Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Plus jamais ça ! (par Caroline Parmentier)

4 Février 2011, 13:37pm

Publié par Thomas Joly

Laetitia.pngC’est toute l’horreur du monde qui se lit dans les yeux des parents d’accueil de Laëticia, de ses parents biologiques qui n’avaient pas été considérés aptes à l’élever et de sa sœur jumelle Jessica, massacrée de chagrin. Là on touche à la réalité. Très concrètement. Les plongeurs repêchent la tête, les bras, les jambes de cette gosse de 18 ans qui a eu le malheur de croiser la route d’un criminel sexuel récidiviste qui n’avait plus rien d’humain depuis longtemps et qui n’aurait jamais dû se trouver dehors. Il y a trois semaines maintenant que Laëticia est un peu notre fille à tous.

 

Selon les premières conclusions des policiers, Tony Meilhon a étranglé Laëticia après l’avoir violée et l’a découpée en morceaux à la scie à son domicile avant de balancer ses restes dans un étang proche de Nantes. Le lac de Lavau-sur-Loire, encombré par la boue, va être asséché pour retrouver les autres parties du corps de la victime. Le principal suspect avait raconté avoir eu un accident avec le scooter de la jeune fille puis, pris de panique, s’être débarrassé du corps dans la Loire. On sait désormais qu’il avait volontairement orienté les policiers et les gendarmes vers de vaines recherches. Il était multi-récidiviste, treize fois, dont plusieurs crimes à caractère sexuel. Le tout dernier, préparant sa réinsertion, étant le viol de son codétenu. Il est sorti de prison quand même.

 

tony-meilhon.jpgVa-t-on enfin cesser de nous dire que les crimes sexuels sadiques sont systématiquement des actes pathologiques relevant d’une maladie psychique ? Vouloir systématiquement que tout acte de ce genre relève forcément de la folie est absurde et dangereux. Ainsi que le relève très pertinemment Luc Ferry : « c’est tout simplement nier la possibilité de ce que l’on appelait naguère encore la méchanceté ». Eh oui, dans ce monde où il n’y a plus ni bien ni mal et où tout a été révisé selon les mœurs et les philosophies tendance, il existe pourtant bien des méchants. Des pervers qui savent parfaitement ce qu’ils font et qui agissent avec intelligence et conscience du mal. Ce mal qu’ils projettent et préméditent et c’est justement cela qui les fait jouir.

 

viol« Il n’est donc nullement certain, relève Luc Ferry, qu’il existe un traitement. » Ça peut même être une grave erreur à multiples responsabilités de le penser. Les lois en vigueur imposent au criminel de suivre une thérapie. Nicolas Sarkozy a fait voter six lois de ce genre en six ans. Un empilement législatif dénoncé par la gauche et la droite nationale qui ne règle absolument rien. La perversion n’est pas une maladie. Comment peut-on penser une seconde que les grands délinquants sexuels qui enlèvent, qui séquestrent, qui torturent, qui violent, qui mutilent et qui tuent, vont « guérir » en voyant un « psy » deux fois par semaine en prison ? On se fout de nous. Et que dire de la vaste fumisterie du suivi psycho-judiciaire à la sortie. Si tant est qu’il ait la moindre utilité, il est presque systématiquement défaillant.

 

Le dangereux prédateur, lui, au bout de dix, quinze ans, a, comme on dit, « payé sa dette à la société ». Luc Ferry a raison de dire qu’« un homme qui tue sa femme par passion parce qu’elle le trompe, ne recommencera sans doute pas ». Alors que celui qui viole et tue une inconnue par plaisir, si. Il ne s’agit pas de payer sa dette à la société. Il s’agit de protéger la société.

 

Source

Commenter cet article