Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Contre le terrorisme islamiste : une défense Potemkine ?

17 Septembre 2017, 08:44am

Publié par Thomas Joly

Attentat dans le métro de Londres, attaque d’un militaire à Paris : le terrorisme islamiste ne faiblit pas. Devons-nous nous habituer à vivre avec, comme certains politiques le disent ?

Certes, les pouvoirs publics ne restent pas sans rien faire, la question est de savoir si cette action est efficace.

Des militaires patrouillent jour et nuit dans nos villes ; des blocs de béton poussent sur nos trottoirs ; des murs vont s’ériger autour des monuments symboliques. Mais tout cela n’arrêtera pas les attentats.

Le mode d’action des islamistes (petites cellules autonomes, voire kamikazes isolés, utilisation de véhicules pour tuer ou fabrication d’explosif à bas coût) les rend peu visibles des services de police. Les moyens déployés aujourd’hui non seulement ne les arrêtent pas mais peuvent servir leur dessein. Mobiliser les forces de sécurité dans des missions de surveillance offre aux terroristes des cibles symboliques facilement accessibles, épuise les militaires et les policiers, les détourne d’autres modes d’action plus efficace. Ajouté aux autres moyens de prévention visibles (murs, blocs, etc.), cela crée une insécurité permanente dans l’esprit du public qui instaure un climat de terreur. Ce que cherchent, précisément, les terroristes.

Que faire, alors ? Dans cette guerre non traditionnelle, il faut appliquer les règles de la guerre non traditionnelle. Certes, le terrorisme est assez différent des guerres insurrectionnelles, mais il y a des similitudes. Si nos ennemis peuvent agir sur notre territoire, c’est parce qu’ils y trouvent un milieu qui les accueille et des financements.

Les terroristes et leurs soutiens ne représentent qu’une petite partie des musulmans de France. Pour autant, que ce soit par peur, du fait d’une compréhension biaisée de la solidarité au sein de l’Oumma (la communauté musulmane), à cause de la faiblesse des pouvoirs publics dans les banlieues où ils vivent ou de la culture de l’excuse permanente envers la jeunesse issue de l’immigration, les musulmans de France se taisent et laissent le salafisme étendre ses tentacules. Il est nécessaire de couper les terroristes de cette population.

Il faut pourchasser sans répit et sans faiblesse l’idéologie salafiste : expulsion des imams qui s’en réclament, fermeture des mosquées qui en sont infestées, interdiction de territoire de ses dignitaires et de ses supporters.

Le flot d’immigrés, dont on sait qu’il est favorisé si ce n’est organisé par l’État islamique, amène sur notre territoire de nouvelles populations musulmanes et précarisées, milieu de choix pour recruter de nouveaux terroristes. La politique d’ouverture des frontières sous prétexte d’humanité est pour le moins irresponsable. Déjà, lors des attentats de Paris, on a découvert que certains assaillants étaient entrés en France de cette façon.

L’assèchement des financements est également une priorité, même si le mode d’action des terroristes ne nécessite pas des fonds très importants. Hélas, l’enthousiasme médiatique qui a entouré la venue d’un footballeur au PSG, grâce à l’argent du Qatar propriétaire du club, augure mal d’une telle politique. D’autant moins que ledit pays bénéficie toujours, en France, de conditions fiscales avantageuses et dérogatoires. Pourtant, même l’Arabie saoudite (berceau du wahhabisme et son principal propagateur dans le monde) a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar au mois de juin pour cause de soutien au terrorisme islamiste. Ce que l’Arabie saoudite a fait (sans aucun doute par prudence et de manière hypocrite), l’Occident ne le fait pas.

Notre défense contre le terrorisme est en fait une défense Potemkine : un décor destiné à faire illusion. Combien de morts avant que l’illusion ne se dissipe ?

Pierre Van Ommeslaeghe

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Fête du cochon grillé du PdF Bretagne à Treffendel (35)

16 Septembre 2017, 18:53pm

Publié par Thomas Joly

Samedi 23 septembre, à l'initiative de Jean-Marie Lebraud, Délégué régional, le PdF Bretagne organise une grande fête familiale et patriote à Treffendel (35).

Jean-François Touzé, Délégué national aux études et argumentaires du Parti de la France, et Roland Hélie, Directeur de Synthèse Nationale, seront présents et prendront la parole au cours de cette journée.

La participation aux frais est de 30 € : Cochon grillé, dégustation d'huîtres, boissons, animations, jeux, repas froid le soir.

Réservation obligatoire au : 06.09.53.93.84

Voir les commentaires

Chalon-sur-Saône : Un homme frappe deux femmes avec un marteau en hurlant « Allah akbar »

16 Septembre 2017, 09:48am

Publié par Thomas Joly

Un individu a attaqué au marteau deux femmes dans la ville de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Le terroriste a hurlé « Allah akbar » selon les témoins avant qu’il ne prenne la fuite. Le gouvernement, bien que ne l’ayant pas interpellé ni identifié, a assuré qu’il s’agissait d’un « déséquilibré ».

Le Figaro :

Deux femmes ont été légèrement blessées à coups de marteau aujourd’hui dans les rues de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), par un agresseur « vêtu de noir », qui « aurait crié Allah Akbar », selon un communiqué conjoint de la préfecture et du parquet. De source proche de l’enquête, la piste de l’acte d’un déséquilibré serait privilégiée. L’une d’entre elles a été frappée « à l’arrière de la tête », a précisé le communiqué. Son état a nécessité quatre points de suture.

Et :

« Les deux victimes sont choquées », selon la préfecture et le parquet, qui ajoutent que les agressions ont eu lieu « en fin de matinée » et « à quelques minutes d’intervalle à proximité du centre-ville ». L’agresseur « a aussitôt pris la fuite et ne s’est pas manifesté depuis ». L’homme n’avait pas été retrouvé en début d’après-midi par les forces de police nationale, municipale et de gendarmerie mobilisées. Un hélicoptère tournait au dessus de la ville pour tenter de repérer le fuyard.

Cet attentat djihadiste a été immédiatement qualifié de simple « agression » par le gouvernement français, conformément à la censure de guerre mise en place. En outre, bien que non-identifié et en fuite, le gouvernement a immédiatement évoqué l’acte d’un « déséquilibré », sans qu’aucun élément ne l’indique.
 

Voir les commentaires

Bavière : 48 % de viols en plus…

16 Septembre 2017, 09:31am

Publié par Thomas Joly

Alors que, depuis l’ouverture des frontières aux migrants en 2015 par la chancelière Angela Merkel, les agressions sexuelles et les viols se multiplient à travers l’Allemagne, des statistiques officielles montrent qu’en Bavière, les viols enregistrés par une plainte ont augmenté de 48 % au cours du premier semestre 2017, comparés à ceux de l’année précédente.

Selon la version officielle, les autorités enquêtent afin de comprendre la raison de ce phénomène. En réalité, l’augmentation est essentiellement due à l’afflux des migrants, mais les statistiques sont maquillées, les autorités jouant avec la catégorisation des auteurs de faits, notamment sur la distinction entre migrants et étrangers, mais aussi sur le fait que, lorsque le ou les auteurs ne sont pas découverts, même si le signalement donné par des victimes ou témoins indiquent que le ou les agresseurs ne sont pas d’origine allemande, ceux-ci ne sont pas classés parmi les migrants ou les étrangers… cela afin de limiter, dans les chiffres des viols commis, la part de ces actes attribués aux nouveaux arrivants.

Malgré cela, le nombre de viols commis entre janvier et juin 2017 par ces derniers croît, selon les chiffres présentés au public, de 91 % par rapport à la même période en 2016. Les migrants portent désormais, selon les chiffres officiels enjolivés, la responsabilité de 18 % des viols.

Pendant ce temps, les agressions sexuelles se poursuivent dans cet État du sud de l’Allemagne, pourtant considéré comme étant le plus sûr du pays, sa richesse due à ses performances économiques permettant au très conservateur parti social-chrétien CSU d’y déployer de nombreux policiers et de s’appuyer sur une justice aux condamnations souvent très sévères.

Ainsi, dans la nuit du samedi 9 au dimanche 10 septembre 2017, dans la capitale de la Bavière, une Munichoise de 28 ans s’est rendue dans une discothèque en bus, puis à pied. Un homme l’a alors suivie, agressée par derrière, basculée dans l’herbe, puis traînée dans un buisson, l’a maintenue sur le ventre, lui a arraché son pantalon par derrière et l’a pénétrée sexuellement. Une fois l’acte accompli, l’individu au teint sombre d’une quarantaine d’années a pris la fuite. La police a lancé un avis de recherche.

