Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

EELV : Nous allons vous faire détester l'écologie

27 Juillet 2020, 08:11am

Publié par Thomas Joly

L'écologie est le nouveau cheval de Troie du progressisme. À peine élus à la tête de plusieurs grandes villes françaises (Marseille, Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Tours, Poitiers… ), les représentants de l'écologie « vert pastèque » ont enchaîné les déclarations d'intentions, parfois ridiculement théâtrales, comme l'annonce de l'état d'urgence écologique à l'échelle de la mairie de Bordeaux, et les mesurettes écologiques. Ce qui marque cependant le début de leur mandat, ce sont les mesures privatives de liberté fondées sur les principes de l'écologie punitive, ainsi que les délires progressistes qui s'imposeront bientôt au quotidien des électeurs.

Écologie punitive et idéologie progressiste, les deux mamelles d'EELV

Les nouveaux édiles verts ont naturellement commencé à appliquer leur programme d'écologie punitive, à la surprise générale de ceux qui les ont portés au pouvoir, souvent sans l'avoir lu, et de ceux qui ne se sont pas donné la peine de voter contre celui-ci. Les premières mesures des écologistes touchent en plein cœur le quotidien des Français : moins de libertés individuelles, moins de pouvoir d'achat, plus d'insécurité. Le nouveau maire de Lyon donne la mesure. Il remet en cause l'usage de la voiture par des projets de ville « 100 % cyclables, 100 % marchables ». Mieux, il s'oppose également aux vols intérieurs et au projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin. Tous à pied ! Mais il ne s'arrête pas là. Il va également imposer la réduction de la consommation de viande dans les menus de la restauration collective et implanter des forêts urbaines, ce qui aura un impact significatif sur les loyers et le marché de l'immobilier. À Strasbourg, malgré plusieurs mesures écologiques qui vont dans le bon sens, la priorité est donnée au retrait de l'arrêt anti-mendicité et à la suspension des expulsions locatives. Quant à Marseille, le nouveau maire veut y désarmer les policiers municipaux, une mesure qui n'a d'écologique que le nom et n'améliorera pas la sécurité de l'une des villes les plus dangereuses de France.

Dérive gauchiste

En marge des mesures purement écologiques, ces nouveaux élus n'ont pas tardé à s'engager dans une dérive gauchiste. Quel rapport entre écologie et écriture inclusive, promotion de la théorie du genre et de immigration massive ? A priori aucun, sauf à reconnaître que l'écologie sert d'alibi à des militants progressistes. Grégory Doucet, le nouveau maire de Lyon, a ainsi commencé son mandat par l’adoption de l’écriture inclusive, véritable attentat orthographique sur la langue française, dans sa communication officielle, ce qui va provoquer une surconsommation de papier, et donc d'abattage d'arbres, pour l'impression du bulletin municipal. À Grenoble, Eric Piolle, élu grâce à plus de 64 % d'abstention, veut « dégenrer » (sic) les cours d'école, et annonce naturellement la priorité de son mandat : « dégenrer, végétaliser et potagiser». L'immigration et la délinquance transforment Grenoble en repoussoir, mais son maire garantira à, ses bobos-électeurs des zones de protection vertes et potagères. Sur la thématique de l'islam et de l'immigration, enfin, les élus EELV sont fidèles à leur idéologie : soutien au délinquant Adama, dont on vient d'apprendre que le viol sur son codétenu était avéré, déni de l'agression mortelle sur la jeune Axelle à Lyon, abordé comme un malheureux accident de la circulation, soutien inconditionnel à la régulation des sans-papiers, au port du Burkini, à l'islam et à l'immigration massive.

