Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Succession FN : le chabotage des médias

11 Décembre 2010, 17:21pm

Publié par Thomas Joly

chabot.JPGDepuis vendredi le "corps électoral" du Front national est clos, il est peu probable que Bruno Gollnisch en connaisse les "contours" précis contrairement à sa concurrente et c’est peut-être pour cela que la presse se permet de jouer les oracles en désignant Marine le Pen comme "la probable nouvelle présidente du FN", ainsi que l’a fait jeudi soir, à pas moins de trois reprises, Arlette Chabot.

 

Pourtant la campagne n’est pas encore terminée pour les candidats qui vont effectuer encore quelques déplacements pour tenter de faire pencher les suffrages des adhérents du Front national dans l’un ou l’autre camp. La fille du président sortant bénéficie en cette fin de campagne d’un sérieux coup de pouce, celui des médias. Même si le choix du futur dirigeant du FN n’est pas encore fait, il ne fait aucun doute dans l’esprit des journalistes que Marine Le Pen va succéder à son père reléguant à l’"accessoire" le vote des militants.

 

Marine Le Pen candidate du SystèmeLes médias adorent imposer leurs candidats au petit peuple. En 2007 ils nous ont vendu Ségolène Royale avant de la laisser choir et en 2012 ils nous refourgueraient bien l’ultra-libéral mondialiste Strauss-Khan pour le PS et pour une raison qui nous échappe Marine Le Pen.

 

D’ailleurs l’insistante présence de Marine Le Pen dans les médias n’est pas s’en rappeler l’aventure médiatique d’Olivier Besancenot aux européennes de 2009. Toute l’année 2008, celui-ci sera "choyé" par le système devenant la coqueluche des plateaux de télévision avec pour "apogée" son passage sur le fameux canapé rouge de Drucker.

Sympathique, moderne, souriant, le jeune Besancenot est désigné comme celui qui va donner un coup de jeune à la "vénérable" Ligue communiste révolutionnaire d’Alain Krivine, dans la foulée la LCR se métamorphosera en Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) doublant même pour l’occasion le nombre de ses adhérents. Le NPA sera présenté un peu partout comme le pôle capable de fédérer les "énergies" à gauche du PS. Le conte de fée n’ira cependant pas à son terme, Besancenot n’ayant pas manifestement joué le jeu qu’on attendait de lui. C’est Cohn-Bendit et l’attelage baroque d’Europe-Ecologie qui reprendra le rôle avec succès... Trop peut-être au goût de certains…

 

Jeudi soir, Arlette Chabot nous a servi en "prime time" une jeune femme, sympathique, moderne, souriante, capable de repeindre le "vert-de-gris" du FN de papa en un "bleu horizon" acceptable. Peu de choses ont été dites ou faites sur le plateau qui puisse embarrasser la demoiselle. Alain Duhamel a fait du Duhamel, brouillon et convenu et quant à l’opposition de Rachida Dati on sentait bien qu’elles pourraient sans problème s’échanger leur eye liner dans les toilettes du Parlement européen à la condition que ce ne soit pas un Guerlain. Sur la forme et sans véritable opposition, Marine Le Pen a réussi sa prestation, sur le fond c’était …sans opposition...

 

dep_tv_cerveau.jpgOn peut comprendre que son challenger, alors que l’élection n’est pas faite, puisse trouver la concurrence déloyale et s’insurge contre l’attitude d’Arlette Chabot et de la direction du service politique de France 2.

 

Dans le journal Libération Arlette Chabot se défend d’interférer dans la campagne interne du FN. La réponse faite par la dame est quand même drôlement boiteuse : "On ne peut pas tenir compte des campagnes internes des partis, sinon on ne s’en sort pas. Il y a les primaires du PS, de multiples candidatures à la présidentielle, etc " on imagine bien en effet Mme Chabot n’inviter qu’un seul candidat du PS ou de l’UMP "parce que sinon on ne s’en sort pas." Toujours selon l’animatrice d’A vous de juger le choix de Marine Le Pen serait dû à "l’actualité autour de l’Europe, de l’euro, du vote suisse" toutes questions auxquelles Bruno Gollnisch, pourtant en charge des affaires internationales au FN et député européen assidu, est semble-t-il incapable de fournir une réponse.

 

non---la-haine.jpgPourtant, la démarche journalistique cohérente aurait bien été d’inviter Bruno Gollnisch, moins connu du grand public plutôt Marine Le Pen que l’on ne présente plus. Intérêt parce que si Gollnisch devait l’emporter lors du prochain congrès du FN, les Français sauraient au moins à quel "diable" ils vont devoir se vouer pour les années à venir. Surtout que la veille l’éditorialiste de la tranche matinale de France inter l’"assassinait" avec des accents que ne renieraient sans doute pas certains rédacteurs de La Gerbe ou de Radio-Paris : "Gollnisch" écrit le nasillant homme de radio "a récité le parfait bréviaire de la vieille France rancie et pétainiste, rêvant tout haut de mettre les émigrés sans papiers dans des camions militaires, direction la frontière (laquelle ? Il n’est pas allé jusqu’à ce degré de précision)/…/Étaient aussi présents à cette joyeuse sauterie quelques représentants de sous-groupuscules néo-royalistes, crypto-maréchalistes et l’ineffable Roger Holeindre, sorte d’ancien combattant professionnel et braillard. Tout ce que le FN compte d’amis douteux, de morts vivants, de résidus de peste brune, de restes de collabos, de débris d’empire, de nostalgiques des colonies et de nobliaux intégristes se retrouvent avec enthousiasme derrière Bruno Gollnisch. Bruno Gollnisch qui se sent parfaitement à l’aise dans ce vieux monde fétide n’a pas convoqué ces momies simplement pour le plaisir ou pour constituer un musée des horreurs politiques." France-inter ment, chef Le Pen…

 

Chabot-MLP.jpgOui, vraiment cela aurait été intéressant que les Français puisse se faire par eux-même une idée de cette France "putride, rancie" de ce "monstre" néo-royaliste ou crypto-maréchaliste, c’est à l’appréciation de chacun, qui pourrait leurs tomber sur la tête s’ils ne votaient pas Sarkozy ou mieux DSK aux prochaines élections. Non, au lieu de cela le service "public" nous sert le souriant "monstre gentil" qui est censé terrifier Nicolas, Dominique, Cécile, Ségolène et les autres…

 

Mais évidement, si l’élection est jouée d’avance à quoi servirait-il à Mme Chabot de perdre son temps en invitant le perdant.

 

Source

Commenter cet article