Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Une enquête démontre que Twitter pratique la censure des comptes considérés comme « à droite »

12 Janvier 2018, 07:52am

Publié par Thomas Joly

Il s’agit d’un scandale majeur pour l’entreprise américaine Twitter. Des rumeurs courraient depuis des mois sur la politique de modération présumée militante de Twitter. Des membres de l’organisation « Project Veritas » ont décidé de mener l’enquête. Et ont clairement réussi à prouver qu’il existait un énorme problème au sein de Twitter.

Une enquête édifiante pour Twitter

« Enquêter et rendre publique la corruption, la malhonnêteté, la fraude et autres méfaits au sein des institutions publiques et privées afin de favoriser l’émergence d’une société plus éthique et transparente. » Tel est l’objectif affiché de « Project Veritas », cette organisation fondée par James O’Keefe.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les membres de cette organisation ont réussi leur coup. Jusqu’à faire vaciller le géant du numérique ? L’avenir le dire.

Reste que les enquêtes menées en infiltration avec caméras cachées vont poser d’énormes problèmes à Twitter.

Dans une vidéo édifiantes de 15 minutes, James O’Keefe égrène les biais politiques et idéologiques des employés de Twitter découvert durant l’enquête.

La censure de Twitter

Le « Shadow Banning », par exemple, permet aux employés de Twitter de rendre un tweet invisible aux autres utilisateurs sans que son auteur ne puisse s’en rendre compte.

Une vidéo montre un ancien ingénieur de Twitter expliquer cette pratique : « [Les utilisateurs] pensent que personne n’interagit avec leur contenu alors qu’en réalité, personne ne le voit. »

Voir les commentaires

Rappel : présentation et dédicace du dernier ouvrage de Carl Lang à Paris ce vendredi 12 janvier

12 Janvier 2018, 07:40am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

La tueuse de 8 enfants, Dominique Cottrez, libérée après seulement 4 ans de prison

12 Janvier 2018, 07:38am

Publié par Thomas Joly

Dominique Cottrez, condamnée en 2015 à 9 ans d'emprisonnement pour huit infanticides, va être remise en liberté conditionnelle le 22 janvier. Agée de 53 ans, l'aide-soignante avait reconnu avoir tué ses huit bébés, nouveau-nés. Les corps avaient été trouvés dans un pavillon et un jardin du village de Villers-au-Tertre (Nord) en juillet 2010. Dominique Cottrez avait été remise en liberté le 2 août 2012 après deux ans de détention provisoire, puis condamnée le 2 juillet 2015 à 9 ans d'emprisonnement par les assises du Nord. Elle aura passé un peu plus de 4 ans en prison. Elle avait été placée en détention provisoire de 2010 à 2012 puis écrouée à l'issue de son procès en juillet 2015.

Entre un avortement, légal, remboursé, encouragé, et l'infanticide d'un nouveau-né, il n'y a pas grande différence. On s'étonne même qu'elle ait pu faire de la prison...

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Trump déclare préférer des immigrés norvégiens à des Africains « qui viennent de pays de merde »

12 Janvier 2018, 07:15am

Publié par Thomas Joly

Jeudi 11 janvier, à l'occasion d'une réunion en compagnie de législateurs, les participants devaient évaluer la possibilité de restaurer des protections pour les immigrants en provenance notamment d'Afrique, du Salvador et d'Haïti, dans le cadre d'un projet de loi sur l'immigration. Des débats qui ont visiblement agacé Donald Trump.

Alors que M. Durbin lui expliquait qu'un tel accord aurait un impact sur les gens en provenance d'Haïti, Trump a répondu « Haïti ? Pourquoi est-ce qu'on veut avoir des gens d'Haïti ici ? » Et ensuite ils ont parlé de l'Afrique. « Pourquoi est-ce qu'on veut des gens qui viennent de tous ces pays de merde ? On devrait avoir plus de gens d'endroits comme la Norvège. »

Comme l'ont noté de nombreux journalistes, la réponse faite par la Maison Blanche dans la foulée ne niait d'ailleurs pas que le président des États-Unis ait tenu ces propos. Voici le contenu du communiqué : « Certains politiciens à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain. Le président n'acceptera un accord sur l'immigration que s'il s'attaque correctement au système d'attribution de visas par loterie et à la migration en chaîne, deux programmes qui fragilisent notre économie et permettent à des terroristes d'entrer dans notre pays. »

