Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Cinq ans de prison avec sursis pour... le viol d'une fillette de 4 ans

13 Décembre 2017, 06:51am

Publié par Thomas Joly

La cour d'assises de l’Aude a condamné, mardi, un homme de 21 ans à cinq ans de prison avec sursis pour... le viol d’une fillette de 4 ans à Narbonne, rapporte le journal L’Indépendant.

L’affaire remonte au mois de juillet 2014. Wilfried J., jugé pour “viol et agressions sexuelles”, avait alors 17 ans. Accusé d’avoir pratiqué des attouchements sur l’enfant, il a reconnu les faits et même avoir mis son sexe dans sa bouche, précise le Midi Libre.

À l’époque, la mère de l’adolescent, assistante maternelle agréée, avait la charge de la surveillance de la fillette. Les faits se sont déroulés dans la chambre de l'agresseur au moment où la victime faisait la sieste.

Selon les informations des médias locaux, c'est le mot “foufoune”, prononcé par la fillette alors qu'elle se confiait à une copine, qui avait conduit à la révélation de l'affaire et à l’arrestation du condamné.

“Une peine de cinq ans avec sursis assortis de cinq ans de suivi socio-judiciaire a été prononcée avec l'interdiction de rentrer en contact avec la victime et l'obligation de travailler dans un milieu sans relation avec les enfants”, précise L'Indépendant. L'avocat général avait requis une peine de cinq ans de réclusion dont trois ans assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve.

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Rappel : conférence nationaliste à Mulhouse sur le thème : « Face à l'invasion migratoire, résistance européenne ! »

13 Décembre 2017, 06:42am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Lutte contre le réchauffement climatique : le grand show !

13 Décembre 2017, 06:36am

Publié par Thomas Joly

« Entrez, entrez, braves gens, au grand French Climatic Show !

 

Ils sont venus, ils sont tous là, pour sauver la planèèèète…

 

Vous verrez Arnold Schwarzenegger en trottinette électrique et Leonardo DiCarpaccio dans un extrait du Loup de Wall Street. Devinez lequel sera chez Drucker, dimanche, et donnez votre réponse au 3136, ou par #jesuisuncon, et vous gagnerez une superbe éolienne de jardin et une photo dédicacée de Jean Jouzel, le gourou du GIEC !

 

Kim Kardashian n’était pas libre, mais y aura Nabilla. Sont aussi pressentis les Village People de la direction de la circulation de la mairie de Paris, qui revisiteront le grand succès de Jo Dassin « Dans Paris à vélo, on dépasse les autos ».

 

Après une bonne bouffe entre potes à l’Élysée, les chefs d’État et de gouvernement se rendront en armada de pédalos électriques, derrière la nef à huile de frites de récup’ de Macronus Imperator, jusqu’à la monumentale couille musicale à facettes de l’île Seguin pour le final, avec pom-pom girls et feux d’artifice.

 

Enfoncé, le pâle défilé Decouflé du Bicentenaire ! À côté de ça, la COP21 du pauvre Hollande, c’était du spectacle de patronage… Massez-vous le long des berges pour une gigantesque « hola » populaire, en hommage à la finance mondiale pour la lutte contre le réchauffement.

 

Vous avez aimé la finance islamique, vous adorerez la finance verte ! »

Et les badauds ne seront pas seuls à se geler sur les quais. Autour d’eux, plein d’entrepreneurs, tous – cela va sans dire – exclusivement attirés par le sauvetage de la planète, prêts à se sacrifier pour utiliser la manne céleste…

Et on voit grand ! Matthieu Orphelin, député de La République en marche, dévoile le projet d’EDF d’installer l’équivalent solaire de 30 réacteurs atomiques d’ici quinze ans : « Par son ampleur, ce projet est presque comparable au début du programme électronucléaire. »

Et derrière les multinationales, les deuxièmes couteaux bien de chez nous, genre fabricants d’éthylotests, de portiques d’écotaxe et de vaccins contre la grippe aviaire, sont chaleureusement conviés à se joindre à la farandole, probablement menée par le fabricant de panneaux « 80 km/h » appelés à piqueter prochainement nos 400.000 km de routes secondaires. Il y aura même (ça ne s’invente pas) le groupement d’entreprises « We Mean Business »… Mais ne poussez pas, y en aura pour tout le monde, des bonnes « pépettes » de contribuables !

