Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Hystérie antiraciste : bientôt, on sera contraint de dire que les Chinois sont blonds !

30 Décembre 2017, 11:56am

Publié par Thomas Joly

Il paraît que le savoir progresse. Possible. Toutefois, ce doit être comme la fortune : les écarts se creusent et la masse des abrutis augmente en proportion.

Premier au hit-parade des sujets où ces sombres crétins se vautrent : l’antiracisme.

Chez ses pourfendeurs, tout est prétexte à démangeaisons, depuis les gâteaux de la pâtissière jusqu’aux santons de Provence et leur crèche en passant par les comptines enseignées aux enfants de maternelle. C’est, en effet, le dernier sujet d’indignation de la France antiraciste : une comptine distribuée à des petits enfants d’une maternelle d’Aubervilliers. Elle s’intitule « Chang, le petit Chinois ». La voici :

« Chang est assis,
Il mange du riz,
Ses yeux sont petits,
Riquiquis
Chang me sourit,
Quand il me dit :
« Veux-tu goûter à mes litchis ? »
T’es dans ton bateau qui tangue,
T’as mal dans tes tongs,
Tu vois des orangs-outangs,
Ta tête fait ping-pong,
Ping ! »

Ouh là là, horreur et putréfaction ! J’en ai les poils qui se dressent.

La publication de la comptine sur Facebook et Twitter par le président de l’Association des Chinois résidant en France « a provoqué un véritable tollé, érigeant un véritable tribunal virtuel », nous dit Le Figaro. Poussé par des parents « horrifiés » (sic), M. Sacha Lin-Jung dit avoir voulu « pointer les clichés et stigmatisations racistes et faire comprendre gentiment en quoi c’est déplacé »

Hélas, l’adverbe « gentiment » est un mot qui n’a pas cours sur les réseaux sociaux, lieux où s’expriment sans retenue tous les délires. Ainsi ce parent qui écrit : « La semaine dernière à la maternelle de mon fils, ils ont chanté cette chanson lors de la chorale, j’étais outré ! Même n’étant pas asiatique, c’est tellement raciste que ça m’a éclaboussé en pleine face. »

Vite, une cellule psychologique !

Mais il y a mieux, et le champion du pédalage dans la choucroute (racisme anti-alsacien) est assurément Dominique Sopo, président de SOS Racisme. Toujours à la pointe du combat, il a dégainé son index pour balancer ce post :

« Une effarante comptine apprise à l’école. Remplie de clichés, avec tout ce que cela suppose de grossier, elle réduit les Chinois (et donc, dans l’esprit de beaucoup, les personnes d’origine asiatique) à quelques traits sommaires, avec une petite référence physique bien dégueulasse. Ainsi, le jeune Chinois dont il est question aurait des yeux “riquiquis”. Évocation très ethno-centrée qui consiste à voir la normalité à travers ce que l’on est soi-même. […] Comment dès lors accepter que des personnes soient réduites à quelques clichés et renvoyées à une anormalité physique qui rime toujours avec illégitimité citoyenne ? »

En conséquence de quoi M. Sopo « vient de demander au ministère de l’Éducation nationale que ce texte – non officiel – ne puisse plus être utilisé dans des écoles ».

Je vais vous faire ici une confidence : j’ai appris à lire dans Le Voyage de Macoco. J’aimais tant l’histoire de ce Kirikou d’autrefois que ma mère m’avait confectionné un coussin à son effigie. J’ai adoré ce livre qui a accompagné mon enfance et celle des enfants de ma génération. Compte tenu des images « effarantes » et « bien dégueulasses » qu’il véhiculait, si j’en crois M. Sopo (Macoco, qui avait les cheveux crépus et les lèvres charnues, vivait dans une case…), je devrais sans doute m’en repentir jusqu’à la fin de mes jours.

Toujours prompt à intervenir sur les sujets mettant la nation en péril, le ministère de l’Éducation a annoncé qu’il saisissait le rectorat de Créteil pour faire cesser ce scandale raciste. Retirée, donc, la comptine qui se chantait depuis dix ans au moins…

Alors, répétons-le tous en chœur : il n’y a ni jaunes, ni noirs, ni verts, ni rouges, nous sommes tous blonds et blancs !

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

90 000 plaintes enregistrées par le CSA cette année : notre société est complètement schizophrène !

30 Décembre 2017, 11:45am

Publié par Thomas Joly

90.000 alertes reçues par le CSA durant l’année 2017. Mais ce chiffre et son augmentation laissent songeur : 38.000 plaintes avaient été enregistrées en 2016, 9.000 seulement en 2015.

Soit ces saisines sont fondées et les programmes incriminés sont réellement indécents ; soit les téléspectateurs font preuve d’une hypersensibilité devenue inquiétante. Comme souvent, la vérité doit se situer entre les deux, ou plutôt tenir à la fois des deux explications. Et ce nouveau record me semble être le signe que notre société est de plus en plus schizophrène.