Et le texte continue ainsi : « Comme d'autres pays qui fondent leur politique d'immigration sur le mérite, le président Trump se bat pour trouver des solutions permanentes, qui rendront notre pays plus fort en accueillant ceux qui peuvent contribuer dans notre société, faire grandir notre économie et s'intégrer dans notre grande nation. Il rejettera toujours les solutions de circonstance, faibles et temporaires qui menacent la vie des travailleurs américains et sapent celle des immigrants venus légalement aux États-Unis chercher une vie meilleure. »

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2018/01/11/trump-sen-prend-aux-immigrants-en-provenance-de-pays-de-merde_a_23331271/?xtor=AL-32280680?xtor=AL-32280680

Voir les commentaires

Un terroriste islamiste poignarde trois surveillants dans la prison de Vendin-le-Vieil (62) au cri de « Allah Akbar ! »

11 Janvier 2018, 19:06pm

Publié par Thomas Joly

Trois surveillants du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) ont été blessés ce jeudi après-midi à coups de ciseaux par un détenu islamiste, Christian Ganczarski. L’un des blessés, sérieusement touché, a été transporté en urgence à l’hôpital. Son pronostic vital ne serait pas engagé.

Ganczarski, un Allemand converti à l’islam, a été condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle pour complicité dans l’attentat contre la synagogue de Djerba, en Tunisie (21 morts en avril 2002).

Il se trouvait à l’isolement depuis ce week-end. A l’ouverture de sa cellule, l’agresseur présumé se serait jeté sur les agents en criant : « Allaou Akbar ».

Une source interne à l’administration pénitentiaire indique que le détenu a visé la carotide sans y parvenir. Selon une source policière, sa peine arrivait à échéance en février.

Le parquet de Paris s'est saisi des faits. L'enquête, ouverte du chef de tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, a été confiée à la SDAT (sous-direction anti-terroriste) et à la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure).

Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/vendin-le-vieil-un-detenu-islamiste-poignarde-trois-surveillants-11-01-2018-7495452.php

Voir les commentaires

« Je partirai pas, Allah akbar ! » : un clandestin maghrébin sème le chaos dans l’avion qui l’expulse de France

11 Janvier 2018, 18:35pm

Publié par Thomas Joly

Quel dommage de se passer de cette « chance pour la France »...

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Violences sexuelles et féminisme : où va s’arrêter le délire ?

11 Janvier 2018, 18:22pm

Publié par Thomas Joly

Va-t-on, demain, traîner des femmes en place publique pour les tondre parce qu’elles ont refusé de « balancer leur porc » et de se présenter en victimes d’une gent masculine honnie ? Au train où vont les choses, et vu les torrents de boue déversés sur la Toile aujourd’hui, tout est possible.

J’ai commencé par prendre tout cela en rigolant, mais cette histoire est arrivée à un tel degré d’hystérie qu’elle devient dangereuse.

Repartons quelques jours en arrière.

Mardi 9 janvier, cent femmes – parmi lesquelles figurent Élisabeth Lévy, Catherine Deneuve, Catherine Millet ou Ingrid Caven pour les plus connues – publient, dans Le Monde, une tribune qu’elles ont voulu intituler « Des femmes libèrent une autre parole ». Mais souhaitant sans doute une accroche plus polémique, le quotidien a titré « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ».

De fait, si elles estiment « légitime » la « prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes », elles déplorent que celle-ci vire à la curée et que cette « libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices ! » Ce qui revient, une fois de plus, à « enchaîner [les femmes] à un statut d’éternelles victimes, de pauvres petites choses sous l’emprise de phallocrates démons ».

« Nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité », écrivent-elles, affirmant « le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste. »

Que n’ont-elles pas dit là !

