Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Les indignations programmées (par Roger Holeindre)

13 Avril 2011, 07:26am

Publié par Thomas Joly

Holeindre-Roger.jpgLa politique française est malade… et de ce fait, la France, chaque jour que Dieu fait, sombre un peu plus dans l’anarchie. Le seul responsable de cet état de fait est le Président de la République lui-même.

  • En désacralisant sa fonction de Premier magistrat de France,
  • En jouant les petits loubards de banlieue,
  • En propulsant sa vie privée sur le devant de la scène,
  • En accumulant les promesses jamais tenues,

Il a permis à une nuée de nuisibles, peuplant les médias, de le ridiculiser ainsi que notre pays.
Jamais les insultes rampantes, les allusions graveleuses n’ont tenues une telle place dans la presse, les télés, les radios.
Jamais autant de « courageux », sachant qu’ils ne risquent rien, n’ont à ce point pourri un quinquennat !

sarko2.jpgM. Sarkozy a cru (il faut le faire) qu’il suffisait de voler le programme du Front national pour asseoir son autorité sur le pays. Il a tout simplement oublié, de même que ses conseillers payés à prix d’or… que si l’on emprunte tout ou partie du programme d’un adversaire… et que le bon peuple vote pour l’usurpateur… il attend en retour que ce programme soit appliqué, puisqu’il a voté dans ce sens, pour cette seule raison.

 

M. Nicolas Sarkozy de Nagy Bosca, lui, a viré… à droite toute… pour revenir… à…gauche toute, pensant, dans une lumineuse vision de grande politique… que les élus d’en face… trahissant leurs amis en le rejoignant… mettraient en œuvre, pour lui, le programme d’un parti qu’ils n’avaient cessé d’insulter et de caricaturer durant 40 longues années.

Les canailles gauchistes, anarchistes, communautaristes, et même, disons le mot, anti françaises… anti occidentales… et anti chrétiennes, firent le reste en prenant en tout et pour tout… le contrepied des désirs élyséens, jamais d’ailleurs fermement définis, aidés puissamment en cela par l’ensemble des médias, même ceux dépendant de l’État. Au milieu d’un incroyable embrouillamini ministériel, et même d’une cacophonie infernale des porte-paroles et porte-flingues… il arriva bien vite que plus personne ne savait où tout cela menait et même où le pouvoir voulait aller, et quels étaient au juste ses idées et ses projets.

 

immigration-konk.jpgLe débat sur la nationalité donna lieu à des déclarations quasiment anti françaises… communautaristes… honteuses pour tous ceux qui sont morts pour la France… y compris les résistants de gauche. Et Mme Voynet donna le ton pour toute l’intelligentsia, hier stalinienne, en décrétant que “tout cela était bon pour la poubelle !”

Pendant ce temps, le ministre de l’Intérieur allait, lui, dans les banlieues expliquer aux dirigeants d’associations diverses, mais toutes à base d’immigrés et subventionnées avec l’argent de nos impôts… que “la France, ce n’était rien… Ni un peuple… ni une race… à peine une langue. ”


En embuscade derrière leurs écrans ou leurs micros, tous les « petits marquis » de l’information caviardée, se firent rapidement une spécialité… La chasse aux « dérapages »… La traque « aux propos xénophobes ».

C’était là ce qui manquait à la panoplie des lois liberticides qui autorisent les Français, au nom de la liberté de parole et de pensée… à fermer leur « gueule » !... sous peine de condamnations drastiques.

Les dernières élections cantonales ayant vu une nette percée du Front national, M. Claude Guéant, Ministre de l’Intérieur, tentant de sauver les meubles, se crut obligé de répéter ce qu’il avait entendu pendant la campagne, à savoir que “Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux !” Quel scandale ! Aussitôt, ce fut l’émeute verbale, la demande de sanctions, l’appel au sursaut républicain pour sauver la République.

 

bateau-clandestin.jpgN’ayant certainement rien compris, Mme Chantal Brunel, Députée UMP de Seine-et-Marne, eut la bonne idée, elle-aussi, de répéter ce que ses électeurs et les gens du FN de sa région lui avaient dit sur les marchés… Il faut rassurer les Français sur toutes les migrations de populations qui viendraient de la Méditerranée … Après tout, pourquoi nous ne les remettons pas dans les bateaux avec lesquels ils sont venus !

Quelle honte ! Quel grossier dérapage ! Immédiatement, comme sur un coup de baguette magique, dans l’heure qui suivit, sur toutes les radios, sur toutes les télés, les champions de l’ouverture des frontières à tout le monde… commencèrent la sarabande infernale… M. Bedos… M. Noha… M. Debbouze… M. Dany Boon… M. Sébastien… et même M. Johny… tous les saltimbanques millionnaires vinrent nous déclarer… qu’il était honteux de vouloir remettre sur des bateaux… des gosses nés ici… scolarisés ici… et dont les parents ont reconstruit la France… en voulant bien oublier… que nous les avions « colonisés », « martyrisés » et « pillés »… Fermez le ban !

Affiche refusons la colonisationLe but de tous ces cris et hurlements, qui se veulent humanistes… avec l’argent des autres, n’a qu’une raison… Ne rien changer à l’invasion actuelle… Continuer à faciliter l’immigration, refuser de fermer les frontières et… pour, en final… changer le peuple de France qui a tendance aujourd’hui à voter de plus en plus mal.


Pour tous ceux qui aiment la France… Qui veulent qu’elle reste notre patrie, c’est-à-dire une terre chrétienne, il est temps de réagir, car c’est nous qui ferons les frais de cette trahison !

 

Une association de sans-papiers fit même savoir qu’elle comptait déposer plainte contre le ministre et la députée… sans que cela ne semble outrer personne dans notre beau pays qui se meurt !

Les gens qui entrent chez nous régulièrement, doivent adopter nos lois et nos coutumes. Les clandestins, tous les clandestins, doivent être renvoyés chez eux.

Oui, Français, l’heure est grave ! C’est maintenant qu’il faut réagir, car demain, contre nous, contre la France, ils en arriveront à armer les banlieues communautaristes pour sauver « leurs valeurs de la République » !

 

Source

Commenter cet article