Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Agression policière contre Richard Roudier à Montpellier : ce qu'il faut savoir

30 Juillet 2017, 19:17pm

Publié par Thomas Joly

Il fût un temps où l’honneur de la France était d’assurer la liberté d’expression et de cantonner son appareil répressif au maintien de l’ordre républicain... Et non pas de mobiliser ses forces de répression contre les lanceurs d’alertes.

Il se trouve que Richard Roudier est le Président d’une Association, La Ligue du Midi, régulièrement enregistrée auprès de la Préfecture, et qui a pour objet de défendre les intérêts des autochtones face à une déferlante migratoire sans précédent qui remet en question l’existence même de notre civilisation dans ce qu’elle a de plus sacré : la condition de la femme, la neutralité de l’espace public, la soumission à des dogmes venus du moyen-âge, la délinquance de rue qui pourrit la vie de nos concitoyens, le refus de partager les valeurs de la République, notamment l’enseignement de son histoire, etc, etc.

Richard Roudier et son fils Olivier ont eu le tort de visiter une association grassement subventionnée par des fonds publics et dont l’objet est de soutenir activement les enfants des clandestins illégalement présents sur notre territoire. C’est vrai aussi que leur visite a été quelque peu traumatisante pour le personnel salarié de cette association, puisque deux tasses à café ont été cassées...

Convoqués par la Justice pour s’expliquer, ce qui semble tout-à-fait normal, Richard Roudier et son fils Olivier ont été placés en Garde à Vue, entendus par le Procureur auprès duquel ils ont répondu courtoisement aux questions (plusieurs griefs contre eux ont été abandonnés). Et c’est au “dépôt”, au sous-sol du Palais de justice, que Richard Roudier a subi une violence inouïe : refus de médicaments, détournement de nourriture, refus de le laisser aller uriner de la part de deux policiers névrosés. Non contents de cela, nos deux “bourreaux”, ont refermé la lourde porte barreaudée d’acier sur ses doigts coincés dans le chambranle. Malgré ses cris de souffrance, il est resté ainsi les doigts écrasés pendant plusieurs minutes, le sol inondé de son sang. Les deux petits chefs refusant d’appeler les pompiers. Richard Roudier est âgé de 70 ans !

La Juge de la Détention et des Libertés est descendue elle-même avec son équipe pour entendre le Président de la Ligue du Midi dans le fourgon des pompiers et lui signifier sa remise en liberté avant d’être dirigé vers l’hôpital de La Peyronie.

Que nous dit cette sauvagerie sur l’état de la France ? Qu’une forme de soft-totalitarisme se met peu à peu en place au pays des Lumières et qu’il devient pratiquement impossible de dénoncer ce que pourtant tout le monde constate jour après jour sur notre territoire : le Grand Remplacement. Et ce ne sont pas les commémorations de l’assassinat de masse de Nice et de l’égorgement du Père Jacques Hamel qui vont changer quoique que se soit à cette politique suicidaire qui menace l’existence même de notre civilisation.

On peut, certes, contester la forme que prennent certaines manifestations de la Ligue du Midi. Nous sommes désolés que les associations de type RAIH qui vivent de la misère des illégaux pour les mettre au service de la mondialisation qui va les exploiter sans vergogne, aient du procéder au remplacement de deux tasses à café et au rangement de quelques dossiers éparpillés. (Des dossiers d’illégaux qui violent la loi française par leur présence non souhaitée sur le territoire national).

Nous ne ferons ici aucun commentaire sur les suites judicaires qui seront données à cette bien triste affaire. Nul doute que cette sauvagerie inexcusable fera l’objet de lourdes sanctions dans l’administration de la police et que les deux cadres de la Ligue du Midi en sortiront la tête haute. Richard Roudier qui a assumé en permanence l’action au RAIH (local ouvert au public) déclarait, lors de sa sortie de l’hôpital, qu’il ne fallait pas faire d’amalgame entre quelques brebis galeuses et la grande majorité des fonctionnaires de police et ne regrette pas sa présence lors des manifestations de policiers au printemps.

Lorsque dans quelques années nous constaterons tous et toutes que la situation nous aura définitivement échappée et que l’Europe sera sous contrôle étranger, l’avertissement que Churchill lança aux démocraties en apprenant la signature des accords de Munich résonnera bien étrangement : « Entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre. »

Source : http://synthesenationale.hautetfort.com/

Voir les commentaires

L’été, le Sud-Ouest est si beau : et l’immigration n’est plus un problème …

30 Juillet 2017, 10:33am

Publié par Thomas Joly

Vacances dans notre beau Sud-Ouest. Le bonheur. Les petits villages perchés, magnifiques, s’offrant à vous le matin, vierges comme aux premiers jours. Les vallées encaissées, et au fond cette rivière. Mais est-ce le Lot ? Le Tarn ? L’Aveyron ? On ne sait plus, car on est dans le Tarn-et-Garonne et ce sera peut-être l’Aveyron, là au fond, devant vous, superbe depuis cette terrasse. On est dans le Lot, et c’est la Dordogne là, en bas. Pays de l’enfance, ou du rêve d’enfance, arrière-pays d’Yves Bonnefoy, pays des Roseaux sauvages de Téchiné, pays du Vieux fusil aussi. Jardins et terrasses où Romy Schneider et Catherine Deneuve ont pris un verre. Et puis vous, nous, les figurants, les amateurs, les aventuriers anonymes.

Les slogans touristiques des départements, qui suscitent l’ironie, disent pourtant vrai. Ici, c’est « le pays de l’aventure douce », et là, chez le voisin, « une merveille à chaque pas ». On ne saurait mieux dire que la com’ des conseils généraux.

C’est la magie de cette terre bénie des dieux, ce pays de cocagne, du pastel. Le temps d’un été, les soucis de soi et du monde sont, sinon oubliés, du moins recouverts par plus essentiel. Quelque chose qui tient du poétique et du religieux. De l’esthétique et du métaphysique. Du sentiment et de l’émotion : cette vue, cette ombre sur la place à arcades. Cette église perdue, persistant dans son être. Cette vue à 360° sur les causses. Un allègement, un rajeunissement de tout l’être.

Et puis vient le temps du retour au minimum de société nécessaire, car nous ne sommes pas des anges. Trouver un gîte pour la nuit. Tiens, ces chambres d’hôtes. Un ancien presbytère. Avec vue sur l’église, et le château, majestueux dans ses ruines. Justement, il reste une chambre libre. Le bonheur.

Les hôtes sont des Parisiens reconvertis, vivant leur seconde vie comme un rêve. On les comprend. La conversation tourne sur les beautés de la région. Et puis : « Ici, beaucoup d’Anglais. Et d’ailleurs, ce sont eux, quand on a annoncé la création d’un CAO (centre d’accueil et d’orientation des migrants), qui se sont mobilisés, se sont occupés d’eux, car vous savez, cela demande du temps ! C’était formidable ! Sous leur impulsion, tout le village a suivi ! » Tout cela proféré avec un enthousiasme sincère.

Ainsi va la question migratoire dans un des plus beaux villages de France.

Ah, si, il y a quand même quelque chose qui dérange nos logeurs : entre leur petit paradis et le magnifique village, un habitant a fait construire sa maison. À la mode d’aujourd’hui. Avec les moyens dont il disposait, limités. Une maison neuve, quelconque certes. Mais c’est le projet d’une vie, d’une famille. Qui voulait, elle aussi, avoir une vue sur ce village qui est le sien depuis des générations. Et qui n’avait pas les moyens de faire mieux. « Mais, vous comprenez, entre l’église et le château, quel gâchis ! Ça nous a rendus malades ! »

Le propriétaire de la maison, c’est le paysan du coin, qui a repris la ferme de ses parents. Élevage, fromagerie, un peu d’agrotourisme. Il survit comme il peut. Il doit bien avoir quelques droits moraux sur cette terre, cette vue ? Un peu de droit du sol pour lui aussi, non ? Et lui, il n’a pas bénéficié de la mobilisation « de tout le village », quand il a été à deux doigts de la faillite…

Que penseront-ils, nos hôtes bobos, quand on ouvrira une mosquée, à l’architecture au moins aussi inappropriée que cette maison, ou un CAO, juste à côté de leur petit paradis ? Quand cela viendra déranger LEUR petit bonheur et LEUR petit business ?

Dominique Monthus

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Convoqué devant le tribunal correctionnel pour avoir dénoncé les atrocités de l'État islamique sur mon blog !

29 Juillet 2017, 15:40pm

Publié par Thomas Joly

Ce samedi 29 juillet, les gendarmes m'ont signifié à mon domicile ma convocation devant le tribunal correctionnel de Beauvais le 9 novembre prochain pour une soi-disant « diffusion de message violent accessible à un mineur ».

Il s'agit en fait d'une procédure engagée par l'OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication) visant l'utilisation de deux photos pour illustrer des articles de mon blog consacrés aux atrocités commises par DAECH et au meurtre par décapitation commis par l'islamiste Yassin Salhi en juin 2015.

Vendredi 19 février 2016, j'avais été scandaleusement placé en garde à vue, sur ordre du procureur, pendant 6 heures, pour être entendu sur cette terrible « affaire ».

Nul doute que la justice française n'a rien de mieux à faire que de poursuivre abusivement les patriotes qui combattent la colonisation migratoire et islamique dans un pays où, depuis 2 ans, le terrorisme islamique a assassiné pas moins de 250 personnes...

Thomas JOLY - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Facebook a censuré 70 000 comptes critiquant Emmanuel Macron pendant les élections présidentielles

29 Juillet 2017, 09:31am

Publié par Thomas Joly

 

En avril dernier, Facebook avait annoncé la suppression surprise de 30,000 comptes en France qui publiaient « du spam, de la désinformation ou d’autres contenus trompeurs ».

Une décision opaque et unilatérale qui a très souvent touché des comptes orientés à « droite » regroupant des critiques de l’immigration, de l’islamisme, du multiculturalisme, etc. Nombreux sont les utilisateurs du réseau qui, depuis plusieurs mois, ont ainsi vu leurs comptes supprimés sans préavis alors qu’ils animent des pages identitaires.

Une politique qui a par exemple frappé le Youtubeur Majid Oukacha, très critique de l’islam. Ou le blogueur algérien Aldo Sterone, également critique de l’islam.

Des comptes catholiques ou ont aussi été affectés, ceux-ci étant fermés sans aucun avertissement préalable. Tout comme des pages soutenant la candidate du Front National.

Reuters est revenu, dans sa version en langue anglaise, sur cette politique (lire ici). Facebook a expliqué que l’entreprise avait en fait agi dans le cadre des élections présidentielles françaises, prétextant lutter contre des « agents russes ». Rien de moins :

Facebook a joué un rôle clef dans l’identification et l’arrêt de l’interférence russe durant les récentes élections françaises, a révélé un parlementaire américain. Pendant l’attaque, des agents du renseignement russe ont tenté d’espionner la campagne d’Emmanuel Macron en se présentant comme des amis de Macron afin de tenter de collecter des informations. Des faits se conjuguant avec l’interférence russe précédemment rapportée où des espions avaient utilisé de faux comptes Facebook pour répandre de fausses informations à propos des élections françaises.

L’article poursuit :

S’exprimant auprès de Reuters, Facebook a confirmé qu’il avait détecté ces comptes suspects et les avaient fermé durant le premier tour des élections présidentielles […] Durant la même conversation avec Reuters, le géant des réseaux sociaux déclare qu’il a suspendu 70,000 comptes en France qui faisaient de la propagande ou du spam, avec la majorité de ces cas liés à l’élection.

C’est la première fois que Facebook confirme le caractère politique de cette vague de fermetures.

En résumé : Facebook a fermé des comptes de manière unilatérale en affirmant, sans en apporter la moindre preuve, que les 70.000 comptes supprimés faisaient de la « propagande » au détriment d’Emmanuel Macron. Des comptes « suspectés » de défendre des positions critiques ou différentes de celles du candidat ont ainsi été censurées, le prétexte russe étant brandi pour légitimer l’opération.

Il s’agit, à ce stade, de la seule interférence avérée dans le processus électoral français et il n’émane pas de la Russie mais bien de l’entreprise américaine. Une politique qui a par obligation été menée en étroite concertation avec le gouvernement français et la présidence Hollande mais aussi, c’est l’évidence, avec le candidat Macron.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Blancs d’Afrique du Sud : ce génocide qui vient ?

29 Juillet 2017, 09:22am

Publié par Thomas Joly

Il y a quelques jours l’Afrique du Sud célébrait le Mandela Day, fête qui doit « promouvoir une culture de la paix »… Mais plus de vingt ans après, quel est le bilan des politiques menées depuis la fin de l’Apartheid, où en est la « nation arc-en-ciel » pacifique et multiculturelle ?

Nous sommes aujourd’hui bien loin d’un pays « Black-Blanc-Boers » : l’ancien Etat-phare du continent africain est devenu où le crime prospère. Un pays, gangrené par la corruption et le chômage, où la minorité blanche (8 % de la population) est aujourd’hui grandement en danger.

En effet, les politiciens marxistes proches de l’ANC exploitent avidement les vieux conflits ethniques. Le Blanc est ainsi désigné comme étant un parasite, un violeur, un tueur, un traître complotant sans cesse contre les populations noires. Et la situation se dégradant, beaucoup adhèrent à cette idée d’un complot des Boers qui, refusant l’indépendance des peuples noirs, saboteraient l’économie locale. De cette croyance est née une grande réforme agraire qui doit permettre d’exproprier les fermiers Boers ; ainsi qu’une politique de quotas ethniques qui a grandement appauvri les Boers : plus de 50.000 d’entre eux sont aujourd’hui parqués dans l’un des 60 «ghettos blancs» du pays.

De même les inscriptions racistes, les discours génocidaires, les chants appelant à « tuer tous les Blancs » se multiplient. Un membre du parlement fait d’ailleurs remarquer que «Julius Malema [proche du président Zuma, NDLR] est en train de préparer son peuple à massacrer les Blancs, lorsqu’il en donnera le signal ». Car n’est-ce pas la finalité de cette situation tragique : l’épuration ethnique des Blancs ? Tous les ingrédients d’un massacre de masse sont déjà là. L’ONG Genocide Watch, qui a établi une échelle de mesure des risques, place l’Afrique du Sud à l’étape 9 sur 10 avant le drame.

Galvanisées par une rhétorique victimaire et un idéal de «redistribution», des miliciens sillonnent déjà les campagnes, assassinant les fermiers Boers pour s’accaparer les petites exploitations. Souvent classés comme de simples cambriolages, ils s’agit pourtant bien ici de crimes de haine : l’absence de vol dans 80 % des cas, les mutilations et tortures, les viols et les mises en scène macabres en sont une preuve suffisante.

L’ONG Afriforum indique qu’il y eut plus d’assassinats de blancs pendant les quinze premiers jours de 2014, que de meurtres en Irlande en trente ans… Le taux de meurtre des Boers – quatre fois supérieure à la moyenne nationale (déjà incroyablement élevé) - fait dire à certains qu’un soldat américain en Irak avait plus de chances de survivre qu’un Blanc dans la campagne Sud-Africaine… Depuis 1994 on estime a plus de 90.000 le nombre de Boers assassinés, dont un nombre effrayant de fermiers…

Et ces massacres ne risquent pas de cesser : avec un gouvernement qui tolère cette violence pour retirer aux Boers leur monopole agricole, la situation ne peut que dégénérer… Et de même qu’il était du devoir des pays occidentaux de s’insurger contre la politique d’Apartheid du Parti National, n’est-ce pas aussi aujourd’hui leur devoir de prendre position dans ces événements qui ne peuvent être réduits à une criminalité ordinaire et ce, pour parvenir à un dénouement pacifique et éviter ce que certains désignent déjà comme un possible génocide.

Pierre Terrail

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Hambourg : un islamiste tue une personne au couteau au cri de « allah akbar » et en blesse quatre autres

29 Juillet 2017, 09:13am

Publié par Thomas Joly

Selon responsable de la police allemande cité par l’AFP, un individu est entré dans un supermarché et a attaqué des clients, faisant un mort et quatre blessés.

Le quotidien allemand Bild a publié sur son site internet une photo de l’agresseur avec un sac blanc et couvert de sang posé sur sa tête. Selon ce journal, il a crié « Allah Akbar! » (« Dieu est le plus grand ») avant de passer à l’attaque.

Le suspect, qui n’a pas été identifié, a pris la fuite après l’attaque mais a été pris en chasse par des témoins qui ont alerté la police.

« Il s’agit d’un attaquant solitaire. Les premières informations, faisant état d’un vol comme possible motif, n’ont pas été confirmées », a osé mentir la police de Hambourg sur son compte Twitter.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

« On va aller les chercher » : Macron veut directement transférer les migrants depuis l'Afrique

28 Juillet 2017, 09:28am

Publié par Thomas Joly

Lors d’une visite d’un centre pour migrants clandestins à Orléans, Emmanuel Macron a annoncé la création de centres en Libye et au Niger afin de les transférer directement vers la France, sans avoir à traverser la Méditerranée.

« L’idée est de créer en Libye des hotspots afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été », a annoncé Emmanuel Macron à Orléans.

« Je veux envoyer des missions de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) dans les hotspots italiens et je suis prêt à en envoyer en Libye », a-t-il précisé, évoquant aussi la possibilité de créer de tels centres au Niger.

