Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Vive la taxe d’habitation pour les SDF ! (par Gabrielle Cluzel)

14 Septembre 2013, 10:35am

Publié par Thomas Joly

Fisc dent en orOn a beau dire, il faut reconnaître que ce gouvernement tente pour nous l’impossible. Après avoir entrepris de marier et faire procréer les homosexuels, de déclarer la guerre tout en détruisant l’armée, voilà qu’il projette, sur les recommandations d’un rapport du Conseil d’analyse économique (CAE), de faire payer des loyers aux propriétaires. Des loyers fictifs pour des propriétaires « occupants », que l’on appellerait « loyers implicites », calculés à partir du « montant des loyers que les propriétaires qui occupent leur logement percevraient s’ils le proposaient à la location »

 

Et pourquoi pas aussi une taxe d’habitation implicite pour les SDF sur la maison dans laquelle ils crécheraient s’ils s’étaient mieux débrouillés, ou un malus fictif sur les véhicules polluants pour les détenteurs de vélo, indexé sur le type de moteur de la bagnole qu’ils auraient pu acheter s’ils avaient eu un peu de thunes ? Les impôts fictifs et les taxes implicites, c’est tout simple ; encore fallait-il être malin comme un socialiste pour y penser. Le déficit public n’a plus qu’à bien se tenir.

 

http://images1.wikia.nocookie.net/__cb20120309120926/lemondededisney/fr/images/1/10/Picsou.jpgCe qu’on est content, les propriétaires vont encore cracher au bassinet ! Preuve qu’on peut avoir un costume anthracite, un maroquin noir, et des réflexes économiques droit sortis de Picsou Magazine. Un propriétaire, c’est laid, c’est ventru, cela vous a un cigare dans le bec et des lingots d’or sous le matelas, puis cela vous vire un pauvre Donald Duck pour loyers impayés le soir de Noël. Car évidemment, les ménages des classes moyennes qui suent sang et eau pour acheter leur résidence principale, ça n’existe pas.

 

Pour Agnès Verdie-Molinié, directrice de l’IFRAP (Institut pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques), la taxe foncière et l’ISF sont déjà des formes de loyer fictif. Quant à la mesure prévoyant d’exonérer les propriétaires qui n’ont pas terminé de rembourser leur emprunt, eu égard à la durée actuelle des prêts (jusqu’à 25 ou 30 ans), elle revient à matraquer les jeunes retraités au moment où ils quittent le monde du travail et subissent de plein fouet une baisse de revenus.

 

La morale de cette histoire, comme celle de toutes les réformes envisagées ces derniers mois par le gouvernement, est qu’il faut, chers amis, arrêter de faire des projets. Oublier l’accession à la propriété, les rêves de famille nombreuse ou les ambitions de réussite professionnelle. Le gouvernement nous veut locataires, sans enfants et au RSA. Pas une tête qui dépasse. Le « projet » est par essence suspect. Il devrait d’ailleurs très bientôt faire l’objet d’un impôt implicite, calculé sur le revenu fictif qu’il aurait pu rapporter si d’aventure il avait été mené à son terme !

 

Source

Commenter cet article