prison...

25 Avril 2021, 16:12pm

Publié par Thomas Joly

Dans les colonnes du Journal Officiel du régime autrement appelé JDD, le ministre de l'Intérieur, Gérard Darmanin, annonce une énième loi anti-terroriste, cette fois dotée de terribles mesures répressives de nature à faire trembler les islamistes : suivi des libérés ayant purgé une peine « lourde » (par « lourde », il faut entendre quelques années de prison...), et détection renforcée des radicalisations. Pour la vraie loi anti-terroriste, celle qui mettra fin à la déferlante migratoire, organisera la remigration, rétablira la peine de mort et multipliera les camps de rétention administrative, il faudra attendre un petit peu.

Comme il faudra attendre l’État national pour édicter la grande loi permettant de juger les vrais coupables de tout cela.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Timing parfait : Élise Lucet consacre un « Envoyé spécial » aux violences policières !

25 Avril 2021, 11:02am

Publié par Thomas Joly

Encore une journée marquée de rouge, quelque part en France. Une de plus, qui vient s’ajouter à plusieurs dizaines qui ont vu le terrorisme islamique ensanglanter les rues de nos villes et anéantir la vie de centaines d’innocents. « Nous ne céderons rien », a dit Emmanuel Macron. Si nous n’avions rien cédé, nous n’entendrions plus parler depuis longtemps de tout cela. Au contraire, nous commençons à nous habituer à l’horreur, nous courbons l’échine, fatalistes et soumis, devant cette défaite qui s’annonce sans que nous n’ayons jamais esquissé la moindre réaction d’envergure.

Car la défaite est programmée, tout s’acharne à nous y résigner. Si nous étions ne fût-ce qu’un seul instant en guerre contre le terrorisme islamique, nous placerions cette cause tout en haut de nos priorités et sacrifierions bien des choses pour triompher. Mais est-ce le cas ? Certaines coïncidences sont particulièrement significatives : jeudi soir, Élise Lucet a consacré son numéro d’« Envoyé spécial » aux violences policières. Avec, en guest star, M. Zecler, producteur passé à tabac il y a quelques mois par des policiers. Car il est de notoriété mondiale que la police, en France, c’est la Gestapo. La violence policière, c’est véritablement LE sujet qui terrorise la France entière : croiser une patrouille de police, en France, c’est risquer sa peau, surtout si elle est basanée, dixit Assa Traoré et Camélia Jordana. C’est ce leitmotiv qu’Élise Lucet a cherché à nous assener, lors de l’émission de jeudi, et ce, malgré les traditionnelles précautions de langage, censées cerner une « infime minorité de brebis galeuses ».

Il y a plusieurs manières de travestir la réalité, quand on est journaliste. On peut mentir, on peut passer sous silence des sujets ou taire des vérités. On peut aussi focaliser les projecteurs sur un sujet secondaire, par choix idéologique, et négliger l’essentiel. Sur les cinq dernières années, ce sont plus de cent policiers qui ont été tués, un chiffre sans rapport avec les bavures qu’ils auraient, eux, commises, toujours de trop, mais très rares. Ils sont plus de dix mille, chaque année, à être blessés suite à des violences. Faites donc des micros-trottoirs, dans n’importe quel pays d’Europe : ce sont bien les images des policiers achevés à terre par des terroristes, celles de voitures obligées de reculer face à la racaille déchaînée, d’agents insultés et violentés qui ont sidéré les esprits ; certainement pas la prétendue violence ou le racisme de notre police, reconnue partout comme l’une des plus humaines du monde.

En hystérisant le sujet des violences policières, alors que les policiers sont devenus des cibles vivantes, Élise Lucet a fauté. Quelques heures après la diffusion de ce reportage, où M. Zecler a été hissé au rang de martyr pour quelques jours d’ITT, c’est Stéphanie, policière depuis vingt-huit ans, qui aura sacrifié sa vie pour défendre celle des autres. La vôtre, la mienne, celle des délinquants même, celle des gauchistes qui leur crachent dessus à longueur de temps, celle de Zecler et celle d’Élise Lucet également. Mme Lucet, vous a-t-il effleuré l’esprit, ne fût-ce qu’une seconde, que l’opprobre médiatique contre la police, à laquelle vous avez apporté votre contribution, favorise ce type de drame ? Ne ressentez-vous donc, aujourd’hui, aucun remords d’avoir à ce point participé, certes à votre corps défendant, à ce sinistre choc des actualités ? On ne peut pas faire la guerre à la fois au terrorisme et à la police. C’est l’un ou l’autre, il faut choisir son camp.

Olivier Piacentini

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires