Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La République exemplaire de François Hollande : Thomas Fabius, cet autre fils de ministre délinquant

18 Septembre 2013, 10:00am

Publié par Thomas Joly

http://jeune-nation.com/wp-content/uploads/2013/09/republiquexemplaire.png

 

Après les affaires des fils de Marisol Touraine (drogue, vol de voiture, agression, extorsion de fond), du fils de Christine Taubira (multiples vols et intervention de « l’élue de la République » pour faire « annuler » la condamnation), l’été 2013 s’achève par la réapparition d’un autre fils de ministre délinquant : Thomas Fabius.

 

Le fils du plus célèbre accusé de l’affaire du sang contaminé – responsable mais pas coupable – était apparu aux yeux du grand public en 2004. Il lançait alors une entreprise intitulée « Baby & People », proposant des crèches d’entreprise grâce à de massives aides de l’État. Les médias ouvrent leurs colonnes au « fils de » pour des articles tenant plus de la publicité (mensongère) que de l’information. « Thomas Fabius : Pionnier des crèches d’entreprise » s’extasie Le Point en 2005, vantant le parcours de l’autodidacte, parti de rien, misérable plongeur dans un restaurant devenu chef de ventes du groupe Accor par son seul génie et son travail acharné. Le journal lui promet un avenir radieux et une éblouissante réussite pour sa société. La publicité et les mensonges ne suffisent pas toujours : l’entreprise est largement un échec et Thomas Fabius doit chercher fortune ailleurs. Il s’associe à deux entrepreneurs qui souhaitent créer un système de paiement avec carte à puce en Afrique. Pendant que ses associés travaillent et investissent, lui dilapide l’argent de la société dans les casinos. Ses associés portent plainte et il est condamné en 2011 pour abus de confiance.

 

Le journal Nice Matin a décrit l’attrait maladif de Thomas Fabius pour l’argent et singulièrement son obsession pour les jeux de casino. Le quotidien a dénoncé le comportement outrancier du levantin, débarquant « souvent à l’improviste en Principauté, à bord d’un jet privé » pour y « craquer des sommes colossales ». Des millions d’euros dont personne ne connaît l’origine. Lire la suite

Commenter cet article