La prise de conscience des enjeux écologiques par la population est actée, mais l'écologie punitive n'a pas d'avenir, d'autant plus si elle dissimule une idéologie progressiste favorable à la dissolution de l'occident dans un magma multi-ethnique qui n'aboutira qu'à l'instabilité sociale. Ces élus EELV l'ont pourtant étés sans cacher leurs intentions. Ainsi fonctionne le grand jeu de dupe démocratique : un contrat biaisé entre le peuple et son représentant, perturbé par la manipulation médiatique, la démagogie des candidats, la dictature de l'image et des phrases choc, et surtout par la vacuité de nombre d'électeurs conditionnés pour ne plus voter selon des convictions, mais des émotions.

Grégory Roose

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Au bûcher !

26 Juillet 2020, 19:00pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Hommage au père Hamel, martyr de la France chrétienne

26 Juillet 2020, 17:40pm

Publié par Thomas Joly

Quatre ans déjà que le père Hamel est mort, en pleine messe, sous les lames de ses bourreaux ; des terroristes fichés S que la justice laissait se balader dans les rues de nos villes, un simple bracelet électronique à la cheville. Quatre ans déjà, mais personne en France n'a oublié le visage de notre prêtre, ce visage lumineux qui irradiait la bonté, la force de la foi, de la vocation, de l'amour pour l'autre. Jamais nous ne l'oublieront, il est mort en martyr, mais aussi en héros de la France chrétienne et libre. Car jusqu'à son dernier souffle, le père Hamel n'a pas abjuré sa foi, comme le lui imposaient sous la torture les sales petites ordures. Il a exhorté Satan à s'en aller, et puis en désespoir de cause a pardonné. Geste ultime qui démontre à quel point cet homme était bon, à quel point il était saint, à quel point il mérite sa place aux cotés du très haut.

La mort du père Hamel est le résumé du mal qui afflige notre pays : à travers lui, c'est la civilisation qui se trouve défigurée par la barbarie, avec la complicité d'un état laxiste, irénique, qui refuse d'agir en conséquence face à l'agression subie, traite le mal avec la plus grande négligence. Et ainsi livre son peuple sans défense aux attaques des barbares qui pleuvent comme jamais sur nous.

Darmanin a beau venir, sous les huées, lire ses discours alambiqués, où toute la difficulté de l'exercice consiste à éluder cette France chrétienne depuis deux mille ans. Normal, pour lui, c'est la France cosmopolite, livrée à la racaille qu'il promeut, même s'il s'en défend avec les éternels mots de circonstances « Nous ne laisserons pas la République... et patati et patata », les incantations qui ne trompent plus personne, et font rire nos ennemis.

Quatre ans après le père Hamel, ce sont nos cathédrales, ces joyaux que nos ancêtres nous ont légué à la sueur de leur front, qui sont martyrisées par la barbarie. Ce sont nos crucifix, nos statues de la vierge et des saints, qui inspirent et attendrissent même les moins dévots d'entre nous, qui sont renversés, démolis, mis à terre. La France est livrée sans défense à la barbarie par ses dirigeants indignes. Son patrimoine est vandalisé, sa foi piétinée. Le père Hamel a pardonné. Qu'il me pardonne, que Dieu me pardonne, mais moi je ne pardonnerai jamais.

Olivier Piacentini

Voir les commentaires

« Bravo aux militants identitaires qui ont rappelé à Sira Sylla qu'elle n'avait pas été élue pour envoyer l'argent des Français en Afrique »

26 Juillet 2020, 10:12am

Publié par Thomas Joly

 

Des militants de Génération identitaire se sont rendus au Grand Quevilly devant la permanence de la député LREM Sira Sylla ce samedi 25 juin, derrière notamment une banderole « Aidez les Français, pas les Africains ».

Voici le communiqué publié dans la foulée pour expliquer l’action ;

Alors que la crise du Covid 19 mettait l’économie française à l’arrêt, la députée de Seine-maritime Sira Sylla, dans un courrier d’avril 2020 adressé au ministère de l’économie, demandait la défiscalisation des transferts de fonds de la diaspora africaine à destination de l’Afrique.

