Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Donald Trump va autoriser l’armée à tirer sur les migrants s'ils se montrent agressifs

2 Novembre 2018, 10:43am

Publié par Thomas Joly

A cinq jours des élections de mi-mandat aux États-Unis, Donald Trump a suggéré que l’armée américaine pourrait être autorisée à tirer sur les migrants tentant d’entrer illégalement aux États-Unis si ceux-ci jettent des pierres sur les soldats.

Donald Trump hausse le ton. A quelques jours des élections de mi-mandat, cruciales pour le contrôle du Congrès, le président américain a encore durci sa ligne concernant l’immigration. Jeudi 1er novembre, il a annoncé que les États-Unis refuseraient l’asile à toute personne entrant sur le territoire américain en dehors des points légaux d’accession au pays, relate Le Monde

En cas d’agression, l’armée pourra ouvrir le feu

Le président américain a également laissé entendre qu’il pourrait autoriser l’armée à ouvrir le feu sur les migrants en cas d’agression : « Les migrants veulent lancer des pierres sur notre armée, notre armée réplique. Nous allons considérer cela, et c’est ce que je leur ai dit, comme si c’était un fusil », a-t-il déclaré devant les journalistes à la Maison Blanche. Il a aussi précisé qu’il prendrait un décret en ce sens la semaine prochaine, et que les familles de migrants illégaux seraient détenues dans des camps sans être séparées de leurs enfants.

« Urgence nationale »

Cela fait maintenant plusieurs jours que Donald Trump entend serrer la vis sur la question de l’immigration clandestine, parlant d’« urgence nationale ». Il a notamment annoncé que 15.000 hommes pourraient être déployés à la frontière mexicaine, face aux « caravanes » de migrants venant d’Amérique centrale.

Source : http://valeursactuelles.com

Voir les commentaires

Découverte d’un lance-roquettes le soir d’Halloween dans le 9-3 !

2 Novembre 2018, 10:29am

Publié par Thomas Joly

Le RPG-18 est un lance-roquettes à un coup, jetable. Il est préchargé avec une fusée à aileron stabilisé. Cette arme a été produite pour l’armée soviétique jusqu’au début des années 1990. Son développement est inspiré de l’arme antichar jetable M72 LAW de fabrication américaine, qui a largement été utilisée pendant la guerre du Vietnam. Vous vous demandez ce que vient faire la nomenclature d’une arme de guerre soviétique utilisée durant la guerre froide ?

Simplement que ce type d’arme a été découvert, d’après Le Point, dans le 9-3. Avouez que l’on est loin de Moscou et des terrains de guerre de l’Afghanistan ou de la Syrie. Pourtant, selon les informations de l’hebdomadaire, des policiers ont découvert, le 31 octobre, ce type de lance-roquettes dans les parties communes d’un immeuble implanté à Noisy-le-Sec. S’étant rendus dans la cité du Londeau à l’appel d’un riverain, les fonctionnaires ont décelé un lance-roquettes antichar modèle RPG-18 trouvé dans les sous-sols d’un immeuble.

Toujours selon ce média, le lance-roquettes était démuni de sa munition, mais en parfait état de fonctionnement. Avouez qu’il est difficile d’y croire, et pourtant, un haut fonctionnaire de la police explique froidement : « Ce n’est pas la première fois que l’on découvre ce type d’arme de guerre en Seine-Saint-Denis, mais ça n’arrive pas tous les jours quand même, heureusement. Il va falloir déterminer l’origine de ce matériel militaire et comment il a pu arriver à cet endroit. »

« La cité du Londeau est plutôt calme », poursuit le journal. « On sait qu’il y a du trafic de stupéfiants au sein de ce quartier, mais comme dans beaucoup d’autres endroits en Seine-Saint-Denis. C’est loin d’être la cité la plus difficile du secteur. »

Alors, si ce n’est pas le premier lance-roquettes trouvé et si cette cité n’est pas la plus difficile, dans les quartiers les plus chauds, on trouve quoi ? Des canons ? Des engins blindés, des mines, des missiles ?

