Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le temps qui court (par Patrick Parment)

10 Octobre 2010, 23:00pm

Publié par Thomas Joly

sarkozy-benoit-xvi.1213718363.jpgAvec sa visite au Pape, Sarko vient de s’attirer les foudres de tout le marigot bien-pensant et surtout cette authentique engeance que sont les cathos de gauche. Plus faux-cul qu’eux, ce n’est pas possible avec leur bonne conscience sirupeuse et leur humanitarisme obscène. Tout ce marigot putride et faisandé hurle dès qu’il s’agit d’immigration, car ils soutiennent inconditionnellement tous ces pauvres gens qui sont d’abord des victimes du système libéral, des déracinés et qui finiront totalement acculturés et inadaptés au sein d’un environnement qui leur est étranger. Le premier crime de l’immigration est là et les cathos de gauche sont le bras armé d’une arnaque qui laisse accroire qu’ici les jours seront meilleurs.

securite.gifReste que pourfendre les seuls Roms comme l’a fait Sarko est une ineptie tant l’arbre cache la forêt. Une goutte d’eau dans l’océan de l’immigration.

Cela dit, il est plaisant de voir la gauche s’exciter ainsi sur cette visite et surtout de lire les commentaires qui en sont faits. Ainsi Sarko chercherait-il à récupérer l’électorat catho et surtout lepéniste comme ils disent, populiste pour d’autres, quand il s’agit de désigner tout simplement de bons Français qui entendent rester Français au sens culturel et patriotique du terme.

Une France que la classe politique, de gauche comme de droite ripouxblicaine, sans compter tous ces imbéciles d’intellectuels des broussailles, piétinent de jour en jour. Tous ces gens qui n’ont aucune fierté d’être Français parce qu’ils ne savent plus ce que cela veut dire et parce que ça « fait ringard » ou « franchouillard ». L’Amérique est assurément notre principal ennemi, mais j’aime le patriotisme dont chaque Américain fait preuve.

A en croire les commentaires – et c’est d’ailleurs la réalité – cette France « populiste et franchouillarde » serait encore majoritaire puisque l’on recherche ses suffrages. La gauche aussi court après, elle qui a perdu depuis belle lurette la confiance des ouvriers qui fondaient en grande partie sa légitimité. Aujourd’hui, la gauche c’est une bande d’instits, de fonctionnaires, d’intellos et de politiques tout juste bons à ouvrir leur grande gueule pour ne rien dire à l’instar d’un Mélenchon qui, à mon avis, finira « cirrhosé ».

 

Affiche-Carl-copie-1.jpgOn a souvent écrit ici combien il était vital pour l’Europe de protéger ses emplois, ses outils industriels et par-delà, bien sûr, son économie en prenant des mesures protectionnistes. Nous ne sommes pas les seuls à tenir un tel discours. L’Europe est le seul et unique continent ouvert à tous les vents du capitalisme sauvage et de nombreuses multinationales viennent y faire leur marché – afin aussi de flinguer une éventuelle concurrence. Et, c’est ainsi, par exemple, que des pans entiers de notre industrie ont disparu. Les Chirac, Mitterrand et consorts ne sont pas étrangers à l’affaire d’ailleurs. L’Amérique comme ennemi suffisait à notre tâche quotidienne, mais voici que les Chinois s’en mêlent. Dotés d’un fabuleux trésor – un yuan faible – les voilà, pas bêtes, qui débarquent en Europe, l’un des tout premiers marchés mondiaux. Pour combien de temps encore ?

CEE.jpgD’abord en volant au secours de la Grèce (à quoi sert cet imbécile de Trichet à la tête de la BCE ?), en proposant à la Turquie, puissance périphérique non européenne, la construction d’un chemin de fer empruntant l’ancienne route de la soie (4 500 km) et en investissant en Italie dans des infrastructures et des réseaux liés à l’énergie solaire et aux télécoms. Pékin a aussi promis aux Italiens que leurs échanges commerciaux allaient bondir de 40 à 100 milliards de dollars et de 17 à 50 milliards de dollars avec la Turquie.

Et tout ça avec le pognon des saloperies dont ils nous inondent avec la complicité, il est vrai, des patrons européens tout contents de vendre à vil prix. Pour ce qui est de la qualité, il est bien évident que l’ouvrier européen est nettement plus performant… sauf pour son coût horaire.

Question : va-t-on continuer longtemps à être aussi cons ? Et inutile de compter sur cette Europe de nains, d’imbéciles et d’irresponsables qui siègent à Bruxelles et Strasbourg pour nous sortir de là.

 

Source

Commenter cet article