Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Selon l'entourage de Jean-Marie Le Pen, le FN truque la consultation de ses adhérents en comptabilisant de faux questionnaires

26 Janvier 2018, 07:46am

Publié par Thomas Joly

Il s’agirait de favoriser le soutien à un changement de nom du parti, lors de son prochain congrès, en mars.

D’ici au congrès du FN, les 11 et 12 mars, Jean-Marie Le Pen compte bien parasiter la pénible refondation du parti. D’abord, par la sortie du premier tome de ses Mémoires, prévue quelques jours avant le grand raout de Lille. Ensuite, en n’excluant pas de se rendre carrément à la fête, si la cour d’appel de Versailles annule, le 9 février, comme ce fut le cas en première instance, son exclusion du parti. Mais pour l’heure, le “Menhir” surveille de très près les conditions de dépouillement du questionnaire envoyé par sa fille aux 80.000 adhérents. Questionnaire dont les premiers résultats révélaient une résistance farouche à 80 % au changement de nom du parti, selon RTL. À Montretout, une rumeur concernant la sincérité de la consultation inquiète Jean-Marie Le Pen : selon son entourage, de « faux questionnaires cherchant à faire parler les abstentionnistes » seraient comptabilisés afin d’inverser la tendance.

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

N’Guessan validé, Drec’hen recalé : les prénoms à apostrophe acceptés pour les immigrés, interdits pour les Bretons

26 Janvier 2018, 07:26am

Publié par Thomas Joly

Le procureur de la République de Rennes a-t-il décidé de gonfler les voiles de la droite nationale ? On peut se le demander en observant ses étranges décisions concernant l’état-civil. Ouest-France a en effet révélé que le magistrat avait refusé d’accéder au désir de parents qui souhaitaient donner à leur enfant un prénom breton traditionnel, Drec’hen, né en août 2017, en raison d’une apostrophe. Mais, dans le même temps, il a accepté des prénoms d’origine étrangère possédant eux aussi une apostrophe.

Enfin et surtout, la même ville de Rennes a accepté plusieurs prénoms comprenant une apostrophe, et ce après l’entrée en vigueur de la circulaire de 2014 : N’Guessan et Chem’s, en 2015, D’jessy en 2016, N’néné et Tu’iuvea en 2017. Quatre appellations d’origine africaine et polynésienne, en l’occurrence. La situation est donc ubuesque. Sur le sol breton, des prénoms d’origine étrangère seraient donc admis tandis que des appellations traditionnelles seraient refusées. On marche évidemment sur la tête.

Gênée, la municipalité de Rennes a depuis avancé un autre argument, encore plus surréaliste. « Les officiers de l’état-civil ont en effet accepté des prénoms contenant une apostrophe, car ils ont considéré que, dans ces cas précis, l’apostrophe ne changeait pas la prononciation du prénom. Alors qu’en Breton, le C’h change la prononciation. » Inventant ainsi un « délit de sonorité » qui n’existe dans aucun texte officiel.

Le procureur, lui, a depuis fait savoir qu’il allait « procéder, de manière précise et détaillée, à un nouvel examen de cette situation juridique, en lien avec l’administration centrale ». On ne saurait le lui déconseiller.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Vrais clandestins, faux homosexuels : la Cour européenne de justice interdit aux États européens de vérifier la véracité de l’orientation sexuelle

26 Janvier 2018, 07:21am

Publié par Thomas Joly

La Cour européenne de justice a jugé que les États membres ne peuvent soumettre un demandeur d’asile à des tests psychologiques pour vérifier son orientation sexuelle.

La Cour a établi que cette vérification constitue une ingérence disproportionnée dans la vie privée. L’homosexualité est l’une des raisons pour lesquelles les pseudo-réfugiés prétendent être persécutés dans leur pays.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

30 minutes islamiquement incorrectes avec Pierre Cassen

26 Janvier 2018, 07:19am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Les grandes maisons d'édition ont subi des pressions pour ne pas publier les mémoires de Jean-Marie le Pen

26 Janvier 2018, 07:17am

Publié par Thomas Joly

On le savait mais cette anecdote en dit long sur la liberté d'expression en France et sur le courage des grandes maisons d'édition :

Très attendu, parce que maintes fois annoncé, le premier tome des Mémoires de Jean-Marie Le Pen, portant sur la période 1928-1972, paraîtra en mars prochain. Les mastodontes parisiens ayant boudé sa publication, c’est donc Muller, petite maison d’éditions d’Asnières-sur-Seine, qui a raflé la mise. Après avoir lu l’ouvrage, Robert Laffont a préféré décliner l’offre. Idem pour Albin Michel, contraint pour sa part de céder à la pression de certains de ses auteurs phares, telle Amélie Nothomb, menaçant de changer d’éditeur

Ceux qui hésitaient entre le dernier roman d'Amélie Nothomb et les mémoires du président d'honneur du FN ne devraient plus hésiter longtemps... Enfin, que cela bénéficie à la maison d'édition Muller, dirigée par Guillaume de Thieulloy, ne pourra que réjouir les lecteurs du Salon beige (voir son interview ici).

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Mobilisation des patriotes contre l'immigration clandestine à Ouistreham samedi 3 février !

25 Janvier 2018, 19:32pm

Publié par Thomas Joly

Samedi 3 février à 14h, à Ouistreham (14), Esplanade Alexandre Lofi, Carl Lang et le Parti de la France donnent rendez-vous à tous les Français attachés à leur identité et à leur terroir pour un grand rassemblement contre l'immigration clandestine.

Après le démantèlement de la « Jungle » de Calais, Ouistreham est une nouvelle cible pour les migrants décidés à passer en Angleterre, ainsi que pour les agitateurs d'extrême-gauche qui souhaitent installer durablement dans cette ville ces étrangers entrés illégalement sur le territoire français. Ce qui constituerait un véritable appel d'air pour d'autres migrants du monde entier.

C'est par la mobilisation populaire que nous ferons entendre la voix de la majorité silencieuse qui refuse cette invasion migratoire illégale dont nos gouvernants sont les complices et même les promoteurs.

Samedi 3 février, dites non à la colonisation migratoire !

Pour tout renseignement : arpecourriel@gmail.com

Voir les commentaires

Guillaume Canet déclenche l'hystérie de la bien-pensance parce qu'il se moque de la dévirilisation de l'homme blanc

25 Janvier 2018, 07:58am

Publié par Thomas Joly

Guillaume Canet a posté mercredi un montage photo sur Instagram avec en légende « Rock’n Roll ! » (titre de son dernier film). A gauche, un cliché de Steve McQueen, torse nu, en train de touiller un café, à droite, une photo extraite d’un défilé où l’on voit un mannequin androgyne porter une sorte de top ridicule et un short à volant. A gauche, la mention « 1960 », à droite « 2018 ». Un montage censé montrer qu’en 1960, il y avait encore des hommes, des vrais, alors qu'en 2018, ce sont les hommes efféminés qui sont mis en avant.

Ce trait d'humour, simple constat de la réalité contemporaine, n'a évidemment pas plu aux terroristes de la pensée qui se sont déchaînés contre l'acteur, sur les réseaux sociaux et dans la presse ; celui-ci a depuis supprimé sa publication.

Voir les commentaires

Le chanteur-épave Cali se ridiculise en quittant le plateau de CNews parce qu'il perd ses moyens devant Éric Zemmour

25 Janvier 2018, 07:46am

Publié par Thomas Joly

Jeudi matin, Pascal Praud présentait un nouveau numéro de son émission L'heure des pros sur CNews. Les chroniqueurs sont notamment revenus sur l'annulation de la condamnation d'Eric Zemmour pour provocation à la haine par la Cour de cassation.

Sur le plateau, le polémiste faisait face à Cali. Mais, au cours du débat, quinze minutes après le début de l'émission, le chanteur a quitté le plateau. "J'attends votre repenti. Est-ce que vous pouvez présenter, en direct, des excuses à Youssoupha et à tous les rappeurs que vous avez humiliés ?", a demandé l'artiste. "Je ne présente pas mes excuses à un type qui dit qu'il voulait me tuer", a alors répondu Eric Zemmour avant que le chanteur Cali se mette debout. "Asseyez vous, asseyez vous", a lancé l'animateur.

"Pendant des années, le service public a donné la parole à ce monsieur. Ce monsieur a provoqué, a présenté la haine, a dit des mots terribles qui ont fait du mal à des gens. Et encore aujourd'hui, on lui laisse la parole (...) Je ne veux pas être sur le plateau avec le monsieur. Je ne veux pas être le complice...", a lancé le chanteur vexé avant de quitter le studio.

Quelques instants plus tard, Pascal Praud a tenu à réagir à ce départ. "Je n'aime pas l'attitude de Cali, parce qu'elle est caricaturale. Je la regrette. D'autant que Cali savait très bien que vous serez sur le plateau ce matin. Ce n'est pas agréable", a expliqué le journaliste.

Source : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-377319-le-chanteur-cali-a-quitte-ce-matin-le-plateau-de-cnews-en-decouvrant-qu-eric-zemmour-etait-invite-regardez.html

Voir les commentaires

Lynchage médiatique du joueur de tennis Tennys Sandgren accusé d'être « d'extrême droite »

25 Janvier 2018, 07:42am

Publié par Thomas Joly

En ce mois de janvier se déroulent comme tous les ans les internationaux d’Australie de Tennis, premier tournoi du Grand Chelem de l’année. Et à défaut d’y voir les prouesses de joueurs ou de joueuses français, on a pu assister dans la presse mainstream au lynchage médiatique en règle d’un nouveau tennisman américain d’avenir, Tennys Sandgren.

« Tennys Sandgren est-il d’extrême droite ? », ou encore « Tennys Sandgren rattrapé par ses relations troubles avec l’extrême droite » pouvait-on lire dans la presse française (ne parlons même pas de la presse américaine qui est à l’initiative du lynchage) , cette même presse qui avait en son temps fait la promotion du militantisme de gauche de Lilian Thuram ou d’extrême gauche de l’athlète Yohann Diniz

Pour faire court, Tennys Sandgren a 27 ans, et a débuté sa carrière pro en 2011. Il est entré sur le circuit ATP en avril 2017 lors du tournoi de Memphis, éliminé ensuite au 1er tour à Roland Garros et à l’US Open. Mais c’est en ce mois de janvier 2018 qu’il s’est révélé, en atteignant les quarts de finale de l’Open d’Australie, défait par le coréen Chung Hyeon, après avoir tout de même éliminé Wawrinka et Thiem. Une défaite à laquelle le lynchage médiatique a contribué, incontestablement, ce joueur de tennis n’étant surement pas préparé à devoir se justifier sur sa vie extra-sportive.

Que lui est-il reproché par les hyènes ? D’avoir un compte twitter et de relayer, de temps à autre, des articles ou des déclarations émanant de personnalités classées par le système à l’extrême droite (de l’anglais Tommy Robinson au sud africain Dan Roodt en passant par quelques leaders de l’Alt-right américaine).

On lui reproche également d’avoir expliqué qu’il n’y avait pas de racisme systémique aux Etats-Unis, car sinon il aurait été impossible que Barack Obama devienne président. Du bon sens donc…Mais également de s’être affiché comme sceptique, voire hostile, concernant Hilary Clinton : «Il y a tellement de femmes incroyables fortes et intègres. Des femmes avec un grand esprit et des grandes qualités morales. Hillary n’en est pas une.»

Ou encore de ne pas avoir apprécié une soirée dans un club gay et de l’avoir fait savoir. Crime suprême !

Tennys Sandgren a alors été sommé de s’expliquer, devant le tribunal médiatique, véritable Inquisition chargée de définir qui mérite d’être soutenu ou pas, y compris dans le sport ( On pense à Jean Baptiste Baretta de TennisMag qui rentre dans la danse en écrivant « En lisant tout ceci, on se dit quand même que l’aventure australienne de Tennys Sandgren avait bien assez duré.» comme si les opinions politiques du sportif avaient un quelconque rapport avec ce sport)

Et  ce dernier – bousculé et sans doute déstabilisé – ne s’est pas démonté, envoyant un revers à la face de tous ces nouveaux censeurs :  « Qui vous suivez sur Twitter n’a pas d’importance. Les informations que vous voyez ou commentez ne dictent pas ce que vous pensez ou croyez. Je crois que c’est fou de penser ça. Je trouve certains contenus intéressants, mais je ne soutiens pas. Je suis un chrétien, je soutiens le Christ. »

Et de mettre l’ace final , suite à un tweet de la joueuse afro américaine Serena Williams appelant ses followers à ne pas regarder son match (elle qui joua une exhibition avec Donald Trump…) :

« Vous cherchez à placer les gens dans des petites cases afin d’ordonner le monde selon des idées préconçues. Vous déshabillez l’individu pour le diaboliser collectivement. Après quelques « follows » et quelques « likes », mon destin a été scellé dans vos esprits. Afin d’écrire une histoire sensationnaliste, vous avez pris des raccourcis pour me désigner comme l’homme que vous voulez désespérément que je sois. Vous préférez entretenir la machine à propagande plutôt que vérifier des informations. Vous déshumanisez avec un stylo et du papier.

Ce faisant, vous pouvez précipiter l’enfer que nous souhaitons tous éviter. Je crois fermement que la plus grande valeur doit être accordée à la vertu de chaque individu, indépendamment du sexe, de la race, de la religion ou de l’orientation sexuelle. Mon job est de poursuivre mon chemin en essayant de devenir le meilleur de moi-même et d’incarner l’amour que le Christ a pour moi, car c’est à lui que je réponds et à lui seul. »

Rien que pour faire hurler les nouveaux kapos du journalisme sportif – bien épaulés par les professionnels du lynchage et de la délation – on ne peut que souhaiter une belle carrière à Tennys Sandgren, en espérant que « la bête immonde » hante un maximum sportivement les télévisions françaises en juin prochain, à l’occasion de Roland Garros.

Source : http://breizh-info.com

Voir les commentaires

L'engeance socialiste de la mairie de Stasbourg demande la fermeture du bar associatif patriote L'Arcadia et la dissolution du Bastion Social

25 Janvier 2018, 07:39am

Publié par Thomas Joly

Voici le communiqué de Steven Bissuel, Président du Bastion social :

« Le maire socialiste de Strasbourg Roland Ries, ardent défenseur du droit des étrangers, ainsi que ses amis/soutiens demandent la fermeture de l'Arcadia et la dissolution du Bastion Social pour des motifs complètement fallacieux.

Ces politiques savent que nous faisons le travail qu'ils ont été incapables de réaliser pendant des décennies, bien installés dans leur place grassement payée.

Ils savent, Roland Ries en tête, que nous sommes la voix du peuple, ce peuple qu'ils font mine d’écouter à l’occasion des échéances électorales afin de renouveler leur mandat. Ils ont peur de notre ascension et ont raison !

A l’heure où les représentants de la ville de Strasbourg demandent la fermeture de notre local, des espaces d'extrême-gauche comme le Molodoï sont subventionnés à hauteur de 23 000€ par an depuis des décennies (ce lieu dont les travaux de rénovation ont par ailleurs été financés à hauteur de 500.000€ d’argent public !) avec la complaisance de la caste politique locale. Rappelons au passage que le Bastion Social et son antenne strasbourgeoise sont intégralement auto-gérés tant financièrement que politiquement, et ne fonctionnent qu’avec l’aide et la contribution de ses membres et de ses sympathisants… le tout pour servir le bien commun et agir sur la politique locale !