La député seino-marine ne manqua pas de réitérer sa demande dans la presse jusqu’au mois de juillet. Ainsi, à l’heure où nombre d’entreprises et d’emplois français sont menacés et que la dette publique promet d’exploser, la priorité de Sira Sylla est d’aider l’Afrique.

Chaque année, ce sont près de 10 milliards d’euros qui quittent la France pour l’Afrique au lieu d’être réinjectés dans notre économie. Outre la catastrophe sécuritaire et identitaire que constitue l’immigration africaine : c’est un véritable gouffre économique pour notre pays.

Les militants identitaires rouennais se sont alors rendus à la permanence de Sira Sylla au Grand-Quevilly en banlieue de Rouen pour lui rappeler le sens des priorités : Aidez les français, pas les africains !

Une action qui n’a pas manqué de faire réagir la député interpellée, mais aussi Gérald Darmanin, silencieux sur l’explosion de la violence gratuite en France mais indigné par une action pacifiste, tout comme l’inénarrable Marlène Schiappa qui tweete plus vite que son ombre…

Lire la suite

Voir les commentaires

Mission sur la « Mémoire » ? Non ! Mission sur la repentance !

26 Juillet 2020, 09:56am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron vient de confier à l'historien militant Benjamin Stora une "mission sur la mémoire de la guerre d'Algérie".

En choisissant Stora le Président de la République dont on se souvient de la déclaration sur les "crimes contre l'humanité de la France en Algérie" a désigné celui qu'il considère, selon son cœur, comme "the right man at the right place" pour finaliser le processus de repentance déjà largement entamé par ses prédécesseurs, contrition exigée par Alger, imposée par le progressisme planétaire et réclamée chez nous par les tenants de l'humiliation nationale.

Rappelons que Benjamin Stora dont la dense bibliographie et les prises de positions anti-coloniales témoignent de sa proximité avec le régime d'Alger, fut, dès 1968, un militant particulièrement actif de l'Organisation communiste internationaliste (OCI), mouvement lénino-trotskiste dit lambertiste  particulièrement influent dont il fut permanent et dirigea l'appareil pendant dix ans de 1974 à 1984. Rappelons également que sa thèse de doctorat était consacrée à l'immigration algérienne en France et qu'il présida le Conseil d'orientation du musée de l'immigration jusqu'en 2019.

L'homme de la situation donc...

Benjamin Stora a été officiellement missionné par Emmanuel Macron. Il aurait tout aussi bien pu l'être par le Président Algérien Abdelmadjid Tebboune. Les choses auraient été plus claires.

Le jour venu, la France nationale rétablira dans sa vérité ce que fut l'œuvre française en Algérie, rendra hommage à ceux qui l'ont faite et ont du, un jour, se résigner au départ (la valise ou le cercueil) du fait de la trahison d'une République félonne. Notre France retrouvée célébrera alors ceux qui se sont battus et ceux qui sont tombés pour l'Algérie française.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Soldat français tué au Mali : assez de sensiblerie

24 Juillet 2020, 19:05pm

Publié par Thomas Joly

Un hussard parachutiste a été tué au Mali. Quelles que soient les ambiguïtés stratégiques de l'engagement de nos troupes dans des combats marginaux, il est mort pour la France, puisque tombé au champ d'honneur sous l'étendard glorieux du RHP.

Pour autant il nous faut nous démarquer de la sensiblerie médiatique, de l'émotion factice du gouvernement et de la classe politique unanimement éplorée.

Pour un soldat, la mort au combat est une option consentie. Elle n'est un évènement tragique que pour ses proches, ses camarades, sa section, sa compagnie, son régiment.

Rappelons que le 22 août 1914 ce furent 27.000 de nos hommes qui tombèrent en 24 heures entre la frontière belge et la Lorraine. Autant que pendant les sept années de guerre d'Algérie.

