Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Décès de Michel Fourniret

10 Mai 2021, 15:43pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

10 mai 1981 : jour sombre pour la France

10 Mai 2021, 05:09am

Publié par Thomas Joly

Le 10 mai 1981 fut une date funeste pour la France.

L'arrivée au pouvoir des rêveurs qui voulaient « changer la vie », des malfaisants dogmatiques qui croyaient au « sens de l'Histoire » par la libération des masses, des ex-porteurs de valise du FLN, des bas-de-plafond de l'économie d’État, des amis de la bande à Baader, de Castro et des brigades rouges, des révolutionnaires roses en costume de velours vert, des partisans de l'émancipation globale des « minorités » ethniques, sociétales ou sexuelles, des zélateurs déjà de l'immigration conçue comme un grand brassage nécessaire de l'Humanité en marche et d'une philosophie de la vie qui faisait de la délinquance un modèle, des profiteurs de la finance pour un temps alliés aux moscoutaires collectivistes, plongea le Pays dans un maelström dont il n'est jamais sorti.

Cette victoire ne fut possible que parce qu'elle avait été précédée et accompagnée par la lâcheté politique d'une partie de la droite, par ses reniements, les ambitions personnelles de certains de ses dirigeants, les trahisons de beaucoup, non pas tant envers leurs partis ou leurs militants qu'à l'égard de la France.

Ne faisons désormais confiance qu'à nous-mêmes.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Nouvelle tribune de militaires d'active

10 Mai 2021, 04:53am

Publié par Thomas Joly

Monsieur le Président de la République,
Mesdames et Messieurs les ministres, parlementaires, officiers généraux, en vos grades et qualités,

On ne chante plus le septième couplet de la Marseillaise, dit « couplet des enfants ». Il est pourtant riche d’enseignements. Laissons-lui le soin de nous les prodiguer :

« Nous entrerons dans la carrière
quand nos aînés n’y seront plus.
Nous y trouverons leur poussière,
et la trace de leurs vertus.
Bien moins jaloux de leur survivre
que de partager leur cercueil,
nous aurons le sublime orgueil
de les venger ou de les suivre »

Nos aînés, ce sont des combattants qui ont mérité qu’on les respecte. Ce sont par exemple les vieux soldats dont vous avez piétiné l’honneur ces dernières semaines. Ce sont ces milliers de serviteurs de la France, signataires d’une tribune de simple bon sens, des soldats qui ont donné leurs plus belles années pour défendre notre liberté, obéissant à vos ordres, pour faire vos guerres ou mettre en œuvre vos restrictions budgétaires, que vous avez salis alors que le peuple de France les soutenait.

Ces gens qui ont lutté contre tous les ennemis de la France, vous les avez traités de factieux alors que leur seul tort est d’aimer leur pays et de pleurer sa visible déchéance.

Dans ces conditions, c’est à nous, qui sommes récemment entrés dans la carrière, d’entrer dans l’arène pour avoir simplement l’honneur d’y dire la vérité.

Nous sommes de ce que les journaux ont nommé « la génération du feu ». Hommes et femmes, militaires en activité, de toutes les armées et de tous les grades, de toutes les sensibilités, nous aimons notre pays. Ce sont nos seuls titres de gloire. Et si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de nous taire.

Afghanistan, Mali, Centrafrique ou ailleurs, un certain nombre d’entre nous ont connu le feu ennemi. Certains y ont laissé des camarades. Ils ont offert leur peau pour détruire l’islamisme auquel vous faites des concessions sur notre sol.

Presque tous, nous avons connu l’opération Sentinelle. Nous y avons vu de nos yeux les banlieues abandonnées, les accommodements avec la délinquance. Nous avons subi les tentatives d’instrumentalisation de plusieurs communautés religieuses, pour qui la France ne signifie rien -rien qu’un objet de sarcasmes, de mépris voire de haine.

Nous avons défilé le 14 juillet. Et cette foule bienveillante et diverse, qui nous acclamait parce que nous en sommes l’émanation, on nous a demandé de nous en méfier pendant des mois, en nous interdisant de circuler en uniforme, en faisant de nous des victimes en puissance, sur un sol que nous sommes pourtant capables de défendre.

Oui, nos aînés ont raison sur le fond de leur texte, dans sa totalité. Nous voyons la violence dans nos villes et villages. Nous voyons le communautarisme s’installer dans l’espace public, dans le débat public. Nous voyons la haine de la France et de son histoire devenir la norme.

Ce n’est peut-être pas à des militaires de dire cela, arguerez-vous. Bien au contraire : parce que nous sommes apolitiques dans nos appréciations de situation, c’est un constat professionnel que nous livrons. Car cette déchéance, nous l’avons vue dans bien des pays en crise. Elle précède l’effondrement. Elle annonce le chaos et la violence, et contrairement à ce que vous affirmez ici où là, ce chaos et cette violence ne viendront pas d’un « pronunciamento militaire » mais d’une insurrection civile.

Pour ergoter sur la forme de la tribune de nos aînés au lieu de reconnaître l’évidence de leurs constats, il faut être bien lâche. Pour invoquer un devoir de réserve mal interprété dans le but de faire taire des citoyens français, il faut être bien fourbe. Pour encourager les cadres dirigeants de l’armée à prendre position et à s’exposer, avant de les sanctionner rageusement dès qu’ils écrivent autre chose que des récits de batailles, il faut être bien pervers.

Lâcheté, fourberie, perversion : telle n’est pas notre vision de la hiérarchie.
L’armée est au contraire, par excellence, le lieu où l’on se parle vrai parce que l’on engage sa vie. C’est cette confiance en l’institution militaire que nous appelons de nos vœux.

Oui, si une guerre civile éclate, l’armée maintiendra l’ordre sur son propre sol, parce qu’on le lui demandera. C’est même la définition de la guerre civile. Personne ne peut vouloir une situation aussi terrible, nos aînés pas plus que nous, mais oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement.

Le cri d’alarme de nos Anciens renvoie enfin à de plus lointains échos. Nos aînés, ce sont les résistants de 1940, que, bien souvent, des gens comme vous traitaient de factieux, et qui ont continué le combat pendant que les légalistes, transis de peur, misaient déjà sur les concessions avec le mal pour limiter les dégâts ; ce sont les poilus de 14, qui mouraient pour quelques mètres de terre, alors que vous abandonnez, sans réagir, des quartiers entiers de notre pays à la loi du plus fort; ce sont tous les morts, célèbres ou anonymes, tombés au front ou après une vie de service.

Tous nos aînés, ceux qui ont fait de notre pays ce qu’il est, qui ont dessiné son territoire, défendu sa culture, donné ou reçu des ordres dans sa langue, ont-ils combattu pour que vous laissiez la France devenir un État failli, qui remplace son impuissance régalienne de plus en plus patente par une tyrannie brutale contre ceux de ses serviteurs qui veulent encore l’avertir ?

Agissez, Mesdames et Messieurs. Il ne s’agit pas, cette fois,  d’émotion sur commande, de formules toutes faites ou de médiatisation. Il ne s’agit pas de prolonger vos mandats ou d’en conquérir d’autres. Il s’agit de la survie de notre pays, de votre pays.

Voir les commentaires

Les entretiens du PdF - N°08 - Invitée : Virginie Vota (09/05/21)

9 Mai 2021, 17:39pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Éric Zemmour : « Le problème majeur, c'est le Grand Remplacement »

9 Mai 2021, 14:32pm

Publié par Thomas Joly

Éric Zemmour : « Le problème majeur c'est le Grand Remplacement, c'est-à-dire le remplacement d'une population par une autre, d'une civilisation par une autre, car nous vivons aujourd'hui une guerre de civilisations sur notre sol. »

Voir les commentaires

Hommage du Parti de la France à Jeanne d'Arc (09/05/21)

9 Mai 2021, 13:55pm

Publié par Thomas Joly

Intervention de Bruno Hirout, Secrétaire général du Parti de la France, en hommage à Sainte Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris, le 9 mai 2021.

Voir les commentaires

8 mai 2021 : hommage à tous les combattants

8 Mai 2021, 18:40pm

Publié par Thomas Joly

Hommage à tous les combattants de la 2nde Guerre mondiale en ce 8 mai, conflit tragique qui a signé le déclin de l'Europe et l'émergence du mondialisme destructeur des peuples et des Nations.

Voir les commentaires

Eric Zemmour déglingue le mondialiste Attali dans Face à l'Info

8 Mai 2021, 14:17pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°617

7 Mai 2021, 10:32am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : le bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, un prochain hommage à Jeanne d'Arc, le nécessaire retour de la peine de mort, insécurité et immigration, les élections régionales en PACA, l'entre-deux tours en 2002, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Élection législative partielle : profession de foi de Thomas Joly

7 Mai 2021, 09:33am

Publié par Thomas Joly

Voici ma profession de foi qui sera bientôt distribuée aux 83.000 électeurs de la 1ère circonscription de l'Oise.

Voir les commentaires

Policier tué à Avignon : pourquoi nom et photo de l'assassin ne sont-ils pas divulgués ?

6 Mai 2021, 18:00pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Macron le Petit commémore Napoléon le Grand en s’autocélébrant

6 Mai 2021, 10:50am

Publié par Thomas Joly

On aime ou on n’aime pas Napoléon : ce n’est pas nouveau ! L’Élysée semblait avoir donné le la en indiquant à l’AFP qu’il s’agissait de « regarder en face » cet « être complexe », en n’étant « ni dans l’hagiographie, ni dans le déni, ni dans la repentance », autrement dit en pratiquant le « en même temps » habituel. Sur ce point, on ne fut pas déçu, mais ce qui ressort le plus de son discours, c’est sa tentative de récupérer Napoléon. Il est vrai que, lorsqu’on est un Président qui risque de ne laisser dans l’Histoire d’autre trace que son impéritie, on ne peut qu’espérer glaner un peu de la grandeur des chefs d’État dignes de ce nom.

Xavier Darcos, chancelier de l’Institut de France – et ancien ministre de l’Éducation nationale – fit un discours de circonstance, dans la forme comme dans le fond. Jean Tulard, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, expliqua qu’entre la « légende dorée » et la « légende noire » de Napoléon, il était difficile de s’y reconnaître, mais que l’historien ne jugeait pas et qu’il fallait toujours replacer les faits dans le contexte de l’époque. La route était tracée.

Emmanuel Macron prend alors la parole en citant une phrase de Napoléon lui-même : « Les vraies conquêtes sont celles qu’on fait sur l’ignorance. » Belle entrée en matière, qui laisse présager qu’il croit et veut faire croire qu’il y a en lui quelque chose de l’Empereur. Il parle d’une « commémoration éclairée ». Il n’oublie pas de rappeler que Bonaparte a rétabli l’esclavage, « trahison de l’esprit des Lumières », et qu’il se préoccupait peu des « personnes humaines », mais cite aussitôt, pour équilibrer son propos, l’« œuvre de progrès » que constituent le Code civil, le Code pénal, la création des grandes écoles…

C’est là qu’il commence à se prendre pour Napoléon. Il prononce cette phrase, dont il a travaillé le rythme et les sonorités : « De l’Empire nous avons renoncé au pire et de l’empereur nous avons embelli le meilleur. » Le voilà parti dans une série d’éloges dont on se demande s’il les attribue à Napoléon ou à sa personne. « La vie de Napoléon est une ode à la volonté politique », « une invitation à prendre son risque ». Et de continuer : « Sa vie est une épiphanie de la liberté », il sut « incarner l’ordre », « rechercher sans cesse l’unité et la grandeur du pays ». Ce fut « l’acteur résolu d’une synthèse nationale ». Tout un programme. Est-ce l’approche de la campagne présidentielle ? Manifestement, il se rêve en Napoléon.

Finalement, il a laissé les médias et son entourage annoncer qu’il regarderait l’Histoire en face. Curieusement, il n’a guère insisté sur les côtés sombres de Napoléon mais fait preuve d’une mesure qui ne lui est pas coutumière quand il parle du passé de la France. Ce n’est pas, cette fois, Benjamin Stora qui lui a inspiré son discours. Sans doute ne voulait-il déplaire à personne, mais il voulait surtout pouvoir persuader qu’il est capable d’endosser le génie et la volonté de Napoléon. Laissons-le à ses illusions : la réalité le rattrapera vite. Il mériterait qu’on lui destine ce vers de Victor Hugo, dans Les Châtiments : « Toi, son singe, marche derrière/Petit, petit. »

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Législative partielle : Thomas Joly dans la presse de l'Oise

5 Mai 2021, 17:11pm

Publié par Thomas Joly

Article du Bonhomme Picard du 05/05/21

Article du Bonhomme Picard du 05/05/21

Voir les commentaires

Bernard Lugan se paye les « décoloniaux »

5 Mai 2021, 16:47pm

Publié par Thomas Joly

Bernard Lugan, spécialiste de l'Afrique, met les universitaires, les gauchistes, les décoloniaux et les indigénistes en PLS.

Voir les commentaires

Célébrons Napoléon !

5 Mai 2021, 11:20am

Publié par Thomas Joly

Célébrons Napoléon !

Napoléon ! Napoléon quand même, Napoléon, malgré tout !

Malgré tout ce sang français versé — mais gardons-nous de juger ces temps avec notre sensibilité de fillettes d'aujourd'hui — malgré l'effondrement final, malgré la France au total diminuée.

Napoléon pour la gloire, Napoléon pour le génie militaire, Napoléon pour le triomphe de la volonté, Napoléon pour le souffle du destin, Napoléon pour l’État reconstruit, Napoléon pour le Concordat qui, après le chaos révolutionnaire, permit, avant la Restauration, de remettre l'église au centre du village et l'Église au cœur de la Nation.

Napoléon enfin pour que ce 5 mai soit une réponse nationale à la terreur indigéniste, déconstructiviste et anti-française.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires