Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La place de Dutroux ? Au trou. Tout au fond. (par Marie Delarue)

5 Février 2013, 08:27am

Publié par Thomas Joly

http://www.laplumeagratter.fr/wp-content/uploads/2012/12/Marc-Dutroux-demande-la-libert%C3%A9-conditionnelle.jpgDans l’histoire de la criminalité humaine, il y a des monstres plus monstrueux que d’autres. Des ogres et des ogresses, des figures d’épouvante appelées à traverser les siècles pour entrer dans la fiction comme Gilles de Rais ou Jack l’Eventreur.

 

Les années 1990 furent particulièrement riches de ces criminels. Bien blancs ceux-là, bien de chez nous, élevés au lait de nos vaches et au grain de nos campagnes : les Emile Louis, Michel Fourniret, Marc Dutroux, Francis Heaulme… Des Monsieur et Madame Tout-le-monde, parce qu’à l’exception du dernier, tous ou presque avaient dans leur sillage une compagne attentionnée qui leur servait de rabatteuse et « d’assistante » pour la basse besogne.

 

pédophilie victimeDans cette série rose et noire de pédophiles psychopathes, le couple Marc Dutroux et son épouse Michelle Martin – qui joue aujourd’hui la vierge évanescente – ont plus que tout autre marqué leur pays, la Belgique, secouée par le scandale qui a mis en lumière de graves dysfonctionnements dans la police et la justice.

 

Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité le 17 juin 2004 en tant que « chef d’une association de malfaiteurs impliquée dans des enlèvements d’enfants, séquestrations, viols avec torture et trafic de drogue ». On rappellera que les jeunes filles enlevées étaient séquestrées dans une cave creusée sous la maison des Dutroux, certaines y étant mortes de faim parce que, Dutroux étant alors incarcéré, sa chère épouse n’avait pas jugé utile d’aller les nourrir. Un « oubli », avait-elle assuré.

 

Michelle Martin a purgé en tout et pour tout 16 des 30 années de prison auxquelles elle avait été condamnée pour sa très active participation aux crimes de son époux. Elle est sortie de prison le 28 août dernier, direction un couvent tenu par des sœurs clarisses à Malonne, près de Namur, dans le sud de la Belgique. Son « projet de réinsertion » a été d’entrer en odeur de sainteté. La justice a été touchée elle aussi par la grâce. Voilà donc Michelle Martin confite en dévotion, ce qui est à l’évidence bien commode pour échapper à la justice des hommes.

 

guillotineAujourd’hui, c’est Marc Dutroux qui demande à sortir de sa prison de Nivelles. Au terme de la loi belge, il devient en effet libérable au tiers de sa peine, soit le 30 avril 2013. (C’est encore mieux que chez nous où il faut, en principe, en avoir accompli la moitié).

 

Comme on craint pour la vie de ce « précieux », Dutroux est arrivé hier après-midi au tribunal à bord d’une fourgonnette blindée escortée d’un convoi de véhicules policiers et survolée par un hélicoptère de la police fédérale. Autour du palais de justice, quatre pelotons supplémentaires de la police locale, soit 150 hommes et une facture de 30.000 euros pour le contribuable belge.

 

À ceux qui se sont indignés qu’on déplace cette ordure à grands frais, le Procureur a répliqué : « On ne rend pas la justice en prison. »


Ce qui est sûr, c’est que si l’on avait fait voter les Belges, il y a longtemps que justice serait rendue. Dutroux serait à sa place : au trou, tout au fond. Ce serait autant d’économies pour la société.

 

Source

Commenter cet article