Réponse cinglante, ce mercredi sur Franceinfo.fr, dans une tribune de Caroline De Haas cosignée par une trentaine de militantes féministes sous le titre « Les porcs et leurs allié.e.s ont raison de s’inquiéter ». Un texte d’une rare violence et d’une inquiétante malhonnêteté dans la déformation du propos et l’amalgame, comme en témoigne cet extrait : « Les femmes sont des êtres humains. Comme les autres. Nous avons droit au respect. Nous avons le droit fondamental de ne pas être insultées, sifflées, agressées, violées. Nous avons le droit fondamental de vivre nos vies en sécurité. En France, aux États-Unis, au Sénégal, en Thaïlande ou au Brésil : ce n’est aujourd’hui pas le cas. Nulle part. »

Mais ça n’était pas assez et Caroline De Haas en a remis une couche au micro de France Info : « Les signataires de la tribune du Monde sont pour la plupart des récidivistes en matière de défense de pédocriminels ou d’apologie du viol. Elles utilisent une nouvelle fois leur visibilité médiatique pour banaliser les violences sexuelles. Elles méprisent de fait les millions de femmes qui subissent ou ont subi ces violences. »

Ce n’est plus du crêpage de chignon, c’est de l’appel au meurtre. Et c’est ainsi que Catherine Deneuve est aujourd’hui traînée dans la boue sur les réseaux sociaux : « Les anonymes de la Toile sont déchaînés. La violence verbale donne la nausée. […]. Ça pue la haine », écrit Pascal Praud sur le site du Point.

Il est alors intéressant de savoir qui est cette Caroline De Haas qui mène la danse.
Militante socialiste, porte-parole D’Osons le féminisme !, entrée au cabinet de Najat Vallaud-Balkacem en 2012, elle crée dans la foulée le site 343connards, puis MachoLand. Mais c’est après les agressions du Nouvel An à Cologne, en 2016, qu’elle se fait connaître. À ceux qui pointent alors l’implication des immigrés, elle répond : « Allez déverser votre merde raciste ailleurs. » De même, en mai dernier, elle niera les problèmes des femmes harcelées par les migrants dans le quartier de la Chapelle à Paris.

Car le « porc » n’est que blanc et français, c’est connu.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Propagande de guerre : 82 % des Français seraient favorables à l'accueil des migrants

10 Janvier 2018, 07:51am

Publié par Thomas Joly

L'association immigrationniste Amnesty International a commandé un sondage qui révèlerait que 82 % des Français se disent favorables à ce que les clandestins trouvent refuge dans l'Hexagone. « 63 % des Français pensent que 'le gouvernement devrait davantage les aider', quand 9 % sont même prêts à leur ouvrir la porte de leur logement », détaille le Parisien.

Si la France renvoie l'image d'un pays plutôt replié sur lui-même, c'est « simplement parce que les voix les plus hostiles à l'accueil des réfugiés sont celles qui font le plus de bruit. La majorité accueillante, elle, est devenue silencieuse » analyse de manière délirante Jean-François Dubost, responsable du programme protection des populations pour Amnesty France.

Les résultats fantaisistes de ce sondage-bidon ne sont ni plus ni moins qu'une grotesque tentative de manipulation de l'opinion, une de plus, par des médias aux ordres du pouvoir en place. L'objectif est de faire croire aux Français, très majoritairement hostiles à l'invasion migratoire, qu'ils sont isolés au sein de la population.

Source : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/82-des-francais-se-disent-favorables-a-l-accueil-des-refugies_1457757.html

Voir les commentaires

« Les banlieues brûleront de la Suède jusqu’à Marseille… Si nous échouons, les vies de nos petits-enfants seront ruinées »

10 Janvier 2018, 07:35am

Publié par Thomas Joly

Dans un entretien accordé à la chaîne hongroise Echo TV, le Vice-Premier ministre hongrois Zsolt Semjen a fortement mis en garde contre le caractère « irréversible » des dégâts causés par l’immigration extra-européenne.

« La situation à propos de l’immigration est simple, si nous ratons, nous ne serons plus jamais capables de la redresser. Non seulement nos vies seront ruinées, mais la vie de nos enfants et de nos petits-enfants aussi » a déclaré le numéro deux du gouvernement de Viktor Orban.

Selon le président du Parti Chrétien-Démocrate, la « bureaucratie bruxelloise » veut construire les États-Unis d’Europe en détruisant ceux qu’elle considère comme les plus grands ennemis de « l’Empire Européen », les États-nations, et cherche des auxiliaires dans l’immigration extra-européenne, chez des migrants sans attaches nationales.