Le samedi 9 septembre au soir, lors d’une kermesse à Hirschaid, près de Bamberg, toujours en Bavière, de jeunes demandeurs d’asile ont agressé sexuellement, vers 21 h 15, trois Allemandes âgées de 13 à 17 ans. Lors de cette fête populaire, une bagarre a également impliqué des migrants qui ont affronté des Allemands du cru.

Le même jour, aux environs de 10 h du matin, au bord du lac de Simssee, à Roedering, près de Rosenheim, dans le sud de la Bavière, une joggeuse a vu un homme inconnu courir à ses côtés sur une longue distance et lui parler. Soudain, l’individu l’a jetée au sol et violée. La victime a eu beaucoup de mal à se dégager et à courir vers un autre joggeur. Le violeur, un Nigérian dont le dossier de demande d’asile a été rejeté et qui se maintient malgré tout en Allemagne, a alors pris la fuite mais a pu être intercepté par la police.

Encore le même jour, à 21 h 10, à Munich, capitale de la Bavière, deux Allemandes de 24 et 31 ans vivant dans cette ville ont repris leur véhicule sur un parking après avoir quitté un restaurant. Soudain, un Afghan de 50 ans est apparu devant le véhicule et a commencé à se masturber. La police est intervenue et a, après la constatation des faits, relâché l’individu.

Lionel Baland

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Filippetti, NKM : les politiques se recyclent

16 Septembre 2017, 09:17am

Publié par Thomas Joly

Non-événement en mode mineur, mais néanmoins hautement identifié comme tel par le PME (parisianisme médiatique endogame) : l’ancien ministre socialiste, Aurélie Filippetti, aurait été recruté par l’École supérieure de journalisme de Paris.

Le site de ce temple de la pensée formatée de « gôche » (le lecteur, indulgent, voudra bien nous pardonner cette tautologie) le claironne : « Aurélie Filippetti rejoint l’équipe d’intervenants de l’École supérieure de journalisme de Paris. Elle œuvrera notamment à la direction de la formation en communication institutionnelle aux côtés de Jean-Luc Mano. » Pour mémoire, on rappellera que ce dernier, après avoir appartenu à l’Union des étudiants communistes, débuta sa carrière de journaliste à L’Humanité en 1979. On le retrouve aujourd’hui à la tête de l’agence de communication Only Conseil, qu’il a fondée et qui cornaque aussi bien des chefs d’entreprise que des politiques (dont Nathalie Kosciusko-Morizet et Christian Estrosi). Avoir été communiste mène à tout, même à s’écarter du prolétariat.

Le recyclage des politiques est, d’une manière générale, assez spectaculaire. D’abord, il est toujours médiatisé comme pour démontrer urbi et orbi qu’il n’y a pas que la politique dans la vie et que ces professionnels des ors de la République savent aussi emprunter les chemins escarpés du monde du travail. Sauf que ce monde, ensuite, n’est guère celui du smicard ou du cadre moyen obligé de se coltiner, au bas mot, deux heures quotidiennes d’embouteillages sur le périph’ parisien ou lillois ou de transports en commun saturés – quand ils ne sont pas grève. En effet, chez ces gens-là, les Montebourg, Villepin, Chatel, Sarkozy, Fillon, NKM petit salarié ne daigne être. Le carnet d’adresses faisant tout, ici plus qu’ailleurs, le Pôle emploi des politique est tout de marbre bâti, poignées de portes aurifiées et épais tapis rouge, majordomes en gants beurre frais.

La professionnalisation de la politique les a encalminés dans une aristocratie de la connivence, sinon de la collusion (pour ceux qui vont pantoufler dans le privé) et, quoi qu’ils disent qu’ils font – ou feignent de faire –, sauf exception, se soumettent-ils à l’immarcescible et implicite loi d’airain que l’on ne peut se mélanger au commun après avoir été élu de la nation, secrétaire d’État ou ministre. Bref, l’on reste entre soi.

Jusqu’à la publication du décret du 15 avril 2013 supprimant les conditions particulières d’accès à la profession d’avocat des personnes exerçant des responsabilités publiques – heureuse initiative que l’on doit au garde des Sceaux d’alors, Christiane Taubira, une fois n’est pas coutume –, le meilleur tremplin restait la carrière d’avocat, même si l’on n’en avait pas la vocation et encore moins les diplômes. Elle permettait d’acquérir un titre, au risque de ternir une profession qui, depuis belle lurette, n’était plus guère associée, dans l’imaginaire populaire, à la rassurante et non moins noble image d’Épinal du défenseur désintéressé de la veuve et de l’orphelin. On ne comptait plus ces fournées de politiciens qui avaient prêté serment, souvent le temps de se refaire une virginité politique (François Hollande en 1995, Noël Mamère en 2008, Jean-François Copé en 2007 ou Claude Guéant en 2012).

Au fait, NKM animera à partir du 21 septembre, pendant dix semaines, un séminaire sur « l’écologie politique » à Polytechnique. Combien d’enseignants bien plus compétents attendent une telle promotion pour faire vivre leur famille ?

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des magasins vendent désormais en France de l’urine de chameau à boire

15 Septembre 2017, 06:57am

Publié par Thomas Joly

Enrichissement culturel : saviez-vous que, dans la « France d’après », vous pouviez acheter en magasin de « l’urine de chameau » à déguster ? Par exemple, dans un commerce situé à Saint-Etienne et vendant aussi sur internet, est proposé ce breuvage qui est présenté comme pouvant prévenir ou soigner de nombreux maux, jusqu’au cancer.

Source : http://contre-info.com

Voir les commentaires

Une bombe artisanale blesse une vingtaine de personnes dans le métro londonien

15 Septembre 2017, 06:53am

Publié par Thomas Joly

Vers 8h20 heure locale, les secours sont appelés pour "un incident" (sic) à la station de métro de Parsons Green, à Londres. 22 personnes ont été hospitalisées pour des brûlures. La police traite l'attaque comme "un acte terroriste", "c'est un engin explosif improvisé qui est à l'origine de la déflagration", a expliqué explique Mark Rowley, chef de la section antiterroriste de la police britannique.

Sur les réseaux sociaux, les médias publient des photos d'un seau, à l'intérieur de la rame de métro, d'où l'explosion pourrait provenir. Les photos montrent des fils possiblement électrique dépasser de ce seau.
 
L'attaque djihadiste ne fait quasiment aucun doute, sauf pour les médias et politiciens islamophiles...

Voir les commentaires

Un djihadiste tente de poignarder un militaire à Paris, le gouvernement parle d’une « agression »

15 Septembre 2017, 06:48am

Publié par Thomas Joly

Un terroriste a attaqué au couteau des militaires français qui étaient en faction au métro Châtelet. Il a revendiqué son action au nom de l’État Islamique. L’État Français a procédé à une opération active de désinformation selon la censure de guerre décrétée par le gouvernement.

Le Parisien  (source) :

Un militaire de l’opération Sentinelle qui patrouillait au métro Châtelet (Paris Ier et IVe) a été agressé vendredi matin vers 6h30 par un homme armé d’un couteau. L’homme, qui se tenait derrière le militaire, aurait tenu des propos faisant référence à Daech. Il a été maîtrisé par le militaire sans que personne ne soit blessé.

Le Figaro mentionne le fait que le djihadiste fait une allusion floue au cri de ralliement des combattants de l’islam qu’a prononcé le terroriste (source) :

Selon les premiers éléments de l’enquête, confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire, l’assaillant, rapidement maîtrisé par le militaire, aurait tenu des propos faisant référence à Allah.

La presse d’État ne parle plus d’attentat djihadiste en pareil cas mais « d’agression ». Signe des ordres de normalisation donnés par l’État français aux médias gouvernementaux, Paris ne pouvant plus juguler l’inexorable montée en puissance des forces djihadistes en France.

Cette réalité est d’ailleurs corroboré par le langage adopté par le ministre des Armées françaises peu après l’attaque terroriste : « Nous n’en savons pas plus sur les intentions de l’agresseur », a déclaré la ministre des Armées, Florence Parly, sur Europe 1.

Les « agresseurs » djihadistes risquent donc de devenir la nouvelle norme dans l’Hexagone.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Un manuel de CE2 explique que les Francs sont des migrants

15 Septembre 2017, 06:38am

Publié par Thomas Joly

Il s'agit là d'un manuel de CE2 édité chez Nathan.