La sensiblerie des hommages nationaux, en témoignant de notre faiblesse morale, affaiblit la portée de nos armes et la crainte qu'elles doivent inspirer.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Port du masque obligatoire : la révolte s’organise face à la psychose sanitaire

24 Juillet 2020, 16:58pm

Publié par Thomas Joly

Depuis le début de cette semaine, nous sommes contraints de porter le masque dans tous les lieux publics clos. Il faut, désormais, l’enfiler pour aller acheter sa baguette de pain, privant de notre sourire la boulangère masquée-gantée derrière sa vitre en plexy. Au rythme où vont les choses – je veux dire les injonctions sanitaires –, on va se retrouver en combinaison étanche avec les premiers frimas…

Quand on vit dans les contrées ensoleillées où le thermomètre est plus souvent au-dessus de 30° qu’en dessous, le masque est une torture. Ça gratte, ça irrite, on a le visage qui ruisselle, on se sent étouffer sous la buée des lunettes… Ah ah ! fait le médecin plastronnant au journal de 20 heures, que diriez-vous si vous étiez chirurgien ? Je dirais, cher monsieur, qu’il fait toujours très frisquet dans les blocs opératoires. Pour peu qu’on passe quelques heures sur la table, il arrive même qu’on y prenne froid.

Passons. Nous voilà, les flonflons éteints et les applaudissements des héros en veilleuse, revenus au temps du grand n’importe quoi. Ainsi la rumeur court ici que tout commerçant qui laisse entrer dans son établissement des individus non masqués encourt lui-même une amende de 70 euros. Je ne trouve pourtant rien d’officiel à ce sujet. Seule certitude : le non-port du masque dans les commerces est sanctionné d’une amende de 135 euros, pouvant grimper jusqu’à 1.500 euros en cas de récidive dans les 15 jours.

Je vous le dis en confidence : nous sommes des gagne-petit. Quelqu’un qui m’est très proche est arrivé de Montréal, dimanche soir. Prise de température par laser à l’aller, contrôles stricts à l’aéroport. Arrivée à Paris : foutoir intégral. Circulez, bonnes gens ! Ce qui l’attend au retour : deux semaines de confinement, avec contrôles inopinés et, à la clé, si l’on se promène dans le voisinage, six ans de prison et 750.000 dollars d’amende. Et là-bas, ce n’est pas comme ici : les peines sont appliquées, surtout pour les étrangers qui reprennent aussitôt le chemin du pays d’origine. Ça fait réfléchir…

Néanmoins, au Canada comme un peu partout dans le monde, la révolte s’organise. Les réfractaires lancent des pétitions, se rassemblent pour manifester et réclamer de pouvoir respirer librement. Ainsi, le 19 juillet, des manifestations ont eu lieu au Canada, au Royaume-Uni, en Asie… pour dénoncer à la fois les (supposés) méfaits du masque, son inefficacité et, surtout, l’enrégimentement de nos sociétés où, sous couvert de précautions sanitaires, on s’achemine chaque jour un peu plus vers la privation de liberté.

À Toronto, comme le rapporte France Info, « les anti-masques encouragent les réfractaires à se munir de fausses cartes d’exemption pour des questions d’insuffisance respiratoire, soulevant le manque d’oxygène que le masque entraînerait selon eux ». Surtout, ils pointent une mesure sans rapport avec les problèmes que nos pays vont devoir affronter, tel ce manifestant qui explique : « Ce dont nous avons besoin c’est sauver notre économie, ces masques sont une blague. »

En France, où tout est politique, on voit dans les anti-masques « une communauté hétérogène mêlant notamment opposants au gouvernement, défenseurs des libertés, complotistes et militants d’extrême droite » (le JDD).

