Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Belgique : le Mouvement Nation a une nouvelle présidente

19 Septembre 2021, 11:19am

Publié par Thomas Joly

Hervé Van Laethem a décidé de passer la main et c'est Nancy Van Den Eede, 37 ans, qui vient d’être élue présidente du Mouvement lors du 14e Congrès qui s’est déroulé samedi dernier.

Nancy, avant tout, parlez-nous un peu de vous !

Je me situe dans la catégorie des gens dont on peut dire qu’ils appartiennent à la « génération NATION », n’ayant jamais milité pour d’autres formations politiques. Militante depuis 6 ans au sein de NATION, je me suis engagée avant tout pour l’avenir de mes enfants et en songeant à la Belgique que nous allons leur laisser. J’ai estimé qu’il était temps que le peuple ouvre les yeux sur la situation catastrophique que nous vivons. Je ne pouvais pas rester sans réagir car je me suis rendue compte qu’il y avait des manquements énormes de la part de nos politiciens par rapport au Belge dit « de souche »…Et mon engagement a grandi au fur et à mesure que je prenais conscience des errances du monde politique.

Au sein du Mouvement, j’ai gravi les échelons un par un, devenant d’abord responsable local dans la région de Tournai, puis présidente de section dans la même région, pour ensuite entrer dans la direction du mouvement comme Secrétaire Politique. Ensuite, j’ai élue co-présidente avec Hervé Van Laethem pour aujourd’hui être élue présidente de NATION.

Vous avez été élue à l’unanimité, comment y réagissez-vous ?

Je pense que les militants m’ont élue d’abord parce qu’ils me connaissent bien. En effet depuis 6 ans au sein de NATION, j’ai participé à quasiment tous les grands évènements qu’a connu et/ou organisé NATION. Mais je crois qu’ils m’ont aussi élue car ils savent que je suis une militante fidèle et loyale au Mouvement et à ses idées. Pour rappel, j’ai d’ailleurs aussi fait partie de l’équipe qui a complètement retravaillé le programme du Parti en 2020. Et donc je pense que pour la majorité d’entre eux,  c’était une évidence que je reprenne le flambeau.

Je tiens d’ailleurs à les remercier pour leur confiance, j’espère aussi revoir ceux qui n’ont pas eu l’occasion de venir au Congrès, et bien sûr rencontrer les nouveaux adhérents.

Que sera NATION dans l’avenir ?

Ces dernières années, j’ai pu constater que NATION s’était un peu dispersé…Nous avons souhaité ouvrir nos portes à différentes sensibilités politiques, et il faut bien avouer que cela n’a pas été sans incidence. Mais malgré les difficultés rencontrées, NATION est en train de se régénérer !

Je pense et j’espère que ce 14éme congrès était la dernière phase de cette régénération…En tous cas, il est temps que NATION redevienne NATION !

Sous ma présidence :

  • NATION gardera son ADN identitaire, social et profondément anti-système
  • NATION va redevenir la communauté militante d’avant
  • NATION va retrouver une plus grande cohésion politique
  • NATION continuera à être le poil à gratter pour irriter le système politico-financier

Pour ce qui est du fonctionnement, j’estime que nous perdons trop d’énergie à essayer de s’implanter partout en même temps. Nous allons donc recentraliser le fonctionnement  du Mouvement. Non pas que nous voulons abandonner le travail local mais nous voulons pouvoir le faire mieux, avec plus de moyens et de manière plus coordonnée.

Je compte aussi restructurer le mouvement…Les cartes seront donc redistribuées et avec mon équipe, nous allons réfléchir à comment simplifier un peu les choses tout en restant tout aussi productifs et actifs. De même, en ce qui concerne la communication sur les réseaux sociaux ou autres. Depuis le confinement, le numérique a pris le dessus sur le contact humain qui pourtant reste, selon moi, la base d’un vrai travail politique. S’il faut bien entendu continuer à communiquer, cela ne doit pas se faire au détriment du travail de terrain.

Enfin et comme vous le savez, NATION n’a aucun subside et le blackout médiatique ne nous aide pas non plus à nous faire connaitre. Et comme malheureusement l’argent est le « nerf de la guerre »,  avec mon équipe, nous allons également réfléchir à revoir le système des adhésions. Mais ici aussi  pour plus d’efficacité ! Je voudrais d’ailleurs en profiter pour remercier tous ceux qui nous soutiennent financièrement par des dons réguliers.

Un dernier mot pour les militants ?

Je voudrais dire aux militants et aussi à ceux qui n’ont pas pu être présents au Congrès, que même si je suis présidente, je reste avant tout une militante et surtout une camarade. Ça ne va pas être facile de présider sans Hervé et si je suis prête à relever le défi, j’aurai en tous cas besoin de vous, de votre aide et de votre soutien.

Pour NATION, un nouveau chapitre commence avec de nouvelles histoires. Au lieu d’en être de simples lecteurs, devenez-en les acteurs !

Source : http://nation.be

Voir les commentaires

Pour aider Cassandre Fristot

19 Septembre 2021, 09:35am

Publié par Thomas Joly

Pour aider Cassandre Fristot

Si vous souhaitez apporter un soutien moral ou financier à Cassandre Fristot, victime d'un acharnement politico-médiatico-judiciaire inouï, envoyez vos lettres et vos chèques à cette adresse :

Cassandre Fristot

39 F rue Georges Bizet

57800 Freyming-Merlebach

Voir les commentaires

Compte-rendu du Bureau politique du Parti de la France du 18/09/21

18 Septembre 2021, 16:47pm

Publié par Thomas Joly

Le Parti de la France a réuni son Bureau politique ce samedi 18 septembre en visioconférence.

Cette réunion de travail a été l’occasion de faire le point sur la dictature sanitaire et, en conséquence, sur notre manière d’organiser nos prochains événements dont notamment un prochain meeting parisien ouvert à toute la droite nationale.

Le Bureau politique a noté avec satisfaction les belles réussites de nos derniers événements de Bretagne et de Picardie, et travaille déjà sur les prochaines manifestations qui auront vocation à rassembler nos sympathisants mais aussi la droite nationale dans toute sa diversité.

Côté organisation, les membres du Bureau politique ont pris acte de la décision de Jean-François Touzé de démissionner de sa fonction de Délégué général pour raisons personnelles. En outre, il a été décidé de sa suspension du Bureau politique jusqu’à nouvel ordre, en raison de divergences stratégiques majeures sur l’élection présidentielle de 2022.

Les activités du Parti de la France ont été passées en revue et planifiées, notamment les prochaines émissions sur notre chaîne Youtube, les actions militantes à venir et tout ce qui fait vivre le parti donc, de fait, la droite nationale française non-reniée.

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Éco-anxiété : près d’un jeune Occidental sur deux serait touché…

17 Septembre 2021, 17:14pm

Publié par Thomas Joly

Certes, l’époque est anxiogène ; mais, toutes choses bien pesées, guère plus que les précédentes. Ou, autrement, comment expliquer que nos ancêtres aient pu prendre femme pour fonder une famille, quelques années avant les guerres de 14-18 et 39-45, périodes qui ne s’annonçaient pas tout à fait riantes ? À croire que l’espoir faisait alors plus vivre que le désespoir.

Est-ce encore vrai, aujourd’hui ? On peut se poser la question à la lecture de l’étude publiée par la revue censée faire la pluie et le beau temps en matière de santé climatique, The Lancet Planetary Health, selon laquelle près d’un jeune sur deux souffrirait, aujourd’hui, « d’éco-anxiété ».

Bien sûr, les « jeunes » sondés sont issus du monde occidental ; ce qui peut expliquer que, sur un panel de 10.000 personnes, âgées de 16 à 25 ans, « 75 % des répondants puissent juger le futur “effrayant” ». On ajoutera encore que « 50 % des jeunes interrogés se sentent tristes, anxieux, en colère, démunis ou coupables face à la crise climatique ».

Et ce rapport de conclure : « Ces facteurs de stress psychologique menacent la santé et le bien-être et peuvent être considérés comme moralement préjudiciables et injustes. » Calimero n’aurait pas mieux dit. Après, on peut se féliciter ou déplorer cet état de fait. S’en féliciter parce que la jeunesse se sent impliquée dans les affaires du vaste monde. Le déplorer parce que cette même jeunesse se trouve de fait infantilisée par ces histoires à faire peur, assenées aux générations précédentes : peur des communistes, alors que l’URSS était bien moins expansionniste que les USA, peur des fascistes alors que de fascisme il n’y avait plus. Comme quoi une trouille chasse l’autre. Peur des racistes, etc. « N’ayez pas peur », nous disait, non sans raison, le défunt pape Jean-Paul II.

Et maintenant, la grande trouille climatique, encore plus volatile, mais autrement plus prégnante : « Les jeunes individualisent le problème climatique. Ils pensent que c’est de leur ressort. C’est notamment dû au récit autour de la crise climatique : ce serait une affaire de décisions personnelles », nous dit cette même étude.

D’où la naissance d’un héroïsme de substitution consistant à fermer le robinet pendant qu’on se brosse les dents, histoire de « sauver la planète », alors qu’avant, il suffisait seulement de lutter contre le gaspillage. Il est vrai que ces jeunes angoissés ont quelques raisons de l’être. Ne serait-ce que par le matraquage médiatique les enjoignant de faire perpétuelle repentance pour un « écocide » aux contours des plus flous. Ainsi, l’écrivain Camille de Toledo, nouveau procureur de l’écologisme radical, vient-il d’exiger que la Loire puisse devenir « personnalité juridique » et « plaider sa cause devant les tribunaux », à en croire un entretien publié dans Libération de ce 9 septembre.

Pour appuyer ses dires, ce jeune homme – Alexis Mittal, de son vrai nom et, par ailleurs, petit-fils d’Antoine Riboud, fondateur de la multinationale Danone (pas tout à fait écoresponsable, dira-t-on), affirme qu’« en Équateur, la Constitution reconnaît depuis 2008 les droits du Pachamama, la Terre mère ». Certes, mais ce qui a valeur, chez ces peuples issus de religions naturelles, dans lesquelles fleuves et rivières ont toutes un esprit, n’est-il pas un peu ridicule dans ce néo-panthéisme occidentalisé ? Un peu comme l’apprenti plombier qui, pour faire joli, se fait tatouer les biceps de symboles maoris, ignorant que ces derniers, s’ils ont une signification en Polynésie, n’en ont plus guère en nos contrées, ou alors au moins autant que le hula-hoop et la zumba ?

Après, deux questions se posent à l’homme de bon sens : la Loire est-elle une « personnalité juridique » et ces néo-écologistes ont-ils encore un cerveau en bon ordre de marche ?

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Incapable de financer sa campagne présidentielle, Marine Le Pen appelle Emmanuel Macron à l'aide !

17 Septembre 2021, 10:47am

Publié par Thomas Joly

Depuis des années, le RN a toutes les difficultés du monde à financer ses campagnes, ce parti surendetté étant considéré comme persona non grata par la plupart des institutions bancaires. Marine Le Pen, dans un courrier envoyé le 2 septembre demande donc à Emmanuel Macron de veiller à ce que le Parlement crée de « nouvelles possibilités de financement ». (Source)

Sous sa seule présidence et sa seule responsabilité, Marine Le Pen a fait du RN le parti le plus endetté de France, alors même que toutes ses campagnes électorales ont été remboursées et qu'il bénéficie du financement public. Mais où sont passés ses 25 millions d'euros de dettes ?

On imagine bien Clémenceau, en 1917, demander un prêt à la Bundesbank pour pouvoir continuer la guerre contre le Reich…

Si elle avait des convictions et un tant soit peu confiance en son score, elle emprunterait en son nom propre en gageant ses biens. Mais pour cela, il faudrait un peu de courage...

Voir les commentaires

Levée du pass sanitaire : l'annonce bidon d'Emmanuel Macron

16 Septembre 2021, 15:49pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Sport inclusif et transgenre : le crash-test pour Céline Provost !

16 Septembre 2021, 06:41am

Publié par Thomas Joly

Céline Provost ne sera probablement pas du même avis qu’Élisabeth Moreno. Moreno, vous connaissez, c’est notre ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, qui déplorait récemment « qu’il est plus difficile de s’épanouir dans le sport et d’y réussir lorsque l’on est lesbienne, gay, bisexuel ou transgenre ». Provost, vous connaissez probablement moins, est une institutrice de la banlieue parisienne qui pratique des sports de combat genre MMA (arts martiaux mixtes) et qui s’est fait sérieusement concasser l’intégrité corporelle par Alana McLaughlin au cours d’une compétition en Floride. Alana, qui « n’est pas née femme » et, comme le dirait Simone, « l’est devenue » après avoir servi en tant que mâle biologique dans les forces spéciales de l’armée américaine, a battu par suffocation Provost, qui a déclaré, le visage en sang, forfait dès le second round.

L’événement a fait grand bruit ; les réactions outrées se sont multipliées sur les réseaux sociaux et dans les rédactions, dénonçant l’indignité d’une épreuve où un mâle biologique transgenre, ancien militaire de surcroît, bat – au sens propre comme au figuré – une femme dans un sport, d’essence ultra-violent. Déjà, dans la « cage » – le nom sui generis du ring – entre mâles du même sexe (sic !), l’hémoglobine gicle d’un peu partout ; mais ici, chut, en République inclusive, Céline qui se fait démonter sauvagement par un malabar au MMA, pour nos féministes progressistes de comptoir, c’est zéro tracas, zéro bla-bla.

Des protestations, émanant en ce y compris des défenseurs des « droits transgenres », dénoncent un « avantage injuste », « la violence masculine envers les femmes comme sport public », mettent en garde contre la survenue d’accidents tragiques, voire questionnent la légalité de telles compétitions. Mais du côté de nos activistes féministes, leur mutisme, s’agissant des tartufferies inhérentes aux progrès sociétaux qu’elles vénèrent, n’a d’égal que leurs postures s’agissant des violences systématiquement conjuguées au conjugal. À une époque où offrir des fleurs à Alice Coffin est considéré comme un acte de violence, au nom d’une équité des genres de plus en plus totalitaire, applaudir un mec qui tabasse une femme est devenu un progrès louable – ou quand lutte intersectionnelle rime avec lynchage intersexuel. Peut-être qu’élargir la « cage », à l’instar des trottoirs pour lutter contre le harcèlement de rue à Chapelle-Pajol, rendrait l’épreuve plus supportable pour le sexe faible.

Le comble, avant le match, Provost, d’une naïveté confondante, a déclaré qu’elle n’avait aucune crainte à monter sur le ring avec un adversaire de sexe masculin. « Nous devons montrer que le MMA est un sport inclusif. » Et c’est là que résident le tragique, la duperie et l’injustice immanentes du progressisme féministe à l’égard du genre qu’elles sont censées défendre.

Duperie pour avoir fait gober aux femmes que les genres et les cultures sont interchangeables, que ces dernières sont équivalentes en termes de civilité par rapport aux femmes, que le mâle blanc et la famille sont les principaux obstacles à leur émancipation. Tragique, en faisant la promotion d’une immigration suicidaire dont elles seront les premières victimes. Injustice d’avoir aboli la complémentarité homme/femme pour la remplacer par une compétition dans tous les domaines de la société, au travail comme à la maison, et maintenant dans les sports les plus violents, le tout avec les résultats qu’on déplore. Et la liste est longue.

Pour paraphraser Pierre de Coubertin, au sport, l’important n’est plus de participer mais, comme partout, promouvoir le cancer progressiste, puis se faire battre, humilier. Plus généralement, il fait de moins en moins de doute que le plus grand danger, à l’égard de la gent féminine, émane, de nos jours, en premier lieu, des délires de la junte féministe au pouvoir.

Pierre Mylestin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Pour une application généreuse de la peine de mort

16 Septembre 2021, 06:05am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Le litre d'essence bientôt à 2 € ? Bercy se frotte les mains...

16 Septembre 2021, 06:04am

Publié par Thomas Joly

Le prix de l’essence est à un pas de dépasser le seuil des deux euros, affichant une hausse de plus de 20 % en un an, mais Bercy y voit un signe de reprise économique.

À l’approche de l’élection présidentielle, les prix du carburant s’envolent de nouveau. La hausse des taxes sur ce-dernier a été à l’origine du mouvement des Gilets jaunes en 2018.

Une hausse de 19,3 % en un an est affichée pour le sans-plomb (SP) 95 E10, indique le site Carbu, soit 25,7 centimes de plus. En moyenne, il est vendu à 1,586 euro par litre. Le diesel a pareillement grimpé, à 20,1 %, soit 24,6 centimes de plus.

Les prix avoisinent déjà les deux euros le litre dans certaines stations-service, comme l’avançait en 2011 Christophe de Margerie, l’ancien patron de Total. À titre d’exemple, le SP 98 E5 de cette marque a coûté le 13 septembre 1,859 euros le litre dans le VIIIe arrondissement de Paris, alors que BP le vendait début septembre à 1,849 euros dans les XIIIe et XVe arrondissements, selon Carbu.

« С’est plutôt bon signe », indique l’entourage de Bruno Le Maire, interrogé par Le Parisien. « L’économie repart », conclut-il tout en soulignant que les prix sont en train de retrouver leur niveau d’avant crise.

Cet indicateur positif a cependant un impact sur les budgets des ménages. « On cherche un mécanisme, c'est difficile », a confié début septembre une source de l’Élysée à LCI.

Elle qualifie de « très dur » le gel du prix de l’essence ou de la TICPE, taxe appliquée à la consommation de carburant. « La question, c’est quelle cible, quel moment », a indiqué l’entourage d’Emmanuel Macron, toujours auprès de la chaîne de télévision.

Source : http://fr.sputniknews.com

Voir les commentaires

Vaccine-toi ou dégage : journée noire pour les soignants récalcitrants

15 Septembre 2021, 19:13pm

Publié par Thomas Joly

Partout, en France, des sit-in sont prévus devant les hôpitaux pour soutenir les soignants acculés à la démission ou à l’éviction en cas de refus de se faire vacciner.

La politique n’est pas qu’une histoire de discours. Elle s’accompagne d’actes, et la logique de leur enchaînement conduit à ce que nous vivons aujourd’hui : au nom d’un diktat sanitaire, on est prêt à écraser ceux qui refusent de s’y plier.

Ainsi, l’obligation vaccinale contre le Covid entre en vigueur ce mercredi 15 septembre. Elle concerne 2,7 millions de personnes. « Les salariés des établissements recevant du public devront avoir été vaccinés à compter du 15 septembre 2021 pour pouvoir continuer d’exercer leur activité », indique le communiqué du gouvernement.

300.000 personnes aujourd’hui, selon Franceinfo, ne seraient pas vaccinées.

Chaque semaine, depuis deux mois, des soignants défilent aux côtés des pompiers dans les cortèges anti-passe sanitaire, dans toutes les villes de France. Ils sont à chaque fois un peu plus nombreux.

Le 4 septembre dernier, j’interviewais une femme médecin qui portait sur sa blouse la phrase suivante : « Personnel soignant résistant, demain j’enlève ma plaque. » Celle-ci expliquait en des termes très mesurés qu’elle avait « autant de risques de transmettre le Covid à ses patients vaccinée que non vaccinée » ; que ce vaccin ARN « n’était pas anodin », et qu’elle pensait qu’il y avait clairement un manque de recul sur ses effets à long terme. Elle s’indignait de la pression et du chantage subis par la profession, qu’elle trouvait inadmissibles.

Cette situation particulière est assez emblématique du problème du rapport des soignants à la vaccination. Concernant les manifestants, on entend souvent dire sur les plateaux, par des personnalités se voulant « éclairées », que ce sont des prolétaires ignorants.

Mais non, messieurs les experts. Ces manifestants sont des soignants, des pompiers : ce sont ceux qui, tous les jours, sont au contact des malades et du public. Ce sont des infirmiers, des médecins, et toutes ces professions de santé publique qui prennent les risques. Ce ne sont pas des professionnels de la communication qui croient résoudre les problèmes à coups de petites phrases ou de slogans vénéneux sur les plateaux télé tout en se vantant d’avoir été invité aux soirées de l’Élysée.

Entendez cela, messieurs les « pros de la com’ ». Ce sont des soignants qui refusent le vaccin. Cela signifie qu’on est face à une défiance au sein du corps médical lui-même, ce qui est inédit et qui devrait vous alerter.

Or, pour le seul courage d’avoir résisté à cette folie sanitaire, pour invoquer le principe de précaution et la liberté de conscience, des familles entières vont se retrouver à la rue. Et ce, dès demain.

Sabine Faivre

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Exigeons le bulletin de santé du salarié Macron

15 Septembre 2021, 15:16pm

Publié par Thomas Joly

Interrogé par un quotidien spécialisé, durant sa campagne, le candidat Macron revendiquait le droit au secret médical, ne s’engageant pas à publier un bulletin annuel. La santé d’un président de la République française demeurait un sujet sensible, entre vie privée et publique, entre droit à l’information et respect du secret médical. Mais c’était avant…

La loi d’extension du passe sanitaire, du 5 août 2021, ayant chamboulé le Code du travail et supprimé le secret médical, il nous incombe de nous préoccuper de l’état de santé de nos salariés, donc, tout d’abord, de faire expertiser celui de Manu.

Ayant autorisé le moindre vigile à contrôler nos données de santé, il serait donc logique que nous, ses employeurs, exigions la vérification de ses organes vitaux et de ses capacités mentales.

Le pouvoir, ça use. Très agité des méninges, appréciant beaucoup la poudre de perlimpinpin, il est de notre devoir de tester le bon fonctionnement sanitaire du salarié Manu.

L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière étant réputé pour ses recherches en neurologie, il serait souhaitable qu’il s’y fasse examiner, ainsi qu’à l’hôpital Saint-Anne, acteur majeur des maladies mentales et du système nerveux central.

Il en va de même pour certains ministres.

Castex, se montrant très agité du menton et du mouvement, nous préoccupe beaucoup.

Le psittacidé Attal, toujours anormalement tressautant, ne serait-il pas victime, malgré son jeune âge, d’une atteinte neurologique précoce ?

Le regard trop souvent fixe, l’invective trop rapide, se dénudant facilement en public, Véran présente nombre de troubles cliniques très préoccupants…

N’ayant qu’une lettre pour patronyme, Cédric O ne croit plus qu’aux valeurs du numérique, mettant sans cesse en place des systèmes pour avoir enfin une identité numérique remplaçant son nom… Il est urgent de vérifier que cette obsession, ce Toc, n’entrave pas ses capacités jusqu’à la schizophrénie.

Est-il normal que, la quarantaine passée, Emmanuelle Wargon et Marlène Schiappa n’aient toujours pas compris le fonctionnement d’une brosse à cheveux ?

Quand Blanquer a voulu jouer à la marelle dans une cour d’école, cela s’avéra très éprouvant pour lui. Pour nous rassurer, Jean-Michel, 56 ans, devrait nous livrer les résultats de son dernier check up.

Si le salarié Manu venait à disparaître, ce serait au président du Sénat d’assurer l’intérim. Gérard Larcher, 72 ans, est-il en capacité de le faire ?

Obèse, rougeaud, nous sommes fort inquiets pour sa tension, ses triglycérides, son cholestérol…

Il serait donc bienvenu de nous rassurer, en nous présentant, dans les meilleurs délais, un certificat médical attestant de son excellente santé, malgré les apparences…

Pour des raisons à peu près similaires, nous nous soucions de Dupond-Moretti, lequel fume, en plus…

Voilà plus de quatre ans que Bruno Lemaire, 52 ans, se trompe constamment de chiffres ; il en minimise certains, en augmente d’autres… Il est des cas d’Alzheimer chez des sujets bien plus jeunes que la moyenne et il lui faut absolument passer quelques tests afin de nous rassurer.

Après publication, sous 72h, de l’ensemble ces documents sur le site du gouvernement, s’il s’avérait que certains d’entre de nos employés ministres n’étaient pas vaccinés, ou disposaient de passe sanitaire de connivence, il nous revient de les contraindre, à la Macron, à cette génothérapie efficace, non dangereuse, altruiste, citoyenne, qui leur offrira tout le bonheur bienveillant du monde d’après… À défaut, il nous faudra immédiatement les mettre à pied, sans solde, jusqu’à la première injection, avec interdiction conséquente de bars, de cinémas, de restos, d’expos…

Enfin, nous devons demander la mise à la retraite immédiate de Roselyne Bachelot, 74 ans, Jean-Yves Le Drian, 74 ans, Jacqueline Gourault, 70 ans, se déplaçant très difficilement… Il est scandaleux de faire travailler des septuagénaires. Selon ce qui pourrait advenir, notre responsabilité d’employeurs pourrait être mise en cause.

Mitrophane Crapoussin

Voir les commentaires

Suspension des soignants réfractaires à la vaccination obligatoire

15 Septembre 2021, 11:07am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Prénom et immigration

15 Septembre 2021, 11:06am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Tout le monde va à la Fête de L’Huma… même la droite !

14 Septembre 2021, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Ils sont venus, ils sont tous là, pas un ne veut louper la Fête de L’Huma. C’est tellement sympa. Thomas Piketty, Philippe Martinez, Sandrine Rousseau, Anne Hidalgo, Gabriel Attal, et même Valérie Pécresse.

S’il était un symbole de l’hégémonie idéologique de la gauche, ce serait celui-là. Foin des millions de morts du communisme. Foin de la présence tonitruante d’Assa Traoré – Sandrine Rousseau poste même fièrement, sur Twitter, un selfie avec elle -, foin du concert, vendredi soir, du rappeur marseillais, ancien dealer et repris de justice Soso Maness, et de la foule en délire qui a scandé avec lui « Tout le monde, tout le monde déteste la police ».

Gérald Darmanin, faisant chorus aux syndicats de police, a dénoncé la scène. Valérie Pécresse, lors de la table ronde à laquelle elle participait, samedi après-midi, a précisé, sous les huées de la foule, qu’elle soutenait les forces de l’ordre… mais n’en a pas moins maintenu sa venue.

Les faits, pourtant, n’ont rien d’étonnant et ceux qui s’en émeuvent aujourd’hui ne peuvent exciper de leur surprise. Assa Traoré est présente en fanfare à la Fête de l’Huma depuis 2017. Cette « petite polémique » (sic) est d’ailleurs jugée parfaitement « ridicule » par les intervenants du média communiste Regards, qui évoquent dans une vidéo des “pudeurs de gazelle” : ce slogan est finalement pour eux assez banal, ils suffit de fréquenter les manifs de leur bord pour le savoir, alors qu’« à la Fête de l’Huma, ça se dise, ça ne [les] surprend pas ».

S’il est inquiétant de voir deux femmes de gauche briguant la magistrature suprême cautionner, par leur présence, de tels propos, s’il est choquant de voir un membre du gouvernement en faire autant, il est assez simple de comprendre les motivations des trois larrons : la quête éperdue d’un électorat populaire porté disparu.

Mais que venait donc faire dans cette galère Valérie Pécresse ? Quelle onction venait-elle chercher ? N’a-t-elle pas tout à perdre – en troublant son électorat – et rien à gagner… sinon un brevet de respectabilité ?

