Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La dernière Gay Pride avant le mariage et l’adoption ? (par Caroline Parmentier)

3 Juillet 2012, 07:22am

Publié par Thomas Joly

gay_pride_2012-1.jpgLe Premier ministre Jean-Marc Ayrault vient de le promettre : le mariage et l’adoption des enfants seront ouverts aux homosexuels sous ce quinquennat. Et c’est vrai qu’en voyant défiler ces dizaines de lesbiennes, d’homos et de trans habillées en mariées, ceux qui pouponnaient façon Elton John et son mari avec des bébés et des poussettes, encadrés par les chars de la Gay Pride, la réalité de cet incroyable et scandaleux bouleversement politique et social imminent faisait dresser les cheveux sur la tête.

 

Entre les grandes Zoa qui se roulaient des patins ou montraient leurs fesses, l’ambiance cage aux folles, les monstrueuses sœurs de la Perpétuelle indulgence, les costumes latex SM, fouets, muselière, les habituels corps de métier – plus corps que métier – à la « Village People » et les chars de queue, si bien nommés, l’outrance et les détails répugnants était cette année encore au rendez-vous. Au milieu des revendications pour élever des enfants.

gay_pride_2012-2.jpgLe tout dans une atmosphère gay-friendly, de complaisance, d’enthousiasme des badauds et d’approbation rarement égalée. Les médias – des magazines féminins aux journaux people en passant par les revues qui se donnent des airs sérieux, jusqu’au dernier des feuilletons télévisés – ont fait leur œuvre. Il fallait lire le papier amoureux du Parisien, journal populaire, en faveur de la manifestation. Tout juste était-il mentionné que certains riverains (ces vieux c…) souffrent du bruit. Plus aucune autre réticence maintenant n’a droit de cité. C’est l’effet socialiste. Vous allez voir ce que vous allez voir. Comme le proclamait une pancarte portée par deux gays à oreilles de lapin : « Le changement c’est deux papas ». Si seulement la pollution n’avait pu être que sonore.

Le « ministre de la famille », Dominique Bertinotti, était présente pour le début du défilé. « Je vais partout où l’avenir de la famille se joue », a-t-elle déclaré à la presse, ajoutant que « toute avancée sociétale profite à l’ensemble de la société ». Et se disant confiante « pour que la loi sorte en 2013 ». Cette fois on y est. On a été spécialement gâtés avec l’élection de cette sinistre clique.

delanoe-gay-pride-2012.jpgBertrand Delanoë, Anne Hidalgo et Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Ile-de France ou encore Jack Lang marchaient derrière des banderoles.

Plusieurs personnalités du show-biz étaient groupées derrière la banderole d’ouverture portant l’inscription « 2012, l’égalité n’attend pas », dont l’acteur Charles Berling et l’actrice Zabou Breitman, qui parrainaient cette « Marche des fiertés LGBT » (lesbiennes, gays, bi et trans). Un parrain homme et une marraine femme ? Quelle horreur !

 

« C’est une marche spéciale, parce que c’est la première fois que nous avons un gouvernement, un président, une Assemblée favorables à certaines avancées », s’est félicité Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT.

gay_pride_2012-3.jpgLe Gai Moto Club, qui doit donner des boutons à plus d’un motard, ouvrait le cortège, suivi par plus de 80 associations, représentées par des chars : Les Gais retraités, l’association des parents et futurs parents gays et lesbiens, le magazine homo Têtu, mais aussi des associations d’entreprises comme Embrayage (l’association des personnels LGBT de PSA Peugeot Citroën)… ou Homobus (RATP), David et Jonathan (mouvement homosexuel chrétien[sic !]), Beit Haverim (groupe juif gay et lesbien), Homosexualité et socialisme, ou encore Gay Lib (les gays de l’UMP) et Le Flag (les homos de la police !).

Maquillages, boa, chapeau, tatouages et exhibitions diverses rivalisaient d’imagination et de bon goût. Comme ce « christ » portant une croix rose, marqué des symboles du gender, ou ces préservatifs multicolores jetés comme du riz à la tête des mariées – ils ne font pas confiance à la stabilité du mariage homo ? – ou encore ces anges sado-masos et autres attaques largement blasphématoires contre le pape et l’Eglise catholique, leur bête noire.

gay_pride_2012-4.jpg« L’année 2012 est l’année de l’espoir parce qu’il y a enfin un président de la République qui a osé faire campagne en prônant l’égalité entre tous, l’égalité devant l’amour », s’est réjoui le maire de Paris Bertrand Delanoë.

 

« Il faudra voir si ce ne sont pas des promesses en l’air », se méfie Ludovic, infirmier, perruque dorée et faux cils.

« Un demi-million de participants chaque année » (ce qui est complètement faux) « la première manifestation récurrente politique française » (ce qui est vrai), comme l’a relevé Le Salon Beige, le lobby homo ne craint pas les chiffres bidonnés, tant pour ses manifestations ou ses sondages que pour ses pseudo-études scientifiques.

 

Source

Commenter cet article