Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un préfet républicain attaqué par les racailles

18 Novembre 2013, 08:18am

Publié par Thomas Joly

racailles redressement productifUne opération spectacle destinée à faire la promotion du préfet de Haute-Savoie, le sarközyste Georges-François Leclerc, a tourné à l’émeute dans la nuit de jeudi à vendredi dans un quartier occupé de Thonon-les-Bains. Le préfet accompagnait une patrouille de la BAC qui a tenté d’interpeller un trafiquant de drogue bien connu. Celui-ci a appelé à l’aide les racailles de la cité qui ont attaqué la patrouille et le préfet. L’un des fonctionnaires de police a été mis a terre et frappé à plusieurs reprises tandis que le préfet était aspergé de gaz lacrymogène.

 

Loin de l’impunité laissée à celles qui s’attaquent aux Français, la République a mis les grands moyens dans cette affaire. Sur le champ ou dès le lendemain, trois racailles ont été interpellées, incarcérées, et seront jugées aujourd’hui en comparution immédiate.

 

Source

Commenter cet article

Fred 19/11/2013 09:47

Justice expéditive : les agresseurs d’un préfet lourdement condamné

Habituellement très laxiste quand il s’agit de juger des immigrés agresseurs de Français – les rares fois où la police a enquêté pour les retrouver –, quatre jours après la commission des faits, la
justice a condamné à des peines très lourdes deux Africains et un Arabe hier. Ils avaient aspergé le préfet de Haute-Savoie de gaz lacrymogène et frappé à terre un policier de la BAC jeudi lors
d’un contrôle.
Le Maghrébin Nadir N., 18 ans, a écopé de 12 mois de prison ferme. Deux frères Congolais – qui possèdent des papiers grecs – ont écopé de 12 (auxquels s’ajoutent 10 mois de prison récoltés dans une
autre affaire) et 8 mois ferme.
Alors qu’habituellement pour des peines aussi courtes il n’y a pas de mandat de dépôt, les trois délinquants ont été maintenus en détention après le jugement.

(Source : journal du 19 novembre 2013 / Jeune Nation).
Cordialement.