Certaines émissions dénoncées au CSA ont sans doute contrevenu à la déontologie fixée par la loi de 1986. Ainsi, 43 % des plaintes concernent le « canular homophobe » de Cyril Hanouna en mai dernier. Mais si de tels programmes existent, et si Cyril Hanouna sévit toujours (personne n’ayant osé toucher à son poste), c’est qu’ils font de l’audience. On m’objectera qu’on peut aimer la provocation, l’outrance, mais juger que certaines limites ne doivent pas être franchies. Voire. Mais s’amuser ouvertement des pitreries insolentes d’un enfant, n’est-ce pas l’encourager à la surenchère ? La chose vaut aussi pour un adulte, surtout quand il y a des millions à la clé.

Un peu dans la même veine, ce fait divers du PAF, survenu mardi sur le plateau du tout nouveau jeu de C8, présenté par Jean-Luc Lemoine, « Couple ou pas couple ? » Le « concept » (comme on dit pompeusement), aussi délicieusement poétique que son titre, en est ainsi résumé par 20minutes : « Le principe du nouveau jeu de C8 consiste à reconstituer six couples parmi les photos de vingt inconnus. » Et voilà-t-il pas que « deux candidats du nouveau programme ont multiplié les clichés sur les homos », suscitant un gros « malaise en plateau ». Faut-il s’en étonner ? Puisque « les participants, qui jouent pour 50.000 euros, jugent en prenant en compte l’aspect physique, c’est la porte ouverte aux gros clichés à l’antenne », analyse finement le journal. Là encore, c’est un peu comme offrir à un enfant de quatre ans un tambour en lui enjoignant de ne pas faire de bruit.

J’imagine, par ailleurs, que la plupart des 39.000 téléspectateurs qui, après le sinistre canular d’Hanouna, se sont rués sur le formulaire mis à leur disposition sur le site du CSA n’auraient pas levé le petit doigt si un homosexuel avait été agressé sous leurs yeux par une petite frappe. On a un grand cœur, mais peu de cran. On s’émeut, on s’indigne, mais de préférence les deux fesses bien enfoncées dans le canapé. C’est humain. On peut même excuser ce réflexe de délation qui permet de se donner bonne conscience à peu de frais, d’avoir, peut-être, l’impression d’œuvrer au bien commun.

Ce qui est plus inquiétant, ce sont ces propos de Guillaume Blanchot, directeur général du CSA, qui revendique « une volonté plus importante d’ouverture du CSA », précisant : « On a voulu développer le lien avec le téléspectateurs [car] malgré ce que certains imaginent, on n’a pas d’armée de collaborateurs pour surveiller la télévision. » Des troupes de volontaires destinées à remplacer une armée régulière pour assurer la sécurité nationale, cela s’appelle… des milices. C’est assez cocasse quand on sait que le CSA « a pour mission de garantir la liberté de communication audiovisuelle en France ».

Christine Célérier

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Arsenal nucléaire nord-coréen : les États-Unis pourraient frapper la tyrannie communiste d’ici à 12 semaines

30 Décembre 2017, 11:36am

Publié par Thomas Joly

Une guerre dans la péninsule coréenne se précise. C’est ce qu’indique un ancien cadre de la CIA, James Rickards. Face à la rapide progression du programme nucléaire de la tyrannie communiste nord-coréenne, les USA et leurs alliés pourraient décider d’agir d’ici à trois mois.

« Le problème financier et géopolitique le plus important dans le monde aujourd’hui est la guerre qui se rapproche entre les USA et la Corée du Nord, probablement au cours des douze prochaines semaines.

Comment puis-je être aussi sûr du timing ? Le directeur de la CIA me l’a dit.

Lors d’une rencontre privée à Washington, le 20 octobre 2017, le directeur de la CIA Mike Pompeo a dit à un petit groupe de réflexion (y compris moi) qu’il serait imprudent de présumer qu’il faudrait encore « 5 mois » à la Corée du Nord pour disposer d’un arsenal nucléaire fiable composé de missiles balistiques. Ceux-ci pourraient frapper les villes américaines et tuer des millions d’Américains.

Cinq mois à compter du 20 octobre 2017, c’est le 20 mars 2018. C’est une date limite mais la guerre commencera probablement avant.

Cela créerait un élément de surprise et éviterait la surprise d’un déploiement d’armes stratégiques plus tôt que prévu de la part du leader nord-coréen Kim Jong Un. »

Pourquoi les USA décideraient-ils de détruire le régime communiste alors qu’ils ont coexisté avec la Chine et la Russie durant la Guerre Froide ?

James Rickards évoque un élément crucial : jamais la Russie ou la Chine n’ont déclaré vouloir utiliser leur arsenal nucléaire contre les USA, sauf si elles étaient elles-mêmes attaquées en premier lieu. La Corée du Nord quant à elle a explicitement affirmé vouloir détruire les USA par l’arme nucléaire.

Tyrannie

Ensuite, le régime nord-coréen est une tyrannie sous le contrôle personnel de Kim Jong Un. L’attitude des USA face à un tyran consiste à prendre au pied de la lettre ce qu’il affirme et non à extrapoler sur ses intentions.

Lorsque Kim Jong Un affirme vouloir détruire les USA grâce à son arsenal nucléaire offensif, Washington part du principe que ce dernier veut vraiment dire ce qu’il dit.

Prolifération 

Autre point crucial : la prolifération nucléaire. Si la Corée du Nord se dote de l’arme nucléaire, le Japon et la Corée du Sud voudraient l’acquérir également, pour des raisons défensives. Dans le même temps, l’Iran voudrait aussi s’en doter – pour des raisons offensives – avec l’aide de Pyong Yang, ayant constaté qu’il était possible de violer l’ordre international pour y parvenir.

Si l’Iran s’en dotait, la Turquie, l’Egypte et l’Arabie Saoudite voudraient suivre. Ces pays, mutuellement hostiles, se trouveraient en situation de déclencher un conflit nucléaire régional aux ramifications catastrophiques.

Pour les USA, laisser la Corée du Nord se doter d’un arsenal nucléaire illégalement reviendrait à laisser cette prolifération se dérouler.

Kim Jong Un a d’ores et déjà décidé de ne pas reculer et de se doter de l’arme atomique. De leur côté, les USA estiment que la situation générale sera considérablement aggravée si la Corée du Nord devient une puissance nucléaire. En conséquence, ils sont déterminés à stopper la Corée du Nord.

Pékin, tout comme Pyong Yang, estime qu’il s’agit là d’un « bluff » et que le Président Donald Trump finira par reculer et accepter le fait accompli. Pour James Rickards, les deux commettent une lourde erreur d’évaluation.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Mort d’une grande d’Espagne : Carmen Franco, fille unique du Caudillo

30 Décembre 2017, 11:28am

Publié par Thomas Joly

La fille de Franco est morte à Madrid ce vendredi 29 décembre 2017. Elle était âgée de 91 ans. Carmen Franco y Polo était la fille unique de celui qui conduisit les destinées de l’Espagne de 1939 à 1975. Elle portait les titres de 1re duchesse de Franco et de grande d’Espagne, titres que le roi Juan Carlos Ier lui avait accordés le 26 novembre 1975.

Elle était née en septembre 1926, quelques mois après que son père avait été nommé général de brigade. À 34 ans ! Le plus jeune général d’Europe. En 1950, elle avait épousé Cristóbal Martínez-Bordiú (1922-1998), 10e marquis de Villaverde. Ce chirurgien fut le premier Espagnol à effectuer une transplantation cardiaque. On lui reprocha surtout l’acharnement thérapeutique sur son beau-père, dont l’agonie dura de longues semaines, jusqu’à sa mort le 20 novembre 1975. Sept enfants étaient nés de cette union dont une fille, elle aussi prénommée Carmen, qui épousa en 1972 Alphonse de Bourbon (1936-1989). La fille du général Franco était donc la grand-mère maternelle de Louis de Bourbon, duc d’Anjou, né en 1974, dit Louis XX, chef de la maison de Bourbon, aîné de tous les Capétiens et prétendant au trône de France.

En 2008, la duchesse de Franco avait confié ses souvenirs à deux historiens, Jesús Palacios et Stanley G. Payne, souvenirs publiés sous le titre Franco, mi padre. Un livre dans lequel celle que l’on surnommait Carmencita clamait son admiration et son amour pour son père. Mon père ce héros, pas ce salaud, pourrait-on dire. « Je suis sa fille et je ne vais pas vous dire beaucoup de choses négatives sur lui », avertissait-elle dans les premières pages de cette somme de 800 pages où l’on découvre par le petit bout de la lorgnette familiale le Caudillo, aujourd’hui tant détesté, surtout par ceux qui n’ont pas connu l’époque. Pour elle, son père avait été le sauveur de l’Espagne. Pas de repentance, donc. Cela dit, a-t-on jamais eu une quelconque repentance de la part des descendants des rouges qui fusillèrent à tour de bras bonnes sœurs et curés durant cette terrible guerre civile espagnole ? L’Église catholique a, du reste, reconnu 1.875 martyrs durant cette guerre.

La sortie du livre en 2008 avait, évidemment, été l’occasion d’une polémique : on allait humaniser Franco. Comme si l’homme, comme si tout homme, était d’un bloc : tout bien ou tout mal. Du reste, la duchesse confiait dans ce livre que la devise de son père était en quelque sorte « Œil pour œil, dent pour dent ». À la violence, Franco répondait par la violence. Et l’on sait que, durant les guerres civiles, la vengeance atteint des sommets paroxysmiques. Les années de fin de règne du Caudillo furent aussi rudes. 1970 : procès de Burgos où 16 nationalistes basques de l’ETA, accusés d’assassinat, furent condamnés à de lourdes peines, dont la mort pour certains (mais, sous la pression internationale, aucun condamné ne fut exécuté). 1973, assassinat par l’ETA, dans un attentat à la bombe, de l’amiral Blanco, président du gouvernement. 1974, dernière exécution au garrot d’un condamné à mort…

