Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Jacques Azulay, nouveau chargé de mission du Parti de la France pour les Vosges

11 Octobre 2018, 05:37am

Publié par Thomas Joly

Jacques Azulay, dynamique retraité de l'immobilier et de la boulangerie, est le nouveau chargé de mission du Parti de la France dans les Vosges (88).

Militant patriote depuis toujours, il aura en charge d'animer et développer l'activité militante du Parti de la France dans le département des Vosges.

Pour le contacter : jazulay@icloud.com ou 06.14.66.99.45

Voir les commentaires

« Les Blancs préfèrent les Blancs sur les sites de rencontre » : des universitaires veulent éradiquer ce « racisme sexuel »

11 Octobre 2018, 05:26am

Publié par Thomas Joly

Les Blancs préfèrent les Blancs sur les applications de rencontres – mais cela peut changer, selon une étude.

Une nouvelle étude déplore que les applications de rencontres permettent aux utilisateurs de tomber dans des « préjugés raciaux » lorsqu’ils recherchent un ou une partenaire.

Dans leur étude, des universitaires de l’Université Cornell affirment que le « racisme sexuel » qui sévit dans des applications comme Grindr, Tinder et Bumble peut être éradiqué avec quelques modifications simples, comme le fait de ne pas indiquer la race/l’ethnie de la personne et d’insister davantage sur ses hobbies (ce que l’on aime) plutôt que sur son identité (ce que l’on est).

Les auteurs indiquent également qu’écrire sur la diversité et l’inclusivité serait une solution pour promouvoir des couples métissés.

Selon l’étude, l’objectif final est de promouvoir des couples plus divers sur les sites de rencontre.

Jevan Hutson, auteur principal de l’étude, a déclaré dans un communiqué de presse : « Les rencontres en ligne ont un succès sans précédent, ce qui nécessite un examen plus approfondi de la prévention des discriminations dans ces applications de rencontres. »

« De plus en plus de personnes utilisent ces applications et il s’agit d’infrastructures essentielles qui ne suscitent pas beaucoup d’attention en matière de partialité et de discrimination », a-t-il déclaré dans le communiqué de presse. « L’intimité est privée, à juste titre, mais notre vie privée a des répercussions sur des schémas socioéconomiques plus vastes qui sont systémiques. »

Phumlani Kango, de Johannesburg, en Afrique du Sud, a déclaré dans une interview avec NBC que le racisme était également répandu dans son pays.

« Certains hommes diront « Pas de riz, pas de chocolat, pas de curry », ce qui signifie pas d’Asiatique, pas de Noire ni d’Indienne. »

Comme le note l’étude – qui a rassemblé les données de recherches antérieures – les Blancs ont dix fois plus de chances de recevoir un message d’une personne noire que de contacter l’utilisateur noir eux-mêmes. Cela suggèrerait une hiérarchie raciale.

L’étude a révélé d’autres exemples d’inégalité dans les applications de rencontres, notamment :

  • Les hommes asiatiques et les femmes noires ont moins de chances de recevoir une réponse positive sur les applis de rencontre.
  • Les Blancs de « tous les âges » préfèrent sortir avec d’autres Blancs.
  • Les étudiants ont tendance à éviter les rendez-vous avec les femmes noires.

Stephanie Yeboah, une blogueuse, a déclaré qu’elle avait vécu le racisme en tant que femme noire dans les applications de rencontres en ligne, même lorsque les gens étaient prêts à là rencontrer, selon The Independent. Elle a ajouté que certaines personnes posaient des questions choquantes, par exemple s’ils pouvaient « attraper le virus de la fièvre jaune ».

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

Roland Hélie présente la 12ème Journée de Synthèse Nationale sur TV Libertés

11 Octobre 2018, 05:12am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Rédoine Faïd fait la grève de la faim ? Eh bien, qu’il en crève, on s’en fout !

11 Octobre 2018, 05:05am

Publié par Thomas Joly

On croit rêver. Cauchemarder, plutôt. C’est, en effet, la grande nouvelle de ce mardi matin : Rédoine Faïd, « l’homme le plus recherché de France » jusqu’à ces jours derniers, a entamé une grève de la faim depuis son (non-)repas de midi, le lundi 8 octobre.

Le motif ? Il l’explique dans une lettre adressée aux magistrats et transmise à la direction de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, où il est détenu depuis huit jours. Ce monsieur « conteste » l’incarcération de ceux qui l’ont assisté dans sa cavale, à savoir sa logeuse et six autres personnes parmi lesquelles son frère et ses neveux. Ça ne lui plaît pas. Et ce qui ne plaît pas à Rédoine Faïd, mis en examen cette fois pour « évasion en bande organisée », « enlèvement et séquestration en bande organisée », « association de malfaiteurs en vue de la commission de crimes » et « transport d’armes ou d’engin explosif », doit bien sûr être écouté, entendu, acté, enregistré.

Mais ce monsieur est un prince qui jouit toujours d’une grande sympathie dans les médias, lesquels feignent de voir en lui un Robin des bois. C’est de tradition chez nous : on a mille précautions pour les truands, surtout s’ils sortent du 9-3, et tant pis s’ils tuent du flic. Voire tant mieux, penseront certains.

La Justice est aussi pleine de prévenance. Peur d’une bavure, peut-être, à moins qu’il ne s’agisse, là aussi, d’un penchant complice. Quoi qu’il en soit, vous et moi allons devoir mettre la main à la poche pour le suivi médical de Rédoine Faïd, auprès de qui l’on a mis en place « un suivi spécifique » avec l’assistance d’un « médecin de l’unité sanitaire ».

Imaginez que le gréviste de la faim se sente mal, quel scandale ce serait ! On crierait au harcèlement, à la torture, peut-être. Toutes les forces de la gauche extrême descendraient dans la rue, on casserait des distributeurs bancaires, on incendierait des voitures de police, on réveillerait Nuit debout, on reconstruirait le mur des cons…

Le ministre de la Justice Nicole Belloubet est tombée des nues. Du moins a-t-elle semblé. « Rédoine Faïd n’a pas à s’opposer au traitement judiciaire donné aux personnes qui l’ont hébergé ou aidé à s’évader. On marche sur la tête », a-t-elle déclaré lors de l’émission « Audition publique » sur LCP-Public Sénat, avec l’AFP et Le Figaro.

Madame Belloubet, je vais vous parler franchement. « C’est mon avis et j’le partage », comme disaient les braves gens de mon enfance campagnarde. Cet avis, le voilà : Rédoine Faïd peut bien faire la grève de la faim, il peut même en mourir si ça l’amuse. Je sais, ça n’est pas chrétien, mais on peut le souhaiter en son for intérieur, se disant que ça ferait une crapule criminelle de moins sur cette basse terre. Et puis, ça nous éviterait de devoir banquer le gîte et le couvert pour quelques décennies.

Rédoine Faïd ne veut pas manger ? Eh bien, qu’il crève de faim. On s’en fout !

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Vers un ministère de la Vérité ?

11 Octobre 2018, 05:02am

Publié par Thomas Joly

Le ministère de la Culture ne publie pas, à l’heure de la rédaction de ce billet, de lettre de mission détaillée. C’est bien dommage, et c’est symptomatique d’une gouvernance de gribouille, d’une sujétion à l’instant présent. Il faut donc se contenter des déclarations orales autour de la reprise des discussions sur la loi « Fake News » et d’un tweet de Françoise Nyssen : « Le premier rempart contre la manipulation de l’information, ce sont les médias et les journalistes. J’ai confié à @emmanuelhoog une mission sur la création d’un conseil de déontologie de la presse, qui associerait journalistes, éditeurs et société civile. »

Un nouveau comité Théodule ? C’est bien sûr une issue possible, sinon probable. Mais gardons-nous d’écrire l’histoire avant qu’elle ne se déroule.

Sur la mission précise d’un tel conseil de déontologie de la presse, il faut donc se confier à la boule de cristal. Doit-il être en charge d’établir les normes de déontologie ? Ou de statuer sur des manquements constatés ? Ou l’idée de la ministre est-elle de combiner les deux, dans un monstre qui serait à la fois juge et partie ?

Sur les normes, il serait sans doute pertinent de se contenter de la Charte de Munich et de ne pas se livrer à un particularisme qui franchit la ligne blanche de ce qui est acceptable ou non d’un point de vue de l’éthique. La révision de la « Charte des devoirs professionnels des journalistes français », révisée en 2011 en « Charte d’éthique professionnelle des journalistes », a ainsi vu une regrettable amodiation des exigences éthiques, la tromperie sur sa qualité n’étant plus considérée comme déloyale.

Si l’objet d’un tel organisme est de juger des manquements, il peut alors faire double emploi avec une autorité judiciaire. Se pose en outre la question de sa nécessaire indépendance : composé de « journalistes, d’éditeurs et de membres de la société civile », il y a fort à parier que l’on rira à cette galéjade. Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler le traitement réservé par un syndicat de journalistes éreintant Clément Weil-Raynal en plein conseil de discipline lors de l’épisode du Mur des Cons.

Le constat est simple : les médias et éditeurs ne sont pas indépendants. Ils sont la propriété d’oligarques ou de l’État et ils ne survivent qu’abreuvés de subventions. Imaginer qu’avec de telles dépendances, une déontologie exigeante puisse émerger et s’imposer relève de la candeur. Tant qu’il ne sera pas mis fin à ces tutelles, ils seront incapables de regagner la confiance d’une audience qui accepte de les financer au juste prix. Tout ce bruit ne sera donc que du bricolage.

À moins qu’il ne s’agisse d’un futur directorat du ministère de la Vérité en gestation avancée dans l’esprit de ceux qui nous gouvernent. Un outil de coercition à l’encontre des trublions qui refusent de servir la doxa bien-pensante et sa propagande. Mais je vois le mal partout…

Rémy Mahoudeaux

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Remaniement : c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

11 Octobre 2018, 04:56am

Publié par Thomas Joly

Remaniement ou pas remaniement ? On ne sait plus, on est perdu, comme l’oiseau de Michel Fugain. On ? Enfin, ceux que ça intéresse encore. Ce matin, au petit déjeuner, « on » me disait qu’elle s’en foutait ! Bon, déjà, il faudrait relativiser l’affaire. Ce gouvernement est le trente-huitième depuis le 8 janvier 1959, date d’entrée en fonction de Michel Debré, premier Premier ministre de la Ve République. En moyenne, un remaniement tous les dix-huit mois. Donc, à tout considérer, cette affaire n’est pas the event of the century, comme veulent nous le vendre en boucle les chaînes d’information continue. Rien qui casse vraiment trois pattes à un canard, si ce n’est qu’on cherche encore, apparemment, le mouton à cinq pattes pour remplacer ou, tout du moins, succéder à Gérard Collomb. Une façon, aussi, de contredire tous ceux qui moquaient la nullité de l’ancien ministre de l’Intérieur et de braver les lois de la nature qui, soi-disant, aurait horreur du vide.

Plus d’une semaine que la France vit avec un ministre de l’Intérieur par intérim. Édouard Philippe est partout, histoire de s’imposer dans le paysage. Lundi, il assistait, à Lyon, au G6 des ministres de l’Intérieur. Il faut montrer aux Français et à nos partenaires que la vente continue pendant les travaux de réfection et les échanges de pièces. Pas bonnet de nuit pour un sou, mardi soir, le Premier ministre de l’Intérieur patrouillait avec la BAC dans le 19e arrondissement de Paris. Mais être partout, c’est aussi être un peu nulle part. Le Monde rapporte les propos d’un policier concernant la réunion du G6 : « C’est la honte, on n’a même pas de ministre pour accueillir nos invités venus du monde entier. » Et pendant ce temps, on imagine, les dossiers s’accumulent sur le bureau de la Place Beauvau.

Mais tout ceci serait normal, nous dit-on. Il faut le temps de procéder aux vérifications d’usage dans la République irréprochable pour dénicher l’homme ou la femme qui n’aurait jamais mis la main dans le pot de confiture ou oublié de payer ses impôts. Cela serait donc si difficile à trouver ? La présidence, toujours prompte à faire prendre aux Français les vessies pour des lanternes, nous explique qu’Emmanuel Macron « souhaite prendre tout le temps nécessaire, dans le calme, le professionnalisme et le respect des personnes, à la composition d’une équipe cohérente et de qualité au service des Français ». Prends ton temps, Manu ! On notera les termes qui sentent bon la culture d’entreprise : « professionnalisme », « équipe de qualité ». Des fois qu’on ait eu comme un doute, ces derniers temps…

On notera aussi, et c’est sans doute le fait le plus marquant, que ce remaniement ne s’accompagnera pas d’une démission du gouvernement, comme cela avait été évoqué initialement. Certes, cette démission n’est pas obligatoire pour remanier, mais c’était devenu l’usage depuis de nombreuses années, afin de donner un « nouveau souffle » à l’action gouvernementale. Souvenons-nous des Valls I et Valls II, Fillon I, II et III. Mais qui dit nouveau gouvernement dit déclaration de politique générale devant les assemblées. Pas certain qu’à l’Assemblée nationale, Édouard Philippe aurait fait le plein, notamment du côté du MoDem.

Dans l’esprit d’Emmanuel Macron, les élections de 2017 (présidentielles et législatives) sont un « package » qui lui donne un droit de tirage illimité pour la durée du quinquennat. Changer les ministres relève alors tout au plus de la technique de management des ressources humaines. En tout cas, à cette heure, la recherche du mouton à cinq pattes vire à la chasse au dahu. Avec, en plus, un Christophe Castaner qui aurait menacé de démissionner s’il n’obtenait pas le poste, selon une révélation de Libération. Mais, en attendant, dormez en paix, braves gens, Édouard Philippe patrouille.

Georges Michel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La Journée de Synthèse Nationale dimanche à Rungis : un événement à ne pas manquer !

10 Octobre 2018, 19:01pm

Publié par Thomas Joly

Dimanche 14 octobre se déroulera la Journée Nationale et Identitaire annuelle de Synthèse Nationale. Le Parti de la France sera présent en tribune puisque Carl Lang mais aussi Jean-François Touzé et Jean-Claude Rolinat prendront la parole. Le PdF aura également un stand comme chaque année où il sera possible d'adhérer, de se fournir en matériel de propagande et aussi de se faire dédicacer le livre d'entretiens de Carl Lang.

Rendez-vous dimanche à partir de 11h à l'Espace Jean Monnet de Rungis (94), 47 rue des Solets !

 

Voir les commentaires

En défendant les migrants, les syndicats trahissent les travailleurs

10 Octobre 2018, 12:58pm

Publié par Thomas Joly

Ces connards de dirigeants syndicaux ont tous, sans exception, appelé à voter Macron. Puis ils ont tous défilé contre Macron, qui n’a fait qu’appliquer son programme sur le Code du travail. Puis ils ont entamé à la SNCF une épreuve de force qu’ils ont perdue.

Et ce jour, ils manifestaient tous contre ce qu’ils appellent la casse du modèle social. Les Insoumis et les communistes qui, eux aussi, ont appelé à voter Macron, accompagnaient les apparatchiks syndicaux, toute honte bue.

Bien évidemment, comme dans toutes les manifestations de gauche, il y a eu des incidents, des violences et des bagarres. Et sans doute y aura-t-il encore des vitrines brisées, comme à chaque dispersion.

Parmi les slogans : « Les migrants sont des travailleurs. Liberté de circulation ! » ; un mot d’ordre qui ne paraît pas avoir gêné les dirigeants syndicats de la CGT et de Sud, en première ligne dans la défense des clandestins.

Ils osent, dans un pays qui compte, selon leurs chiffres, 6 millions de chômeurs, affirmer que les migrants seraient des travailleurs comme les autres. C’est une véritable trahison du salariat, à tous les niveaux. Ces crapules se font les relais du patronat qui, en implantant de la main-d’œuvre immigrée, espère faire baisser les salaires et les conventions collectives. Ils trahissent les chômeurs à qui ils opposent d’autres travailleurs, prêts à accepter des emplois sous-payés, même si la majorité des clandestins ne sont venus pour travailler mais pour profiter du système social français.

Ces traîtres, d’autre part, sont complices de la casse du modèle social français qu’ils prétendent défendre. Tout l’argent qui est déversé pour les clandestins pourrait être utilisé pour aider les SDF français, pour améliorer nos hôpitaux et notre système de santé, pour embaucher, dans certains secteurs, des salariés indispensables aux Français. Ils sont, d’autre part, des partisans actifs de l’invasion de notre pays, du remplacement de notre population et de l’implantation forcée de dizaines de clandestins, souvent hommes seuls musulmans, dans des villages qui vont perdre leur mode de vie et leur tranquillité.

Et les comptes de la Sécu, ils y pensent ? Pendant que les dents et les yeux sont de moins en moins remboursés à des Français qui ont cotisé toute leur vie, des clandestins, des envahisseurs se voient soigner gratuitement avec notre argent et à notre détriment. Et ceux qui devraient défendre les salariés français sont les pires complices de ce détournement de leur argent.

Ces dirigeants syndicaux s’en foutent, ils n’ont plus que des syndiqués dans la fonction publique et n’ont pas besoin de recruter pour boucler les fins de mois : les subventions de l’État suffisent amplement.

Donc, totalement discrédités aux yeux des salariés français et des ouvriers (qui votent en majorité pour la droite nationale ), il ne leur reste, pour faire encore quelques adhésions, qu’à faire venir un maximum de ce que Marx appelait « l’armée de réserve du capital », à se battre pour leur régularisation, à les faire défiler dans les manifestations pour faire du nombre et à les syndiquer, même gratuitement, pour faire du chiffre. Ce sont les Français qui paient.

Martin Moisan

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires

Le communautarisme musulman, c’est aussi à l’école !

10 Octobre 2018, 12:44pm

Publié par Thomas Joly

C’est une note plus qu’alarmante des services de renseignement à laquelle Europe 1 a eu accès et dont la teneur nous est révélée ce mardi. Elle concerne « les dérives du communautarisme à l’école ». Voilà pour le titre, qui ne désigne personne, mais ledit communautarisme, bien sûr, c’est le communautarisme musulman. De plus en plus radical, de plus en plus aberrant, de plus en plus ingérable.

Donc, « Europe 1 a pu consulter en exclusivité une note ultra-confidentielle des services de renseignement, reçue par le cabinet du président de la République, du Premier ministre et de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, sur les signalements de cas de communautarisme musulman dans les établissements scolaires. » Et ce que cette note révèle est particulièrement inquiétant.

C’est la gravité des faits et particulièrement les motifs, totalement extravagants, qui inquiètent grandement l’institution. On signale, ainsi, une nouveauté sur le terrain du « refus de » : après la nourriture, la mixité, le contenu des enseignements, etc., ce sont désormais des élèves qui « refusent d’avoir cours dans des classes comportant du mobilier rouge, jugé « haram », c’est-à-dire interdit par le Coran ». La note signale également la multiplication des cas où les enfants « refusent de dessiner des représentations humaines », « se bouchent les oreilles quand on passe de la musique en classe » ou bien – presque classique, désormais – refusent de se donner la main entre garçons et filles.

La note alerte également sur un problème qui pourrait relever de la santé publique, à savoir que les enfants suivent le ramadan de plus en plus tôt, mettant en place de véritables phobies délirantes. Ainsi « à Troyes, des élèves de sixième ont refusé d’aller à la piscine avec leur classe de peur de “boire la tasse et de casser leur jeûne” ».

La question des repas devient, dès lors, ingérable quand il ne s’agit plus seulement de refuser la nourriture, mais même de s’asseoir à côté de celui qui ne mange pas halal ! Il est ainsi rapporté qu’au cours d’un voyage scolaire organisé dans un collège de Saint-Denis, il a été proposé du poulet et des frites. Sur une cinquantaine d’enfants, trente-cinq ont refusé le poulet « non halal »… qui a été jeté. Pour les mêmes raisons, on supprime partout des voyages scolaires.

Voilà autant de faits qui relativisent les discours larmoyants des belles âmes sur les enfants qui ne peuvent manger à leur faim ou qui sont discriminés parce que privés de sorties…

Tout cela est su mais nié par une grande partie de nos intellectuels (ou prétendus tels) qui persistent à voir en tout musulman un martyr de l’Occident colonisateur. Pourtant, comme le soulignait Hakim El Karoui au début de septembre, sur Europe 1 également, le communautarisme musulman est en train de fabriquer sous notre nez une société parallèle.

Auteur d’un Rapport sur la réorganisation de l’islam de France, ce spécialiste de l’histoire de l’islam auprès de l’Institut Montaigne établit une comparaison sans doute très déstabilisante pour nos penseurs de gauche, mais parfaitement fondée : « L’islamisme ressemble au communisme », dit-il. Comme lui, il a « des militants, des sympathisants, et une activité locale pour diffuser une idée ». Comme le communisme qui voulait imposer par la force une société prétendument généreuse, les islamistes « essayent de créer une société alternative, qui va être pure, halal – halal veut dire “licite”. De façon concrète, ce sont évidemment les vêtements, la nourriture mais aussi la façon de vivre ensemble. On crée un “Blablacar halal”, un “Airbnb halal” pour ne pas se mélanger. » Car le propre des tous les communautarismes est là : créer une société en marge, avec ses propres règles.

On peut contester les propositions d’Hakim El Karoui, mais certes pas sa conclusion : « Il faut se lever et reprendre la main sur la religion musulmane. » S’il n’est pas trop tard…

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Des scientifiques gauchistes souhaitent « combattre l’hostilité à l’immigration de masse » en droguant massivement les Blancs

9 Octobre 2018, 05:43am

Publié par Thomas Joly

Les gauchistes veulent droguer massivement les Blancs avec une hormone d’attachement pour qu’ils acceptent l'invasion migratoire. Le mathématicien et philosophe Olivier Rey revient sur cette hormone, l’oxytocine, citée dans une revue scientifique, qui permettrait de vaincre l’hostilité entre les hommes.

Voir les commentaires

La plupart des enluminures présentes dans les livres d’Histoire sont des faux exagérant l’avancée scientifique du monde arabe

9 Octobre 2018, 05:22am

Publié par Thomas Joly

Les Arabes ont donc même volé leur réputation de scientifiques médiévaux. De fausses enluminures représentant la science islamique ont trouvé leur place dans les bibliothèques et les livres d’Histoire les plus réputés.

Des anachronismes s’appropriant des découvertes européennes comme le télescope

En plus des couleurs un peu trop vives et des coups de pinceau un peu trop propres, ce qui me dérangeait, ce sont les télescopes. Le télescope était connu au Moyen-Orient après que Galilée l’a mis au point au XVIIe siècle, mais presque aucune illustration ou enluminure n’a jamais représenté un tel objet. La contradiction la plus frappante, cependant, était la plume d’oie dans la main du quatrième personnage. Les érudits du Moyen-Orient avaient toujours utilisé des roseaux pour écrire. Il n’y avait plus aucun doute : l’illustration de la couverture était un faux des temps modernes, se faisant passer pour une illustration médiévale.

La fausse enluminure représentant des astronomes musulmans est loin d’être un cas isolé. Des « productions », voire des faux, sont faites pour séduire un public contemporain en prétendant représenter la science d’un passé islamique lointain.

Une industrie du canular au service de la propagande arabe

Le problème ne se limite pas aux touristes naïfs et aux universitaires parfois dupes : nombre de ceux qui étudient et enseignent l’Histoire de la science islamique se sont engagés dans une sorte d’escroquerie similaire. Il existe aujourd’hui des musées entiers remplis d’objets réimaginés, façonnés au cours des 20 dernières années mais destinés à représenter les vénérables traditions scientifiques du monde islamique.

Une réputation volée de scientifiques

L’ironie, c’est que ces fausses illustrations et ces faux objets sont le produit d’un désir bien intentionné : celui d’intégrer les musulmans dans une communauté politique mondiale par le récit universel de la science. Ce souhait semble d’autant plus pressant face à la légitime montée de l’islamophobie. Mais que se passe-t-il lorsque nous commençons à fabriquer des objets pour les contes que nous voulons raconter ? Pourquoi rejetons-nous les véritables vestiges matériels du passé islamique pour leurs homologues confinés ? Quelle est exactement la légitimité de la science dans l’Islam que nous espérons trouver ? Ces faux révèlent une préférence pour la fiction plutôt que pour la vérité. Ils soulignent un problème plus vaste concernant les attentes que les chercheurs et le public placent sur le passé islamique et son héritage scientifique.

Source : http://suavelos.eu

Voir les commentaires

Supermarché sans caissière à Paris : le meilleur des mondes marchands

9 Octobre 2018, 05:11am

Publié par Thomas Joly

A Paris, près des Champs-Élysées, le Groupe Casino a présenté son supermarché “nouvelle génération”, ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et sans la moindre caissière, son travail étant assumé par le client à l’aide des nouvelles technologies ! Et tant pis pour les emplois qui disparaissent, on appelle cela le “progrès”.

A partir de 22h, les clients ont besoin d’un téléphone portable avec application mobile Casino Max pour entrer, en scannant leur code sur une borne à l’entrée et à la sortie.

Des clients qui, non seulement ont contribué à priver des caissières de leur emploi, mais qui offrent également avec le sourire toutes leurs données à Big Brother.

Bienvenue dans le meilleur des mondes… marchands.

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Le nouveau Réinfo

9 Octobre 2018, 05:10am

Publié par Thomas Joly

Au sommaire de ce numéro :
 
• Areva : La justice américaine se penche sur une affaire de corruption lors de l'acquisition d'une start-up californienne par le groupe AREVA, qui pourrait se voir réclamer près de 24 milliards d'euros. Encore une facture pour le contribuable français.
• La démission de Gérard Collomb : Fidèle de la première heure de l’Illuminé du Touquet, le numéro 2 des Gouvernements Philippe claque la porte de la Macronie.
• Tout va bien, vous êtes en Macronie.Avec un criminel caché sous une burqa, un président de la république plus proche des délinquants que des retraités et des demandeurs d'asile qui n'ont rien de réfugiés politiques.
• La poudrière des Balkans :provocation du président Hashim Thaçi au Kosovo et referendum en Macédoine, l'OTAN avec la complicité des dirigeants européens, testent ses forces face à l'archi-antagoniste russe, au risque, comme il y a 100 ans, de mettre le feu à cette poudrière.

Et pour finir, l’actualité du Parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Voir les commentaires

« Mariages communautaires » à Annecy : et si on exposait les faits, en toute simplicité ?

9 Octobre 2018, 05:06am

Publié par Thomas Joly

Comme vous, chers confrères journalistes, je déplore de voir se suivre et se ressembler les sondages montrant notre crédibilité en baisse aux yeux des Français. Comme vous, je m’attriste, sur les réseaux sociaux, de nous voir appeler de façon fort peu aimable « journaleux » ou même, carrément injurieuse, « journalope ».

Néanmoins, ne devrions-nous faire notre examen de conscience avec plus d’application ? Et peut-être pratiquer le « Qui-est-ce », jeu d’observation destiné originellement à la tranche des 6-8 ans, mais qui nous permettrait de développer avec profit notre sens de la déduction ?

Prenons un exemple simple : imaginons un événement qui réunirait Giscard d’Estaing, Hollande et Sarkozy. Évoquerions-nous une manifestation d’hommes mûrs en costume sombre, un rassemblement de chauves confirmés ou en devenir, un rendez-vous de porteurs de Rolex ou, en nous creusant la tête, trouverions-nous – eurêka-sapristi-bon-sang-mais-c’est-bien-sûr ! – un autre point commun pour les désigner collectivement ?
Continuons : pour illustrer astucieusement notre propos, choisirions-nous un tableau de colchiques dans les prés, un cliché d’Obama, Clinton et Carter réunis… ou une photo de Valéry, François et Nicolas, nos ex-Présidents chéris ?

Alors, pourquoi ne traite-t-on pas avec la même simplicité tous les autres sujets ?

Samedi, toute la presse bruissait des ces deux mariages à Annecy qui, ayant dégénéré, ont conduit la police à dresser 70 PV et retirer 72 points de permis. Europe 1 évoque pudiquement « une pagaille » et met une jolie photo d’art : deux jeunes mariés y échangent langoureusement un baiser sur fond de dôme des Invalides (Annecy, Paris, ça rime, on ne va pas chipoter). Mais que s’est-il passé ? Le bouquet de la jeune épousée a-t-il éborgné un passant, la traîne fait glisser une vieille dame, le riz aveuglé un cycliste ?

20 Minutes parle d’« une cinquantaine d’automobilistes [ayant] commis des infractions ». De sympathiques terrasses ensoleillées illustrent le propos. Sans doute parce qu’il suffisait d’aller tranquillement à l’écart prendre un Coca pour éviter de voir tout ça.

D’autres sites, plus téméraires, rajoutent un qualificatif obscur : « communautaire ». Il s’agissait de « mariages communautaires ». Parce qu’il existerait des mariages qui ne réunissent pas une communauté – familiale ou amicale – et où l’on irait comme dans le festin des noces de l’Évangile chercher au hasard des invités dans la rue ?

Le Point, enfin, qui n’a vraiment peur de rien, lâche le mot : il s’agit de « deux mariages célébrés au sein de la communauté turque d’Annecy », et appuie son propos… d’un portrait de jeunes mariés semblant droit sortis de Saint-Germain-des-Prés. Comprenne qui pourra. C’est-à-dire sans doute fort peu de monde.

Oui, pourquoi ne pas dire les faits tels qu’ils sont ? Pourquoi tourner autour du pot, essayer de faire prendre des vessies pour des lanternes ou de les dissoudre dans un grand flou qu’on conviendrait d’appeler vessernes ou lanties, comme si tout le monde ne savait pas qu’en France, le tapage nuptial ne va guère plus loin que le klaxon du tonton derrière la voiture enrubannée, et que personne ne s’aviserait d’appeler les gendarmes pour ce bête pouët-pouët ?

Albert Londres recommandait au journaliste de porter la plume dans la plaie. Pas de la couvrir discrètement d’une grande couche de Tipp-Ex®… qui, pire qu’un journaleux ou une journalope, fait de vous un journalown : avec un gros nez rouge.

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Giscard d'Estaing confie que le regroupement familial est « son grand regret »

9 Octobre 2018, 05:05am

Publié par Thomas Joly

Comme rarement, l’ex-chef de l’État s’est livré au biographe Éric Roussel. Ses blessures, ses doutes, ses idéaux… Extraits en avant-première du livre.

« Son grand regret, le regroupement familial, décidé par un simple décret de Jacques Chirac en 1976. (…) L’idée de faire venir les familles des immigrés paraissait, à l’époque, naturelle. Avec l’augmentation massive de l’immigration en provenance de pays musulmans, elle divise profondément. Raymond Barre, d’ailleurs, le suspendit pour trois ans, avant que le Conseil d’État annule cette décision au motif que le regroupement familial faisait désormais partie de principes généraux du droit. »

Avec le recul, Valéry Giscard d’Estaing regrette cette initiative : « L’idée en soi était juste et généreuse (…) Mais elle a été mal appliquée, et j’ai eu le tort de ne pas plus surveiller l’application ; j’en ai donc la responsabilité (…) Nous visions le noyau familial tel que nous le connaissons et nous avons vu arriver des noyaux familiaux totalement différents. »

Dans son essai, Le sens de la République, l’historien Patrick Weil a aussi révélé que le président avait eu le projet de dénoncer les Accords d’Evian pour pouvoir rapatrier quelque 500.000 Algériens en cinq ans.

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires