Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pour France 2, Mandela et Obama sont « les deux premiers présidents noirs de l’Histoire » (par Marie Delarue)

1 Juillet 2013, 07:10am

Publié par Thomas Joly

http://static.euronews.com/articles/230080/606x341_230080_visite-symbolique-de-barack-obama-sur-.jpg?1372363752« C’est seul et dans l’intimité que Barack Obama a choisi de visiter la Maison des esclaves de l’île de Gorée en ce jeudi 27 juin », nous ont appris les dépêches : « Barak Obama s’est ensuite dirigé à pied, vers la Maison des esclaves. Il s’y est recueilli devant la porte du “non-retour”. C’était une visite privée ». On a quand même vu les filles passer le nez par la porte ouverte sur la mer et deviné la mère Michèle dans la pénombre. Ils étaient quatre, pas davantage, et on les comprend parce qu’on ne tient guère plus nombreux que cela dans la fameuse maison.

 

http://www.holambecomores.com/wp-content/uploads/2012/11/Goree.jpgEn effet, si Gorée – 900 mètres de long, 300 de large et quelque 1300 habitants – est connue pour ladite Maison des esclaves et son quai d’où seraient partis les bateaux négriers emportant vers les Amériques leurs cargaisons humaines, il faut beaucoup d’imagination pour le croire. D’abord parce que cette bâtisse n’aurait pu contenir que quelques dizaines de malheureux, ensuite parce que l’approche de la côte ne pouvait permettre de tels chargements. Bref, les bateaux négriers qui parcouraient les mers n’étant pas de frêles chaloupes conduites par des marins d’eau douce, la situation géographique de la côte de Gorée rend à l’évidence impossible l’histoire qu’on y raconte. On nous dira bien sûr que tout cela est sans importance, Gorée, classée par l’Unesco, étant devenue le symbole officiel de l’esclavage et de la traite négrière ; une terre où le Blanc d’aujourd’hui est prié de faire repentance devant la Nation noire, et le Noir président de s’y recueillir au nom de ses pères. Dont acte obamesque, bushien, sarkozien, hollandais etc.

 

Esclavage repentance AngleterreComme l’écrivait Le Guide du routard (Ed. 1991) : « Avec son charme et ses maisons rose bonbon, ce Buchenwald africain a des allures de Saint-Tropez tropical. On a du mal à imaginer la souffrance et la douleur. » Sur quoi son concurrent Le Petit fûté renchérit : il faut « voir les musées, la Maison des esclaves martyrs, peut être même vous sentir coupable, touché par l’horreur de la traite ».

 

Repentance obligatoire avant l’apéro et la bronzette, n’oubliez pas le guide en sortant.

 

Quittant Gorée, Obama a poursuivi sa tournée vers le sud : direction le lit de douleur où Madiba n’en finit pas de finir. De Nelson Mandela, Obama a dit : « C’est l’un de mes héros personnels, mais je ne suis pas le seul. Il est le héros pour le monde entier. Lorsqu’il nous quittera, nous saurons tous que son bilan et son héritage seront pour des siècles ». Amen.

 

http://eurweb.zippykid.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2013/06/mandela-obama1.jpgCouronnés tous deux d’un prix Nobel de la Paix – Obama l’ayant même reçu par anticipation, ce qui était plus sage –, les deux présidents figurent au sommet du Panthéon journalistique. C’est ainsi qu’on a pu entendre répéter en boucle, sur France 2 notamment, que Nelson Mandela et Barack Obama sont « les deux premiers présidents noirs de l’histoire ». C’est sympa pour les Senghor, Diouf, Touré, Houphouët, Wade et autre Macky Sall, pour ne citer que ceux là, mais il faut croire que pour les journalistes de la télé française, les présidents Africains comptent moins que du beurre de karité.

 

A moins, bien sûr, qu’ils n’aient voulu dire « les deux premiers présidents noirs d’une nation blanche ». Et considérer l’Afrique du Sud comme une nation blanche, ça, ça va faire plaisir à Soweto.

 

Source

Commenter cet article