Les braves écolos anticapitalistes en pulls de laine non déssuintée du Larzac peuvent donc rentrer dans leurs chaumines à toilettes sèches. Place aux gens sérieux de l’élite financière mondiale pour tirer les bénéfices du réchauffisme. Car bien que de plus en plus suspecte – et aussi gazeuse que le CO2 lui-même -, cette nouvelle religion révélée est comme les autres : nous serons tous morts avant de savoir si elle est fondée. Mais ses forgeries commencent à se voir, raison pour laquelle il est nécessaire d’organiser de plus en plus de célébrations autour d’elle.

Pauvre Trump qui aura raté ça !

Richard Hanlet

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

« Autopsie d'un crash annoncé », le nouveau livre d'Hubert de Mesmay

13 Décembre 2017, 06:36am

Publié par Thomas Joly

La série d'élections, Présidentielle puis législatives, qui s'est déroulée au printemps 2017 a vu l’effondrement du Néo-Front concocté par Marine Le Pen depuis son accession à la Présidence du Front national en 2011.

Afin de se donner une image lisse, le Néo FN a renié les fondamentaux et sacrifié les fondateurs, au premier rang desquels Jean-Marie Le Pen. En quelques années, il a voulu devenir un "parti comme les autres". Mais le FN n'était pas fait pour être un parti comme les autres. Surtout au moment où une partie grandissante de la droite française se "radicalisait". Résultat : il a raté son rendez-vous avec le peuple de France. La "dédiabolisation" n'aura donc servi à rien...

C'est cette chute qu'analyse dans ce livre d'actualité Hubert de Mesmay, cadre historique du FN, ancien conseiller régional de PACA et désormais membre du Parti de la France. Un revers peut servir de leçon. Une bonne raison de le lire...

Pour le commander, c'est ici

Voir les commentaires

Poutine en Syrie : Veni, vidi, vici

13 Décembre 2017, 06:29am

Publié par Thomas Joly

C'est en substance le message du président de la fédération de Russie à ses troupes en Syrie. Les paroles d'un vrai chef, d'un vrai État, ayant remporté une vraie victoire et ayant vraiment respecté le droit international dans l'engagement de ses forces au profit d'un État souverain. Simple, concis. On ne fera pas de comparaison.

Source : http://lesalonbeige.blogs.com

Voir les commentaires

Affiche pour le TGV à Béziers : le terminus des couillons !

13 Décembre 2017, 06:26am

Publié par Thomas Joly

« Coluche nous manque ! » « Il faut faire de la politique autrement ! » « Les femmes doivent être mises en avant ! » Voilà pour le moulin à prières médiatique. Précédant ces attaques, pas toujours infondées, Robert Ménard, maire de Béziers bien connu des lecteurs de Boulevard Voltaire, a donc pris les devants.

Le prétexte est tout trouvé, s’agissant de ce TGV Occitanie tardant à venir en terres biterroises. D’où une première affiche à l’humour « décalé », comme on dit chez Canal, avec un Donald Trump et un Kim Jong-un, hilares et bras dessus bras dessous, assortie de ce slogan : « C’est le TGV qui unira le monde, tous unis pour le TGV jusqu’à Béziers. » Pierre Desproges aurait adoré.

À l’Assemblée nationale, Élisabeth Borne, ministre des Transports, semble d’ailleurs goûter la plaisanterie quand, répondant à une question d’Emmanuelle Ménard (député apparenté FN), relative à la question, elle assure que « ce TGV n’est pas censé aller de Pyongyang à Washington ». Poursuivant dans cet humour bon enfant, le maire de Béziers mitonne quatre nouvelles affiches.

La première avec un Macron préférant prendre l’avion, la deuxième avec un squelette las d’attendre le tortillard, la troisième avec une femme à laquelle le médecin demande si elle va finir par accoucher du train en question, puis… la quatrième. Celle qui fait twister les sacristies et turbuler les presbytères des nouveaux curetons, pire que les fesses de Michel Polnareff placardées dans les rues de la France pompidolienne.

De quoi s’agit-il ? Tout bêtement d’une affiche montrant une femme, ligotée en chemise de nuit sur une voie de chemin de fer, qui hurle de peur parce que justement, et ce, pour une fois, le train arrive à l’heure. L’accroche, quant à elle, est digne du professeur Choron : « Avec le TGV elle aurait moins souffert ! »

Une femme mise à l’honneur ? Les féministes auraient dû frétiller de joie. Pas du tout. Les filles, ça n’est jamais content et ça n’aime pas l’humour, tous les hommes le savent. La preuve par Laurence Rossignol, ministre du Droit des femmes sous François Hollande – ou dessus, à chacun ses fantaisies –, qui prend immédiatement position en ces termes : « Robert Ménard est un ignoble, un tout petit qui essaye de faire parler de lui par des provocations constantes. On ne peut pas laisser passer ça, c’est sans fin. »

La raison d’un tel transport pas tout à fait amoureux ? Un triste fait divers, un « féminicide », pour causer inclusif ; soit une femme, Émilie, ligotée par son conjoint, sur les rails du TGV Paris-Nantes en juin 2017. Pas de chance pour elle, la SNCF n’était pas en grève ce jour-là. Et Laurence Rossignol de conclure : « L’ignoble Robert Ménard l’a tuée une deuxième fois. » C’est sûr que présenté de la sorte…

Marlène Schiappa, sa ministresse successeuse et madone des sleepings, raccroche aussitôt les wagons : « Campagne une fois de plus odieuse, de surcroît venant d’un élu de la République. J’ai saisi ce matin le préfet afin que tous les recours possibles soient étudiés et activés. » Occasion inespérée de goûter cet exquis morceau de poésie préfectorale : « Robert Ménard se sert du corps des femmes pour faire passer des messages populistes. […] Il ne mesure toujours pas la souffrance physique et psychologique qu’engendrent ces atteintes à leur intégrité, pas plus que la mobilisation contre ces violences faites aux femmes qui est une priorité du gouvernement. » Ou de l’art de prendre le train en marche.

À ce concours de tricot en forme de fête de l’esprit, une mention particulière au journal Femme actuelle, grâce auquel une bonne épouse apprend à servir le chablis à température au chef de famille, pour ce titre : « Une affiche ignoble imaginée par Robert Ménard pour le TGV à Béziers scandalise la France entière. » Détective n’aurait pas fait mieux.

Quoiqu’on puisse être en droit de préférer ce tweet de Robert Ménard : « Les réactions outrées et paranoïaques à notre affiche en disent long sur l’ordre moral qui plombe le pays. Les mêmes auraient brûlé #Johnny en 1960, #charliehebdo en 1970 ou #Gainsbourg en 1980. Inquiétant… » « Inquiétant », certes ; mais tellement distrayant, aussi, tant l’actuelle niaiserie crasse va bon train.

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Emplois fictifs : le Front national mis en examen

12 Décembre 2017, 06:47am

Publié par Thomas Joly

Le Front national a annoncé avoir été mis en examen pour complicité et recel d'abus de confiance dans le cadre de l'enquête sur les emplois fictifs présumés de certains assistants de ses députés européens.

Alors que sa présidente, Marine Le Pen, avait déjà été mise en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires du Front national (FN) au Parlement européen, c'est le parti qui, en tant que personne morale, a été à son tour mis en examen pour « complicité et recel d’abus de confiance ».

Représenté par son trésorier Wallerand de Saint-Just, le parti a annoncé avoir été mis en examen après avoir été convoqué par la justice, le 30 novembre dernier. « C’est la logique exacte de l’instruction », assène le trésorier du FN dans les colonnes du Monde« J’ai tout à fait contesté que le FN est bénéficiaire à mauvais droit d’argent du Parlement européen », a-t-il déclaré à la presse.

Par un communiqué, le FN a réagi à cette annonce. Estimant qu'il s'agissait d'« un viol supplémentaire du secret de l’instruction », le parti a annoncé avoir demandé la révocation du juge en charge de l'affaire. Il souligne par ailleurs qu'il s'agit d'une mise en examen qui s'inscrit dans le déroulé naturel de la procédure, et assure qu'elle lui permettra de démontrer « que pas un centime n’a été détourné »

Le parti de Marine Le Pen est soupçonné d’avoir utilisé des fonds alloués par le Parlement européen afin de rémunérer des assistants parlementaires qui, en réalité, auraient travaillé pour le parti – et non pour ses eurodéputés. Ces accusations s'appuient sur un rapport que l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) avait transmis à la justice française en juillet 2016. Le préjudice subi s'élèverait à 5 millions d'euros.

Marine Le Pen avait déjà réagi, considérant que « les griefs qui [lui étaient] faits relèv[aient] d’un débat qui excèd[ait] la compétence des juridictions pénales françaises ». Toutefois, Wallerand de Saint-Just, entendu par les enquêteurs en septembre dernier, avait admis qu'il avait pu y avoir « des erreurs commises au regard d'une réglementation très rigide ».

Source : http://francais.rt.com

Voir les commentaires

Interdiction du portable, refus du voile pour les accompagnatrices scolaires, retour à l'uniforme : Jean-Michel Blanquer met en PLS les gauchistes de l'Éducation nationale

12 Décembre 2017, 06:37am

Publié par Thomas Joly

Le Ministre de l'Éducation nationale n'en finit plus de détonner dans le conformisme ambiant du gouvernement : après avoir dit niet à l'écriture inclusive voilà qu'il annonce l'interdiction du téléphone portable dans les écoles et collèges, refuse que les accompagnatrices scolaires puissent porter un voile islamique et maintenant se prononce en faveur de l'uniforme à l'école pour les établissements qui en feraient la demande !

Pour contrebalancer toutes ces mesures « réacs , Jean-Michel Blanquer est hélas « venu plancher comme invité principal du Dîner annuel de la Grande Loge de France » même s'il se défend d'être lui-même franc-maçon (voir ici).

En attendant, même si le chantier est colossal, le Ministre bouscule sans complexe le Mammouth, chose qu'aucun de ses prédécesseurs (à part peut-être Claude Allègre) n'a jamais osé faire.

Voir les commentaires

Venezuela : la farce démocratique

12 Décembre 2017, 06:19am

Publié par Thomas Joly

Alors que, vendredi dernier, le Venezuela de Nicolás Maduro a de nouveau été déclaré en défaut de paiement sur deux remboursements obligataires d’un montant de 183 millions de dollars, malgré le délai accordé de trente jours supplémentaires, alors que le montant de la dette extérieure est maintenant chiffré aux alentours de 155 milliards de dollars, les élections municipales maintes fois reportées par le pouvoir, maître en manœuvres dilatoires, avaient lieu dimanche 10 décembre.

La victoire, écrasante, des partisans de Maduro est sans surprise car les trois principaux partis de l’opposition réunie au sein de la MUD (Mesa de la Unidad Democrática/Table de l’unité démocratique), Action démocratique, Volonté populaire et Justice d’abord, avaient annoncé qu’ils ne participeraient pas aux prochaines élections municipales, arguant que « les conditions de liberté électorale n’étaient pas réunies ».

Ces élections ont effectivement été une nouvelle mascarade démocratique, le pouvoir utilisant tous les leviers de pression possibles comme, par exemple, l’installation à proximité des bureaux de vote de bureaux volants d’action sociale qui attribuaient dimanche des aides sociales ou distribuaient des colis alimentaires ! Malgré tous ces artifices, la participation a été très faible (47,32 % de votants, selon les chiffres du Conseil national électoral) alors qu’elle avoisinait les 59 % en 2013 pour les mêmes élections…

Dans sa grande majorité, la population vénézuélienne, confrontée à des difficultés économiques et sociales catastrophiques, est véritablement désabusée et ne croit plus que son destin passe par les urnes… C’est maintenant, dans ce pays catholique à 95 %, le chacun pour soi que relaye bien la formule répétée à l’envi « Cada uno en su casa y Dios en la de todos » (chacun pour soi et Dieu pour tous).

Les atermoiements et les divisions de l’opposition sur la stratégie à adopter n’entretiennent guère l’espérance. Piètre dirigeant mais habile apparatchik, Maduro continue à pousser toujours plus avant son avantage dans le seul espoir d’une remontée des cours du pétrole qui permettrait – au moins provisoirement, car aucune réforme structurelle n’a été réalisée et les mêmes effets produiront les mêmes résultats à moyen terme – de sortir son pays du désastre économique dans lequel il est plongé.

Alors que la date n’a pas encore été fixée, Nicolás Maduro vient d’annoncer qu’il sera candidat en 2018 aux élections présidentielles et menace déjà les principaux partis d’opposition, qui ont boycotté le scrutin municipal, de ne pas pouvoir présenter des candidats. Selon, tient-il à préciser, les derniers critères établis par l’Assemblée nationale constituante, composée pratiquement exclusivement de ses seuls partisans !

Le marasme économique, social, sanitaire et la mascarade politique : la nouvelle définition du chávisme à la sauce Maduro ?

Jean-Marie Beuzelin

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

Explosion à Manhattan : un nouvel attentat islamiste ?

11 Décembre 2017, 14:24pm

Publié par Thomas Joly

Une explosion s'est produite ce lundi à New York dans un terminal de bus de Manhattan à l’angle de la 42e rue et de la 8e avenue. Il y a plusieurs blessés. Il s'agirait d'une bombe artisanale. Un suspect a été arrêté.

Source : https://fr.yahoo.com/m6info/en-direct-new-york-explosion-manhattan-130925269.html

Voir les commentaires

« Une purge sans précédent » : le dessinateur Marsault fait ses adieux aux réseaux sociaux

11 Décembre 2017, 06:42am

Publié par Thomas Joly

Après la désactivation de son compte Facebook, le dessinateur Marsault a publié un communiqué dans lequel il annonce renoncer à sa présence sur les réseaux sociaux. Il dénonce la censure dont il estime que les « patriotes » seraient victimes.

Sur la page Facebook de Ring, la maison d'édition qui publie ses albums, le dessinateur Marsault a publié un communiqué dans lequel il annonce son retrait des réseaux sociaux, qui avaient éminemment contribué à le faire connaître, notamment grâce aux polémiques suscités par ses dessins au style percutant.

Après la désactivation de son compte par Facebook, Marsault explique ne pas vouloir faire appel de la décision du réseau social. « Le bouton "faire appel" de Facebook, c'est l'équivalent de l'avocat commis d'office pendant un procès soviétique », explique-t-il. Dénonçant « la purge sans précédent » dont feraient l'objet « tous les artistes, blogueurs ou écrivains estampillés "patriotes" », le dessinateur  explique n'avoir « ni l'envie de recréer une page ici ou ailleurs, ni le temps de l'alimenter »

Dans une diatribe reprenant le style sans détours de ses dessins, Marsault assure que « la République française d'aujourd'hui, c'est le fond de Staline avec la forme de Yann Barthès ». « Sortez les flingues et venez nous chercher, plutôt que de parler de démocratie et des valeurs de mon cul, ayez le courage de venir nous envoyer physiquement au goulag, assumez-vous », lance-t-il encore.

Marsault conclut son communiqué en citant l'historien et homme politique Edgar Quinet, condamné à l'exil sous le Second Empire : « Le véritable exil n'est pas d'être arraché de son pays, c'est d'y vivre et de n'y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer. »

Source : http://francais.rt.com

Voir les commentaires

Interdire la chasse le dimanche : quelle idée !

11 Décembre 2017, 06:32am

Publié par Thomas Joly

Madame Montel, du mouvement Les Patriotes, suggérait dans un récent communiqué l’interdiction de pratiquer la chasse le dimanche et la prohibition de la vénerie. Des propositions qui me paraissent dénuées de sens.

