Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Manipulation de cadavre (par Pierre Menou)

10 Juin 2013, 07:36am

Publié par Thomas Joly

http://www.prechi-precha.fr/wp-content/uploads/2012/03/090724065913923866.jpgLa gauche est génétiquement totalitaire. À chaque fois qu’elle est parvenue au pouvoir, depuis 1789, elle a éprouvé la tentation du totalitarisme et y a cédé, y compris sous la présidence de François Mitterrand – rappelez-vous les montages, rappelez-vous Carpentras…

 

Elle le montre une fois de plus par la manière dont elle réprime la contestation de la loi Taubira dénaturant le mariage, en pratiquant toutes les formes connues de coercition, y compris, une fois de plus, le mensonge et l’amalgame.

 

manipulationJ’ai évoqué Carpentras : en 1990, une équipe de skinheads sans aucun lien avec le Front national avait profané une tombe dans le cimetière de la ville. Le pouvoir socialiste avait immédiatement dénoncé la prétendue responsabilité du parti lepéniste et François Mitterrand en personne, accompagné de tout le gouvernement (et de nombreux politiciens de droits et du centre), avait défilé en tête d’une manifestation contre le FN. Dans le cortège était brandi un mannequin empalé sur un manche à balais, représentant Jean-Marie Le Pen et portant le message : « Carpentras c’est moi ! ».

 

Carpentras, ce n’était pas Le Pen, ni personne du Front national. Yves Bertrand, directeur central des Renseignements Généraux de 1992 à 2003, a depuis lors confirmé le montage, dans son livre Je ne sais rien… mais je dirai (presque) tout. Le chef du commando auteur de la profanation, Jean-Claude Gros, a été tué en 1993, à 27 ans, dans un accident de la circulation : sa moto fut percutée par une voiture dont le conducteur, Rachid Belkir, fut lui-même repêché peu après dans le Rhône, deux balles dans la poitrine et les pieds scellés dans du ciment. selon les conclusions des enquêteurs, il aurait été victime d’un règlement de comptes entre trafiquants de stupéfiants…

 

Skinhead.jpgAutre montage médiatico-politique en 1995. Le 1er mai, en marge de la manifestation d’hommage à Jeanne d’Arc organisée par le Front national, des skinheads jettent à la Seine, depuis le pont du Carrousel, un immigré marocain, Brahim Bouarram. De nouveau, le parti lepéniste est déclaré responsable alors que les faits se sont déroulés hors de la manifestation et que les meurtriers ne font pas partis du Front national.

 

Aujourd’hui, ce n’est plus le parti lepéniste, mais le mouvement d’opposition à la loi Taubira qui fait les frais de l’amalgame et de la désinformation, au lendemain de la mort d’un militant d’extrême gauche, tué au cours d’une rixe avec des militants d’extrême droite. Skinheads d’un côté, redskins de l’autre : où est le rapport avec les participants aux manifestations en faveur de la famille ? À l’exception de quelques provocateurs de police vite repérés, on ne voit pas de skinheads parmi les jeunes qui affrontent les policiers en fin de manif, ni parmi les veilleurs, ni parmi ceux qui harcèlent et huent les ministres lors de leurs déplacements.

 

valls kippaAvant même que toute la lumière soit faite par la justice sur des faits encore très opaques (les militants d’extrême droite plaident la légitime défense et les amis du morts n’ont rien de doux agneaux), la gauche veut en profiter pour dissoudre « les groupuscules » (ceux d’extrême gauche, pas moins violents, n’étant évidemment pas visés…)

 

Où commence l’extrême droite et qu’est-ce qu’un « groupuscule » pour Manuel Valls, qui n’hésite pas à lier cette rixe, survenue à l’occasion d’une vente privée de vêtements, avec les manifestations contre la loi Taubira ? Le Printemps français, par exemple, est-il concerné ?

 

Poser la question c’est y répondre : le gouvernement utilise la mort tragique d’un jeune homme à des fins politiciennes. C’est de la manipulation de cadavre. Rien que pour cela, Manuel Valls devrait démissionner.

 

Source

Commenter cet article