Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un Front National bientôt présentable ? (par Anne Kling)

12 Avril 2010, 08:59am

Publié par Thomas Joly

Anne-Kling.jpgVous trouverez en lien une interview de Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’ « extrême-droite », ultra-sioniste s’il en est, politiquement à gauche, converti au judaïsme. J’ai lu dans le passé sous sa plume des diatribes enflammées contre le Front National, ce parti de fachos, d’antisémites, danger pour la démocratie, j’en passe et des meilleures. C’était la grande époque où, pour permettre à la gauche de parvenir puis de se maintenir au pouvoir, il fallait à tout prix empêcher les diverses sensibilités de droite de s’unir. La manoeuvre a formidablement réussi.

 

Aujourd’hui, ce n’est plus la peine de se casser la tête. Le système a gagné : droite, gauche, c’est devenu du pareil au même, tout le monde le sait ou le devine.

 

Ce qu’il faut maintenant, c’est récupérer autant que faire se peut un parti qui flirte avec les 10/12% de voix - ni trop, ni trop peu - et le neutraliser d’une autre manière que la diabolisation qui a fait son temps. Histoire d’empêcher ce qui serait vraiment fâcheux : l’émergence d’un mouvement véritablement radical qui irait au fond des choses et poserait les questions qui fâchent. Un parti véritablement anti-système. A éviter à tout prix.

 

C’est en tout cas la lecture que je fais de cette interview au ton considérablement radouci, surtout en ce qui concerne Marine Le Pen. On sent qu’ « on » pourrait s’entendre avec elle pour taper de concert sur l’immigration sans aller chercher plus loin.

 

Jean-Yves-Camus.jpgEvidemment, l’hypothèse Bruno Gollnish serait plus fâcheuse. Lui, il reste un vrai infréquentable. Camus se dépêche d’ailleurs de rappeler sa présence l’an dernier à un Forum à Lyon auquel participait également un monstre incarné, sous la forme de Georges Theil, « négationniste » de son état. L’horreur absolue. Celle qui ne pardonne pas.

 

Non, non, il faut que Marine Le Pen succède à son père. Du reste, elle n’a pas manqué de donner de sérieux gages toutes ces dernières années : en octobre 2004, elle condamnait les fameux propos de Gollnish concernant « les historiens qu’il faut laisser travailler » et évoquait « le martyre du peuple juif par les nazis ». En 2005, elle rejoignait le groupe d’études France-Israël du Parlement européen. Elle envisageait même de participer avec ce groupe à un voyage en Israël pour 2006 et avait donné une interview à European Jewish Press dans cette optique.

 

Hélas, Israël refusa de la recevoir et le voyage du Parlement européen fut annulé. Je parierais que ce n’est que partie remise pour un proche avenir.

 

Source

Commenter cet article