Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

À propos des « rapatriés » d’Afghanistan…

27 Août 2021, 05:31am

Publié par Thomas Joly

On va me dire que je chipote, que je joue sur les mots, qu’il y a des choses bien plus graves que ça. Peut-être. Mais il n’empêche…

Il n’empêche que lorsque je lis, un peu partout dans la presse, ces jours-ci, que « la France a rapatrié des Afghans », je fais des bonds. « Afghanistan : comment sont surveillés les rapatriés à leur arrivée en France ? » (franceinfo). « Tout comprendre – Que sait-on des cinq Afghans rapatriés en France placés sous surveillance ? » (BFM TV). « Un Afghan rapatrié en France soupçonné de liens avec les talibans, un homme en garde à vue » (Europe 1), etc.

Je sais bien que la France est la patrie des droits de l’Homme et que, en conséquence, à ce titre (de séjour ou pas), tout le monde est un peu français dans le monde et qu’« ils sont chez eux chez nous », comme disait Mitterrand. Certes. Mais tout de même. « Rapatrier » veut dire, selon mon dictionnaire, qui date un peu, « faire revenir des personnes, des biens, des capitaux dans leur pays d’origine ».

« La France a rapatrié des Afghans » signifie donc, en bon français, qu’elle les a renvoyés dans leur pays d’origine. Il semblerait pourtant que le renvoi – le rapatriement ou l’expulsion, si vous voulez – des cinq Afghans soupçonnés de liens avec les talibans, n’est pas à l’ordre du jour, que ce serait même plus compliqué que ça, maintenant qu’ils sont chez nous – je veux dire chez eux. L’un des cinq, bien que lié aux talibans, nous dit BFM TV, a aidé à évacuer des Français, notamment des journalistes, des Afghans. On frise la Légion d’honneur. Ensuite, bien évidemment, la procédure et tout ça…

Mais restons-en à la sémantique. En 1962, avec l’indépendance de l’Algérie, on parla des « rapatriés d’Algérie ». Parfois avec mépris. On se souvient même que le très socialiste Gaston Defferre ne voulait pas d’eux à Marseille. Pour ces pieds-noirs, la France, c’était leur patrie, même pour ceux qui descendaient d’Espagnols, de Maltais, d’Italiens ou de Juifs d’Afrique du nord. Une petite vingtaine d’années avant, nombre d’entre eux l’avaient d’ailleurs prouvé du côté du Garigliano et sur les plages de Provence.

Puis, société de consommation oblige, démocratisation des loisirs, le mot « rapatriement » a pris un air de voyage organisé qui se termine mal parce qu’on a mangé des trucs pas frais ou qu’on s’est fracassé la jambe dans un safari en descendant de son lit ou en glissant sous la douche. À condition d’avoir pris la bonne assurance. Mais il s’agissait toujours de rentrer à la maison.

Aujourd’hui, les choses sont déjà assez compliquées comme ça. Ce serait bien qu’on n’ajoute pas de la confusion en employant n’importe comment des mots qui ont un sens. Mais, vous me direz, c’est peut-être voulu.

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Épuration ethnique de l'équipe de France de football

26 Août 2021, 15:12pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Emmanuel Macron aurait-il menti sur sa vaccination ?

26 Août 2021, 14:01pm

Publié par Thomas Joly

Le chef de l’État avait annoncé s’être fait vacciner le 31 mai. Or, d’après les données de l’Assurance-maladie consultées par Mediapart, il aurait été vacciné le 13 juillet, au lendemain de son allocution présidentielle sur le passe sanitaire. L’Élysée évoque une « erreur » dans la transmission des données.

Source : https://www.mediapart.fr/journal/france/260821/imbroglio-autour-de-la-vaccination-de-macron

Voir les commentaires

Journal de bord de Jean-Marie Le Pen - N°629

26 Août 2021, 05:03am

Publié par Thomas Joly

Sujets abordés : un document gouvernemental qui confirme l'invasion migratoire, le fléau des naturalisations et du droit du sol, une communauté de civilisation avec les peuples européens, le droit d'asile, sacrifier les traités internationaux pour retrouver notre souveraineté, la remigration, l'afflux de migrants afghans, les règlements de compte meurtriers à Marseille, les prochaines élections présidentielles et législatives.

Voir les commentaires

La 3e dose sème le doute

26 Août 2021, 04:59am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Découvrez Thonia dans l'émission Vive l'Europe

25 Août 2021, 18:16pm

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Nouveauté : « Les Grands classiques de Synthèse nationale »

25 Août 2021, 15:49pm

Publié par Thomas Joly

Nouveauté : « Les Grands classiques de Synthèse nationale »

En cette rentrée 2021, Synthèse nationale lance une nouvelle collection de livres. Il s’agit des “Grands classiques de Synthèse nationale”. Celle-ci rassemblera les principaux ouvrages de référence (et ils sont nombreux) dont la lecture est indispensable à ceux qui refusent le formatage imposé par le Système. Vous pourrez ainsi disposer d’une véritable mine de textes non-conformistes, d’hier et d’aujourd’hui, parfois tombés dans l’oubli, qui vous aideront dans votre combat quotidien.

Cette collection est dirigée par Patrick Parment.

Voici les trois premiers volumes édités :

  • Histoire de France de Jacques Bainville
  • Socialisme fasciste de Pierre Drieu la Rochelle
  • La psychologie des foules de Gustave Le Bon

Pour les commander, c'est ici.

Voir les commentaires

Exemple à suivre : la Grèce construit un mur de 40 km pour se protéger de l'invasion migratoire

25 Août 2021, 06:07am

Publié par Thomas Joly

La prise de contrôle rapide de l’Afghanistan par les talibans a alimenté les inquiétudes au sein de l’Union européenne quant à une répétition de la crise des réfugiés de 2015, lorsque près d’un million de personnes fuyant la guerre en Syrie ont débarqué avec des millions d’autres n’ayant fui ni la guerre ni la famine. C’est dans ce contexte que la Grèce vient d’ériger une clôture métallique de 40 kilomètres à ses frontières avec la Turquie et d’installer un nouveau système de surveillance en prévision d’un afflux de réfugiés afghans qui devraient tenter de rejoindre l’Europe dans les prochains mois.

Voici la situation dans laquelle nous plonge ce rêve de monde sans frontières, sans races, sans conflits, tel qu’imposé par les idéologues progressistes qui souhaitent faire de notre planète un gigantesque marché de travailleurs mis en concurrence et de consommateurs impulsifs. Dans la réalité, les identités des peuples millénaires ne s’effacent pas à coups de directives européennes ni de programmes inclusifs. Selon une étude de l’Institut des migrations internationales, le monde compte aujourd’hui entre 500 et 700 millions de candidats potentiels à la migration. Autant dire que la source est intarissable et que l’Europe vieillissante perdrait son âme à accueillir toujours plus de migrants. Que serait l’Europe sans les Européens ? Un territoire de souvenirs, muséifié, habité par des Barbares, au sens hellénique du terme, survivant dans l’ombre de leur grandeur civilisationnelle, s’enfonçant dans les conflits interethniques, le marasme économique et la servilité technologique.

Certains pays ont bien compris que l’on ne peut assimiler des fragments de peuples s’imposant avec violence dans la cité sans y avoir été invités. La Grèce en fait partie. Et pour cause : elle doit défendre des frontières communes avec son ennemi historique turc, d’autant plus menaçant qu’il devient un véritable centre d’aiguillage des migrations internationales vers les pays de l’Union européenne. La Turquie accueille environ 4 millions de migrants et menace régulièrement de rouvrir la route des migrants en provenance du Moyen-Orient. Alors que la Grèce se protège physiquement d’un nouvel afflux de migrants, quelle sera l’attitude de la France malgré les déclarations audacieuses du Président Macron appelant à « anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants » ? Sans mesures rapides et concrètes contre la menace migratoire, la situation sera rapidement hors de contrôle.

Grégory Roose

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'indécence des Jeux Paralympiques

25 Août 2021, 05:50am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Protocole de rentrée scolaire, une absurdité sanitaire

25 Août 2021, 05:39am

Publié par Thomas Joly

Dans les colonnes du JDD, Jean-Michel Blanquer vient de dévoiler le « protocole sanitaire » qui sera en vigueur dès la rentrée scolaire : masque obligatoire dès le primaire – malgré toutes les alertes des pédopsychiatres sur les difficultés psychologiques et d’apprentissage qui en ont résulté l’année dernière -, gestes barrières, nettoyage des locaux, limites du brassage des classes, interdiction de sports de contact en intérieur. Tout sera mis en place pour que, à aucun moment, les petits élèves n’oublient l’épée de Damoclès posée inutilement au-dessus de leurs têtes. Depuis maintenant dix-huit mois, la précieuse et indispensable insouciance de l’enfance n’existe plus. Sans doute l’un des pires attributs du nouveau monde.

Rien de très nouveau, donc… à part la vaccination des plus de douze ans à laquelle les élèves sont très fortement incités. « Selon les situations, soit des équipes mobiles viendront vacciner dans les établissements, soit nous organiserons le déplacement des élèves volontaires, en lien avec les services de santé, vers les centres de vaccination », explique le ministre.

C’est terrifiant. À aucun moment il n’est question de parents et même si le consentement d’un seul des deux parents est requis – cette récente mesure ne joue d’ailleurs certainement pas en faveur de la paix des familles, déjà bien éprouvée par la chaotique gestion de crise –, comment ne pas être effrayé par cette vision d’enfants « volontaires » convoyés vers les centres de vaccination ?

Sachant que les élèves cas contact et non vaccinés seront soumis à quarantaine chez eux, ce qui ne sera pas le cas des élèves vaccinés dont on sait maintenant qu’ils peuvent être néanmoins porteurs du virus et donc transmetteurs, on se demande bien, outre l’inanité de la logique sanitaire, quelle est la limite du consentement à la vaccination : quel est l’élève qui accepte de perdre des heures de cours même s’il n’est pas malade, hypothéquant sa réussite scolaire ? Quels sont les parents qui accepteraient cela ? Mais le ministre s’obstine dans cette logique discriminatoire : « Un élève non vacciné est dans une situation plus risquée qu’un élève qui a reçu au moins une injection. Lui demander de rester chez lui en cas de contact à risque, c’est le protéger et protéger les autres » : discours lénifiant et trompeur. Le « risque », chez les enfants, d’être gravement malade est quasi nul, et contracter le Covid-19 lui permet d’être naturellement immunisé. Mais surtout, faire porter sur de jeunes enfants la responsabilité de protéger des adultes ressort d’une inversion des valeurs inouïe dans l’Histoire des civilisations : imagine-t-on la pression morale et psychologique que la société inflige à des enfants quand elle fait reposer sur leurs épaules la responsabilité de la santé et de la protection des adultes ?

« Il n’y aura pas de passe sanitaire à l’école », répète Jean-Michel Blanquer. Les professeurs, comme les policiers, ne seront donc pas soumis à l’obligation vaccinale. En revanche, un enfant de douze ans ou plus devra être vacciné contre le Covid-19 pour pouvoir pratiquer un sport en club ou en association sportive. Or, conditionner la pratique sportive des adolescents à une vaccination inutile pour leur tranche d’âge est une aberration sanitaire. En décembre 2020, l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) publiait une étude sur les conséquences du manque de pratique sportive pendant le confinement, rappelant les bienfaits de la pratique du sport chez les enfants et les adultes : diminution de 20 à 30 % du risque de développer une pathologie chronique, impact du sport sur le mental et le sommeil. Accessoirement, le temps passé à pratiquer un sport est le meilleur antidote aux écrans. Surtout, la pratique sportive participe d’une meilleure défense du système immunitaire et, donc, d’une plus grande résistance au Covid.

Ce « protocole de rentrée scolaire » a tout d’une absurdité sanitaire et les ministres Blanquer et Véran feraient mieux de revoir rapidement leur copie.

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Afghanistan : quand Poutine remet la mosquée au milieu du village

24 Août 2021, 05:29am

Publié par Thomas Joly

Une conférence de presse réunissait, vendredi, Angela Merkel et Vladimir Poutine. Première constatation qui n’a rien à voir avec le reste : du temps du bloc de l’Est, on savait former des élites. Merkel et Poutine ont presque un demi-siècle de pouvoir à eux deux.

Deuxième constatation, plus en phase avec l’actualité : si Merkel a continué de servir la soupe humaniste qu’on injecte aux Allemands depuis trop longtemps déjà, Poutine, lui, a regretté que les Occidentaux cherchent systématiquement à imposer aux autres un seul modèle de démocratie. « Il faut arrêter […] cette volonté de bâtir dans d’autres pays la démocratie selon des modèles étrangers, sans tenir compte des particularités historiques, nationales ou religieuses, en ignorant complètement les traditions selon lesquelles vivent d’autres peuples », a-t-il notamment déclaré.

On peut penser que Poutine est méchant. N’est-il pas du côté des non-américanophiles ? N’est-il pas hostile aux diverses formes de folie collective qui ont poussé la vieille Europe à une frénésie d’autodestruction ? Ces deux points suffiraient à le disqualifier. En revanche, on ne peut pas penser que Poutine est insensé. Évidemment, le messianisme stupide et barbare de ce peuple d’adolescents que sont les États-Unis n’a que trop semé le chaos dans le monde. Évidemment, les droits de l’homme ne fonctionnent pas partout (de là à dire qu’ils ne fonctionnent nulle part…). Évidemment, encore, chaque peuple a le droit de faire ses propres choix, fussent-ils incompréhensibles.

À ce propos, imagine-t-on un instant que les talibans ont pu revenir sans soutien populaire ? Sans approbation idéologique ? Sait-on qu’en 2013, une étude universitaire montrait que 99 % des Afghans étaient pour l’instauration de la charia et 84 % pour la lapidation des femmes adultères.

Poutine sait bien que l’islam des Lumières, l’inclusivité de la société afghane ou encore l’impérieuse nécessité de donner leur place aux femmes sont autant de songeries absurdes. Il a simplement remis la mosquée au milieu du village.

Arnaud Florac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les anti-passe sanitaire sont-ils si minoritaires que ça ?

23 Août 2021, 06:04am

Publié par Thomas Joly

C’est entendu : si les anti-passe sanitaire ne sont pas tous des antisémites ou des bas de plafond, une chose est certaine, ils sont minoritaires, et même très minoritaires. Gabriel Attal l’a dit. Olivier Véran aussi. Donc, c’est vrai. Et c’est même certifié par la caution d’éminents intellectuels. Le sociologue Gérald Bronner, par exemple, dans le JDD : « Les manifestants contre le passe sanitaire sont une minorité dans notre pays. La majorité des Français approuve ce dispositif. Et dans la partie de la population qui n’approuve pas, il n’y a qu’une petite minorité qui va manifester ; et au sein de cette minorité, une minorité encore est anti-vaccination et conspirationniste. Pourtant, on leur donne une visibilité maximale. C’est la tyrannie des minorités de faire passer de la visibilité pour de la représentativité. Ils existent mais ils sont si bruyants qu’on a tendance à croire qu’ils sont représentatifs. » On appréciera le raisonnement : minorité d’une minorité d’une minorité. La sociologie façon poupée russe. On appréciera aussi l’analyse sur la tyrannie des minorités. Utilisable pour (contre ?) d’autres minorités visibles ? Et très bruyantes ? Pas certain qu’on entende alors M. Bronner.

Mais revenons à nos anti-passe dont la partie émergée sont ces 200.000-400.000 manifestants des samedis d’août 2021. Deux questions agitent ceux qui, une fois encore, n’ont pas vu venir la vague . Qui ? Et combien ? « Qui ? » est devenu une question risquée. Mais quand il s’agit de savoir qui se cache derrière ces anti, elle ne gêne plus personne. Et nous sommes à peu près tous d’accord avec Nicolas Gauthier : un improbable mélange d’écolos, de nationalistes, de libéraux, de LFI et de RN. Ce qui les unit ? L’anti-macronisme et une même défiance vis-à-vis des élites. On y trouve aussi des familles inquiètes, des gens n’ayant jamais manifesté. Tous unis derrière un mot magique que l’on pensait bien rangé au fronton des mairies : « liberté ». Mot d’ordre qu’exécute sèchement notre sociologue : « Mais c’est une absurdité. Il est évident que la proposition du passe sanitaire est moins liberticide que l’obligation vaccinale. Le plus liberticide, c’est la présence du virus, les couvre-feux, les confinements. Le passe sanitaire est une étape intermédiaire douloureuse mais obligatoire. » On ne voit plus trop où est la sociologie, là-dedans. Mais passons.

Pour le « combien », la question a été réglée, elle aussi. Minoritaires, nous assure-t-on. Du ministre au sociologue. Le tout validé par un sondage IFOP pour le JDD : 50 % contre, 34 % pour. Effectivement, si en plus on se dit que dans ces 34 % il y a la carpe et le lapin, on peut dormir tranquille à l’Élysée.

Mais le même sondage permet de relativiser fortement cette vision d’anti-passe minoritaires. En effet, il révèle aussi qu’à la question « Le passe sanitaire va créer deux catégories de citoyen », les Français répondent « oui » à… 68 % ! À « Il y a d’autres moyens de lutter contre l’épidémie que le passe sanitaire » : « oui » à 57 %. « Chacun est responsable de sa propre santé et le gouvernement n’a pas à imposer d’obligation dans ce domaine » : 56 %. « Le gouvernement complique inutilement la vie quotidienne des Français » : 53 %. « Le passe sanitaire est une atteinte aux libertés » : 53 %. Et même sur « Les mesures du gouvernement sont dangereuses car elles poussent à utiliser un vaccin sur lequel on manque de recul » : 50 %.

Il y a donc bien des façons de rendre minoritaire un mouvement dont les idées essentielles sont, selon ce sondage, majoritaires. Tricher sur les chiffres des manifestants. Et ne pas regarder les réponses qui vous dérangent. Cela doit s’appeler un biais cognitif, ce truc dont Gérald Bronner est spécialiste. Les majorités que l’on ne saurait voir se cachent parfois dans les détails des sondages.

Mais la contradiction de l’opinion révélée par ce sondage entre une hostilité globale vis-à-vis du mouvement et une approbation majoritaire des grandes thèses qu’il défend s’explique peut-être, une fois encore, par son manque d’incarnation, de débouché politique, de véritable leader. Une perspective difficile à envisager, vu son caractère hétéroclite et son dénominateur commun centré sur la défiance. Il n’empêche : à quelques mois de la présidentielle, les principes forts qu’il défend peuvent très bien alimenter un véritable programme. De rupture, évidemment.

Frédéric Sirgant

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Joséphine Baker au Panthéon : pas de surprise sur la feuille de match

23 Août 2021, 05:55am

Publié par Thomas Joly

C’est désormais certain : Joséphine Baker fera son entrée au Panthéon, le 30 novembre prochain. Un collectif (un de plus), ainsi qu’une pétition de 40.000 signataires ont eu raison des hésitations du président de la République. L’artiste reposera aux côtés de Marceau (génocidaire), Voltaire (esclavagiste et antisémite), Simone Veil (qui œuvra pour que la mortalité prénatale retrouve un niveau médiéval) et autres amis du genre humain. Il n’est pas certain qu’elle aurait choisi elle-même ses compagnons de cellule, mais enfin, les vacances en lotissement, fussent-elles éternelles, vous savez ce que c’est : on n’a pas son mot à dire sur ses voisins.

Née dans le sud des États-Unis, elle devint, après une jeunesse misérable, une très grande artiste, repérée par des notables qui virent en elle le symbole de la modernité de l’entre-deux-guerres : jazz, cubisme, érotisme, art déco, une certaine forme de fascination pour les mondes exotiques. Tout cela très morandien – il est d’ailleurs possible que Paul Morand l’ait prise comme modèle pour le personnage de Congo, l’héroïne d’une des nouvelles de Magie noire.

Elle multiplia les mariages, les amants (et les maîtresses), les concerts, les tournées. Elle servit la France libre comme agent de renseignement, fut couverte d’honneurs et de décorations. Elle adopta douze enfants qu’elle éleva dans son château périgourdin. Elle milita pour les droits civiques des Noirs américains. Elle perdit tout, fut sauvée de la misère par Grace Kelly et finit ses jours à Monaco munie, selon une vieille formule, des sacrements de notre Mère la sainte Église.

Cette vie romanesque mérite un documentaire, un roman, un « biopic » peut-être. Le Panthéon ? Après tout, pourquoi pas. Si vous regardez les noms de celles-et-ceux qui y sont toutes-et-tous enterré.e.s, il y a un peu de tout.

Le plus intéressant, dans tout ça, sera l’angle d’attaque du discours d’Emmanuel Macron. Il faudra d’abord, bien sûr, faire abstraction de la forme. Chacune de ses interventions crispe son peuple jusqu’à la limite de l’AVC. Passons plutôt au fond du discours.

Va-t-il rappeler que Joséphine, de son propre aveu, trouva, en France, l’accueil chaleureux que l’Amérique raciste lui refusa jusqu’au bout ? Va-t-il se souvenir qu’elle défila au premier rang, en mai 1968, pour soutenir de Gaulle contre les gauchistes ? Que la “fasciste” Brigitte Bardot lui fit un chèque, quoiqu’elle ne l’eût jamais rencontrée, pour qu’elle tente de sauver son château ? Qu’elle finit ses jours dans un paradis fiscal, sauvée par une princesse, et mourut dans la foi catholique ? Ce serait courageux.

Je pense au contraire, pour ma part, qu’il va enfoncer toutes les portes ouvertes de la bêtise contemporaine : femme, noire, bisexuelle, Joséphine Baker était une militante intersectionnelle avant l’heure, dans un monde forcément patriarcal, raciste, hétéronormé et méchant ; elle était la preuve qu’on peut avoir « deux amours/[son] pays et Paris » et, donc, logiquement, qu’on n’est pas obligé de faire des efforts pour s’assimiler ; elle lutta pour la France libre, donc contre la Bête immonde ; elle fut initiée à la franc-maçonnerie ; elle adopta des enfants de toutes les couleurs et lutta avec la LICA (future LICRA) ; elle fut longtemps mariée à un Juif que le régime, comme de bien entendu, persécuta pendant la guerre. Tout cela est bien plus respectable, bien plus dans l’air du temps. On ajoutera un peu de repentance (« On s’escuse pour le pagne en bananes, hein, désolé, c’est parce que les Blancs sont des cons… ») et ça ira bien.

Rendez-vous le 30 novembre, donc, pour savoir comment ça va se passer. À ce propos, y aura-t-il un événement, le 20 décembre, pour les 20 ans de la mort de Senghor ? Pas sûr. Son apport au patrimoine francophone est autrement plus important, mais bon, il ne coche pas toutes les cases. C’est comme ça.

Arnaud Florac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La plus tarée des écolos-dingos, c’est Sandrine Rousseau !

23 Août 2021, 05:53am

Publié par Thomas Joly

Combats de titans au centre du tunnel verdâtre, Sandrine Rousseau est la candidate qu’il leur faut. Elle a déroulé un discours à la radicalité assumée à l'université d'été d'EELV à Poitiers : “Tout notre système économique, social et sociétal est fondé sur le triptyque : nous prenons, nous utilisons et nous jetons. Le corps des femmes, le corps des racisés. Nous ne voulons plus ça et c’est ça la révolution que je vous propose. (…) Pour cela il faudra du courage politique. Et du courage, j’en ai. De la colère, j’en suis remplie. De la radicalité, j’en suis pétrie”. Vous avez dit Pol Pot ? Bingo. Il s’agit même de sa femme Mea Son ! Mea Son Rousseau… c’est joli, non ?

Déjà un élu à Hamon de cette ville a dû démissionner pour tentative de viol. Ils ont les glandes à fleur de peau, ces gens-là. Mais le pompon a été le psychodrame entre Pol Piolle et Sandrine Rousseau. La seconde a accusé le premier d’une violente agression physique. Presque un viol, dites donc… Avant de se rétracter.

Et cette pintade énervée par la chaleur met en photo sa dream team, pas un Noir ! Du coup, elle la supprime !

Voilà tout de même la photo de son équipe de vainqueurs :

Simple rappel. Au-delà de cette limite, la malhonnêteté intellectuelle devient carrément sublime.

 Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Nous n'avons aucune solidarité à assumer avec les Afghans

22 Août 2021, 18:11pm

Publié par Thomas Joly

Cinquième rotation aérienne de Kaboul vers la France avec désormais à chaque vol une centaine d'Afghans.

Dans le même temps, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, exige que chaque pays membre prenne sa part de « réfugiés ».

Le ministre des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian assure quant à lui que « toutes les demandes d'évacuation et d'asile seront instruites ». Ce qui signifie qu'elles seront bien évidemment satisfaites.

Soyons clairs : nous n'avons aucune solidarité à assumer avec les Afghans et les Afghanes pas plus qu'avec n'importe quel autre peuple étranger à notre continent et notre civilisation.

Quand nos intérêts passent par une intervention économique ou militaire dans un pays lointain, la France doit certes s'y investir — mais uniquement dans le mesure où cela nous est utile sous quelque aspect que ce soit — puis protéger ceux qui nous ont servis et seulement eux.

Mais notre fraternité humaniste, nous la réservons aux Français et aux Européens.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires