Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Quand la connerie monte d’un CRAN… (par Philippe David)

13 Décembre 2012, 08:31am

Publié par Thomas Joly

David-Philippe.jpeg« Un pareil manque de représentativité de la population française contemporaine lors d’un tel événement est grave. Il s’agit d’une véritable négation de l’existence des Français d’origine africaine, qui disparaissent le temps d’une soirée de notre territoire ».

 

Ces propos ont été tenus par Louis-Georges Tin, Président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France), et Fred Royer, Président du concours « Miss black France » (le mot noir(e) aurait-il disparu de la langue française ?), suite à l’élection de Miss Bourgogne qui, n’en déplaise à ces deux messieurs, représente magnifiquement la beauté française.

 

Miss-Black-France.jpgOn a du mal à croire que ces propos aient été tenus par des gens qui, sur le papier du moins, luttent contre les discriminations et pour la diversité. Sur le papier, car le concours « Miss black France » exclut de facto toutes les femmes n’ayant pas une goutte de sang noir, c’est-à-dire l’immense majorité des Françaises. Ce concours est donc discriminant puisqu’il instaure un apartheid de la beauté qui devrait entraîner des procès à la pelle de la part des associations antiracistes (ou qui se prétendent telles).

 

Rappelons simplement à ces messieurs que la première dauphine de Miss Bourgogne est Miss Tahiti, et la troisième Miss Martinique, preuve que le procès en racisme intenté par ces deux personnes relève du procès en sorcellerie comme il en existait sous l’inquisition.

 

Miss-France-Tin.jpgCependant, il est choquant d’entendre des gens qui ne représentent qu’eux-mêmes se lamenter sur le manque de Noires au concours Miss France (alors que la France a déjà eu des Miss noires comme Sonia Rolland) quand les mêmes ne trouvaient rien à redire lorsque Raymond Domenech faisait jouer l’équipe de France avec seulement un ou deux joueurs blancs. Pourtant, pour reprendre les propos de ces tristes sires : « Il s’agissait d’une véritable négation de l’existence des Français d’origine européenne, qui disparaissaient le temps d’une soirée de notre territoire. »


On imagine les réactions outrées de ceux-ci et de toutes les associations antiracistes si un quidam s’était aventuré à dénoncer cette équipe de France trop noire comme on dénonce aujourd’hui cette Miss France trop blanche. Alain Finkielkraut est un des rares à s’y être risqué : il a été voué aux gémonies. [...]

 

Une fois de plus, la connerie est montée de plusieurs crans…

 

Source

Commenter cet article