Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Crise de nerfs en Macronie : Aurore Bergé privée de dessert et de gouvernement !

1 Août 2020, 09:50am

Publié par Thomas Joly

Il s’agit là d’une ancestrale loi d’airain en politique : chaque fois que l’on promeut tel ou tel, on ne fabrique que des ingrats (les promus) ou des aigris (les pas promus). Ainsi, et toujours à propos de promotion, Aurore Bergé, participant de cette seconde catégorie, ne l’a pas été… promue, au secrétariat d’État à la Communication audiovisuelle, sous-maroquin qu’elle guignait pourtant de longue date.

À en croire L’Opinion, Aurore Bergé aurait pu être bloquée par le nouveau ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, l’ayant semble-t-il jugée trop « légère ». Parole d’experte ? Toujours selon les mêmes sources, la députée des Yvelines et porte-parole de LREM, « insupporterait en haut lieu, notamment dans sa façon de survaloriser les attaques dont elle fait l’objet ».

Il est vrai que, le 24 février 2018, invitée sur le plateau de « Salut les Terriens », émission alors présentée par Thierry Ardisson, les internautes l’avaient quelque peu raillée quant à sa tenue, le bas de son décolleté arrivant tout près du haut de sa robe, assez courte du bas, elle aussi. Bref, ce soir-là, elle avait fait des économies sur le tissu. D’où ce tweet offensé : « Alors vous savez quoi ? Je n’ai pas à être jugée sur la longueur de ma robe. Ni moi, ni aucune femme. Je n’ai pas à subir d’insultes, de harcèlement ou pire, en raison d’une robe. Ni moi, ni aucune femme. Rien ne justifie ou n’excuse cela. » La vérité oblige à dire que « cela » était tout de même un brin surjoué. La prochaine fois où elle ne voudra pas affronter des yeux égrillards, ceux de Laurent Baffie par exemple, elle se fera inviter au « Jour du Seigneur », émission dominicale toujours en quête d’hôtesses de marque.

Plus sérieusement, ce sont d’autres intermittents du spectacle qui n’ont pas été retenus au casting gouvernemental, dont Stanislas Guerini, patron du parti au pouvoir, ou Gilles Le Gendre, président de son groupe parlementaire. Mais encore Cédric Villani, le mathématicien à l’araignée (au plafond ?) ayant fait montre de tout son talent, lors de la dernière élection municipale à Paris. Et, pour finir, Guillaume Larrivé (LR), seul de son camp à avoir voté la confiance au gouvernement Castex : cette audacieuse reptation d’échine n’aura manifestement pas suffi.

C’est finalement un député LREM qui résume le mieux l’affaire, à nos confrères de L’Opinion : « Il y a volonté, pour 2022, de nous débarrasser de tous ceux qui nous ont emmenés dans le mur. » C’est-à-dire tous les amateurs et autres jeunes transfuges estimant que la victoire d’Emmanuel Macron allait signifier leur triomphe. Voilà de sympathiques gandins et péronnelles qui ont encore beaucoup à apprendre en matière politique, n’ayant visiblement pas compris que l’heure n’était plus à la « start-up nation » mais plutôt au retour à ces vieux fondamentaux politiques ayant de longue date fait leurs preuves.

Quant à Aurore Bergé, dont on ne sait pas de quelle manière elle était habillée ce jour-là, Le Point nous dit que, ce 6 juillet, au pot de Matignon censé fêter le tout nouveau gouvernement de Jean Castex, elle aurait fait comme un caprice d’enfant, à en croire l’un des participants : « C’était lunaire ! Elle est partie en courant dans le parc et en est revenue peu après avec les yeux rougis. On l’entendait dire tout haut “J’ai tout donné à la Macronie” ! »

On remarquera qu’avant, elle avait déjà « tout donné », dans le désordre et sans ordre de préférence, à Valérie Pécresse, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon, quittant l’un pour rallier l’autre. Et d’ensuite faire don de sa personne à Emmanuel Macron.

En politique, la fidélité n’est que rarement récompensée. On ne le dira jamais assez.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Halte à la barbarie de l'Aïd !

31 Juillet 2020, 18:50pm

Publié par Thomas Joly

Comme chaque année, partout en France, des millions de musulmans égorgent à partir d'aujourd'hui de pauvres bêtes dans des conditions souvent ignobles. En effet, les abattoirs légaux, pourtant installés avec déférence par des pouvoirs publics zélés, ne suffisent pas aux égorgeurs de moutons qui, pour beaucoup, préfèrent effectuer la boucherie dans la baignoire de leur logement ou bien en pleine nature, au détriment de toutes les règles élémentaires d'hygiène.

L'animal (tourné vers la Mecque) n'est bien sûr pas étourdi avant qu'on lui coupe la gorge avec plus ou moins de dextérité, les « sacrificateurs » homologués n'étant pas suffisamment nombreux ; il agonise et se vide de son sang durant de longues minutes.

Le Parti de la France, scandalisé par les souffrances inutiles dont les animaux de boucherie sont victimes pour satisfaire des exigences religieuses et communautaristes d'un autre âge, réclame l'application sans dérogation de l'étourdissement préalable avant la mise à mort et l'interdiction des cruels abattages rituels, comme l'Aïd al-Adha, complètement étrangers aux traditions françaises.

Voir les commentaires

Port du masque obligatoire dans le rue : une aberration totale

31 Juillet 2020, 18:46pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Effondrement économique, tsunami social... Mais l'heure des comptes viendra bientôt

31 Juillet 2020, 14:28pm

Publié par Thomas Joly

Chute libre du PIB européen (12,1 % au deuxième trimestre 2020) ; effondrement du PIB français (13,8 %). Dans le même temps, l'inflation gagne du terrain dans notre pays (+ 0,86 % en juillet). Des dizaines de milliers d'entreprises et de commerces vont fermer ; des millions de chômeurs ne tarderont pas à venir grossir le flux des marginalisés et des miséreux.

La responsabilité de ce drame économique et bientôt social n'est pas à chercher dans un virus de hasard.

La responsabilité incombe sans qu'aucun pardon populaire ne puisse leur être accordé, aux gouvernants de façade et de finance qui ont cloîtré les populations pendant deux mois et stopper toute vie économique.

La responsabilité incombe à un Système qui, obsédé par sa survie et celle des intérêts qu'il représente et structure, non seulement n'a pas su prévoir, mais, en forçant à des délocalisations massives, en détruisant les industries nationales du vieux continent, en le réduisant à une terre de services, de tourisme et éventuellement de luxe conformément à un vaste plan de répartition mondiale et globaliste, a placé nos Nations et nos peuples en situation de vulnérabilité létale.

En France, la responsabilité incombe plus particulièrement aux gouvernements successifs du régime qui ont laissé se dégrader nos services hospitaliers, faisant des personnels soignants un lumpenprolétariat taillable et corvéable à merci, tout en tiersmondisant nos infrastructures médicales.

Sans épidémie, nul doute que la crise serait quand même venue tôt ou tard. La technostructure, elle, tente de se servir du coronavirus pour faire oublier ses fautes d'hier, devenues les crimes d'aujourd'hui, et de vastes plans de relance et de continuité seront mis en œuvre, non pour venir en aide aux entreprises et aux classes éprouvées, mais pour sauver l'essentiel des principes qu'impose le totalitarisme spéculatif qui veut continuer de régir le monde.

Cette fois, il n'y parviendront pas. L'heure des comptes approche. A nous de faire en sorte que l'apurement de ceux-ci ne se soldent pas par une autre dictature, soit celle du marxisme-léninisme repeint en progressisme radical, vert rouge et arc-en-ciel, soit celle de l'islamisme qui, lui aussi, guette son moment.

La mémoire des peuples, si elle reste longtemps enfouie, finit toujours pas resurgir. Leur colère aussi. Caevant Consules !

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Marine Le Pen lance une nouvelle purge au RN ! Les cadres jugés trop « identitaires » sont visés !

31 Juillet 2020, 13:52pm

Publié par Thomas Joly

C'est Le Figaro qui dévoile cette énième folie de Marine Le Pen ; celle-ci a décidé de purger une nouvelle fois son parti dans le cadre de son obsessionnelle et vaine « dédiabolisation ». Nicolas Bay et Gilbert Collard, jugés trop « identitaires » par la caractérielle et acariâtre présidente du Rassemblement National, font partie de la charrette et ont été virés, avec d'autres, de la Commission nationale d'investiture du parti. Avant sûrement d'être poussés tout doucement vers la sortie...

Voir les commentaires

Fête du cochon du PdF Bretagne

31 Juillet 2020, 13:44pm

Publié par Thomas Joly

Dimanche 6 septembre, Jean-marie Lebraud, Délégué régional du Parti de la France pour la Bretagne, organise sa traditionnelle fête du cochon près de Rennes (35).

L'invité d'honneur sera notre camarade Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale.

PAF : 30 € - Réservations : pdfbretagne@orange.fr

Voir les commentaires

Déferlante migratoire : c'est reparti !

30 Juillet 2020, 13:33pm

Publié par Thomas Joly

Alors que le futur Calife Erdogan menace de rouvrir les digues à un nouveau déferlement migratoire vers l'Europe, les arrivées massives ont repris en Italie et s'accroissent de jour en jour. Profitant d'une moindre vigilance italienne, due à la crise sanitaire et à l'éviction de Matteo Salvini du ministère de l'Intérieur l'automne dernier, 11 000 clandestins essentiellement venus de Libye et de Tunisie ont ainsi traversé la Méditerranée et débarqué à Lampedusa la semaine dernière. Le flux se poursuit et s'amplifie au rythme minimum de 300 illégaux par jour.

Il n'est pas encore trop tard pour endiguer, puis inverser cet envahissement.

Chacun de nous est face a ses responsabilités. Personne de notre camp n'a le droit de céder au découragement et de baisser les bras. Les solutions sont politiques. Politiques toujours. Politiques seulement. Le reste relève du rêve et de l'illusion. Nous n'avons plus le temps pour la métapolitique, les réflexions stratosphériques, les stratégies sur 10 ans... Plus le temps non plus des querelles ni des polémiques. Il y a urgence !

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Tirs de mortier : Darmanin en marche vers une mesure inapplicable

30 Juillet 2020, 13:09pm

Publié par Thomas Joly

Le dernier sketch de la présumée lutte contre les violences de banlieue nous a été offert à l’occasion de l’audition de par les membres de la commission des lois de l’Assemblée nationale. Au micro, un député LREM du Rhône dénonce doctement le détournement des mortiers de feux d’artifice contre les forces de police. Durant deux longues minutes, l’élu tartine du synonyme pour décrire un phénomène connu de tous.

Au terme de son laïus, tout naturellement, Thomas Rudigoz propose d’interdire la vente de ce type de matériel aux particuliers, tout en reconnaissant la difficulté de l’entreprise. L’achat sur des sites Internet étrangers est effectivement incontrôlable.

À son tour, Gérald Darmanin prend la parole et se déclare « assez séduit » par la proposition. La séance vire au speed dating. Que d’affinités dans la pensée ! « Savez-vous que nous pourrions devenir amis sur Facebook ? »

Le ministre résume l’affaire de manière plus directe. Assez de langage technocratique : « Vous avez tout à fait raison sur le principe, ça pullule, ça attaque les forces de l’ordre, ça fout le bordel dans les quartiers, ça empêche les gens de dormir, parfois ça blesse des personnes… »

Des gens ne peuvent pas dormir. Souvenons-nous que, lors de la dernière guerre, de nombreux Français se sont plaints d’avoir le sommeil troublé par le bruit des bombardements. Des gens sortaient sur le pas de leur porte et criaient en direction des avions : « Y en a qui dorment, ici ! »

À défaut de budget pour distribuer des bouchons d’oreille, parfait complément du obligatoire, le ministre convient, en une belle unanimité avec son nouvel ami, que la mesure est à peu près inapplicable : « Si on interdit quelque chose, on le fait également sur la vente en ligne, ce qui n’est pas si évident à faire non plus, monsieur le député, mais je partage totalement votre souhait et je suis prêt tout à fait à y travailler. »

L’éolienne macronienne tourne à plein régime. La détention de kalachnikov est hors de contrôle mais le ministre va tenter de réglementer l’achat de feux d’artifice.

À l’issue de ce speed dating réussi, l’heure est aux projets d’avenir. Les moulins à vent à combattre, les sites étrangers à convaincre de ne plus vendre de mortiers aux citoyens français « parce que c’est pas bien ». Don Quichotte Darmanin et Sancho Pança Rudigoz se sont trouvés.

Lors de la prochaine réunion de la commission des lois, il sera examiné si ce projet était destiné à amuser les habitants du 9.3, du 9.5 ou de la province. L’humour varie selon les banlieues. Certains pourraient prendre ombrage d’une distraction qui ne correspond pas à leur sensibilité.

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Avec le Parti de la France, la racaille sera annihilée

30 Juillet 2020, 13:08pm

Publié par Thomas Joly

Avec le Parti de la France, la racaille sera annihilée

Voir les commentaires

Les grenouilles se cherchent un roi. Les cloportes, un étendard

28 Juillet 2020, 15:53pm

Publié par Thomas Joly

A voir s'agiter le marécage des crapauds souverainistes ou prétendument populistes en situation de demi-solde, nous serions presque poussés, si l'expérience ne nous avait pas vacciné contre cette tentation, de trouver des vertus à leur cible commune qui constitue le seul ciment de leurs illusions.

Le camp national doit fermer la porte à ces manœuvres stériles, se détourner de ces voitures-balais et s'organiser au plus vite dans une force nouvelle, intransigeante sur les fondamentaux et la nature de la Cause, intraitable sur les objectifs et le sens du combat, mais capable de définir une vision de l'avenir, de fixer une voie politique réaliste sans fantasmes ni esprit de rancune ou de revanche au sein du mouvement national, et de tracer un chemin dans une stratégie de conquête.

Chercher pour la prochaine Présidentielle une alternative à Marine Le Pen, même si nous savons que ses dérives mènent à une impasse, n'a aujourd'hui aucun sens.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Grâce au confinement, moins de naissances prématurées : quelle leçon en tirer ?

28 Juillet 2020, 10:24am

Publié par Thomas Joly

Il y a de ces informations qui passent, à tort, relativement inaperçues, polluées par l’actualité qui se concentre sur l’obsessionnel Covid-19, les frasques de la famille Traoré ou, bientôt, les excentricités d’Alice Coffin. Ces nouvelles sont probablement jugées sans intérêt d’un point de vue polémique (quoique), mais devraient pourtant s’afficher en une des journaux. Car bien involontairement, il semblerait que le confinement, si peu convaincant en matière de prévention contre le Covid-19, ait eu un effet des plus inattendus sur les naissances prématurées.

C’est Sylvestre Huet, journaliste pour Le Monde et via son blog, qui rend l’information visible dans l’espace francophone. Il relate notamment l’étude de médecins irlandais qui se contentent simplement de relever les chiffres époustouflants des naissances prématurées sur la période de janvier à avril 2020. En effet, la chute constatée n’est pas moins de 73 %, en comparaison avec ces vingt dernières années. Les grands prématurés, eux, ont quasiment disparu des radars. Qu’on se le dise : quelle politique publique eût escompté un tel résultat ? Pour conforter le constat, une autre étude, toujours mentionnée par Sylvestre Huet, révèle une chute d’environ 90 % au Danemark, toujours sur la période du confinement.

Il faut bien comprendre qu’en matière de décès infantile, les naissances prématurées représentent la principale cause de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Selon l’INSERM, en fonction du moment de la naissance, les chances de survie d’un enfant né prématurément peuvent aller de moins de 1 %, avant 24 semaines, à 30 %, à 25 semaines, pour monter ensuite à 81 %, à 27 semaines, et 97 %, entre 32 et 34 semaines. Autant dire que limiter les naissances extrêmement prématurées aurait un effet immédiat sur la mortalité, ce que n’a pas manqué de faire le confinement avec tout bonnement un comptage de 0 naissance d’enfants de moins de 1 kg pour l’étude irlandaise.

L’information paraît simple à comprendre : les femmes enceintes, contraintes à rester chez elles à l’occasion du confinement, ont pu soit être dispensées de travailler, soit adapter le rythme de leurs journées à la grossesse. Les contraintes liées aux horaires, au présentéisme, au transport, aux exigences, au stress et probablement beaucoup d’autres facteurs ont pu jouer à plein. Le constat est là : quand on laisse les femmes enceintes aménager leur journée ou se consacrer pleinement à leur grossesse, on réduit drastiquement les risques de naissance prématurée.

La nouvelle pourra ne pas faire plaisir à certains qui s’acharnent à rendre la femme et l’homme semblables au travail et à vouloir faire de la femme un travailleur comme un autre. Cela pourrait même contrarier les féministes qui raffolent d’exiger une répartition égalitariste des temps de congé entre les hommes et les femmes dès qu’ils ont des enfants.

Pourtant, Sylvestre Huet y voit une occasion d’allonger le congé maternité, pleinement pour la femme, celui-là. En ceci, il a parfaitement raison : la nature (encore elle !) nous dispense sa leçon, à savoir qu’une femme qui devient mère, naturellement, se dispose complètement, sans même qu’elle s’en aperçoive, à l’enfant qu’elle porte et s’apprête à accueillir. Cela passe par des dispositions sociales, physiologiques et psychologiques du quotidien où être enceinte mobilise la personne tout entière, pour les bienfaits de l’enfant. À en croire les médecins irlandais ou danois, le bébé le lui rend bien, moins pressé de sortir (et c’est tant mieux) tant il est bien mieux en son sein.

Pierre Martineau

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Coronavirus : il n’y a aucune reprise nulle part dans le monde là où l’épidémie a déjà frappé. Aucune

28 Juillet 2020, 08:02am

Publié par Thomas Joly

En mars, les masques ne servaient à rien. En juillet, les masques sont nécessaires. En mars, il ne servait à rien de faire des tests dans les aéroports. En juillet, c’est nécessaire. Comment fait-on pour croire ce que nous dit ce gouvernement ?

Le Dr. Yonathan Freund est médecin urgentiste à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, et professeur à l’université de la Sorbonne. Il s’est exprimé le 17 juillet sur Twitter sur l’évolution actuelle de l’épidémie de Coronavirus et sur l’obligation de porter un masque dans les « lieux clos recevant du public ». Voici l’intégralité de son fil Twitter :

« C’est difficile effectivement de rester silencieux. Quand je vois le délire alarmiste qui envahit les médias et les RS [réseaux sociaux], et qui fait fi de toute mesure. Des journalistes qui infantilisent, ceux qui veulent « punir » les français mal disciplinés… Alors on va débunker un peu.

1) Allez, je fais du #moije comme on me le reproche. Ma position n’est pas imprudente. Je livre une analyse que j’espère circonstanciée et critique des données. Je rappelle que si mon hypothèse est contredite par les chiffres, alors on pourra agir et ce ne sera pas trop tard.

2) Le délire de certains spécialistes en rien sauf en plateau télé et en consultation privée, n’ayant jamais vu un patient COVID, qui nous « apprennent » que l’épidémie reprend : rien ne justifie ces discours. A part la peur.

3) Voilà 2 mois qu’il existe des arguments pour douter d’une seconde vague meurtrière et une reprise de l’épidémie. Les épidémiologistes chefs d’entreprise vendeurs de modèles nous prédisaient 80.000 morts à la levée du confinement même avec gestes barrières. RAS. Il n’y a eu aucune reprise nulle part. Les évènements et comportements qu’on adorait critiquer (fête de la musique, manifestations etc.) n’ont causé aucune reprise. Il y a une circulation du virus. Il y a des nouveaux cas. MAIS,

4) et c’est le point central, toujours le même, à ce jour, il y a chaque jour, chaque semaine, de moins en moins de nouveaux cas hospitalisés ou en réanimation. Et ce partout (hors Guyane). Alors bien sûr, on arrive à un niveau si bas que nous allons forcément voir des hausses. Quand on est tout en bas, ça ne peut qu’augmenter. Le virus n’est pas mort je le rappelle. Mais est-ce nécessaire de dire qu’on a un signal de reprise quand on passe de 1 par semaine à 3 par semaine? On va arriver à un bruit de fond. En tout cas ds les régions déjà très touchées. Le R est à 2 et quelques en Bretagne! Alerte alerte! Mais non. Il y a juste eu des clusters et des dépistages systématiques. Donc des cas. R (on l’a déjà dit) n’a aucun sens quand l’épidémie est au point mort, outre des clusters. Aucun sens. Sur toute la Bretagne, on est passé de 6 hospitalisations la semaine dernière à 8. Est ce une explosion? Soyons sérieux. Bien sur qu’il y aura toutes les semaines des régions qui verront une augmentation des cas. On part de tellement bas… En Mayenne alerte rouge? Quasi zéro hospitalisations. ZERO.

