Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

« Salaud, on aura ta peau. Souviens-toi d’Erignac ! » (par Marie Delarue)

26 Janvier 2013, 10:43am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/01/359718_un-drapeau-corse-565x252.jpegNos amis (?) corses ne sont pas contents : le préfet Patrick Strzoda leur a demandé de déménager cinq paillotes construites sur le domaine public dans les environs d’Ajaccio. Furieux, d’aucuns ont écrit au préfet : « Salaud, on aura ta peau. Souviens-toi du préfet Erignac. Ramasse tes affaires et tire-toi sinon on va aussi te régler ton compte ! » Si ce ne sont pas les paroles exactes, c’est du moins la chanson. Aimable.

 

http://www.asterix.com/bd/albs/20fr.jpgC’est que les Corses sont excédés. Certes, ils le sont facilement. Ils sont furieux parce que le Conseil constitutionnel a décidé, fin décembre, de mettre un terme au fameux Arrêté Miot qui, depuis 1801, les exonérait de droits de succession afin de « compenser les handicaps de l’insularité ». La République et l’Europe ayant beaucoup fait depuis, nos sages ont estimé le temps venu de faire des Corses, sur le plan du foncier, des Français comme les autres.

 

De ce fait, comme l’expliquait l’un de nos confrères du Point, « La Corse va devoir rentrer, dès 2013 et pour 5 ans, dans une tranche d’exonération partielle à 50 % des taux pleins, qui oscillent normalement entre 20 % et 55 % de la valeur des biens, selon les cas. » On comprend dès lors que « si la succession n’a pas été réalisée sur plusieurs générations – comme c’est souvent le cas –, les personnes devraient payer une taxation dépassant la valeur des biens transmis ». Enfin, explique un notaire local, « il subsiste moins de 1.000 biens non délimités par département au niveau national, alors qu’il y en a plus de 27.000 en Corse-du-Sud et 47.000 en Haute-Corse, dans une île où l’indivision est 40 fois plus importante que la moyenne des régions françaises ».


Rap toutLa réalité, et il serait temps que les Français en aient conscience, c’est que l’État est complètement à poil et cherche à récupérer le moindre euro en passant le râteau de tous les côtés. Et tant pis pour ceux qui se font ratisser. D’ailleurs, cerise sur le gâteau que personne ne signale, le règlement des dites successions va permettre au Fisc d’identifier des tas de « fortunés » – comme il en a trouvé à l’île de Ré et ailleurs – qui vont de ce fait se retrouver assujettis à l’ISF parce qu’ils auront trois bergeries en ruine dans des coins où le prix du foncier s’est envolé. Mais il paraît que les Français adorent l’ISF, ce phare de la fiscalité que le monde nous envie…

 

http://dadsurweb.free.fr/sitedad/imGrande/CORSE/018-sieste%20bord%20de%20mer.jpgIl n’empêche, les Corses ont, depuis le Consulat, un statut fiscal dérogatoire particulièrement avantageux, non seulement par rapport aux Français du continent, mais plus encore si l’on considère ces autres Français de nos îles lointaines (Martinique, Guadeloupe, Réunion, etc.). Enfin, les Corses détiennent un certain nombre de records tel le nombre de fonctionnaires par habitant, l’absentéisme, les congés maladie, les primes à la vache allaitante (Ah, les beaux troupeaux corses…), longtemps la fraude fiscale, et surtout le nombre le plus élevé de crimes de sang, règlements de comptes mafieux et tralalas indépendantistes confondus.

 

Finalement, et quoi qu’ils en disent, il n’y a pas plus Français que les Corses : insupportables et toujours à se plaindre !

 

Source

Commenter cet article