Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Omar l'a tuée (par le capitaine Georges Cenci)

23 Juin 2011, 11:45am

Publié par Thomas Joly

Cenci-Georges.jpgCritique objective du scénario du film Omar m'a tuer

 

Après une première lecture du scénario, je vais tenter d'en faire une critique objective par rapport à la réalité des faits et au dossier judiciaire.

 

Tout d'abord, je rappelle que les plus hautes instances de la Justice ont confirmé la culpabilité du meurtrier de Mme Ghislaine Marchal : la cour d'assises des Alpes-Maritimes qui condamnait Omar Raddad à 18 ans de réclusion criminelle ; la cour de cassation qui rejetait le pourvoi contre cet arrêt ; la cour de révision des condamnations pénales de la cour de cassation qui rejetait la requête de révision ; la cour européenne des droits de l'homme qui, par deux décisions, rejetait les requêtes du condamné, Omar Raddad.

 

omar-m-a-tuer-fiction.jpgQue penser de l'objectivité du scénario ? Qu'il me soit permis d'en douter dans la mesure où il est fait référence au livre auquel Omar Raddad a participé : "Pourquoi moi ?" et à celui de Jean-Marie Rouart : "Omar Raddad – la construction d'un coupable". Deux écrits partisans, trop souvent mensongers et sans consistance avec la réalité du déroulement de l'enquête de gendarmerie et du juge d'instruction, et qui se gardent bien de démonter les charges retenues par les différentes instances judiciaires.

 

Je rappelle enfin que Rouart, celui qui se prend pour Zola mais hélas avec les moyens qui sont les siens, (dixit Me Georges Kiejman) était condamné par la XVIIème chambre du tribunal correctionnel de Paris pour diffamation et que la cour d'appel confirmait la condamnation.

 

Omar-l-a-tuee.gifFinalement, une deuxième lecture plus attentive ne m’apprenait rien d'autre sur la sempiternelle manipulation que nous subissons depuis vingt ans. Tout y est, pour faire de Omar Raddad la victime des gendarmes et des juges. Aucune place pour la victime. La victime ici c'est Raddad le meurtrier sans aveu !


On oublie l'essentiel : dire la vérité judiciaire telle qu'elle est, sans compromis. Mais pour cela, il faut faire abstraction de ses préjugés et regarder la vérité en face et ne pas avoir honte de dire : je me suis trompé, je ne savais pas. Et tous ces intrigants savaient car, à défaut d'avoir eu connaissance de l'épais dossier judiciaire, ils avaient entre les mains mon ouvrage qui les synthétisait. A croire que la vérité ne les intéresse pas. Par contre comme tous ces gens manipulent et maîtrisent les médias complices, le travail de sape entamé depuis deux décennies se poursuit inlassablement. Lire la suite


Commenter cet article