M. Semjen a ensuite affirmé que les principaux politiciens de Bruxelles mettaient en danger les citoyens européens, tandis qu’ils se présentent comme les « bons Samaritains qui acceptent les migrants », par opposition aux « mauvaises personnes » qui ne le font pas. Le Vice-Premier ministre a souligné que les futures générations souffriraient des conséquences de l’immigration.

« Que se passera-t-il ? Un jeune homme d’origine immigrée violera une adolescente allemande et le père de l’enfant l’abattra en retour. Des émeutes surviendront dans les ghettos de migrants, ils attaqueront un village et ses habitants se protégeront. Les banlieues brûleront de Malmö (en Suède, ndlr) à Marseille »  a prédit le représentant du gouvernement hongrois.

M. Semjen a enfin souligné les efforts de la Hongrie en faveur des Chrétiens persécutés dans le monde musulman.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Marc-Olivier Fogiel révèle que les Américains sont très majoritairement fiers de Donald Trump

10 Janvier 2018, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Marc-Olivier Fogiel, qui se rend très fréquemment aux États-Unis pour des raisons familiales, se dit surpris par la perception qu’ont les Français de Donald Trump, perception très éloignée de celle des Américains : « Je vois beaucoup de gens là-bas – en dehors de New York, puisqu’à New York, c’est évidemment les anti-Trump. Dans la réalité de l’Amérique pas si profonde que ça, par exemple en Floride, c’est un héros. Je suis halluciné de ce qu’on dit ici, à juste raison je crois, et la façon dont il est perçu par des Américains qui réfléchissent et qui trouvent qu’aujourd’hui il fait beaucoup de bien à leur pays et qui sont fiers d’avoir un président tel que lui. » (Mardi 2 janvier, « C à vous », France 5)

Source : Minute via Le Salon Beige

Voir les commentaires

Un soldat britannique a décapité un djihadiste en Aghanistan avec une pelle par manque de munitions

10 Janvier 2018, 07:14am

Publié par Thomas Joly

Par manque de munitions, un soldat des forces spéciales britanniques SAS a décapité avec une pelle un djihadiste de l’État islamique qui le chargeait, rapporte le Daily Star Sunday. Le sergent expérimenté a tranché la tête du terroriste d’un seul coup, précise le tabloïd.

Après l’avoir neutralisé, le militaire s’est emparé de l’arme de son ennemi pour tuer d’autres djihadistes. Selon les sources du journal anglais, la scène s’est déroulée il y a six semaines lors d’une patrouille dans l’est de l’Afghanistan, à la suite d’une rencontre entre le SAS et d’anciens talibans combattant aux côtés du gouvernement afghan.

Les forces spéciales britanniques sont alors tombées dans un piège tendu par des djihadistes de Daech et ont dû se réfugier dans une ferme pour se protéger de leurs assauts répétés, avant de réclamer un soutien aérien à leur base. « Les SAS pensaient y rester », a précisé une source. Le combat a duré six heures.

« Ils ont conclu un pacte qu’ils ne se feraient pas prendre vivants et juré de se battre jusqu’à la mort », a-t-elle ajouté. « Une capture aurait signifié la torture et une exécution filmée, et ils n’y étaient pas prêts. Ils ont compté leurs balles et quand leurs munitions se sont raréfiées, ils ont attendu que les djihadistes se rapprochent suffisamment pour pouvoir les tuer avec des grenades et utiliser leurs fusils comme massues, c’est alors qu’un SAS a tué un homme avec une pelle. »

Finalement, deux hélicoptères américains Apache, envoyés sur place en renfort, ont fait fuir les insurgés, indique le tabloïd. Et un hélicoptère de transport Chinook est venu les secourir. Au moment de leur arrivée sur zone, la moitié des soldats britanniques n’avaient plus aucune munition. Face aux attaques de Daech en hausse ces dernières semaines en Afghanistan, le nombre de SAS déployés devrait bientôt doubler pour atteindre une centaine d’hommes.

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

L’avenir, ce n’est pas le chèque-énergie pour payer des éoliennes coûteuses et dangereuses, mais les SMR !

10 Janvier 2018, 07:12am

Publié par Thomas Joly

Quand, en 1898, Marie et Pierre Curie découvrent le radium, travaillent sur les « rayons uraniques », ils n’imaginent pas que la radioactivité pouvait aussi tuer et Marie Curie est morte d’un cancer en 1934. Le nucléaire a tué à Hiroshima et Nagasaki, la guerre froide a suivi la Seconde Guerre mondiale et le nucléaire devait servir à effrayer l’ennemi. Les centrales nucléaires étaient avant tout militaires, servaient accessoirement à fabriquer de l’énergie électrique…

Une de ces centrales « à double usage » a explosé suite à des ordres contradictoires donnés à des responsables terrorisés et c’est depuis lors que « Tchernobyl » fait craindre les centrales nucléaires. Le tsunami de Fukushima a été exploité pour faire durer la terreur : là, personne n’est mort à cause de la radioactivité, la population a été évacuée en masse parce que le seuil de radioactivité a été fixé… 2,5 fois plus bas que la radioactivité naturelle, très faible, en Belgique ! La centrale elle-même aurait mérité un réservoir d’eau correctement installé en plus de pompes à eau.

Bien avant la catastrophe de Tchernobyl en 1987, des chercheurs se penchaient sur un nucléaire uniquement civil. Dès les années 1950, Alvin Weinberg et d’autres étudiaient et ont testé à grande échelle ce qu’on appelle maintenant « le nucléaire de quatrième génération ». Il ne permet pas la fabrication de plutonium 239 de qualité militaire – ce qui a retardé ses progrès de plusieurs dizaines d’années ! Ce nucléaire peut être sans le moindre danger, même en cas d’attaque terroriste ou d’incident majeur. Il existe plus de cinquante types de centrales de quatrième génération et certaines sont plus intéressantes que d’autres. Il y a même des mini-centrales, les SMR (Small Modular Reactor), peu coûteuses et pouvant être installées à côté d’un complexe industriel. Elles sont infiniment plus propres que n’importe quelle centrale thermique actuelle, consomment les fameux « déchets » que Greenpeace veut enterrer à grands frais pour 100.000 ans, ne présentent aucun risque de rayonnement radioactif : très peu de déchets « vivent » 300 ans.

Soyons précis : en brûlant nos « déchets nucléaires » dans ces réacteurs de quatrième génération, nous avons pour plusieurs milliers d’années d’énergie assurée et il y a des réserves d’uranium pour des millions d’années dans la mer.

Certains réacteurs de quatrième génération remplacent l’eau des réacteurs Westinghouse et CANDU par le plomb ou le sodium, d’autres utilisent des sels fondus de fluorure d’uranium ou de thorium dilués dans du fluorure de lithium. À Mol, en Belgique, le projet MYRRHA – déjà reproduit en Chine – active les matières fertiles, thorium et uranium, avec un accélérateur de protons, et il y a d’autres solutions.

Et pourquoi des SMR au lieu de grandes centrales ? Les SMR peuvent être produits en usine, en série, être transportés complets par camion et être mis en service sous terre protégés par le béton armé du bâtiment construit pour les accueillir, le tout en un an. En cas d’incident majeur, de chute d’avion ou d’explosion terroriste, le réacteur s’arrête immédiatement et les matières fissibles coulent dans une fosse compartimentée où elles refroidissent naturellement.

Conclusion : si le nucléaire à eau est devenu cher à installer, la sécurité des meilleurs SMR présentés ici permet de ramener leur prix au dixième à puissance égale, et ceci sans oublier l’avantage lié à l’argent qui ne dort plus ! Ainsi, Areva ne peut plus livrer un réacteur en moins de quinze ans, tandis qu’ici, la mise en service a lieu au bout d’un an. Le parti écolo finlandais l’a bien compris : il propose d’entourer les villes de ces SMR dans les années 2020.

La conférence mondiale annuelle sur les SMR aura lieu en mars 2018, mais qui en parlera dans les médias ? Les SMR ne risquent pas d’enrichir le lobby « vert » mondial qui étend ses tentacules depuis l’Allemagne…

Claude Brasseur ( Mathématicien, chercheur en énergies renouvelables )

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Considéré comme trop blanc et misogyne, le prochain James Bond sera-t-il une femme noire ?

9 Janvier 2018, 07:49am

Publié par Thomas Joly

La productrice Barbara Broccoli a déclaré être ouverte à l’idée que l’agent 007 ne soit plus incarné par un homme blanc.

Si Daniel Craig, engagé pour cinq films, enfilera le mythique costard de 007 pour une dernière mission dans James Bond 25, beaucoup envisagent déjà la suite de l’une des sagas les plus longues de l’histoire du cinéma. Et si les suppositions vont bon train quant à son successeur présumé (Idris Elba, Tom Hiddleston, Michael Fassbender…), ces dernières pourraient bien devenir complètement caduques.

En effet, interrogée par le Daily Mail quant à la possibilité de voir une nouvelle version de l’espion – qu’elle soit féminine, de couleur, ou les deux – la coproductrice des derniers James Bond, Barbara Broccoli, s’est montrée confiante à ce sujet : « Ces films ont tendance à refléter leur époque. Nous essayons donc toujours de repousser les limites un peu plus loin. Tout est possible. Aujourd’hui, c’est Daniel Craig, et j’en suis très heureuse, mais qui sait ce que le futur nous réserve ? »

Une position déjà adoptée par Daniel Craig antérieurement, pour qui cela a peu d’importance : « On peut faire tout ce que l’on veut, tant que c’est crédible et que ça fonctionne. »

La fin de l’ère de l’homme caucasien à tendance misogyne ?

Si la question est récurrente, elle est aujourd’hui terriblement actuelle et s’inscrit parfaitement dans la lignée d’un changement que l’on espère voir se poursuivre à Hollywood – et au-delà.

Déjà l’année dernière, la série britannique culte Doctor Who a su faire preuve de progressisme en faisant de Jodie Whittaker la première femme à incarner le rôle-titre. Bien que la nouvelle en ait offensé certains, elle avait su ravir la majorité des fans, définitivement convaincus.

Visiblement portés par cette petite révolution, de nombreux internautes ont commencé à réclamer la même chose pour le personnage de James Bond. Beaucoup scandaient déjà les noms de Gillian Anderson ou de Charlize Theron pour reprendre le rôle.

Le regretté Roger Moore, qui avait incarné l’agent dans pas moins de sept films, avait d’ailleurs fait part de son point de vue sur un tel changement, en 2015 : « J’ai entendu des gens dire qu’il faudrait une femme Bond, ou un Bond gay. Mais ils ne pourraient être Bond, pour la simple raison que ce n’est pas ce qu’Ian Fleming [le créateur du personnage, ndlr] a écrit. L’idée n’est pas d’être homophobe, ou encore raciste, mais simplement d’être fidèle au personnage. »

Dans le clan des conservateurs, personne ne semble être prêt à abandonner l’idée qu’il se fait de son agent secret favori. Apparu pour la première fois en 1953 dans le roman Casino Royale de l’écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming, James Bond s’est en effet progressivement affirmé comme un symbole de virilité pour de nombreux hommes blancs.

Une image soigneusement conservée dans les 26 adaptations cinématographiques qui en découleront, où chaque acteur lui prêtant ses traits, de Sean Connery à Daniel Craig, se devait de remplir une liste bien établie de prérequis : être beau, blanc, hétérosexuel et britannique.

Et si la saga est prête à se réinventer, il n’a visiblement été acté nulle part qu’elle en soit obligée : l’acteur James Norton (Happy Valley, Grantchester) semble aujourd’hui parti favori dans la course au rôle mythique. Et bien que talentueux, il remplit lui aussi, inévitablement, toutes les conditions traditionnelles.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

En visite en Chine à majorité bouddhiste, Macron décide de visiter… une mosquée

9 Janvier 2018, 07:36am

Publié par Thomas Joly

Un geste « symbolique » de la part du Président de la République pré-musulmane française, qui s'est bien gardé de visiter, par exemple, la Cathédrale de l'Immaculée-Conception de Pékin.

Voir les commentaires

« Avec une incompétente notoire à sa tête, que le FN change ou non de nom, cela ne règlera rien au problème. C'est le chef qu'il faut virer »

9 Janvier 2018, 07:20am

Publié par Thomas Joly

Jérôme Bourbon, Directeur de Rivarol, s'exprime sur la volonté de la Présidente du FN, contre l'avis de ses adhérents, de changer le nom du parti.

Voir les commentaires