Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un voleur peut-il être de type "négroïde" ? (par Haldir)

2 Juillet 2012, 07:16am

Publié par Thomas Joly

cycliste-africain.jpgC'est la délicate question qui secoue la police lyonnaise et désormais tout le corps de police jusqu'aux plus hautes autorités de l’État. Exceptionnellement, un Africain s'est rendu coupable d'un vol à Lyon (d'habitude, on le sait, ce sont les nationalistes qui mettent la ville de Lyon à feu et à sang). Immédiatement, dans le but de permettre l'arrestation d'un délinquant, un avis de recherche est lancé par un policier : "Un individu type négroïde porteur d'un casque de vélo." Comme il aurait pu dire à une autre occasion : "Des individus de types caucasoïdes se sont rassemblés à la Gare de Lyon."

 

Las... Plutôt que de chercher à attraper le voleur, quelques-uns de ses collègues se sont "émus" nous apprend la presse. "On n'a pas souhaité saisir la hiérarchie ni les syndicats, qui ne donnent pas suite à ce genre d'affaires. On veut profiter de l'arrivée d'un nouveau gouvernement pour qu'il se positionne clairement sur ces propos, mais surtout les prohiber" dit l'un de ses collègues réclamant donc à demi-mot la mort sociale de son "collègue" plutôt que de s'allier avec lui pour débarrasser la France de l'occupation et lutter contre la criminalité subséquente.

 

Selon le cabinet du ministre de l'Intérieur, visiblement composé d'éminents linguistes, on condamne cette simple description physique "qui a clairement des relents racistes". Avant d'annoncer clairement que, à défaut d'assurer la sécurité des Français, les policiers, eux n'ont qu'à bien se tenir (c'est-à-dire laisser faire les criminels et récolter l'argent sur les routes. Et accessoirement persécuter des nationalistes) : "Ce dérapage pourra faire l'objet de sanctions s'il est avéré."

 

pensée uniqueL'humoriste Patrick Lozès qui préside le raciste Conseil représentatif des associations noires (Cran) y est allé de sa petite tirade qui nous rappelle les heures les plus noires de "Rire ensemble contre le racisme", dans un sketch qui aurait été joué par Elie Semoun et Jamel, sur un texte d'Anne Roumanoff dans une mise en scène de Bernard-Henri Lévy : "C'est une expression très blessante. Elle est à bannir, c'est un coup de poignard. Cela rappelle les heures les plus sombres de notre histoire [on vous le disait...]. Il n'y a pas que la personne recherchée qui est concernée, le rédacteur de cette description doit aussi penser à ses lecteurs, des policiers qui peuvent être légitimement choqués. La preuve, c'est qu'on nous a transmis cette note."

 

Les syndicats policiers eux, ont excellemment fait leur travail. Ils participent tous au lynchage de celui qu'ils sont sensés défendre en tentant timidement de le protéger de manière bien maladroite. À Alliance, Frédéric Lagache est également partisan d'éviter l'utilisation de ce genre de propos. "On ne peut pas incriminer le collègue. Tout fonctionnaire sait qu'il encourt des sanctions quand il utilise un vocabulaire de ce genre. Cela n'a pas pu être rédigé de manière intentionnelle. C'est de la maladresse liée à la précipitation." À l'Unsa, où le travail contre les discriminations avait été remarqué dans le rapport Lozès, "on est totalement hostile à ce genre d'écrits. Même si, en l'occurrence dans ce cas, il n'y a aucune volonté de nuire."

 

police-de-la-pensee.jpgAvec humour (?) Le Point conclue : après le tutoiement, les contrôles au faciès, voilà un nouveau chantier pour le nouveau ministre de l'Intérieur : utiliser un langage approprié dans les notes administratives courantes tout en maintenant l'efficacité des services de police de voie publique.

 

Comme si les services de police étaient actuellement efficaces pour lutter contre la délinquance et comme si laisser faire les occupants pour ne pas les "stigmatiser" pouvaient ne pas conduire à une aggravation de la situation...

 

On en déduira donc qu'un voleur ne peut-être "de type négroïde". Et sans doute la prochaine fois nous dira-t-on qu'il est interdire de dire "de type africain". Et puis de préciser tout simplement quelque mention physique. Et puis finalement : utiliser le terme de "voleur", n'est-ce pas déjà le début de la stigmatisation qui a conduit aux heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire ?

Commenter cet article