Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

L'identité nationale selon Carl Lang

24 Novembre 2009, 15:14pm

Publié par Thomas Joly

Extrait du discours de Carl Lang lors du 1er Congrès du Parti de la France à Villepreux le 8 novembre 2009 :

 

Aujourd'hui, mesdames et messieurs, notre identité nationale est évidemment menacée. Mais, Monsieur Besson, applique encore une fois la stratégie de l'écran de fumée. Pendant que l'on parle de l'identité nationale à sa manière, les Français ne regardent plus ce qui se passe, on les détourne de leurs problèmes, des réalités, des vraies difficultés surtout on ne met pas en cause les politiques qui ont été menées depuis trente ans et qui sont responsables de la situation de destruction de notre identité nationale.

 

Cette identité nationale, c'est d'abord évidemment pour le plus grand nombre d'entre-nous, notre identité naturelle, c'est-à-dire celle du peuple français enraciné dans cette terre de France. C'est la première de nos identités, celle de nos lignées, celle de notre hérédité.

 

Ceux qui s'intéressent à l'histoire ont peut être lu “Lidentité de la France” de Fernand Braudel, qui rappelait que 2000 ans avant Jésus-Christ, sur le territoire actuel de la France, il y avait 5 millions d'habitants, autour des ruisseaux, autour des rivières, des fleuves, du littoral.

 

C'est cela aussi la réalité de la population française. C'est donc un héritage géographique, mais aussi un héritage historique et de peuplement.

 

Mesdames et Messieurs, il existe bien un peuple français car nous ne sommes pas qu'une population. Nous portons en nous l'attachement à cette identité naturelle, à cette identité enracinée dans cette patrie française, sur ce territoire français, dans notre pays français, avec nos frontières historiques.

 

Mais cette identité nationale se trouve être aussi une identité respectueuse de ce qu'étaient la France et le peuple français avant la notion de Nation française. Nos villages, nos bourgs, nos pays, nos provinces, nos cultures locales et régionales.Tout celà contribue aussi à l'identité nationale.

 

Le peuple français existe. Je sais qu'un député UMP a récemment déclaré “Nous n'avons pas d'ancêtres Gaulois”. Il a le droit de ne pas avoir d'ancêtres Gaulois. Mais tout de même, à Verdun, à Reischoffen, à Austerlitz, parmi les compagnons de Jeanne d'Arc, à Poitiers, à Tolbiac, à Gergovie ou Alésia, ce sont bien les hommes d'un même peuple qui se sont battus.

 

Pour la grande majorité d'entre nous, nous sommes issus de ce peuple français et nous n'allons pas renier nos origines. Nous n'allons pas renier ces racines-là. Voilà pourquoi nous devons être fier de cette part de notre identité qui est notre identité naturelle.

 

Dans cette terre de France, celle de “La terre et les morts” de Barrès, sont enterrées des générations et des générations d'hommes et de femmes, de ces hommes et ces femmes qui ont fait cette patrie, qui ont fait ce pays. Car s'ils ont vécu depuis des millénaires sur cette terre, ils l'ont travaillée, ils l'ont organisée et ils l'ont défendue. Ils l'ont défendue contre tous les envahisseurs, contre tous ceux qui menaçaient notre identité, notre liberté, notre sécurité. Comment oublier cela. Faut-il oublier quels sont les noms qui figurent sur les monuments aux morts de nos villages de France. Si nos ministres ne savent pas qu'il existe un peuple français, s'ils ne reconnaissent pas le peuple français en tant que peuple, alors ils peuvent, lors des commémorations du 11 Novembre, lire la liste des noms des soldats tués pendant la Grande guerre : 1,5 millions d'hommes. Notre identité, c'est aussi notre héritage historique, celui de toute l'histoire de France: elle ne débute pas en 1789, elle ne commence pas en 1792 avec la création de la première République. Avant cela il y avait aussi une histoire de France et avant la révolution la France existait, le peuple français existait. Ce sont les rois de France qui ont principalement construit la France et ont mis en place cette monarchie d'abord féodale, qui est devenue au fil des siècles une monarchie nationale. N'oublions pas que le premier acte fondateur de ce qu'allait devenir la France, est le baptème de Clovis, lorsque l'évèque de Reims dit à Clovis “Fier si cambre, courbe la tête, brûle ce qui tu as adoré et adore ce que tu as brulé” C'est celle-là : l'Union historique et spirituelle, entre l'aristocratie franque et l'Eglise qui a permis la création et l'émergence de notre spécificité française.

 

15 siècles d'histoire depuis le baptème de Clovis, une France façonnée, unie, organisée par les rois de France. Une France aussi qui est devenue après les grandes dynasties mérovégiennes, carolégiennes et capétiennes, une France Républicaine. Permettez-moi de rappeler une formule de Péguy qui disait que la République était la 4ème dynastie française. Péguy qui était un patriote et qui s'inscrivait comme nous dans la continuité historique.

