Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La colère n'est pas télégénique (par Laurent Ozon)

18 Octobre 2013, 10:11am

Publié par Thomas Joly

http://referentiel.nouvelobs.com/file/2290861-laurent-ozon-demissionne-de-la-direction-du-front-national.jpgExposée à la violence physique, l'anarchie migratoire, la précarité sociale, l'effondrement des murs porteurs de la culture populaire, la population française a le droit de se suicider ; comme la semaine dernière Alain Vigneron ce sidérurgiste qui n'intéressera jamais les lycéens bourgeois de l'UDIL mais surtout, elle a l'obligation de se taire.

 

Le reportage d'Envoyé Spécial sur le FN hier et les déclarations de Mme Leclère, l'ex-candidate du FN à Rethel (suspendue ce matin par la direction du FN), sonnent comme un avertissement. La colère monte face à ces souffrances répétée et à l'autisme de l'oligarchie.

 

Leclere.jpgCette colère monte et fabrique de la haine et du ressentiment. Le ressentiment et la haine sont moches mais la colère affole, fait dérailler, haïr.

 

Alors Mme Leclère est ce matin la risée des bonnes âmes. Alors la moulinette à humiliation va continuer pour elle et tous les autres. Elle sera dénoncée, ostracisée, moquée pour ces mots stupides. Mais qui donc s'intéressera à ce qui produit cette violence ?

 

Où sont les sociologues médiatiques, toujours prêts à "expliquer" les "incivilités" des casseurs, violeurs, incendiaires pour peu qu'ils soient immigrés ? Où seront-ils lorsqu'il faudra essayer de comprendre Mme Leclère et les centaines de milliers de français en colère ? Nulle part je le crains. Qui s'intéressera au pourquoi de cette colère, de ce ressentiment ? Personne.

 

La France gronde. Elle veut être protégée. La contrepartie du pouvoir c'est la protection. Toutes les élites qui l'oublièrent dans l'histoire furent balayées.

 

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2013/04/21/201304211357-full.jpgIl n'y avait pas de caméras pour filmer les visages et les mots de ceux qui firent la révolution de 1789 et les autres dans la rue, mais nous le savons bien, la colère incandescente n'est pas télégénique.

 

Les malins et les bonnes-âmes pourront continuer à dénoncer, ostraciser, humilier. Pourtant, pour sortir de la spirale du ressentiment et de la violence, il faudra plus de courage, de réalisme politique, de doigté que de condamnations et de mépris.

 

Source

Commenter cet article