Carmen Franco y Polo savait évidemment tout cela. Et l’assumait d’une certaine manière en déclarant : « Après tout, son régime était une dictature, mais à cette époque cela n’avait pas la même connotation qu’aujourd’hui. »

La mort de la fille unique de Francisco Franco Bahamonde est peut-être l’occasion de citer un court passage du testament politique du Caudillo : « N’oubliez pas que les ennemis de l’Espagne et de la civilisation chrétienne sont vigilants. »

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom

29 Décembre 2017, 19:30pm

Publié par Thomas Joly

Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom
Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom
Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom
Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom
Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom
Un pasteur dégénéré de 79 ans SDF car son mari roumain de 24 ans le quitte peu après avoir eu l’appartement à son nom

Un pasteur anglais qui avait « épousé » un « mannequin roumain » de 54 ans plus jeune a été laissé sans-domicile fixe et presque sans le sou après avoir rompu seulement quelques jours après lui avoir offert l’appartement.

Le révérend retraité Philip Clements, 79 ans, a épousé Florin Marin, 24 ans, après l’avoir connu sur un site de rencontre et avoir vendu sa maison à Sandwich, dans le Kent, pour acheter un appartement à 100.000 € à 1.500 miles de chez lui en Roumanie.

Quelques jours après que M. Clements eut remis les clés du nouvel appartement de Bucarest à M. Marin, les deux hommes se sont disputés et se sont séparés.

M. Clements est retourné au Royaume-Uni les mains vides et doit maintenant compter sur ses amis pour avoir un toit au-dessus de sa tête.

Le « couple » avait pris position contre les règles de l’Église d’Angleterre qui interdisent aux ecclésiastiques de se marier avec quelqu’un du même sexe et s’étaient mariés dans le cadre d’une cérémonie grotesque qui s’était tenue au Ramsgate Register Office en avril de cette année.

Lire la suite : http://www.fdesouche.com/927739-angleterre-pasteur-retraite-de-79-ans-sdf-mari-roumain-de-24-ans-quitte-apres-lappartement-a-nom#

Voir les commentaires

Une « division secrète » pour lutter contre la fraude fiscale des Juifs de France ?

29 Décembre 2017, 15:26pm

Publié par Thomas Joly

La France a instauré une division secrète au ministère de l’Économie et des Finances pour lutter contre la fraude fiscale présumée des Juifs de France, affirme le très sérieux  journal financier israélien Globes.

“Tranquillement, sous le radar, un département secret a récemment ouvert ses portes dans le seul but de faire face à l’évasion fiscale des Juifs de France”, dénonce Globes.

Selon ses informations, le ministère a recruté une vingtaine de personnes parlant l’hébreu, notamment des Juifs de France ayant vécu par le passé en Israël.

“C’est un département inhabituel, qui, autant qu’on le sache, n’a pas d’équivalent dans le monde. Les autorités fiscales n’établissent pas un département pour enquêter en particulier sur une nationalité ou une religion. Ceci est particulièrement déroutant quand il s’agit de la France, qui se définie comme une république laïque, qui s’abstient de “marquer” les gens en fonction de leur religion”, s’étonne Globes.

Interrogé par Globes, l’avocat Itay Bracha, un expert fiscal représentant des clients français vis-à-vis des autorités fiscales en Israël et en France, a affirmé qu’il s’agit “d’une procédure nouvelle et problématique qui discrimine les Juifs de France. C’est une démarche extrêmement inhabituelle et rare dans laquelle une autorité fiscale dans un pays étranger établit un département spécial pour s’occuper des Juifs”, a-t-il souligné.

Contactée par le journal financier israélien, l’ambassade de France en Israël a nié en bloc les révélations. “Les autorités françaises luttent contre la fraude fiscale et menent des enquêtes sur des cas individuels, conformément aux accords internationaux.  Nous nions l’existence d’une telle division secrète”, a assuré l’ambassade.

Source : https://www.lemondejuif.info/2017/12/revelations-explosives-dun-media-israelien-france-instaure-division-secrete-lutter-contre-fraude-fiscale-juifs-de-france/

Voir les commentaires

Donald Trump ironise sur le réchauffement climatique avec la vague de froid aux États-Unis, les fanatiques glapissent

29 Décembre 2017, 11:28am

Publié par Thomas Joly

Le président américain a ironisé ce jeudi 28 décembre sur le réchauffement climatique, alors que le nord des Etats-Unis est balayé par une vague de froid extrême avec des températures jusqu'à -40°C.

« Dans l'est, cela pourrait être la veille du jour de l'an LA PLUS FROIDE jamais enregistrée. Peut-être qu'on pourrait utiliser un peu de ce bon vieux réchauffement climatique que notre pays, mais aucun autre pays, s'apprêtait à payer DES TRILLIONS DE DOLLARS pour s'en protéger. Couvrez-vous! », a tweeté Donald Trump.

Voir les commentaires

Plus de blanches et de noir.e.s en musique…

29 Décembre 2017, 11:22am

Publié par Thomas Joly

France Musique nous apprend que l’Orchestre symphonique de Boston vient d’être invité à diversifier sa programmation. Trop de Gershwin, de Bartók, pas assez de Beethoven, de Berlioz ? Vous n’y êtes pas du tout. Pas assez de compositeurs de couleur. Pas assez de femmes. Une soixantaine de musiciens de la région de Boston ont donc adressé une lettre ouverte – c’est toujours mieux qu’une lettre anonyme – à la direction de l’orchestre symphonique pour lui demander plus de diversité dans les programmes musicaux.

Il a, en effet, été constaté que, pour la saison 2017-2018, sur les 73 pièces programmées, on n’en trouvait qu’une seule composée par une femme et aucune par un compositeur de couleur. On en est donc là, aujourd’hui : même la musique n’échappe pas à cette fuite – j’allais dire fugue – en avant vers plus de diversité et de parité.

On imagine que, très bientôt, un collectif de sportifs publiera une lettre ouverte pour exiger plus de diversité dans les courses de 100 mètres aux Jeux olympiques. Des quotas, peut-être ? Ce qui donnera une chance aux personnes de non-couleur de gagner une médaille. Des quotas, ce n’est pas une mauvaise idée. C’est ce que demandent les signataires de cette lettre. À la clef, que le taux d’œuvres composées par des femmes ou des personnes de couleur passe à 20 % pour la prochaine saison.

Plusieurs questions nous viennent alors immédiatement à l’esprit. Pourquoi 20, pas 15 ou 25 % ? Pourquoi pas, carrément, 50 % d’ailleurs, puisque les femmes représentent plus de 50 % de l’humanité ? Comment va-t-on comptabiliser les compositeurs femmes de couleur ? Il faut y penser et, du reste, la très sérieuse Women’s Philharmonic Advocacy, une organisation qui se donne pour mission de donner plus de visibilité aux compositrices, ne répertorie-t-elle pas sur son site Internet l’« Orchestral Music by Women of African Descent » (la musique d’orchestre composée par des femmes de descendance africaine) ? Au passage, on imagine le tollé que susciterait un répertoire qui établirait la liste de la musique d’orchestre composée par des hommes de descendance caucasienne… Et puis, évidemment, la question ne manquera pas d’être posée rapidement : quid des transgenres ? La question n’est pas baroque en ces temps postmodernes.

Maintenant, ne soyons pas machos et avouons que l’on connaît moins de noms de compositrices que de compositeurs. Si l’on vous dit Clara, beaucoup d’entre vous vont d’abord penser à Clara Morgane plutôt qu’à Clara Schumann (1819-1896), sans doute l’une des plus grandes pianistes du XIXe siècle et épouse de Robert Schumann (1810-1856). Sait-on, par exemple, que c’est une compositrice française, Mme Brillon de Jouy (1744-1824), amie de Benjamin Franklin, grande interprète de clavecin et de piano-forte, qui composa en 1777 une « Marche des insurgés » pour célébrer une victoire des Américains sur les Anglais durant la guerre d’indépendance ? Les pétroleuses de la Women’s Philharmonic Advocacy doivent l’ignorer car je ne trouve pas ce nom sur leur liste des compositrices. Mais je ne voudrais pas troubler la belle harmonie qui doit régner dans cette association de harpies (rien à voir avec des joueuses de harpe !).

Quant à introduire de la couleur dans la musique, Jean-Sébastien Bach (1685-1750), compositeur et musicien allemand d’origine caucasienne, y songea, bien avant que l’on inventât la notion de quotas, en écrivant sa « Fantaisie chromatique et fugue » ! Il est vrai, aussi, on l’aura noté, que la musique est figurée par des blanches et des noires…

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Un comptable belge licencié pour « faute grave » après avoir « liké » du contenu soi-disant raciste sur Facebook

28 Décembre 2017, 21:34pm

Publié par Thomas Joly

L’arrêt récemment publié (mais rendu le 24 mars 2017) concerne le cas d’un travailleur licencié pour faute grave, après que celui-ci a été rappelé à l’ordre par son employeur à la suite de partages douteux sur son « mur » Facebook. L’homme diffusait en effet des liens renvoyant à des mouvements qui soutenaient la « quenelle », ce geste inventé par le comédien français Dieudonné et qui rappellerait le salut nazi dans l'esprit de certains tordus. Convoqué par son employeur, le comptable s’était engagé par écrit à retirer les contenus incriminés, considérés comme susceptibles de « heurter l’opinion publique » et de ternir l’image de l’ASBL, expose L’Echo.

L’homme avait cependant « récidivé » en « likant » des publications similaires, ce qui a entraîné son licenciement. L’employé a donc saisi la cour du travail de Liège qui a donné raison à l’employeur. Une sentence confirmée en appel.

