Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Renonciation du pape : l’ultime provocation des Femen à Notre-Dame de Paris

13 Février 2013, 08:34am

Publié par Thomas Joly

 

Mardi matin, afin de « fêter le départ du pape », huit féministes du mouvement Femen ont manifesté seins nus dans la nef de Notre-Dame de Paris. Elles ont fait tinter trois des neuf nouvelles cloches provisoirement déposées dans la nef, avec des morceaux de bois, criant en anglais « Pope no more », c’est-à-dire « Plus de pape ». Des slogans écrits au feutre parcouraient leurs corps dénudés : « No homophobe », « Crise de la foi », « Bye bye Benoît ! »

Cette scandaleuse provocation a suscité l’indignation des visiteurs de la cathédrale, lesquels ont réagit : « Ici c’est sacré, vous n’avez pas à vous dénuder », leur a ainsi lancé une dame. Les intruses ont néanmoins été rapidement évacuées de Femen-Notre-Dame.jpgl’édifice par le service d’ordre de Notre-Dame. Demeurant encore une dizaine de minutes devant la cathédrale, elles ont scandé des slogans comme « In gay we trust », ou « Dégage homophobe ! », avant d’être embarquées par la police et conduites au commissariat du IVe arrondissement.

 

Les féministes des Femen se sont donc enfermées dans leur rôle de provocatrices violentes, au point de ne pas savoir respecter ce qu’il peut y avoir de plus sacré en l’homme : sa dimension spirituelle. A vrai dire, on s’interroge encore sur la dignité de la femme que ces féministes sont sensées promouvoir : dénudées en permanence, obsédées du sexe, elles renvoient à une image très dégradée de la femme, difficilement compatible avec la mise en valeur de la féminité.

 

Lorsqu’on met en regard l’humilité du pape et sa hauteur de vue avec la caricature dont les Femen sont les actrices, et la l’abîme intellectuel des slogans qu’elles scandent, on a vite fait de se faire un avis. C’est d’ailleurs à se demander si ces féministes n’ont pas à cœur de discréditer le combat idéologique qu’elles mènent et de rendre le pape sympathique aux yeux de l’opinion. Elles le voudraient, elles ne s’y prendraient pas autrement…

 

Source

Commenter cet article