Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La droite nous refait-elle le coup du « plus anti-immigration que moi, tu meurs » ?

22 Août 2021, 14:07pm

Publié par Thomas Joly

En cas de victoire à la présidentielle de 2022, des élus LR envisagent d’organiser, dans la foulée, un référendum sur l’immigration. Éric Ciotti aurait même proposé de le coupler avec les élections législatives. On leur rappellerait volontiers le peu de cas qu’ils firent, en 2005, des résultats de la consultation sur le traité européen, ou le temps qu’ils ont mis à prendre l’immigration au sérieux. On pourrait aussi souligner que, pour résoudre ce problème, il faudrait surtout que la France retrouvât sa liberté de décision. Si l’on a de bonnes raisons de rester sceptique sur la pleine sincérité de leurs intentions, doit-on, malgré tout, se réjouir de cet éclair de lucidité ?

Remontons trente ans en arrière. En 1990, les propositions sur l’immigration émises par les ténors de la droite – en l’occurrence par le RPR et l’UDF –, lors des états généraux organisés à Villepinte, ne péchaient pas par leur tiédeur : « Fermeture des frontières », « suspension de l’immigration », « réserver certaines prestations sociales aux nationaux », « incompatibilité entre l’islam et nos lois »… À les entendre, on se serait cru sur le « Paquebot » de Jean-Marie Le Pen ; mais la présence, parmi les participants, d’Alain Juppé, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac, de Roselyne Bachelot et François Bayrou, ou encore de Nicolas Sarkozy dissipait toute équivoque.

Il fallait reconduire plus rapidement les clandestins à la frontière, réduire le droit d’asile, limiter le regroupement familial, renouveler le droit de séjour des étudiants étrangers sous condition de succès aux examens… Les idées fusaient de toutes parts pour bouter les migrants hors de France. Il est vrai que la droite avait perdu les élections, qu’elle se méfiait de la montée en puissance du Front national et voulait à tout prix récupérer le pouvoir. À rapprocher de la situation actuelle, avec La République en marche au lieu du Parti socialiste et un Rassemblement national ayant doublé ses voix. Force est de conclure que la droite ne se souvient qu’elle est de droite que lorsqu’elle est en danger.

Le danger une fois passé, revenue au pouvoir, elle oublie vite ses belles idées. En 2007, Nicolas Sarkozy, l’homme qui, ministre de l’Intérieur, promettait de « nettoyer au Kärcher™ la cité [des 4.000 à La Courneuve] » a repris la même tactique : ça a marché, puisqu’il l’a emporté largement face à Ségolène Royal et qu’il a subtilisé près de 6 % de voix à Jean-Marie Le Pen. Jamais deux sans trois, doit-on se dire, rue de Vaugirard. Quand on y pense, on en vient à penser que, décidément, la droite ne change pas. Plus sécuritaire, plus anti-migrant que moi, tu meurs, c’est sa devise de circonstance.

Avec une différence notable, cependant. Les conséquences néfastes d’une immigration débridée sont de plus en plus visibles et reconnues par une majorité de l’opinion. Ce n’est plus un cheval de bataille occasionnel qu’on enfourche au moment des élections pour le remiser ensuite dans un coin de l’écurie : c’est un problème quotidien, dont tout le monde, ou presque, s’empare. Même Macron se met, timidement, de la partie. La droite, pour se distinguer du lot, croit devoir aboyer plus fort que les autres.

Elle ferait mieux, si elle veut retrouver quelque crédit, de commencer par confesser son inertie dans la lutte contre l’immigration quand elle était au gouvernement. Elle ferait bien aussi – du moins sa partie la plus saine, car l’autre est déjà acquise à Macron – de cesser d’ostraciser la droite patriote, qui a dénoncé le mal dès l’origine, et d’envisager de mener avec elle un combat de salut public pour défendre la souveraineté et l’identité de la France.

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire

21 Août 2021, 17:04pm

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire
Thomas Joly à Beauvais ce samedi 21 août contre le pass sanitaire

J'étais aujourd'hui à Beauvais, avec des militants du Parti de la France, pour dire non à la ségrégation vaccinale et au pass sanitaire. La mobilisation ne faiblit pas !

Voir les commentaires

Afghanistan : la faute à qui ?

21 Août 2021, 10:24am

Publié par Thomas Joly

Inutile de revenir sur ce désastre politico-militaire afghan, tout a été dit et en boucle. Les experts parlent de fiasco militaire, d’inconséquence américaine, de déroute de l’Occident et de l’Otan. Mais est-ce bien vrai ? L’Occident doit-il, une fois de plus, faire un mea culpa ?

Réfléchissons : pouvait-on attendre d’une force d’interposition qu’elle résolve les problèmes intérieurs d’un pays ravagé par la corruption et les pouvoirs claniques ? Après vingt d’années d’efforts considérables et de milliards de dollars dépensés, n’était-il pas plus sage d’arrêter les frais ? Surtout, contrairement à une vision simpliste, l’armée américaine n’a pas été vaincue et l’Occident n’a pas failli à sa mission. Pendant vingt ans d’une paix précaire Afghans et Afghanes ont pu jouir d’une vie et d’une liberté impensable auparavant.

La bonne question est : qu’en ont-ils fait ?

Le spectacle des dirigeants quittant leur pays et fuyant à l’étranger, des soldats troquant leurs treillis contre des vêtements civils et abandonnant sans combattre armes et matériels, foules se ruant à l’aéroport, s’accrochant aux avions en train de décoller, est absolument navrant. Honte à eux et pas à nous.

L’erreur occidentale, car elle est essentielle, est de penser que la terre entière adhère à nos valeurs et que les bons, sont les bons et les méchants, les méchants. C’est une erreur fatale et que nos ennemis exploitent à l’envi.

Ces talibans, issus de la jeunesse afghane formée dans les madrasas locales ou pakistanaises, et que nous traitons de terroristes et de criminels, sont persuadés d’être dans le vrai. Pour eux, ils possèdent la vraie foi du prophète, sont de respectueux observants et ne sont en aucun cas des intégristes ou des fanatiques. Ces Occidentaux arrogants ne sont que des mécréants et souvent même athées. Leur culture est impie. Il est du devoir d’un bon musulman soit de les convertir soit de les faire périr.

Aujourd’hui la population afghane, du moins celle que les médias nous montrent, est affolée et nous demande asile. Si elle veut vivre à l’occidentale, ne doit-elle pas en payer le prix ? C’est-à-dire s’organiser et résister. Accueillir en masse des personnes déboussolées au risque de les décevoir, n’est-ce pas préparer une nouvelle guerre civile, cette fois sur notre sol ?

Bérenger de Montmuel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage

20 Août 2021, 19:07pm

Publié par Thomas Joly

Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage
Obsèques de Michel Bayvet : la droite nationale de conviction présente pour lui rendre un dernier hommage

Thomas Joly, Président du Parti de la France, était présent ce vendredi aux obsèques de notre regretté Michel Bayvet, membre fondateur du Parti de la France, rappelé à Dieu dimanche 15 août.

On pouvait croiser Jean-Marie Le Pen, Carl Lang, Bruno Gollnisch et un certain nombre de militants historiques de la droite nationale.

L'Abbé Petrucci a célébré cette messe d'A-Dieu en l'église de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris.

Voir les commentaires

Thomas Joly encore bloqué sur Facebook, suivez-le sur Telegram !

20 Août 2021, 10:25am

Publié par Thomas Joly

Thomas Joly encore bloqué sur Facebook, suivez-le sur Telegram !