« D’ici la fin de l’année, je ne veux plus personne dans les rues, dans les bois », a déclaré jeudi le président Emmanuel Macron dans un discours sur l’accueil des migrants, lors d’une cérémonie de naturalisation à la préfecture d’Orléans.

« La première bataille: loger tout le monde dignement. Je veux partout des hébergements d’urgence. Je ne veux plus de femmes et hommes dans les rues », a-t-il ajouté.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires

Rassemblement contre la venue de migrants à Chalon-sur-Saône samedi 5 août

28 Juillet 2017, 08:00am

Publié par Thomas Joly

Samedi 5 août à 14h, place de Beaune à Chalon-sur-Saône, à l'initiative de Benjamin Lematte, Délégué départemental pour le 71, le Parti de la France organise un rassemblement contre l'arrivée de migrants dans l'ancien hôtel Formule 1 de la ville. Merci à tous les patriotes qui peuvent s'y rendre de venir soutenir nos militants face à l'invasion étrangère !

Alexandre Gabriac de Civitas a également annoncé sa participation à ce rassemblement !

 

Voir les commentaires

Un général italien explique comment régler l’invasion migratoire en quelques jours

28 Juillet 2017, 07:46am

Publié par Thomas Joly

Il y a, en ce moment, un général qui fait beaucoup parler de lui en Italie. Non pas qu’il ait démissionné puisqu’il est à la retraite après avoir commandé l’armée de l’air dont il est l’un des pilotes les plus décorés, mais parce qu’il s’est déclaré très préoccupé par l’invasion migratoire.

Le général de corps d’armée Vincenzo Santo n’a pas hésité à répondre ce que personne n’avait jamais osé imaginer lorsque le journaliste du quotidien LiberoIl Giornale – lui a demandé si l’immigration était un phénomène historique qu’il était impossible d’arrêter.

« Il suffit d’utiliser l’armée pour la mission qui est à l’origine de sa création, celle de défendre nos frontières. Il est tout à fait possible de mettre le holà à cette immigration désordonnée et massive. En quelques jours, l’armée italienne pourrait y mettre fin. »

Ce soldat très étoilé n’est pas n’importe qui. Il fut numéro deux de l’OTAN en Afghanistan, ancien chef d’état-major de l’ISAF (International Security Assistance Force/Force internationale d’assistance à la sécurité) et, à 71 ans, il est vice-président de l’Institut des affaires internationales, le think tank le plus en vogue en Italie. Il collabore également à l’un des plus importants sites d’information sur la défense et a des relations militaires dans de nombreux pays. Il est, en France, chevalier de l’ordre national du Mérite. Il explique comment il voit l’implication de l’armée italienne dans ce combat pacifique mais indispensable qu’il faut mener contre cette véritable invasion des côtes européennes.

« Nous avons les outils pour contrôler la côte libyenne sans y poser le pied. Les routes migratoires qui nous concernent convergent vers Tripoli. La zone à contrôler est beaucoup plus petite que ce que vous pensez. Tout d’abord, nous devons mettre en œuvre le blocage des navires ONG pour les empêcher de pénétrer dans les eaux libyennes. En même temps, nos forces spéciales captureront les trafiquants et les conduiront en prison. Bien sûr, il n’est pas question d’attendre les autorisations des organismes internationaux ni de respecter la souveraineté nationale de la Libye ou d’un autre pays. N’oublions pas que la nôtre est violée chaque fois qu’un navire ou qu’un canot débarque sur nos rivages sa cargaison humaine. »

La révolte gronde dans l’armée, les douanes et la population qui n’en peut plus de voir débarquer par dizaines de milliers ces migrants venus d’Afrique, très rarement avec des femmes, qui envahissent villes et villages avant de se disséminer à travers l’Europe, vivant dans des conditions d’hygiène indignes et dangereuses. « Comment peut-on avoir confiance dans nos institutions quand un migrant qui a poignardé à Milan un policier est aussitôt relâché ? » Et le Général Santo d’expliquer qu’il est facile d’imaginer la frustration de ceux qui sont quotidiennement sur la route pour assurer la sécurité des citoyens.

La création de camps en Libye ne résoudra rien tant qu’y régnera la confusion politique et la présence de djihadistes. « En outre, pour des raisons humanitaires, nous ne pouvons confier aux Libyens la gestion de camps éventuels qui devraient être créés et financés en Tunisie et en Égypte, et peut-être en Algérie. » Et ce général hors normes d’évoquer le problème des clandestins dont il croit nécessaire de les arrêter afin de les réexpédier par avion vers leurs pays d’origine, et pour ce faire, « il faut bien entendu augmenter nos forces de police »

« Il faut confier aux policiers la mission de retrouver ces clandestins afin de les mettre à la disposition des diverses autorités consulaires, dans le but de procéder à leur identification, même s’ils ont fait disparaître leurs documents et prétendent qu’ils ont été volés ou retenus par les trafiquants afin de rendre plus difficile la recherche de leur pays d’origine. Mais je suis convaincu que si l’on veut remonter à la nationalité du clandestin, on réussit toujours. »

Qu’il nous serait agréable de rêver que quelques-uns de nos courageux généraux se mettent à s’exprimer comme le général Vincenzo Santo !

Floris de Bonneville

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Face à la colère populaire, le maire cède : les migrants ne viendont pas à Domrémy !

27 Juillet 2017, 14:28pm

Publié par Thomas Joly

Le maire a fini par reculer. Les 54 immigrants prévus ne viendront pas à Domrémy-la-Pucelle ! Depuis le dernier conseil municipal du 30 juin dernier, les quelque 120 âmes de cette paisible cité touristique de réputation mondiale n’ont pas désemparé dans la mobilisation contre la folle décision de leur édile, Daniel Coince. L’ancien pensionnat acquis par la commune en 2008 devait pourtant servir à tout autre chose, soit, en l’occurrence, à la création de logements locatifs.

Ce n’est pas ce que le conseil municipal a retenu, qui a opté pour l’installation d’une colonie de 54 immigrants dans les locaux de la bâtisse. Ni vu, ni connu, l’affaire est dans le sac, la préfecture ayant chaudement félicité le maire pour sa munificence à l’égard de ce magnifique « Autre », rédempteur de nos vils pêchés d’occidentaux leucocytaires – avec, tout de même, le soutien sonnant et trébuchant du cochon de contribuable.

Ameutés par un conseiller municipal démissionnaire, les habitants ont bruyamment manifesté leur hostilité au projet. Le premier magistrat de cette commune si emblématique d’où surgit, dei gracia, le Salut providentiel qui allait réitérer, d’une éclatante façon, l’union du Ciel au royaume de France jadis scellée devant le baptistère de Reims aux alentours de 496, monsieur le maire, donc, rassembla ses administrés ulcérés « pour éclaircir la situation » (Vosges Matin, 26 juillet).

Embarrassé, dépité et… coincé, celui-ci leur déclara : « En mai, la commune a reçu des représentants de l’association Coallia, qui ont présenté un projet d’hébergement d’urgence au sein du pensionnat. À la base, le bâtiment devait accueillir des personnes en difficulté. Nous avons été informés, ce dernier vendredi, que si le projet arrivait à terme, le pensionnat hébergerait des migrants, ce qui n’était pas prévu à l’origine. Je rappelle qu’à ce jour, rien n’avait encore été signé et que le projet était toujours en négociation », rétropédala piteusement l’intéressé, avant de conclure : « La commission, qui s’est réunie ce lundi a finalement décidé d’annuler ce projet dans l’intérêt des habitants. Décision qui sera votée ce jeudi en conseil municipal. Je précise que la préfecture et l’association ont été prévenues de cette décision. »

Les habitants s’en sont vraisemblablement retournés soulagés dans leurs pénates. Vraisemblablement ? À vrai dire, les victoires en ce genre d’affaire sont de courte durée, la République ayant décidé, Valls-Cazeneuve regnante, d’imposer des quotas d’allogènes extra-européens dans tous les villages de France, via le « programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile » ou PRAHDA. Si le diable se cache dans les détails, on sait aussi, désormais, comment il s’habille, et ce n’est pas du cinéma…

La lâcheté de nombre d’élus associée à leur incompétence (due, pour une bonne part, à l’inculture consécutive d’une déstructuration des intelligences planifiée par un système scolaire à la dérive depuis quarante ans) apparaît, ici, comme la pire des politiques. Quand l’état de submersion migratoire aura rendu nos sociétés invivables pour ses autochtones, aucun ne pourra affirmer qu’il ne savait pas. Certains seraient bien inspirés de consulter les documents de l’ONU. [PDF] Ils s’y apercevraient que l’oligarchie travaille depuis longtemps à promouvoir les « migrations de remplacement (sic !) qui s’avéreraient nécessaires pour compenser le déclin des populations ».

Domrémy n’est qu’un sursis. Saint-Denis est déjà une réalité. Voire un cauchemar.

Aristide Leucate

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Domrémy : le maire veut installer des dizaines de migrants dans le village natal de Jeanne d’Arc

27 Juillet 2017, 10:24am

Publié par Thomas Joly

Un collectif d’habitants s’est réuni lundi dernier devant la mairie de Domrémy-la-Pucelle pour dénoncer l'arrivée de migrants.

En effet, suite à une réunion du conseil municipal du 30 juin dernier, il a été acté la volonté d’installer 54 migrants dans les locaux du pensionnat alors même qu’il était question d’un projet de création de logements locatifs par un habitant de Greux pour l’ensemble de la propriété.

Africaniser le village natal de la Sainte héroïne de la Nation qui a bouté les étrangers hors de France en son temps, voilà un symbole puissant dont la République est friande

Source : http://www.fdesouche.com

Voir les commentaires

Le paquet de cigarettes à dix euros : comment l’État nous enfume !

27 Juillet 2017, 10:19am

Publié par Thomas Joly

Après la révolte des Bonnets rouges, celle des Gauloises bleues ? Ainsi, ces jours derniers, plusieurs centaines de buralistes ont-ils bâché près de 430 radars automatiques pour protester contre la hausse annoncée du paquet de cibiches, qui devrait bientôt coûter dix euros.

Certes, le tabac est mauvais pour la santé ; mais vivre tue, objectera-t-on. Les pesticides qui empoisonnent nos champs et, par voie de fait, nos assiettes, aussi, et plus sûrement encore ; mais il est plus facile de s’en prendre au Balto du coin que d’obliger Monsanto et consorts à cesser leur trafic mondial. Dans le même registre, le patron du dernier bistrot de campagne est une proie autrement plus aisée que le dealer de cité ou, désormais de plus en plus souvent, des zones pavillonnaires.

Résultats immédiats à craindre, contre lesquels les buralistes se mobilisent ? Les frontaliers qui iront s’approvisionner en Espagne, en Belgique, en Allemagne ou en Suisse, poussant ainsi nos débitants d’herbe à Nicot à mettre la clef sous la porte. Puis, l’inévitable explosion de la contrebande à grande échelle – cartons de clopes tombés du camion, braquages de bars-tabac – et, pis encore, celle de la cigarette de contrefaçon, généralement fabriquée en Afrique, à base de bouse de zébu et de Merdaflex® de synthèse.

Le chiffre d’affaires de ces trafics – contrebande et contrefaçon – n’a rien d’anodin, à en croire Le Figaro du 21 juillet dernier : « Le commerce parallèle de tabac engendrerait, selon les estimations, un manque à gagner fiscal annuel de trois milliards d’euros pour l’État, ainsi qu’un manque à gagner de 250 millions d’euros pour les buralistes. » Du coup, dans son discours de politique générale, le Premier ministre Édouard Philippe assurait, devant l’Assemblée, vouloir « lutter sans merci contre les trafics qui minent cette politique de santé autant qu’ils fragilisent ceux qui respectent la loi ». Une fois traduit en langue vernaculaire, cela signifie donc que le gouvernement entendrait éradiquer les problèmes qu’il a lui-même créés…

Au fait, tant qu’à évoquer cette « santé publique » ayant toujours eu bon dos, quid des bars à chicha se multipliant sur nos « territoires », comme disent les cuistres ? Rien. Il s’agit pourtant de tabac, fut-il aromatisé, non ? Idem pour les coffee shops d’Amsterdam ; ville dans laquelle deux polémiques ubuesques font rage depuis un paquet de temps et non point de tiges.

La première est le fait des patrons de ces établissements, qui refusent désormais la clientèle française. Discrimination ? Oui, à en croire les ligues de vertu locale, les Français en question ne l’étant que de fraîche date. Bref, la racaille à capuche est une clientèle dont on se passerait bien dans le Quartier rouge de la ville de Rembrandt, pourtant longtemps donné comme harmonieux modèle de « vivre ensemble ». Vivre ensemble ? Pas avec n’importe qui, manifestement.

La seconde, c’est que le shit, résine de cannabis, ou l’herbe, feuilles de ce même cannabis, ne saurait se rouler et se fumer durablement sans être additionné de… tabac. Et c’est là que les législations en vigueur ont du mal à faire le joint ; pardon, la jointure. En effet, il est interdit de fumer du tabac dans les bars et les restaurants hollandais ; mais, dans les coffee shops, on peut y consommer de la Marie-Jeanne, même mêlée de pétun. Pétun ? Si, si, un autre nom pour cette plante qui nous est venue d’Amérique et n’ayant rien à voir avec le presque éponyme maréchal.