Le comptable invoquait son droit à la liberté d’expression. Selon lui, « aimer » un contenu sur Facebook n’équivalait guère à le partager. « Il est vrai que l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme reconnaît le droit de chacun à s’exprimer librement », commente à Belga Me Jacques Englebert, avocat spécialisé en droit des médias. « Toutefois, elle précise également que les salariés ont un devoir de loyauté, de réserve et de discrétion envers leur employeur. »

À cet égard, la jurisprudence belge (mais aussi française) tend à considérer l’expression sur les réseaux sociaux comme publique et donc susceptible de contrevenir à ce devoir. « Avec les réseaux sociaux, on ne sait jamais très bien quelle est la portée d’un propos. C’est plus public qu’on ne le pense », prévient Me Englebert.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Le maire musulman de Londres menace ses administrés qu'une visite de Donald Trump aurait des conséquences pour leur « sécurité »

28 Décembre 2017, 15:20pm

Publié par Thomas Joly

Le maire de Londres, le musulman d’origine pakistanaise Sadiq Khan, a une nouvelle fois fait part de son opposition à la venue du président américain Donald Trump en expliquant que la capitale britannique était « un exemple de tolérance, d’acceptation et de diversité » et ne pouvait en conséquence accueillir le chef de l’État.

Sadiq Khan, un ancien avocat de terroristes d’Al Qaeda liés au 11 septembre proche du mentor des attaques de Charlie Hebdo (lire ici), a fait cette réponse par écrit à un membre du conseil municipal de la ville qui lui demandait comment faire en sorte que Donald Trump se sente « bien accueilli » en cas de visite.

L’édile musulman est allé plus loin, rappelant qu’il avait « déjà appelé Theresa May à annuler cette visite d’état mal avisée » car elle mettrait « les intérêts et la sécurité des Londoniens » en jeu avant de conclure que toute visite officielle ne « serait pas la bienvenue ».

En mettant en balance la sécurité des Londoniens avec une visite à caractère politique, Sadiq Khan procède à l’habituel chantage qu’utilisent les organisations terroristes musulmanes pour parvenir à leur fin. Ici, en l’occurrence, rompre l’alliance entre les USA et la Grande-Bretagne au profit de l’islam.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Vite, une cellule psychologique pour Gérard Collomb !

28 Décembre 2017, 13:44pm

Publié par Thomas Joly

Le Canard enchaîné révèle, ce mercredi, que ce pauvre Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, aurait confié à ses proches en « avoir un peu marre de passer pour le facho de service ». Dans toute institution, et donc dans un gouvernement, il faut un gentil et un méchant, c’est bien connu. Un classique que le patron de toutes les polices de France devrait tout de même connaître, et on ne nous fera pas croire qu’il n’a jamais vu un film policier de sa vie, au moins la veille de sa prise de fonction, histoire de se documenter sur les habitudes de la maison.

Il faut un gentil. Il faut un méchant. C’est comme ça. Regardez, sous Chirac, le gentil Raffarin avait pour ministre de l’Intérieur le méchant Sarkozy qui voulait « kärcheriser » tout partout. Et ça plaisait beaucoup aux gens. Jean-Marc Ayrault était gentil, brave – comme on dit par chez nous –, et Valls pouvait s’en donner à cœur joie en fronçant les sourcils place Beauvau. Comme il ne sait pas faire autre chose, lorsqu’il rejoignit Matignon, il garda le rôle du méchant et c’est Cazeneuve qui récupéra en toute logique le rôle du gentil à l’Intérieur. Et l’on pourrait multiplier les exemples. C’est presque une loi physique.

Or, dans le casting actuel, le gentil, c’est Édouard Philippe. Et apparemment, cet homme, qui semble fait pour le bonheur, préfère le rôle du gentil. Il est Premier ministre, donc c’est lui qui décide de son rôle. Ça aussi, c’est un truc vieux comme le monde : c’est le chef qui décide. Et ça aussi, Gérard Collomb, qui a vu couler beaucoup d’eau entre Rhône et Saône, devrait le savoir. Donc, Gérard, avec ta face de Carême, tu vas te coltiner le rôle du méchant, et si t’es pas content, y a un TGV pour Lyon toutes les heures… Parce que le gentil sait aussi être méchant quand il faut. Mais là, j’invente.

Au fait, pourquoi « facho de service » ? Les annonces du gouvernement sur la future politique d’immigration et d’accueil des migrants, évidemment. Comme on dit, les critiques fusent d’un peu partout : à gauche, mais aussi dans les rangs composites de La République en marche. L’ex-camarade de jeu socialiste Benoît Hamon a même parlé, la semaine dernière, de politique « infâme ». « Le procès que l’on me fait est assez malhonnête », aurait confié Gérard Collomb. On devine que le grand humaniste qu’il est a du mal à endosser le pardessus de l’« infamie » ! Du reste, explique-t-il, cette politique, c’est pour « protéger les migrants » qu’elle sera mise en œuvre : « Si l’on veut vraiment agir pour protéger les migrants qui risquent leur vie dans les pays dont ils viennent, il faut bien savoir qui est qui. » C’est vrai, mais les naïfs qui imagineraient une seconde que c’est d’abord pour protéger la France, son identité et les Français que cette politique sera mise en œuvre devraient y réfléchir un instant.