Nous sommes évidemment en face d'une œuvre de propagande dont le but est de faire accroire que les migrants qui nous arrivent en ce moment ne sont ni plus ni moins que ceux qui fonderont une civilisation nouvelle et aussi prestigieuse que l'a été autrefois la chrétienté médiévale.

La chose est d'autant plus drôle que la République nous a bassiné pendant des générations avec l'idée que le Moyen Âge n'était qu'un âge brutal et obscur, une déchéance de la culture gréco-romaine due à l'arrivée de barbares, haute culture qui ne sera retrouvée qu'à l'occasion de la Renaissance et surtout, évidemment, de la Réforme.

Voir les commentaires

À l’université, les toilettes neutres, c’est leur genre

15 Septembre 2017, 06:31am

Publié par Thomas Joly

Que « celles et ceux » qui, « en même temps », douteraient de la « détermination » des pouvoirs publics à « lutter » contre toutes les « discriminations » pour « réduire les inégalités » se rassurent. La grande révolution sociétale se poursuit, à bas bruit, au sein des entreprises privées comme dans les administrations publiques.

En cette rentrée, l’université François-Rabelais de Tours a pris « deux engagements » pour les étudiants « transgenres » : elle officialise le prénom d’usage et instaure des toilettes neutres. L’article que consacre La Nouvelle République (11 septembre) à cette incongruité générique vaut son pesant d’hormones : « Tout a commencé par cet étudiant de 1re année de psychologie venu frapper à la porte de la chargée de mission diversité, égalité et handicap, Concetta Pennuto, à la rentrée 2016. Inscrit sous un prénom féminin, il se fait appeler Charly et vient de s’engager dans un parcours de réassignation de genre (sic !). « Je leur ai raconté mon histoire, mon parcours, et j’ai évoqué les problèmes que les étudiants trans rencontrent à la fac », explique ce jeune engagé. […] « La fac est une période charnière », souligne Charly. « On commence notre vie d’adulte, c’est important de se sentir respecté dans son identité. » Engagé dans un traitement hormonal, attaché à son apparence désormais masculine, il doit régulièrement se justifier du décalage entre son apparence et son prénom officiel – en attendant de pouvoir le modifier à l’état civil. […] L’université de Tours décide de s’emparer du sujet en s’appuyant sur la loi de 2016 contre les discriminations de genre. « Même si cela ne concernait qu’un seul étudiant, c’est important qu’il puisse poursuivre ses études dans les meilleures conditions, c’est une question d’égalité des chances », affirme la chargée de mission à l’égalité, fermement soutenue par le président de l’université Philippe Vendrix. « À Tours, une dizaine d’étudiants seraient concernés. »

À part ça, la théorie du genre « n’existe pas », ainsi que se plaisait à le clamer l’ancien ministre de l’Éradication nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Mais si cette fumeuse théorie n’existe que dans les cervelles carbonisées au LSD des addictologues de la « French Theory » foucaldienne américaine comme dans celles de leurs épigones européens, la tyrannie du genre, quant à elle, étend tranquillement mais inexorablement sa toile. Cette importation outre-Atlantique – au Canada, des toilettes universelles et des salles de bains « neutres » ont été inaugurées dans les universités – est en train de faire tâche d’huile en Europe – la Suède, aux avant-postes du progressisme le plus échevelé, s’y est mise en 2015 – et gagne petit à petit les universités françaises – Angers, Grenoble, Montpellier, Rennes –, ces autres maisons de tolérance où, en sus du voile mahométan, l’on dispense, le plus sérieusement du monde, d’improbables « cours » de sociologie du genre – dont Marie-Hélène/Sam Bourcier de l’université Lille 3 est la très burlesque et médiatique représentante.

Quand des curiosités médicales ou d’infantiles caprices narcissiques deviennent la norme, qui plus est par la voie légale, l’on se demande, à la manière de Guy Debord, si, dans le monde renversé, le vrai n’est pas un moment du faux. Le père du situationnisme – la plus corrosive critique du capitalisme de la séduction – considérait que « le spectacle qui inverse le réel est effectivement produit. En même temps la réalité vécue est matériellement envahie par la contemplation du spectacle, et reprend en elle-même l’ordre spectaculaire en lui donnant une adhésion positive. » CQFD.

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Boris Le Lay de nouveau condamné par la justice politique pour avoir accusé un préfet de « de tiersmondiser les Côtes-d’Armor »

14 Septembre 2017, 18:14pm

Publié par Thomas Joly

Boris Le Lay, fondateur et animateur du site de réinformation Breiz Atao, a été condamné mardi 12 septembre par défaut à 10.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc. La formation collégiale était saisie d’un dossier de diffamation concernant ce nationaliste breton archiconnu des juridictions bretonnes, à la suite d'une plainte déposée par l’ancien préfet des Côtes d’Armor, Pierre Lambert, en octobre 2016.

"Le préfet, représentant l’Etat s’est estimé diffamé par un article du site, qui l’accusait, je cite, de tiersmondiser les Côtes-d’Armor", a résumé la présidente à l’audience. "L’article était accompagné d’une photographie du préfet au cours d’une cérémonie de naturalisation". Quelle horreur !

Le préfet s'était, à l'époque, attiré les foudres des patriotes français après qu'il avait scandaleusement décidé d'interdire, quelques mois plus tôt, une manifestation initiée par le mouvement Résistance républicaine, "contre l'islamisation et l'immigration"

En l’absence du prévenu, et de tout représentant de la partie civile, la présidente a sobrement rappelé les faits d’armes judiciaires de l’intéressé, "qui se cache au Japon". Dix condamnations, deux mandats d’arrêt, pour apologie de crime, incitation à la haine…

La répression contre les délits d'opinion se porte bien dans la France de 2017...

Source : http://www.letelegramme.fr

Voir les commentaires

La mode s’y met aussi : quand la nouvelle icône des podiums porte le hijab

14 Septembre 2017, 17:59pm

Publié par Thomas Joly

Elle s’appelle Halima Aden, est âgée de 19 ans, et le monde de la mode se l’arrache.

Comme souvent les Somaliennes (son origine), elle est longue comme une liane, le visage fin, gracieuse et gracile. Rien à voir avec les fatties au milieu desquelles elle a passé son enfance et son adolescence à Saint Cloud, dans le Minnesota. Mais ce n’est pas ce qui fait d’elle la coqueluche des magazines. Non, son ascension fulgurante au Panthéon du bling-bling, Halima Aden le doit au fait qu’elle est la seule mannequin voilée d’une agence occidentale.

C’est une histoire, vraie ou fausse, comme on aime s’en raconter chez l’Oncle Trump. Une version XXL du rêve américain. Ici, celle de la petite fille née dans un camp de réfugiés au Kenya, qui arrive aux États-Unis à 6 ans, supplie sa maman de la laisser porter le hijab, devient reine de promo dans son lycée parce qu’elle le porte, puis décroche son contrat de mannequinat en défilant pour le concours de Miss USA Minnesota il y a moins d’un an.

Il ne manquait pas de jolies filles sur le podium ce jour-là, mais seule Halima a défilé avec son hijab, et quand le troupeau s’est présenté en maillot de bain sur talons hauts, Halima était en burkini. Ça se remarque, forcément. En quelques semaines la belle Américano-Soudanaise est ainsi devenue la jeune beauté noire que tout le monde s’arrache, et comme on ne l’expose jamais nue, elle dame le pion aux portemanteaux décharnés qui promènent leur squelette sur les podiums.

Halima Aden est sans aucun doute intelligente, servant à qui le veut le discours convenu sur l’émancipation des femmes musulmanes. Magnifique faire-valoir, elle est ainsi une double caution : d’un côté, pour les marques qui se l’arrachent et s’ouvrent avec elle un marché difficile à pénétrer (elle a fait la une de Vogue Arabia) ; de l’autre, pour les chanteuses « ethniques » qui se trémoussent fesses et mamelles à l’air, comme Rihanna dont elle promeut la ligne de beauté. Avoir à ses côtés une femme voilée permet de se refaire une virginité religieuse aux yeux de la communauté.

C’est un secret de polichinelle : pour celles qui veulent sortir du lot dans un milieu où les jeunes créatures se bousculent, porter le voile peut être un outil de promotion. On a vu, chez nous, actrices et rappeuses en mal de notoriété tenter de relancer ainsi une carrière. Ce fut le cas de Sophie Guillemin, par exemple, qui se promenait nue comme un ver dans Harry, un ami qui vous veut du bien (en 2000) avant de nous revenir voilée, deux ans plus tard. Et d’enchaîner les interviews pour expliquer que son « cheminement spirituel » et l’amour l’avaient conduite sous la bâche. Retour cinq ans plus tard, à découvert cette fois… et interviews pour expliquer combien c’était étouffant.

