Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La merguez séditieuse (par Pierre Descaves)

24 Février 2011, 11:57am

Publié par Thomas Joly

Pierre-Descaves-CR.jpgLa merguez, cette délicieuse saucisse qui ne comporte aucune viande interdite, composée ni de lard ni de cochon. Cette merguez traditionnelle que l’on consomme dans tout le Maghreb et spécialement en Algérie, cette merguez qui a nourri tant et tant de nos concitoyens, cette merguez a été interdite le 5 Février 2011 par décision des « plus hautes autorités de l’Etat » enfin si l’on en croit les petits fonctionnaires subalternes qui nous l’on rapporté.

 

Le 5 Février 2011, sur le conseil de mon journal quotidien Présent, le seul que je puisse lire sans vouloir tout casser, je me suis rendu place Edouard Herriot, près de l’Assemblée Nationale, pour soutenir nos deux braves enfants de harkis qui essaient désespérément d’obtenir du Président de la République qu’il respecte ses engagements en faveur de cette communauté.

 

Hamid GOURAÏ et Zhora BENGUERRAH vivent sur cette place depuis près de deux ans, dans le froid, la pluie, la neige ou le soleil. Ils sont un reproche vivant et permanent à l’égard de ces menteurs professionnels qui peuplent les assemblées et occupent les palais.

 

merguez.jpgLorsque je suis arrivé, la place était en pleine effervescence. Le charbon d’un barbecue avait été dispersé sur la place Edouard Henriot et l’on peut se demander en quoi un tel désastre pouvait être justifié. Faire cuire des merguez sur un barbecue n’avait encore jamais été considéré, en tous cas pas avant ce jour, comme une entreprise de déstabilisation de la République, ni comme un mouvement subversif destiné à la renverser.

 

En ma qualité d’ancien député et de docteur en droit, j’ai voulu éclairer le mystère de la merguez séditieuse et obtenir des policiers présents, qui formaient une haie d’honneur autour du barbecue et de Zohra, l’explication d’un tel comportement. Pourquoi dans une manifestation non interdite la consommation de merguez n’était pas autorisée ? L’échange s’avéra surréaliste. Ils avaient, parait-il, reçu l’ordre de s’opposer à la cuisson des merguez devenue, par ordre des plus hautes autorités, une provocation, une activité subversive dangereuse. Voulant avoir la certitude qu’il s’agissait bien d’un ordre supérieur, j’ai demandé qui avait pu donner un ordre aussi dérisoire. Il me fut répondu que l’on ne savait pas, mais que l’ordre avait été donné par téléphone. Ainsi des fonctionnaires agissaient, non pas en vertu d’un ordre écrit mais d’un ordre verbal donné par des responsables inconnus gardant un prudent anonymat. C’est UBU caché derrière FANTOMAS.

 

harkisLa déclaration de manifestation devant l’Assemblée Nationale avait pourtant bien été faite le 27/12/2010 et il en avait été accusé réception le 10/01/2011. Aucune interdiction n’ayant été signifiée, la manifestation était à la fois légale et légitime. Dans toutes les manifestations que ce soit de la C.G.T. ou de toute autre organisation les consommations de merguez sont autorisées. Pourquoi seraient-elles interdites justement à ceux qui en sont les consommateurs habituels ? N’est-ce pas, une fois de plus, la manifestation du mépris dans lequel les pouvoirs publics se complaisent à l’égard des rapatriés d’Algérie de toutes confessions ?

 

Mais l’heure approche de leur rendre la monnaie de leur pièce en les renvoyant à une étude plus sérieuse des droits de ceux qui ont combattu pour libérer le territoire Français occupé par les Nazis et pour préserver l’intégrité du territoire national de 1954 à 1962. N’est-il pas dérisoire de constater que ceux qui respectent la légalité sont brimés tandis que ceux qui reçoivent les forces de police sous les jets de pierre ou les tirs d’armes de guerre, ne sont jamais poursuivis ou le sont avec si peu de résultat. On peut tuer, violer, voler, mais surtout pas se nourrir de merguez. Le rôle de la police n’est pas de réprimer ceux qui respectent la loi mais de poursuivre et d’arrêter ceux qui la violent.

 

Cet après-midi du 5 Février 2011, les pouvoirs publics ont démontré le contraire et il ne faut pas s’étonner s’il devient de plus en plus difficile aux citoyens français de croire que la sécurité des biens et des personnes est assurée et de respecter les guignols qui conduisent notre pays à la ruine et au désastre dans une décadence accélérée.

 

Source

Commenter cet article