Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Quand la RATP efface la croix du Sacré-Cœur à Montmartre

7 Janvier 2018, 10:09am

Publié par Thomas Joly

La croix surmontant le sommet du grand dôme du Sacré-Cœur a été effacée sur les nouveaux écrans des cabines rénovées du célèbre funiculaire qui permet d’accéder à la butte Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Le funiculaire, géré par la RATP, transporte 2.000 personnes toutes les heures, soit plus de trois millions par an, surtout des touristes venus du monde entier. La basilique est le second monument religieux parisien le plus visité.

La RATP s’était déjà signalée il y a quelques temps en exigeant que soit supprimée la mention « au profit des chrétiens d’Orient » d’affiches pour un concert caritatif. La direction, probablement maçonnique, de l’entreprise avait d’abord invoqué le « principe de laïcité » avant d’aggraver son cas par d’autres explications scandaleuses. Par contre pas de problème pour des publicités pour le Ramadan, une affiche « Qu’Allah bénisse la France » ou encore les campagne de publicité du Secours islamique.

Source : http://contre-info.com

Voir les commentaires

Le maire socialiste de Trappes a échangé son élection contre la construction d’une mosquée géante pour les Frères Musulmans

7 Janvier 2018, 10:03am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Les Français sont de moins en moins Charlie ? Ils ont de bonnes raisons !

7 Janvier 2018, 09:52am

Publié par Thomas Joly

Trois ans après l’attentat contre Charlie Hebdo qui avait donné naissance à ce phénomène « Je suis Charlie » et à cet ambigu moment d’unité nationale, un sondage IFOP, commandé par le collectif Toujours Charlie, révèle que l’esprit Charlie s’effondre année après année. L’an dernier, les Français étaient encore 71 % à se dire Charlie ; cette année, ils ne sont plus que 61 %.

Pourquoi cette « décharlisation » des esprits ? Le sondage précise qu’un tiers des sondés qui « ne se sentent pas Charlie » disent « ne pas » ou « ne plus » être « marqués par l’attentat » de janvier 2015. On aimerait creuser davantage. Pourquoi cet « oubli » de la sanglante tuerie qui est pourtant celle à laquelle les médias donnèrent le plus d’écho ? Les Français seraient-ils des zappeurs de l’horreur, un attentat en chassant un autre ?

D’abord ce « premier » attentat islamiste d’envergure sur le sol français ne fit l’objet d’un « culte » chez les Français que pendant la courte période – une sorte de « drôle de guerre » de neuf mois – où il fut précisément, non pas le premier, mais le seul, et celui que nos gouvernants d’alors, et une opinion traumatisée, voulaient tel. Mais en novembre 2015, il y eut le Bataclan, non plus une dizaine, mais plus d’une centaine de victimes. Déjà, si l’on peut dire, l’esprit Charlie en avait pris un coup. Les petits autocollants, les fleurs, les bougies, le culte continuaient, mais la foi était moins vive chez les fidèles…

Ensuite, avec le temps et les prises de conscience favorisées par la presse alternative, souvent contre l’esprit Charlie et les médias officiels, apparurent les ambiguïtés et les mensonges des « vérités » qui nous avaient été servies par les prêtres du culte Charlie.

C’était une attaque contre la liberté d’expression… Or, les observateurs avaient bien relevé que s’en prendre à des policiers ou à l’Hyper Casher, ce n’était pas viser la liberté d’expression… Dès le début, l’esprit Charlie nous mentait, en sélectionnant les victimes. Et les attentats ultérieurs confirmèrent ce biais… Il nous mentait aussi en nous imposant une grille de lecture sur les motivations des terroristes. Cela n’avait rien à voir avec l’islam. Et puis il fallait, toujours au nom de l’esprit Charlie, absolument traquer la fake news nous disant que des terroristes islamistes profitaient de la vague migratoire. Une fake news qui disait la vérité…

En ce début janvier où notre nouveau Président (essentiellement élu par des Français toujours Charlie, comme en témoignent les catégories d’âge mises en évidence par le sondage), a annoncé de façon tonitruante vouloir une nouvelle loi pour mieux contrôler l’information et encadrer la presse, notamment alternative, on peut parier que les Français seront de plus en plus nombreux à abandonner l’esprit Charlie, conscients que les grandes proclamations en faveur de la liberté d’expression s’accompagnent en fait de régressions dramatiques, comme le soulignait ici Emmanuelle Ménard.