Rappelons, tout d’abord, que l’exercice de la chasse a été instauré, dans sa dimension populaire, pendant la Révolution française. Il fut un temps, en effet, où cette activité pouvait valoir une condamnation à mort ! Parmi bien des travers, la Première République eut la vertu de démocratiser un usage jusqu’alors réservé à une élite.

Napoléon Ier commença à l’organiser en initiant, en 1810, un passeport pour la chasse : l’ancêtre du permis.

La France compte aujourd’hui 1.200.000 pratiquants, qui se repartissent dans toutes les couches de la société ; ils sont représentés par plus de 40.000 associations. C’est dire la portée de cette discipline : elle est, en fait, la plus importante d’Europe. Grâce au travail que réalisent les fédérations et les organisations spécifiques, ses partisans ont acquis des connaissances étendues sur l’environnement, les biotopes, les espèces. À de rares exceptions, ils sont respectueux des règles déontologiques et s’affirment comme de véritables acteurs de la nature. Par ailleurs, les chasseurs sont en permanence sensibilisés à la sécurité, ce qui explique le faible nombre d’accidents, en baisse constante depuis vingt ans. Bien d’autres activités sportives sont plus mortelles que la chasse ! Dans ces conditions, il semble absurde de vouloir l’interdire le dimanche ; cela reviendrait à la condamner.

Contrairement à ce que croit madame Montel, sa pratique présente beaucoup d’intérêts.
Outre son aspect récréatif, convivial et traditionnel, la chasse contribue à la protection de la nature et de la biodiversité. Les organisations cynégétiques mènent une action décisive pour l’entretien des chemins ou des haies, la préservation des biotopes ou la création de milieux propices au développement des espèces.

Elle permet également la gestion du grand gibier qui, sans son intervention, serait menacé d’extinction (chevreuil) ou, au contraire, trop prolifique (sanglier). Qui d’autre, en l’absence de prédateur sauvage, serait en mesure de réguler ces espèces ? L’empoisonnement des cheptels, qui est pratiqué dans certains territoires où la chasse est interdite, ne nous semble pas la mesure la plus souhaitable.

Par ailleurs, ne perdons pas de vue la dimension économique de cette discipline. Les armes, les munitions, les équipements sont autant de produits qui traduisent le savoir-faire de nombreux artisans. Le secteur représente un marché de quatre milliards d’euros et concerne près de 30.000 emplois.

Les races de chien de chasse composent une très grande variété de spécifications. La France participe des pays qui ont su développer, à travers l’Histoire, des catégories canines parmi les plus élaborées. Ces animaux seraient sans aucune utilité si la technique pour laquelle ils ont été conçus venait à péricliter, voire à disparaître.

La vénerie concerne, outre les chiens courants de meutes, des chevaux éduqués pour une chasse caractéristique et extrêmement traditionnelle. Elle représente 400 équipages qui prélèvent moins de 4 % des gibiers tués en France.

Les opposants feraient mieux de focaliser leur action sur le vrai problème de la souffrance animale : celui de l’abattage rituel.

Serge Horvath

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires

La France, championne du monde de la censure sur Facebook

11 Décembre 2017, 06:24am

Publié par Thomas Joly

A noter que la plupart des pages Facebook censurées étaient hostiles au gouvernement et plus ou moins proches de la mouvance nationale. Bienvenue au pays des droits de l'homme et de la liberté d'expression.

Voir les commentaires

Mustapha, le délégué syndical de l’aéroport de Charleroi, profère des menaces d’attentat islamiste contre « ces chiens de policiers »

11 Décembre 2017, 06:19am

Publié par Thomas Joly

La chambre des mises en accusations de Mons a décidé de maintenir en détention cette semaine le délégué syndical de l’aéroport de Charleroi qui avait proféré des menaces d’attentat contre la police.

Son audition révèle qu’il avait déjà menacé des forces de l’ordre dans le passé.

Le document judiciaire contient les messages précis envoyé sur les réseaux sociaux par Mustapha A., le délégué de l’aéroport de Gosselies interpellé par les autorités.

Nous les retranscrivons avec l’orthographe d’origine : « En faite, qu’est ce qu’il faudrait pour tous ces fdp de flic de m… de raciste c’est qu’on devienne sniper et on les douillent ces chiens mais devant leur famille et enfant et lance roquettes contre les commissariats comme au Mexique. Meritent que ca ces chiens inchalallah. »

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Macron à la Madeleine : une laïcité au petit pied

11 Décembre 2017, 06:02am

Publié par Thomas Joly

Devant mon écran, samedi, j’étais heureux de voir cette immense foule chanter du Johnny à gorge déployée et se presser autour de cette magnifique église de la Madeleine pour rendre un dernier hommage et un ultime adieu à une idole qui s’était toujours affirmée, contre vents et marées, malgré une vie souvent dévoyée, comme catholique.

Certes, mon enthousiasme s’est un peu refroidi lorsque le président de la République s’est avancé au devant de la famille, au pied de l’église, pour nous offrir ce que sa communication a de plus détestable. Une gestuelle d’affection débordante de comédie. Serrant dans les bras chacun des membres de la famille devant des millions de téléspectateurs. Puis il a pris la parole pendant de trop longues minutes pour énoncer quelques banalités. Un discours qu’il conclut en demandant à la foule d’applaudir « monsieur Johnny Hallyday ». Et là, c’est vrai, il a remonté de quelques degrés dans mon estime, car de voir cette immense foule applaudissant dans un mouvement de vagues profondes était effectivement très émouvant.

Mais j’ai été ému aussi de voir la famille et les proches amis de l’artiste verser, essuyer discrètement une larme et plus tard écouter avec ferveur l’émouvante homélie de Mgr Benoist de Sinety, vicaire général de l’archidiocèse de Paris, qui allait rappeler à quel niveau se situait la foi du chanteur dont il a cité cette phrase : « On peut me faire ce qu’on voudra, je resterai chrétien. Je suis sûr que Jésus, lui, ne m’en veut pas. »

Et puis, clou du spectacle, auraient dit les mauvais esprits, lorsque le prêtre pria Emmanuel Macron de venir bénir le cercueil, un mouvement de stupéfaction électrisa la prise de vue : après s’être saisi du goupillon avec lequel il était invité à bénir le corps de Johnny Hallyday, il le reposa aussitôt se contentant de poser ses deux mains sur le cercueil. Une séquence de quelques secondes pendant laquelle le Président se rappela soudainement qu’il était garant de la laïcité de la République ! Sa femme, heureusement, rattrapa l’erreur de son auguste mari en bénissant le cercueil comme il se devait. Car refuser ce dernier hommage à celui qu’il considère comme un héros national, c’était aussi admettre que sa foi n’avait aucune importance.

Édouard Philippe, Gérard Larcher et François Hollande allaient faire de même, de peur, sans doute, de se faire taper sur les doigts par le long cortège des fidèles d’une laïcité de stricte observance, loges en tête de la procession… Quant à Mélenchon, plus tocard que jamais, son coup de goupillon a été sordide : « Le président de la République, chanoine de Latran, participe à une messe dans l’église de la Madeleine, monument religieux contre-républicain, où la prostituée de l’évangile implore le pardon du Christ. » Et puis, on aimerait savoir qui a interdit la présence d’un Le Pen à cette cérémonie. Mais ceci est un autre débat.

En tout cas, voilà où nous mène une laïcité républicaine mal comprise. Mais alors pourquoi, dans une cérémonie religieuse israélite, ces gens-là portent-ils la kippa, ou se déchaussent-ils dans une mosquée ? Charles de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing n’ont jamais refusé de faire le signe de croix, signe de leur foi, lorsqu’ils occupaient la plus haute charge de l’État. Voyez les images d’archives lorsque de Gaulle, président de la République française, le 27 juin 1959, arborant le collier de l’ordre du Christ, s’agenouilla devant le pape Jean XXIII et n’hésita pas à former des « vœux les plus ardents… pour la prospérité et la gloire de notre Église catholique ».

Décidément, ceux qui nous gouvernent aujourd’hui pratiquent une laïcité au petit pied. Pire : une laïcité boiteuse, pour ne pas dire d’unijambiste…

Floris de Bonneville

Source : http://bvoltaire.com

Voir les commentaires