Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Marseille : un médecin raconte son quotidien

18 Juillet 2013, 09:06am

Publié par Thomas Joly

consultationScènes de la vie quotidienne d’un médecin dans la cité phocéenne (occupée).

 

D’un sourire à peine gêné, et malgré le silence que lui impose le secret médical, Marie distille les anecdotes qui rythment son quotidien de médecin dans l’un des quartiers les plus sensibles de l’Hexagone

 

Depuis son arrivée à la Belle de Mai, Marie apprend à faire avec la violence, souvent verbale, parfois physique. « Au départ, on vous demande avec insistance des ordonnances et puis un jour cela dérape et on se retrouve face au canon d’une kalachnikov », poursuit-elle. Un épisode d’une rare violence survenu après qu’elle eut refusé de fournir des prescriptions de complaisance. « J’ai arrêté les visites à domicile pour des raisons de sécurité. L’épisode du certificat de virginité m’a convaincue », souffle-t-elle. Elle raconte s’être rendue au domicile d’une famille qui l’avait contactée au prétexte qu’une jeune fille était malade. « Sur place, j’ai compris que les personnes présentes attendaient de moi que je délivre un certificat de virginité pour la future mariée. Sans doute une façon pour eux d’assurer leur honneur », précise-t-elle.

 

http://achnoo.com/wp-content/uploads/2012/10/violences_femmes.jpgLorsqu’elle n’en est pas la victime, Marie est témoin de cette violence. « Il m’arrive d’être confrontée à des situations de violences intrafamiliales sordides, touchant des enfants maltraités et des femmes séquestrées », confie-t-elle. Elle révèle ainsi le cas d’épouses venues directement de pays du Maghreb, ne parlant pas le français, transformées en « esclaves » par leurs maris, qui justifient ce traitement par la religion. « La plupart d’entre elles ne se confient pas directement. Parfois, elles viennent me voir à l’insu de leurs époux. J’apprends qu’on leur a confisqué leurs passeports et que certaines sont venues en France contre leur volonté » , précise-t-elle.

 

Source

Commenter cet article