Voilà peut-être la raison majeure qui explique cette baisse spectaculaire de l’esprit Charlie : 43 % des sondés estiment que la liberté d’expression a diminué, toujours d’après ce sondage… 43 % ? Et le sondage a été réalisé avant l’annonce du Président… De quoi nous rendre encore plus Charlie. Ou encore moins. Enfin, vous avez compris.

Pascal Célérier

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Carl Lang, invité du Face à Face du 5 janvier 2018

6 Janvier 2018, 11:12am

Publié par Thomas Joly

Carl Lang, Président du Parti de la France, présente ses vœux, son dernier ouvrage, annonce ses prochains déplacements et commente l'actualité politique.

Voir les commentaires

Ceux qui voient partout des « théoriciens du complot » devraient-ils se soigner ?

6 Janvier 2018, 10:56am

Publié par Thomas Joly

L’accusation de complotisme permet d’évacuer les questions gênantes, le goût de l’inconnu, en bref la liberté d’esprit chez autrui, en faisant passer toute curiosité sans préjugés pour une aliénation. Mais il y a plus grave : ceux qui ricanent des complotistes sont toujours du côté du pouvoir et, donc, ils servent des intérêts qui les dépassent.

Voir les commentaires

Le père de Karim Cheurfi, le djihadiste qui a abattu le policier sur les Champs-Elysées, fait l’apologie du crime de son fils

5 Janvier 2018, 07:10am

Publié par Thomas Joly

Le père du djihadiste Karim Cheurfi, qui avait tué le policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées en avril 2017, a été condamné jeudi à Bobigny à 18 mois de prison dont 12 avec sursis pour apologie du terrorisme. Jugé en comparution immédiate, Salah Cheurfi, 66 ans, avait tenu le 3 janvier devant des policiers des propos donnant raison à son fils et menacé de mort les fonctionnaires. Le parquet avait requis dix mois de prison et son incarcération immédiate.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Nous devons nous préparer à l’effondrement complet de l’État français

5 Janvier 2018, 06:39am

Publié par Thomas Joly

Chacun peut observer les efforts désespérés du système socialiste occidental pour se maintenir à flots. Qu’il s’agisse de la victoire de Donald Trump ou du sécessionnisme britannique suite au Brexit, l’oligarchie dominant la structure de pouvoir occidentale au travers de divers organismes internationaux – UE, Davos, Otan, etc. –  refuse de reconnaître la nature systémique de la crise.

Effondrement du socialisme occidental

La classe politico-médiatique, avant-garde de cette oligarchie, préfère scruter chez leurs opposants les causes de cette crise : « fake news », « populisme », « islamophobie » sont autant de slogans repris par la machine médiatique pour caractériser les sources d’information alternatives, l’envie de changement politique radical ou le refus de l’immigration de remplacement voulue par les sans-frontiéristes, de gauche comme du patronat et de la finance.

Plus fondamentalement, c’est cette imbrication d’États socialistes reposant sur une fiscalité massive et une centralisation toujours plus accrue des pouvoirs qui est en voie d’implosion. La génération d’après-guerre, qui a fait sienne le dogme antifasciste comme celui de l’égalitarisme, se retrouve à court de nouveaux contribuables, faute d’avoir fait suffisamment d’enfants. L’immigration du tiers-monde, censée sauver les fonds de retraite, se révèle être une menace politique, culturelle et économique dont la dénonciation par les nouvelles générations est disqualifiée au nom de la religion antiraciste et égalitariste.

C’est-à-dire l’idéologie de la génération dominant le système politique actuel.

Une fois ces États socialistes en banqueroute pour cause d’effondrement du système de retraite et de santé, les cartes politiques seront rebattues. Des États entiers auront disparus ou seront réduits à l’état de fictions administratives en raison de l’écroulement de leur système fiscal central.

Désintégration des vieilles entités impériales

Si cette perspective paraît encore incertaine au plus grand nombre, le jusqu’au boutisme de l’oligarchie anti-Brexit mènera, à terme, à l’éclatement du Royaume-Uni. Il atteindra, d’ici 25 ans, à son état du 10e siècle : éclaté en régions. Le facteur racial et religieux y jouant un rôle évident : Sadiq Khan, l’actuel maire musulman de Londres, a dès le lendemain du Brexit affirmer vouloir que Londres fasse sécession (source).

