Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le maire embarqué parce qu’il voulait… faire respecter la loi ! (par Joris Karl)

4 Juin 2013, 07:29am

Publié par Thomas Joly

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f6/Emblema_NKVD.svg/150px-Emblema_NKVD.svg.pngDans la France socialiste, de jour en jour, la réalité semble se dérober comme la terre sous nos pieds, laissant déborder un mélange confus de folie surréaliste au parfum soviétique. Certains s’accrochent encore désespérément au Grand Journal de Canal, priant pour que cette quatrième dimension peuplée de gays et de rappeurs soit la bonne. Mais c’est dur, même si on est bon public !

 

Quand ce n’est pas la ministre Taubira qui veut imposer des stages sur le « genre » aux magistrats, c’est un maire qui se fait embarquer par les flics… parce qu’il veut défendre la légalité !

 

Trouble à l’ordre public ! C’est pour ce motif que Cyril Meunier, maire divers gauche de Lattes (Hérault), a été embarqué par les forces de l’ordre. S’est-il baladé à poil devant des écoliers ? A t-il fait son marché habillé en Waffen-SS ? A-t-il interrompu un imam en pleine prière ?

 

http://lattinfos.unblog.fr/files/2013/03/1564205_lorient.jpgNon, l’élu a simplement voulu dire stop. En protestant contre l’installation de gens du voyage, venant envahir avec 200 caravanes un terrain privé de la commune… alors qu’une aire destinée aux nomades existait déjà.

 

Sur place, la scène a visiblement choqué car, selon le Midi Libre« la pression est montée, le maire en a appelé à la désobéissance. Bilan, sur ordre de la sous-préfète de permanence, le maire s’est fait embarquer par la police pour« trouble à l’ordre public ». Il vient de faire l’objet d’un transfert vers la préfecture où la sous-préfète devrait faire la leçon au maire de Lattes. »


CAF pastiche 4C’est inexorable : les « gens du voyage » s’installent où ils veulent quand ils veulent. Avec moult précautions verbales, les élus locaux tentent chaque fois une médiation. C’est presque toujours très tendu, et souvent, l’administration cède, trouvant d’urgence un autre espace, facilitant l’accès à l’eau et à l’électricité pour cette immigration subite, qui évidemment aura droit à tout gratuitement ! Pendant ce temps-là, les Français, écœurés, ravalent leur humiliation.

 

De toute façon, l’Europe veille, et le peuple ne se rend toujours pas compte qu’il a perdu pratiquement toute souveraineté : toute expulsion administrative des nomades « viole la charte sociale européenne » signée par la France, comme le rappelle Les Dépêches tsiganes. « En d’autres termes, cette décision rappelle aux préfets et aux élus, qui engagent des procédures administratives d’évacuation forcée, qu’ils violent un traité international et qu’ils sont susceptibles d’être condamnés. » Pan sur les doigts !

 

Avant d’espérer tout « redressement futur » de la République, il faudra d’abord gagner la rude bataille du vocabulaire : ne plus dire « gens du voyage » mais, quand ces gens ne respectent aucune loi, les traiter simplement de « délinquants ». C’est moins poétique certes, mais beaucoup plus juste ! Quant au maire de Lattes, qui dit admirer « de Gaulle et Rocard » (sic), on lui souhaite bon courage, car résister est toujours admirable.

 

Source

Commenter cet article