Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

« Le maintien des contraintes sanitaires n'a aucune justification valable »

1 Décembre 2020, 06:21am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Des énergies pas si vertes que ça…

1 Décembre 2020, 06:11am

Publié par Thomas Joly

Il faut regarder et faire connaître autour de vous ce remarquable documentaire La face cachée des énergies vertes diffusé par Arte (à revoir jusqu’au 22 janvier), signé de deux journalistes, Jean-Louis Perez et Guillaume Pitron. Les personnes qui s’expriment dans ce film sont toutes, à un degré ou à un autre, des spécialistes dans leur domaine. Pour mettre en doute leurs assertions, il faut être d’un niveau comparable : je ne m’y risque pas et préfère les citer.

La prise de conscience

Au hasard, on entend : « On a convaincu les gens que, s’ils roulaient tous en voiture électrique, et qu’on installait partout des éoliennes et des panneaux solaires, alors on aurait résolu tous les problèmes. » Un autre : « La transition énergétique est une immense mystification : on fait semblant d’être propres et, en réalité, on a juste délocalisé la pollution. » « La transition écologique est avant tout une transition économique » dont le grand public n’a aucune conscience. « 225 milliards d’euros vont être investis dans les voitures propres d’ici 2023 et, demain, des centaines de millions de voitures électriques rouleront sur la planète. » Idem pour les panneaux solaires. Idem pour les éoliennes.

La démonstration

Pour fabriquer des produits « propres », batteries de voitures, rotors d’éoliennes, cellules de panneaux solaires, il faut des métaux rares. Ainsi, il en faut une tonne pour une seule éolienne offshore. D’où viennent ces métaux ? Principalement de Chine, premier producteur mondial. Leur extraction se fait au prix d’une violence inouïe contre la Terre et les gens qui y travaillent ; les rejets sauvages des eaux usées provenant des usines de raffinement des terres rares contaminent des milliers de km² et font mourir des dizaines de milliers de gens. Un interlocuteur européen résume : « C’est au prix de ces nouvelles pollutions, à l’autre bout du monde, que nos éoliennes, nos panneaux solaires et nos voitures propres purifient l’air en Europe. » Un universitaire chinois confirme : « Ces zones d’extraction sacrifient leur histoire, leur géographie, la santé de leur population, et tout cela se fait au bénéfice d’autres zones qui, elles, peuvent s’offrir le luxe de promouvoir les énergies propres. » Amer constat. « La voiture électrique devient l’étendard d’un monde vertueux, mais cela tourne parfois à l’absurde. » Là-bas, on tue pour l’énergie verte.

L’avenir probable

On dit, dans ce documentaire, que la nouvelle révolution industrielle créera 25 millions d’emplois dans le monde, dans les dix prochaines années. La Chine a fait main basse sur ces nouveaux métiers. Elle a déjà asséché le marché européen de fabrication des panneaux solaires. Elle ne se contente pas de fabriquer la moitié des batteries installées dans les voitures du monde, elle produit ses propres voitures – notamment le groupe BWD – et, dans un avenir proche, va déverser sur l’Europe des millions de voitures aussi performantes que les nôtres, mais beaucoup moins chères. D’autres pays – Chili, Bolivie – sont sur les rangs pour l’exploitation de matériaux de base indispensables, tels que le lithium et le graphite. Il s’agit d’une question hautement politique mais, par malheur, les gouvernants, quels qu’ils soient, « regardent ailleurs », comme disait Chirac. Un intervenant conclut : « C’est le monde du commerce qui mène la transition écologique, pas les bénévoles ! »

Ce reportage expose les enjeux de la vraie écologie, à mille lieues des frétillements infantiles de nos petits hommes verts.

Yannik Chauvin

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

L'Azerbaïdjan ? Quatre motifs de satisfaction pour Israël

30 Novembre 2020, 06:14am

Publié par Thomas Joly

On sait que les États sont des monstres froids, et qu’en général ils n’ont pas « d’amis », mais seulement  des intérêts. Toutefois, il peut y avoir de rares exceptions. Mais ce que l’on appelle la « realpolitik », c’est-à-dire la défense d’intérêts égoïstes, reprend toujours le dessus. C’est ce que nous pouvons constater dans l’affaire de l’agression du Haut-Karabakh arménien par l’Azerbaïdjan chiite. Quatre bonnes raisons ont incité l’État hébreu à ne penser qu’à ses intérêts. Notons, avec amertume, qu’il n’est pas le seul dans le concert des nations, dont certaines, l’Allemagne fédérale pour ne pas la nommer, ont carrément tourné la tête pour ne pas déplaire au satrape d’Ankara.

1°) L’Azerbaïdjan du clan Aliev, est un pays musulman qui entretient des relations diplomatiques avec Israël. Notons que l’État juif n’en a pas tant qui aient ouvert des ambassades chez lui. Au Moyen-Orient, on les compte sur les doigts d’une main : l’Égypte, la Jordanie, bientôt Bahreïn et les Émirats arabes unis. En retour, l’ouverture  d’une légation à Bakou était la bienvenue, tant la reconnaissance internationale de leur pays est une obsession des dirigeants israéliens.

2°) Les affaires ! Si les « petits cadeaux entretiennent l’amitié », le business est un excellent moyen d’influencer un partenaire, sans compter que vendre des marchandises ou du matériel de guerre notamment, rapporte des devises. D’autant qu’Israël excelle dans la production d’électronique militaire et la fabrication de drones.

3°) Les peuples arméniens et juifs, ont été tous deux victimes de génocides au cour du XXe siècle, le siècle le plus meurtrier dans l’histoire de humanité. Israël, au lendemain de la seconde Guerre mondiale, dont une bonne partie de la population était composée de rescapés de la Shoah - mais pas que- ,a-t-il voulu conserver une sorte d’exclusivité du mémoriel, l’holocauste dans son exceptionnelle monstruosité, ne pouvant supporter aucune concurrence ? Dès lors, il semblait inconvenant pour lui, de venir au secours d’un peuple ayant, lui aussi, terriblement souffert.

4°) Le fait que l’Azerbaïdjan, frontalier de l’Iran chiite, n’entretienne pas spécialement de bonnes relations de voisinage avec le pays des Ayatollahs, est un autre motif de satisfaction pour Jérusalem qui, on le sait, mène une guerre larvée contre Téhéran. Le récent assassinat du scientifique Mohsen Fakhirzade, spécialisé dans le nucléaire, imputé à Israël par le ministre des affaires étrangères iranien Mahammad Javad Zarif, s’ajoutant à une déjà  longue liste d’exécutions non élucidées mais attribuées au Mossad, - on ne prête qu’aux riches !-, n’arrange rien. Et c’est dans ce contexte que les velléités séparatistes des Azéris de la province de Tabriz, qui voudraient bien être rattachés à Bakou, s’inscrivent dans une vaste perspective géopolitique pouvant redessiner, un jour, les frontières de l’Iran. N’oublions pas que de novembre 1945 à mai 1946, fut proclamée une « République démocratique de l’Azerbaïdjan » sous la férule de Moscou. D’autant qu’à l’extrémité orientale du pays, plus de deux millions de Baloutches pourraient bien, eux aussi, revendiquer de s’unir à leurs frères du Pakistan qui avaient déjà proclamé leur « État » en 1947, faisant sécession du « pays des purs », sous l’égide du Khan de Kalat (1).

On le voit, les raisons ne manquent pas à Tel-Aviv de ne pas avoir les « yeux de Chimène » en faveur de l’enclave arménienne du Nagorny-Karabakh, renommée « République de l’Artsakh » par les nationalistes arméniens. Il est vrai que, comme pour les pays occidentaux, l’Arménie en général, le Haut-Karabakh en particulier, n’ont ni gaz , ni pétrole, simplement des églises chrétiennes pluri-centenaires !

Jean-Claude Rolinat - Membre du Bureau politique du Parti de la France

(1) Pour en savoir plus, lire  le « Dictionnaire des États éphémères ou disparus de 1900 à nos jours », éditions Dualpha.

Voir les commentaires

Bruno Hirout, Secrétaire général du Parti de la France, invité de « Vive l'Europe ! »

30 Novembre 2020, 06:01am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

« Le seul confinement utile serait celui de toutes les banlieues islamo-mafieuses »

29 Novembre 2020, 19:10pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Catholiques comme nationalistes : n’abdiquez sur rien, refusez les compromissions mortifères

29 Novembre 2020, 16:25pm

Publié par Thomas Joly

C’est aujourd’hui le premier dimanche de l’Avent. Puisse chaque catholique profiter de cette préparation à l’arrivée du Christ pour se rapprocher de l’essentiel : la bonne santé de nos âmes de chrétiens.

Mais ce premier dimanche de l’Avent, qui marque le début de l’année liturgique, est également l’occasion de se rappeler que si nous pouvons bénéficier de la vraie sainte messe, c’est parce que des catholiques qui refusaient légitimement de tourner le dos au Christ et à la tradition de toujours, se sont mobilisés pour protéger la liturgie du poison moderniste.

On en voit le résultat aujourd’hui, cinquante-cinq ans après le concile Vatican II : il y a d’un côté la messe traditionnelle, la vraie messe catholique, celle qui honore le Christ et les saints évangiles, celle qui fortifie les âmes, et de l’autre côté une messe qui ne ressemble plus à rien et qui, selon la sensibilité personnelle du prêtre, va de près ou de loin avoir l’air d’être une messe traditionnelle en apparence, ou alors être un ersatz de carnaval.

Ce qu’on déduit de cette situation, c’est qu’il n’y aurait peut-être plus de vraies messes catholiques si des hommes de la trempe d’un Monseigneur Lefebvre n’avaient pas résisté de toutes leurs forces de catholiques aux nouveautés destructrices issues du concile Vatican II. Et cette résistance, elle s’est faite sans haine et sans amertume, mais animée par la volonté radicale de rester fidèles au Christ, à son Église et à la sainte messe.

Rester fidèles à ce que nous sommes, résister à la subversion et à la décadence, voilà ce à quoi nous encourage le combat liturgique. Ce sont des valeurs que nous pouvons aisément transposer au combat politique : n’abdiquer sur rien, refuser les compromissions mortifères.

Bonne et sainte période de l’Avent à tous !

Bruno Hirout - Secrétaire général du Parti de la France

Voir les commentaires

Retrouvez le Parti de la France sur Odysee

29 Novembre 2020, 14:10pm

Publié par Thomas Joly

Une bonne alternative à Youtube où règne la censure cosmopolite, retrouvez la chaîne du Parti de la France ici : https://odysee.com/@partidelafrance:5

Voir les commentaires

Un demi-milliard d’euros : le projet pharaonique du Parlement européen !

29 Novembre 2020, 11:20am

Publié par Thomas Joly

Depuis 1958, Strasbourg est le siège du Parlement européen parce qu’il symbolise la réconciliation franco-allemande et la paix en Europe. Pour Strasbourg et sa région, le Parlement, c’est 11.000 emplois indirects et 637 millions d’euros par an.

Pourtant, en 1993, un deuxième Parlement a été (mal) construit à Bruxelles. Les cathédrales durent 1.000 ans, mais ce bâtiment sera prochainement détruit. La démolition a été repoussée après les élections européennes pour éviter tout scandale. La reconstruction coûtera au moins 500 millions d’euros. Le projet prévoit 900 places de députés dans l’hémicycle, soit 200 en trop (est-ce pour les 96 députés turcs ?) et 940 places de bar pour les députés et leurs collaborateurs, contre 1.260 places en salles de réunions. Reçues le 7 janvier 2020, les propositions sont étudiées, en ce moment même, par l’administration du Parlement européen.

Tous les anti-Strasbourg cachent ces dépenses pharaoniques à venir, promettent moins de CO2 (gaz carbonique) et 616 millions d’euros en vendant le Parlement de Strasbourg et en licenciant son personnel. La stratégie inverse de concentrer les activités à Strasbourg n’a jamais été étudiée.

Des économies, on peut en trouver ailleurs : la Cour européenne des comptes a révélé que l’Agence européenne du médicament a un bail de location à hauteur de 465 millions d’euros de loyer à Londres jusqu’en 2039, alors que son siège est désormais à Amsterdam depuis le 1er mars 2019. Rien que pour le Covid-19, la Commission a engagé 775 millions au Maghreb alors qu’il était moins touché que la France.

Ce jeudi, un eurodéputé tchèque a appelé à fermer le Parlement de Strasbourg pour « économiser 114 millions d’euros par an et du CO2 ». Qui va lui rappeler que l’Union européenne est financée par les impôts des Allemands, des Français et des Italiens : 83 milliards d’impôts français depuis 2004 ? Son indécence nous oblige à révéler que la facture de la participation des Tchèques, depuis 2004, au grand cirque de Bruxelles, c’est 31 milliards. Pendant qu’on arrache 23.000 hectares de vignes en France, Bruxelles donne 5 millions chaque année pour améliorer la compétitivité des vins tchèques. La France était à l’équilibre en 1999, nous sommes désormais contributeurs nets de l’Union européenne entre 6 et 9 milliards d’euros. Chaque année et pour l’éternité !

La France paye les violons de Maastricht. C’est pourquoi la France a droit au respect. Elle gardera le Parlement européen à Strasbourg. Éternellement si elle le souhaite.

Virginie Joron - Député européen

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

Avec le PdF au pouvoir, la racaille d'extrême-gauche serait mise au pas

29 Novembre 2020, 11:19am

Publié par Thomas Joly

Voir les commentaires

Priorité de Matignon pendant la crise : la « politique de la ville »

28 Novembre 2020, 17:00pm

Publié par Thomas Joly

Jean Castex, en visite dans le Val-d'Oise, a annoncé la mise en œuvre d'un plan d'action « ambitieux » pour ce département sur le modèle de celui lancé pour la Seine-Saint-Denis par son prédécesseur, Édouard Philippe, le 31 octobre 2019.

Plan d'action pour la mise en valeur du patrimoine culturel, religieux et naturel du Val-d'Oise, berceau historique de la France mérovingienne puis capétienne ? Pour l'entretien de l'abbaye de Royaumont, la restauration de la multitude d'églises romanes ou de châteaux du Moyen-âge et de la Renaissance ? Plan de sauvegarde de l'agriculture, des commerces et des services publics dans les zones rurales du 95 ? Plan d'aides aux petites et moyennes entreprises ? Plan d'action pour la sécurité et la tranquillité des braves gens menacés par l'ensauvagement?

Non bien sûr ! Plan d'action globale pour la « rénovation » urbaine, l'aménagement des territoires séparés de la France et l'investissement en faveur des populations venues d'ailleurs. Plan d'action en faveur de « cette belle jeunesse pleine d'avenir » selon les termes employés par la Présidente LR du Conseil départemental saluant l'annonce de Jean Castex.

Rappelons qu'il y a moins d'une semaine, le Premier ministre annonçait par ailleurs un crédit de un milliard supplémentaire pour les banlieues et souvenons-nous qu'en 30 ans la politique de la ville — autrement dit la politique de préférence immigrée — a coûté plus de 100 milliards d'euros aux contribuables.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

« Le gouvernement nous transforme en esclaves par la codification administrative de chacun de nos actes »

28 Novembre 2020, 13:56pm

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires

Au diable les ressentiments... Soutenons nos policiers !

28 Novembre 2020, 11:53am

Publié par Thomas Joly

Je comprends parfaitement la rancœur que peuvent parfois éprouver certains de nos amis qui, dans des manifestations — certains en étant hélas restés mutilés a vie — lors d'opérations militantes, ou soudain confronté à la bêtise bureaucratique et au zèle de fonctionnaires butés, ont eu à un moment où un autre maille à partir avec les forces de l'ordre.

Des gardes à vue j'en ai connues. Des manifs agitées, j'en ai vécues. Des collages qui finissaient au commissariat, je ne les ai plus comptées au bout d'un moment. Des coups reçus — y compris aux côtés de Jean-Marie Le Pen comme ce fut le cas en 1983 place du Palais Royal ou le Président eut la main brisée lors d'une charge de gendarmerie mobile, ou à la Préfecture de Nanterre un peu plus tard où les coups de crosses des mousquetons frappaient dur — je ne les ai pas oubliés.

Mais ça, c'est la vie militante.

Pour autant face à la menace gauchiste, face à la barbarie, face à la pègre des cités, face à la racaille qui attend son heure, face à l'islamisme qui étend son aile noire, nous devons soutenir, défendre et encourager nos policiers et nos gendarmes qui, lorsque la droite nationale sera parvenue aux responsabilités, disposeront enfin des moyens matériels, logistiques et légaux qu'ils n'ont pas aujourd'hui, recevront les ordres qui, pour le moment, leur font défaut, seront libérés de la tétanie qui les empêchent d'intervenir comme il le faudrait dans les banlieues ou sur les scènes de pillages, et constitueront ainsi le rempart de l'Etat fort que nous saurons instituer.

Soutien donc à notre police.

Quand on voit qui les attaque et quand on regarde qui les lache, on ne peut évidemment qu'être avec eux.

Jean-François Touzé - Délégué général du Parti de la France

Voir les commentaires

Le renoncement d'Hervé Ryssen au suicidaire affrontement judiciaire est tout à fait respectable

28 Novembre 2020, 11:33am

Publié par Thomas Joly

Le renoncement d'Hervé Ryssen au suicidaire affrontement judiciaire est tout à fait respectable et raisonnable. Son emprisonnement est un scandale d'État mais il n'y a rien à gagner à foncer droit dans le mur quand les dés sont pipés.