 

Nous sommes bien les héritiers de cette histoire complète, de cette histoire de France, de cette histoire des Français, de cette histoire de la construction française. Je n'oublie bien sûr pas l'Empire car, quelque soient les régimes, nous en sommes les héritiers.

 

Enfin après cette identité naturelle et cette identité historique, nous portons notre identité culturelle et notre identité religieuse à commencer par notre langue française, à commencer par nos valeurs qui sont héléniques, latines et chrétiennes, et cette identité spirituelle qui est celle de la France des cathédrales. Je suis désolé de le dire à nos ministres, j'en suis désolé pour eux, mais la France n'est pas terre d'Islam. Et la France qui est une terre française et chrétienne a aussi ses valeurs spirituelles, son héritage spirituel, son identité religieuse.

 

Je rappelle aussi à ceux qui donnent des leçons de République et de laïcisme, qu'avant l'émergence de la conscience nationale, en Europe existait la notion de Chrétienneté et que c'est ensuite que s'est construite petit à petit la conscience nationale. Nous voyons bien que l'on ne peut pas préparer l'avenir en reniant le passé et l'ensemble de ce patrimoine naturel, historique, culturel.

 

Enfin, cette identité est aussi le fruit d'un héritage juridique, institutionnel, économique, social, politique. C'est la spécificité française par le droit national, la spécificité française par nos institutions propres, par tout ce qui détermine aujourd'hui notre manière de vivre. Voilà pourquoi il y a différentes manières de devenir Français au sens où nous l'entendons. Et je souhaite que chacun comprenne bien que nous ne sommes pas dans une vision fermée, hermétique, passéiste de notre identité. Nous n'avons pas besoin de cela, car nous savons, nous,qui nous sommes, nous savons d'où nous venons, nous connaissons nos valeurs, nous connaissons notre identité. Et si l'on nait Français par l'hérédité, par la lignée, par les parents par l'héritage naturel, on peut aussi, pour ceux qui ont servi la France devenir Français par l'histoire, “Français par le sang versé”. Enfin si l'on décide d'embrasser la culture française, d'accepter les lois françaises, de rejoindre la communauté nationale en respectant les lois nationales, l'identité nationale et en préservant notre unité nationale, on peut devenir Français par naturalisation.

 

Je dis aussi que la carte nationale d'identité ce n'est pas la carte d'identité nationale. Ce sont deux choses tout à fait différentes. On ne réduit pas la nationalité à la citoyenneté. En conclusion des travaux de M. Besson, on va vous expliquer que l'identité nationale c'est l'identité républicaine. On va vous expliquer que cela se réduit au respect de ce qui figure sur le fronton de nos mairies “Liberté-Egalité-Fraternité”. On va vous expliquer que c'est cela l'identité française. Non, c'est une part de l'identité nationale, ce n'est pas toute l'identité nationale.

 

Nous devons aussi, conformément à ce que disaient tout à l'heure, nos amis, Frank Vanhecke et Makis Voridis, ne pas oublier qu'en défendant l'identité française nous défendons l'identité européenne. Je vous parlais de nos pays, de nos provinces, de nos communes, vecteurs de notre identité, mais nous sommes aussi porteurs de l'identité européenne puisque nous sommes des peuples d'Europe partageant les mêmes valeurs de civilisation, puisque nous allons défendre la communauté de civilisation européenne, puisque nous sommes attachés à la fraternité de civilisation européenne, puisque nous menons le combat au niveau européen comme nous le menons au niveau national au service de chacune de nos nations d'Europe.

 

Chers amis, le combat qui est le nôtre est le seul possible si nous souhaitons que la France reste française. Si nous voulons préserver notre identité française et donc l'unité française et la paix civile Il faut que chacun développe sa conscience nationale, le sentiment d'appartenance à la communauté nationale, que chacun soit fier d'être Français. La nation aujourd'hui, au 21ème siècle,c'est la protection, c'est la sécurité, c'est la prospérité, ce sont les libertés. L'Etat nation est l'instrument de la défense de nos droits. Cette nation qui est la nôtre se définit finalement en une formule : la communion naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple français et la terre de France.

 

Ce que Le Parti de la France peut vous promettre, c'est l'engagement, la résistance, la défense de nos valeurs, de notre patrie, de notre nation, du peuple français, sans esprit de compromis, sans esprit de recul, sans haine, mais fiers de ce que nous sommes. Nous, peuple français, sur cette terre de France, nous sommes ici chez nous et personne ne pourra nous imposer un avenir qui ne sera pas un avenir français.

Commenter cet article