Dans son entourage, on dit qu’il est important de savoir dialoguer avec tout le monde. Sauf que le seul dialogue, la seule ouverture que s’autorise la droite est à la fois bigle et unijambiste : elle louche toujours vers la gauche.

Et, cerise sur le gâteau, si l’on en croit Libération, la région d’Île-de-France, dont Valérie Pécresse est présidente, « sponsorise la Fête ». Une information dont nous n’avons pour le moment eu, de la part des intéressés, ni confirmation ni infirmation.

Après Xavier Bertrand, qui préfère les communistes aux identitaires, Valérie Pécresse, qui se rend à la Fête de l’Huma… sans vouloir déranger, il faudra un jour songer à parler à la droite ?

Gabrielle Cluzel

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Après « vous n’aurez pas ma haine », place à la « justice restaurative »

14 Septembre 2021, 06:04am

Publié par Thomas Joly

Je suis en plein dans le procès du Bataclan et il est vrai assez accaparé par les débats. Les gens qui me connaissent, qui me suivent,  savent tous que je ne suis pas fait du même bois qu’un Antoine Leiris dont la femme a été tuée au Bataclan, et qui malgré que son fils ne connaîtra pas sa maman, n’a pas la haine des assassins de sa femme. Et encore moins de la même race que cet abruti qui n’a rien trouvé de mieux que d’écrire un bouquin avec l’assassin de son fils (j’espère quand même qu’il marche moins bien que  Pas devant les caméras). 

Cependant ces gens atteints, me semble-t-il, du syndrome de Stockholm font des émules. En effet à Nancy, la justice va permettre aux victimes de rencontrer des détenus condamnés dans le cadre de « la justice restaurative ». Ne riez pas, ça vient de sortir. C’est-à-dire que vous pourrez rencontrer le mec qui a abusé sexuellement votre fille ou votre femme et vous pourrez lui poser des questions : « comment l’as-tu trouvée ? elle était bonne ? ». C’est tout récent, cela a été signé le 09/09/2021 et devrait débuter début 2022 ! Il paraît que c’est très réparateur chez les victimes (effectivement chez des gens mais j’espère qu’ils sont rares tel qu’Antoine Leiris ou Georges Salines ou autre Nicolas Hénin). Moi évidemment, si on me fait rencontrer les assassins de ma fille, je les zigouille sans aucune hésitation ni sans aucun remord ! Et bien maintenant la mode c’est de faire ami-ami avec vos tortionnaires !

Le pardon qu’une victime pourrait accorder à la personne qui lui aurait porté préjudice, (et ici, me concernant il s’agit du préjudice le plus grand !) n’a de sens que si d’abord c’est le bourreau qui le demande parce qu’il regrette sincèrement ce qu’il a fait. C’est la condition sine qua non du pardon, mais ce n’est pas une condition suffisante, il faut encore que la victime l’accepte et que le bourreau répare, ce qui est impossible.

Ici, le bourreau ne demande pas pardon, il s’enorgueillit de son crime et ne regrette rien, bien au contraire, il suffit encore aujourd’hui d’entendre ses vociférations. Heureusement le président ne s’est pas laissé impressionner, au contraire il a menacé de l’expulser.

Lui accorder le pardon, c’est passer à ses yeux pour une lopette… Je suis très étonné du silence de la communauté musulmane après la première déclaration du terroriste : il a fait son acte de foi musulman ce qui signifie que c’est en tant que musulman qu’il a commis son crime et conformément à l’islam. Aucune autorité musulmane n’a condamné ses propos. Pourquoi ? Pourquoi un tel silence assourdissant comme disent les médias ? C’est bien ce que je pense : très peu de musulmans vont se lamenter sur ce qui s’est passé ; en fait je ne sais pas si c’est par peur ou parce que finalement ils approuvent ce qui s’est réellement passé…

Pour l’instant les audiences sont un peu rébarbatives car c’est une description continue de ce que les services de police ont constaté.

Patrick Jardin

Source : http://ripostelaique.com

Voir les commentaires