Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Participation remarquée du Parti de la France au débat sur l'identité nationale à Beauvais

19 Janvier 2010, 17:59pm

Publié par Thomas Joly

Débat 18 01 10 bLundi 18 janvier avait lieu le fameux débat sur l'identité nationale organisé par le gouvernement. J'étais accompagné de mes collègues conseillères régionales Annie Fouet et Monique Chapel ainsi que de Paul Pittet. Les élus de gauche comme de droite brillaient par leur absence mais le public était fourni et comprenait un nombre considérable de personnes d'origine étrangère.

Présidé par le préfet de l'Oise, M. Desforges, ce débat était animé par les parlementaires UMP messieurs Dassault, Mancel et Vasselle. C'est dans une ambiance très consensuelle que ce débat a commencé, l'exaltation de l'intégration et de la prétendue richesse de l'immigration étant bien sûr au programme, dans des discours lénifiants aux forts relents franc-maçons.

Lorsque la parole a été donnée aux participants, je n'ai pas tardé à intervenir en commençant par expliquer que ce débat existe aujourd'hui parce que notre identité nationale est menacée et qu'il n'aurait jamais eu lieu il y a trois décennies quand la France n'avait pas encore subi une immigration massive extra-européenne favorisée par nos gouvernants de droite comme de gauche.

Dénonçant les naturalisations massives, la binationalité et l'islamisation de notre société, je n'ai cité qu'un seul exemple de l'échec total de l'assimilation de ces populations étrangères : les émeutes qui ont suivi, en novembre dernier, la qualification de l'équipe de football algérienne pour la coupe du monde. Tous ces individus qui brandissaient le drapeau algérien et communiaient la victoire de leur équipe dans la haine de la France ont pour la plupart une carte d'identité française !

J'ai terminé mon propos, alors que le préfet s'agaçait visiblement de mon intervention qui contrastait fortement avec le consensus pro-immigré qui régnait jusqu'alors, par une interrogation sur la crainte qu'ont nos gouvernants de soumettre au peuple souverain par référendum les questions de l'immigration et de l'islamisation de notre société.

affichette-PDF.jpgApplaudi par une partie de la salle, la gêne s'est installée chez les promoteurs d'une France cosmopolite et métissée. Un certain nombre de participants (presque tous d'origine maghrébine) sont alors intervenus en s'adressant directement à moi pour marquer leur désaccord avec mes propos. J'avais décidément bien fait de venir ! Il y en a même un qui a cru faire de l'esprit en me demandant si, pendant la 2nde Guerre mondiale, j'aurais été dans le camp des résistants ou des collabos ! Je lui ai répliqué du tac-au-tac en lui demandant dans quel camp il serait si un conflit éclatait demain entre la France et l'Algérie. J'attends toujours sa réponse !

Le débat s'est ensuite terminé par les conclusions très creuses et démagogiques du préfet et des parlementaires, peu enclins à se déterminer clairement sur leur conception de l'identité nationale dont la définition n'a été qu'effleurée. En attendant, les Français de souche savent qui ils sont et d'où ils viennent et ils peuvent compter sur les élus du Parti de la France pour défendre l'identité française et nos traditions face au péril migratoire et islamique.

Commenter cet article

jocelyne 20/01/2010 14:21


Tout d'abord merci de défendre nos valeurs qui sont de plus en plus menacés, mais à la question dans quel camp vous seriez entre les collabos, et les resistants, que lui avez vous répondus?


Thomas Joly 21/01/2010 08:46



Bonjour,

Je n'ai évidemment pas répondu à cette grossière provocation (qui a d'ailleurs été huée par une bonne partie de la salle). Je ne vis pas dans le passé mais dans le présent et mon action politique
s'inscrit dans la lutte contre les maux qui touchent aujourd'hui notre pays.

En 2010, face aux mondialistes cosmopolites et à des immigrés islamisés et conquérants, je suis clairement dans le camp de la résistance nationale.

Cordialement.



V L 19/01/2010 19:21


On dirait que le FN a brillé par son absence. C'est sûr que participer à un débat public en milieu hostile est moins confortable qu'une conférence de presse bien au chaud dans un hôtel. Bravo aux
élus picards du PdF d'y être allé.