Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

« L’insupportable police juive de la pensée » (par Jérôme Bourbon)

17 Janvier 2014, 08:25am

Publié par Thomas Joly

http://s2.dmcdn.net/BGmkH/320x240-ieT.jpgAu moment des débats précédant le vote de l’infâme loi Fabius-Gayssot, en 1990, Annie Kriegel, alors journaliste au Figaro, aujourd’hui décédée, avait dénoncé « une insupportable police juive de la pensée ». Ses craintes se sont révélées parfaitement fondées : l’on ne compte plus les personnes qui ont été condamnées à de fortes amendes voire à des peines de prison ferme pour avoir contrevenu à cette législation d’exception. Et ce que nous voyons et entendons depuis quelques semaines montre de manière éclatante que nous vivons en pleine tyrannie juive. Les choses sont très claires : on peut rire de tout en France sauf des juifs et de la sacro-sainte Shoah. On peut donner des spectacles odieusement blasphématoires comme Golgotha Picnic avec le soutien bruyant du ministre de l’Intérieur et de tout le gouvernement ; des lesbiennes ukrainiennes financées par le milliardaire juif Soros peuvent mimer un avortement à l’église de la Madeleine en toute impunité, souiller délibérément des édifices catholiques ; on peut insulter dans des chansons, des sketches, des émissions de radio et de télévision du service public les catholiques, les blancs, les Français sans aucune limite mais en revanche l’on ne saurait se moquer du « peuple sûr de lui et dominateur ». 

 

http://referentiel.nouvelobs.com/file/4206413-les-ultra-sionistes-attaquent.jpgTous ces gens-là dont l’impudence et l’hystérie sont proprement effrayantes n’ont aucun humour. Il suffisait pour s’en persuader de voir l’autre jour sur i-télé le débat sur l’affaire Dieudonné entre le dessinateur Plantu et le philosophe autoproclamé Finkielkraut qui suait la haine et était incapable de se contenir : l’on a affaire à de grands malades, à des fous furieux. Heureusement comme toujours Eric Zemmour — accusé par Le Nouvel Obs’ d’être pourvoyeur de haine comme Soral et Dieudonné, telle était la une de l’hebdo jeudi dernier — s’est démarqué de ses coreligionnaires les plus bruyants et les plus excités en dénonçant « le partenariat communautariste » entre Valls et le CRIF, en disant son opposition à la loi Gayssot en en dénonçant fermement la décision du Conseil d’Etat. Honneur à lui !

 

http://images.sudouest.fr/images/2011/11/09/548661_18368913_460x306.jpgSelon le processus d’inversion accusatoire les puissants qui nous dirigent projettent sur les autres ce dont ils sont eux-mêmes coupables. Ils dénoncent sans cesse la haine qui serait distillée par Dieudonné mais qui répand la haine à flots continus ? Qui organise la traque, la chasse à l’homme contre le plus génial humoriste français depuis trente ans ? Ce qui se passe actuellement rappelle ce que l’on a vécu en 1999 contre le nonagénaire Maurice Papon qui était alors recherché par toutes les polices et traqué comme une bête sauvage par tous les grands media. Lors de son procès à Bordeaux il n’avait pu trouver à se loger car des dirigeants de la communauté juive avaient menacé les établissements hôteliers qui le recevraient. Cela rappelle la cabale contre les magistrats qui, au début des années 1990, avaient eu le courage en appel de décider d’un non-lieu pour Paul Touvier, arrêt qui fut évidemment cassé par la cour de cassation. Car l’on ne saurait faire la moindre confiance aux institutions judiciaires.

 

Alain-Jakubowicz-Manuel-VallsDe même qu’avec Hollande et Valls au pouvoir la France devient plus que jamais un territoire occupé par le sionisme et le judaïsme international, de même l’on sait désormais que le Conseil d’Etat est un tribunal rabbinique. La décision rendue de toute urgence le 9 janvier à la demande expresse de Valls marié à une femme juive et clamant son attachement éternel à Israël est une ignominie. Elle rompt radicalement avec la tradition du droit public français et, par un soudain retournement de jurisprudence, place sous étroite surveillance les humoristes mais aussi les hommes politiques qui devront plus que jamais passer sous les fourches caudines du judaïsme politiquement organisé. Faudra-t-il désormais une autorisation préalable du CRIF, de la LICRA, des Klarsfeld et de BHL pour pouvoir s’exprimer en public ? Preuve de l’insupportable impudence du Système qui nous opprime, l’unique magistrat à avoir rendu cette décision scélérate au Conseil d’Etat est un juif, Bernard Stirn, arrière-petit neveu du capitaine Dreyfus (comme quoi depuis cette époque c’est toujours la lutte des mêmes contre les mêmes !), frère d’Olivier Stirn, ce ministricule de Michel Rocard qui, en 1990, avait recruté des auditeurs payés afin de faire nombre dans un colloque sur l’avenir de la gauche (les recrutés avaient tous quitté la salle à 18 heures, heure de fin de leur contrat, pendant un discours d’orateur, laissant la salle quasiment vide hormis les personnalités du Parti socialiste) et qui fut membre du comité France-Israël (cette mention a d’ailleurs curieusement été supprimée de sa fiche Wikipedia en pleine affaire Dieudonné).

 

Source

Commenter cet article