La même chose attend l’État français et l’État espagnol. Et la diabolisation des nationalismes séparatistes ne changera rien à leur situation objective : en faillite, libanisés ethniquement, plus rien ne justifie de leur maintien dans les faits. L’utopie socialiste et multiculturelle se révélera, comme jadis en URSS ou en Yougoslavie, pour ce qu’elle est : un échec fondamental sanglant.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Dans un téléfilm allemand, des migrants blancs fuient une Europe facho pour rejoindre une Afrique prospère

5 Janvier 2018, 06:33am

Publié par Thomas Joly

Le téléfilm Départ vers l’inconnu (WDR/ARD Degeto), le mercredi 14 février 2018, à 20h15, raconte l’histoire d’une famille fuyant un État totalitaire dans des circonstances périlleuses, avec une perspective peu commune.

Dans un futur proche, l’Europe s’est effondrée dans le chaos. Dans bien des pays, les extrémistes de droite ont pris le pouvoir. L’ancienne démocratie allemande est devenue un système totalitaire qui persécute les dissidents, les musulmans et les homosexuels.

L’avocat Jan Schneider (Fabian Busch) a plaidé en faveur de victimes dépossédées. Quand il apprend que le régime veut l’emprisonner à nouveau, il décide de fuir. Son objectif est l’Union Sud-Africaine, qui jouit d’une stabilité politique et économique après un boom économique.

Soit la science-fiction poussée à son paroxysme...

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Saint-Etienne-du-Rouvray : les renseignements ont postdaté des documents afin de masquer leur erreur

5 Janvier 2018, 06:23am

Publié par Thomas Joly

La direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris a eu connaissance des messages d’un des tueurs du père Hamel une semaine avant l’assassinat du religieux. Le terroriste y évoquait une attaque dans une église, mentionnait Saint-Étienne-du-Rouvray… Une fois le prêtre assassiné, la DRPP a alors postdaté deux documents afin de masquer sa passivité. Révélations sur les pratiques du service de renseignement parisien.

Source : http://contre-info.com

Voir les commentaires

Le melon de Brigitte Macron

5 Janvier 2018, 06:13am

Publié par Thomas Joly

C’est décidé, Brigitte Macron ne sera plus derrière son mari lors des cérémonies, mais à côté. Plus question de faire la bobonne effacée, yeux baissés et Tupperware® dans le sac à main. Dans la catégorie « surf sur vague féministe », une championne se dessine. Pour être sur la photo, toutes les causes sont bonnes à prendre.

Parmi les résolutions pour 2018, madame Macron a décidé d’exister en dehors de son mari. D’après les services concernés, le rachat du scooter de François Hollande est la limite du genre. La borne à ne pas dépasser.

Dans le cadre de l’égalité homme-femme jusqu’au-boutiste, est-il bien normal que la première dame n’assiste pas au Conseil des ministres ? En quel honneur doit-elle rester confinée dans la cuisine à surveiller le pot-au-feu ? Par manque de place autour de la table, Brigitte Macron doit pouvoir s’asseoir sur les genoux du Président pendant qu’il chapeaute cette réunion hebdomadaire. À côté dans les cérémonies, dessus dans les assemblées et sur ses épaules le 14 juillet pour ne rien rater du défilé.

Mais Brigitte Macron n’est pas femme à galéjade. La une des magazines lui a fait prendre conscience de l’immensité de son rôle. Outre un voyage prévu à Cavaillon pour la remise du « Melon d’or », la première dame a décidé de se concentrer sur quelques dossiers prioritaires comme le handicap, l’exclusion, les accidents de la vie… Débuter par une visite au siège du PS marquerait sa détermination à prendre ces problèmes à bras-le-corps…

Manque aux dossiers chauds précités : la faim dans le monde. Excepté ce thème qu’elle laisse pour la suivante, Brigitte Macron ne fait que reprendre le rôle de dame patronnesse institué par on ne sait plus qui. La femme de Vercingétorix, peut-être… Monsieur Cléopâtre… Rien de nouveau. La différence est l’emballage du message dans une communication prétentieuse visant à faire croire que cette première dame va rénover la fonction…

La seule nouveauté est l’énorme melon de l’intéressée.

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Irlande : la foule prête à lyncher le terroriste musulman ayant poignardé à mort une personne

5 Janvier 2018, 06:00am

Publié par Thomas Joly

L’attaque terroriste commise en Irlande par un ressortissant égyptien a été largement tue par les médias d’état français. Elle a fait un mort et deux blessés avant-hier (voir ici).

Lors de son transfert depuis le poste de police où il était détenu, Mohamed Morei, l’auteur présumé, a été violemment pris à parti par la foule irlandaise (voir vidéo ci-dessous).

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Présentation et dédicace du livre de Carl Lang, « Un chemin de résistance », vendredi 12 janvier à Paris

4 Janvier 2018, 07:03am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Emmanuel Macron annonce une loi qui permettra de censurer l’internet français sur le modèle chinois

4 Janvier 2018, 06:43am

Publié par Thomas Joly

Le chef de L’État français, Emmanuel Macron, a annoncé qu’une loi permettant au gouvernement de censurer l’internet sera prochainement promulguée.

Comme de juste, l’annonce de cette censure de type chinoise (voir ici) a été hypocritement avancée au nom « de la démocratie ».

« Nous allons faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie démocratique de ces fausses nouvelles », a déclaré le chef de L’État lors de ses vœux à la presse, en indiquant que « le contenu de ce texte sera détaillé dans les semaines qui viennent ».

Ainsi, « les plateformes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus », a-t-il précisé.

« En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet », a-t-il poursuivi.

Concrètement, le gouvernement français décrétera unilatéralement qu’une information est fausse et pourra en conséquence censurer les sites qui l’ont diffusée. S’y ajoute la censure des personnes ayant des opinions jugées déviantes par le gouvernement et les intérêts qu’il défend.

A contrario, la presse d’état (radio, écrite ou télévisée) ne sera pas concernée et pourra continuer à désinformer l’opinion publique au profit du gouvernement.

En septembre 2015, au moment de la catastrophe migratoire qui s’abattait sur l’Europe, la radio d’état France Inter avait dénoncé le « fantasme de l’infiltration » djihadiste au sein des flots de migrants. Deux mois plus tard, après l’attentat du Bataclan par des djihadistes venus de Syrie, France Inter modifiait en catimini son titre.

La mesure de déréférencement a été prise pour la première fois contre Breizatao.com en avril dernier à l’initiative du ministre socialiste de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Elle n’avait cependant été obtenue que sur pression politique auprès de l’entreprise Google.

Cette mesure de filtrage gouvernemental sera donc systématisée et visera tout l’internet. Si des lois de censure existent déjà pour réprimer les opinions déviantes (lois Pleven, Fabius-Gayssot, Taubira, Lellouche), elles agissaient en aval et non en amont.

Grave crise de confiance pour le régime

Ce gigantesque dispositif gouvernemental de censure en temps réel de l’internet français vise à protéger un système politique qui affronte une très grave crise de confiance : seuls 43 % des électeurs ont voté pour Emmanuel Macron contre le Front National au second tour des élections présidentielles de mai 2017 (source).

La majorité des électeurs a adopté une position d’hostilité au système politique : au total, 57 % des électeurs ont voté au profit de Marine Le Pen, s’est abstenue ou a voté blanc. Cela n’intègre pas les non-inscrits (3 millions).

Ils étaient 62 % à avoir plébiscité le régime et voté pour Jacques Chirac, dans les mêmes circonstances, en 2002.

Une censure initiée par la gauche globaliste occidentale

Les contenus visés seront tous ceux que le gouvernement estime incarner une menace pour l’agenda politique qu’il promeut. En l’occurrence tous les acteurs de l’internet francophone jugés trop à droite par la gauche globaliste occidentale, notamment sur la question de l’immigration ou de l’islamisation.

Cette censure avait été annoncée dès novembre 2016 par Barack Obama lors d’un voyage en Grèce (source).

Avec la chute électorale du socialisme international en Occident – victoire de Trump, Brexit, disparition du PS français, affaiblissement historique du SPD allemand – le système globaliste qu’il a largement façonné veut donc contenir la volonté de changement populaire par la censure.

Un système démocratique laisse par définition aux citoyens la liberté d’examen et de critique pour forger leur opinion et n’impose donc aucune vérité officielle par la force de la censure et de la répression d’état. En voulant définir et imposer ce qu’il considère comme la vérité, le gouvernement démontre qu’il est conscient de la défiance populaire massive qu’il rencontre.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Gérard Collomb, ministre des pléonasmes

4 Janvier 2018, 06:26am

Publié par Thomas Joly

Eurêka ! Gérard Collomb a trouvé l’origine de la violence des banlieues. Au micro d’Europe 1, l’inventeur de l’eau chaude nous livre le fruit de ses recherches : c’est la faute à l’urbanisme.

« J’étais à Champigny, hier. Lorsque l’on voit ces grandes barres, on se dit qu’il y a un aspect totalement inhumain qui ne peut générer que de la violence. Donc, ce sont des réformes de fond qu’il faut mener à bien. »

Réhabilitation des quartiers : le retour. Subventions, travaux coûteux et inutiles… On prend les mêmes et tout recommence à l’identique. Boniments débités tristement… Maintes fois ressassés… Il suffisait, à Europe 1, de rediffuser l’interview d’un ministre de l’Intérieur des années 1980/2000… Même bla-bla, mêmes propositions creuses… Dans le grenier des vieilles mesures inefficaces, Collomb propose la mise en place d’une « police de sécurité ». En tant que ministre des pléonasmes, il est à son maximum. Et rien que des policiers équipés d’uniformes tous pareils ! Cette fois-ci, on ne rigole plus.

À l’écoute de ce discours usé jusqu’à la corde, l’auditeur se demande s’il n’est pas sur Radio Nostalgie. Gérard Collomb fait peut-être partie de la tournée Âge tendre ? « La faute à l’urbanisme » est à la politique ce que « Les Démons de minuit » sont à la chanson… Le tube incontournable des années 80, mais interprété cette fois-ci sur un ton monocorde façon Grand Corps Malade… C’est la touche de modernité du Gérard. Son côté slameur.

Les personnages qui occupent le poste de ministre de l’Intérieur semblent maraboutés par la fonction. À peine assis derrière le bureau, les voilà croyant qu’un tabasseur de flics deviendra doux comme un agneau pour peu qu’on le loge dans un immeuble moins long et un peu moins haut… L’idée est originale. C’est la magie de la place Beauvau. Si des voitures sont incendiées c’est parce que leurs couleurs sont trop agressives. Ces rouges, ces bleu marine vous électrisent le jeune de banlieue… Un vaste programme de recoloration des véhicules serait nécessaire… La notion d’incompatibilité des cultures est bien rangée sous le tapis volant du ministre. Sujet tabou. Réputé intouchable. « T’y touches, t’es mort » : la maxime est inscrite en lettres d’or au-dessus du bureau. Alors, on brode… Les barres de béton, l’urbanisme bla-bla-bla… Dans Paris même, des bandes ultra-violentes proviennent de quartiers sans barres de béton, sans urbanisme inhumain, sans éloignement du centre…

À la fin de son interview soporifique, Gérard Collomb est sorti dehors et puis est monté en haut de son ministère pour régler la mise au point de sa première priorité : la police de sécurité. Quatre pléonasmes dans la même journée. Le job est épuisant.

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Légitime défense pour tous contre les racailles

4 Janvier 2018, 06:23am

Publié par Thomas Joly

Tant que l’ordre de faire feu sur les racailles qui les agressent ne sera pas donné aux forces de l’ordre, toute énième jérémiade de leurs syndicats restera lettre morte. Tant que les honnêtes citoyens ne pourront pas faire usage de leur arme légalement détenue pour se défendre et défendre leur famille, les agresseurs auront le dessus. Au risque de rabâcher une évidence : les conditions d’exercice de la légitime défense sont à desserrer de toute urgence.

Comme prévu, dès début 2018, les délinquants continuent de régner en maîtres

De jour, comme de nuit, la racaille peut continuer à bomber le torse. Elle ne craint pas grand-chose.

La faute à qui ? A une certaine justice laxiste qui permet sans cesse l’émergence et la sécurité de la pègre. En son temps, le juge Pierre Michel avait mis son nez dans d’étranges complicités.

La faute à qui ? Au plus haut niveau des gouvernements successifs qui ont fait du policier de terrain une cible vivante terrorisée à l’idée de dégainer son arme de poing, terrorisée non par la racaille qui veut sa peau, mais par sa hiérarchie suprême, prête à l’envoyer en prison, tant les conditions de la riposte sont inadaptées.

La faute à qui ? Aux syndicats de policiers pas vraiment virulents. D’ailleurs, éloquent est le nombre de manifestants qu’ils drainent par rapport au nombre de ceux qui l’an passé, non syndiqués, ont crié leur ras-le-bol plusieurs jours dans Paris.

Lire la suite : https://ripostelaique.com/legitime-defense-pour-tous-contre-les-racailles.html

Voir les commentaires