5) la décision d’imposer le port du masque est très difficile à comprendre. Pourquoi avoir pris cette décision au moment où tous les indicateurs sont au vert? Quel est le plan ? pour combien de temps ? Faut-il vraiment changer la société pour une durée indéterminée sans savoir si c’est nécessaire, et surtout sans savoir ce qui fera revenir en arrière ? Nous sommes nombreux à être d’accord : dans les régions fortement touchées, l’immunité est importante. Probablement suffisante – l’immunité n’est pas uniquement visible sur la sérologie. Il n’y a aucune reprise nulle part dans le monde là où l’épidémie a frappé violemment. Aucune. Pourquoi cette décision du port du masque obligatoire ? Pour protéger les personnes vulnérables ? Mais les personnes vulnérables se protègent. Elles peuvent respecter strictement les mesures de distanciations et autres.

6) En revanche, il faut se poser la question : veut-on totalement arrêter la circulation du virus? Je pense que c’est illusoire. Ou alors j’espère que vous avez du temps devant vous. La solution de le laisser circuler tout en le contrôlant est probablement la bonne.

Certains disent « pour protéger les personnes vulnérables, protégez vous ». C’est peut être faux. Pour protéger les personnes vulnérables, protégez LES, mais si vous êtes malades puis immunisés, vous les protégerez à vie. ATTENTION je ne dis pas que il faut disséminer le virus partout. Mais vouloir à tout prix arrêter sa diffusion, partout, est illusoire et pas forcément un bon calcul à long terme.

Quel est le plan ?

Il n’y a pas d’autre plan cohérent que de poursuivre les mesures de distanciations sans les renforcer, en pouvant assouplir selon l’évolution, et surveiller les vrais indicateurs! (pas les appels à SOS médecin qui augmentent au début des vacances et face à l’alarmisme ambiant). Il y a une part d’incertitude dans cette maladie. Tout le monde est d’accord là dessus. Mais pourquoi la prendre systématiquement sur le pire scénario possible ? Pourquoi une telle symbiose des médias, « experts », etc ? Alors que c’est incertain ? Ce n’est pas logique. »

Source : Le Salon Beige

Voir les commentaires

Alice Coffin placée sous protection policière !

27 Juillet 2020, 18:48pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Loi éthique, loi de la barbarie

27 Juillet 2020, 18:28pm

Publié par Thomas Joly

Ce lundi 27 juillet, la loi éthique, mise entre parenthèses pendant plusieurs mois du fait de la crise sanitaire, revient à l'Assemblée nationale en seconde lecture.

Alors que le Sénat les avait supprimés, trois articles particulièrement scandaleux ont été réintroduits par les députés de la Commission spéciale chargée de la finalisation du projet.

  1. Le remboursement par la sécurité sociale de la procréation assistée pour toutes, femmes seules et couples homosexuelles compris même si la démonstration de leur infertilité naturelle n'a pas été faite. Le coût pour les contribuables en sera très important. Le coût moral pour la Nation, incalculable.
  2. L'autorisation de la PMA post-mortem, ignominie éthique née dans on ne sait quel arcane ténébreuse.
  3. La privatisation possible du stockage des gamètes, fruit de l'action intense de lobbying des laboratoires.

D'autres abominations se préparent qui, n'en doutons pas, surgiront du débat par la voie des amendements. Mais, au delà de ces articles qui ne sont que des points de détails d'un tout, c'est l'essence même de cette loi qui doit être combattue. Si la procréation assistée peut être un recours vitaliste pour un couple homme-femme qui ne peut avoir d'enfant, l'ordre naturel autant que l'exigence nationale et la conscience supérieure de ce qu'est l'humanité vraie condamnent ces pratiques monstrueuses qui, après la banalisation de l'avortement, le mariage homosexuel, les manipulations génétiques sur l'embryon et la promotion de l'euthanasie, ouvrent la voie à un changement total de civilisation.

D'autant que se profile à l'horizon la GPA, cette infernale gestation pour autrui à laquelle n'ont pas renoncé les apprentis-sorciers du progressisme comme le montre l'amendement introduit en octobre par un député LREM qui en évoque la reconnaissance, sans pour le moment la faire figurer dans la loi.

Notre civilisation a, pour le moment encore mais plus pour très longtemps, le choix. Bientôt il sera trop tard. Ce choix, c'est celui de la Vie, ou de la mort.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Samuel Laurent, un larbin de Macron déguisé en journaliste du Monde

27 Juillet 2020, 15:10pm

Publié par Thomas Joly

Dans un article du Monde, paru le 21 juillet 2020, Samuel Laurent se vante d’avoir épinglé un groupe de parole, Team Patriote, qui utilise la messagerie Telegram pour échanger plus librement que sur Twitter. Il écrit : « Le Monde a pu, durant plusieurs semaines, suivre en temps réel les discussions de ce petit groupe emblématique des procédés de « radicalisation » permis par les réseaux sociaux ». Quel beau coup de filet ! Emmanuel Macron et Jean Castex doivent  se réjouir de voir le quotidien subventionné apporter de l’eau à leur moulin, au moment même où ils veulent sanctionner « la haine sur internet » et interdire le pseudonymat.  Samuel Laurent se livre à une sociologie à la noix de coco de ce petit monde : des Français de la périphérie pour lesquels l’immigration, l’islam, le survivalisme, les armes à feu seraient une obsession et qui appelleraient à la « guerre raciale ». Autant dire, des Gilets jaunes de la première heure que Samuel Laurent se félicite d’avoir traqués.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/21/team-patriote-plongee-dans-la-haine-en-ligne_6046790_3224.html

Mais qui est donc Samuel Laurent ?

Il est diplômé de l’École de journalisme de Grenoble, une école sous la houlette de Science Po Grenoble, qui prône « l’engagement social et citoyen ». On peut lire sur le site de cette école, très ancrée à gauche : «  l’EjdG bénéficie de son implantation dans une métropole innovante socialement, politiquement et économiquement ». À mourir de rire lorsque l’on voit le destin tragique de cette ville, devenue l’une des plus meurtrières de France !

https://www.ojim.fr/information-presse-medias/samuel-laurent/

Samuel Laurent intègre le « service politique » du Monde en 2010 puis devient le coordinateur des Décodeurs, un service qui se donne pour but de vérifier les faits et surtout… leur traitement par les confrères ! Cette rubrique a été créée en 2014. Elle a été financée par Google, à travers un « fonds pour l’innovation numérique de la presse » et emploie une dizaine de personnes. En février 2017, les « Décodeurs » se sont dotés d’un outil : le decodex, une application en ligne destinée à évaluer la fiabilité des sources d’information.

Très vite, les accusations de filtrage idéologique se sont multipliées et surtout un conflit d’intérêt évident a vu le jour : peut-on à la fois être un diffuseur d’informations et un vérificateur de leur fiabilité ? Car son activité ne se limite pas au « fact checking » ! Dans un article du Monde, en date du 16 mars 2017, il est bien question de traquer les médias qui « avancent masqués » qui « manipulent les faits et images », qui « noient la propagande au milieu d’articles anodins » : une véritable Gestapo des médias ! Sous couvert d’objectivité, c’est en fait une chasse aux sorcières, consistant à diaboliser, avec la complicité des fournisseurs d’accès, tous les sites non conformes à son idéologie.

Une activité de plus en plus contestée et qui finit devant les tribunaux

Les « Décodeurs » visent plus spécialement les sites d’informations locales comme Rhône-Alpes Infos, Nord Actu, Breizh info, Nice Provence, Paris Vox qu’ils qualifient d’identitaires et de vrais « faux sites d’information ».

Élisabeth Lévy, de Causeur, fait remarquer que Fdesouche est classé orange par le decodex alors que ce site, spécialisé dans la revue de presse, ne fait que relayer des informations publiées sur d’autres sites… classés verts ! Cherchez l’erreur ! Charlotte d’Ornellas, chroniqueuse, s’étonne que Russia Today soit en orange, alors qu’Al Jazeera soit en vert. Mais la critique ne vient pas que de la presse classée à droite : le journal Fakir, fondé par François Ruffin de la France Insoumise et géré par des bénévoles, se plaint également d’être affublé d’une pastille orange. À croire que pour Samuel Laurent, un bénévole est nécessairement un sous-journaliste !