Encore une fois bloqué 30 jours sur Facebook pour avoir mis en doute l'efficacité du vaccin anti-Covid, rejoignez-moi sur Telegram où la censure n'existe pas : t.me/thomasjolypdf

Voir les commentaires

Joe Biden décrédibilisé : Kamala Harris en embuscade

20 Août 2021, 10:13am

Publié par Thomas Joly

Suite au retrait chaotique et assez embarrassant des forces américaines hors d’Afghanistan, Joe Biden, sous le feu des critiques, a une fois de plus brillé par son absence. Par absence, il ne faut nullement entendre un énième épisode d’incohérence ou d’hésitation au cours d’une conférence de presse, où à un discours hésitant, parfois même brumeux, se mêlent phrases inintelligibles, contradictoires, et réponses évasives, et parfois même des épisodes d’absence totale ; l’ensemble étant un sujet récurrent d’interrogation outre-Atlantique sur les capacités cognitives de l’actuel président. D’ailleurs, la propagande bidenophile s’est bien gardée, jusque-là, d’en relater l’existence ; pour bien moins que cela, Trump aura déjà été diagnostiqué par nos experts patentés de pathologie neurodégénérative au stade avancé.

De nombreuses voix se sont donc élevées, dénonçant la passivité de Biden. Au cours de cette crise, le président de la première puissance militaire mondiale a évité de s’adresser au public américain, se terrant au sous-sol du lieu de villégiature officiel de Camp David. Son prédécesseur, en toute logique, et beaucoup d’autres appellent à la démission ; d’autres invoquent le 25e amendement, procédure de destitution lancée contre un président jugé inapte à exercer ses fonctions, et remplacé par son vice-président. Parmi ces derniers, Ronny Jackson, élu à la Chambre des représentants et, surtout, ancien médecin de la Maison-Blanche sous les deux dernières administrations, Obama et Trump. Jackson a déclaré qu’il était temps de destituer Joe Biden en raison de sa gestion du retrait programmé des troupes américaines, arguant que celui-ci était de toute évidence « incapable mentalement » de gérer la crise et devrait démissionner immédiatement. « Pourquoi a-t-il fallu si longtemps à Biden pour adresser un message à la population ? Qu’a-t-il fait le week-end dernier ? La crise afghane s’aggrave de minute en minute, et le “leader” du monde libre se cachait au sous-sol. C’est une honte ! », dénonçait-il sur Twitter.

Biden hiberne en cas de crise, puis monologue un discours de circonstance, et Jackson enfonce le clou : « Pourquoi n’a-t-il pas répondu aux questions après ? Oh, parce qu’il est à peine capable de lire un prompteur et il repart en vacances. Restez à la Maison-Blanche et faites votre travail ! »

Et pendant ce temps, la vice-présidente, Kamala Harris, fait profil bas. Pire : lanterne rouge des primaires démocrates, elle se vantait déjà, en avril 2021, d’être la « dernière personne dans la pièce » (the last person in the room) quand Joe Biden a dû prendre de « grandes décisions », y compris celle de retirer les troupes américaines d’Afghanistan avant le 11 septembre. Last person in the room se dit de quelqu’un à qui l’on n’a pas demandé son avis pour une situation particulière. En d’autres termes, Harris se désolidarise de Biden, Kamala lâche Joe le gaga.

Il ne fait aucun doute, moins d’un an après l’investiture de Sleepy Joe, que Kamala Harris se tient en embuscade, une peau de banane à la main, pour la lancer au moment opportun sous les pieds de Biden. Harris, qui a émis des accusations de racisme à l’égard de Biden lors des débats des primaires démocrates, est elle-même accusée, en tant que procureur général, d’avoir bloqué des preuves qui auraient libéré un innocent du couloir de la mort jusqu’à ce que les tribunaux l’y forcent, gardé les gens en prison au-delà de leur peine pour les utiliser comme main-d’œuvre bon marché pour l’État de Californie et, en activiste pro-avortement, a ciblé juridiquement des centres pro-vie gérés par des catholiques. Et j’en passe et des meilleures. Ça en dit long sur les représentants du camp du bien adoubés par nos âmes bien-pensantes. Mais chut ! Kamala est racisée, femme et woke.

Pour imaginer un peu ce que serait la première femme présidente des USA, fermez les yeux et pensez à la verve d’Anne Hidalgo, la sagacité de Marlène Schiappa et le progressisme des deux. Ça laisse rêveur, n’est-ce pas ?

Pierre Mylestin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le vaccin contre le Covid : une escroquerie ?

19 Août 2021, 17:30pm

Publié par Thomas Joly

Le vaccin contre le Covid : une escroquerie ?

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°628

19 Août 2021, 16:53pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : le retour des Talibans en Afghanistan, les fiascos répétés des interventions occidentales au Moyen-Orient, l'influence de la Chine et de la Russie dans cette zone géographique, la prise de parole d'Emmanuel Macron sur l'Afghanistan, le pass sanitaire et la vaccination obligatoire, la disparition du Colonel Jean Luciani et de Michel Bayvet, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Disparition de Michel Bayvet

17 Août 2021, 19:13pm

Publié par Thomas Joly

Michel Bayvet, membre fondateur du Parti de la France, vient de nous quitter à 93 ans.

Catholique de tradition, militant de la la France française, il rejoint le Front national dès sa création en 1972. Trésorier national au début des années 80, il fut secrétaire départemental des Yvelines, élu de Versailles et exerça plusieurs mandats au sein du Conseil régional d'Île-de-France. Il a longtemps été membre du Bureau politique du FN où il intervenait peu mais toujours dans le respect de tous, ainsi qu'à la région Île-de-France dans le groupe FN d'abord puis dans celui des Nationaux indépendants présidé par Martine le Hideux avec Martial Bild, Myriam Baeckeroot, Michel de Rostolan et Roger Holeindre.

Il était un homme d'une immense courtoisie, d'une grande gentillesse, d'une nature amicale et rieuse et d'un honneur sans faille.

Ses obsèques auront lieu vendredi à 14 heures en l'église Saint Nicolas du Chardonnet à Paris.

Voir les commentaires

Capitaine Juving-Brunet : « Des forces terrifiantes sont en face, mais on ne peut plus reculer »

13 Août 2021, 10:44am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Les bons covidistes, ou ces nouveaux citoyens altruistes

12 Août 2021, 14:15pm

Publié par Thomas Joly

Depuis le début de la crise du Covid-19, en observant l’évolution du discours politique, sanitaire et médiatique ainsi que son impact sur la population, le phénomène qui m’interpelle le plus est ce que je qualifierais comme étant le renversement des notions d’altruisme et de citoyenneté.

Avant mars 2020, le Français moyen n’est pas particulièrement altruiste. En tout cas, il ne se définit pas comme tel. L’argent qu’il gagne lui sert à consommer et le temps dont il dispose lui permet de « profiter ». Ce Français-là n’oriente pas les gestes de son quotidien pour servir directement son prochain et plus largement le bien commun ou l’intérêt collectif. Il n’est pas engagé dans des associations pour les pauvres, les sans-abri ou les personnes fragiles.

De fait, avant mars 2020, l’engagement social et humain, au sens d’un engagement réel de temps et d’énergie, reste l’apanage d’une gauche empathique ainsi que celui des communautés chrétiennes. En bref, l’altruisme n’intéresse pas vraiment le Français moyen.

Mais à partir de mars 2020, tout bascule et le renversement s’opère. En effet, par une subtile pirouette politique et médiatique, ce Français moyen se transforme subitement en parangon d’altruisme et s’érige, en quelques semaines, en véritable protecteur et garant de la vie d’autrui. Ainsi, ceux qui ne faisaient rien pour les autres jusqu’à présent continuent à ne rien faire mais deviennent, par état de fait, les nouvelles figures de l’altruisme post-Covid.

De mon point de vue, le meilleur slogan gouvernemental, véritable symbole de cette révolution, est le célèbre « Je reste chez moi, je sauve des vies ». C’est-à-dire que je me constitue en sauveur des autres par mon inaction et par mon absence de prise de risque. Ainsi, ma conscience reste intacte, m’assure-t-on, et je peux ainsi légitimement continuer à me concentrer entièrement sur mon plaisir et ma consommation.

Pire encore, le nouvel altruiste fait un pas de plus lorsque ce dernier se découvre subitement une profonde empathie pour autrui. C’est pourquoi il signe, désormais, l’ensemble de ses mails professionnels ou administratifs par ce « Prenez soin de vous » tout à fait impersonnel mais démontrant, par ces quatre mots transposables à loisir, sa profonde considération toute neuve pour la santé d’autrui. Empathie véritable découverte sur le tard ? Ou simple conformisme à cette nouvelle citoyenneté sanitaire ?

En effet, le rapport à la citoyenneté s’est lui aussi complètement renversé en quelques mois. Le citoyen, avec ses droits et ses devoirs, acteur libre et critique de la vie sociale et politique de la cité, est désormais devenu une personne dont le degré de citoyenneté se mesure par sa capacité d’application et de respect des directives sanitaires. Ainsi, le Français qui respecte les gestes barrières, les règles du confinement, le port du masque, les horaires du couvre-feu, et qui n’a pas mangé à plus de six à table à Noël, ce Français-là se voit décerner le prix du citoyen modèle. Mieux encore, s’il est vacciné, il devient un des fers de lance du combat acharné contre « la » Covid-19, faisant de lui la fierté de la République sanitaire française.

Peu importe si ce Français fait partie des 70 % d’abstentionnistes des élections régionales et départementales de juin 2021. Malheureusement, l’enjeu de la citoyenneté n’est plus là et le bon citoyen n’est plus celui qui vote et paie ses impôts mais celui qui applaudit les soignants à 20 heures. Il montre l’exemple en portant fidèlement son masque à l’extérieur, effectue le bon nombre de doses de vaccin, garde activée son application « TousAntiCovid » et présente fièrement son passe sanitaire valide. Si son voisin fait un écart, il préviendra les forces de l’ordre qui agiront en conséquence contre ce mauvais citoyen de la République sanitaire française.

En conclusion, dans ces nouvelles notions d’altruisme et de citoyenneté, il y a bel et bien un renversement. L’altruisme est passé d’une définition active par la prise de risque à une définition passive par le paraître. Et la citoyenneté, quant à elle, n’est plus une participation incarnée à la vie de la cité, elle est devenue la simple quantification d’un niveau d’adhésion à la doxa politico-sanitaire actuelle.

Jean de Chastel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°627

12 Août 2021, 14:05pm

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : la crise au Liban, la démagogie jeuniste du Président de la République, Emmanuel Macron déjà en campagne, l'agressivité du gouvernement à l'égard des opposants au pass sanitaire, la fraude sociale confortée par le confinement, les résultats français aux jeux olympiques, conseils de lecture.

Voir les commentaires

Été pourri : « Les prévisions météo ne sont pas une science exacte. » Et pour le climat ?

11 Août 2021, 18:39pm

Publié par Thomas Joly

Météo France nous l’annonçait au printemps : l’été sur la France sera caniculaire ! On s’y voyait déjà, tirant la langue dans la sécheresse et les vents chauds. Au lieu de cela, l’été est pourri. Sauf pour les chanceux du littoral méditerranéen, les maillots de bain ne sont pas sortis des valises et il a fallu se ruer sur les bottes en caoutchouc et les parapluies XXL.

Moquée par des vacanciers hantés par les paroles de ( « On dirait que ça te gêne de marcher dans la boue… »), les Français se moquent de la noble institution, finalement moins fiable que la grenouille d’Albert Simon.

Il est vrai qu’on nous avait vendu, en mai dernier, « un été chaud et sec ». Mieux, comme le rappelle Libération, Météo France prédisait dès avril, dans son bulletin de prévisions saisonnières : « Seules les régions du nord-ouest et la Manche ne verront aucun scénario se dégager », le pays connaissant dans l’ensemble « des conditions plus sèches que la normale ». Résultat : 2021 est pour l’instant le deuxième été le plus pluvieux depuis 1959.

Pas notre faute, dit Météo France. Les résultats, c’est 50/50, p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non. « En comparant les différents résultats de nos modèles météorologiques pour l’été, différents scénarios sortaient et n’étaient pas tous d’accord. Il y avait 50 % de chances que l’été soit plus chaud et plus sec que la normale. On nous a fait dire beaucoup de choses », déplore, sur Twitter, le prévisionniste François Gourand. Il précise : « Le scénario le plus probable ne se réalise pas systématiquement, le moins probable peut se réaliser. » Et puis, ajoute-t-il, « depuis le 1er juin, on est quand même à un degré de plus que la normale d’un été. On ne peut pas dire qu’il fasse particulièrement frais si on fait la moyenne des températures. » Bref, et pour résumer, c’est la faute aux « gouttes froides » qu’ils n’avaient pas vu venir, car c’est « l’un des phénomènes les plus difficiles à prévoir ».

Comment vous dire… tout cela me laisse songeuse. À l’heure (ça date d’hier) où le GIEC nous balance ses certitudes apocalyptiques sur les prévisions climatiques à un siècle de distance, les prévisionnistes de la météo à court et moyen terme nous expliquent que cela n’est en rien une science exacte, que c’est cela ou son contraire, qu’au fond, on ne sait rien du temps à venir au-delà de quelques jours.

La différence notable entre les météorologues et les Nostradamus du GIEC, c’est que les premiers reconnaissent que leurs modèles produisent des scénarios parfois opposés. Le GIEC, non. Chez ces gens-là, on est sûr à 100 % du temps qu’il fera en juillet 2076. Pas question de douter de quoi que ce soit, pas question non plus d’en discuter.

À ce propos, j’ai découvert que l’enfer des bibliothèques était toujours en vigueur. Je veux dire qu’il est des ouvrages introuvables en librairie. C’est le cas du livre de Christian Gérondeau, La Religion écologiste. Les FNAC se pincent le nez quand on le leur réclame, les grandes librairies « indépendantes » aussi. Il faut commander : « C’est en stock mais on ne le met pas en magasin » (sic). Ah bon, et pourquoi donc ?

Amazon n’a pas de ces pudeurs. Le livre sera demain dans ma boîte aux lettres… et les libraires se plaindront de la concurrence déloyale.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Jean-Marie Le Pen déplore les poursuites contre Cassandre Fristot

11 Août 2021, 13:58pm

Publié par Thomas Joly

Jean-Marie Le Pen : « La poursuite engagée contre une manifestante isolée portant une pancarte illisible, sauf par la télévision, est un de ces cas d'imbécillité qui, au lieu de combattre l'antisémitisme, le propage. »

Voir les commentaires

Affaire de la pancarte de Cassandre Fristot : le Système veut diaboliser les opposants au pass sanitaire

9 Août 2021, 11:27am

Publié par Thomas Joly

Depuis deux jours, nous assistons à un emballement médiatique complétement artificiel dont les professionnels de la manipulation et de la désinformation ont le secret.

Samedi à Metz, au cours de la manifestation contre le pass sanitaire, Cassandre Fristot, militante catholique de la véritable droite nationale, portait une pancarte listant un certain nombre de personnalités appartenant à l'oligarchie cosmopolite et les accusant de trahir les Français avec cette ségrégation vaccinale qu'ils contribuent à mettre en place. Parmi ces noms, horresco referens, des gens de confession juive. Il n'en fallait pas plus pour qu'une meute de mythomanes enragés se précipite pour dénoncer un soi-disant insupportable antisémitisme. Et de diffuser la photo de la jeune femme avec son identité sur tous les réseaux sociaux, campagne de harcèlement immédiatement reprise par les médias d'État, le ministre de l'Intérieur en personne et les officines habituelles de chouineurs compulsifs.

Évidemment, il ne s'agit que d'un prétexte pour diaboliser l'énorme mobilisation populaire, qui grossit chaque samedi, contre la tyrannie sanitaire. Le bouc émissaire sera donc Cassandre Fristot, jetée en pâture avec l'accusation infamante d'antisémitisme.

Cette manipulation grotesque de la part du pouvoir en place traduit le grand manque de sérénité de nos élites face aux Français de plus en plus nombreux à s'apercevoir du scandale politique qui est en train de se produire.

Pour toutes ces raisons, j'apporte mon soutien à Cassandre, interpellée ce lundi matin par la police du régime, qui a bien le droit de livrer les noms de tous ceux qui œuvrent à détruire nos libertés et notre identité nationale.

Thomas Joly - Président du Parti de la France

Voir les commentaires