Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Un bon endormeur (par Philippe Randa)

26 Janvier 2010, 08:43am

Publié par Thomas Joly

Philippe_Randa2.jpgCe matin, les commentaires vont bon train sur la prestation télévisée de Nicolas Sarkozy hier soir sur les plateaux de télévision. Qu’ils soient favorables ou non au chef de l’État, tous sont convenus. À croire qu’ils auraient pû être écrits avant même l’émission. C’était d’ailleurs probablement le cas.

 

Les opposants à sa politique ne s’attendaient pas être ébranlés dans leurs convictions ; ses partisans non plus. Quant aux autres, on peut sans doute compter sur les doigts de quelques rares mains les courageux qui ont suivi l’émission jusqu’au bout sans cligner des paupières ou baîller d’ennui.

 

Attend-on d’un président qu’il vienne ainsi papoter de tout et de rien, des petits malheurs des uns et des grandes angoisses des autres, consoler à sa gauche et cajoler à sa droite, promettant des lendemains qui chantent et des surlendemains qui rient, répétant comme un leit-motiv qu’il est à l’écoute des préoccupations de tout à chacun dès qu’il entend une plainte ?

 

S’il y a bien une chose que la Sarkozie n’a pas révolutionné, c’est l’absence totale de surprise de telles émissions qui n’ont de « politiques » que leur intitulé. La sélection des interlocuteurs du président n’avait elle-même rien non plus d’étonnant : elle se voulait représentative, mais n’avait pioché que dans la France d’en bas et du milieu. Seul manquait en effet un représentant de la « France d’en haut ». Nicolas Sarkozy a du juger qu’il en était un représentant bien suffisant.

 

L’émission est jugée « affligeante » par Claude Bartolone, député socialiste, tandis que Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, considère pour sa part que « le Président de la République a tenu un langage (…) proche des préoccupations des Français. »

 

On ne peut donner tort ni à l’un, ni à l’autre.

 

Affligeante, elle l’a tout d’abord été dans les questions posées par Laurence Ferrari, quasi-systématiquement remise à sa place par Nicolas Sarkozy dont on ne retiendra probablement que son parfait manque de courtoisie. À une question sur le double-salaire au montant abracadabrantesque d'Henri Proglio, il n’a pas hésité à faire allusion au propre salaire de la journaliste… Jadis, un monsieur bien élevé se faisait un point d’honneur à ne jamais parler d’argent avec une dame. Nicolas Sarkozy n’a pas été élevé ainsi, visiblement. D’ailleurs, prudente, miss Ferrari avait sans doute jugé plus prudent de ne laisser aucun bouquet de roses à la portée de son invité… de peur probablement de s’en prendre une dans la figure si elle commettait quelque dérapage de lèse-président…

 

Sarkozy-emission-TF1.jpgÉmission affligeante, ensuite, par le face-à-face avec onze personnes, savamment sélectionnées parmi les Français et Françaises qui travaillent et ceux qui ne le peuvent pas ou plus, ou risquent bien de ne plus travailler sous peu… de la « p’tite jeune chômeuse » au diplôme plus embarassant qu’inutile, au brave papy dont la retraite est insuffisante, en passant par Perrette dont le pot de lait ne vaut même plus la peine d’être cassé, au chef d’entreprise asphyxié par sa banque et à l’infirmière soignant les malades au milieu des couloirs… Tout le monde y a été de ses récriminations plutôt justifiées, jusqu’au camarade-cégétiste, aboyant, mais de façon toutefois mesuré, les slogans habituels de sa Confédération.

 

Face à eux, Nicolas Sarkozy a été un excellent saltimbanque, dégoulinant de bons sentiments, rabachant ses bonnes intentions, insistant sur sa bonne politique, son bon Premier Ministre, sa bonne Ministre de l’Économie, ses bonnes résolutions, son bon espoir de sortie de crise…

 

Bref, Nicolas Sarkozy était venu pour le marteler et ne s’en est pas privé : c’est un bon président. Avis à ceux qui en douteraient et honni soit qui ne voit en lui qu’un bon larron, doublé d’un bon endormeur, à défaut d’un bon samaritain…

 

Source

Commenter cet article