Espérons, néanmoins, qu’il ne sera pas nécessaire de mettre en place, au sein du cabinet de Gérard Collomb, une cellule psychologique pour soutenir le ministre. Il devrait se dire qu’on a connu pire, à l’Intérieur. Tenez, en 1947, l’année de naissance de Gérard Collomb. Grandes grèves en France, notamment dans le bassin minier du Nord. La CGT et le Parti communiste attisant le feu. Une répression policière sévère. En première ligne, le ministre de l’Intérieur socialiste Jules Moch. À l’Assemblée, qui ne ressemblait pas encore à un congrès de télévangélistes, les communistes se déchaînent. Florilège : « Chiens couchants ! », « Vous avez soif de sang ! », « Émule de Goebbels ». La presse n’était pas mal non plus. Dans L’Humanité : « L’Histoire stigmatisera la conduite de ce perroquet vaniteux, technocrate et synarque. » Ou encore : « Tous les Français dignes de ce nom vous haïssent […] vous plus que tout autre, Jules Moch qui faites pire que les nazis. »

Le « facho de service » Gérard Collomb peut toujours se réconforter en lisant les journaux de son année de naissance.

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Pour « décoloniser la Belgique », une « artiste » africaine se grime en Saint-Nicolas

24 Décembre 2017, 14:00pm

Publié par Thomas Joly

La pseudo-artiste « belge » d’origine rwandaise Laura Nsengiyumva a décidé de ridiculiser une tradition belge de fin d’année en proposant un Saint Nicolas…femme et noire.

« C’est toi, la femme de Saint Nicolas ? » Telles ont été les réactions incrédules des petits garçons d’un club de football à Evere, un quartier de Bruxelles, surpris par la visite début décembre d’une « Queen Nikkolah » des plus originales. Ce n’est pas un homme blanc déguisé en Saint Nicolas de Myre, la figure de père Noël fêté le 6 décembre en Europe du Nord, qui est venu leur donner des bonbons et leur demander s’ils avaient été sages durant l’année. Ils ont en revanche reçu la visite d’une étrange africaine tout de rouge vêtue, arborant une mitre grotesque faite de perles et de cheveux.

« Les enfants ont tout déconstruit très vite et n’étaient pas surpris, ils étaient là pour les bonbons, les cadeaux, la fête », a déduit Laura Nsengiyumva.

Les parents, issus de « l’extrême diversité » (sic) de Bruxelles, l’une des villes les plus envahies d’Europe, étaient déjà conquis en arrivant. « Ils étaient soulagés de pouvoir vivre cette fête autrement et j’ai eu des retours très positifs », note la blasphématrice.

Source : http://www.fdesouche.com/925567-decoloniser-belgique-saint-nicolas-femme-noir#

Voir les commentaires

Quand les « vegans » nous prennent pour des dindes

24 Décembre 2017, 13:03pm

Publié par Thomas Joly

La bêtise est décidément incommensurable et intarissable. Ainsi voit-on pousser, depuis une semaine, une dizaine de panneaux d’affichages dispersés dans Paris, montrant une tête de chien rôtie sur un plateau de Noël, avec le slogan « Si vous ne pourriez pas manger un chien, pourquoi manger une dinde ? Changez de tradition : devenez végan. »

D’abord, parce qu’elle sonne atrocement à l’oreille – et que, partant, pour cette seule raison, cette campagne de sensibilisation devrait être aussitôt doublée d’une tout aussi impérative campagne de défense de la langue française –, on relèvera cette impardonnable faute d’orthographe qui consiste à associer la conjonction « si » avec le conditionnel. Qui ne sait que, lorsqu’on emploie celle-là, qui exprime déjà une condition, il est redondant et inutile de la doublonner d’un verbe conjugué au conditionnel et exprimant, comme son nom l’indique… la condition.

Cette campagne a été mise en œuvre par PETA France (People for the Ethical Treatment of Animals), association fondée en 1980, spécialisée dans la défense des droits des animaux, dont la maison mère est basée dans l’État de Virginie. Ceci expliquant, sans doute, cela, les affiches ayant vraisemblablement été conçues et rédigées par des Américains.

Voilà pour la forme, laquelle, pour un Français soucieux de ne pas laisser maltraiter la langue de Du Bellay, occulterait volontiers le fond. En l’espèce, celui-ci est d’une rare stupidité démontrant, à l’occasion, l’aveuglement, jusqu’au délire, des zélateurs « antispécistes » de la cause animale. Ainsi, opposer, par le mot et l’image, deux « traditions » alimentaires ou coutumes culinaires, au nom d’une soi-disant autre tradition végétarienne (foin de cet affreux anglicisme « vegan » si répandu), relève de l’escroquerie intellectuelle. La consommation d’un aliment carné (le porc, dans un premier temps, remplacé ensuite par la dinde) à Noël est une coutume européenne ancienne, de la même façon que la cynophagie a cours au Vietnam, en Corée, en Chine, en Indonésie, voire dans certaines contrées africaines.

L’homme est omnivore. Il ne s’agit pas d’un fait de culture mais de nature, ce qui signifie que si la nécessité de s’alimenter est physiologiquement objective, le choix d’ingérer tel ou tel aliment ressortit à la subjectivité la plus intégrale. Chercher à imposer le végétarisme à coups de 4×3 publicitaires, outre son présupposé « progressiste », implicite et trompeur, s’inscrit dans une démarche totalitaire.

Or, le vrai problème n’est pas la consommation de viande mais sa méga-industrialisation planétaire et toutes les conséquences sanitaires et écologiques qu’elle engendre au mépris de toutes les lois phylogénétiques et écosystémiques régissant le vivant depuis l’aube de l’humanité. Il s’ensuit inévitablement un processus de rentabilité turbo-capitalistique qui ne peut faire l’économie de la maltraitance animale qui, en dépit des normes sanitaires existantes, est une indéniable réalité.

En outre, l’on ne signalera jamais assez que la prolifération de pratiques alimentaires exotiques, du fait de la présence massive, sur le sol européen, de mahométans d’importation, ne plaide guère non plus en faveur du bien-être animal. Une fois de plus, la nature n’a plus rien à voir quand nous sommes en présence de faits foncièrement culturels ravalant nos amis les bêtes à la froide conscience cartésienne de l’animal-machine.

Finalement, en nos sombres temps postmodernes, les animaux sont pris en tenaille entre l’option libérale-capitaliste de l’Occident et le rigorisme halal-musulman, tous deux abondamment encouragés par les deux dogmes irréfragables du libéralisme et de la laïcité.

Aristide Leucate

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Diplômé de l'université de Rennes, l'imam salafiste de Brest pourra devenir « référent laïcité »

23 Décembre 2017, 19:14pm

Publié par Thomas Joly

Il a défendu un islam ultraconservateur et souvent considéré comme proche du salafisme : l'imam de Brest Rachid El Jay, connu sous le nom de Rachid Abou Houdeyfa, s'est-il racheté une conduite ? Il vient en tout cas d'être diplômé par l'université de droit à Rennes 1 en « Religions, droit et vie sociale ».

L'université Rennes 1 précise qu'avec l'obtention de ce diplôme, Rachid Abou Houdeyfa pourra désormais être l'un « des référents laïcité dans divers domaines de la vie professionnelle ou associative ». « Ces référents peuvent être amenés à éclairer, du point de vue du droit, de multiples situations quotidiennes où la question religieuse est susceptible de croiser les règles de l’Etat républicain et laïc », précise l'établissement.

En septembre 2016, l'imam entamait ce cursus universitaire, selon des informations rapportées par Libération, afin de « se conformer aux règles de la laïcité et du vivre ensemble français ». « Soutenus par le ministère de l’Intérieur, ces [diplômes universitaires] sont l’une des actions promues par le gouvernement pour rendre "républicano-compatibles" les imams des mosquées françaises », affirmait le quotidien.

Après un an de cursus, Rachid Abou Houdeyfa ne cache pas sa satisfaction de recevoir ce diplôme universitaire : « C'est un diplôme que l'on demande pour celles et ceux qui désirent être, entre autres, aumôniers dans les hôpitaux, aumôniers dans les prisons. C'est un diplôme intéressant dans le sens où aujourd'hui on entend un peu parler de la laïcité à toutes les sauces », assure l'imam, qui affirme avoir reçu son diplôme avec la mention « bien ».

Néanmoins, un certain nombre d'intellectuels et responsables politiques ne voient dans ce projet universitaire qu'une façade provisoire, qui cacherait la véritable identité du religieux.

Ainsi, l'écrivain palestinien Waleed Al-Husseini, auteur d'Une trahison française, ouvrage dans lequel il défend avec vigueur la laïcité et critique la religion islamique, s'étonne qu'un individu qui « justifiait le viol de femmes non-voilées » reçoive un « diplôme de laïcité ».

Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, interpelle le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en questionnant : « C'est donc un intégriste qui sera référent laïcité ? »

 

Fortement inquiété après les attentats de 2015, sa mosquée subissant une perquisition, Rachid Abou Houdeyfa, est une personnalité qui fait polémique depuis plusieurs années.

L'ancien président de la République, François Hollande, avait même fait référence à Rachid Abou Houdeyfa : « Il est Français, il ne peut pas être expulsé, mais son lieu de prière [...] ce lieu de haine, a été fermé », avait-il déclaré en avril 2016 sur France 2.

La haine dont il est question ici découle des nombreux prêches que Rachid Abou Houdeyfa diffusait abondamment sur internet. Entre autres exemples, en 2012, il avait déclaré : « Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là. » En 2015, il avait affirmé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux que la musique était prohibée par l'islam et que Dieu pouvait transformer ceux qui l'écoutaient en porcs ou en singes.

Source : https://francais.rt.com/france/46764-accuse-pour-ses-preches-radicaux-imam-brest-recoit-diplome-universitaire

Voir les commentaires