Nous sommes l'alternative aux technocrates à la solde du mondialisme destructeur des identités, aux de défenseurs du politiquement correct et aux élites complètement déconnectées des réalités des Français !

Il y a des Français qui ne se rendent pas ! »

Voir les commentaires

Un surveillant pénitentiaire : « Vous savez ce que je redoute aujourd’hui ? Qu’on m’égorge, qu’on me décapite »

25 Janvier 2018, 07:18am

Publié par Thomas Joly

Témoignages glaçants de surveillants de prison mais aussi de détenus dans Paris Match, qui titre : Les prisons françaises sous la coupe des islamistes

Extraits :

« Avant, chaque matin, j’avais peur de trouver un gars pendu dans sa cellule. Vous savez ce que je redoute aujourd’hui ? Qu’on m’égorge, qu’on me décapite, qu’on me plante une lame dans le dos. Au nom de l’islam et de Daech. Tous les jours, en allant travailler, j’ai cette peur qui me bouffe le ventre. »

« A l’intérieur [de la prison], l’état de guerre… c’est puissance dix. »

« Autrefois, les comportements agressifs étaient liés aux difficultés du quotidien. A présent, la haine et la violence se déchaînent à l’encontre de l’autorité, de notre société, de ses valeurs. Pas surprenant que, face à la radicalisation, les surveillants deviennent des cibles. »

« Les radicaux dealent le shit quatre fois plus cher “à l’intérieur” que dehors. Leur profit ? Jusqu’à 10 000 euros par mois. Ce qui leur permet d’accumuler les appareils électroniques, la nourriture, les produits d’hygiène. Ils offrent leur butin aux plus vulnérables, aux détenus fragiles, isolés, qui leur deviennent redevables, et le piège se referme. »

«En prison, il faut survivre. Ça veut dire dormir sereinement, manger à sa faim. Pour ça, tu dois te rapprocher d’un camp. Sinon, au mieux, tu souffres. Au pire, tu crèves. Quand j’ai été incarcéré aux Baumettes, les barbus m’ont offert protection et téléphone portable… contre les cinq prières par jour. Je n’étais pas pratiquant, mais j’ai obéi. J’ai lu leur Coran, porté la djellaba, arrêté la musique dans la cellule, pris ma douche en caleçon. J’avais une vie pieuse, parce que c’était le seul moyen d’avoir la paix. On fait tous pareil, même les catholiques ! Un jour, ils m’ont demandé si j’étais prêt à faire le djihad. Ils disaient qu’ils pouvaient m’aider à organiser une action violente à l’extérieur. Ou à l’intérieur… »

« Ils se savent surveillés, se rasent, fument du shit. Ils sont polis, parfois aimables. Avec des profils atypiques, comme cet ingénieur nucléaire ou cet étudiant en médecine. Surtout, ils évitent les effets de masse, ils ciblent une proie à la fois ».

« Les coups ont toujours existé. Mais aujourd’hui, il y a le risque des armes. Les fouilles sont réduites et les couteaux en céramique, les téléphones en plastique ne sonnent pas sous les portiques. Il y a aussi les bricolages. Régulièrement, nous découvrons des lames de 20 centimètres, aiguisées d’un côté, crantées de l’autre, fabriquées à partir d’une plaque en métal récupérée dans les ateliers. »

« La prison est une boule de cristal. Ici, on observe ce qui se passera ailleurs plus tard. » 

Voir les commentaires

Déjeuner-militant en Bretagne à Bruz (35) avec Thomas Joly le dimanche 4 février

25 Janvier 2018, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Dimanche 4 février, à l'invitation du PdF Bretagne, Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, sera à Bruz (à côté de Rennes) pour un déjeuner militant suivi d'une galette des rois.

Participation aux frais : 25 € (tout compris)

Réservation obligatoire au 06.09.53.93.84

Voir les commentaires

Les migrants de Calais racontés façon « Plus belle la vie » par Yann Moix

25 Janvier 2018, 07:05am

Publié par Thomas Joly

Au micro de France Inter, Yann Moix s’est livré à un numéro d’indignation sélective de toute beauté. Calais, terre d’infamie ! On y frappe des migrants, on en gaze… C’est horrible. Il le sait, il y est allé. Il a vu de ses yeux les victimes des CRS qui – il le précise – ne sont pas à blâmer puisqu’ils ne font qu’obéir à des ordres. Il est lucide, Yann Moix. Enfin, presque… Juste d’un œil. L’autre est fermé. Si, un jour, il parvient à l’ouvrir, il reviendra dans le studio de France Inter pour dénoncer les agressions dont sont victimes les routiers de Calais, il pleurera les trente jeunes de moins de 25 ans tués à l’arme blanche à Londres entre janvier et juillet 2017, il s’indignera des sévices sexuels dont les femmes font les frais un peu partout en Europe, de l’augmentation de 400 % des viols en vingt ans d’immigration en Suède… Mais chaque chose en son temps. Pour l’instant, l’ami Moix en est à dénoncer avec force lyrisme les violences soi-disant subies par ceux régulièrement mis en cause dans les délits précités. Violences que – soit dit en passant – personne ne songerait à approuver, à la différence près que le chroniqueur de Ruquier voit dans cette forme de répression policière, hélas très fréquente à l’égard de manifestants, une atteinte à la dignité humaine sans précédent.

Pour défendre cette noble cause (qui n’est pas sans rappeler les heures les plus sombres), Yann Moix se sent pousser des ailes de résistant…

Quand un enfant de 16 ans vous regarde les yeux rougis par des gaz lacrymogènes… Dans le dialecte romantico-gnangnan, l’adolescent devient un enfant… Un enfant est un bébé et un vieillard de 92 ans un galopin. L’auditeur sort un premier mouchoir. Il n’est pas au bout de ses peines. Du lourd se profile : il y a, parmi les Afghans, des gens qui connaissent Victor Hugo sur le bout des doigts (0,002 %) et qui sont venus en France pour ça. Ils arrivent et on les frappe… Et même pas avec un dictionnaire ou une encyclopédie – ce qui serait un moindre mal pour ces assoiffés de culture…

L’auditeur file chez « Carrefour Drive » récupérer sa commande de quinze paquets de Kleenex® grand format. Cette fois-ci, c’en est trop. Des migrants culturels frappés par des CRS, mais dans quelle France vivons-nous ? Mais il y a pire encore : on nous fait accroire que c’est au moment où les migrants entrent dans les camions qu’on les gaze. C’est faux. Et quand même ce serait vrai, ce serait détestable et illégal. Comme chacun le sait, la mission des forces de sécurité est, au contraire, d’aider les clandestins de Calais à monter dans les camions. De leur aménager des nids douillets parmi les palettes de pudding que la France exporte vers l’Angleterre… Au point où nous en sommes, il n’est pas interdit d’apporter sa petite touche personnelle à la fiction que nous raconte Yann Moix… Et ensuite ? Que se passe-t-il ? L’auditeur est à cran. France Inter tient son Plus belle la vie à la sauce bobo. Monsieur Moix, voici votre contrat. Signez là. Demain, vous nous raconterez l’attentat du Bataclan, dont tout le monde est sorti indemne… Si vous le voulez bien !

Jany Leroy

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Alexandre Gabriac propose de donner le livre « Epouse-la et meurs pour elle » à tous les pseudo-réfugiés qui laissent femme et enfants au pays

24 Janvier 2018, 07:42am

Publié par Thomas Joly

« J’imagine que, comme ce brave « réfugié », si la guerre venait à frapper notre pays vous abandonneriez femme et enfants immédiatement !

Epouse-la et meurs pour elle est un livre que nous leur donnerons en cadeau lorsque nous arriverons au pouvoir, cela leur fera de la lecture pendant la route de la réémigration ! »

Alexandre Gabriac

Voir les commentaires

Méditerranée : Les migrants musulmans balancent les chrétiens à la mer

24 Janvier 2018, 07:40am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires