Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Marseille : baisse de la délinquance et surveillance citoyenne des bureaux de vote

7 Septembre 2013, 10:03am

Publié par Thomas Joly

C’est officiel : la délinquance en baisse à Marseille !


http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn_indesign/2010-09/2010-09-16/article_procureur.jpgSelon le nouveau procureur de la République de Marseille, Brice Robin, la délinquance ne cesse de reculer à Marseille. Comparant les huit premiers mois de 2013 par rapport à ceux de 2012, il affirme que les atteintes volontaires à l’intégrité physique ont baissé de 13 %, les violences physiques crapuleuses de 16 %, les vols de 8,8 %, ceux avec violence de 17,9 % et les cambriolages de 19,4%. Un véritable petit paradis sur terre.


Le porte-parole du Parti Socialiste a également rappelé le déploiement permanent de 3.500 policiers à Marseille, 1.113 gendarmes et 315 policiers municipaux. Son intervention publicitaire s’est conclue par l’éloge du système de vidéo-surveillance (240 caméras actuellement et un millier prévues pour 2014).


Durant son meeting politique, Brice Robin a par contre omis d’évoquer le calvaire vécu par les Blancs survivants à Marseille ; il n’a pas prononcé les mots immigration, invasion, fraudes aux assurances sociales ou encore « nécessaire rasage des quartiers occupés et expulsion immédiate de tous les nuisibles ».

 

Les élections à Marseille, sous la surveillance des caïds


http://www.republicain-lorrain.fr/fr/images/CB139431-C743-486C-98A2-AEF3FCA198F2/LRL_03/des-caids-tiennent-aussi-les-bureaux-de-vote.jpg« Les grandes déclarations des uns et des autres sur la lutte contre le trafic de stupéfiants dans les cités sont des leurres. En réalité, je ne crois pas en la volonté de l’Etat d’éradiquer les trafics. Je pense que les autorités anticipent sur le fait qu’en cas de destruction des réseaux de stupéfiants, la délinquance pourrait se reporter sur d’autres activités criminelles (l’enlèvement, par exemple, comme en Amérique latine) […] Le clientélisme, plus qu’ailleurs, c’est la plaie de cette ville. Exemple : des associations tenues par des dealers notoires sont subventionnées par des fonds publics. En échange, les caïds de quartier tiennent les bureaux de vote ! J’ai vu, de mes yeux, des types à la solde des dealers des quartiers nord, interdire aux gens de fermer le rideau de l’isoloir ou exiger qu’ils ne prennent qu’un seul bulletin. Et les mêmes truands occupent ensuite des fonctions au conseil général ! »


Propos du Comorien à papiers français, Saïd Ahamada, de l’association Avenir-Marseille-Egalité (AME) recueillis fin août par le journal Vosges Matin.

 

Source

Commenter cet article