Il faut dire qu’en Seine-Saint-Denis, ce territoire où l’emprise islamiste est une réalité dicible depuis le livre des journalistes Davet et Lhomme, on s’attend désormais à tout. D’ailleurs, à la fin du mois d’août dernier, un lance-roquettes, des armes et des explosifs avaient été découverts dans un pavillon à Saint-Denis.

Hélas, il n’y a pas que dans cette banlieue parisienne que les engins de guerre se multiplient : dans une cité de Marseille (Bouches-du-Rhône), au mois de janvier 2018, des policiers ont saisi des grenades antichars et antipersonnel. Un enquêteur de la cité phocéenne a, d’ailleurs, expliqué au Point : « Depuis des années, les armes de guerre circulent dans les cités, mais des lance-roquettes, ça reste rarissime […] On a vu des livraisons de drogue couplées à des livraisons d’armes. Ces armes peuvent aussi, parfois, venir en paiement d’une dette. »

Avec cette nouvelle découverte, un cran a été franchi. Avouez que tous ces renseignements sont effrayants. On comprend mieux pourquoi Gérard Collomb s’est tiré dare-dare du poste de ministre de l’Intérieur et pourquoi il nous a parlé de « face-à-face » préfigurant une guerre civile en Seine-Saint-Denis. Il serait peut-être temps de recommander à Castaner de faire accompagner, dans ces quartiers, les patrouilles de police par des personnels du déminage et des chars Leclerc ?

J-P Fabre Bernadac

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Référendum en Nouvelle Calédonie : le Parti de la France appelle à voter contre l'indépendance

2 Novembre 2018, 10:14am

Publié par Thomas Joly

Communiqué du Parti de la France

Trente ans presque jour après celui de 1988 qui visait à entériner les « Accords de Matignon » voulus et négociés par Michel Rocard alors Premier ministre socialiste, le référendum organisé en Nouvelle Calédonie ce 4 novembre se veut l'ultime étape du processus d’indépendance du territoire confirmé par les Accords de Nouméa signés en 1998 par le gouvernement Jospin.

Ultime étape si le oui à l’indépendance venait à l'emporter… Car, dans le cas contraire, les pouvoirs publics, acquis aux revendications mélanésiennes et soumis aux pressions australiennes et néo-zélandaises, ont, dans leur acharnement à brader ce sol français depuis un siècle et demi, prévu de nombreux autres scénarii permettant a une majorité qualifiée aux Congrès de revenir sur ce vote et de continuer le processus d’autodétermination canaque.

Riche de ses ressources minières (le Nickel en particulier), la Nouvelle Calédonie constitue, pourtant, pour la France un atout important permettant une présence renforcée dans la zone pacifique et une consolidation majeure de notre espace maritime national (la zone économique exclusive, normalement fixée à 200 milles des côtes a été étendue à 350 milles en 2015 après l'avis favorable de l'ONU).

Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la droite nationale et en particulier ceux faisant partie du corps électoral appelé à voter dans le territoire dimanche (tout à été fait pour en réduire le nombre et pour favoriser le vote aborigène), à se mobiliser contre le bradage de ce territoire français pour lequel se sont battus bien des nationaux et sont morts nos gendarmes dans la grotte d'Ouvéa en 1988.

Rappelons que la Droite nationale fut en pointe pendant toute les années 80 contre les exactions commises par les activistes kanaks et les agents du séparatisme. C'est à son retour de Nouvelle Calédonie où, à la tête d'une délégation Front National, il avait mené une rude et dangereuse campagne, que notre camarade et ami Jean-Pierre Stirbois, Secrétaire général du FN trouva la mort le 5 novembre 1988 à Pontchartrain dans le département des Yvelines.

Deux jours plus tard, grâce à l'apathie des Français et surtout à la trahison (une fois de plus) du RPR de Jacques Chirac qui avait appelé à l'abstention, le référendum, au niveau national, entérinait à 79% le processus d'autodétermination tandis qu’en Nouvelle Calédonie, les Caldoches, sous l’influence et par l’action de Jean-Pierre Stirbois, refusant dans leur immense majorité de suivre le RPR dont beaucoup étaient pourtant adhérents, répondaient clairement non à la séparation d’avec la France.

Faisons en sorte qu'il en soit de même dimanche.

Voir les commentaires

La dépouille de Franco, sparadrap du capitaine Haddock pour le nouveau pouvoir espagnol

2 Novembre 2018, 09:59am

Publié par Thomas Joly

« On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher… » La réplique culte des Bronzés a permis, en juin, au socialiste Pedro Sánchez de prendre la tête du gouvernement espagnol. Mais avec une majorité en kit façon IKEA, il sent bien qu’il aura du mal à tracer un avenir qui mette beaucoup de gambas dans les paellas de ses compatriotes. Alors, il fait ce que la gauche a toujours fait de mieux : attaquer le passé en faisant, après des années de tergiversations, voter l’expulsion de la dépouille du général Franco de la Valle de los Caídos. Plus de 80 ans après la fin de la guerre civile, les revanchards du peuple de gauche ne baissent pas les bras, mais la France spécialiste de l’exercice serait malvenue de se moquer de ce genre d’épuration.

Étonnamment, la famille du Caudillo accueillit le sacrilège avec une flegmatique indifférence. Disposant, en effet, d’un panthéon familial au cimetière privé du Pardo, tout le monde – à commencer par Sánchez – pensait que les descendants du Caudillo transféreraient tout naturellement sa dépouille dans ce lieu plus discret, offrant au nouveau pouvoir la gloire immortelle d’une victoire sans risque et à peu de frais sur une dictature fasciste.

Mais patatras ! La famille avait dans son jeu un atout majeur ! Parce que Franco avait, de son vivant, acheté, à deux cents mètres du Palais royal, un caveau dans la cathédrale de l’Almudena, laquelle, pour la modique somme de six euros, est bien plus visitée que la lointaine et lugubre Valle de los Caídos… Comme presque toujours, le remède socialiste se révèle donc pire que le mal et le Premier ministre, qui se disait « très fier » d’avoir obtenu le retrait du corps du dictateur « d’un endroit où il n’aurait jamais dû se trouver », est dans la seringue. Légalement, il ne peut rien faire parce que, comme le rappellent les autorités religieuses, « on ne peut empêcher un chrétien d’enterrer un parent dans une crypte qu’il a préalablement achetée ».

À part la trêve hivernale des expulsions (ça marche aussi pour les morts ?), seule une intervention divine semblait en mesure d’éviter aux épurateurs un résultat diamétralement opposé à celui recherché. C’est pourquoi, lors de sa visite au Vatican à la fin du mois, le numéro 2 de l’exécutif espagnol a tenté d’arranger le coup avec le pape François. Un communiqué du gouvernement espagnol, publié à la suite de la rencontre de la vice-présidente avec le cardinal Parolin, affirme que celui-ci a « garanti » que le Vatican « ne va pas s’opposer à l’exhumation des restes de Francisco Franco du Valle de los Caídos ». Mais, pour le reste, c’est bien vague : « concernant l’inhumation, les deux parties sont convenues de la nécessité de trouver une solution et de maintenir le dialogue ».

Richard Hanlet

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Les migrants clandestins de Friville-Escarbotin (80) sont partis !

1 Novembre 2018, 18:14pm

Publié par Thomas Joly

La plupart des clandestins installés autoritairement à Friville-Escarbotin (80) par le préfet la semaine dernière, avec la complicité active de la municipalité, sont partis. D'une part, parce qu'ils souhaitent passer en Angleterre et vont tenter leur chance à Calais, Dieppe, Ouistreham ou Dunkerque. Et d'autre part, parce que, la veille de leur arrivée, les militants du Parti de la France avaient alerté les habitants de l'arrivée ces migrants. Il en a été de même à Moreuil (80).

Quoi qu'en dise la presse locale xénophile pro-invasion, les habitants des communes concernées étaient en très grande majorité hostiles à l'installation de ces clandestins, et la mobilisation des militants locaux du Parti de la France a été particulièrement appréciée et soutenue.

Partout où il le pourra, le Parti de la France sera aux côtés des Français qui refusent que leur commune soit colonisée par des migrants.

 

Voir les commentaires

Brésil libéré : Bolsonaro veut en finir avec les quotas raciaux en faveur des noirs et des mulâtres

1 Novembre 2018, 09:49am

Publié par Thomas Joly

Le général Ribeiro Souto, responsable du volet éducation du programme de Jair Bolsonaro, compte mettre en place une « nouvelle bibliographie pour les écoles » pour « enseigner la vérité sur 1964 », date de la mise en place d’un pouvoir militaire jusqu’en 1985.

Par ailleurs, le président Bolsonaro veut réduire les quotas de places réservées aux Brésiliens noirs dans les universités publiques et dans la fonction publique.

« Je ne dirai pas que je vais mettre fin aux quotas, car cela dépend du Congrès. Peut-être, réduire le pourcentage. Non seulement pour l’université, mais aussi dans les concours de la fonction publique. Pour l’amour de Dieu, mettons fin à cette division au Brésil. »

La loi du 9 juin 2014 réserve 20 % des postes vacants dans les concours publics des administrations publiques fédérales, des municipalités, des fondations et des sociétés d’économie mixte ou à économie mixte contrôlées par le gouvernement aux personnes qui se disent noirs ou mulâtres.

Les quotas raciaux d’admission dans les universités et les établissements fédéraux d’enseignement technique moyen sont définis par la loi n° 12 711 du 29 août 2012. Cette loi exige que 50 % des postes vacants de chaque sélection soient réservés.

En raison de diverses mesures de discrimination en faveur des noirs, métisses et mulâtres, le pourcentage de Noirs inscrits dans les universités publiques fédérales est passé de 20 % en 2011 à 40 % en 2016.

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Londres multi-ethnique : le prochain maire sera pakistanais ou jamaïcain !

1 Novembre 2018, 09:43am

Publié par Thomas Joly

Londres, la capitale du Royaume-Uni, aux milles visages, aux multiples ethnies, devient la capitale du multi-culturalisme qui détruit l’identité.

Aux prochaines élections municipales de 2020, les Travaillistes présenteront à nouveau l’actuel maire pakistanais et musulman pratiquant, Sadiq Khan. Et les Conservateurs ont choisi de leur côté Shaun Bailey, d’origine jamaïcaine.

Dans cette vaste capitale, il a donc été impossible de trouver dans une population dont plus de la moitié est née à l’étranger ou de parents étrangers, un seul candidat aux yeux bleus et à la peau claire, issu d’une lignée de bons gros Anglais compassés, fier de sa monarchie et de sa City financière…

La capitale britannique n’est plus anglaise !

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Le train de vie fastueux du cabinet d’Édouard Philippe

1 Novembre 2018, 09:32am

Publié par Thomas Joly

Il y a, en politique, des hasards qui, sans doute, n’en sont pas. Hasards de calendrier, de révélations… C’est ainsi qu’une Ségolène Royal, vexée comme un pou d’avoir été ignorée et oublieuse de ses propres ratés (notamment le fiasco de l’écotaxe qui nous a coûté 1 milliard d’euros), dénonce le manque d’engagement écologique du chef de l’État. Ou bien qu’une députée LR, rapporteur spécial de la commission des finances, dénonce les dépenses somptuaires du cabinet du Premier ministre au moment où Nicolas Sarkozy donne une grande interview au Point – manière, peut-être, de faire oublier ses démêlés avec la Justice dans l’affaire Bygmalion.

Il n’en demeure pas moins que les chiffres rapportés par ladite commission ont de quoi laisser le contribuable sans voix, surtout à l’heure où on lui annonce de nouvelles ponctions sur son modeste budget.

Voici donc les faits marquants relevés par madame Christine Dalloz : « Alors que tous les ministres se voient imposer une réduction drastique de leur cabinet, les effectifs du cabinet du Premier ministre s’élèvent à 496 équivalents temps plein : 69 membres du cabinet, 427 personnes chargées des fonctions support », dit-elle. C’est huit fois plus, en moyenne, que les effectifs des autres cabinets ministériels mais encore bien moins qu’à l’Élysée, où quelque 850 personnes gravitent autour du chef de l’État.

Les dépenses de personnels concernant strictement les services du Premier ministre s’élèvent ainsi à 19 millions d’euros, « alors qu’elles ne comprennent que la moitié des effectifs, les autres personnels étant mis à disposition par différents ministères », souligne-t-elle. Et parce qu’il faut bien caser tout ce monde dans les palais de la République – question de prestige et de proximité, sans doute -, « ils sont répartis dans cinq hôtels particuliers du VIIe arrondissement de Paris dont les dépenses hors loyer atteignent 4,4 millions d’euros par an ».

À cela, il convient d’ajouter 70.000 euros de frais de représentation, des frais de déplacement pour un montant global de 4,1 millions d’euros, dont 3 millions pour les seuls vols ETEC (Escadron de transport, d’entraînement et de calibration), c’est-à-dire les avions gouvernementaux. Là encore, s’il faut compter le double pour l’Élysée, c’est toutefois sans commune mesure avec les autres ministères qui utilisent presque exclusivement le train. Enfin, il faut compter « les dépenses d’intendance de 2,3 millions d’euros, qui ne comprennent que les produits alimentaires, les prestations hôtelières et les vêtements ». C’est, encore une fois, sans commune mesure avec les autres cabinets ministériels (7 à 8 fois plus), et quasiment l’équivalent des frais de l’Élysée (2,6 millions).

Compte tenu des ratios entre ce ministère et les autres, il est possible que le budget global des dépenses ministérielles ne soit pas plus élevé qu’il l’était sous les précédents mandats, et madame Dalloz a beau jeu de dénoncer « ce manque de transparence qui crée la suspicion et alimente les scandales hautement préjudiciables à la confiance entre les citoyens et la classe politique ». On dira que c’est de bonne guerre, ou de bonne politique, sachant que notre Premier ministre est issu de son propre parti où il tient le rôle du traître de comédie.

Toutefois, on ne peut que s’interroger sur le bien-fondé de dépenses aussi faramineuses et la nécessité d’un personnel aussi pléthorique quand on opère des coupes sombres à côté au nom de la nécessaire restriction budgétaire. Cf. le ministère des Sports, amputé de 30 millions. On va financer les infrastructures pour accueillir les Jeux olympiques mais on n’aura plus de sportifs pour arracher les médailles…

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

La justice soviétique française ordonne l'expertise psychiatrique de Thomas Joly et renvoie son procès en mai

31 Octobre 2018, 14:25pm

Publié par Thomas Joly

Contre toute attente, par un arrêt rendu ce 31 octobre 2018, alors qu'il s'agit d'un vice de procédure manifeste, la Cour d'appel d'Amiens a décidé, suite à la demande de l'avocat général le 24 octobre, de soumettre Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, à une expertise psychiatrique pour avoir diffusé sur son blog des images de décapitation illustrant un article consacré à la barbarie de l'État islamique.

À des fins d'intimidation, une mesure judiciaire, en général utilisée pour des individus suspectés de pédophilie ou pour des criminels déficients mentaux, va donc s'appliquer à un opposant politique du gouvernement en place qui n'a fait que rediffuser des images disponibles partout sur internet pour dénoncer une organisation terroriste qui a officiellement déclaré la guerre à la France.

Cette procédure totalement abusive démontre l'extrême politisation de notre système judiciaire qui n'a rien à envier aux parodies de procès de l'ère soviétique de sinistre mémoire où la psychiatrisation des opposants était largement pratiquée.

Ce type de pratique politico-judiciaire, dont Marine Le Pen est elle aussi victime pour les mêmes faits, est tellement grossier que tout cela va inéluctablement se retourner contre l'engeance gaucho-islamophile au pouvoir qui ne sait plus quoi tenter pour faire taire ses opposants.

Voir les commentaires

Donald Trump veut interdire le droit du sol aux États-Unis qu'il juge « ridicule »

31 Octobre 2018, 12:44pm

Publié par Thomas Joly

Le président américain a estimé, au cours d’un entretien accordé au site Axios, qu’il envisageait de supprimer par décret le droit du sol pour l’obtention de la citoyenneté américaine, une disposition qu’il critique de longue date.

« Nous sommes le seul pays au monde où, si une personne arrive et a un bébé, le bébé est citoyen des États-Unis avec tous les avantages », assure Donald Trump, alors que d’autres pays reconnaissent également le droit du sol, comme la France colonisée par l'immigration afro-musulmane. « C’est ridicule, il faut que cela cesse. »

« On m’avait toujours dit que vous aviez besoin d’un amendement constitutionnel. Vous savez quoi ? Ce n’est pas le cas », affirme le président au cours de l’entretien. « C’est en cours. Cela va se faire, avec un décret », ajoute-t-il.

Voir les commentaires

Chômage : non, on n'a pas tout essayé !

31 Octobre 2018, 12:13pm

Publié par Thomas Joly

François Hollande avait fait de l'inversion de la courbe du chômage la condition sine qua non d’une candidature à sa réélection à la Présidence de la République. On sait ce qu'il en advint.

Emmanuel Macron, quant à lui, promettait solennellement, il y a un peu plus d'un an, de faire passer le chômage sous la barre des 7 %. C'est bien mal parti…

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A (sans activité) a, en effet, augmenté de 16 400 personnes au troisième trimestre, pour atteindre 3,7 millions, selon les chiffres trimestriels publiés jeudi par le ministère du Travail. Au deuxième trimestre, la hausse avait déjà été de 0,1 %.

Certes, sur l'année, la tendance reste à la baisse (-1 %). Mais il ne faut voir là que l'effet mécanique du vieillissement de la population et de la réduction conjointe du nombre d'actifs. Au total, si l'on tient également compte des personnes qui ont une activité réduite (catégories B et C) et celles qui ne sont pas tenues de chercher un emploi (catégories D et E), le nombre d'inscrits s'établit à 6,6 millions de personnes. Ces mauvais résultats ne sont pas une surprise. Ils résultent du tassement de la croissance économique qui a progressé de seulement 0,2 % au premier et deuxième trimestre. Ce phénomène s'est fait sentir sur le nombre de créations nettes d'emplois dans les secteurs public et privé, qui a atteint 12 500 entre avril et juin, selon les derniers chiffres de l'Insee publiés en septembre. Soit quatre fois moins qu'au premier trimestre. Et l'institut officiel table sur un ralentissement conséquent de l'emploi sur l'ensemble de l'année, avec seulement 129 000 créations nettes, contre 342 000 en 2017.

Signe particulièrement inquiétant de la dégradation de la situation, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus a augmenté de 1,1 % entre juillet et septembre et de… 6,4 % sur l'année, se chiffrant à 2,8 millions de personnes. Autre point alarmant : le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie B, qui exercent une activité réduite de courte durée (78 heures ou moins par mois), a progressé de 2,1 % au troisième trimestre et de 2,7 % sur l'année, en France métropolitaine.

On le voit, le macron-libéralisme ne fonctionne pas mieux que le socialo-capitalo-laisser-faire de ses prédécesseurs.

Nous sommes toujours dans le même renoncement et la même persistance dans l'aveuglement qui unit Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et maintenant Macron qui, n'en doutons pas, ne tardera pas à renouer avec les vieilles ficelles du « traitement social du chômage ».

Pour le Parti de la France, seule une politique économique volontaire alliant réindustrialisation (plus encore que ses prédécesseurs, Macron a abandonné l’industrie française au triste sort de la néantisation), préférence nationale à l'embauche, priorité aux produits français et européens, protections douanières continentales, réduction drastique des dépenses non régaliennes (et hors santé publique) de l'État permettant la baisse des impôts, des taxes et des charges, elle-même induisant le retour à la compétitivité pour nos entreprises et la relance de la consommation par la hausse du pouvoir d'achat des ménages, sera en mesure d’opérer un retour de la France vers le plein-emploi.

En 1993, Mitterrand affirmait « Contre le chômage, on a tout essayé »… Non ! Pas la voie nationale.

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux études et argumentaire

Voir les commentaires

Macron fatigue : les Français encore plus !

31 Octobre 2018, 10:56am

Publié par Thomas Joly

Il se vante de dormir peu : Jupiter n’est pas un dieu pour rien. Comme Trump, quelques heures de sommeil lui suffiraient. Mais, à force de se prendre pour un surhomme, il fatigue, comme un homme ordinaire. Ça doit lui flanquer un coup au moral !

Il faut dire que, depuis l’affaire Benalla, les signes de mauvais augure se multiplient. La croissance n’est pas au rendez-vous, la courbe du chômage ne s’inverse pas. La démission surprise de Nicolas Hulot puis celle de Gérard Collomb montrent qu’il n’est maître ni du jeu ni des horloges. Le remaniement a pris du temps. Officiellement, pour choisir les meilleurs. Au vu des résultats, on comprend surtout que le choix était difficile parce que restreint. Collomb à l’Intérieur, ce n’était pas l’idéal, mais Castaner, ça ne fait pas très sérieux. Et Riester à la Culture, c’est tout un poème !

Ah ! Tous ces Français qui ne comprennent rien à rien ! Ces retraités mécontents parce qu’on leur augmente la CSG et qu’on ne revalorise pas leurs pensions. Cette chute de popularité dans les sondages, qui lui rappelle Hollande, ces automobilistes qui s’irritent parce qu’on taxe les carburants, ces salariés qui se demandent où est passée la hausse du pouvoir d’achat que le gouvernement ne cesse d’annoncer. Toujours à se plaindre !

Sa politique extérieure ne remporte guère plus de succès. Angela Merkel prévient de son prochain retrait. Les « populistes » prennent leur envol un peu partout en Europe, et même au Brésil. Il doit ménager l’Arabie saoudite à qui il vend des armes, malgré l’affaire Khashoggi, digne des romans d’espionnage les plus gore. Lui qui voulait être le guide des Européens, le leader des mondialistes, le défenseur des droits de l’homme, le voilà ravalé au rang des marionnettes de l’Histoire.

Son épouse, qui veille sur lui comme une mère, a beau l’engueuler régulièrement, le presser de prendre un peu de repos, rien n’y fait. Jupiter ne peut, sans déchoir, accuser un coup de fatigue. Quatre jours, ce n’est pas grand-chose, pourtant ! Un petit pont élargi pour la Toussaint. Allons, mon lapin ! Il a fini par céder. Il a avancé le Conseil des ministres à mardi, a vidé son agenda. Histoire de souffler un peu, avant la longue « itinérance mémorielle » qu’il va entreprendre pour fêter le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Il aura le temps de préparer son discours du 11 Novembre, qu’il prononcera sous l’Arc de Triomphe, en présence d’une soixantaine de dirigeants étrangers. Merkel sur le déclin, Trump au sommet de sa gloire et Poutine, qui va rire sous cape : c’est le monde à l’envers. Rien que d’y penser, ça lui donne de l’urticaire !

Mais n’en fait-il pas un peu trop ? Peut-être veut-il se faire plaindre. Il travaille tant pour les autres, qui ne lui en sont même pas reconnaissants, les ingrats ! Son humaine fatigue va peut-être lui rapporter un crédit d’humanité ? Après ce petit coup de barre, il repartira de plus belle. Parce que les engagements doivent être tenus. Non qu’ils soient forcément pertinents, mais ils ont été pris. Et validés par les Français aux élections présidentielles, comme dit Édouard Philippe. On se demande bien pourquoi ils sont si nombreux à râler. La démocratie, ce serait si bien s’il n’y avait pas le peuple. Seul le Premier ministre semble conserver la forme. C’est fatigant, ça aussi !

Pourtant, les Français ne savent pas ce qui les attend, l’an prochain : la réforme des retraites, la réforme de la fonction publique, la réforme de la représentation nationale… On en ajoutera s’il n’y en a pas assez. Un des proches de notre Président assure qu’il n’est pas fatigué, qu’il est toujours aussi vigilant sur tous les dossiers : « Rien ne lui échappe. » Sauf que les Français sont fatigués de lui.

Philippe Kerlouan

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'infernal couple communiste Corbière-Garrido détourne l’argent des pauvres pour restaurer ses demeures

30 Octobre 2018, 19:36pm

Publié par Thomas Joly

Le Canard Enchaîné vient de révéler que l’un des plus fanatiques adorateurs des terroristes de la révolution républicaine, Alexis Corbière, député de La France Insoumise, époux de la franco-chilienne Raquel Garrido, a fait financer ses travaux immobiliers… avec des fonds destinés aux « ménages très modestes » ! (source)

Une fois de plus, les dirigeants communistes démontrent leur parfaite inaptitude à gérer quoi que ce soit correctement. Vivement le grand coup de balai nationaliste !

Source : http://pdf14.com

Voir les commentaires

Le nouveau Réinfo, magazine de réinformation du Parti de la France

30 Octobre 2018, 19:26pm

Publié par Thomas Joly

Au sommaire de ce numéro :
 
Fiscalité : Les réformes fiscales de l'exécutif n'arriveront pas à endiguer l'augmentation vertigineuse des prélèvements obligatoires. Emmenant le déficit de l'État au-delà des abysses. L'État est partout, l'État coûte cher et l'on constate tous les jours la dégradation généralisée des services publics.
Promotion de Jean-Marc Borello : Dans la république des copains, c'est un visiteur du soir, un pilier de la Macronie, encensé par le Forum de Davos, qui s'est vu confié rien de moins que la déradicalisation. Son parcours pourtant édifiant laisse planer un doute sur ses compétences et aurait dû le tenir éloigner de toute responsabilité.
• Tout va bien, vous êtes en Macronie. Avec le nouveau copain antillais de Macron sous les verrous, les délires christiques de Marlène Schiappa, l'accueil d'un migrant à cinq euros la nuit et la suppression des périodes militaires pour le calcul de la retraite.
Démocratie inquiétante en Pologne : La réforme judiciaire, soutenue par 80 % de la population polonaise, qui se passe en douceur et sans incident, inquiète l'Union européenne. Elle envoie donc une délégation du Parlement européen pour enquêter.

Et pour finir, l’actualité du parti de la France et les prochains rendez-vous du mouvement.

Voir les commentaires

Le PdF soutient la mobilisation du 17 novembre contre la hausse des taxes sur le carburant

30 Octobre 2018, 19:03pm

Publié par Thomas Joly

Tandis que le prix du pétrole ne cesse de monter et que le baril de brent vient de dépasser les 80 dollars (+ 15 % en deux mois), le gouvernement choisit d'aggraver encore la charge fiscale sur les carburants, soumettant ainsi les automobilistes français – et singulièrement nos compatriotes vivant dans les zones rurales ainsi que ceux pour qui la voiture est un instrument de travail indispensable – à une pression intolérable.

Depuis janvier, les taxes ont augmenté de 7,6 centimes par litre pour le gazole et de 3,9 pour l'essence.

Pour faire simple, pour un plein de 50 litres de diesel hebdomadaire, l'augmentation fiscale sur l'année 2018 sera de 200 € et de 100 € pour l'essence. Une hausse inacceptable qui obère un peu plus le pouvoir d’achat des familles et contraint certains de nos compatriotes à limiter leurs déplacements.

Le samedi 17 novembre 2018, à l'appel de nombreuses associations et collectifs, les automobilistes français sont appelés à manifester leur colère et à bloquer pacifiquement les routes. Le Parti de la France s'associe à cette mobilisation nationale au service de tous les Français et non de telle ou telle catégorie syndicalisée, et invite ses adhérents et sympathisants à y participer.

Carl Lang - Président du Parti de la France

Voir les commentaires