Voir les commentaires

Bientôt une cellule de soutien psychologique pour le groupe parlementaire LREM ?

28 Novembre 2020, 10:52am

Publié par Thomas Joly

Les députés LREM seraient-ils au bord de la crise de nerfs ? Nous n’en sommes manifestement pas loin. De gilets jaunes en coronavirus, marcheuses et marcheurs se sentent de moins en moins écoutés par l’Élysée et de plus en plus confinés à l’Assemblée.

Ceux qui ont la fibre écologiste se sentent floués par les mamours faits aux chasseurs et la perspective d’une éventuelle réindustrialisation du pays. Quant à l’aile libérale de la majorité, elle ne peut que demeurer perplexe devant l’actuelle remise à l’honneur d’un certain colbertisme gouvernemental. De même, les partisans d’une immigration sans frontières sont gênés aux entournures par le tour de vis annoncé en matière de droit d’asile, alors que les adeptes de la méthode forte jugent que les annonces en la matière demeurent bien floues.

Avec la loi de « sécurité globale », le trouble atteint des sommets. Citée par Le Point de ce 27 novembre, une députée macroniste reconnaît : « Je crains l’utilisation de cette loi par un régime autoritaire à l’avenir, j’ai du mal à être favorable à ce texte. » Le problème, c’est que le texte en question est, justement, le fruit des réflexions du groupe LREM, même si aussi initié par la place Beauvau.

D’où un autre problème consistant en la perpétuelle agitation du ministre de l’Intérieur, toujours selon les mêmes sources. À en croire un proche d’Emmanuel Macron, « ce qui a énervé les députés, c’est la libre interprétation de Gérald Darmanin sur le texte, et particulièrement de l’article 24 [celui relatif au floutage des visages des policiers, NDLR]. » Ainsi s’agirait-il d’une promesse faite par ce dernier aux syndicats de police, mais dont il n’était pas, à l’origine, fait mention dans ce texte législatif.

Malgré son jeune âge, Gérald Darmanin est un vieux renard et ce n’est pas pour rien qu’il a fait ses classes avec un autre reître en politique, Nicolas Sarkozy ; lequel avait, d’ailleurs, été à bonne école avec Jacques Chirac, son premier mentor. Bref, une fois de plus, les pimpants élus macronistes découvrent la cruauté du monde politicien. Et l’un d’eux de faire mine de réinventer la roue en s’étonnant : « Darmanin travaille pour son propre public, pas pour l’intérêt général ni Emmanuel Macron et encore moins LREM. » Un homme politique qui jouerait perso ? Ça serait du jamais-vu.

Mais, au fait, Gérald Darmanin travaille-t-il véritablement pour Gérald Darmanin ? Il est permis d’en douter, sachant qu’il s’est précipité pour saisir l’IGPN, la police des polices, dans l’affaire de l’évacuation des immigrés clandestins de la place de la République, à Paris ; ce que son « public » n’a dû que modérément apprécier. Pour tout arranger, alors que la loi de « sécurité globale » est au cœur de la tourmente, c’est maintenant le Premier ministre Jean Castex qui se mêle de la partie en proposant la nomination d’une commission indépendante chargée d’en réécrire le fameux article 24…

Que les jeunes pousses du parti présidentiel soient des amateurs, la cause est entendue. Que l’exemple puisse également venir de haut l’est tout autant. Ainsi, Rémy Buisine, journaliste du site Brut, très en pointe dans les luttes sociétales, et lui aussi bousculé par les forces de l’ordre lors de cette évacuation, aurait été discrètement et personnellement reçu à l’Élysée par Emmanuel Macron. Voilà qui ne devrait pas aider à clarifier la situation.

Une chance, pour le gouvernement, que Christophe Castaner soit chargé, en tant que président du groupe parlementaire LREM, de remettre un peu d’ordre dans des troupes déjà bien malmenées. Il est vrai que, dans le registre de l’apaisement et de la cellule de soutien psychologique, l’homme ne manque pas de lettres de noblesse.

En d’autres mots, le navire tangue. Avant de couler ?

Nicolas Gauthier

Source : http://bvoltaire.fr

Voir les commentaires

« Les policiers lâchés et sanctionnés par nos gouvernants dès qu'ils bousculent un allogène »

27 Novembre 2020, 06:51am

Publié par Thomas Joly

 

Voir les commentaires