Plus simplement, on peut craindre que cela ne fasse que créer une fracture supplémentaire dans nos sociétés : d’un côté des citoyens terrorisés acceptant toutes les injonctions liberticides au nom d’une hypothétique protection sanitaire ; de l’autre ceux qui réclament de pouvoir assumer un risque individuel et conserver la liberté de leurs choix de vie.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Ça n'est pas au sentiment d'insécurité qu'il faut s'attaquer, mais aux causes »

24 Juillet 2020, 16:01pm

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires

La Turquie d'Erdogan est une menace : ouvrons les yeux de nos compatriotes !

24 Juillet 2020, 15:47pm

Publié par Thomas Joly

Manœuvres d'intimidation contre une frégate française en Méditerranée, actes de piratages, incursion de ses bâtiments en mer Egée et survol par ses chasseurs F-16 des Iles helléniques nécessitant la mise en alerte de la flotte grecque... La marine turque multiplie les provocations et teste les capacités - et surtout la volonté - de résistance européenne.

Dans le même temps, la Turquie, méthodiquement, met en place un à un les éléments de la reconstruction de l'empire ottoman : économiques - coopération renforcée avec la Tunisie et de nombreux pays d'Afrique - religieux et communautaires - omniprésence dans les Balkans, menaces sur l'Arménie, transformation de Sainte Sophie en mosquée, messages explicites en direction du Hamas et, plus largement du monde arabo-musulman, visant à affirmer son leadership face a Israël (promesse d'Erdogan de "libérer" la mosquée Al Aqsa de Jérusalem) et plus globalement celui du monde sunnite - militaires - déploiement de ses forces en Syrie et en Libye (80.000 hommes équipés de chars Léopard et de drones de combat), livraison d'équipements et mise à disposition de cohortes de mercenaires aux rebelles islamistes - humains - présence de millions de ressortissants turcs étroitement encadrés par le pouvoir d'Ankara sur le sol européen, en Allemagne et en France principalement.

Le néo-sultan Erdogan, dans l'accomplissement de son projet, sait pouvoir compter sur trois armes potentiellement fatales à l'Europe : l'arme migratoire, par le contrôle des vannes de l'invasion que lui a impardonnablement accordé Angela Merkel en 2015, lui donnant ainsi les moyens d'un chantage permanent sur notre continent ; l'arme du gaz et des hydrocarbures dont il pourrait à tout moment verrouiller les approvisionnements ; son appartenance, enfin, à L'OTAN et la menace qu'il fait planer auprès de Washington d'un renversement d'alliances, ménageant à cette fin Vladimir Poutine et la Russie, malgré des intérêts divergents en Syrie, et adressant à la Chine des signaux convenus.

La Turquie n'est pas la seule menace qui pèse sur l'Europe. Elle en est une majeure.

La France doit se préparer. L'Europe doit se reprendre. Le conflit est possible. Il est même probable. Il sera froid ou il sera chaud. Tout dépendra de nos capacités de résistances et de contre-offensives.

Ne pas augmenter, malgré la crise, les budgets militaires nationaux - français en particulier - serait un crime contre la civilisation. Ne pas moderniser nos armées ni en renforcer la cohésion morale et opérationnelle serait une faute aux conséquences tragiques. Ne pas construire au plus vite une Europe de la Défense à partir des armées de chaque pays membres, serait un suicide.

Tout indique pourtant que c'est vers cet abîme que nous entraînent à grand pas nos gouvernants.

Il est urgent d'ouvrir les yeux de nos compatriotes. Une grande campagne sur les intentions de la Turquie et les menaces que fait peser Erdogan sur la paix européenne et la survie de notre civilisation s'impose. Réseaux sociaux, presse nationale, formations politiques de notre camp doivent s'atteler à cette tâche.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen - N°586

24 Juillet 2020, 08:47am

Publié par Thomas Joly

586e Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen où il confirme sa présence au meeting du Parti de la France samedi 12 octobre à Paris.

Voir les commentaires

Un « Conseil de défense » vendredi où on ne parlera surtout pas de l'explosion de la criminalité

22 Juillet 2020, 18:15pm

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron réunira vendredi un énième Conseil de Défense afin d'étudier la mise en place de mesures supplémentaires en cas d'aggravation de la crise sanitaire, demain, après demain ou à la Saint-Glinglin...

En revanche, pas de Conseil de Défense pour traiter en urgence de l'ensauvagement d'une France livrée à la violence de la racaille. Pas de Conseil de Défense pour prendre les mesures qui s'imposeraient pour enrayer la montée fulgurante de la barbarie qui ensanglante le pays. Pas de Conseil de Défense pour mettre au pas ceux qui crachent leur haine de la France et des Français. Pas de Conseil de Défense pour en finir avec les trafics des maîtres allogènes des cités. Pas de Conseil de Défense pour extirper des caves des banlieues où elles sont entreposées les armes de guerre qui demain tueront les nôtres. Pas de Conseil de Défense pour préparer la riposte la plus sévère à l'explosion des banlieues qui approche. Pas de Conseil de Défense pour rétablir l'ordre public. Pas de Conseil de Défense pour définir les conditions d'un arrêt total de l'immigration et organiser le retour de ceux qui ne doivent plus rester sur notre territoire national.

Le coronavirus circule, c'est entendu... On le dit en tout cas. Mais le crime, la violence brute, la volonté de détruire, de brûler, de blesser et de tuer, galopent et se répandent dans les rues de nos villes et nos campagnes. Sans masques.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Macron sur TF1 : cynisme, mensonge, tromperie et imposture

22 Juillet 2020, 18:07pm

Publié par Thomas Joly

Mardi 21 juillet sur TF1, Macron s'est félicité de ce qu'il prétend être un succès du sommet européen qui vient de s'achever à Bruxelles au prix d'un accord qui, grâce aux manœuvres de la Kaiserin Merkel qui fut la véritable marionnettiste des pays dits frugaux, acte le passage de l'Union dans le fédéralisme euro-mondialiste et place la France et les pays du sud sous le contrôle budgétaire, économique et social de la technostructure globaliste.

Nous l'écrivions dès vendredi dernier: l'emprunt contracté par l'UE auprès des marchés financiers devra par ailleurs, malgré le mythe en vogue de la perpétuité de la dette, être, un jour ou l'autre, remboursé. Il ne le sera pas seulement, comme l'affirme Macron, par un impôt européen sur les grandes entreprises internationales et sa charge conduira nécessairement la Commission à instituer une taxe européenne que devront payer les contribuables déjà confrontés par la crise à l'érosion - le mot risque d'être faible - de leur pouvoir d'achat.

Tout cela Macron le sait. Comme il sait que le couple franco-allemand n'existe plus. Comme il sait aussi, concernant les questions de sécurité, que son pouvoir s'arrête là où commencent le dogmatisme des droits de l'homme, les diktats du politiquement correct, la complaisance immigrationniste et le totalitarisme de la tolérance universelle. Ce qui ne l'a pas empêché, les yeux dans les yeux des téléspectateurs, franc comme un Cahuzac devant les députés, d'assurer avec une fermeté inversement proportionnelle à son culot que serait appliquée la tolérance zéro.

Cyniquement il fanfaronne, joue les demi-malins et, sciemment, trompe les Français.

A croire que ces lignes de Jules Barbey d'Aurevilly furent, par anticipation, prescience  et clairvoyance, tout exprès écrites pour lui : « Je suis convaincu que, pour certaines âmes, il y a le bonheur de l'imposture. Il y a une effroyable, mais enivrante félicité dans l'idée qu'on ment et qu'on trompe ; dans la pensée qu'on se sait seul soi-même, et qu'on joue à la société une comédie dont elle est la dupe, et dont on se rembourse les frais de mise en scène par toutes les voluptés du mépris. »

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Axelle Dorier est l'énième victime de la barbarie immigrée »

21 Juillet 2020, 10:57am

Publié par Thomas Joly

 

 

Voir les commentaires