Il y aurait bien une solution pour mettre tout le monde d’accord : autoriser les fumeurs de Camel et de Gitanes à assouvir leur vice au caboulot d’à côté, à condition que l’objet du délit présente une dose significative de shit. Pour faire encore mieux, le tout serait à la fois bio et équitable.

Quel dommage que le regretté Serge Gainsbourg ait rendu l’âme avant d’assister à une telle fête de l’esprit. Il en aurait probablement signé une jolie chanson. Mais là où il est, il n’ignore pas que « Dieu est un fumeur de havanes »…

Nicolas Gauthier

Source : http://www.bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Le 26 juillet 2016, deux chiens islamistes égorgeaient le Père Hamel en pleine messe à Saint-Étienne-du-Rouvray

26 Juillet 2017, 12:45pm

Publié par Thomas Joly

Que s’est-il passé le 26 juillet 2016 entre 9h et 10h30 dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray ? Un historien belge de l’Université catholique de Louvain, Jan De Volder, a reconstitué les faits dans un excellent petit livre, Martyr, Vie et mort du père Jacques Hamel. C’est le récit le plus fiable qui a été fait de cet événement – vérification faite auprès de témoins.

Quant à la vidéo que les deux agresseurs, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, ont tournée en obligeant un fidèle, Guy Coponet, à tenir la caméra avant de lui donner trois coups de couteau devant sa femme – il s’en sortira en cautérisant l’une des plaies avec sa main et en faisant le mort -, elle est sous séquestre de la police.

Très ponctuel, le père Jacques Hamel, commence cette messe de semaine à 9 heures. De nombreux habitués, une quinzaine de personnes, sont en vacances. Sont donc seulement présents trois sœurs de Saint Vincent de Paul, un couple, Janine et Guy Coponet, qui fête ce jour-là son 87e anniversaire. Un peu après l’homélie, un des deux assaillants, en polo bleu, entre dans l’église. Le prêtre fait signe à l’une des sœurs de l’accueillir. Il veut savoir « quand l’église est ouverte » et « d’autres choses encore ». Elle l’invite à revenir « dans 10 minutes quand la messe sera finie ».

Il revient effectivement, par la porte de la sacristie, tout de noir vêtu, accompagné d’un autre individu en noir également. Voici le récit de Jan De Volder : « D’emblée, les jeunes, violents, ne cachent pas leurs intentions. Ils lancent des cris en arabe, parmi lesquels on reconnaît le bien connu « Allahou Akbar ». Puis, en français, ils crient que les chrétiens sont les ennemis des musulmans puisqu’ils ne soutiennent pas la lutte islamique. » Ils renversent violemment tout ce qu’il y a sur l’autel. Le père Hamel leur demande de se calmer. Mais « un des deux prend le fragile prêtre par les mains et le somme de se mettre à genoux. Le père Jacques ne se rend pas, il essaie de résister. Alors qu’il cherche à se protéger, le prêtre prend un premier coup de couteau. La petite assemblée ahurie entend son cri : “Satan, va-t’en! Va-t’en, Satan”. Puis un deuxième coup de couteau, à la gorge, achève la vie terrestre du vieux prêtre ».

Lire la suite

Voir les commentaires

Lyon : en djellaba et brandissant un coran, un islamiste tente de poignarder un policier au cri de « Allah akbar »

26 Juillet 2017, 12:38pm

Publié par Thomas Joly

Un individu habillé en djellaba, armé d’un couteau et porteur d’un Coran, s’est jeté sur les policiers en hurlant « Allah Akbar ». Ces derniers ont réussi à le maîtriser selon Lyon Mag, à Villeurbanne. Ce mardi soir, vers 20h15, la police est intervenue au 33 de la rue Geoffray à Villeurbanne.

Selon les informations de Lyon Mag, un homme vêtu d’une djellaba et d’une lame de 40 centimètres s’était retranché à son domicile.

Les forces de l’ordre ont d’abord tenté de le raisonner, lui demandant de sortir dans le calme avec les mains apparentes.

L’individu s’est alors jeté sur les policiers, muni d’un Coran et de son couteau, au cri de « Allah Akbar ». Dans sa furie, il a endommagé un bouclier de protection avant d’être efficacement maîtrisé à l’aide de deux Tasers.

Source : http://breizatao.com

Voir les commentaires