Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Obono défend une nouvelle fois les Indigènes de la République et les réunions interdites aux Blancs

2 Juillet 2017, 08:47am

Publié par Thomas Joly

Mme Obono a assisté aux 10 ans du PIR en 2015. Elle a notamment posté à ce moment-là sur Twitter : « Table ronde 100 % #meufs #indigènes et salle comble #Bougnoulesunited pour les 10 ans du PIR à St-Denis. #La classe. »

« Je n’ai jamais été adhérente du PIR ! », se défend aujourd’hui Mme Obono. Qui ajoute : « Je ne suis pas d’accord avec eux mais ce n’est pas l’enjeu des discussions qu’on doit avoir sur l’antiracisme. » Elle considère toutefois que « le PIR fait partie du mouvement antiraciste » et résume sa position ainsi : « Je défends l’idée de se battre à côté de gens qui ont des désaccords avec moi. »

D’Attac au Front de gauche, Mme Obono revendique aussi la possibilité de tenir des réunions non mixtes. « Ce débat n’a aucun sens. Il y a beaucoup d’ignorance autour de cette question. Il faut rappeler l’histoire des mouvements de lutte et d’émancipation. Ce sont les premiers concernés qui s’auto-organisent, Je suis du côté de ceux qui subissent les violences du système et de l’Histoire. »

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Le dernier album de Bob et Bobette est-il raciste ?

2 Juillet 2017, 08:40am

Publié par Thomas Joly

Bob et Bobette sont dans la tourmente. Les deux héros de la bande dessinée aux (déjà) 340 numéros en septante-deux années d’existence se trouvent actuellement mêlés à une polémique sur fond de racisme.

Dans Mami Wata, album qui paraîtra en Belgique le 4 juillet, des personnages de couleur noire sont représentés sous des traits caricaturaux. Ainsi, un homme à l’allure débonnaire affiche une mâchoire proéminente et une femme apparaît dans son plus simple appareil.

Il n’en fallait guère plus pour qu’une auteure flamande, jusque-là relativement anonyme, ne s’empare du dossier pour monter une affaire dont raffole l’époque. Dalila Hermans accuse ainsi le collectif d’auteurs ayant pris la relève de Willy Vandersteen, père de Bob et Bobette décédé en 1990, de relayer une vision raciste et stéréotypée du Noir : « Je ne comprends pas que personne n’ait été choqué par l’image qui est donnée de l’homme noir, c’est une image très raciste. Avec ces lèvres on dirait presque un singe. Cela me fait penser à l’expo ’58 et à notre passé colonial. J’ai été très longtemps une fan [de Bob et Bobette]. Je sais que dans les précédents albums il y a eu aussi des représentations racistes mais étant donné l’époque cela me dérangeait moins. Mais aujourd’hui nous sommes en 2017 et nous ne devons plus accepter cela. »

L’émoi suscité pour une double case dans un album semble très disproportionné. Le droit à la caricature ne doit pas échoir uniquement à Charlie Hebdo et à la gauche bien-pensante.

Dépassées par la polémique, les éditions Standaard Uitgeverij se sont néanmoins empressées de présenter leurs excuses afin d’éteindre une polémique qui commençait à enfler sérieusement : « Il n’a jamais été question de choquer qui que ce soit ni avec les textes ni avec le scénario. Cependant, cette réaction se base sur un seul dessin, d’un seul personnage qui n’est qu’un figurant dans l’album. Alors que de très nombreux autres personnages noirs sont représentés. Une bande dessinée est aussi basée sur des caricatures. »

Ce n’est pas la première fois que des héros de bande dessinée se trouvent dans l’œil du cyclone. Tintin est, ainsi, la cible fréquente d’attaques pour son comportement au Congo, au point que des demandes d’interdiction de l’album signé Hergé sont déjà arrivées devant les tribunaux.

Comble de l’ironie, Bob et Bobette ont été publiés pour la première fois dans… Le Journal de Tintin en 1948. Depuis, ils auront vécu d’aventures en aventures. La prochaine pourrait s’intituler « Le Pays des bien-pensants ».

Gregory Vanden Bruel

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

De la révolution française à la révolution islamique

1 Juillet 2017, 08:19am

Publié par Thomas Joly

La révolution française n’a pas pris fin avec la chute du Directoire et l’avènement de l’Empire. Elle n’a jamais cessé car son objet, la destruction de tout ce qui la précédait, se refusait de céder. L’énergie en apparence illimitée de la révolution provenait du concours offert par des masses convaincues que la délivrance jaillirait de l’anéantissement de tous les liens avec l’ancien monde : hiérarchies héritées, religion, cultures.

La république française n’a jamais pu solidement s’établir car sa tradition factice n’a jamais été qu’une hostilité de principe à toute tradition. Ce mouvement d’esprit ne pouvait générer qu’une paranoïa soucieuse de se trouver des ennemis existentiels, partout et tout le temps. Jamais la république ne put se satisfaire d’elle-même, n’étant, du fait de ses origines, qu’un rassemblement d’esclaves factieux guidés par une soif compulsive d’anarchie.

Mais cette soif ne trouve plus de quoi être étanchée. L’aristocratie de jadis a disparu tandis que le clergé catholique est devenu insignifiant. En Bretagne, le mythe d’octobre 1918 n’a pas été revivifié, à gauche, par les tentatives de revival de 1793. Quand cette gauche entend dénoncer le « repli identitaire » breton ou « régionaliste » avec les accents de l’urgence, elle se singe. Faute de substance pour créditer cette « grande peur », elle est elle-même devenue la manifestation d’un folklore désuet, folklore qu’elle traquait encore triomphalement, il y a quelques décennies, dans les ruines de la Bretagne catholique.

L’ancien monde détruit, la révolution française tombe à plat sur son nihilisme. Elle tente bien, usée, d’en appeler à une énième fièvre laïciste, c’est-à-dire à l’athéisme, pour récuser toute mystique étrangère à ses imprécations et interdits, mais rien n’y fait : la lame de sa guillotine ne tranche plus. Ou, à tout le moins, bien moins efficacement.

Un système édifié sur une négation

Quelle piteuse république que la république française quand on la compare à la république romaine qui, elle, avait hérité puis poursuivi une grande tradition.

La révolution n’était au fond qu’un antagonisme. Mais on édifie pas un état sur un règlement de compte. La république s’effondre faute de chouans et de curés.

Exsangue, la révolution française n’est donc plus qu’une tradition faite d’anti-traditions. Et la voici qui s’efface, au prix du respect de quelques apparences, devant le grand phénomène de ce siècle : la réémergence de l’islam. Si l’on trouve des rues du « chevalier de La Barre » ici et là, témoignage des haines anticléricales d’antan, on n’entend pas les ligues laïques ou la maçonnerie s’insurger contre les coupeurs de têtes, très réels, du djihad qui sévissent en France.

La révolution française est devenue sénile et insignifiante. Seul son antichristianisme lui offrait une sorte de cure de jouvence. Ce dernier évaporé, la voici dévitalisée, absente à elle-même. La force des jeunes masses islamiques suffit désormais à terroriser celle qui engendra jadis Saint Just et Robespierre. Au son du mot « islam », le camp républicain devient d’une prudente obséquiosité.

La révolution française veut se dérober en toute discrétion, sortir de la scène historique sans qu’on ne lui demande de compte, tel un vieux criminel. Et d’abord par orgueil, de crainte d’avoir à reconnaître en public l’erreur historique que fut son motif.

Les victimes, c’est-à-dire les héritiers biologiques de l’ancien monde comme de celui qui lui succéda, seront seuls et sans réponse. Les coupables se seront enfuis depuis longtemps. Les stèles glorieuses ne seront plus que des pierres. Quand ces héritiers chercheront à comprendre les causes de leur déréliction, les proclamations désuètes gravées sur les monuments ironiseront sur leur sort.

La république fondée sur le saccage des églises veille désormais scrupuleusement sur les mosquées. Tout le fatras grotesque de la révolution prend sa mesure avec la parade triomphale d’orientaux superstitieux au coin des rues de France. Merah succède à Marat, dans une belle continuité.

Les tueries et la rage révolutionnaire, les envolées et les serments, tout cela pour que l’Orient puisse prier collectivement sur le sol crasseux d’une rue de Paris.

Comme les sans-culottes moquèrent la monarchie en profanant la basilique de Saint-Denis, demain une populace bigarrée venue d’Afrique aura l’opportunité de moquer le Panthéon en festoyant et copulant, droguée, sur les stèles des penseurs de la révolution et de leurs successeurs.

Mais la révolution française tient à sa dernière victoire : la désignation de son héritier.

La mutation de la révolution française

Pour se survivre, la révolution française n’a pour unique solution que de muter. Elle doit trouver une nouvelle volonté. Mais n’en possédant pas en propre, il lui faut naturellement un substitut. Ou, à tout le moins, que quelqu’un ou quelque chose le lui apporte.

Deux grandes forces historiques la menacent sur ses flans : la contre-révolution, à l’Est, et la révolution girondine, fédérative, à l’Ouest. La première, portée par la Russie et les nations d’Europe Orientale, s’articule sur le nationalisme et la morale chrétienne. La seconde, sur la liberté et la responsabilités individuelles et, également, la morale chrétienne.

Les spectres tsariste et fédéraliste – « libéral » dit-on en France – se rapprochent.

L’échec de la révolution française serait celui de toute la gauche occidentale. Premier et dernier bastion de l’idée révolutionnaire égalitariste, la France annonce de par ses choix l’avenir du socialisme et des prurits du marxisme. Dans les faits, ce choix a déjà été fait : la convergence de la révolution française vers la révolution islamique.

Fille Aînée de l’Église puis de la révolution et du socialisme, la France s’apprête à devenir celle de l’islam. La quête désespérée de puissance d’une élite vermoulue, mais haineuse et revancharde, la porte tout naturellement vers La Mecque. La France rêve déjà d’entraîner les masses islamiques au cœur de l’Occident au nom de sa mystique spartakiste. Vengeance et mégalomanie mènent inexorablement la France vers le rôle de prostituée de l’islam que sa révolte contre le Christ et le meurtre de Louis XVI rendaient inévitable.

Chevauchant un torrent démographique et un semblant de philosophie à même de donner l’illusion de la puissance, la France mahométane est en gestation dans les cabinets ministériels et les sous-préfectures. Et surtout, dans les maternités.

L’administration centrale bruxelloise de l’Union Européenne, projection du jacobinisme hexagonal, est le premier réceptacle de cette mutation. Tout le socialisme ouest-européen, logiquement inspiré par le volontarisme français en la matière, s’apprête à devenir un social-islamisme flasque et repoussant, inondant tout, par capillarité et résignation. Les gauches évoqueront « le sens de l’histoire ».

C’est toute la civilisation européenne et chrétienne – Amérique et Russie incluses – qui est menacée d’être coupée en deux par la conquête islamique de l’Europe Occidentale dont la France est la championne non encore revendiquée.

La France, avant-garde de l’islam contre l’Europe

Les élites françaises contemplent avec excitation les rangs de son armée se gonfler des rejetons du Maghreb et de l’Afrique Noire. La nouvelle armée Mangin s’organise, sans bruit, à l’ombre de l’Otan. Les chefs français, définitivement acquis à la thèse socialiste de la masse contre la qualité, complotent activement pour parachever le repeuplement de l’Hexagone par des supplétifs de ses anciennes colonies.

Grâce à son parapluie nucléaire et à sa chasse aérienne, la France s’assure de la bonne conduite de cette manœuvre colossale tout en feignant se situer au sein de l’alliance occidentale. La France en voie de créolisation et d’islamisation, lorgnant sur l’objectif de 100 millions d’habitants, peaufine dans l’ombre les détails de son projet de revanche, se plaçant d’autorité à la tête d’un tiers-mondisme revigoré par l’islamisme.

C’est au fond la rébellion contre le monde ancien de 1793 poussée jusqu’à sa logique extrême. Et c’est aussi la conséquence de sa frauduleuse admission parmi les vainqueurs, en 1945. Son appareil politique et impérial indûment épargné, tout comme sa diplomatie, la France a pu poursuivre l’idée d’une résurgence aux accents de revanche.

Quels alliés ?

Le prix d’une telle politique sera payé par le peuple. Ce sont bien les Français de souche qui doivent, selon les calculs de leurs élites dirigeantes, assumer le coût humain et financier de cette ambition. Si le petit peuple autochtone veut survivre à ce vaste plan et si l’Europe elle-même veut conjurer cette trahison, la réponse est évidente : le démantèlement de l’instrument qui en est à l’origine. C’est-à-dire l’État Français et sa direction parisienne.

Pour la résistance autochtone, deux alliances sont possibles : l’alliance « russe » ou l’alliance « américaine ». Voire les deux à la fois. La première est nationaliste et chrétienne, la seconde est fédéraliste et chrétienne. C’est probablement à la jonction des deux que se situe une possible alternative. Nationaliste en ce qu’elle s’articulerait sur la défense du substrat racial et culturel français et fédéraliste en ce qu’elle rechercherait l’affaiblissement puis le démantèlement du gouvernement établi à Paris et la fin du stato-socialisme au profit d’une fédération de territoires dominés par les autochtones.

Dans les deux cas, le socle moral et spirituel serait, c’est incontournable, chrétien.

Pour les Bretons, à la condition d’un réveil nationaliste et de la liquidation du socialisme d’importation française, la résurgence de leur état sur l’étendue de la péninsule qu’ils occupent constitue une option de survie crédible. Mais ils devront pour cela contrôler leurs ports et nouer des relations par delà l’Océan. C’est cette profondeur maritime stratégique qui, seule, pourra les sauver face à une frontière orientale islamique.

Quelque soit les scénarios, la France n’a plus son destin entre les mains. C’est sous l’influence de forces extérieures que dessineront les camps, acteurs d’une guerre civile et politique de grande ampleur. Mais notons que contrairement aux USA et à la Russie, l’islam a déjà de nombreuses positions solidement établies en France.

Chaque mosquée est un centre politico-religieux autour duquel gravite la masse des mahométans. Ces mosquées ne sont pas conçues comme des points d’appui temporaires mais comme des positions fortifiées de colonisation. Là encore, avec le plein aval des autorités françaises.

L’apocalypse migratoire

Le lecteur pourrait s’interroger sur la réalité de cette évolution. Mais il suffit de contempler la dynamique démographique française pour mesurer à quel point la mutation de la révolution française en révolution islamique est déjà tangible.

L’Hexagone comptait 8,5 millions de musulmans en 2016, soit 13% du total (source). Le nombre de musulmans, selon le démographe Jean-Paul Gourévitch, doublant tous les 15 ans, la France totalisera 17 millions de musulmans en 2030 et près de 40 millions d’ici 2050 (source).

Ceux qui doutent encore de ces prévisions n’auront qu’à méditer celles, largement admises, qui traitent de l’Afrique subsaharienne. D’ici à 2030, l’Afrique Noire gagnera 800 millions d’habitants supplémentaires. La seule Algérie gagnera 10 millions d’habitants de plus sur la même période selon l’ONU (source). Ce pays, dépourvu de perspectives économiques, continuera donc d’exporter ses problèmes sociaux grâce à l’émigration.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Liberté d’expression ? Et puis quoi, encore !

1 Juillet 2017, 08:13am

Publié par Thomas Joly

L’argent est le nerf de la guerre, c’est bien connu. Les groupes de pression de gauche s’attaquent donc aux financements de tout ce qui peut aller à l’encontre de la doxa. Procès, pressions sur les publicitaires… c’était efficace mais pas assez radical. Ces chantres de la liberté totale et parfaite s’attaquent maintenant directement aux banques et plates-formes de cofinancement. 

Après le collectif Defend Europe, qui souhaitait dévoiler au grand jour l’imposture des ONG pro-migrants et s’est fait fermer son compte PayPal, c’est au collectif Les Survivants de subir les frais d’une campagne de dénigrement de la part d’internautes en quête de combats. 

Ce qui leur a déplu ? Les Survivants faisaient leur levée de fonds pour financer un tour de France d’actions de sensibilisation et dénonciation de l’avortement. 

La secrétaire d’État à l’Égalité femmes/hommes (tout un programme en soi, mais quid des transsexuels ?), Marlène Schiappa en personne, s’en est mêlée, félicitant la plate-forme de cofinancement HelloAsso d’avoir fermé cette cagnotte, ceci au nom du droit à l’IVG et du délit d’entrave. Nous avons pourtant, en France, un principe de présomption d’innocence il me semble… Comment peut-on condamner (moralement) un mouvement pour des actes qu’il n’a pas encore commis ? 

Notre société actuelle est, depuis Rousseau et le contrat social, purement positiviste : la loi est le droit. Une partie de nos concitoyens considèrent donc qu’une fois une loi adoptée, celle-ci devient le droit et la morale, elle n’est plus attaquable. 

Ces personnes-là ne se rendent pas compte des limites de leur raisonnement.

Si l’IVG est érigée en droit fondamental et ne peut pas être remise en question, comment avons-nous pu remettre en question la peine de mort ? Est-ce une question de majorité ? Mais alors, quand la majorité de la population était contre l’IVG, cela voulait-il dire que l’IVG était un mal ?

Le relativisme montre ici ses limites. Tout se vaut, chacun son opinion, mais certaines opinions sont interdites. Liberté d’expression mais interdiction de critiquer l’avortement. 

Notre société se bâtit sur le mensonge et la schizophrénie, les mêmes qui dénoncent l’Église à cause de ses dogmes refusent de remettre en question certaines de leurs croyances. Orwell parlait de la doublepensée. Cette faculté de pouvoir utiliser des concepts dans des sens diamétralement opposés selon que l’on parle d’un ami ou d’un ennemi, nos contemporains maîtrisent cela avec une facilité déroutante. 

L’abdication de la réflexion rend le combat inégal, nous cherchons à réfléchir ensemble quand nos adversaires n’en sont plus capables. La masse choisit l’option de facilité en se rangeant aux côtés du pouvoir en place. Celui-ci leur verse le prêt-à-penser qu’ils n’ont plus qu’à appliquer, sans aucune appréhension des conséquences sur eux ou sur les autres. 

Comment leur en vouloir ? Ils ne savent pas ce qu’ils font.

Thomas Valmenier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les Allemands instaurent à leur tour le mariage homosexuel

1 Juillet 2017, 07:36am

Publié par Thomas Joly

Le Parlement allemand a voté, ce 30 juin 2017, en faveur de l’instauration du mariage homosexuel. Le mariage n’est donc plus, oOutre-Rhin, une institution millénaire considérant le couple comme étant une communauté naturelle entre un homme et une femme en vue de procréer, mais est désormais un lien entre deux individus, quel que soit leur sexe.

Alors que la chancelière chrétienne-démocrate Angela Merkel s’était longtemps opposée à ce changement, une coalition d’élus de divers partis a voté par 393 contre 226 voix en faveur de ce bouleversement suite au fait que, le lundi 26 juin 2017, Angela Merkel avait déclaré qu’elle était favorable à un vote en conscience des députés de son parti, la CDU, sur ce sujet. Les représentants du peuple ont ainsi pu choisir de voter indépendamment de consignes de vote du parti. Certains d’entre eux ont joint leurs voix à celles des sociaux-démocrates du SPD, des écologistes ainsi que des post-communistes de Die Linke.

D’autres sont mécontents de cette prise de position de la chancelière. Ce nouvel élément s’ajoute aux reproches qu’ils lui font en matière de politique de sauvetage de l’euro, d’accueil des réfugiés et d’énergies renouvelables.

L’allié social-chrétien bavarois d’Angela Merkel, le ministre-président de Bavière et président de la CSU Horst Seehofer, s’est prononcé contre le mariage pour tous, mais a laissé la possibilité aux députés de son parti de décider en conscience, et certains ont voté en faveur du mariage ouvert aux personnes de même sexe.

Le parti patriotique Alternative pour l’Allemagne (AfD), qui n’est pas représenté au sein du Parlement, s’oppose à ce changement. Il est favorable au fait que les personnes homosexuelles puissent conclure un « partenariat contractuel de vie ». Madame Alice Weidel, qui conduit la campagne du parti en vue des élections législatives du 24 septembre 2017 aux côtés d’Alexander Gauland, vit en partenariat contractuel avec une dame originaire du Sri Lanka qui élève deux enfants. Mais elle différencie ce partenariat homosexuel d’un mariage hétérosexuel.

Cette évolution soudaine de la chancelière Angela Merkel s’explique avant tout par le fait qu’elle désire couper l’herbe sous le pied des sociaux-démocrates qui ne pourront, ainsi, pas en faire un thème de campagne en leur faveur à la veille des élections législatives.

Lionel Baland

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Complétement halluciné, Bruno Lemaire déclare que Macron est « Jupiter » et lui-même « Hermès »

1 Juillet 2017, 07:23am

Publié par Thomas Joly

Bruno Le Maire en anglais à New York : « Emmanuel Macron is Jupiter, I am Hermès, the messenger ». Avait-il pris des substances euphorisantes ? Après de telles déclarations, les hommes politiques devraient passer au contrôle anti-dopage...

Voir les commentaires

Marine Le Pen mise en examen dans le cadre de l'escroquerie aux assistants parlementaires fictifs

30 Juin 2017, 15:55pm

Publié par Thomas Joly

Ce vendredi après-midi, Marine Le Pen, mise en cause dans une enquête sur les assistants parlementaires d'eurodéputés FN, a été mise en examen pour « abus de confiance » par les juges du Pôle financier, a indiqué son avocat Me Rodolphe Bosselut.

Elle a également été mise en examen pour « complicité d'abus de confiance » de 2014 à 2016 en sa qualité de présidente du Front National.

Convoquée en début d'après-midi au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, a daigné s'y rendre cette fois-ci et a lu une déclaration. Tel un criminel endurci, elle n'a pas, comme la loi l'y autorise, répondu aux questions des juges, a précisé son avocat.

Marine Le Pen fait partie des 17 élus européens du FN à être visés par une enquête ouverte en France en 2015, qui porte sur une quarantaine d'assistants. Les juges cherchent à déterminer si le FN a mis en place un système généralisé pour rémunérer ses permanents avec des crédits européens, en les faisant salarier comme assistants de ses eurodéputés mais sans que leur travail ait un lien avec les activités du Parlement européen.

Le préjudice pour le Parlement européen s'élèverait à près de cinq millions d'euros de 2012 à 2017, d'après des chiffres communiqués par l'institution européenne.

Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/30/01016-20170630ARTFIG00261-affaire-des-assistants-parlementaires-marine-le-pen-mise-en-examen.php

Voir les commentaires

Décès de Simone Veil : une pensée émue pour ses victimes

30 Juin 2017, 05:54am

Publié par Thomas Joly

Simone Veil, à cause de qui la peine de mort a été instaurée contre les enfants à naître en 1975, est décédée ce matin.

A l'occasion de la disparition de cette femme responsable de millions de meurtres d'enfants depuis 42 ans, le Parti de la France tient à rendre hommage à tous ceux qui n'ont pas pu naître, ayant terminé dans la poubelle d'un centre IVG, car c'est cela la réalité de l'avortement : tuer un enfant innocent et le jeter aux ordures.

En effet, chaque année, ce sont environ 220.000 enfants innocents qui sont assassinés dans le ventre de leur mère, et ce génocide est le bilan politique de Simone Veil, qui est saluée quasi-unanimement par l'engeance politico-médiatique, Marine Le Pen en tête.

Lorsque le Parti de la France sera au pouvoir, nous abolirons les lois Veil, Aubry et Roudy sur l'avortement, et nous les remplacerons par une législation favorisant l'accueil de la vie.

Voir les commentaires

Totalement hystérique, Marine Le Pen débarque rageusement Sophie Montel de la présidence du groupe FN en Bourgogne/Franche-Comté

30 Juin 2017, 05:47am

Publié par Thomas Joly

Depuis plusieurs jours, la tension montait entre la présidente du groupe FN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Sophie Montel, et la présidente du parti Marine Le Pen.

Finalement, à force de contester publiquement la ligne du parti, cette proche de Florian Philippot se voit exclue du groupe et en perd la présidence, comme l'indique une lettre de Nicolas Bay, secrétaire général du FN envoyée aux conseillers régionaux ce vendredi 30 juin.

Le secrétaire général du parti explique aussi que suite aux suspensions du FN de Julien Acard et Antoine Chudzik, "à la demande de notre présidente Marine Le Pen", Sophie Montel avait continué "de leur accorder sa confiance et de les laisser agir et intervenir librement au nom du groupe au Conseil régional".

Juste après les élections législatives, Sophie Montel avait critiqué la ligne politique du FN, considérant que le discours au sujet de l'immigration pouvait "être perçu comme anxiogène".

Il n'en fallait pas plus pour que les deux camps du parti, celui de Marine Le Pen et celui de Florian Philippot, passent leur temps à s'écharper en public, sur Twitter. Louis Aliot, vice-président du FN, député et compagnon de la candidate malheureuse à la présidentielle, a ainsi rapidement estimé que "cette position n'engage que madame Montel".

L'AFP annonce que Pascal Gannat, président du groupe FN au Conseil régional des Pays de Loire, est lui aussi démis de ses fonctions alors qu'il est pourtant un ennemi intime de Sophie Montel...

Lire la suite : http://lelab.europe1.fr/sophie-montel-exclue-de-la-presidence-du-groupe-fn-en-bourgogne-franche-comte-3376373

Voir les commentaires

Pour les remercier d'avoir voté Macron, Gérald Darmanin gèle le salaire des fonctionnaires

30 Juin 2017, 05:45am

Publié par Thomas Joly

A peine remis, le rapport alarmiste de la Cour des comptes sur la situation budgétaire de la France est déjà en partie suivi. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé ce jeudi soir sur France 2 qu'il n'y aura "pas d'augmentation du point d'indice" pour les fonctionnaires.

Ce gel du point de l'indice fait partie des pistes proposées par la Cour dans le cadre de son audit révélé ce jeudi, selon lequel la France doit prendre des mesures d'économies pour contenir son déficit à 3% du PIB cette année afin de respecter les traités européens.
 
Un an avant l'élection présidentielle, en mars 2016, François Hollande avait décidé de donner un coup de pouce « significatif » aux fonctionnaires en annonçant une hausse de 1,2 % du point d'indice . Cette hausse avait mis fin à six années "blanches" de toute augmentation générale pour les quelque 5,3 millions de fonctionnaires de l'Etat, des collectivités locales et des hôpitaux.
 

Voir les commentaires

Un Arménien qui accroche des barrières devant la mosquée de Créteil entraîne l'hystérie des autorités et des islamistes

30 Juin 2017, 05:37am

Publié par Thomas Joly

 

Vers 18h30, jeudi 29 juin, un Arménien à bord d’un 4x4 a heurté des barrières protégeant la mosquée de Créteil, au sud-est de Paris, sans faire de blessés. « Ne parvenant pas à passer les obstacles, le conducteur du véhicule a poursuivi sa course, percuté un terre-plein puis a pris la fuite », a détaillé la préfecture de police de Paris dans un communiqué. Le conducteur et propriétaire du véhicule a ensuite été arrêté « sans incident » à son domicile. Alors que rien n'indique qu'il ne s'agit pas d'une mauvaise manoeuvre d'un piètre automobiliste...
 
Dans un communiqué, le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a immédiatement commenté que les « motivations exactes » de l’homme « ayant tenté de forcer au volant de son véhicule l’accès au parking d’une mosquée » devront être déterminées par l’enquête. Autant dire qu'ils n'en savent rien à part que, pour une fois, un s'agirait d'un véritable « déséquilibré », un Arménien de 43 ans qui sortirait d'HP. Mais ce terme semble réservé aux terroristes islamistes...

Aussitôt, le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a dénoncé une « agression criminelle » et un « acte islamophobe », lui qui reste si mesuré et prudent lorsqu'un carnage islamiste est perpétré en France...

Le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a, pour sa part, déclaré à l’AFP que « l’acte semble volontaire et ressemble à une tentative d’attaque ». « Ce qui vient de se passer à Créteil semble justifier les craintes que j’avais émises après l’attaque près de la mosquée de Finsbury Park à Londres », a-t-il dit, appelant à « plus de vigilance de la part des responsables de mosquées » et demandant avec arrogance aux pouvoirs publics de « renforcer la protection des lieux de culte ».
 
Le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, s'est immédiatement soumis aux exigences des muftis et a déclaré mettre « tout en œuvre » pour que l’enquête puisse « préciser les motivations du conducteur et de déterminer sa responsabilité pénale ». La préfecture du Val-de-Marne a, de son côté, expliqué travailler « sur les mesures de sécurité supplémentaires à mettre en place pour garantir dans la durée » la protection des fidèles et de la mosquée.

Voir les commentaires

Philippot met en place les bases d'un nouveau parti qui abandonnerait le thème de l'immigration et dont il prendrait la tête

30 Juin 2017, 05:16am

Publié par Thomas Joly

Sophie Montel, très proche de Florian Philippot, mène la charge pour que la « refondation » du Front National se dirige vers une mise au placard du thème de l’immigration.

Mais cela va bien plus loin que cela. La manœuvre vise à la disparition du Front National au profit d’un nouveau parti modéré, simplement souverainiste. Et au remplacement de Marine Le Pen par un certain Florian Philippot.

Bien entendu, ce n’est pas revendiqué ainsi. Cela se veut plus « subtil », au nom de la démocratie, via des « consultations » sur les réseaux sociaux. Comme lorsque Florian Philippot annonce hier être dans l’atelier « Thématiques de campagne » et propose de participer à la réflexion via sa page Facebook en y laissant des commentaires. Et voilà plus de 600 commentaires qui s’affichent. Avec, comme par hasard, une double demande qui revient régulièrement : mettre fin au FN et installer Florian Philippot aux commandes.

Les tweets de Sophie Montel et ceux qu’elle retweete donnent le ton. Avec un certain Julien Acard – conseiller régional de Bourgogne Franche-Comté et conseiller municipal de Besançon – pour avancer ce que Sophie Montel ne peut pas écrire elle-même.

Lire la suite : http://www.medias-presse.info/grandes-manoeuvres-au-front-national-pour-abandonner-le-theme-de-limmigration-lancer-un-nouveau-parti-souverainiste-et-installer-florian-philippot-a-sa-tete/76198/

Voici ce que prévoyait Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, dans les colonnes de Rivarol en février 2016 : « Après avoir tué le père, la Présidente du Front National n’hésitera plus à couper aucune tête, y compris celle de sa nièce Marion qui, si elle prend trop d’importance et gagne encore en popularité, subira elle-aussi les foudres hystériques de sa tante. En outre, il est aussi possible que l’ambitieux Florian Philippot profite des ennuis judiciaires de Madame Le Pen pour organiser son éviction si elle se retrouvait mise en examen puis inéligible. Tout est possible au sein de ce panier de crabes, de ce cloaque pestilentiel qui n’a plus rien à envier au PS ou à la fausse droite. »

Voir les commentaires

Gérard Collomb, franc-maçon et ministre des cultes

30 Juin 2017, 05:09am

Publié par Thomas Joly

Gérard Collomb est un habile politicien. A 69 ans, l’ex-maire de Lyon est le ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron. Il est aussi le ministre des relations avec les cultes. Depuis 1912, ces deux fonctions sont couplées. Or, comme nombre de ses prédécesseurs à la place Beauvau, Gérard Collomb est un franc-maçon, initié en 1989 au Grand Orient de France.

Il est aussi membre du club mondialiste Le Siècle et membre du Groupe d’amitié parlementaire France-Israël et entretient les meilleures relations avec le CRIF. L’habileté de Gérard Collomb consiste précisément à faire oublier ses appartenances occultes et à amadouer l’ensemble de ses interlocuteurs. Ainsi, le franc-maçon Gérard Collomb est devenu un proche de Mgr Barbarin.

Le franc-maçon Gérard Collomb ne manque pas non plus une occasion de s’afficher avec des représentants de l’islam.

Bref, Gérard Collomb facilite tranquillement l’acceptation d’un syncrétisme religieux qui entre parfaitement dans le plan mondialiste.

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Interview du 14 Juillet : Macron se défile en toute complexité

30 Juin 2017, 05:01am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron ne répondra pas à la traditionnelle interview du 14 Juillet. Il a piscine. Il a Trump, défilé, chars, légionnaires… Peut pas parler. Non, non, n’insistez pas… Il aura déjà parlé à Versailles devant le Parlement réuni en Congrès le 3 juillet. Grand moment de solennité, perruque sur la tête, feuille de route pour les cinq ans à venir dévoilée devant un public en délire… Le capital « mots » pour juillet sera épuisé.

Peut-être un « bonjour » par-ci, par-là, un « how do you do » au grand blond, mais pas davantage…

Pour justifier cette dérogation au fameux rituel médiatique du 14 Juillet, l’Élysée a expliqué doctement que la pensée complexe du Président se prête mal au jeu des questions-réponses avec des journalistes. Einstein serait encore vivant, pourquoi pas un petit entretien ? Descartes n’est pas libre ? Spinoza est en vacances ? Ah zut… À qui répondre, dans ce cas ? Aux demeurés de France 2 ? Aux vendus de BFM ? Ah ah ah, laissez-moi rire… Ah je rrrris de me voir si beau en cette galerie des Glaces… Caletez volailles, du large manants, « Sa Complexité » se lève… Puis il se sustentera… Croissants alambiqués, café concocté par le CNRS… Bref, vous ne pouvez pas comprendre… Allez, ouste… Un jeu de questions-réponses ! Mais nous croyons rêver !

À l’occasion du défilé, le Président se défile. À l’unisson avec la fête, raccord avec les militaires… Ces journalistes seraient bien capables d’évoquer du Bayrou, de tartiner de la Sarnez, du Ferrand, passer trois couches de Goulard… Pouah ! Que répondre ? Excepté « Ben, je me suis un peu emmêlé les pinceaux » ou bien « Y a eu comme un raté à l’allumage, les gars ». En version complexe, la formule « Racine carrée de Bayrou, je pose une Sarnez et je ne retiens personne » pouvait faire son petit effet…

Par cet évitement à une banale interview, Macron avoue sa faible capacité à s’exprimer plus ou moins spontanément. La complexité est évoquée alors qu’il s‘agit d’une peur de se frotter à un échange hors de contrôle intégral. Nul en figure libre, le chérubin de l’Élysée n’est à l’aise qu’avec un prompteur. Le discours de Versailles sera calibré, pensé, sans doute affiché sur un écran hors du champ des caméras… La communication élyséenne met en avant cette prestation pour justifier l’absence du 14 Juillet… Combien de temps pourra-t-il tenir sur ce mode de communication aseptisé ? La réponse en toute simplicité : pas longtemps.

Jany Leroy

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Marlène Schiappa envisage des « adaptations » à l'égalité hommes-femmes dans les zones afro-musulmanes

29 Juin 2017, 05:49am

Publié par Thomas Joly

Voici ce qu'a déclaré l'inénarrable Marlène Schiappa, « secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes », à l'assemblée générale du Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) : « Nos politiques publiques d'égalité femmes hommes doivent être adaptées à la spécificité de chaque territoire »

Comprendre : aucune pitié pour le petit blanc à la campagne et tolérance bienveillante à l'égard des islamistes qui bâchent, séquestrent et cognent leurs femmes dans les banlieues colonisées.

Voir les commentaires