On a vu aussi cette pauvre Diam’s, rappeuse pas très intelligente sur le déclin, dodue sous le niqab, puis un peu dévoilée, divorcée et « retrouvant l’amour » avec un salafiste repenti.

Bref, les voiles se posent et s’envolent au gré de la notoriété. Et si l’univers de la mode, flairant le filon, a décidé de s’en mêler, on verra bientôt dans les rues pléthore de midinettes enchiffonnées, persuadées, avec leur petite cervelle de « fashion victime », qu’elles concourent ainsi à l’émancipation des femmes.

Marie Delarue

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Une fillette de 11 ans agressée à Ouistreham par un Soudanais, le maire ne veut plus de migrants dans sa commune

13 Septembre 2017, 19:58pm

Publié par Thomas Joly

C'est une affaire qui serait restée discrète si le maire d'Ouistreham, Romain Bail n'avait pas convoqué, ce mercredi, la presse dans son bureau. Une conférence de presse où il explique aux journalistes présents qu'il y a eu une agression avec « tentative d'atteinte sexuelle » sur une fillette de 11 ans, lundi 11 septembre, près du Port. L'agresseur est un clandestin soudanais de soi-disant 15 ans, sachant que la plupart des migrants mineurs mentent systématiquement sur leur âge.

Une agression qu'il ne peut tolérer. La jeune fille et ses parents seraient sous le choc et la fillette sous le coup d'une très longue ITT (Incapacité Totale de Travail). 

Le maire s'est donc indigné de cette situation et demande à l'État de se ressaisir sur une situation qui se dégrade. Il ne va évidemment pas jusqu'à demander l'expulsion de tous ces envahisseurs criminogènes et ensauvagés.

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen-mer/ouistreham/fillette-11-ans-agressee-ouistreham-maire-ne-veut-plus-migrants-sa-commune-1327355.html

Voir les commentaires

La ridicule et indécente mise en scène d'Emmanuel Macron à Saint-Martin qui dort sur un lit de camp et se lave au seau

13 Septembre 2017, 06:35am

Publié par Thomas Joly

Emmanuel Macron est depuis mardi 12 septembre à Saint-Martin. L'île a été ravagée par l'ouragan Irma. Le chef de l'État est venu au chevet des victimes. Mais pas que.

Selon RTL, certains proches du Président ont tenu à faire savoir qu'Emmanuel Macron n'était pas venu aux Antilles pour se la couler douce. Non. Le leader de la cinquième puissance du monde fait « comme les sinistrés » et dort sur un lit de camp dans la gendarmerie. Même chose pour les toilettes et la douche. Ce sera avec un seau d'eau. À la dure. 

Le chef de l'État l'a lui-même admis mardi lors d'un point presse : « Je vais faire comme les habitants ici puisque je serai avec eux ce soir [mardi]. Il n'y a pas le choix. Mais moi je repartirai demain. Et eux, ils le font depuis plusieurs jours et encore plusieurs jours. »

Autre mise en scène : Emmanuel Macron a patrouillé avec les gendarmes de Saint-Martin une partie de la nuit.  

Ces gestes ne sont surement pas gratuits. Leur publicité non plus. Arrivé mardi aux Antilles, le chef de l'État a dû affronter la colère de certains habitants, excédés. Montrer qu'il vit dans les mêmes conditions qu'eux après le passage d'Irma, ne serait-ce que pour 24h, cela porte un nom : la communication.

Source : http://lelab.europe1.fr

Voir les commentaires

Climax Festival : des bobos représentent les migrants par une image de singe

13 Septembre 2017, 06:26am

Publié par Thomas Joly

« Tous migrants », même les singes. Pour le festival « festif et engagé » Climax Festival, une foule de bobos a pris la pose devant une image géante de singe portant le slogan : « Tous migrants ».

Boulette ? Que nenni, ces militants se revendiquent antispécistes et antiracistes. Pour eux, défendre les singes et défendre les clandestins revient strictement au même.

On remarquera également un détail charmant : tous prennent la pose l’index levé vers le ciel (comme les islamistes de Daech).

Source : http://www.suavelos.eu

Voir les commentaires