Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pilule : on ne joue pas impunément avec la nature ! (par Altana Otovic)

2 Février 2013, 10:15am

Publié par Thomas Joly

Otovic AltanaVoici qu’éclate un énième scandale sanitaire : Diane 35, pilule originellement prescrite contre l’acné mais souvent employée comme contraceptif, a finalement fait l’objet d’une procédure de suspension de l’autorisation de sa mise sur le marché. Dans trois mois, il ne sera plus possible de se procurer ce médicament, dont les risques thromboemboliques ont alerté l’opinion.

 

Il y a quelques semaines déjà, retentissaient les premières sirènes rappelant à l’esprit populaire la dangerosité des pilules contraceptives : une jeune fille paralysée par un AVC tenait pour indéniable coupable la pilule de 3e génération qui lui avait été prescrite et l’on avouait timidement que cette dernière causait plusieurs morts directes chaque année. Enfin, voilà que le peuple émerge de son sommeil et s’interroge sur les méfaits des médicaments et des pilules contraceptives : nous aurait-on menti ? Ceux qui doivent veiller à notre santé seraient-ils aussi ceux qui la ruinent ?

 

pilules contraceptivesMais à quoi vous attendiez-vous donc ? Pensez-vous que le corps dont vous avez été pourvu puisse s’accoutumer un jour de traitements servant à entraver son fonctionnement naturel ? La pilule est un médicament servant à dresser des hormones afin de les conformer à des volontés qui ne sont pas les siennes. Il s’agit, entre autres, de créer un état d’infécondité artificielle, donc de maladie et de vieillesse. Il ne faut alors pas s’étonner de voir disparaître sa fertilité contraignante et son acné, symbole malheureux d’un jeune organisme qui fonctionne, pour mieux accueillir rides et kilos, thromboses et cancers. On se déleste, hélas, des maux juvéniles pour mieux écoper de ceux de la vieillesse.

 

Lorsque le bon sens est souverain, il est pourtant aisé de comprendre qu’une industrie pharmaceutique ne peut survivre sans malades et qu’il n’est plus absurde que de faire confiance à ceux que votre santé conduirait à la ruine. C’est ainsi qu’une piste prometteuse sur le cancer, publiée en 2007 par Evangelos Michelakis et quelques collègues de l’Université laboratoire-pharmaceutique.jpgd’Alberta, fut abandonnée sans vergogne : elle n’amassait pas assez de fric pour contenter les industries. Et combien de vaccins qui n’ont jamais, au grand jamais, eu raison des épidémies ? De remèdes naturels dissimulés au profit de soins onéreux et destructeurs ?

 

Il n’est pas de ruse possible et durable avec la nature. Il n’est pas d’édulcorants ou de sucres naturels dont on ne découvre finalement les méfaits quelques années plus tard ; il n’est pas d’antibiotiques dont on ne réalise par la suite qu’ils ont détruit nos défenses en même temps que les infections dont notre organisme était affligé. Il n’est pas de pilule à même de canaliser les hormones sans les perturber. À trop vouloir soustraire le corps à sa discipline originelle et reposer son caprice sur une médecine menteuse et corrompue, l’on s’accable d’une dette que la nature veille à faire acquitter.

 

Source

Commenter cet article