Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les jeunes Français n’ont qu’une envie : se barrer ! (par Gabrielle Cluzel)

6 Avril 2013, 09:58am

Publié par Thomas Joly

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2013/04/exit.jpgUne étude Viavoice l’a révélé : la moitié des 18-34 ans aimeraient vivre ailleurs qu’en France. 36 % seulement des jeunes Français auraient confiance dans l’avenir de leur pays, alors qu’ils sont 75 % à croire en celui de l’Allemagne et 67 % en celui des États-Unis. Un sondage à rapprocher de celui effectué par l’IFOP en février dernier, selon lequel près d’un jeune diplômé de grandes écoles sur trois chercherait un travail à l’étranger.

 

Une fois faites toutes les pondérations nécessaires (l’herbe est toujours plus verte dans le pré d’à côté, il semble que la misère soit toujours moins pénible au soleil, un boulot au fin fond du Texas paraît toujours beaucoup plus excitant que le même boulot au fin fond de la Creuse même si, sur l’échelle de Richter des trouducs du monde, le Texas arrive bien avant la Creuse…), ces résultats itératifs laissent à penser que, décidément, les jeunes Français n’ont qu’une envie : se barrer.

 

On peut les comprendre, leur entrée dans le monde des adultes n’est pas folichonne. Bienvenue dans une France schizophrène, la République du faites ce que je dis mais pas ce que je fais. Après le comportement « inapproprié » de DSK, voici venir les déclarations (fiscales et orales) inappropriées de Cahuzac ainsi que les réponses inappropriées de Hollande aux difficultés qui plombent la France.

 

radar jackpotMais eux autres, les jeunes, n’ont pas le droit à l’erreur : peuvent toujours demander pardon au flic derrière son radar planqué dans les buissons de ne pas avoir appuyé sur la pédale de façon appropriée, cela ne leur rendra pas les points sur ce permis qu’ils ont eu tant de mal à avoir. Après l’alcool et le téléphone, c’est la cigarette au volant que l’on va, paraît-il, désormais traquer. Dans l’habitacle de sa voiture, on peut encore s’engueuler avec sa femme, il faut en profiter, cela ne va pas durer, l’énervement, voyez-vous, est source de tellement d’accidents… Peuvent toujours demander pardon au fisc d’avoir quelque peu édulcoré le montant de leurs ressources annuelles un jour de grande lassitude, fatigués de se voir faire les poches par l’État, ils n’échapperont pas au redressement, même en expliquant qu’ils avaient besoin de ce bas de laine durement gagné pour installer leur famille dans un de ces quartiers semi-protégés, de ces bantoustans pour « riches » dont la cote immobilière prohibitive tient lieu de barbelé afin de se prémunir d’une insécurité galopante que le gouvernement est incapable de contenir.

 

Et pourtant. Au risque de faire mon Ayrault faisant la leçon à Depardieu, ces rêves de fuite n’ont-ils pas quelque chose de… troublant ?

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ea/Monument_aux_morts_14_18.jpgPlante-t-on sa vieille mère sans autre forme de procès quand elle n’est plus capable de vous faire vos tartines pour le goûter et de mettre le rôti dans le four ? L’abandonne-t-on quand elle n’est plus si belle qu’autrefois et qu’elle perd un peu la boule ?

 

Sans vouloir sombrer dans l’emphase, où serions-nous si les Émile, les Louis, les Marcel qui se bousculent sur nos monuments aux morts avaient décidé, d’un coup, de prendre la tangente ? S’ils avaient pratiqué le patriotisme offshore comme eux le conçoivent aujourd’hui ?

 

À chacun son pays de cocagne. Pendant qu’ils rêvent de tenter l’aventure là où le PIB est plus beau, d’autres passent les frontières pour gagner notre France, pensant bien pouvoir récupérer quelques miettes des tartines et du rôti d’antan.

 

Source

Commenter cet article