Et puis un jour, les ennuis arrivent : s’estimant victime d’un classement défavorable de son site « les-crises », le blogueur Olivier Berruyer porte plainte et gagne son procès en diffamation contre Samuel Laurent et le journal Le Monde. Un précédent qui risque de faire école !

https://www.valeursactuelles.com/societe/le-monde-et-son-journaliste-samuel-laurent-condamnes-pour-diffamation-114077

Le Monde, un quotidien protégé et qui n’est pas si parfait !

Certes, contrairement à BFM TV ou à certains journaux comme Le Progrès, Le Monde s’est bien gardé de reprendre à son compte la piste peu crédible de l’éventualité d’un court-circuit électrique avancée par l’Agence France Presse, dans l’affaire de l’incendie de la cathédrale de Nantes. C’est à son honneur, mais comme les autres médias, le Monde n’est pas à l’abri d’une fake new : c’est ainsi que le quotidien s’est vu épinglé par les Bobards d’Or pour avoir affirmé, en reprenant une dépêche de l’AFP, qu’une chasse aux migrants avait eu lieu à Chemnitz en Allemagne, la veille de l’assassinat d’un jeune Allemand par un Syrien et un Irakien en 2018, alors que cette information s’était rapidement révélée un coup monté. Ce fut le bobard « ratonnade » présenté à la cérémonie des Bobards d’or de 2019.

https://bobards-dor.fr/bobards-dor-2019/bobard-ratonnade-une-chasse-aux-migrants-a-chemnitz/

Avant de conclure, rappelons qu’en 2017, le Monde a bénéficié en 2017 d’une aide du ministère de la Culture à hauteur de 5,018 millions d’euros. Les aides reçues sont tellement nombreuses qu’il est difficile de s’y retrouver ! La Fondation Bill et Melinda Gates lui remet 2,1 millions d’euros pour son supplément Afrique, et une autre subvention de cette même Fondation arrive dans le cadre d’un programme politique bien particulier « Global Policy and Advocacy » (politique mondiale et conseils) dont l’objectif vise à « informer et mobiliser les communautés ». Ajoutons l’aide pour l’acheminement des journaux en province, l’aide « pour la modernisation de la presse », les subventions de Facebook ainsi que des dégrèvements fiscaux pour les journalistes…

Si le Monde n’a pas l’exclusivité de ces aides, on peut tout de même s’interroger sur la pertinence de cette manne d’argent public et privé dont les médias alternatifs, éloignés du politiquement correct sont exclus.

https://droit-finances.commentcamarche.com/faq/33224-aide-a-la-presse-les-journaux-les-plus-aides-par-l-etat#le-monde

https://actufinance.fr/actu/aides-journaux-subventions-presse-6967604.html

https://www.nexus.fr/actualite/news/fondation-bill-melinda-gates-le-monde/

https://www.facebook.com/101441498197889/posts/la-fondation-bill-melinda-gates-justifie-cette-subvention-les-faits-sont-les-sui/149506636724708/

Soulignons aussi que le quotidien Le Monde vit surtout de la commande publique : la France comptait  61 860 écoles et établissements publics et privés du secondaire, ayant quasiment tous un ou plusieurs abonnements au Monde. Rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’un des objectifs des Décodeurs est de « sensibiliser » les enseignants aux sources d’information “fiables” !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_D%C3%A9codeurs

Il faut encore ajouter les universités, instituts de recherche, bibliothèques, hôpitaux, collectivités territoriales (au nombre de 34 970 au premier janvier 2019), les 29 ministères et secrétariats d’État qui constituent une réserve indéfectible de lecteurs !

Mais peut-on revendiquer une exigence éditoriale (et une indépendance rédactionnelle) lorsqu’on dépend d’autant de mécènes et d’institutionnels ? L’héritage d’Hubert Beuve-Méry serait-il devenu la Pravda du régime ?

Hector Poupon

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires