Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Belgique colonisée : « Pour la paix », la cathédrale de Mechelen diffusera l’appel à la prière islamique

7 Novembre 2018, 09:33am

Publié par Thomas Joly

Ce dimanche, la cathédrale de la ville belge de Mechelen diffusera l’appel islamique à la prière indique le média HLN.

L’appel à la prière, normalement diffusé par les mosquées, fera partie d’une cérémonie du souvenir de la 1ère Guerre Mondiale.

Cet appel fera partie d’un concert dans la cathédrale. « Avec ce concert du souvenir, nous voulons faire un appel universel pour la paix, la justice et l’humanité pour tous » indiquent les organisateurs.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Macron et son « itinérance mémorielle » : au fou !

7 Novembre 2018, 09:23am

Publié par Thomas Joly

D’accord, il faut montrer l’exemple en faisant appel à des « emplois aidés », et l’Élysée ne pouvait échapper à cet exercice des plus citoyens. Était-il, pour autant, indispensable de confier le bon ordonnancement du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale à un hydrocéphale ? Là est toute la question. En effet, dans quelle cervelle autre qu’en voie de désintégration terminale a bien pu germer le concept d’« itinérance mémorielle » ? On se le demande.

Qu’importe, le vin chaud du soldat est tiré et il faut le boire. Jusqu’à l’hallali. Car dans les rédactions, parisiennes comme provinciales, on s’interroge sur le bien-fondé de cet étrange intitulé et de sa feuille de route. Onze départements bientôt visités en une seule semaine : même les Rolling Stones, à l’époque de leurs tournées marathoniennes, ne pouvaient en aligner autant.

C’est Le Républicain lorrain qui donne le ton : « Le centenaire de l’armistice tombe opportunément pour le chef de l’État qui compte bien profiter de ce voyage dans le passé pour renouer avec des territoires frappés par une double tragédie. Hier, ils étaient le théâtre d’atroces carnages dictés par la folie des dirigeants de l’époque. Aujourd’hui, ils sont victimes d’une casse industrielle et sociale à laquelle les héritiers de ces dirigeants se sont montrés incapables de remédier. » Bien vu ! Mais fallait pas appeler à voter Emmanuel contre Marine, cher petit plumitif, serions-nous tentés d’objecter…

Au fait, qu’est-ce qu’Emmanuel Macron commémore, en la circonstance ? Là, le temps se couvre et on se dit qu’au lieu d’escalader sa professeur.e de français par sa face nord, le plus jupitérien de nos Présidents, depuis au moins Patrice de Mac Mahon, aurait été bien inspiré d’agiter le jupon de sa maîtress.e d’histoir.e. Ce qui nous aurait au moins épargné ce galimatias des plus réjouissants : « On a eu tort de penser que dans la modernité des démocraties contemporaines, il n’y avait plus de héros. Résultat, soit les jeunes vont chercher des modèles chez les figures du sport ou des variétés, ce qui est très bien. Soit ils vont chercher les héros chez d’autres combattants, et cela peut avoir des conséquences dramatiques. » Certes, oui. Mais lesquelles ?

Des Italiens tenus pour « lépreux » ? Des Hongrois accusés de « jouer sur les peurs » ? Emmanuel Macron se garde bien de préciser son propos, se contentant, lui aussi, de « jouer sur les peurs » en menaçant : « Les nationalismes ne sont-ils pas là ? A-t-on oublié quel est le parti qui avait gagné les dernières élections européennes en France ? Le Front national. J’espère qu’il ne gagnera pas et que d’autres forces politiques qui sont dans le champ républicain l’emporteront. » Tout ça, quelques jours après Halloween, effet garanti. Il y en a qui sont entre deux vins ; lui persiste à se situer entre deux guerres, réduction ad hitlerum en guise de digestif.

Plus sérieusement, sachant que sa tournée de galas est censée rappeler aux jeunes générations ce que fut l’idéal des poilus de 14-18, trop souvent sacrifiés par des généraux ineptes, des ganaches promues parce que « républicaines », aux dépens d’officiers supérieurs écartés pour affaires des fiches et de Dreyfus, dont le seul crime consista trop souvent à ne pas mettre sous le boisseau leurs opinions catholiques, royalistes et patriotes, que peut encore nous apprendre Emmanuel Macron de l’idéal en question ?

Rien ; sachant qu’à l’époque, le sang fut versé en abondance pour sauvegarder nos frontières et préserver la France d’une invasion de migrants, fussent-ils plus portés sur le casque à pointe que le tarbouche. Il s’agissait donc, comme lors de l’autre déflagration mondiale qui s’ensuivit, d’un assez sain réflexe xénophobe et nationaliste. Ce que les « lépreux » peuvent se montrer susceptibles, parfois, lorsque peu ouverts à « l’Autre »…

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le bobard du jour : 6 personnes interpellées car soupçonnées de préparer « une action violente » contre Macron

6 Novembre 2018, 06:45am

Publié par Thomas Joly

Une enquête a été ouverte après la découverte d'un mystérieux projet d'action violente contre le président de la République. Plusieurs interpellations ont été réalisées ce mardi matin dans le cadre d'une enquête sur des menaces contre le président de la République. L'opération menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a conduit à l'arrestation de six personnes en Isère, en Ille-et-Vilaine et en Moselle. Cette enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris du chef d'association de « malfaiteurs terroristes criminelle. »

Les investigations conduites par la DGSI visent « un projet, imprécis et mal défini à ce stade de l'enquête, d'action violente » contre Emmanuel Macron. Bref, ils n'ont rien de plausible ni de concret à part sûrement un ou deux commentaires anti-Macron sur les réseaux sociaux.

Cette arrestation intervient comme par hasard au moment où le chef de l'État atteint des sommets d'impopularité... La presse aux ordres parle évidemment d'un « commando d'extrême-droite ».

Source : https://www.bfmtv.com/police-justice/un-commando-extreme-droite-qui-menacait-de-s-en-prendre-a-emmanuel-macron-interpelle-1560492.html?fbclid=IwAR008Qosfpq3-14RHyzqHLADZnoXOt5MLQyW4Z8epQQH18IY6d24oal9Fas

Voir les commentaires

Ras-le-bol citoyen : les gilets jaunes fleurissent sur les radars

6 Novembre 2018, 06:17am

Publié par Thomas Joly

La date de la mobilisation nationale du 17 novembre contre la hausse du prix des carburants se rapproche. Les gilets jaunes, symboles de l'adhésion au mouvement, sont de plus en plus nombreux sur les tableaux de bord mais pas seulement.

En effet, depuis quelques jours, ces gilets jaunes fleurissent également sur les radars fixes. Qu'ils soient simplement posés, maintenus avec des pierres ou scotchés, ces premières actions risquent de n'être qu'un début...

Sur chaque radar, on peut lire une petite plaque rappelant les sanctions en cas de dégradation de la cabine avec notamment une amende pouvant aller jusqu'à 45.000€ qui peut être accompagné d'une peine d’emprisonnement.

Pourtant, le simple fait de masquer un radar n'est pas toujours reconnu comme une dégradation. En mars dernier, le tribunal de Mont de Marsan a ainsi relaxé un homme accusé d'avoir apposé un sac poubelle sur une cabine radar. Pour la juge, « si l'on s'en tient à une interprétation stricte de la loi, vous n'avez ni dégradé, ni eu l'intention de le faire. Le tribunal vous relaxe ».

Lorsque les radars sont recouverts d'objets divers mais sans réelle dégradation, il suffit juste de les enlever pour que le radar retrouve toutes ses fonctionnalités. Cela ne nécessite pas forcement le passage d'un technicien puisqu'une simple patrouille de forces de l'ordre peut effectuer le travail.

Source : http://radars-auto.com

Voir les commentaires

Déficits : la spirale infernale

6 Novembre 2018, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Le déficit budgétaire français s'est creusé de 10,8 milliards d'euros en septembre par rapport au même mois de 2017, pour atteindre 87,1 milliards. Les dépenses du budget général de l'État ont augmenté de 4,1 milliards d'euros en un an, atteignant 246,5 milliards d'euros, contre 242,4 milliards d'euros en août 2017. On le voit, les promesses d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe d'un déficit à 2,3 % en 2018 sont désormais inatteignables (Il sera sans doute de 2,6 % ou 2,7 % et la perspective d'un nouveau franchissement de la barre des 3 % en 2019 est de plus en plus plausible, même si le gouvernement usera de tous les maquillages cosmétiques pour éviter de contrevenir officiellement aux critères imposés par la Commission européenne).

Malgré la hausse incessante des taxes, et en dépit des transferts de l’État vers les collectivités locales, le gouffre budgétaire n'est donc pas près d’être comblé. En cause, les dépenses publiques qui ne cessent d'augmenter (1 291,9 milliards d'euros en 2017). La France connaît un niveau de dépenses publiques particulièrement élevé : 56,4 % du PIB, un record, puisque la moyenne des pays de l'UE se situe à 47 % et celle de la zone euro à 48,0 %. L'Allemagne en est à 43,6 %, et les États Unis à 37,0 % seulement. Un niveau de dépenses qui oblige l'État à exercer sur l'économie du pays une pression fiscale extrêmement forte, en sorte que notre pays est devenu champion en Europe des prélèvements obligatoires et que le recours aux taxes (celles, emblématiques, sur le carburant sous prétexte d’écologie, n’étant qu’un exemple parmi tant d'autres, l'imagination et la « créativité » gouvernementale ne connaissant, à cet égard, aucune limite. Prochaine taxe à venir déjà votée par le Parlement : une taxe « vacances ».) est devenu un automatisme.

Certains objecteront que les déficits n’interdisent nullement le dynamisme économique en citant pour exemple les États-Unis qui, tout en pratiquant l'arme budgétaire avec un déficit ayant frisé les 10 % de PIB, enregistrent une croissance de 3 % et taux de chômage de 4 %. Ce serait oublier que l’économie américaine est basée sur la force du dollar, ce qui permet la nôtre aux autres pays, et que Donald Trump, lui, a véritablement relancé la consommation par une baisse réelle de la fiscalité : la Tax Cuts and Jobs instaurée en 2017 ayant réduit les impôts sur les ménages de 86 milliards de dollars en 2018 et de 82 milliards pour 2019, les entreprises quant à elles voyant leurs charges baisser de 58 milliards.

En France, les rentrées fiscales ne suffisant pas, l'État recourt, chaque année, à l'endettement pour boucler son budget : (72,3 milliards en 2016 et de 69,3 milliards en 2017). Avec pour conséquence la dépendance de la France, voire sa soumission aux marchés : qui paye commande.

Pour le Parti de la France, seule une baisse significative de la fiscalité qui étrangle les classes moyennes et des charges qui asphyxient nos petites et moyennes entreprises permettra aux familles de retrouver un pouvoir d'achat suffisant pour que soit relancée la consommation, stimulée la compétitivité économique et libérée l'énergie entrepreneuriale.

La réduction drastique des dépenses de l’État et du nombre de fonctionnaires hors domaine régalien et de santé publique en est la condition.

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux études et argumentaire

Voir les commentaires

Rappel : Carl Lang à Strasbourg ce samedi 10 novembre

6 Novembre 2018, 06:05am

Publié par Thomas Joly

A l’invitation de Xavier Codderens, Délégué régional du Parti de la France, Carl Lang, président du PdF, rencontrera et s’exprimera devant les militants et sympathisants alsaciens samedi 10 novembre à Strasbourg. Renseignements et inscriptions au 06.06.58.92.25 ou partidelafrance.alsace@outlook.fr

Voir les commentaires

Charlene Downes, 14 ans, violée par une centaine d’immigrés, assassinée et transformée en viande à kebab

5 Novembre 2018, 19:58pm

Publié par Thomas Joly

C’est une histoire absolument écœurante et révoltante que nous décrivent les journaux britanniques (DailyMail / Mirror). Charlene Downes, une jeune fille de 14 ans à peine, a, selon la police, été abusée sexuellement, tuée et transformée en viande à kebab.

Sa mère, Karen, sa mère, raconte cette histoire épouvantable dans un nouveau livre afin que sa fille bien-aimée ne soit jamais oubliée.

« La police est venue mais ils ont qualifié Charlene de fugueuse. Ils n’ont pas voulu mettre sa photo dans le journal ou à la télé. (…) Je ne peux m’empêcher de penser que nous avons été mis à l’écart parce que nous sommes sans éducation et de la classe ouvrière (…) A la fin, j’étais tellement désespérée du manque d’intérêt pour Charlene que j’ai fait imprimer mes propres tracts et je les ai distribués moi-même, dans les rues de Blackpool, nuit après nuit. Parfois, j’avais l’impression d’être la seule à la chercher. »

Charlene Downes, 14 ans, a été victime de gangs pédophiles indo-pakistanais à Blackpool. C’était il y a quinze ans.

La police estime qu’elle a été abusée sexuellement par une centaine d’hommes. Beaucoup de ses bourreaux travaillaient dans la restauration rapide.

Le pire moment pour Karen fut d’apprendre que sa fille avait été coupée en morceaux et servie aux clients d’un kebab.

« J’ai couru et j’ai vomi dans les toilettes », dit-elle.

Source : http://medias-presse.info

Voir les commentaires

Nabilla Benattia publie un tweet raciste anti-blanc puis le supprime

5 Novembre 2018, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Il est à peu près certain que le dérapage raciste de cette « vedette » de la téléréalité, au QI aussi léger que ses tenues, fera nettement moins de remous que si elle s'en était prise aux noirs, aux Arabes ou aux juifs... D'ailleurs, les faiseurs d'opinion de la presse audiovisuelle ne nous répètent-ils pas que « le racisme anti-blanc n'existe pas » ?

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

La rédaction de France 3 Occitanie en transe à cause des commentaires anti-migrants sur sa page Facebook

5 Novembre 2018, 06:36am

Publié par Thomas Joly

Suite à la diffusion d'un reportage comme toujours très engagé sur l'arrivée de migrants à Toulouse, les commentaires de téléspectateurs mécontents ont fleuri sur la page Facebook de France 3 Occitanie.

Dans un article rageur intitulé « Certains de vos commentaires sur Facebook sur l'arrivée des migrants dans la région sont insupportables », la rédaction locale de la chaîne clame avec vigueur son indignation face à ce qu'elle considère comme de la « haine » et des « immondices ».

Cette réaction quasi-hystérique démontre la déconnexion totale du pays réel d'une grande majorité de journalistes qui se comportent en permanence comme des militants politiques d'extrême-gauche. Ces petits commissaires politiques soviétiques semblent se rendre compte que leurs jours sont comptés et deviennent de plus en plus méprisants et agressifs à l'égard des Français qui pourtant, par le règlement de leur redevance audiovisuelle, payent le salaires de ces gauchistes.

Voir les commentaires

Qui trop embrase mal éteint… et Mélenchon s’effondre dans les sondages !

5 Novembre 2018, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Le froid et la pluie ont beau s’abattre sur la France, Jean-Luc Mélenchon ne parvient pas à éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. La fureur assassine dont il a offert le spectacle aux Français a fait de lui un mauvais guignol, incapable de maîtriser ses nerfs et ses accès de bile noire.

Images désastreuses comme d’autres en ont connu, qui vous plombent une carrière en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, nous avons tous vu Jean-Luc Mélenchon venir au contact pour impressionner l’adversaire : « Je fais ce que je veux, Monsieur ! Au nom de quoi vous m’empêchez de rentrer dans mon local ? Qui vous a donné cet ordre ? » Et en montant encore le volume : « Je suis un parlementaire, la République, c’est moi ! »

Elle a une drôle de gueule, la République, se sont dit les Français. Alors Mélenchon a tenté de rectifier le tir, fait sur son blog le gentil, pris un ton patelin mais les postillons étaient encore là, collés à l’écran.

Et, le lendemain, ayant rassemblé dans la rue ses ouailles autour de lui, il repart de plus belle. Il interpelle le garde des Sceaux, le menaçant de son doigt vengeur : « Madame Belloubet, vous devriez avoir honte de ce que vous êtes en train de me faire. » […] « Vous m’avez connu autrefois comme votre ami. Ce que vous êtes en train de faire est une honte ! » Puis il s’en prend au chef de l’État, dont chacun sait qu’il est omnipotent : « Ça suffit, Monsieur Macron, je ne suis pas un passant dans la rue, je suis le président du groupe parlementaire ! » Et, ceint de son écharpe tricolore, de donner une leçon de démocratie à la cantonade : « Non, mais vous vous rendez compte, il n’y a pas un pays au monde où l’on fait ça ! »

C’est vrai, son copain Maduro est tout amour. C’est sûrement pour ça que des millions de gens fuient le Venezuela. Pour ça, aussi, que le Brésil vient de tourner casaque.

Prenant la foule à témoin, Mélenchon tente d’attirer la compassion : « Certains s’intéressaient beaucoup au contenu de mes tiroirs et à la lingerie qui s’y trouvait » (sic). À quelle lingerie fait-il allusion ? La sienne ? Je ne pense pas que Mélenchon parle de « lingerie » quand il songe à ses caleçons… Quoiqu’on ne sait jamais. Sur ce sujet, il faudrait que Mélenchon demande conseil à sa très proche conseillère, Mme Sophia Chikirou. En tout cas, furibard, l’insoumis enchaîne : « Personne ne me verra demain. On me verra à l’heure que j’aurai décidée. Ici, c’est la liberté, dans ce pays. C’est pas des juges, des policiers et des politiciens à la ramasse qui vont nous obliger à vivre autrement. Regardez ça, dit-il, en tirant sur son écharpe, ma personne est sacrée ! »

Mauvais choix dans les termes. La personne sacrée, ça fait un peu trop monarchie de droit divin. Ego primam partem tollo quia nominor leo, disaient les Anciens (« Je prends la première part parce que je m’appelle lion »). Ou Mélenchon. Les Français, qui se sont sabordés durablement par la Révolution, n’aiment pas cela.

Arrive donc ce qui devait arriver : Mélenchon s’effondre dans les sondages. C’est Le Huffington Post qui nous l’apprend, ce vendredi : « Le député des Bouches-du-Rhône perd sept places et intègre en ce mois de novembre le peu envié flop 5 des personnalités les plus détestées de la vie politique. » Et non seulement Jean-Luc Mélenchon « voit son score global baisser de dix points », mais c’est « principalement au sein de l’électorat de gauche que son image s’est le plus dégradée ».

Cette fois, sa bonne amie Chikirou va devoir ramer fort et trouver autre chose qu’un costume de garde-chasse et des carottes râpées pour relever le bonhomme. Quoique… Il paraît que « Nicolas Hulot a retrouvé les sommets où il côtoie de nombreuses personnalités en retrait de la scène nationale ». C’est ainsi qu’au décès de Chirac on assurera au pays en deuil qu’il fut un grand Président. Ainsi vont la politique et l’inconstance des Français…

Marie Delarue

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

11 novembre honteux : « Cachez ces armées que nous ne saurions voir »

5 Novembre 2018, 06:06am

Publié par Thomas Joly

La décision prise par Emmanuel Macron de ne pas célébrer « trop militairement » le 11 novembre est bien sur une insulte sans précédent à la mémoire du 1,4 million de nos officiers, sous officiers et hommes du rang morts pour la France comme à celle des 4,3 millions de blessés et mutilés dans les terribles batailles de la Grande guerre.

C'est une bassesse accordée à la Chancelière Merkel qui, quoique considérablement affaiblie et potentiellement sur le départ doit encore, aux yeux de Macron, être ménagée et aurait pu s’offusquer de ce que le mot « victoire » put être prononcé en sa présence lors des cérémonies de commémoration.

C’est aussi une hypocrisie et une lâcheté qui évite au Président de la République d’honorer les huit maréchaux de France de 14/18, comme le firent tous ses prédécesseurs en faisant fleurir leurs tombes, y compris celle du vainqueur de Verdun.

C'est enfin l’alignement total de l’Élysée sur l'idéologie pacifiste et angéliquement planétariste qui, en quelques décennies, a sapé les fondements et les ressorts de notre énergie nationale. « Cachons ces guerriers que nous ne saurions voir et organisons un forum bisounours pour la paix »…

Ce faisant, Macron adresse au monde entier un message de faiblesse, d’abdication et de capitulation.

Le Parti de la France est attaché à la construction d'une Europe des Nations, des États et de la puissance civilisationnelle. La réconciliation avec l'Allemagne depuis longtemps opérée et l’entente politique, économique, stratégique avec nos voisins continentaux, y compris la Russie, est une nécessité absolue. Mais cette construction et cette entente ne passent ni par le mensonge – fut-il par omission – ni par l’amnésie organisée des peuples.

Le 11 novembre 1918 à la 11e heure, quand retentit le clairon du cessez-le-feu, la France est victorieuse et la gloire de ses soldats immortelle.

Longtemps les veuves, puis leurs enfants montreront, chaque 11 novembre, aux garçons de la famille les médailles acquises au Front par l'aïeul disparu, ces croix de guerre, ces palmes et parfois même la médaille militaire ou La Rouge. Et longtemps, pendant que se déroulait la traditionnelle parade militaire – celle de l'hommage aux morts, mais surtout celle de la Victoire – les yeux de nos enfants brillèrent ce jour-là de fierté et de rêves de grandeur.

Qui, contrairement à ce qui se fait massivement en Angleterre avec la tradition, tout au long du mois de novembre, du coquelicot rouge, arbore encore aujourd’hui à sa boutonnière le bleuet du Souvenir Français ?

Un pays qui renonce à son Histoire et à son identité, un pays dont les élites supposées méprisent la terre et n'honorent plus ses morts au ciel de gloire est un pays près d'entrer en agonie. L'épuisement français dont témoignent les mille et un désordres et les mille et uns tourments que nous connaissons n'a pas d'autre origine.

Macron, en démilitarisant le 11 novembre, vient d'ajouter une pelletée de sable supplémentaire sur le cercueil de notre Mémoire nationale.

Et tandis que le Président de la République refuse l'hommage militaire à nos morts et lui préfère une tournée de communication/barnum à travers la France, son Premier ministre, en voyage officiel au Vietnam encense Ho Chi Minh et honore les armées de Giap.

Ainsi va la macronie qui n'est qu'un avatar supplémentaire de la félonie du Système.

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux études et argumentaire

Voir les commentaires

Asia Bibi : où sont passés les « musulmans modérés » ?

5 Novembre 2018, 06:05am

Publié par Thomas Joly

Il est de bon ton de distinguer les islamistes des musulmans modérés vivant leur religion avec tolérance et esprit de paix. Cette notion se maintient contre vents et marées ; on aimerait que l’affaire Asia Bibi, au Pakistan, permette de l’étayer.

Ce cas est emblématique. En effet, grâce à de nombreuses actions, il a été largement médiatisé dans le monde, nul ne peut prétexter l’ignorance à son sujet. C’est, d’ailleurs, le poids de cette mobilisation qui a abouti, jusqu’à ce jour, à sa survie après neuf ans d’incertitudes et de privation de sa liberté et de tous ses droits civiques.

Rappelons les faits : c’est une dispute qui a mal tourné en 2009. Cette employée agricole chrétienne avait bu un verre d’eau provenant d’un puits réservé en principe aux musulmans – bonjour, le vivre ensemble – et a été dénoncée par des voisines avec lesquelles sa famille était en froid.

Elle fut accusée d’avoir insulté le prophète. Aussitôt jetée en prison, Asia Bibi a été jugée en novembre 2010 et condamnée à la peine capitale par pendaison. En effet, il existe au Pakistan une loi de 1986 durcissant la punition du blasphème par la peine de mort. Cette mère de famille, qui clame son innocence, avait fait appel de cette décision. Les juges l’ont finalement acquittée mercredi au « bénéfice du doute ». Tout cela fait rêver : pour un verre d’eau !

Aussitôt, des manifestations massives et très violentes des « islamistes » se sont déclenchées et, devant les risques réels de guerre civile, le gouvernement a accepté un recours sous forme d’une requête en révision du jugement de la Cour suprême, avec inscription d’Asia Bibi sur une liste de personnes interdites de quitter le territoire. Aux dernières nouvelles, Asia Bibi serait peut-être sortie du Pakistan. Son avocat aussi, du fait de menaces sur sa vie. Mais ces informations sont loin d’être sûres. L’enfer existe bien, il est dans les pays où l’islam règne en maître !

Nous attendions une forte mobilisation de nos organisations musulmanes modérées « de souche »… Toujours promptes à monopoliser les médias pour dénoncer l’islamophobie, et la persécution que subirait l’islam, nous expliquant que l’islam, ce n’est pas ça ! Gageons que l’accès aux grands médias leur serait grand ouvert si elles s’engageaient dans une action d’envergure en faveur d’Asia Bibi.

Or, nous n’avons strictement rien vu ni entendu, ces modérés semblent regarder ailleurs. Pourtant, chez nous, ils ne risquent pas leur vie, en principe. Car si on peut comprendre la peur de s’exprimer dans les pays où la charia règne en maître, où on est à la merci d’une fatwa, il est difficile de croire qu’ici, les musulmans « modérés » sont menacés Et, si c’est le cas, la situation est très grave.

Il est donc de plus en plus légitime de se poser la question : l’islam modéré est-il un oxymore ? Messieurs (Mesdames ?) du CCIF et autres CFCM, à vous de jouer, la balle est dans votre camp avant le carton rouge que vous donneront les peuples souverains.

Alain de Peretti

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois

4 Novembre 2018, 20:36pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois
Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois
Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois
Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois
Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois
Le Parti de la France a rendu hommage à Jean-Pierre et Marie-France Stirbois

Une cinquantaine de personnes se sont rendues ce samedi, à l'appel du Parti de la France, au cimetière Montparnasse là où repose, aux côtés de son épouse, notre chère Marie-France, Jean-Pierre Stirbois.

Voulu par notre président, Carl Lang, qui lui succéda au Secrétariat général du Front National en novembre 1988, cet hommage du Parti de la France à Jean-Pierre Stirbois à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, était le rendez vous de la fidélité et de la constance politique et militante.

Outre une délégation du Bureau politique du PdF - Myriam et Christian Baeckeroot, Thomas Joly, le Secrétaire général, Jean Verdon, Jean-François Touzé - étaient présents de nombreux amis parmi lesquels on pouvait reconnaître Pascal Delmas, ancien Conseiller régional et directeur de cabinet de Jean-Pierre Stirbois, Françoise Monestier, journaliste militante et ancienne assistante parlementaire de JPS, Alexandre Simonot, Secrétaire général adjoint des Comités Jeanne, ans parler de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale qui fut lui aussi proche de l'ancien Secrétaire général.

Dans une brève, émouvante et ferme allocution, Carl Lang rappela tout ce que le mouvement national devait à Jean-Pierre Stirbois, à son énergie, à sa rigueur politique et à son engagement militant, lui qui organisa un appareil fort tout en étant celui qui, bien avant que ce concept ne devint à la mode, sut réaliser l'union des droites à la base comme ce fut le cas à Dreux, étape décisive de l’émergence de la Droite nationale et populaire.

Recueillement et souvenir étaient au rendez-vous, mais aussi détermination et volonté militantes exprimées par Carl Lang : « Jean-Pierre, nous sommes là. Nous n'avons rien renié, nous n'avons pas varié. Nous continuons le combat ».

Voir les commentaires

Le général de Villiers a prévenu Macron : « Si ça pète dans les banlieues, on n’est pas capable de faire face »

2 Novembre 2018, 17:08pm

Publié par Thomas Joly

Invité de Thierry Ardisson dans l’émission Les Terriens du samedi !, diffusée ce 4 novembre sur C8, Philippe de Villiers ne mâche pas ses mots. À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Le Mystère Clovis aux éditions Albin Michel, l’ex-député européen, fondateur du Puy du Fou, est venu défendre les racines chrétiennes françaises, qui sont selon lui bafouées par l’islamisation du continent européen.

Comme à son habitude, l’ancien candidat à la présidentielle dénonce les « eurocrates et des élites mondialistes » qui souhaiteraient bâtir « une société multiculturelle, en prenant le risque de faire une société multidéculturée et multiconflictuelle ». Thierry Ardisson va jusqu’à le qualifier de « lanceur d’alerte ». « On a toujours tort d’avoir raison trop tôt », rétorque de Villiers, se prévalant d’avoir eu dix ans d’avance.

Alors que Thierry Ardisson tente d’obtenir des confidences « sur la réalité de la situation politique en France » qui lui aurait été données par son frère [le général Pierre de Villiers], Villiers botte en touche. Avant de lâcher ce qu’aurait dit son frère au président de la République : « Si ça pète dans les banlieues, on n’est pas capable de faire face, on n’a pas les moyens de faire face, on n’a pas les hommes. »

Source : http://fdesouche.com

Voir les commentaires

La Croatie rejoint les pays qui refusent de signer le pacte d'invasion migratoire de l'ONU

2 Novembre 2018, 16:45pm

Publié par Thomas Joly

De plus en plus de pays blancs disent non à l’Europe marron. La Croatie ne signera PAS le pacte migratoire de l’ONU et rejoint ainsi les Etats-Unis, la Hongrie et l’Autriche. La présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic ne signera pas le Pacte mondial de l’ONU sur la migration (GCM), rapporte le portail internet croate Direktno. Le site cite un article de Velimir Bujanec, journaliste de la télévision.

La Croatie rejoint ainsi un nombre croissant de pays qui ont décidé de ne pas signer le pacte migratoire de l’ONU.

Auparavant, les États-Unis, la Hongrie et l’Autriche ont refusé de le signer.

Des pays comme la Pologne et la République tchèque s’y opposent également.

Source : http://news.suavelos.eu

Voir les commentaires